Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

I. La gestion des patrimoines

De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel

Jean-Claude Lefeuvre

Texte intégral

1Période-clé en matière de protection de la nature et de l’environnement, les années 1970 ont vu se développer dans notre pays toutes sortes de politiques patrimoniales. Comme le rappelle J. Lesourne :

Des monuments historiques aux animaux sauvages en passant par les sites naturels, les paysages ou encore le patrimoine naturel ou génétique, la société française s’est penchée sur son passé avec une intensité accrue et les pouvoirs publics ont largement traduit cette tendance en un arsenal multiforme de dispositions réglementaires et budgétaires destinées à la protection de l’« héritage commun » (1981 : 1).

2La première apparition du terme patrimoine naturel dans un document officiel date de 1967. Il s’agit du décret instituant les parcs naturels régionaux et spécifiant qu’un territoire peut être classé dans cette catégorie en raison de « la qualité de son patrimoine naturel et culturel ». Nous le retrouverons près de dix ans plus tard, cette fois dissocié de l’adjectif culturel, dans l’article premier d’une loi que nous avons considérée comme « révolutionnaire » (Lefeuvre et al., 1981) : la loi du 10 juillet 1976 sur la Protection de la nature. Cette loi précise « qu’il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit ». Ce syntagme est de plus en plus usité tant par les administrations concernées par la sauvegarde et la gestion des milieux naturels et des espèces que par les associations de protection de la nature. Certes l’émergence, puis l’usage d’un terme peuvent être simplement le fruit d’une mode passagère. Mais on sait également que ces changements peuvent recouvrir des réalités multiples, plus profondes, et en particulier témoigner de l’évolution des idées, voire entériner l’usure des termes employés précédemment ou l’échec des politiques que leur usage sous-tendait.

3En l’occurrence, l’irruption de cette expression dans la vie administrative marque un tournant important en matière de protection de la nature. Il est surtout le témoignage d’un changement beaucoup plus profond qu’il n’y paraît dans les relations de l’homme et de la nature :

Les termes dans lesquels sont posées les relations homme-nature, les explications qui en sont données telles les affirmations de l’homme maître de la nature ou de la nature règle de l’homme, les conséquences qu’ils entraînent (ou qu’ils supposent) telles les politiques de conservation, gestion de l’environnement ou les projets de son aménagement (…) subissent l’empreinte de l’histoire, marquent la pensée d’une époque (Cadoret, 1988 : 13).

4Qu’en est-il dans ce cas particulier ? Pourquoi cet engouement pour le patrimoine naturel, au détriment de la nature ? Qu’apporte de novateur ce changement dans les rapports homme-nature ? Le contexte historique pouvant éclairer la genèse des nouvelles politiques régissant ces rapports et expliquer l’émergence de cette notion de patrimoine naturel, nous rappellerons tout d’abord l’évolution du concept de protection de la nature, apparu il y a environ 120 ans et jalonné par deux étapes-clés : l’époque de prise de conscience internationale qui suivit la deuxième guerre mondiale et la période 1960-1970, qui vit se mettre en place les politiques de l’environnement, confortées sur le plan scientifique par le développement de l’écologie et par le lancement de recherches interdisciplinaires associant sciences de l’homme et sciences de la nature. Nous verrons ensuite ce que recouvre le patrimoine naturel, quel en est l’intérêt et quelles en sont les limites, du point de vue du protecteur de la nature comme de l’écologue.

Les prémices de la protection de la nature

5Dès leur conception, les instruments de protection de la nature que sont les aires protégées avaient pour objectif d’assurer la pérennité d’espèces ou d’espaces naturels. Ils contenaient en germe les notions de transmission et d’héritage et donc implicitement de patrimoine naturel, bien que ce terme ne soit pas encore utilisé.

6Divers auteurs ont rassemblé des données historiques sur ce thème (voir tableau). Nous nous appuierons principalement sur les travaux de J.C. Lefeuvre et al. (1981), E. Leynaud (1985), J.P. Raffin et G. Ricou (1985) et P. Portas (1988), renvoyant à J. Untermaier (1972) pour le développement de la législation dans le domaine de la conservation de la nature.

La protection des ressources (gibier, forêt)

Toute représentation de la nature a pour corrélat un discours humain singulier par lequel l’homme s’approprie la nature sous une forme ou sous une autre, mais toujours sous celle qui, pour lui, a valeur d’usage (Delbos et Jorion, 1988 : 21).

7De fait, dès le début de son histoire, l’homme a considéré la nature, à travers la cueillette et la chasse, comme pourvoyeuse de ressources (cf. annexe 1). L’idée de protection de la nature semble avoir émergé à partir de celle de protection d’espèces gibiers en régression du fait d’une pression de chasse trop importante. Ainsi, avant la fondation de la ville de Venise en 726, le petit Etat de Venise créa dans son territoire des réserves pour cerfs et sangliers. En Pologne, le roi Ladislas Jagellon édicta une loi pour restreindre la chasse aux chevaux sauvages, aux élans et aux aurochs. En Suisse, dans le canton de Glaris, l’interdiction de la chasse fut établie en 1589 et a été maintenue jusqu’au xxe siècle (Portas, 1988). Ce type de protection a en effet perduré : par exemple, une partie du parc national du Mercantour a été protégée avant la création de ce dernier par la mise en place, en 1953, des réserves de chasse italiennes de Valdieri-Entracque et de la Maladeccia, créées en partie par le roi Victor-Emmanuel III.

8La forêt elle-même, que l’on peut considérer comme l’un des milieux écologiques européens les plus agressés depuis l’établissement des premiers agriculteurs, il y a plus de 6 000 ans, fait l’objet depuis plusieurs siècles de mesures de sauvegarde. Dès le viie siècle en Angleterre, la coupe illégale d’arbres était punie (Thomas, 1985). Cet auteur précise qu’au moyen âge la protection de la forêt à grande échelle avait pour but de fournir un environnement favorable aux bêtes de chasse. Au xiiie siècle, un quart environ de la surface de l’Angleterre est considéré comme forêt royale et assujetti à un droit forestier particulier. Le passage de la protection de la forêt habitat à gibier à la protection des ressources forestières apparaît en France au xive siècle avec la préoccupation d’établir des règles pour leur exploitation (règles de gestion), comme en témoigne l’ordonnance de Charles V, applicable à certaines forêts royales. Les aménagements forestiers du xviie siècle prévus par Colbert organisent déjà la gestion des forêts dans l’espace et dans le temps afin de préserver les possibilités de récolte à venir : nous devons aux forestiers de cette époque des futaies de chênes qui comptent parmi les joyaux de notre patrimoine. C’est ce qui fait dire à Leynaud (1985) :

Avec l’ordonnance de 1669, à laquelle son nom reste attaché, Colbert a donné à la forêt une existence juridique. Et, en faisant mettre « en réserve » une partie des bois de haute futaie, il doit être considéré comme le père fondateur de nos espaces naturels protégés.

9Pour cet auteur, le code forestier, promulgué en 1827, traduit :

(…) la volonté du législateur d’assurer la pérennité du patrimoine forestier dans l’ensemble des forêts (…). Le but est de protéger les droits des générations futures contre l’empressement de jouir et l’envahissement des générations présentes, et de faire observer les nuances qui séparent la jouissance collective de la jouissance individuelle (ibid.).

La protection sans but lucratif

10Au xviiie siècle apparaît le souci de protéger la nature pour elle-même, sans but lucratif, sous l’impulsion de personnalités comme le baron Alexandre von Humboldt (1769-1859), promoteur de la théorie écologique et de la protection de la nature, qui évoque, dès 1804, les « monuments naturels ».

11Les premières mesures prises en France découlent de la préoccupation de préserver une richesse esthétique. En 1853, à l’initiative de l’Ecole des peintres de Barbizon, est créée une réserve en forêt de Fontainebleau dans le but de protéger un paysage de haute valeur esthétique. Suivront d’autres « séries forestières artistiques » (expression employée à cette époque), puis des réserves forestières biologiques, des réserves botaniques et, enfin, des réserves de chasse.

12Parallèlement, aux Etats-Unis, Abraham Lincoln prend, en 1854, la décision de protéger la vallée du Yosemite (Californie) et, en 1872, est créé le parc national de Yellowstone, premier d’un vaste réseau concrétisant le désir de transmettre au générations futures des paysages exceptionnels que l’homme n’a pas encore transformés. L’exemple américain est suivi par l’Australie, qui se dote d’un parc national en 1886, par le Canada (1887), puis la Nouvelle-Zélande (1894) et l’Afrique du Sud (1898).

13En France, au début du xxe siècle, les associations naturalistes prennent des initiatives intéressantes. Dès 1912, grâce à la Ligue française pour la protection des oiseaux, la réserve des Sept Iles voit le jour, avec pour objectif la protection du macareux, espèce menacée. En 1927, la Société nationale d’acclimatation fonde la réserve de Camargue. Ces réserves n’ont pas de statut juridique avant la loi de 1957, mais les responsables, passionnés de conservation, ont acquis la maîtrise foncière sous forme de location et de conventions (Leynaud, 1985).

14Paradoxalement, bien que les premières initiatives de protection soient nées en Europe, il faut attendre 1914 pour que la notion de parc national s’y concrétise avec l’établissement du premier parc suisse. Quant à la France, c’est la loi du 22 juillet 1960 qui permet la création des premiers parcs nationaux.

15Les premières réflexions sur la protection de la nature, contenant implicitement la notion d’héritage, firent donc naître aux Etats-Unis le terme de « parc national » et même celui de « sanctuaire » (Portas, 1988), ce dernier étant nettement d’obédience religieuse. Le mythe de la nature vierge qui en découla est encore vivace aujourd’hui. Les pays occidentaux, bien qu’ayant des points de vue souvent différents, et même divergents, de ceux des Etats-Unis sur la définition et le rôle de ces aires protégées n’en utiliseront pas moins cet « instrument commun visant à créer des îles de nature sauvage » (Portas, 1988).

Le relais des associations

Les associations nationales

16Pendant cette période d’établissement de sanctuaires naturels, se sont constituées dans les mêmes pays des associations permettant de lancer des mouvements d’opinion en faveur de la protection de la nature. C’est ce que précise l’avant-propos du premier Congrès international pour la protection de la nature (faune et flore, sites et monuments naturels), qui siégea à Paris en 1923 :

De longue date, la nécessité de protéger contre les atteintes de plus en plus dommageables de l’homme les beautés et richesses naturelles s’était révélée à des esprits prévoyants ou simplement émus des destructions déjà consommées. De là, autrefois, quelques heureuses initiatives de personnalités isolées créant des Réserves dans de grands domaines privés ; de là, encore, surtout à partir du dernier quart du dix-neuvième siècle, la fondation de Sociétés protectrices régionales ou nationales, dont l’une des plus célèbres exerce aux Etats-Unis une féconde activité (cité par Portas, 1988 : 13).

17Il s’agit de la société Audubon, née en 1886, trente-cinq ans à peine après la mort de l’un des naturalistes français les plus célèbres aux Etats-Unis, Jean-Jacques Audubon (1785-1851).

18A partir de la fin du xixe siècle, naissent plusieurs associations consacrées soit à la protection de la faune, soit à la protection de la nature. En France, la toute première société de ce type, la Société zoologique d’acclimatation, créée en 1854 par Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, s’intéresse dans un premier temps à l’acclimatation d’animaux de tous pays pouvant fournir un jour des ressources nouvelles pour la France. Elle ne se préoccupe réellement de protection de la nature qu’en 1884 (Raffin et Ricou, 1985), méritant ainsi son intitulé actuel de Société nationale de protection de la nature (SNPN). En 1901 apparaît la Société de protection des paysages de France. Le début du xxe siècle voit ce mouvement s’étendre à l’Europe, avec la formation de nombreuses associations, dont la Ligue suisse pour la protection de la nature (1909), la Society for the Promotion of Nature Reserves au Royaume-Uni (1912), etc.

Les structures associatives internationales

19Les années qui précèdent la première guerre mondiale marquent un autre tournant dans l’histoire de la protection de la nature : la prise en compte de la dimension internationale. Plusieurs hommes joueront un rôle éminent et s’investiront pour démontrer l’importance des fédéra-dons d’associations nationales de protection de la nature. Ce faisant, ils contribueront à construire l’image future d’un patrimoine mondial à préserver. Parmi eux, dès 1905, Raoul de Clermont fait adopter à Liège, au Deuxième congrès international d’art public, le voeu « que les mesures nécessaires soient prises pour la création de Parcs nationaux destinés à sauver de la destruction les animaux, les plantes et les minerais particuliers au pays » (cité par Portas, 1988). Soit seul, soit avec le soutien de Louis Ternier, il milite dans plusieurs colloques internationaux pour la protection de la faune et de la flore en relation avec le paysage (1909), pour l’unification des législations concernant les « monuments naturels » et pour la mise en place d’un Bureau international pour la protection de l’art régional unie à la protection de la nature (1911). Il obtient gain de cause en 1913 lorsqu’une Commission internationale est chargée, au sein de l’Association littéraire et artistique internationale, de centraliser les documents et renseignements concernant la protection des sites et monuments naturels.

20Parallèlement, grâce à l’initiative du Gouvernement fédéral suisse et au travail de Paul Sarasin (1856-1929), une Conférence internationale pour la protection de la nature siège à Berne en 1913 et constitue une Commission consultative permanente pour la protection de la nature.

21Ce n’est qu’en 1948 que se concrétisent les idées de Clermont et Sarasin. Grâce aux efforts conjoints de la Ligue suisse pour la protection de la nature, de la Société nationale pour la protection de la nature (SNPN) et surtout de l’Unesco, est enfin créée une structure fédérative internationale, l’Union internationale pour la protection de la nature (UIPN).

22En résumé, cette phase d’installation des politiques de protection de la nature se caractérise essentiellement par : 1) une stratégie de protection des ressources-espèces (protéger les arbres, les espèces gibiers) ; 2) une stratégie pare-feu, liée à une stratégie élitiste de l’exceptionnel (une minorité éclairée jugeant de la nécessité de préserver des zones de nature vierge, remarquables) ; 3) un début d’internationalisation, souligné par le succès de plusieurs réunions dont la Convention de Londres en 1933.

L’émergence d’idées nouvelles

23En fait, la protection de la nature a souffert pendant des dizaines d’années de trois maux : l’idée d’une mise en défens du rare, de l’exceptionnel, diffusée par une élite dans un cercle restreint, essentiellement savant ; une vision très naturaliste de la biosphère, excluant l’homme et ses activités ; un décalage entre la culture naturaliste et les progrès réalisés par la science écologique et les sciences humaines.

24Les idées vont évoluer sous l’influence conjointe de la prise en compte de l’espace dans son ensemble, des relations homme-nature et des progrès de l’écologie. Ces changements se font à des rythmes variables et sont en relation plus ou moins étroite avec le contexte international.

D’une stratégie élitiste de l’exceptionnel à la nature ordinaire

25Les constats de disparition ou de régression des espèces et les constats de détérioration du milieu naturel ont été faits pendant plus d’un siècle par les naturalistes, par les protecteurs de la nature. En tant que spécialistes, ils étaient les plus compétents pour mettre l’accent sur ce qui était rare, typique ou menacé. Leurs investissements pour tenter de sauvegarder ces espaces et ces espèces de la convoitise d’autres hommes, pour le plus grand bien de l’humanité, s’avèrent précieux.

26Leur démarche était calquée sur celle des défenseurs du patrimoine culturel. En France, dès la période post-révolutionnaire, c’est une élite qui considéra les monuments exceptionnels comme les témoins d’une époque et d’une culture et décida de les sauvegarder en tant que tels. De nos jours, c’est encore à travers l’avis d’une minorité que les œuvres de tel écrivain ou de tel peintre sont jugées remarquables, dignes d’être portées à la connaissance du public et transmises aux générations futures. Cette référence permanente aux modalités de définition du patrimoine architectural et culturel a, d’ailleurs, largement été utilisé par les protecteurs de la nature tentant de trouver des arguments pour sauvegarder des milieux méconnus, voire honnis par le grand public :

Il serait aussi absurde d’assécher les marismas du Guadalquivir pour y cultiver du riz que de démolir la cathédrale de Chartres, avec tous ses trésors, pour y cultiver des pommes de terre (Léon de Lippens, cité par Lefeuvre, 1986).

27Il semble que cette prise en charge de la protection de la nature par les naturalistes ait retardé une certaine ouverture et une prise de conscience plus générale, celle du grand public et des administrations :

Ceux qui avaient déjà perçu la nécessité de « protéger la nature » étaient encore peu nombreux, naturalistes pour la plupart, mal connectés entre eux, pratiquement concentrés en Europe et en Amérique du Nord, se préoccupant surtout de disparitions d’espèces, et, dans l’ensemble, sans réelle influence politique (Harroy, 1988 : 16).

28Cette stratégie élitiste de l’exceptionnel, liée à la stratégie pare-feu, était nécessaire à un moment de notre histoire. L’élan était donné : la Conférence générale de l’Unesco adopte, en 1972, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, dite Convention du patrimoine mondial, à laquelle, en 1987, adhéraient cent pays :

Son rôle est tout d’abord de définir ce patrimoine mondial, tant culturel que naturel, c’est-à-dire de dresser la liste de monuments et de sites situés dans ces pays, dont l’intérêt est considéré comme exceptionnel et la valeur comme universelle, de sorte que leur sauvegarde intéresse l’humanité toute entière. Et son ambition est précisément d’organiser la solidarité des nations et des hommes pour contribuer efficacement à cette sauvegarde (Unesco, 1988).

29La notion de patrimoine commun de l’humanité sera consacrée en 1982 par la Convention sur le droit de la mer (G. Humbert, comm. pers.).

30Ces actions étaient nécessaires, mais insuffisantes. A partir des années 1970, la protection de la nature est positionnée par rapport à l’aménagement du territoire et à la protection de l’environnement général :

Il ne s’agit pas de constituer, ici ou là, une réserve naturelle ou de préserver quelque site pittoresque tandis que l’ensemble du territoire serait livré à une industrialisation et à une urbanisation désordonnées (Bettencourt, 1970 : 3).

31En réalité, l’ensemble législatif français, pourtant remarquable dans son essence mais d’application difficile en raison notamment de nombreuses contradictions, mettra du temps à se démarquer d’une conception trop naturaliste de la protection de la nature, compte tenu du contexte international de l’époque. Jusqu’en 1980, en effet, le Ministère comme les associations de protection de la nature, la Fédération française des sociétés de protection de la nature en tête, en sauvegardant des espaces, pratiqueront de fait, sans le vouloir, l’isolement de milieux naturels considérés souvent comme exceptionnels (parcs nationaux et réserves naturelles, soit environ 1 % du territoire national).

32Pour J.L. Fabiani (1985), la création de réserves et d’espaces protégés contribue à renforcer l’idée qu’il existe une distinction fondamentale entre une nature de valeur à préserver et une nature pouvant être abandonnée aux appétits des hommes ; elle conforte de même la représentation de la vraie nature comme non socialisée et instaure une coupure entre nature naturelle et nature ordinaire.

33L’idée de protection sous-entendait celle de l’homme agresseur, auquel il fallait soustraire la nature pour la préserver. Faire admettre « l’homme et la nature » (Julien, 1965) plutôt que « l’homme ou la nature » (Bonnefous, 1970) n’a pas été chose aisée. De cette évolution découla la prise en compte de la nature ordinaire, c’est-à-dire de la nature manipulée, artificialisée.

L’homme dans la biosphère

34Au moment où une poignée d’hommes tente de mener des actions de protection, un autre courant d’idées voit le jour, reliant la notion de nature à celles de ressource, de développement et de survie de l’homme. Dès 1908, le président des Etats-Unis, Théodore Roosevelt, lors de la Conference on the Conservation of Natural Resources, donne le ton :

Nous nous sommes enrichis de l’utilisation prodigue de nos ressources naturelles et nous avons de justes raisons d’être fiers de notre progrès. Mais le temps est venu d’envisager sérieusement ce qui arrivera quand nos forêts ne seront plus, quand le charbon, le fer et le pétrole seront épuisés, quand le sol aura encore été appauvri et lessivé vers les fleuves, polluant leurs eaux, dénudant les champs et faisant obstacle à la navigation (cité par Dorst, 1965 : 15).

35Ce texte est en avance sur son époque : il dénonce l’exploitation non raisonnée de notre planète et fait allusion à la pollution qui deviendra, hélas, le maître mot de l’environnement.

36Malgré ces propos, dont le côté précurseur conduira à s’interroger sur la place de l’homme dans la biosphère, l’exploitation systématique des ressources naturelles apparaîtra comme un fait normal jusqu’aux années 1960 :

L’immensité des ressources non renouvelables et les propriétés de régénération des ressources renouvelables sont telles que, depuis des millénaires, le processus du développement économique et social a pu s’effectuer sans troubler « l’ordre » naturel. La croyance en une nature, plus exactement une biosphère (lithosphère, hydrosphère, atmosphère) immuable et invulnérable en a résulté (Cornière, 1978 : 735).

37F. Ramade (1981) exprime ces idées sous une autre forme :

Jusqu’à présent, la pensée économique occidentale a souverainement ignoré, voire volontairement minimisé l’importance de l’impact des activités humaines sur les ressources naturelles (…). Contrairement à ce qu’elle a trop longtemps cru, l’Homo œconomicus n’est pas extérieur, mais fait au contraire partie intégrante de l’écosphère. Il est donc soumis à la totalité des contingences biologiques qui sont propres à celle-ci.

38De la conception à la création de l’UIPN, quarante ans se sont écoulés. Il faudra également quarante ans pour que les inquiétudes de Théodore Roosevelt se concrétisent par un engagement de l’Organisation des Nations-Unies convoquant à Lake Success (Etats-Unis), en 1949, l’United Nations scientific conference on the conservation and utilization of resources, première rencontre entre protecteurs de la nature – l’UIPN y est invitée – et ce que nous pourrions appeler le courant naissant des environnementalistes.

  • 1 Les termes de conservateur et de conservation ont un sens diamétralement opposé en français et en a (...)

39Il est bien difficile de situer l’importance de cette réunion. Quoiqu’il en soit, sept ans plus tard, en 1956, l’intitulé de l’UIPN sera changé : protection de la nature sera remplacé par conservation de la nature (UICN). Pour Portas (1988), cette mutation est plus que symbolique : en remplaçant le mot de protection par celui de conservation, on modifie la perception du rôle de l’homme et de sa relation avec la nature. Pour les Anglo-Saxons, en protecteur, l’homme s’érige en gardien des trésors de la nature qu’il préserve en tant que patrimoine universel contre l’appétit ou l’ignorance destructrice d’autres hommes, il sépare l’homme de la nature. En conservateur, ou plutôt en conservationniste1, il admet que la nature peut être bouleversée, au profit de la société humaine, pour assurer le développement de cette dernière, à condition que cette exploitation se réalise dans des limites raisonnables permettant le renouvellement des ressources naturelles.

40Ce changement de sigle est concomitant d’une vaste mobilisation de scientifiques et d’écrivains à l’échelon international (Lefeuvre, 1984). De nombreux livres alarmistes aux titres évocateurs sont publiés : Le Printemps silencieux (Carson, 1963), Avant que Nature meure (Dorst, 1965), L’Homme et la Nature (Julien, 1965), Quelle Terre laisserons-nous à nos enfants ? (Commoner, 1969), L’Homme ou la Nature (Bonnefous, 1970), Le Jugement dernier (Taylor, 1970), Population, ressources, environnement (Ehrlich et Ehrlich, 1972), L’Angoisse de l’an 2000 (Heim, 1973).

41La décennie 1960-1970 constitue une étape marquante dans l’histoire de la conservation de la nature. Beaucoup des ouvrages cités ci-dessus font état « d’un bilan accablant de désastres biologiques » (Foulon, cité par Rappe, 1977) et tentent encore de sensibiliser le public à travers le leitmotiv de la disparition des espèces et des milieux (Skrotzky, 1970). Certains insistent sur les dangers que font courir à l’espèce humaine non seulement sa propre progression numérique et l’augmentation de ses besoins, mais aussi l’accroissement des déchets qui en résultent, la montée en puissance de pollutions de toutes sortes compromettant la fertilité des sols, les usages de l’eau, « empoisonnant » l’air, etc.

Les problèmes aigus posés par la transformation de la nature conduisent les gouvernements des pays les plus avancés sur le plan technologique (USA, Europe, Japon…) à considérer comme préoccupante la gestion méthodique des milieux naturels, source de toutes les richesses. Ce patrimoine considéré pendant longtemps comme inépuisable et invulnérable se révèle limité et fragile dès lors que la puissance des techniques, les besoins de matières premières et d’énergie, la transformation complète des modes de peuplement portent atteinte à la nature en tant que capital. Il est en effet probable qu’ayant vécu sur les intérêts de ce capital, nous vivions aujourd’hui sur le capital lui-même (Cornière, 1978 :733).

42« La crise de l’environnement restera comme l’un des traits caractéristiques de la seconde moitié du xxe siècle », écrit V. Labeyrie (1974). La multiplication des régions où l’homme subit les nuisances provenant de ses activités provoque, dans de nombreux pays industrialisés, une certaine crainte pour l’avenir. L’humanité est-elle apte à dominer ces problèmes nés du développement de son économie ? Insensiblement, d’un courant purement protection de la nature, on passe à une dimension environnementale qui semble toucher non seulement un public plus large, mais également les hommes politiques.

43En 1970, Jacques Duhamel, alors ministre de l’Agriculture, marque bien le « tournant de civilisation auquel nous sommes parvenus », en écrivant « pendant des millénaires, pour sa vie, l’homme a lutté contre la nature et voilà que maintenant, pour sa survie, il doit faire que la nature lutte pour lui » (Duhamel, 1970). Une Direction générale de la Protection de la nature est créée au ministère de l’Agriculture, en 1970.

44L’Année européenne de la conservation de la nature, organisée par le Conseil de l’Europe (1970) et la Conférence de Stockholm (1972), consacrent cette nouvelle prise de conscience internationale. Etayée par la « bombe » que constitue le rapport Meadows et al. (1972), premier travail du Club de Rome, cette nouvelle conception des rapports de l’homme et de la nature, de la nature et de l’environnement se traduit par la mise en place de structures gouvernementales ayant en charge l’ensemble des problèmes d’environnement, conservation de la nature comprise, et par un foisonnement extraordinaire de textes et réglementations dans ce domaine. Le ministère de l’Environnement français est créé en 1971.

45Il faut toutefois relativiser la portée des inquiétudes exprimées par les hommes politiques. Pour certains, à cette époque, une politique environnementale constitue un luxe de pays riche. C’est du moins ce qu’exprime A. Bettencourt (1970), ministre délégué chargé du Plan et de l’aménagement du territoire, en introduisant le Premier programme français pour l’environnement :

L’environnement doit devenir l’une des préoccupations majeures d’un pays qui, sans être encore bien entendu entré dans l’ère de l’abondance, a dépassé le stade d’une économie de pénurie. Désormais, aux côtés des objectifs purement quantitatifs, tels que l’augmentation de la production nationale ou des revenus nominaux, des objectifs qualitatifs doivent être poursuivis.

46La séparation entre homme et nature, entre sciences naturalistes et sciences humaines va s’atténuer au cours de la décennie 1970-1980. La Convention du patrimoine mondial, que nous avons déjà citée :

réunit les notions de nature et de culture jusque là considérées comme différentes, voire antagonistes. Longtemps, en effet, l’on a opposé ces notions : l’homme devait conquérir une nature hostile tandis que la culture symbolisait les valeurs spirituelles. Pourtant, nature et culture sont complémentaires ; l’identité culturelle des peuples s’est forgée dans le milieu dans lequel ils vivent et souvent, les plus belles oeuvres humaines tirent une partie de leur beauté du site dans lequel elles s’inscrivent D’autre part, les sites naturels portent bien souvent l’empreinte de longs siècles d’activités humaines. Et dans notre monde moderne, les biens culturels et les sites naturels apparaissent également menacés par les dégradations de toutes sortes (Unesco, 1988).

De l’histoire naturelle à l’écologie

47Toutes ces idées ont été concomitantes d’une mutation dans le domaine des sciences de la vie. A ce moment s’effectue le divorce entre deux conceptions du développement des sciences biologiques. L’une entraîne la fragmentation, la remise en cause, la marginalisation, puis la relégation des sciences naturelles traditionnelles, comme la botanique et la zoologie, tout en favorisant la spécialisation à outrance par une focalisation de la recherche sur les mécanismes cellulaires et moléculaires. L’autre favorise l’émergence d’une science en gestation depuis plus d’un siècle, l’écologie, s’appuyant au contraire fortement sur les acquis des sciences du vivant pour aborder l’étude des niveaux d’organisation supra-individuel (population, peuplement, écosystème), c’est-à-dire des systèmes biologiques complexes qui composent la biosphère.

48L’usage du terme écologie ne devient courant dans le grand public qu’au commencement des années 1970 (Acot, 1988). Désignant cette nouvelle discipline, il est utilisé également par des mouvements politiques, ce qui entraîne une certaine confusion.

49La Société française d’écologie est créée en 1969, mais, dès 1964, en lançant le Programme biologique international (PBI), l’Unesco marque son intérêt pour le développement de cette branche de la biologie, capable, par définition, de fournir les bases scientifiques rigoureuses nécessaires à la gestion rationnelle des ressources naturelles et à leur conservation. Le PBI, base réelle du développement de l’écologie moderne et de sa reconnaissance institutionnelle, a surtout privilégié l’étude des écosystèmes les plus homogènes, et surtout les moins perturbés par l’homme, les moins anthropisés, les plus « naturels » (Lefeuvre et Barnaud, 1988). Les recommandations concernant leur conservation s’en ressentent. L’homme est absent des préoccupations des écologistes, comme le souligne Fabiani (1985).

50Cette critique est entérinée par l’Unesco qui, dès 1971, pour traiter « des problèmes concernant l’utilisation rationnelle des ressources, leur conservation et la gestion écologique des territoires, ainsi que ceux relatifs aux établissements humains », substitue au Programme biologique international, le programme Man and Biosphère (MAB), destiné en particulier à favoriser une recherche sur les interactions entre systèmes écologiques et systèmes sociaux en développant la multi-disciplinarité.

51Comme le souligne Cadoret :

La discussion nature-culture, sciences de la nature-sciences sociales, porte fondamentalement sur la constitution d’un objet scientifique. (…) La construction de cet objet scientifique – la nature (dont la nature humaine) – comme d’ailleurs de tout objet scientifique ne va pas de soi. Elle a suscité de nombreux débats, intéressé divers savants, philosophes ou scientifiques de l’histoire. (…) Cette nature, la manière de l’appréhender, de la transformer ou de la préserver, la réserver, c’est-à-dire la manière dont l’homme se situe par rapport à elle reste une question disputée (1988 : 10-11).

52Malgré tous les progrès réalisés, nous ne sommes pas sûrs que les propos de Fabiani ne restent pas encore d’actualité pour une grande partie des écologistes modernes lorsqu’il dit :

La protection de la nature, telle qu’elle est défendue aujourd’hui par les savants, est ainsi l’aboutissement d’un processus d’abstraction et de désocialisation qui a été le principal instrument d’autonomisation et de légitimation de la science écologique (Fabiani, 1985).

53Néanmoins, comme la protection de la nature, la discipline écologique a considérablement évolué depuis le PBI. Elle développe aujourd’hui des méthodes d’étude de l’hétérogénéité spatiale, prend en compte les activités humaines et leurs conséquences sur la structuration et l’évolution du paysage, et considère les interrelations entre différents systèmes écologiques pouvant former des unités de gestion ou d’aménagement. Récemment, nous avons d’ailleurs écrit :

L’écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature. Elle ne peut être davantage une réflexion sur l’homme. Sciences des systèmes, s’intéressant aux espèces, aux populations, aux communautés, elle est contrainte désormais pour comprendre leur structure, leur organisation, leur fonctionnement, de se référer en permanence à l’homme et à l’histoire des sociétés humaines (Lefeuvre, 1989).

54Aujourd’hui, les scientifiques qui s’intéressent au champ multidisciplinaire de l’environnement doivent prendre en compte les facteurs humains dans toute étude écologique, et inclure l’analyse des ressources et du milieu de vie dans la réflexion sur les sociétés. Contrainte par définition, au début de son histoire, de faire appel à de nombreuses disciplines (pédologie, climatologie, hydrologie, botanique, zoologie, etc.), l’écologie apparaît comme l’une des sciences qui a favorisé la naissance de la pluridisplinarité au sens large, dépassant les limites d’un domaine scientifique strict, celui des sciences de la vie. Les « écologistes savants », pour reprendre l’expression de Fabiani (1985), n’ont pas tenté de s’annexer le territoire des sciences sociales. Ils sont au contraire, avec leurs collèges des sciences humaines, en train de construire un objet scientifique commun.

55Cette évolution se retrouve au plan international. On peut considérer que la conception multidisciplinaire du programme de l’Unesco a fortement influé sur l’orientation des programmes nationaux. Tous les programmes dits écologiques de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) (Equilibre et lutte biologique, Gestion des ressources naturelles renouvelables, Ecologie et aménagement rural, Diversification des modèles de développement rural) s’en sont inspirés et ont favorisé des recherches associant science écologique et sciences humaines, enjeu réel de l’avancement des connaissances dans ce domaine. Des structures comme le département Systèmes agraires et développement (SAD) de l’Institut national de la recherche agronomique ou le Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (PIREN) du Centre national de la recherche scientifique doivent beaucoup dans leur conception au programme MAB.

56Celui-ci est aussi à l’origine d’innovation dans le domaine de la protection de la nature avec la proposition d’un nouveau type de réserves, les réserves de la biosphère, définies en 1974. Elles impliquent :

Une philosophie très large de la conservation. (…) Les transformations importantes qui se sont produites sur le globe au cours des dernières décades ont clairement montré que l’action en matière de conservation devait acquérir une nouvelle dimension, afin de permettre à la fois de perpétuer les ressources vivantes de la terre dans toute leur variété et de réaliser une étude valable des transformations qui les affectent, afin de mieux les comprendre, en vue de leur utilisation ultérieure au profit de l’humanité. On peut considérer le concept de Réserves de la biosphère comme une approche du maintien de l’intégrité des bases biologiques de l’homme et de la nature dans l’ensemble de la biosphère. En tant que tel, il implique de préserver, de restaurer et d’acquérir la connaissance nécessaire pour améliorer le mode de gestion par l’homme de la nature, sauvage et domestique (Unesco-MAB, 1987).

57Dans cet esprit nous avons proposé, lors des travaux préliminaires au lancement du PIREN, dès 1978, la mise en place d’observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux (Lefeuvre, 1985).

58C’est dans ce contexte d’une vision élargie de la conservation de la nature, s’appuyant sur des bases scientifiques rigoureuses, intégrant les sciences humaines, ne s’intéressant plus exclusivement à la sauvegarde des espèces ou à la création de réserves naturelles ou de parcs nationaux, mais veillant à ce que l’exploitation de la nature par l’homme se fasse de telle manière que soit assurée la permanence des mécanismes délicats qui conditionnent la vie et le renouvellement des ressources naturelles, que s’est élaborée une véritable politique patrimoniale de la conservation de la nature. Elle s’est exprimée à l’échelon international par la Stratégie mondiale de la conservation de la nature (UICN, 1980) et, en France, par l’émergence et l’utilisation de la notion de patrimoine naturel.

Patrimoine et conservation de la nature

En droit romain, le patrimoine est l’ensemble des biens d’un groupe familial envisagé non pas comme une valeur mais comme un objet à transmettre. En tant qu’objet de transmission, il s’oppose aux « biens », notion purement monétaire, qui s’est développée à Rome au détriment du concept culturel de patrimoine (Thomas, cité par Hermine, 1988).

59Il n’était pas évident que la référence à la notion de patrimoine puisse être à la base d’un renouveau des idées en matière de conservation de la nature :

Le patrimoine, c’est d’abord ce que nous avons hérité de nos ancêtres, tant en ce qui concerne les œuvres du passé que le type d’interdépendance qui s’est progressivement institué entre l’homme et la nature. Le patrimoine témoigne de la façon dont, à différentes époques de l’histoire, l’homme s’est approprié les ressources naturelles, les a mis en valeur, a détruit et créé en liaison avec l’évolution de la civilisation (Lesourne, 1981 : 2).

60Cet auteur précise que les œuvres du passé ont une valeur sociale parce qu’elles sont les traces, les témoignages d’époques que nous ne nous résignons pas à voir disparaître : elles sont la mémoire de la société. Dans cette perspective, l’idée de patrimoine est liée à la menace qui pèse sur lui : il est « ce que l’on risque de perdre » (Gruson, 1986). Pour Chastel (1988), le patrimoine est « ce dont la préservation demande des sacrifices, ce dont la perte signifie un sacrifice ».

61Pour J. Lesourne, à une position « conservatrice » qui suggère qu’il n’y a pas de prix trop élevé à payer pour éviter l’obsolescence de notre patrimoine, celle-ci étant naturelle ou provoquée par les activités humaines, s’oppose une position « progressiste », selon laquelle le patrimoine n’a pas d’importance en soi, mais par son renouvellement continu et son intégration à un certain type de croissance économique et de progression du niveau de vie. Pour cet auteur :

C’est bien en effet entre ces deux pôles que se développe l’idée de patrimoine : le patrimoine comme héritage et le patrimoine comme ressource. Néanmoins, cette double vision est incomplète, car si elle met l’accent sur le patrimoine en tant que produit des investissements passés, elle ne souligne pas simultanément que les activités présentes de l’homme sont source de création du patrimoine futur (Lesourne, 1981 : 2).

62C’est cette vision progressiste et prospective qu’exprime la Stratégie mondiale de la conservation de la nature, en mettant l’accent sur une autre notion novatrice, celle de gestion :

La conservation est définie comme la gestion par l’homme de la biosphère de manière telle que les générations actuelles tirent le maximum d’avantages des ressources vivantes tout en assurant leur pérennité pour pouvoir satisfaire aux besoins et aux aspirations des générations futures (UICN, 1980).

63Et, pour bien se démarquer de la position « conservatrice » de la protection, le texte poursuit :

Aussi, la conservation est-elle une notion positive, elle recouvre la préservation, l’entretien, l’utilisation durable, la restauration et l’amélioration du milieu naturel.

64Comme le font remarquer M. Lamotte et al. (1984) :

L’idée que la nature est pour l’homme une ressource aux multiples facettes n’est évidemment pas neuve : c’est le fait de la considérer comme patrimoine de la société qui ouvre de nouvelles perspectives. Désormais, les problèmes ne se posent plus seulement en termes de protection mais aussi et plus encore en termes de gestion ; les rapports des hommes avec la nature doivent être établis de telle sorte que les ressources offertes par celle-ci restent renouvelables. Cela ne concerne pas uniquement les milieux les plus sauvages mais aussi tous ceux qui sont artificialisés à des degrés divers (…). A partir de ces notions fondamentales, il est possible de donner son véritable sens au concept de conservation : ce n’est pas une opération de muséologie visant seulement à figer les produits du passé mais c’est la mise en œuvre des moyens nécessaires au maintien ou même à l’amélioration des stratégies adaptatives des systèmes écologiques : conserver la nature, c’est lui conserver ses potentialités évolutives.

La notion de patrimoine naturel

65Nous venons de montrer que les divers courants de pensée qui ont traversé le champ de la protection de la nature ont finalement conduit à envisager l’homme comme dépositaire des biens naturels, ceci se résumant par la formule : la nature est entre vos mains. Responsabiliser les hommes, les conduire à admettre que toute dégradation du milieu naturel, en les privant de ressources, nuit à leur développement économique et, à terme, compromet leur survie, tels ont été les objectifs des politiques de protection de la nature, depuis la période d’après-guerre jusqu’aux années 1970.

66La recherche de nouvelles politiques et l’apparition d’un nouveau vocabulaire peuvent être interprétées comme un constat d’échec. En réalité, ce n’est pas un échec de fond sur les finalités mêmes de la protection (il fallait bien sûr protéger ce qui pouvait l’être), mais un échec de fait par non-motivation du public. J. Theys (1981) constate que, dix ans après la création du ministère de l’Environnement, il reste encore à inventer les outils appropriés à une gestion de la nature ordinaire, celle dans laquelle nous vivons quotidiennement, tout en y puisant la plupart de nos ressources. Les politiques de protection normatives, centralisées, verticales, nécessaires pour endiguer la dégradation rapide de l’environnement amorcée après les années 1950, ont atteint les limites de leur efficacité, faute notamment d’avoir su entraîner l’adhésion et la mobilisation du public.

67Toutes ces tentatives sont à replacer dans un contexte plus général propre à la France. La décentralisation aurait dû induire une limitation du champ des politiques nationales dans tous les domaines. Les transferts n’auraient pas seulement dû être financiers et administratifs, mais englober aussi toutes les responsabilités en matière de protection de la nature et de l’environnement. Malheureusement, il n’en est rien, et nous sommes encore loin de réaliser le vœu de Theys, lorsqu’il dit :

C’est désormais essentiellement d’une volonté des populations locales à prendre en charge directement leur propre cadre de vie que dépendra la préservation et la valorisation du milieu naturel (Theys, 1981).

68Parmi toutes les pistes récentes qui s’attachent à redéfinir de nouveaux modes de gestion de l’environnement, la gestion patrimoniale apparaît comme le concept le plus approprié pour faire admettre ce transfert des responsabilités et ce renversement d’approche. On comprend dès lors le succès remporté par l’utilisation du terme patrimoine naturel.

Création et utilisation du syntagme patrimoine naturel dans l’administration française

69Ces termes sont donc apparus officiellement d’abord en 1967, puis en 1976, dans l’énoncé de la loi sur la Protection de la nature. Ils ont été utilisés la même année dans un second document, très intéressant de par son origine et son contenu : émanant du Commissariat général au Plan, il rassemble les débats du groupe de travail constitué par la Commission de l’aménagement du territoire et du cadre de vie du 7e Plan, et il est consacré aux problèmes de gestion du patrimoine naturel, explicités par M. Albert, Commissaire au Plan, dans l’introduction :

Si la nécessité de la lutte contre les pollutions et nuisances est généralement admise, au contraire l’idée que les milieux naturels constituent un patrimoine commun à tous qu’il convient de gérer au mieux dans l’intérêt général ne s’est pas encore enracinée dans le pays : l’unique préoccupation du court terme prévaut encore trop souvent (Albert, in Anon., 1976).

70En réalité la notion de patrimoine, non encore associée à l’adjectif naturel, a été liée dès l’origine dans l’administration française, autour des années 1970, à l’idée de comptabilité nationale. Reprise dans le domaine de l’environnement dès la création du ministère concerné en 1971, elle sera réutilisée deux ans plus tard par le groupe d’Evaluation de l’environnement (1973-1977) réuni autour de C. Gruson. Celui-ci insistera sur la nécessité d’établir des statistiques sur l’environnement et recommandera in fine de traiter les milieux naturels comme les biens nationaux en établissant à l’avenir des comptes du patrimoine naturel.

71Les idées sous-tendues par cette association de mots font leur chemin. En 1978, est créée la Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturel (CICPN) présidée par R. Toulemon. Le comité Faune et flore du ministère de l’Environnement (Président P. Grison) devient, en 1979, le comité Ecologie et gestion du patrimoine naturel.

72Si de nombreuses publications commencent à traiter de la définition et des limites de ce concept, il a certaines difficultés à s’implanter et à être admis, tant par les grands corps de l’Etat que par le public. L’Etat et les administrations centrales, déclarant 1980 « Année du patrimoine », l’envisagent encore uniquement sous les aspects architecturaux et culturels, et ceci malgré plusieurs interventions des associations de protection de la nature (Lefeuvre, 1979). Pour Chastel (1988), d’ailleurs, de même que l’Année européenne du patrimoine, en 1975, avait surtout « permis aux services du type Monuments historiques de se donner bonne conscience en rappelant l’écart entre les besoins et les moyens », on se souviendra de cette année 1980 comme celle qui a permis au ministère de la Culture de créer une direction du patrimoine.

73Pour F. Grevisse (1981), la difficulté de faire accepter l’adjectif naturel est normale car

d’une façon générale, les Français ont été moins sensibilisés à la protection du patrimoine naturel qu’ils ne l’ont été à celle de patrimoine architectural ou bâti. Ceci tient notamment à ce que le problème est plus difficile en matière d’écologie et d’espaces naturels et à ce que les grands moyens d’information se sont essentiellement consacrés à la sauvegarde du patrimoine bâti.

74Malgré ces vicissitudes, on parle de plus en plus, en 1988, dans les services concernés du ministère de l’Environnement, de gestion du patrimoine naturel.

Définitions

L’approche patrimoniale relève d’une éthique qui consiste, pour un individu ou une organisation, à placer au premier rang de ses préoccupations le souci constant de préserver les libertés de choix de ceux qui viendront après lui : pour cela, il convient de ne pas engager ceux-ci dans des voies qui pourraient les mener à des impasses irréversibles, mais au contraire de leur transmettre un patrimoine c’est-à-dire un ensemble de ressources qu’ils seront libres d’utiliser en fonction de leurs propres choix (Montgolfier et Natali, 1987 : 242).

75L’administration française a officialisé le syntagme patrimoine naturel, l’a situé par rapport à la notion classique de patrimoine et en a donné des définitions. En 1986, la Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturel a publié un ouvrage intitulé Les Comptes du patrimoine naturel (CICPN, 1986). En introduction, Cornière rappelle que :

Le droit des eaux et des forêts peut être considéré comme une étape majeure dans l’histoire du patrimoine naturel, engagée voici quatre siècles. (…) La notion de patrimoine naturel se comprend d’abord en énonçant simplement ses principales composantes : les eaux continentales et marines, le sol, l’air, les matières premières et énergétiques, les espèces animales et végétales.

76Weber complète cette définition :

Le patrimoine naturel est l’ensemble des éléments naturels, et des systèmes qu’ils forment, qui sont susceptibles d’être transmis aux générations futures ou de se transformer. Font partie du patrimoine naturel :
– les espèces animales et végétales ;
– les populations animales et végétales dont la durée de vie et le rythme de renouvellement impliquent la possibilité d’une accumulation et donc d’une transmission ;
– les éléments et produits du milieu naturel qui sont régulièrement et rapidement renouvelés ou recyclés même s’ils ne peuvent être appréhendés qu’en terme de flux ;
– les systèmes écologiques où les espèces se reproduisent y compris le support physique de ces systèmes ;
– les systèmes physiques de circulation de matière et d’énergie ;
– les éléments permanents de l’écosphère terrestre qui sont rattachables à un territoire et peuvent de ce fait être appropriés.

77Il en exclut :

Les éléments qui ne peuvent être transformés par l’homme et qu’il ne peut s’approprier, et les éléments dont l’origine et le renouvellement sont totalement imputables à l’homme (cf. annexe 2).

78D’autres auteurs ont tenté de fournir une définition du patrimoine naturel. Pour B. de Jouvenel, par exemple :

Il s’agit du domaine de la vie humaine qui est laissé par les générations passées aux générations à venir. Une politique patrimoniale aurait alors pour finalité l’état du territoire, mosaïque du cadre de vie (cité par Theys, 1981).

Comptabilité et gestion patrimoniale

79Ces définitions ont servi de base à l’élaboration des comptes du patrimoine naturel. L’objectif de ceux-ci est

de compléter la comptabilité nationale, constituée par la comptabilité économique qui a une place privilégiée, et la comptabilité sociale encore insuffisamment développée, par une véritable comptabilité écologique ayant sa logique propre, étant bien entendu que ces trois systèmes doivent être compatibles entre eux et qu’il faut ménager les passerelles nécessaires (M. Cruon, cité par Cornière, 1982).

80Mais comme le fait remarquer Cornière (1978), l’utilisation de la comptabilité patrimoniale appliquée au patrimoine naturel et la volonté de l’intégrer dans les comptes du patrimoine général a donné lieu pendant longtemps à un véritable dialogue de sourds. En effet, pour la nation :

Un compte de patrimoine se présente sous forme d’un bilan dans lequel on inscrit à l’actif les biens dont une unité est propriétaire ainsi que les créances qu’elle détient sur les autres unités et au passif les dettes qu’elle a contractées. La différence (le solde) entre actif et passif est appelée « valeur nette du patrimoine » (Cornière, 1978).

81Selon cet auteur, il est bien difficile de faire fonctionner de la sorte les comptes du patrimoine naturel pour deux raisons principales : 1) Le concept de patrimoine défini ci-dessus repose sur la notion de propriété, liée à l’existence d’une unité institutionnelle propriétaire. Or le patrimoine naturel est souvent non appropriable (l’air, la mer, etc.) et lorsqu’il y a appropriation, elle ne peut être que partielle (un propriétaire terrien n’est pas détenteur des passereaux qui nichent sur son terrain ; 2) Les éléments du patrimoine ont une valeur monétaire difficilement compatible avec la notion de bien non marchand caractéristique d’une bonne partie des éléments du fonctionnement de la biosphère. Dans un premier temps, les utilités multiples de la nature ont d’ailleurs conduit la Commission des comptes du patrimoine naturel à opter

pour la construction de trois sortes de comptes adaptés aux trois finalités des biens capitaux naturels : ils ont une valeur économique, écologique et socio-naturelle (Cornière, 1979 :94).

82La mise en place d’un système de compte aboutit à une description cohérente du patrimoine naturel et de sa dynamique à l’échelon national. Elle doit permettre aux administrations gestionnaires de prendre conscience de l’état du patrimoine et de ses mutations. Parallèlement, ce système doit aider à la prise de décision et relativiser les conflits d’usage. Enfin, il doit favoriser la comparaison, dans le temps et dans l’espace, des résultats de diverses opérations de gestion.

Intérêt général du concept de patrimoine naturel

83Comme le faisait remarquer J. Navarin dans un document du Comité EGPN (1980) :

Aussi impropre qu’elle soit sur le plan strictement scientifique, la notion de patrimoine naturel correspond à un découpage cohérent de compétences administratives : c’est ce champ d’action commun qui fait l’unité de politiques aussi diverses que la création des parcs et réserves par la Direction de la protection de la nature, la gestion des populations d’animaux gibiers par l’Office national de la chasse, ou celle des populations piscicoles par le Conseil supérieur de la pêche, la défense des sites et des paysages par la Direction de l’urbanisme et des paysages ou la mise en œuvre des études d’impact par l’Atelier central de l’Environnement.

84Mais par-delà cette légitimité administrative, confortée par l’intégration des comptes du patrimoine naturel aux comptes de la nation, l’utilisation de cette notion a eu le mérite d’attirer l’attention sur ce qu’il est convenu de désigner sous les vocables de biens gratuits, de biens collectifs, de res nullius, d’aménités, etc. Certes, on pourrait s’offusquer du langage d’économiste qui accompagne la notion de patrimoine naturel – Delbos et Jorion (1988) parlent même de « connotations bancaires » – tel capital-nature, capital dont il ne faut prélever que les intérêts, comptabilité, gestion, etc. En fait, patrimoine et capital ne doivent pas être confondus : comme le signale Barel (cité par Godard et Salles, 1989), « l’on ne gère pas un patrimoine exactement de la même manière qu’on gère un capital. On gère un capital pour l’accroître, on gère un patrimoine pour le transmettre. » Cependant, on ne peut nier l’intérêt de faire comprendre que ces biens, nécessaires à la vie mais sans valeur monétaire, sont menacés et de ce fait doivent être restaurés, puis gérés, pour permettre aux générations futures de vivre… ou de survivre !

85Faire entendre aux gestionnaires, au sens large du terme, que la sauvegarde de l’eau, de l’air, des espèces, des écosystèmes et même de certains sites et paysages est aussi importante, sinon plus, que la production de biens marchands est également à porter au crédit de cette notion. Le concept de patrimoine apporte à l’environnement au moins deux autres dimensions supplémentaires. Tout d’abord, celle du long terme : il s’agit d’un héritage à transmettre aux générations futures. Cette option conduit à une appréciation différente des avantages escomptés d’activités de production éphémères si elles sont réductrices ou exclusives d’utilisations futures. En second lieu, celle de propriété collective gérée et prise en compte par l’ensemble des citoyens, plus judicieuse que la notion d’externalité utilisée par les économistes pour qualifier les biens non appropriés. Pour Theys (1981) :

La gestion patrimoniale redonne ainsi à chaque individu un rôle actif dans le tissu de relations diversifiées qui le lient au milieu naturel, alors que le concept d’Environnement conduisait à faire de l’état normatif un rempart nécessaire contre les menaces liées à un cadre de vie subi et aliénant.

86Enfin, en mettant l’accent sur les potentialités futures, elle interdit de facto les choix débouchant sur des situations irréversibles et amène la référence aux ressources renouvelables.

Intérêt et limites du concept sur le plan scientifique

87Autant cette notion est désormais admise par l’administration et les sociétés de protection de la nature, autant les scientifiques, semble-t-il, répugnent à s’embarrasser d’un concept fourre-tout, dont parfois les contours ont été jugés flous. Il est vrai que la variété d’acceptions courantes admises pour le terme même de patrimoine ne facilite pas son intégration dans le vocabulaire scientifique. Rien que dans le domaine de la biologie, on parlera de patrimoine génétique pour désigner aussi bien le génotype d’un individu que la gamme de matériel génétique existant dans tous les organismes vivants (Stratégie mondiale de la conservation de la nature) et, par extension, l’ensemble des espèces végétales et animales de la biosphère.

88Par ailleurs, si l’on prend la définition même de « biens hérités du père et de la mère », le patrimoine semble être une notion individuelle, alors qu’il peut aussi désigner un bien collectif de proximité (l’environnement d’une collectivité) ou au contraire se référer à l’humanité (the world heritage).

89L’attitude de P. Lebreton (1988) est symptomatique à cet égard. Tout au long de son ouvrage La Nature en crise, ayant pour l’objet le bilan de vingt ans de protection de la nature (le bilan de la loi du 10 juillet 1976), il n’utilise ce syntagme que par auteur interposé. Seul le terme de nature est employé, nature dont il détaille l’état à travers celui des composants de l’écosphère habituellement pris en compte : l’atmosphère, les eaux (hydrosphère), les sols (partie superficielle de la lithosphère), la flore et la faune (analysées par référence à la notion d’espèces, objets élémentaires de la biosphère). Il s’explique indirectement de ce « non usage » en écrivant :

Par une démarche se voulant objective, le naturaliste reconnaît à la nature une existence et une valeur intrinsèque et dénonce la prétention quasi-universelle de notre espèce à subordonner le monde à des considérations anthropocentriques.

90On conçoit dès lors la difficulté pour lui d’admettre une nature composée d’objets appropriés par l’homme et transmissibles. Il admet néanmoins que

pour fonder une politique de protection de la nature, une première démarche démarche pourrait être d’ordre gestionnaire et quantitatif. (…) Une seconde option, plus gratuite et qualitative, consiste à développer le concept patrimonial de la nature en jouant sur l’analogie avec la notion de patrimoine culturel.

91Paradoxalement, ce terme apparaît comme un stimulant, un outil pédagogique non négligeable apportant un second souffle aux politiques de protection de la nature, et s’avère à la fois être critiqué de la part de ceux qui veulent créer une véritable technologie de la conservation de la nature.

92En réalité, une partie de cette apparente contradiction résulte d’une confusion entre une démarche politique et une approche scientifique ou technique. Si l’on peut, au plan politique, parler de gestion du patrimoine naturel, le scientifique, par contre, a besoin d’identifier des objets, de les manipuler, d’expérimenter : il gère des espèces et des espaces, il gère l’eau comme milieu et comme ressource, non pas dans l’abstrait mais sur la base de connaissances scientifiques rigoureuses.

93Une politique patrimoniale aide à faire comprendre la nécessité de cette gestion. Elle doit reposer sur des évaluations de la qualité des milieux dits naturels, évaluations dont on commence seulement à mesurer la difficulté.

94Pour bien comprendre ces difficultés et en même temps mesurer les raisons et l’étendue des réticences des naturalistes et des écologues vis-à-vis de ce syntagme, il est possible de se référer à un domaine scientifique où manifestement son utilisation a eu des répercussions positives : celui de l’écologie appliquée. Le recours à la notion de patrimoine naturel a en effet servi de catalyseur à tout un ensemble de travaux débouchant sur la définition de politiques de recherche ayant donné lieu à deux programmes pluri-annuels successifs du ministère de l’Environnement (1980-1983, 1985-1989), proposés par le comité Ecologie et gestion du patrimoine naturel. Le dernier programme s’intitule « Connaître pour mieux gérer ». Sa problématique générale peut se résumer ainsi :

Raréfaction inquiétante ou au contraire multiplication excessive d’espèces animales et végétales, détérioration des paysages et des milieux, autant de signes indiquant le sens d’une évolution défavorable à la conservation du patrimoine naturel et marquant des ruptures d’équilibre. Protéger ces espèces et ces milieux, puis gérer les états d’équilibre dynamique jugés les plus favorables, telles ont été les réactions successives de la communauté scientifique pour faire face à ces phénomènes (Comité EGPN, 1984).

95Deux domaines ont plus particulièrement été développés : les inventaires des richesses biologiques et les modalités d’entretien de ces richesses.

Inventaire des richesses biologiques

96M.L. Shaffer (cité par Julliot et Périquet, 1988) prévoit que 20 % des espèces naturelles auront disparu d’ici le début du xxie siècle par le simple fait de la destruction continue de leur habitat naturel. Soulé et al. (cités par Julliot et Périquet, 1988) estiment qu’il y a, à l’heure actuelle, entre trois et seize millions d’espèces menacées qui devraient nécessiter un programme de reproduction en captivité si l’on veut les maintenir en survie, ce qui correspond au quart ou à la moitié des espèces vivantes (dont beaucoup ne sont pas encore décrites).

97Selon un rapport préliminaire de la CICPN, vingt-deux espèces de vertébrés supérieurs (4 % des espèces) ont disparu de France depuis 1900 environ, tandis que 27 % des espèces de poissons, 53 % des espèces d’amphibiens, 37 % des espèces de reptiles, 53 % des espèces d’oiseaux nicheurs, 52 % des espèces de mammifères sont menacés de disparition. On considère également que 1 % des espèces végétales ont disparu depuis le début du siècle et que 10 % sont menacées de disparition.

98C’est sur la base de tels constats que l’inventaire des richesses biologiques a fait l’objet de réflexions approfondies. M. Cartan (1978), notamment, a étudié les problèmes méthodologiques posés par les inventaires et la cartographie de répartition des espèces. Le recensement des données fournies par les catalogues de faune et de flore a montré l’importance de nos méconnaissances passées et actuelles : des groupes entiers d’invertébrés n’ont jamais été inventoriés par absence de spécialistes, d’autres ont donné lieu, il y a vingt, trente ou cent ans à des débuts de prospection sans suite, et la prospection du territoire national reste très inégale dans l’espace et dans le temps. Certaines régions pourraient presque être déclarées terra incognita (Le Duchat d’Aubigny, 1980). Selon Desmaret (cité par Beaufort et Maurin, 1988), au début du xixe siècle, les naturalistes ne connaissaient que 25 % des mammifères de France et 10 à 20 % des espèces mondiales. Il s’est révélé nécessaire également d’étudier les modalités de réutilisation et de validation des données anciennes en fonction des progrès réalisés en systématique.

99Ces travaux ont abouti à une proposition de méthodologie nouvelle d’inventaire sur la base d’un système standard de traitement de données, avec production de cartes de répartition des espèces. Des réseaux de spécialistes se sont constitués et formalisés, stimulant de nouvelles investigations régionales et nationales. Enfin, la banque de données intitulée Secrétariat faune et flore (SFF) a été instituée en 1979. Par une convention liant le ministère de l’Environnement et le Muséum national d’histoire naturelle, le Secrétariat est :

chargé de rassembler les données fondamentales sur la faune et la flore sauvages, données dont il assure le stockage et la gestion pour aider ou contribuer à la diffusion de synthèses scientifiques ou à usage administratif. Pour ce faire il organise et anime un réseau de collecteurs de données (Beaufort et Maurin, 1988).

100Il est chargé, du fait de ses liaisons établies avec le CICPN, de l’inventaire permanent du patrimoine naturel, des synthèses sur son état, son évolution, de la production de statistiques et de comptes du patrimoine. Les programmes de recueil de données du SFF pour l’inventaire du patrimoine naturel sont désormais de plusieurs types : répartition bio-géographique fine d’espèces et de leur population, bibliographie d’informations anciennes concernant la faune et la flore permettant de retracer les tendances et évolutions historiques, surveillance continue de l’évolution du patrimoine naturel. Environ 2 000 personnes appartenant à 150 formations de recherche différentes constituent le réseau des collaborateurs mobilisé lors des inventaires (Beaufort et Maurin, 1988).

101Ces inventaires correspondent à des évaluations du « capital biologique » ou du « capital-nature », mais ils peuvent être envisagés sous un autre angle. Leur mise à jour périodique et les possibilités d’interrogation régulière donnent une image de l’évolution de certaines espèces dont la régression ou, parfois, la prolifération spectaculaire peuvent être interprétées comme de véritables « clignotants rouges », indicateurs de dysfonctionnement et de dégradation de certains milieux. Ceci recouvre la notion d’indicateur biologique attribuant à certaines espèces ou à certains assemblages d’espèces un rôle intégrateur permettant de fournir des indications sur la qualité des milieux (Lefeuvre, 1983 ; Blandin, 1986). La qualité de l’eau du réseau hydrographique français, évaluée périodiquement sur une telle base, constitue un exemple de l’application de cette notion d’indicateurs.

102L’enchaînement : demande ou besoin d’évaluation – recherche méthodologique – conception et réalisation d’un outil – réponse à la demande – apparaît comme exemplaire. Il est alors possible de croire réglé le problème de l’évaluation de la richesse spécifique de notre patrimoine naturel, et comblé le besoin permanent de connaissances des gestionnaires. Pour plusieurs raisons, cet optimiste doit être fortement relativisé. L’une tient à l’impossibilité de porter un diagnostic fiable sur la seule estimation de l’évolution de l’aire de répartition d’une espèce à travers la notion de présence/absence. Un autre élément manque en effet presque toujours : l’évaluation densitaire des populations, élément-clé de l’appréciation de la qualité des milieux, de la bonne santé d’une espèce, pourrions-nous dire, à travers ses populations. Malheureusement, en dehors de certaines espèces de vertébrés supérieurs, notamment de mammifères et d’oiseaux, peu de données densitaires sont disponibles, en raison du manque de méthode fiable ou de la lourdeur des méthodologies à mettre en œuvre. Par exemple, malgré les demandes réitérées du Ministère, on ne dispose toujours pas de données utilisables sur l’évolution des populations de nos passereaux nicheurs les plus communs. Elles fourniraient pourtant des indications précieuses sur ce que nous pouvons appeler l’état de la nature ordinaire.

103L’acquisition de données fiables, la mise au point de méthodologies permettant le recensement périodique d’espèces, d’individus, objets élémentaires du patrimoine naturel, sont du domaine scientifique. L’interprétation faite à partir de ces données par les gestionnaires pour conduire une politique patrimoniale peut, par contre, se démarquer profondément de celle dictée par une attitude strictement scientifique.

104Le cas de l’ours apparaît comme exemplaire pour illustrer ce propos : on connaît parfaitement sa répartition, et il est possible d’évaluer, à un individu près, les noyaux relictuels de populations qui témoignent de l’ancienne aire de répartition. Une attitude scientifique pure et dure peut consister à dire : en l’état actuel de nos connaissances sur la survie des petites populations isolées, il y a de fortes probabilités pour que les effets délétères, dus à la perte de variabilité génétique dans des populations aussi réduites, conduisent inéluctablement à la disparition des derniers ours français. Par ailleurs, un examen de la carte de répartition en Europe laisse supposer que l’espèce se « porte encore bien » dans certains pays : la disparition de cette petite population ne constitue donc pas une perte irréparable s’il est prouvé qu’il ne s’agit pas d’une sous-espèce. L’attitude dictée par une politique de conservation du patrimoine naturel est susceptible d’être tout autre. On peut, avec une conviction justifiée, considérer inadmissible la disparition du dernier des grands mammifères sauvages de France et prôner « l’acharnement thérapeutique », en tablant sur les cas rares de sauvetage de populations de certains vertébrés réalisés à partir de quelques individus. On a le droit également de considérer l’ours brun comme appartenant à une même espèce dans toute une partie de l’Europe. Un renforcement de population est alors possible et nécessaire (après restauration de l’habitat !) dans le cadre d’une politique patrimoniale aux objectifs clairs : éviter à tout prix la disparition de nouvelles espèces du territoire français.

105Cet exemple nous fournit une deuxième raison d’insister sur l’écart qui existe encore entre les données scientifiques et une évaluation traditionnelle du patrimoine naturel basée sur la notion classique d’espèce. Il existe en effet des risques de schématisation induits par une définition trop rigide des biens naturels – motivée par des besoins comptables – qui, en l’état actuel de nos connaissances, peut englober des objets ayant une valeur patrimoniale différente.

106La définition de l’espèce n’est pas si simple qu’on pourrait le croire, l’existence de catégories infraspécifiques l’atteste. Souches, races, sous-espèces, écotypes, métapopulations représentent divers degrés d’isolement génétique qui peuvent avoir une importance primordiale en termes de patrimoine naturel. Ainsi, l’utilisation trop rigide du terme espèce peut-elle masquer le rôle particulier joué par l’une de ces catégories. Il faut préserver la diversité de l’expression de l’information génétique, notamment dans les relations avec le milieu ; une collection d’espèces dans un zoo ou un jardin botanique, si elle conserve le patrimoine génétique, ne permet pas son expression complète (cf. annexe 3).

107En termes de gestion : à quel niveau doit-on s’arrêter ? Recenser les populations de Salmo trutta trutta, considérées comme polluées génétiquement (cette expression, pollution génétique, n’ayant d’ailleurs aucune base scientifique) par des introductions massives dans toute la France n’a pas la même signification que recenser les sous-espèces encore existantes, telle Salmo trutta macrostigma de Corse, ce qui mobilise des connaissances et des moyens scientifiques tout autres. Cette sous-espèce n’est plus représentée que par quelques petites populations relictuelles en tête de bassin hydrographique. Mérite-t-elle une protection en raison de sa rareté et des menaces qui pèsent sur elle ? Il en est de même pour les perdrix grises de montagne, qui se différencient de celles de plaines, où aucun écotype n’est plus discernable. En termes de comptes du patrimoine, les populations diploïdes de Dactylis glomerata (indicatrices semble-t-il de faible perturbation du milieu et donc rares et relictuelles) doivent-elles être différenciées des populations polyploïdes communes réparties sur tous les espaces banalisés ? Une évaluation patrimoniale pratiquée en utilisant la notion classique d’espèce montre que Chenopodium album, adventice des cultures, est largement représentée en France. Or, si J. Gasquez (1984) reconnaît vingt-trois phénotypes enzymatiques pour les populations des jardins potagers, il n’en détermine plus que cinq dans des champs soumis à des rotations céréalières avec désherbage chimique. Quant aux populations résistantes aux triazines, elles ne sont plus constituées que d’un seul phénotype. Ainsi, non seulement la culture, mais aussi, et surtout, le désherbage réduisent considérablement le polymorphisme de populations potentiellement variables (cf. annexe 4).

108Or, c’est bien sur la base du maintien de la variabilité génétique que devrait se pratiquer une vraie politique de conservation, puisque c’est l’une des conditions de survie des espèces et du maintien de leurs populations dans un environnement éminemment changeant. Chaque espèce doit, pour se maintenir, être capable de s’adapter non seulement aux variations des conditions naturelles, mais aussi à celles induites par l’activité des hommes (tels les changements climatiques dus à l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère).

109Cette liaison entre patrimoine génétique (des individus, des populations, des espèces) et conservation ne doit plus être ignorée dans une évaluation comptable de notre patrimoine naturel, de même d’ailleurs qu’elle ne peut l’être par les gestionnaires des milieux naturels.

Modalités d’entretien et de conservation du patrimoine naturel

110Les recherches sur la gestion, l’entretien et la restauration des milieux ont été fortement stimulées par la notion de patrimoine naturel. Le développement des activités scientifiques dans ce secteur a relancé le débat sur les relations homme-nature et l’a clarifié, notamment en obligeant les écologues à tenir davantage compte du poids des activités humaines dans ce qu’ils désignaient sous le nom de « milieux naturels ».

La notion de naturel et ses ambiguïtés

111Nous l’avons dit plus haut : le patrimoine naturel, en l’état actuel de la réflexion, n’apparaît pas comme un objet scientifique pour les écologues. Cependant, sa prise en compte par les chercheurs se heurte aux ambiguïtés et multiples acceptions d’autres termes proches, certains appartenant au vocabulaire général (nature, paysage), d’autres au domaine scientifique (milieu, écosystème, espace).

112Pour Lebreton (1988) :

La nature peut être considérée comme l’ensemble interactif du monde physique et vivant indépendamment de l’homme (du moins de l’homme « outillé »).

113Il préfère le renvoi à l’adjectif naturel qu’il trouve plus éclairant dans la mesure où il s’oppose à artificiel. Pour lui :

L’idée d’une nature en soi s’oppose ainsi à la conception selon laquelle un paysage, par exemple, n’est que le produit de la dialectique homme/environnement, à la limite même une représentation de notre esprit.

114Il est vrai que le mot nature recouvre des concepts fort divers selon le niveau culturel et la formation scientifique, en particulier biologique, de celui qui l’utilise. C’est ce que pense Ramade (1981) pour qui :

il est certain que l’idée de nature telle qu’elle est perçue en règle générale par le profane, le politicien ou le technocrate ne présente qu’un lointain rapport avec les fondements écologiques d’un tel concept.

115C’est pour cette raison qu’il préfère utiliser les termes « biosphère » et « écosphère » plutôt que « nature » et « milieux naturels ».

116La notion de milieu prête aussi à équivoque. Ainsi pour Sacchi (1968), « l’organisme et son milieu constituent le binôme fondamental de l’écologie ». Le milieu correspond à la partie du monde avec laquelle un organisme vivant est en contact : c’est donc celle qui en détermine les réactions, les adaptations physiologiques et parfois même morphologiques, celle qui est en retour modifiée, transformée, façonnée par ce contact avec le vivant (échange nécessaire spécifique et continu d’actions et de réactions). Cette définition le conduit à homologuer milieu à environnement. Il souligne l’élargissement, dans le langage courant, du sens du mot milieu. En parlant de milieu aquatique ou forestier, on en arrive à considérer ce terme presque comme synonyme d’écosystème, concept qui ne devrait pas comprendre exclusivement les facteurs du milieu, mais la résultante de ceux-ci et du peuplement qu’ils conditionnent. Il précise que cette extension peu correcte du terme milieu est particulièrement fréquente en écologie appliquée. De véritables transformations de l’écosystème, naturelles ou d’origine anthropique, sont souvent désignées par les termes « modifications de milieu ».

117En se basant sur un tel constat et en admettant de fait que la dérive milieu-écosystème est actuellement consommée, G. Long en arrive à proposer une définition des milieux ou espaces naturels fondée sur l’approche des phyto-écologues, qui prennent la végétation dite naturelle comme base d’identification :

La végétation naturelle comprend tous les agrégats fonctionnels d’individus végétaux, tels qu’on les trouve dans la nature (milieu naturel) et dont les constituants, représentant les diverses espèces, apparaissent spontanément c’est-à-dire sans le secours du semis ou de la plantation provoqués volontairement par l’homme (Long, 1974).

118La végétation artificielle comprend par opposition « tous les ensembles végétaux volontairement créés par l’homme par les voies du semis ou de la plantation ». Il relativise la notion de naturel par rapport à celle d’artificiel. Pour lui, artificialisation n’est pas assez explicite :

En fait, le milieu le moins artificialisé, nous disons le plus naturel, est celui pour lequel l’action historique et actuelle de l’homme est la plus faible (ou nulle), un tel milieu étant alors caractérisé par une certaine stabilité en ce qui concerne la nature et l’organisation de ses constituants abiotiques et biotiques (…). D’autre part, le milieu le plus artificialisé ou le moins naturel est, dans l’état actuel de nos connaissances technologiques, celui pour lequel la plupart des variables écologiques sont contrôlées par des moyens artificiels (Long, 1974).

119L’analyse effectuée par des chercheurs en sciences humaines ne facilite pas la clarification sémantique. Pour Y. Chatelin, J.F. Richard et G. Riou (1986), paysage, environnement et milieu naturel sont des expressions à peu près équivalentes :

En tous cas, elles désignent les mêmes objets. Si la dernière d’entre elles est d’usage exclusivement scientifique, les deux premières sont par contre communément employées. C’est qu’en effet, les objets qui composent le milieu naturel sont offerts à la connaissance et à l’usage de tous les hommes. Ainsi, face à ce milieu naturel qui est le même pour tous, des attitudes très différentes les unes des autres peuvent être adoptées.

120Le milieu naturel doit-il être considéré comme un concept flou aux définitions multiples, pratique d’emploi, ou au contraire comme un objet scientifique réel, identifiable, se prêtant à des analyses rigoureuses et objectives ? La réponse est loin d’être évidente, même pour les scientifiques, ainsi que nous venons de le voir. Toutes ces difficultés d’ordre sémantique ont été largement ressenties par l’administration et ont donné lieu à de nombreux débats (cf. annexe 5). En fait, derrière ce problème de vocabulaire, se cache quelque chose de plus profond, qui est la place des systèmes modifiés par les activités humaines, celle de la nature ordinaire, dans une politique de conservation, de gestion et de restauration du patrimoine dit naturel.

121Les scientifiques ne sont pas étrangers à l’affaire. L’idée d’une nature « sans homme » reste en particulier fortement ancrée dans l’esprit des écologues modernes. De ce fait, les activités humaines et les changements induits sur les espaces et les espèces, sur les milieux dits naturels, sont encore beaucoup trop négligés. Pourtant, l’écologie a montré que tout être vivant modifie, structure le milieu dans lequel il vit. Il est impensable d’étudier le produit final, les écosystèmes, sans analyser le poids relatif des différents organismes qui les composent sur leur structure, leur organisation, leur vitesse d’évolution, etc. 11 est impossible de comprendre le fonctionnement de certains espaces ouverts, par exemple, si on néglige le fait que, bien avant l’apparition de l’homme, ils ont été parfois créés, souvent étendus, toujours entretenus par de grands herbivores maintenant disparus. Il suffit d’ailleurs de se référer à des expériences récentes, telle l’introduction de la myxomatose en Europe en 1952, avec pour conséquences l’éradication ou la régression des populations de lapin de garenne, pour évaluer l’importance de l’action structurante de certains herbivores (Chapuis et Lefeuvre, 1980). Par rapport à ces herbivores, l’homme, en fonction de son extension territoriale et d’une évolution technique foudroyante, a modifié non seulement son habitat d’origine, mais l’ensemble des milieux naturels de la planète qui portent désormais son Empreinte.

122Il faut même aller plus loin : les paysages dans lesquels nous vivons ne résultent pas seulement de la juxtaposition d’agro-écosystèmes mis en place par l’homme et d’une série d’écosystèmes relictuels plus ou moins transformés, plus ou moins bloqués dans leur évolution par les activités humaines. En effet, de même que le vivant, en utilisant les mêmes molécules de base, s’exprime dans toute sa diversité, l’homme, en conservant des lambeaux d’écosystèmes ou en associant des espèces végétales sauvages autochtones ou introduites, crée de nouveaux écosystèmes, ceux-ci allant de la forêt équienne de conifères introduits (épicéa de douglas, stika) au réseau de haies formant les structures bocagères ou au polder parcouru par des réseaux de canaux de drainage.

123Ce point de vue ne remet pas fondamentalement en cause l’idée même de patrimoine. Il le fonde, au contraire, sur la réalité des relations étroites entre la nature et l’homme. Les milieux naturels, modifiés, manipulés par l’homme sont formés d’objets tributaires de ses activités ; il doit continuer à les entretenir, les assister, les piloter pour pouvoir les transmettre aux générations futures.

Mieux connaître pour mieux gérer

124Il convient donc d’évaluer, éventuellement de restaurer, puis de gérer, en priorité, des milieux naturels représentant une nature entièrement transformée et souvent pilotée par l’homme.

125En termes de comptabilité patrimoniale, l’évaluation des milieux pose des problèmes délicats encore loin d’être résolus. Certes, des indicateurs biologiques pertinemment choisis sont susceptibles de donner des indications intéressantes sur l’état de systèmes écologiques plus ou moins perturbés. De même, les données satellitaires peuvent, au-delà des délimitations territoriales (écozones de la CICPN), fournir des informations sur la production annuelle (standing crop) de certains milieux. Mais aucune de ces méthodes ne permet réellement d’évaluer correctement les modalités de fonctionnement des systèmes écologiques, leur vitesse d’évolution, etc. En l’état actuel des connaissances, la télédétection est même encore incapable de faire la distinction entre un lac oligotrophe fonctionnant normalement et un lac touché par les dépôts acides, biologiquement mort, devenu de ce fait une collection d’eau et non plus un écosystème.

126Identifier, individualiser un écosystème soit par des groupements végétaux, soit par des signatures spectrales, ne fournit pas non plus pour l’instant d’éléments sur son rôle dans le fonctionnement d’une entité micro ou macrorégionale, du type bassin versant par exemple. La description d’un milieu par des typologies trop générales risque, là encore, de fausser les appréciations sur la valeur patrimoniale.

127La complexité des phénomènes en jeu a été mise en évidence par toute une série d’études de cas. Identifier l’ensemble des milieux marins, des marais salés, des marais d’eau douce qui forment la baie du Mont-Saint-Michel est indispensable. Mais cette « cartographie typologique » ne donne pas les modalités d’échanges et de transfert entre ces milieux qui en font la zone mytilicole la plus productive de France et une zone d’hivernage d’importance internationale pour les oiseaux d’eau. Ainsi, l’assèchement des marais d’eau douce de la région de Dol, lieu de gagnage des canards colvert, pourrait faire chuter les effectifs de leur population en hivernage d’une manière spectaculaire en baie du Mont-Saint-Michel, zone marine de repos pour cette espèce.

128En fait, ce n’est pas la disparition, la régression ou la transformation de tout ou partie d’un complexe d’écosystèmes qui en révèle la valeur patrimoniale, mais bien la véritable « fuite de capitaux » que constituent les pertes de fonction ou les dysfonctionnements induits par de telles transformations. Par exemple, la régression catastrophique des marais salés de la la côte est des Etats-Unis a mis en évidence leur rôle nourricier vis-à-vis des eaux littorales et leur importance dans la gestion des stocks commercialisables de certains mollusques (coquilles Saint-Jacques), de certains crustacés (crevettes Pennaeidae) et de beaucoup de poissons plats.

129La disparition des zones humides de la plaine alluviale du Mississippi et des forêts riveraines a révélé aux yeux des chercheurs trois fonctions essentielles de ces types de milieu particulier, à savoir : une fonction de régulation des débits du fleuve et de ses affluents ; une fonction de recharge des aquifères ; une fonction de contrôle de la qualité des eaux et notamment de dénitrification.

130De même, le remembrement en zone bocagère, accompagné de travaux connexes destructeurs, notamment l’arasement des haies et des talus, a dévoilé trois fonctions essentielles des structures bocagères : rôle hydrologique (régulation des débits, contrôle du transfert des particules terrigènes, de la matière organique et des substances nutritives ; rôle climatique (régulation du vent, mais aussi variation dans l’espace et dans le temps de l’intensité des pluies, de l’hygrométrie et des températures) ; rôle biologique (aires relictuelles facilitant le maintien de certaines espèces forestières, « production » de pollinisateurs, d’espèces contrôlant les ravageurs des cultures, de prédateurs, etc.).

131De l’omission de ces échanges intersystèmes a découlé la disparition de nombreuses tourbières, qui avaient été mises en réserve en fonction de leur valeur patrimoniale : en raison de la transformation des milieux agricoles environnants, la qualité de l’eau ne permettait plus le maintien de plantes adaptées à des pH acides.

132La conjonction de l’intensification agricole et de l’arasement de haies sur un bassin versant, facilitant les transferts de substances nutritives (pollution diffuse), peut conduire à la perte des populations de truites et de saumons, richesses d’une rivière.

133Cette dimension spatiale (espace fonctionnel, écocomplexe, structure spatiale) ne doit pas faire oublier que le patrimoine naturel évolue aussi dans le temps. L’exemple des réserves naturelles montre bien les limites des mesures réglementaires pour la conservation des richesses biologiques d’un territoire donné et l’importance de la notion de succession écologique. Cinquante ans après sa mise en protection, le bois des Rièges, dans la réserve de Camargue, a perdu une partie de sa richesse floristique par « fermeture » du milieu. En effet, tout système écologique s’installe, se développe, mature et meurt selon des pas de temps très variables, par exemple de quinze à trente ans pour une lande, environ trois cents ans pour certaines forêts. Ces successions se traduisent par des changements temporels des espèces végétales, animales et des communautés en un endroit donné. Chaque stade de la succession peut être considéré comme un milieu particulier de valeur patrimoniale différente. Pour un déroulement normal de ces successions, la présence dans le voisinage de successions identiques, mais asynchrones quant à leur stade, s’avère nécessaire « parce que ce seront les stades convenables de ces autres successions que les populations ou les propagules qui en sont issues iront coloniser pour survivre » (Blondel, 1986). Comprendre l’évolution de ces milieux implique donc l’étude des processus d’immigration, de colonisation, de compétition…

134Par ailleurs, selon le degré d’artificialisation, un même milieu, en fonction de la nature des usages dont il a été l’objet, suit des trajectoires d’évolution et des étapes de succession très différentes, et donne lieu à une mise en place de systèmes écologiques « inédits ». L’abandon de la fauche et du pâturage dans les prairies humides du marais Vernier, par exemple, aboutit, en fonction des dates d’abandon, à la mise en place d’un ensemble de milieux diversifiés allant de la prairie à Calamagrostis au bois de saules, de bouleaux, ou même, pour certaines parties non utilisées depuis quarante ans, à une formation végétale presque monospécifique à fougère aigle (Lecomte et Leneveu, 1986).

135La présence d’une population animale ou végétale dans un milieu donné n’est jamais un acquis définitif. Cette idée maîtresse remet en cause bien des idées préconçues sur la notion de patrimoine naturel et découle directement de la notion d’hétérogénéité spatio-temporelle. En raison des changements d’origine biologique ou physique et des événements aléatoires agissant en permanence sur les milieux, toute population est, en un endroit donné de l’espace et à un instant donné, en état d’équilibre plus ou moins stable. Son maintien sera un jour ou l’autre remis en cause par une extinction locale compensée par une colonisation ailleurs (Blondel, 1986)… si toutefois les habitats « de rechange » ne sont pas détruits !

136Le gestionnaire du patrimoine naturel, espace protégé ou nature ordinaire, doit tenir compte à la fois des acquis de la recherche et des particularités du territoire. Gérer dans ces conditions nécessite de faire appel à un ensemble de méthodes et de techniques appropriées. Selon les objectifs poursuivis, protection d’une espèce menacée ou maintien d’une diversité biologique élevée, il s’agira d’évaluer le degré de dégradation des systèmes écologiques envisagés, de restaurer ou de cicatriser, puis de contrôler par la suite le fonctionnement et l’évolution des processus écologiques.

137L’analyse de la dimension temporelle par les successions permet d’ailleurs de pratiquer une politique à la fois de gestion et de restauration. Un bon gestionnaire doit choisir, dans un système dynamique en évolution permanente, le stade le plus pertinent en fonction de l’objectif choisi. Il s’agit alors soit de bloquer le milieu à ce stade, soit de provoquer une évolution régressive. Deux exemples peuvent illustrer cette démarche : 1) Les Ecossais maintiennent des densités élevées de grouses sur leur territoire en bloquant l’évolution de la lande au stade « Calluna dominante » et en regénérant périodiquement cette formation végétale par des feux contrôlés. 2 ) L’obtention d’une diversité biologique élevée dans le marais Vernier, déjà cité, a nécessité la régression des stades à fougère, à bouleau et à saule, ainsi que « l’ouverture » du milieu, puis son blocage au stade herbacé par le développement d’un élevage de bovins rustiques (Highland cattle).

138Enfin, le maintien de certaines espèces nécessite de plus en plus l’acquisition d’un savoir-faire dans le domaine de la restructuration de l’espace : création de bosquets, plantation de haies boisées, création de « corridors » associant différents milieux, etc.

Conclusion

139Les politiques de protection de la nature sont sans cesse contraintes de s’adapter aux nouvelles réalités. De la protection de quelques espèces gibiers, on est vite passé au début de ce siècle, en raison de la progression démographique de l’homme et de l’envahissement de la planète, à la protection de lambeaux de biosphère considérés comme témoins de la nature passée. L’avènement de l’ère industrielle, l’exploitation minière de notre globe ont poussé les conservationnistes à mettre l’accent sur les liens qui relient protection des ressources naturelles et développement. C’est en partie le sens du message de la Stratégie mondiale de la conservation de la nature qui précise :

L’humanité dans sa volonté de réaliser son développement économique et dans sa quête de richesses naturelles doit accepter la réalité de la limitation des ressources, ainsi que de la capacité de charge des écosystèmes et tenir compte des besoins des générations futures, car si l’objectif du développement est la prospérité économique et sociale, celui de la conservation est le maintien de la capacité de la terre d’assurer aussi bien le développement durable de l’humanité que la pérennité de toute vie (UICN, 1980).

140On conçoit mieux dans ces conditions le sens profond de toutes les tentatives qui sont faites actuellement pour responsabiliser les acteurs locaux et les faire participer à la protection de « leur » patrimoine naturel. Pour maintenir l’ensemble des espèces végétales et animales, une véritable politique de protection de la nature doit désormais s’intégrer à une politique d’aménagement du territoire entièrement revue et rénovée et aider aussi bien à la gestion de la nature ordinaire qu’à celle des territoires d’exception que restent les parcs nationaux et les réserves. Apprendre à protéger et à maintenir « en bon état » quelques bosquets, quelques bordures de chemin dans la plaine de Beauce, ou un réseau de haies dans les zones bocagères de l’Ouest a autant d’intérêt, pour le maintien d’une diversité biologique élevée sur l’ensemble de notre territoire, que la multiplication de nos parcs et réserves en montagne.

141Nous rejoignons ainsi la Stratégie mondiale de la conservation de la nature, qui s’est fixé trois objectifs pour contribuer à l’avènement d’un développement durable fondé sur la conservation des ressources vivantes : 1) maintenir les processus écologiques essentiels et les systèmes entretenant la vie (régénération et protection des sols, recyclage des nutriments, épuration naturelle des eaux), dont dépendent la survie et le développement de l’humanité ; 2) préserver la diversité génétique, dont dépend le fonctionnement de la plupart de ces processus et systèmes ; 3) veiller à l’utilisation durable des espèces et des écosystèmes.

142Cependant, malgré tous les efforts pédagogiques, toutes les mises en garde, malgré les textes réglementaires, notre patrimoine naturel national s’amenuise, et les ressources naturelles mondiales régressent à un rythme effréné. C’est maintenant le fonctionnement global de la biosphère qui est compromis par l’évolution des climats liée aux activités humaines, amenant à s’interroger sur l’avenir de l’humanité (Bruntland, 1987).

143Dès lors, les changements de vocabulaire imposés par les événements et l’évolution de notre environnement général se comprennent mieux. Les mots s’usent vite : l’Union internationale pour la conservation de la nature ne vient-elle pas, pour son quarantième anniversaire, de devenir l’Alliance mondiale pour la nature ? Par contre, le syntagme de patrimoine naturel, fortement enraciné dans l’administration française et inclus dans les comptes de la nation, semble destiné à durer.

144De toute façon, par la sensibilisation des individus aux biens collectifs, par la réhabilitation de la notion de nature ordinaire, par la motivation des gouvernements à la gestion à long terme du territoire et aux richesses naturelles, ce concept a déjà joué un rôle pédagogique important. Dans le domaine scientifique, bien que contestable, il a contribué, avec d’autres mouvements de pensée, à faire évoluer l’écologie vers des objectifs finalisés, à l’intéresser aux activités humaines, facilitant ainsi le rapprochement tant souhaité entre les sciences de la vie et les sciences humaines.

145Pour notre part, nous souhaitons voir se développer, sur la base de ce concept « flou » de patrimoine naturel, une politique de recherche plus ambitieuse, qui déterminerait la communauté scientifique à innover sur les plans social et économique, en intégrant les connaissances écologiques aux décisions d’aménagement du territoire au sens le plus large de cette expression, aidant ainsi à concilier développement et protection de la nature.

146Cette politique de gestion plus globale prendrait en compte l’homme, ses savoir-faire, ses traditions, ses pratiques sociales, ses capacités d’innovation technologique et son environnement naturel et modifié. Cette gestion pourrait être qualifiée d’écologique, c’est-à-dire qu’elle favoriserait le maintien d’une diversité des communautés d’êtres vivants et garantirait une productivité biologique globale élevée au meilleur coût énergétique, tout en satisfaisant au moindre coût économique les besoins sociaux, culturels et esthétiques diversifiés de la société. Garant d’un développement durable, une telle gestion permettrait peut-être de transmettre aux générations futures le patrimoine le plus précieux de la planète Terre : la vie sous toutes ses formes.

L’auteur tient à remercier J. le Duchat d’Aubigny (CNRS) pour son aide constante au cours de l’élaboration de cet article ; G. Barnaud (Muséum national d’histoire naturelle), L. Marion (CNRS) et B. Leclerc (INRA), pour leurs suggestions et critiques ; ainsi que M. Jollivet, O. Godard (CNRS) et G. Humbert (Muséum national d’histoire naturelle) pour avoir bien voulu donner sur ce texte le point de vue, respectivement, du sociologue, de l’économiste et du juriste.

Bibliographie

Références bibliographiques

Acot, P. 1988. Histoire de l’écologie, Paris, PUF.

Anonyme, 1976. Gestion du patrimoine naturel. Rapport du groupe de travail de la commission de l’Aménagement du territoire et du cadre de vie. Préparation du 7e plan. Paris, La Documentation française.

– 1980. Document d’information sur les travaux du groupe de Gestion des espaces naturels. Cahiers techniques de la Délégation à la qualité de la vie, Ministère de l’Environnement.

Beaufort, F. de et H. Maurin. 1988. Le Secrétariat de la faune et de la flore et l’inventaire du patrimoine naturel, tome 1 : Objectifs, méthodes et fonctionnement ; tome 2 : Programme d’inventaire, réseau faune et flore et publications. Paris, Secrétariat de la faune et de la flore, MNHN.

Bettencourt, M.A. 1970. Préface, p. 3-4, in Un premier programme pour l’environnement, 2000 Revue de l’aménagement du territoire, numéro hors série.

Birkan, M. et M. Jacob. 1988. La perdrix grise. Paris, Hatier.

Blandin, P. 1986. Bioindicateurs et diagnostic des systèmes écologiques, Bulletin d’écologie, 17 : 215-307.

Blondel, J. 1986. Biogéographie évolutive. Paris, Masson.

Bonnefous, E. 1970. L’homme ou la nature ? Paris, Hachette.

Brundtland, G.H. 1987. Our Common Future. Oxford, Oxford University Press.

Cadoret, A. 1988. « Chasser le naturel… ». Paris, Ed. Ecole des hautes études en sciences sociales (Cahiers des études rurales, no 5).

Carson, R. 1963. Le Printemps silencieux. Paris, Plon.

Cartan, M. 1978. Inventaires et cartographies de répartitions d’espèces. Faune et flore. Paris, Ed. du CNRS.

Chapuis, J.L. et J.C. Lefeuvre. 1980. Evolution saisonnière du régime alimentaire du lapin de garenne, Oryctolagus cuniculus L. en lande : résultat de deux ans d’analyses, Bulletin d’écologie, 11 : 587-97.

Chastel, A. 1988. Le patrimoine, p. 267-74 in Symposium, les enjeux. Paris, Encylopaedia Universalis.

Chatelin, Y., J.F. Richard et G. Riou. 1986. Du milieu naturel, comme lieu de rencontre du sens commun, de la pensée philosophique et de la démarche scientifique, p. 5-15 in Y. Chatelin et G. Riou (éds), Milieux et paysages. Paris, Masson.

Comité scientifique « Ecologie et gestion du patrimoine naturel » (EGPN). 1980. Ecologie et gestion du patrimoine. Programme de recherche 1980-83. Neuilly-sur-Seine, Ministère de l’Environnement

– 1984. Connaître pour mieux gérer. Programme de recherche 1985-89. Neuilly-sur-Seine, Ministère de l’Environnement.

Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturel (CICPN). 1986. Les Comptes du patrimoine naturel. Paris, LNSEE (no 535-36, série C, no 137-38).

Commoner, В. 1969. Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? Paris, Le Seuil (1e éd. 1963).

Cornière, P. 1978. Vers une comptabilité du patrimoine naturel, Futuribles, 18 :733-46.

– 1979. Les Comptes du patrimoine naturel, Futuribles, 25 : 89-99.

– 1982. Les Comptes du patrimoine naturel, Futuribles, 55 : 17-42.

– 1986. Introduction, pp. 13-30 in Les Comptes du patrimoine naturel. Paris, INSEE (no 535-36, série C, no 137-138).

Delbos, G. et P. Jorion, 1988. La Nature ou le réel forclos, p. 15-21 in A. Cadoret (éd.), « Chasser le naturel… ». Paris, Ed. Ecole des hautes études en sciences sociales (Cahiers des études rurales, no 5).

Dorst, J. 1965. Avant que Nature meure, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé (2e éd., 1971).

Duhamel, J. 1970. Discours de M. Jacques Duhamel, ministre de l’Agriculture, au Conseil de l’Europe, le 9 janvier 1970, lors de la séance d’ouverture de la Conférence européenne sur la conservation de la nature, p. 85-87 in Un premier programme pour l’environnement, 2000. Revue de l’aménagement du territoire, numéro hors série.

Ehrlich, P. et A. 1972. Population, ressources, environnement. Paris, Fayard.

Fabiani, J.L. 1985. Science des écosystèmes et protection de la nature, p. 75-93 in A. Cadoret (éd.), Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement. Paris, L’Harmattan.

Gasquez, J. 1984. Approche génétique des mauvaises herbes : variabilité infraspécifique, évolution-résistance, Schweiz. Landw. Fo., 23 : 77-88.

Godard, O. et J.M. Salles. 1989. Entre nature et société, jeux et enjeux des irréversibilités dans le champ de l’environnement, in Colloque international « Irréversibilités dans les modes de croissance ; institutions, techniques et économie », 21-23 juin 1989. Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales.

Grevisse, F. 1981. Eléments de réflexion sur la protection et la gestion des espaces naturels. Ministère de l’Environnement, 2 tomes.

Gruson, C. 1986. Préface, in Les Comptes du patrimoine naturel. Paris, INSEE (no 535-36, série C, no 137-38).

Harroy, J.P. 1988. The Early Years, 40 ans d’alliance avec la nature, numéro spécial UICN Bulletin, 19, 7-12 : 15-17.

Heim, R. 1973. L’Angoisse de l’an 2000. Paris, Fondation Singer-Polignac.

Hermitte, M.A. 1988. Le Concept de diversité biologique et la création du statut de nature, in B. Edelman et M.A. Hermitte (éds), L’Homme, la nature et le droit. Paris, Christian Bourgois.

Julien, M.H. 1965. L’Homme et la nature. Paris, Hachette.

Julliot, C. et G. Périquet. 1988. Détermination des seuils critiques de population efficace pour de petites populations isolées de vertébrés. IBEAS-Génétique, Faculté des sciences, Tours.

Labeyrie, V. 1974. L’Ecologie et l’homme, p. 23-75 in L’Ecologie contre les nuisances pour la conservation de la nature. Paris, Le Prat.

Lamotte, M., C.F. Sacchi et P. Blandin. 1984. « Ecologie », Encyclopaedia Universalis, supplément, I : Le Savoir.

Lebreton, P. 1988. La Nature en crise. Paris, Sang de la terre.

Lecomte, T. et C. Le Neveu. 1986. Le marais Vernier : contribution à l’étude et à la gestion d’une zone humide, Thèse de l’université de Rouen.

Le Duchat d’Aubigny, J. 1980. Bibliographie des inventaires faunistiques de France, 1758-1979. Paris, Secrétariat de la faune et de la flore, MNHN, 13 fascicules.

Lefeuvre, J.C. 1979. 1980 : Année du Patrimoine. Inventaires de faune et de flore et cartographie des insectes, Cahiers de l’OPIE (Office pour l’information entomologique), 31-35 : 5-14.

– 1983. Avant-propos, in Réflexions sur la notion d’indicateurs biologiques. Unité d’Ecodéveloppement, INRA-SAD.

– 1984. Discours d’ouverture, in Les Politiques de l’environnement face à la crise, Cahiers du GERMES (Groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société), 9 : 22-27.

– 1985. Des observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux en zone rurale, p. 1-4 in Colloque Recherches sur l’environnement rural, bilan et perspectives. Paris, CNRS-PIREN.

– 1986. Zones humides : espaces en voie de disparition ? p. i-xxvii in Actes du colloque sur les zones humides du littoral aquitain, Le Teich, septembre 1985. Ed. DRAE.

– 1989. L’écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature, p. 23-30 in N. Mathieu et M. Jolivet (éds), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui. Paris, ARF Editions/L’Harmattan.

Lefeuvre, J.C. et G. Barnaud. 1988. L’Ecologie du paysage : mythe ou réalité ?, Bulletin d’écologie, 19 : 493-522.

Lefeuvre, J.C, J.P. Raffin et F. de Beaufort. 1981. Protection, conservation de la nature et développement, p. 31-98 in J.C. Lefeuvre, G. Long et G. Riou (éds), Ecologie et développement. Journées scientifiques, 19-20 sept. 1979. Paris, CNRS.

Lesourne, J. 1981. Pour une intégration des stratégies dans le contexte national et international, Chapitre VII : Les Ressources patrimoniales, Ministère de l’Environnement et du Cadre de vie.

Leynaud, E. 1985. L’Etat et la nature : l’exemple des parcs nationaux français. Florac, Parc national des Cévennes.

Long, G. 1974. Diagnostic phytoécologique et aménagement du territoire, vol. I : Principes généraux et méthodes. Paris, Masson.

Meadows, D.H., D.L. Meadows, J. Randers et W.W. Behrens, III. 1972. Rapport sur les limites à la croissance, p. 131-309 in Halte à la croissance. Paris, Fayard.

Mongolfier, J. de et J.M. Natali. 1987. Le Patrimoine du futur. Approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles. Paris, Economica.

Niol, J. 1985. La Protection et la mise en valeur des espaces naturels. Conseil économique et social. Paris, Journal officiel de la République française.

Portas, P. 1988. Chronicle of an epoch, 40 ans d’alliance avec la nature, numéro spécial UICN Bulletin, 19, 7-12 : 4-14.

Raffin, J.P. et G. Ricou. 1985. Lien entre les scientifiques et les associations de protection de la nature : approche historique, p. 61-74 in A. Cadoret (éd.), Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement. Paris, L’Harmattan.

Ramade, F. 1981. Ecologie des ressources naturelles. Paris, Masson.

Rappe, A. 1977. Le Défi écologique. Bruxelles, L. Musin.

Sacchi, CF. 1968. Milieu (Ecologie), Encyclopaedia Universalis.

Skrotzky, N. 1970. La Nature n’en peut plus. Comité français d’organisation de l’Année européenne de la nature, 1970. Bulletin d’information du ministère de l’Agriculture, numéro spécial. Paris, La Documentation française.

Taylor, G.R. 1970. Le Jugement dernier. Paris, Calmann-Lévy.

Theys, J. 1981. Préface, in L. Mermet, Elément pour une gestion patrimoniale, perspectives, facteurs de blocage, Rapport SCORE. Ministère de l’Environnement, Groupe Prospective.

Thomas, K. 1985. Dans le jardin de la nature. Paris, Gallimard.

Unesco. 1988. La Convention du patrimoine mondial. Madrid, INCAFO.

Unesco-Mab. 1987. Biosphere Réserves. Paris, UNESCO-MAB.

Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN). 1980. Stratégie mondiale de la conservation. La conservation des ressources vivantes au service du développement durable. Gland (Suisse), UICN, PNUE, WWF.

Untermaier, J. 1972. La conservation de la nature et le droit public. Thèse de l’université de Lyon II.

Weber, J.L. 1986a. Le Patrimoine naturel, p. 31-62 in Les Comptes du patrimoine naturel. Paris, INSEE (no 535-36, série C, no 137-38).

– 1986b. Le système de comptes du patrimoine naturel, p. 63-126 in ibid.

Annexes

Annexes

1. Ressources et patrimoine naturel

Bien que voisines, les notions de patrimoine naturel et de ressources naturelles doivent être clairement distinguées. La notion de ressource, fondamentalement anthropocentriste, renvoie à celle d’usage (emploi, consommation…). Pour Weber (1986), un élément naturel est une ressource lorsqu’il fait l’objet d’une exploitation ou d’une mise en valeur, il devient alors un bien (primaire) destiné à être utilisé comme tel, transformé ou détruit, ou alors il participe à la production d’autres biens.

Pour Ramade (1981), une ressource peut être définie de façon la plus simple comme une forme d’énergie et (ou) de la matière qui est indispensable au fonctionnement des organismes, des populations et des écosystèmes.

Dans le cas particulier de l’humanité, une ressource correspondra à une forme d’énergie ou de matière indispensable pour assurer les besoins physiologiques, socio-économiques et culturels aussi bien au niveau individuel que collectif. On peut distinguer deux sortes de ressources :

– les ressources non renouvelables dépendant d’un stock fini et non reproductible (combustibles, fossiles, minerais, etc.)

– les ressources renouvelables, c’est-à-dire les ressources reproductibles obtenues de la biomasse.

Récapitulatif des idées, faits marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France

Récapitulatif des idées, faits marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France

Récapitulatif des dates marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France

Récapitulatif des dates marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France

En italiques : principaux événements internationaux.
CITES : Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction
CICPN : Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturel
CNPN : Comité national de protection de la nature
FFSPN : Fédération française des sociétés de protection de la nature
MAB : Man and Biosphère
PNUE : Programme des Nations-Unies pour l’environnement
SNPN : Société nationale de protection de la nature
UIPN : Union internationale pour la protection de la nature
WWF : World Wildlife Fund

2. Patrimoine naturel

Weber (1986) distingue des éléments permanents et des éléments variables :

Les éléments permanents du patrimoine naturel sont ceux qui, au niveau de l’écosphère terrestre, existent en une quantité constante ou une forme stable au regard de l’histoire humaine… Les éléments variables du patrimoine naturel sont les systèmes qui se modifient spontanément ou qui peuvent être transformés par l’homme. Les éléments variables du patrimoine naturel comprennent :

– les ressources du sous-sol, les milieux physiques et les organismes vivants des systèmes élémentaires dont la liste constitue la nomenclature des éléments du patrimoine naturel ;

– les systèmes écologiques que forment les milieux physiques et les organismes vivants et leurs combinaisons ; la liste des types de milieux naturels constitue la nomenclature des écozones.

3. Gestion des petites populations Consanguinité

Ralls et Bailou (cités par Julliot et Périquet, 1988) notent ainsi que sur 44 espèces de mammifères élevées en consanguinité, 41 ont un taux de mortalité juvénile significativement supérieur à ceux des juvéniles issus de croisements non consanguins. La loutre marine de Californie (Wiedomys pyrrhorhinos) constitue l’exemple le plus marquant avec 0 % de mortalité en élevage pour les croisements non consanguins contre 100 % pour les croisements consanguins.

4. Notion d’espèce chez les végétaux

Chez les adventices comme chez les autres plantes, pour être efficace, le concept d’espèce doit intégrer la notion d’évolution. En effet, le concept typonimiste d’espèce, s’il est précieux pour la connaissance des différentes flores, peut amener à des confusions dans la définition des individus de certaines stations. Le concept d’espèce biologique est mieux adapté, car il est fondé non sur la détermination de solutions de continuité de caractères morphologiques, mais sur la possibilité effective d’échanger des gènes (Gasquez, 1984).

5. Espaces naturels Milieux naturels Ecozones

La notion d’espace naturel a donné lieu à de nombreux débats au sein du ministère de l’Environnement. Finalement, un accord est intervenu pour considérer qu’il s’agit d’espaces non urbanisés qui ne sont plus les supports d’une activité économique rentable, en particulier agricole. D’après le groupe de travail réuni par la Délégation à la Qualité de la Vie (Anon., 1980), ces espaces sont pour l’instant essentiellement constitués par les massifs dunaires, les zones humides continentales et littorales, les landes, garrigues et maquis, les prairies naturelles, les forêts lorsqu’elles ne sont pas des plantations equiennes d’espèces introduites et des habitats spécifiques comme les falaises, les gorges, les grottes, etc. Niol (1985) reprend cette définition en la détaillant et en ajoutant en particulier les cours d’eau et les plans d’eau.

Il convient de préciser que la CICPN s’est trouvée confrontée, elle aussi, à des problèmes de définition. Pour Cornière (1986),

les termes d’espace naturel tels qu’on les emploie trop souvent, avec l’intention, à notre sens mal fondée, de dénommer ce que nous appelons patrimoine naturel, ne conviennent pas non plus. Ils sont incomplets et équivoques quant à leur consistance physique, à leur champ géographique et à leur situation à l’égard de ce qui relève de l’économie et de l’écologie. Ils n’évoquent aucune idée de transmissibilité, fondamentale pour une gestion patrimoniale.

Il propose donc de ne pas utiliser des termes trop « géographiques » comme espace ou milieu naturel ou trop « économiques » comme ressources ou réserves pour désigner le patrimoine naturel.

Notes

1 Les termes de conservateur et de conservation ont un sens diamétralement opposé en français et en anglais, ce qui justifie l’usage de l’anglicisme peu élégant conservationniste à la place de conservateur.

Table des illustrations

Titre Récapitulatif des idées, faits marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Récapitulatif des dates marquant l’évolution du concept de protection de la nature en France
Légende En italiques : principaux événements internationaux.CITES : Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinctionCICPN : Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturelCNPN : Comité national de protection de la natureFFSPN : Fédération française des sociétés de protection de la natureMAB : Man and BiosphèrePNUE : Programme des Nations-Unies pour l’environnementSNPN : Société nationale de protection de la natureUIPN : Union internationale pour la protection de la natureWWF : World Wildlife Fund
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540