Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

I. La gestion des patrimoines

Introduction à la première partie

Henri Pierre Jeudy

Texte intégral

1Quelles sont les différences et les similitudes entre les politiques patrimoniales de la gestion culturelle et celles de la gestion de la nature ? Dans quel sens de telles politiques sont-elles « patrimoniales » et comment participent-elles au devenir des sociétés ?

2Certaines conceptions de l’organisation de l’avenir déterminent en partie les actes et les choix de la conservation présente, elles impliquent des tendances prospectivistes dont la légitimité ne dépend pas que des pouvoirs politiques. Par-delà les conflits idéologiques qu’elles relèvent, un consensus relatif semble nécessaire. Comment se trame-t-il sans risquer de niveler l’hétérogénéité vivante des différences culturelles ? Le domaine des « ressources naturelles » et celui des « ressources culturelles » peuvent paraître institutionnellement séparés, mais l’invocation de l’instance patrimoniale traduit des convergences de stratégies. Qu’en est-il, par exemple, du rôle de l’écologie ?

3La gestion des patrimoines pose là aussi la question de l’évaluation des patrimoines. Quelle valeur donner aux structures du patrimoine ? La comptabilité des patrimoines demeure d’autant plus complexe que les définitions sont dépendantes des possibilités d’appréhension des éléments constitutifs des patrimoines (différence entre le patrimoine financier et non financier…). Car inventorier les patrimoines ne suffit pas, il s’agit aussi de les mesurer. Les actifs patrimoniaux supposent autant une approche de ce qu’ils coûtent que de ce qu’ils représentent dans le futur. Comment forger une élaboration conceptuelle qui tienne compte de la relativité même des principes d’évaluation ?

4La gestion des ressources naturelles fait bien apparaître cette nécessité de traiter les usages multiples comme prospective patrimoniale. Toute la gestion de l’espace doit s’investir dans des phénomènes d’interdépendance entre des facteurs naturels, humains, culturels… Et l’idée même de la valeur des patrimoines, prenant en compte les valeurs marchandes et non marchandes, suppose un pluralisme conceptuel dont les principes convergent pour éviter la variation infinie des connotations idéologiques. Gestion et comptabilité patrimoniales appellent cette interrogation transversale d’une configuration consensuelle et anticipante des patrimoines.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540