Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

I. La gestion des patrimoines

La gestion patrimoniale des ressources naturelles

Jean de Montgolfier

Texte intégral

1Les difficultés que présente la gestion des ressources naturelles renouvelables proviennent de leur double caractéristique de biens utilisés par l’homme, mais produits à partir de processus naturels. Pour exposer cette question, je m’appuierai sur l’exemple des forêts méditerranéennes.

2Celles-ci comprennent non seulement des forêts au sens classique du terme, mais aussi des espaces plus ou moins boisés : landes, maquis et garrigues.

L’exemple de la forêt méditerranéenne

3L’état actuel de cette forêt méditerranéenne résulte des effets conjugués de deux ensembles de facteurs : les conditions du milieu naturel et les actions de l’homme au cours de l’histoire. Tous les végétaux qui maintenant forment ces espaces boisés n’ont commencé à coloniser le Midi de la France que depuis la fin de la dernière glaciation, c’est-à-dire un peu plus de dix mille ans. A partir du néolithique, l’homme a commencé à défricher assez activement. A travers tout le moyen-âge et les temps modernes, se sont succédées des périodes de flux et de reflux : tantôt une utilisation intensive de l’espace par l’homme, tantôt au contraire une avancée de la végétation spontanée.

4La première moitié du xixe siècle a correspondu au maximum de densité démographique rurale et au plus grand recul forestier. A cette époque-là toutes les ressources fournies par ces espaces boisés étaient intensivement exploitées dans le cadre d’une économie villageoise relativement autarcique. Par exemple, c’était du bois pour le chauffage, pour la charpente, pour la menuiserie ; c’était un lieu de pacage pour les troupeaux de moutons, un lieu de glandée pour les porcs, un territoire de chasse, de cueillette, un lieu de rassemblement ou de fête… Parfois, au contraire, c’était un lieu de refuge ou de transgression, mais toujours revêtu d’une symbolique très riche. A cette époque, on a également pratiqué le défrichement de terres marginales pour la culture de céréales. Celles-ci, une fois le sol épuisé, étaient suivies du pâturage des moutons, qui ont épuisé le sol encore plus. La forêt a fourni des ressources aux industries naissantes : charbon de bois pour les aciéries, pour les verreries, pour le chauffage urbain, écorces à tanner, poteaux de mine, traverses de chemin de fer, liège, résine. L’exode rural est survenu depuis la fin du xixe siècle et s’est surtout accéléré depuis la guerre de 14. Il a entraîné la quasi-disparition de toutes ces utilisations traditionnelles des espaces boisés, à l’exception de celles qui se sont transformées en loisirs, comme la chasse ou la cueillette. En outre, beaucoup des productions destinées à des marchés ont été victimes soit de la substitution des sources d’énergies fossiles au bois, soit de la substitution de produits industriels comme les poutrelles mécaniques, les tanins ou les résines synthétiques… Les bois méditerranéens ont subi la concurrence des pays bénéficiant soit d’une main-d’œuvre moins chère, comme les pays tropicaux, soit de possibilités de mécanisation plus grande, comme les pays du Nord. Le résultat de cette évolution apparaît aujourd’hui avec la production presque nulle des forêts du littoral et des basses collines. Seules les montagnes méditerranéennes sont encore un peu exploitées, mais leurs produits ont une valeur plus faible que ceux du reste de la France.

5L’affaiblissement des collectivités rurales a distendu les liens étroits qui existaient entre ces collectivités et les espaces boisés de leur territoire. L’exode rural a entraîné l’abandon de nombreuses terres de culture, libérant la place pour la végétation spontanée, qui souvent reconquiert l’espace de façon très dynamique, mais qui ne donne pas toujours naissance à des peuplements économiquement exploitables dans les conditions actuelles. C’est pourquoi cette recolonisation spontanée a souvent été complétée par des reboisements artificiels, en vue soit de constituer des peuplements de plus grande valeur, soit simplement de lutter contre l’érosion. Par contre, contrastant avec le déclin de cette production économique se développe, depuis plusieurs années, un grand intérêt des urbains pour ces espaces, comme décor paysager, ou comme cadre de vie pour des résidences secondaires ou principales, ou comme lieu de loisirs.

6Ainsi, depuis un peu plus d’un siècle, on assiste à des changements relativement rapides des facteurs économiques, techniques, sociaux, culturels, qui conditionnent l’évolution des espaces boisés. Tous ces changements se font en général à un rythme plus rapide que celui de l’évolution spontanée du couvert végétal. Cette différence de rythme entre révolution spontanée du couvert végétal et la vitesse de changement des conditions techniques et économiques est un problème difficile pour la gestion de ces espaces boisés.

Les problèmes posés par la gestion des ressources naturelles

7Cet exemple des espaces boisés méditerranéens permet de mieux caractériser les difficultés que doit surmonter toute gestion de ressources naturelles renouvelables : les processus physiques et biologiques qui gouvernent la production et la reproduction de ces ressources naturelles impliquent le long terme, voire le très long terme. Les sols agricoles ou forestiers ont mis plusieurs millénaires à se former, et, même dans des cas de pédogenèse assez rapide, il faut plusieurs siècles. Par contre, des pratiques agricoles ou forestières inconsidérées peuvent, en quelques années, amener la dégradation des sols par érosion ou par appauvrissement en humus ou en matière minérale. Il faut alors pour reconstituer ces sols soit des siècles d’évolution spontanée, soit des travaux considérables et coûteux, soit souvent les deux à la fois.

8Un chêne met à peu près deux cents ans pour croître, un pin, une centaine d’années, et même les essences dites « à croissance rapide » mettent de vingt à cinquante années. Toutes ces durées sont extrêmement longues par rapport à celles qui existent dans les processus industriels. Dans la gestion des ressources renouvelables, la discordance entre les échelles de temps reste un problème majeur.

9Une autre difficulté vient du fait que la gestion des ressources naturelles met en jeu des phénomènes complexes et interdépendants, écologiques, économiques, sociaux et culturels. Pour montrer la complexité de l’interdépendance des processus écologiques, on peut reprendre l’exemple de la forêt méditerranéenne. En effet, cette forêt protège le sol de l’agression directe des éléments du climat comme le soleil, le vent, les pluies souvent torrentielles ; elle empêche ainsi l’érosion. Elle produit des débris végétaux dont la décomposition fournit la matière organique qui permet la lente reconstitution des sols méditerranéens. Elle régularise le régime des eaux, elle favorise l’infiltration et réduit le ruissellement ; elle contribue donc à diminuer les risques d’inondation et à augmenter les débits d’étiage. Sous le couvert de la forêt existe un microclimat plus frais et plus humide qu’à l’extérieur, donc plus favorable à la vie et au développement de la flore, de la faune et des micro-organismes qui contribuent à reconstituer le sol.

10Il existe aussi des conflits d’usage. Si l’on considère une même parcelle forestière dans les Alpes-du-Sud, c’est souvent une ancienne terre de culture abandonnée, plus ou mois recolonisée par une végétation spontanée. Elle pourrait être perçue par un agriculteur comme une zone à défricher pour être remise en culture ; par un éleveur comme un pâturage à améliorer, éventuellement en y mettant le feu (puisque c’est la façon la moins coûteuse d’améliorer les pâturages) ; par le forestier comme un endroit à reboiser en essences de valeur ; par le promeneur comme un paysage à laisser intact ; par le touriste comme un endroit idéal pour bâtir une résidence secondaire ; par le chasseur comme un terrain de chasse d’où il veut bannir tout autre présence humaine que la sienne… Parmi tous ces usages, beaucoup sont non marchands. En effet, cette forêt n’a pas une valeur que l’on pourrait facilement exprimer par un chiffre unique, mais des valeurs de nature différente selon les usages que l’on considère et selon les agents économiques concernés. On peut repérer des valeurs proprement marchandes : valeurs de production, qui demeurent souvent difficiles à évaluer ; valeurs foncières, qui dépendent surtout de la localisation de la forêt et qui peuvent être très élevées si la forêt est remplacée par un mode d’occupation du sol très rentable.

11A côté de ces valeurs marchandes évaluables en monnaie, il y a des valeurs non marchandes, des valeurs d’usage, qui ne se mesurent pas directement en termes monétaires bien que l’on puisse parfois les approcher par des valeurs marchandes comme la location d’un droit de chasse. Beaucoup de ces usages sont encore gratuits, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont sans valeur. Un autre type de valeurs non marchandes concerne les rôles de la forêt par rapport à d’autres éléments du milieu : régularisation du régime des eaux, protection et reconstitution des sols, influence sur le climat, sur la composition de l’atmosphère, protection de la flore et de la faune… ces valeurs ne peuvent pas être chiffrées sans employer des méthodes très arbitraires. De plus, pour le long terme, il faut donc considérer des valeurs encore inconnues.

12En résumé, la gestion des ressources naturelles renouvelables doit prendre en compte cinq types de difficultés :

  • les évolutions à très long terme des milieux naturels,

  • les interdépendances entre facteurs naturels et humains,

  • les usages multiples d’une même ressource,

  • les conflits entre acteurs sociaux,

  • les valeurs non-marchandes.

Les outils disponibles

13Pour résoudre ces difficultés, les différentes disciplines offrent une palette d’outils. Nous allons en examiner et en critiquer quelques-uns.

14Beaucoup de ces outils sont issus de la science économique. Par exemple, le calcul de rentabilité des projets consiste à évaluer les coûts d’investissement et de fonctionnement, et les bénéfices. Ensuite, il faut calculer un critère tel que le bénéfice net actualisé ou le taux de rentabilité interne. Si les coûts peuvent être connus avec précision, il n’en va pas de même des bénéfices à long terme ou non marchands. Faire des projections de prix, même pour des produits marchands comme le bois, à long terme au delà de quinze à vingts ans, c’est aléatoire et arbitraire. Quant aux valeurs non marchandes, il existe des méthodes pour tenter d’en donner des évaluations monétaires, mais elles restent discutables, car elles reposent sur des hypothèses qui n’emportent pas le consensus de tous les économistes. D’autre part, la prise en compte du long terme, qui se fait usuellement par le choix du taux d’actualisation et par la fixation des prix de référence, pose un problème pour les ressources qui seront produites dans le futur.

15Choisir un taux de 10 %, c’est admettre, par exemple, que l’on juge équivalent 1 F aujourd’hui à 1,10 F dans un an, ce qui fait 2 F environ dans sept ans, 1 000 F dans soixante-dix ans, un million dans cent quarante ans, un milliard dans deux cent dix ans qui est l’âge auquel on récolte un chêne. Avec taux d’actualisation de 10 %, la valeur du long terme s’efface vite, à moins d’admettre dans les calculs que le prix de référence de la ressource naturelle produite à l’avenir augmente lui aussi.

16Pour exploiter une ressources naturelle renouvelable, sans risquer de l’épuiser, il faut considérer des prix de référence qui croissent à un rythme égal ou inférieur au taux d’actualisation, ce qui revient à dire que les prix actualisés doivent rester constants, ou du moins décroître moins vite que le taux d’actualisation. La raison profonde de cette réévaluation des prix de référence vient du fait qu’on suppose que l’homme aura toujours besoin de ressources naturelles renouvelables et qu’il refuse de les voir disparaître parce qu’il ne peut pas modifier le rythme des processus biologiques qui renouvellent ces ressources, alors que les processus industriels font sans cesse des progrès de productivité.

17Le calcul économique, si l’on définit un système de prix qui protège les valeurs à long terme, et un système de contraintes qui protège les valeurs non marchandes reste un outils utilisable pour réaliser des optimisations sous contrainte, mais à condition de s’en servir à bon escient.

18Parmi les autres outils, que je ne décrirai pas longuement ici, il faut citer :

  • l’aménagement rationnel des ressources, dont l’aménagement forestier est depuis plusieurs siècles l’archétype,

  • les études écologiques,

  • les études des comportements et des stratégies des acteurs qui interviennent dans la gestion des ressources naturelles.

La gestion patrimoniale

19Pris isolément, aucun de ces outils ne résout de manière satisfaisante l’ensemble des difficultés évoquées ci-dessus.

20L’approche patrimoniale est une démarche visant à combiner ces outils, dans une optique systématique.

21Définissons tout d’abord le terme de patrimoine :

22Selon une définission économique, un patrimoine est un bien susceptible, moyennant une gestion adéquate, de conserver dans le futur des potentialités d’adaptation à des usages non prévisibles dans le présent.

23Henry Ollagnon (1984) donne une définition plus large : un patrimoine est un ensemble d’éléments matériels et immatériels qui concourent à sauvegarder l’autonomie et l’identité de leur titulaire et son adaptation face à un univers imprévisible. Ces définitions peuvent s’appliquer à une grande variété de patrimoines.

24Un patrimoine est constitué par un ensemble de relations qui permettent au titulaire de trouver la bonne réponse face aux aléas du monde environnant et donc de s’adapter. Si les aléas qui viennent de l’environnement sont trop grands, le patrimoine peut apparaître comme fragile et doit être, lui aussi, adapté en permanence. Tout patrimoine vivant doit être géré dans le respect des cycles et des rythmes auxquels il est soumis, des échelles spatio-temporelles des phénomènes écologiques mis en jeu et des seuils qui ne peuvent être dépassés sans entraîner un risque de dégradation irréversible.

25Au cours de plusieurs études menées avec J.-M. Natali, P. Bertier, L. Mermet, G. Barouch, nous avons utilisé les concepts patrimoniaux suivants :

  • La richesse. Pour interpréter la logique d’un acteur au moyen du concept de richesse, il faut répondre à la question : comment peut-on rendre le territoire plus riche ? Pour certains acteurs, ce sera en produisant plus de bois, pour d’autres, en élevant plus de moutons… En terme d’analyse de système, le concept de richesse consiste à chercher quels sont les flux ou les stocks que l’acteur cherche à maximiser.

  • La menace. Quels sont, du point du vue de l’acteur, les menaces qui pèsent sur ces richesses et quels sont les moyens qui aident à résister à ces menaces ? Il s’agit de rechercher les relations dont la rupture mettrait en cause la survie du système.

  • L’adaptabilité. Quels sont les facteurs d’adaptation que l’acteur juge prioritaires de développer ? L’adaptabilité tient aux nouvelles relations qui rendraient le système plus apte à répondre de manière adéquate aux menaces et aux perturbations venant de son environnement.

  • La cohérence interne. Ce concept est relatif à la façon dont un acteur donné intègre ses relations avec l’élément de patrimoine considéré dans l’ensemble de ses relations avec d’autres éléments de son patrimoine et de ses stratégies d’action.

  • La cohérence externe. Quel est le comportement de l’acteur vis-à-vis des autres acteurs ?

26A partir de cette grille de lecture établie grâce à l’analyse des logiques d’acteurs, on peut construire des dispositifs d’évaluation de projets ou de scénarios. Ces derniers peuvent être de nature très variée. Cette grille permet d’analyser comment un projet est évalué, favorablement ou défavorablement, par chaque acteur, relativement à la signification que prend pour lui la notion de patrimoine. On dispose d’un outil qui nous paraît opérationnel pour répondre à une telle évaluation en termes patrimoniaux (avec les concepts précités).

27L’étape ultérieure correspond aux négociations nécessaires à la mise en place des processus de concertation entre acteurs qui doit aboutir à une meilleure gestion des ressources et des milieux naturels, en reposant sur les principes de la gestion patrimoniale du bien commun. Des expériences prometteuses sont en cours, au ministère de l’Agriculture, sous l’impulsion de Henry Ollagnon, dans le domaine de la gestion des risques naturels en montagne et de la gestion de la qualité de l’eau.

28En définitive, l’approche patrimoniale, selon notre point de vue, suppose :

  • une position éthique : le souci du long terme et la volonté de préserver les libertés de choix des générations futures ;

  • un ensemble d’outils, empruntés à l’économie, à l’écologie, à la sociologie, permettant d’analyser une situation et d’évaluer des stratégies alternatives ;

  • une recherche pour mettre en place de nouvelles procédures de gestion des ressources et des milieux naturels par la négociation entre les acteurs concernés.

Bibliographie

Références bibliographiques

Montgolfier, J. de. 1985. Comment gérer la forêt méditerranéenne, Pour la science, 96 : 32-56.

Montgolfier, J. de et J.-M. Natali. 1987. Le Patrimoine du futur. Approche pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles. Paris, Economica.

Ollagnon, H. 1984. Acteurs et patrimoine dans la gestion de la qualité des milieux naturels, Aménagement et nature, 74 : 118-127.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540