Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

III. Rites et stratégies

Les usines-pensionnats au xixe siècle dans le Dauphiné : culture et religion d’entreprise

Philippe Mairot

Texte intégral

Communication écrite

1Cette communication rend compte d’un travail effectué à l’écomusée Nord-Dauphiné s’inscrivant dans un programme de recherche et de mise en valeur des métiers et des cultures du Nord-Dauphiné : inventaires, relevés, dossiers, enquêtes et maquettes ont été réalisés en collaboration avec le cerlyau (Centre d’étude et de recherches lyonnaises d’architecture et d’urbanisme).

2Si le sujet est abordé ici c’est parce qu’il permet de poser la question des sources pour la connaissance de la culture d’entreprise au xixe siècle. Plus généralement, à partir d’un événement historique, et dans le cadre d’une démarche non historique, la notion de culture d’entreprise est interrogée dans sa complexité...

La formule

3Le système qui nous occupe est une des manifestations de cet arsenal déployé au xixe siècle pour la mise au travail industriel et pour l’expérimentation de solutions à la lancinante « question sociale ». Obsession dans les thèmes, fascination des mêmes modèles et variation dans les formes adoptées : cette fameuse « question sociale » se pose plus qu’ailleurs et plus violemment dans le cadre de la soierie lyonnaise après les émeutes des canuts en 1831 et 1834. On a peine à imaginer la frayeur, la panique et le désarroi qui s’emparèrent des milieux d’affaires. La concentration ouvrière urbaine se révèle alors dangereuse, explosive.

4Quand cette chose qu’on ne sait guère nommer, sinon métaphoriquement – les barbares, les sauvages – et qui est caractérisée par la violence, le concubinage, l’alcoolisme, le nomadisme, quand cette masse s’organise, la réflexion quitte les seuls plans économique ou technique ou financier pour se placer au plan culturel au sens large. De nombreuses et concurrentes stratégies d’acculturation sont déployées, dans lesquelles, on le sait, la femme est la cible privilégiée. « Il faut moraliser la classe ouvrière, c’est la partie gangrenée de notre société aujourd’hui (...) La religion seule a le secret d’une régénération sociale, et seule mission pour en faire une réalité. Ils l’ont compris, ces hommes qui n’ont pas craint de l’appeler dans leurs ateliers. Ils ont senti que c’était par la femme qu’il fallait combattre le socialisme et ses exécrables doctrines, et qu’à côté d’une femme profondément chrétienne, le mari ne serait pas longtemps un socialiste redoutable. » (Extrait d’une lettre de l’abbé Meyzonnier, prêtre aumônier de l’établissement séricicole de M. Lacroix à Montboucher (Drôme), le 4 mars 1858 à M. Louis Reybaud, membre de l’Académie des Sciences, auteur d’un rapport sur l’industrie des soies.)

Première page de l’Isère Illustrée, avril 1886 consacrée au « drame de Chateauvillain »

5A l’usine pensionnat de la Combe des Eparres, en 1886, une ouvrière fut tuée et le directeur gravement blessé lors d’affrontements avec la gendarmerie, parce que le préfet menaçait de fermer la chapelle de la manufacture et que religieuses, ouvrières, patron, curé et vicaire, tous unis, s’opposaient à cette décision.

6Cet épisode extrêmement intéressant de l’histoire ouvrière, est particulièrement significatif du système social des usines-pensionnats, de la mise au travail des femmes et de la moralisation des familles.

7Donc, un système dont les principes sont exposés ici, est mis au point, qui prospérera dans toute la seconde moitié du xixe siècle. La formule est pure, séduisante ; dans les riantes campagnes, on dispose des usines. Elle cumule des avantages physiques (l’énergie des cours d’eau), économiques (disponibilité et coût de la main-d’œuvre) sociaux et culturels (population rurale, chrétienne, ayant le sens de la propriété...). « Il s’agit d’appliquer à l’industrie le ressort religieux. » Depuis Lyon, les établissements essaiment dans les actuels départements du Rhône, de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Ain, de l’Isère. Les jeunes filles sont recrutées à proximité ou dans les montagnes de l’Ardèche, de la Maurienne, de la Tarentaise et de la Haute-Loire. Elles y font un « apprentissage » et quittent la plupart du temps l’usine lors de leur mariage, munies d’une dot.

8Parce que les transports sont peu commodes, elles restent sur place, à l’usine, toute la semaine et rentrent chez elles le dimanche. Les autres, celles qui viennent de plus loin restent de longs mois dans l’usine. Pour surveiller cette jeunesse, il faut des religieuses, qui aussi les éduquent, leur apprennent ce qu’il faut savoir, après leurs heures de travail, qui sont celles du xixe siècle. Ce dispositif semblait très prisé par les familles qui y voyaient la combinaison d’un salaire industriel d’appoint et le maintien des jeunes filles dans la campagne. Elles n’iraient pas accroître les rangs des filles perdues dans les faubourgs urbains. Au contraire, elles acquièrent là (ou confirment) le sens du travail, de l’économie, de la religion, et même un métier : sur le marché matrimonial, elles sont, ensuite, très appréciées. Les usines-pensionnats semblent proposer une voie nouvelle, et c’est pourquoi elles sont si séduisantes : l’industrialisation sans l’exode rural, la production industrielle sans les miasmes urbains, le progrès technique sans la déculturation, le profit économique sans les progrès concomitants du matérialisme, la séparation d’avec la famille sans l’absence de toute famille.

9Leroy-Beaulieu, un des enquêteurs sociaux du domaine estime en 1872 que 40 000 ouvrières migrantes travaillent dans ces usines-pensionnats. D’après Chatelain, elles sont 80 000 à la fin du siècle dans la grande région lyonnaise. Nous en avons recensé et étudié trente-cinq dans le Nord-Dauphiné. Dans celle de Boussieu, près de Bourgoin-Jallieu, ce sont des sourdes parlantes qui travaillent. Dans la Grande Fabrique de Renage, 1 000 jeunes filles préparent et tissent la soie, et à Cessieu, à Saint-Geoirs, etc.

10Le dispositif spatial est adapté à la formule. Hauts bâtiments pour le tissage et la préparation de la soie, dortoirs, réfectoires, salles de classe, bâtiments d’hébergement pour les religieuses, maison du directeur, fermes, écuries, granges, garages pour les « galères » qui transportent les ouvrières, et une église, le tout clos par un solide mur d’enceinte et quelques grilles. L’ensemble est fait pour durer des siècles à l’abri des assauts de l’histoire, comme une île dans le monde rural, comme une utopie close sur elle-même. L’eau fait tourner les roues, les navettes vont et viennent dans les métiers, le tissu s’enroule sur lui-même indéfiniment, le cycle de la liturgie catholique fait s’enrouler aussi les années les unes sur les autres, les sheds qui se déploient dans les vallées en répétant inlassablement la même formule simple disent aussi ce temps cumulable et répétitif, sans accroc. Le tissage, l’eau qui coule, la liturgie, autant de métaphores qui expriment le temps ; un temps maîtrisé, uniforme, sans accident, un temps sans histoire. Les énergies sont canalisées et les âmes.

11On le devine, le maillon faible de ce dispositif est le mur d’enceinte et les portes, toutes les limites sur lesquelles viennent jouer les pressions extérieures à l’île : l’histoire est là, dehors, qui presse.

L’accroc

12A Châteauvillain, au lieu dit La Combe des Eparres, en 1886. Les républicains sont au pouvoir. Monseigneur Fava, archevêque de Grenoble, est venu récemment bénir l’église. Le maire de la commune de Châteauvillain veut faire fermer ce lieu de culte ouvert sans autorisation. Le directeur fait des difficultés. Le commissaire, nommé Cloître, et les gendarmes s’obstinent. Le sous-préfet vient en renfort avec quelques gendarmes pour poser les scellés sur la chapelle. Derrière les grilles cadenassées, deux cents ouvrières ou plus et le directeur et les religieuses et le vicaire crient, tous unis, leur mécontentement et leur détermination à défendre leur propriété et leur chapelle. L’autorité requiert les services d’un serrurier qui doit forcer la porte. La grille est solide, la forteresse est-elle imprenable ? Non. La troupe contourne l’enceinte jusqu’à trouver une petite porte dans le mur en pisé. Le serrurier, « complice de tous les crochetages », s’attaque à la porte. A l’intérieur, la foule a suivi la troupe. Le directeur est menaçant ; il tire quelques coups de feu. Le verrou cède. L’histoire s’engouffre par effraction dans l’île. Des coups de feu sont échangés. Henriette Bonnevie lance un pot de chambre à la tête d’un gendarme qui tire et la tue, le directeur est blessé ainsi qu’une jeune ouvrière de seize ans. Panique. Frayeur, débordement. Les ouvrières se réfugient dans la chapelle : il faut les en déloger manu militari. Quelques heures après, le juge d’instruction arrive sur les lieux, interroge tout le monde. Le dossier d’archives contient six cent quatre-vingts pièces qui témoignent de cette culture ouvrière. (Faut-il l’appeler culture d’entreprise ou culture patronale ?)

13Ces événements arrivent quinze ans après la Commune. C’est une année de grèves importantes, en Belgique, aux États-Unis, en France. C’est un mois après qu’à Decazeville, l’ingénieur Watrin a été « assassiné par les anarchistes en grève », sans que les gendarmes fussent intervenus. Le mouvement ouvrier et le socialisme s’organisent. Le syndicalisme est autorisé depuis 1884 (loi Waldeck-Rousseau). La même année, la prière est supprimée en début de séance à l’Assemblée nationale.

14Cette « sanglante expédition » est une bonne affaire pour l’opposition catholique, qui vitupère la République des francs-maçons et stigmatise les « tueurs de femmes ». « Quel mal faisait cette chapelle ? » Le dossier de presse est passionnant : toute la presse française titre sur le drame. Le gouvernement est interpellé à la Chambre par les députés catholiques dont Albert de Mun, qui en appelle à la liberté des cultes, au respect de la propriété privée et s’étonne que l’on s’en prenne ici à la paix sociale et qu’on supporte ailleurs la violence et les antagonismes sociaux.

Une culture d’entreprise très « performante » et très « spirituelle »

15L’intérêt historique de cette histoire est évident à plus d’un titre : meilleure compréhension des usines à la campagne, des femmes ouvrières, des oppositions religieuses et de leur violence, de la pluralité des mouvements ouvriers et de la diversité des autres appartenances : la région, la branche, le métier, la religion...

16Les voix inouïes de ces ouvrières, oubliées de l’histoire ouvrière qui voulait réhabiliter les oubliés de l’histoire, sèment le trouble dans les représentations ordinaires de l’histoire. Un tel « fait divers », dans une telle architecture, confère un éclairage particulier aux politiques patronales et peut nourrir un débat intéressant sur le « concept » de culture d’entreprise.

17Ce serait sans doute abusif de considérer qu’aux alignements des machines, des cités, des poulies, des toits, correspondent les alignements des pratiques et des représentations ; que la logique de l’organisation de l’espace de travail « détermine » la logique des comportements. Cela serait une autre erreur de penser que ces deux logiques sont indifférentes l’une à l’autre. N’est-ce pas là que se joue le travail de l’ethnologue par rapport aux traces matérielles de l’industrialisation ? Complexifier le concept de culture d’entreprise et mesurer l’écart qui a existé entre les réalités des pratiques et des représentations et ce qu’en disent les textes d’inspiration patronale. L’architecture, le rêve réalisé des entrepreneurs, en dit davantage sur les utopies du xixe siècle que sur la vie à l’usine.

18C’est parce qu’ils ont mesuré l’importance du « culturel », de l’éducation, des valeurs morales, que les industriels du xixe siècle et leurs enquêteurs ont reconnu que l’usine n’était pas réductible aux transformations de la matière ou à la production de marchandises : d’où leurs responsabilités nouvelles en matière sociale et culturelle, d’où la recherche de liens sociaux à promouvoir au sein des usines, d’où, par exemple, ces architectures et la place réservée à l’éducation et à la religion. L’affaire de Châteauvillain indique qu’à ce moment-là, en cet endroit, une culture d’entreprise est construite entre les métiers à tisser et l’église, s’appuyant en grande partie sur une religion préexistante et extérieure à l’entreprise et conférant à celle-ci la légitimité de celle-là : opération symbolique réussie. La culture d’entreprise telle qu’elle nous est donnée à voir ici est d’abord le souci patronal de « cultiver » le terrain ouvrier : il s’agit d’une sollicitude de jardinier.

19(Les jeunes filles) « ne produisent des fruits de désordre et de perversité que parce qu’elles sont abandonnées à elles-mêmes, comme la meilleure terre ne produirait que des ronces et des épines, si la main d’un laboureur actif ne venait la visiter de temps en temps » (Reybaud : p. 264). (Dans le même temps on sait qu’un effort semblable est fait pour les « sauvages » des autres continents, eux aussi réputés à acculturer et à confier à « des mains sûres ».)

20Les événements de Châteauvillain semblent confirmer la réussite de la greffe : la structuration du groupe sur une base confessionnelle a prévalu, ici, à une autre structuration de l’espace économique, fondée celle-là, sur une solidarité de classe, ou plutôt, c’est ce référent identitaire qui a été mobilisé à ce moment-là, pour une action collective. Ce qui ne signifie pas qu’il était le seul mobilisable : les mouvements de grève qui apparaissent à d’autres moments dans ces établissements révèlent bien l’existence de « ferments » différents de cette culture d’entreprise. Durkheim, quant à lui, à la fin du Suicide, s’interrogeant sur les conditions d’une intégration sociale suffisante observe que la religion ne peut plus jouer ce rôle, ni l’État ni la famille et que seule la profession peut remplir cette fonction. Reste à expliquer comment cela s’organise.

21Le concept de culture d’entreprise nous paraît utile lorsqu’il peut rendre compte de la dynamique des différents éléments qui la constituent, à un moment donné, et décrire un certain état des forces antagonistes, ou parallèles, ou momentanément convergentes, qui proposent des structurations différentes du social.

22Sauf à prendre pour vérité la parole (ou architecture) de tel groupe social et à considérer que la culture d’entreprise qu’il promeut, impose ou négocie est la culture de l’entreprise, on ne peut pas appréhender cette culture en terme de substance, d’immanence, ou de trésor à sauvegarder : c’est comme enjeu et résultat d’un processus à analyser qu’elle devient intelligible et prend valeur explicative.

Communication orale

23ph. mairot – Dans cette abbaye, nous sommes assez bien placés pour évoquer l’usine-pensionnat, derrière cette enceinte de murs, avec une rivière qui aurait pu faire tourner des roues hydrauliques. Ma démarche s’inscrit dans une perspective d’écomusée, ce qui n’est pas indifférent à la problématique de la recherche et aux questions qui nous occupent. J’articulerai ma présentation en deux parties. Dans la première, il sera question de l’approche, pour un écomusée, de la culture d’entreprise que nous essayons de cerner. Dans la deuxième partie, nous nous demanderons ce que l’événement de Châteauvillain et l’étude des usines-pensionnats permettent d’apprendre sur la culture d’entreprise, quel enseignement en retirer et comment envisager de façon plus générale l’approche des cultures d’entreprise.

24Le travail sur les usines-pensionnats mené par l’écomusée Nord-Dauphiné depuis plusieurs années est d’abord et surtout une étude d’archéologie industrielle réalisée en collaboration avec une équipe d’architectes. Ceux-ci ont effectué des relevés, des maquettes, fait un inventaire des usines de l’Isère et des départements limitrophes de Lyon afin d’établir une cartographie. La recherche qui nous intéresse actuellement constitue une petite partie de cette étude essentiellement architecturale. On ne peut aborder l’étude des usines-pensionnats à partir de leurs seules traces spatiales, architecturales ou matérielles. Il est abusif de faire parler des bâtiments sur autre chose que l’architecture, d’extrapoler d’une matière à une autre.

25Ce constat recouvre à la fois un regret et un désir. Le regret, toujours ravivé et propre aux gens de musée : les murs, les objets ne parlent pas d’eux-mêmes. Il faut les solliciter, les informer par d’autres sources que par celles qu’ils apportent eux-mêmes, sinon on peut leur faire dire à peu près ce qu’on veut. Ils perdent leur intérêt et deviennent des objets esthétiques. Le désir, c’est de connaître mieux et de faire connaître au public cet espace insulaire qu’est l’usine, ce monde a priori inconnu.

26Quand j’emploie le terme de culture d’entreprise ici, c’est de cette qualité supplémentaire, une dimension qualitativement différente de l’approche technique, conférée par les facteurs architecturaux, sociaux, démographiques et historiques que je parle. C’est la combinaison dynamique des différents facteurs qui ne deviennent compréhensibles que pris dans cette totalité. C’est cet assemblage qui fait la spécificité ultime de telle usine, qui caractérise en dernière analyse la façon dont on est forgeron dans cette entreprise, routier dans telle autre. Ce n’est pas encore un concept mais plutôt le but dernier de la recherche. On est près de ce que Leroi-Gourhan appelle « style » quand il fait allusion à la difficulté de décrire telle poterie, telle vannerie, et quand il écrit que le dernier recours de l’ethnologie pour la qualité ethniquement pertinente, c’est l’esthétique. En poursuivant l’analogie, on pourrait dire que la culture d’entreprise est le style de l’usine. Cela pose par conséquent un problème évident de description, de mise en langage – ou de mise en espace s’il s’agit d’expositions -langage qui n’est pas seulement celui des savoir-faire. On insiste habituellement sur le fait que le savoir-faire est ce qui ne se verbalise pas. De même, ce sentiment d’appartenance à une usine spécifique est très difficile à exprimer, quoique très sensible, par différence, lorsqu’on change d’usine. Quand on essaie de caractériser la culture d’entreprise, on entend souvent cette phrase : « Ben, c’est la boutique, c’est la maison, c’est l’esprit. » On est dans la même impasse méthodologique qu’avec le « Ben, c’est le tour de main » entendu dans les enquêtes sur les savoir-faire.

27Qu’est-ce que ce terrain nous apprend sur la culture d’entreprise ? Cette affaire de Châteauvillain nous a été indiquée par le président du comité scientifique de l’écomusée, qui est aussi le directeur des archives de l’Isère et qui nous a communiqué le dossier d’instruction. C’est une source judiciaire passionnante qui nous éclaire de façon originale sur cet univers. L’enquête du juge-ethnologue, au terme de laquelle tous les témoignages sont recueillis, permet de comprendre l’emprise morale des religieuses sur les jeunes filles et la « manipulation » dont elles ont été l’objet dans cette « bavure » (le terme n’est évidemment pas employé). On a reproché aux gendarmes leur manque de sang-froid en tirant sur des femmes sans défense : une ouvrière morte, d’autres blessées, ainsi que le directeur. Pendant l’instruction, les ouvrières rapportent des propos très grossiers tenus par les religieuses et le curé, des exhortations à la guerre sainte : « Criez-leur voleurs, criez-leur assassins, criez-leur cochons ! »

28Deuxième type de source, la presse. Aussitôt la presse nationale s’empare de l’affaire parce qu’elle arrive à point nommé après les événements de Decazeville. L’Illustration en fait sa couverture. Un dessinateur reconstitue sur place l’endroit où a eu lieu le drame, la petite porte de l’enceinte qui a cédé, où les coups de feu sont partis, le sous-préfet et le commissaire – qui s’appelle Cloître -Henriette Bonnevie, la victime, avec son seau d’excréments. Ce seau se transformera en vase d’immondices, en pot de chambre et même en pot d’eau à l’Assemblée nationale. Sur la couverture de L’Illustration, c’est un énorme pot de chambre et c’est lui qui paraît provoquer le coup de feu d’un gendarme humilié. Tous les autres journaux s’inspirent de ce premier dessin et l’adaptent selon la position qu’ils occupent dans le champ politique : tantôt les gendarmes agressent les ouvrières recluses dans leur usine, tantôt c’est une scène révolutionnaire avec des barricades et les armes à feu, selon l’esthétique des représentations de 1848. Ces ouvrières, qui ne sont manifestement pas engagées dans un combat révolutionnaire, sont dessinées comme des ouvrières de 48. D’autres versions montrent les jeunes filles menaçant le sous-préfet et les gendarmes à cheval.

29Les discours politiques ont été notre troisième source d’information. L’affaire prend une dimension nationale. Le député catholique Albert de Mun, chef de file du catholicisme social, interpelle le gouvernement. Il est peu question des usines et des ouvrières, le conflit est religieux et n’appartient pas à l’histoire ouvrière. Henriette Bonnevie est une héroïne des guerres de religion, pas du tout une victime de la lutte des classes. On discourt sur la paix sociale, la propriété privée, le droit des consciences à choisir leur culte, et à avoir un lieu de culte dans les enceintes privées.

30Notre quatrième type de sources sont les rares études des enquêteurs sociaux sur les usines-pensionnats du Dauphiné. Louis Reybaud, le principal, écrit un ouvrage d’autant plus intéressant qu’il cite quelques lettres de l’abbé Meyzonnier, un des acteurs de ce mouvement en poste dans l’entreprise séricicole de Montboucher, dans la Drôme. Il explique longuement pourquoi cette alliance de l’Église et du patronat est la seule solution à la question sociale. Il justifie la présence du clergé qui prend en charge la moralité et la discipline dans l’entreprise, tandis que les patrons ont pour tâche l’aspect technique.

31Notre dernier type de sources a été l’enquête orale. Par elle, nous avons essayé de voir si ces faits étaient présents dans les mémoires, et de quelle façon. Les traces de ce récit recueilli auprès de témoins âgés – la mère de l’un d’eux avait participé aux événements, les autres en étaient encore plus éloignés – constituent des bribes inorganisées, très imprégnées des quelques écrits diffusés, y compris ceux de l’écomusée. On observe néanmoins de légères déformations dans le sens d’une interprétation romanesque. Par exemple, le directeur de l’usine à cette époque s’appelait Fischer ; les journaux s’empresseront d’écrire qu’il n’avait échappé aux balles des Prussiens au siège de Belfort en 70 que pour se faire blesser par les gendarmes de la République. L’instruction mentionnait que ce dénommé Fischer, très énervé, était sorti de chez lui armé d’un pistolet. Dans les récits, il courait comme un fou en tirant de ses deux pistolets. Un autre exemple : on m’a rapporté que les ouvrières attendaient les gendarmes du haut d’un donjon – qui n’existe pas -, armées de leurs seaux d’excréments, comme s’il s’agissait d’huile bouillante.

32Quels renseignements cet événement nous apporte-t-il sur la culture d’entreprise ? D’abord, cet épisode oublié de l’histoire ouvrière rappelle que l’usine, chrétiennement organisée, a été un moment important de l’industrialisation et de l’enrichissement de la région lyonnaise, et qu’on a donc peut-être un peu négligé le rôle de la religion dans ce processus. Il nous informe également sur la violence du débat religieux au xixe siècle. Il nous fait réaliser à quel point la religion catholique imprégnait le paysage, combien le droit à la prière et à la chapelle privée paraissait naturel.

33Un deuxième type de remarques nous amène à penser que l’« histoire ouvrière », entendue classiquement, ne se résume pas à l’histoire du mouvement ouvrier. On a déjà dit que l’histoire ouvrière n’est ni unilinéaire ni univoque. Un événement de cet ordre est difficile à interpréter parce qu’il nous manque peut-être des outils conceptuels qui rendent compte de la complexité et de la pluralité de ce mouvement ouvrier. Secondairement, il semble que le fait de caractériser l’histoire ouvrière d’une façon ou d’une autre soit un enjeu du débat « scientifique » aujourd’hui. Ainsi, l’Église a fait dresser une statue à Henriette Bonnevie, grâce à une souscription, mais le mouvement ouvrier ne l’a pas fait entrer dans son panthéon. Elle est pourtant tombée, comme d’autres, sous les balles des gendarmes en défendant un droit qu’elle jugeait fondamental.

34Le troisième type de remarques me paraît le plus fondamental pour l’anthropologie industrielle et l’approche en général de la culture d’entreprise. Il s’articule sur deux plans. D’abord, cette structuration autour de la religion est aussi sociale et socialement efficace dans la mesure où elle peut mener à une action. Ensuite, cette volonté de mettre la religion au service du profit industriel s’inscrit dans une stratégie patronale clairement exprimée. Cette idée prend tout son intérêt si on considère l’irruption de la religion dans la culture d’entreprise comme un moment dans le processus d’inculcation idéologique. Ce moment est fragile et aurait pu laisser place à un autre type de structuration, plus traditionnel, du mouvement ouvrier. On a donc l’impression que la culture d’entreprise est un accord précaire et momentané sur lequel un groupe social peut se mobiliser pour un type d’action, quitte à adopter plus tard un autre réfèrent identitaire ou une autre appartenance. Si cette hypothèse était valide, elle signifierait qu’on serait dans l’erreur en ramenant la culture d’entreprise religieuse à la piété naturelle des ouvrières dauphinoises ou à la bonté des industriels. Il faut la situer dans une évolution pour la comprendre.

Discussion

35n. gerome – Je ne suis pas sûre qu’on puisse parler directement de culture d’entreprise à partir des faits que vous relatez. Le phénomène est plus complexe, il est un moment de l’histoire de l’industrie textile et de l’histoire politique nationale. Nous sommes à l’époque des ministères Jules Ferry, de la séparation de l’Église et de l’État, et à la veille des inventaires de 1902. Ce patronat catholique intégriste, si j’ose dire, va bientôt s’opposer à un autre patronat catholique libéral qui se fait jour après l’encyclique Rerum Novarum. Je ne suis pas sûre qu’on puisse parler de culture d’entreprise à partir de ce seul fait divers. Peut-être faudrait-il trouver d’autres termes, comme l’intégration du dogme catholique dans la vie ouvrière.

36f. raphael – Après votre référence au concept de style de Leroi-Gourhan, je voudrais souligner l’importance de l’école française de sociologie et de l’école de Durkheim et Mauss. Mauss présente le concept de phénomène social total en disant : « Je n’étudie pas l’indigène Untel, mais j’étudie l’indigène de telle île. J’essaie de voir comment, à travers une existence, s’articulent un destin individuel, un être avec ce qu’il est, son physique, son psychisme, une histoire globale, et comment tout cela ne prend sens qu’à travers le destin vécu d’un individu. » La culture d’entreprise, telle que vous la définissez, résulte de l’assemblage d’éléments divers mis en perspective les uns par rapport aux autres. Ce moment paroxystique dont vous avez parlé suffit-il à décrire une culture d’entreprise, hors du commerce historique de conflit latent entre la société et l’Église ?

37ph. mairot – Au lieu de répondre à la question de savoir si cet événement est une porte d’entrée pour comprendre la culture d’entreprise de l’usine-pensionnat, j’en poserai une autre : De quelles autres sources disposons-nous, puisque nous savons que les ouvriers ne laissent guère de traces écrites dans l’histoire, sauf celles de leurs conflits avec le patronat ?

38f. raphael – Nous avons évoqué précédemment d’autres éléments de compréhension, par exemple les règlements.

39ph. mairot – A mon sens, les règlements ne sont pas des traces de la vie ouvrière, mais des traces de la volonté patronale.

40f. raphael – Ils constituent quand même un élément. La mise en parallèle d’un discours patronal qui se réclame d’un engagement chrétien et les conditions réelles de la vie ouvrière font surgir un certain nombre de contradictions et nous permettent des corrections. Certes, les règlements ne sont pas toute la culture d’entreprise, mais parce qu’ils sont les conditions proclamées objectives par les uns, interprétées ou subies par les autres, ils en font partie.

41ph. mairot – Il y a pléthore de règlements. On sait exactement comment les sœurs de Sainte-Philomène ou de Saint-Vincent-de-Paul réglaient les activités de la journée des ouvrières avec de la gymnastique, de l’enseignement, du travail. On connaît les systèmes d’amendes, car ces jeunes filles ne touchaient aucun salaire, une dot leur était remise à leur départ, etc. Nous disposons des textes des religieuses, des curés, des contremaîtres. Mais je fais une différence importante entre ce type de sources et l’événement de Châteauvillain. Bien sûr, il est à considérer avec prudence puisqu’il est un moment de paroxysme, mais il me permet de répondre à une question essentielle : cet embrigadement quasi carcéral, cette acculturation catholique sont-ils efficaces, les ouvrières adhèrent-elles à ce modèle culturel ? Cet événement semble le confirmer. Il y a une efficacité symbolique. Un groupe social peut se créer sur des bases autres que la lutte des classes, sur des bases consensuelles autour d’une Église.

42n. gerome – En extrapolant un peu, les usines-pensionnats étaient peut-être la version moderne des ateliers monastiques.

43p. gaudin – Vous avez évoqué le cas du moulinage Lacroix de Montboucher. J’ai lu le manuscrit des cahiers des curés qui se sont succédé à Montboucher. Ils y consignent des renseignements étonnants : l’arrivée de la première machine à vapeur, de l’électricité, du téléphone. Les enquêtes, au sens inquisitorial, qu’ils font sur les ouvrières, et cela sur le modèle de l’abbé Meyzonnier, aboutissant à la même conclusion : tout va bien ! C’est un texte à interpréter mais très intéressant. Peut-on pour autant faire entrer ces faits dans la définition de la culture d’entreprise ?

44y. lamy – Je pense que cette conception présente de façon originale le problème des rapports des couches sociales en présence lors de la montée du prolétariat. Mais faut-il accorder une telle portée à cet événement ? Il me semble plutôt occulter ce qui se passe dans l’atelier, la culture d’entreprise en tant que telle. Il y a des pères fondateurs de la méthode de recherche. Pour ne citer que lui, l’historien Thomson qui parle de l’influence du méthodisme sur la classe ouvrière anglaise, de la participation des pasteurs méthodistes à l’acculturation d’ordre moral des ouvriers. A partir d’études de tels historiens, nous pourrons peut-être imaginer la formation d’une véritable culture d’entreprise fondée sur la rationalisation du temps, avec l’apparition de l’horloge dans l’usine, par exemple. L’intégration d’une notion mathématique du temps dans le travail de l’atelier s’est faite par le biais de la morale, de prêches. Dans le cas de Montboucher, on peut discuter de la validité de l’expression. Ces jeunes filles étaient-elles réellement considérées comme des ouvrières ? On ne sait pas. Vous focalisez notre attention sur cet événement, mais en amont, vous ignorez tout des mécanismes d’intégration sociale dans ces usines-pensionnats. Par contre, l’éclairage que vous donnez du contexte social et des luttes entre républicains et catholiques est passionnant.

45ph. mairot – Le fonctionnement des usines-pensionnats de la région lyonnaise – en particulier les aspects techniques, architecturaux, iconographiques, leur politique sociale et culturelle – est relativement connu par des textes patronaux ou d’inspiration patronale. Ma communication se fonde sur cette réflexion : connaître les stratégies explicites, les règlements ou les horaires est une chose, une autre est de déduire ce que l’on suppose en être le résultat, la culture d’entreprise. On dispose d’assez peu de moyens pour vérifier l’impact de ces textes sur les pratiques. C’est pourquoi je pense que cet événement ouvre une voie complémentaire et précieuse pour comprendre ce qu’est la culture d’entreprise dans ce contexte. Une telle source permet de relativiser, de confirmer ou de complexifier ce qu’affirme celui qui a le pouvoir : « La culture d’entreprise, c’est moi qui la décrète. » Précédemment, nous avons admis qu’on ne pouvait pas rendre compte du procès de travail, de la chaîne opératoire dans les termes définis par les ergonomes, les chronométreurs ou l’ost, en évoquant l’énorme marge de bricolages individuels. Je fais la même remarque sur le plan culturel : faut-il se contenter de ce que disent les chronométreurs du social ? L’analyse de cet événement n’a d’autre but que d’apporter un éclairage complémentaire à certaines sources.

46p. durupt – Il faut tout de même éviter de faire un amalgame entre ateliers monastiques et usines-pensionnats. Au Moyen Age, l’enseignement de l’Église était fondé sur l’amour du prochain. Cette volonté de charité disparaît totalement dans le premier tiers du xixe siècle. Alexis de Tocqueville, qui n’était pas un « rouge », décrit la bourgeoisie française à l’origine de l’industrie comme inhumaine. C’est d’ailleurs en partie en réaction contre cet état de fait que naîtra le catholicisme social avec Lamennais.

47f. sigault – Je suis d’accord avec Ph. Mairot pour dire que l’histoire est riche de ces accidents, de ces conflits qui élargissent nos sources d’information, comme les mémoires ou certains romans. Je pense aux colonies pénitentiaires du xixe siècle où l’on enseignait l’agriculture à de jeunes délinquants ou en danger de le devenir. A côté de l’usine-pensionnat, existait l’usine ou l’exploitation agricole asile psychiatrique. Je pense également à l’ouvrage de Bernot et Blancard consacré à un village aux limites de la Normandie et de la Picardie, Nouville, dans lequel ils montrent que l’industrie reposait en grande partie sur les enfants de l’Assistance publique, logés chez l’habitant et recrutés massivement par les industriels locaux dans les années 40.

48f. clavairolle – Jusqu’à présent, dans la recherche que je fais sur l’industrie de la soie dans les Cévennes, je n’ai jamais entendu parler d’usine-pensionnat, mais le contexte est différent car il s’agit d’une société protestante. De la même façon, les jeunes ouvrières venaient d’assez loin et travaillaient jusqu’au mariage, mais elles logeaient soit chez l’habitant, soit louaient des appartements aux environs de l’usine. Il semble que les vertus morales caractéristiques des sociétés protestantes aient suffi à inspirer confiance.

49p. gaudin – Le cas de Montboucher dans la Drôme est tout à fait exceptionnel, il est d’ailleurs présenté comme un modèle dans l’ouvrage de Reybaud. Le village est en bout de vallée, près de Montélimar. Tous les villages en amont sont protestants et n’ont pas d’usines-couvents. Les ouvrières de chez Lacroix viennent de l’Ardèche, de l’autre côté du Rhône, de la ville, comme il est écrit dans les textes. Il ne faut pas oublier aussi l’ambition de « redresser les jeunes filles dévoyées », pour citer encore les textes.

50ph. mairot – Oui. L’existence de ces usines-couvents dans les campagnes se justifie par la recherche d’une bonne moralité chez les jeunes ouvrières. Les milieux patronaux n’ont pas oublié la terreur qui s’est emparée d’eux après la révolte des canuts de Lyon. Ils quittent la ville pour aller s’installer dans le Dauphiné ou ailleurs. Après ces révoltes, vers 1840, les usines-pensionnats qui essaiment dans la région sont une réponse à un problème économique, mais surtout à un problème social, la naissance du prolétariat urbain et la frayeur qu’elle suscite. Le patronat recherche l’eau motrice et de la main-d’œuvre (les petites mains).

51un auditeur – Ces usines-pensionnats avaient un mode de recrutement très particulier. Dans le Bugey, des agents de recrutement passaient dans les fermes et faisaient tinter l’argent qu’ils avaient en poche pour appâter des candidats éventuels. Pouvez-vous confirmer cette anecdote ? Si elle est vraie, elle révélerait de la part du patronat un très grand besoin de main-d’œuvre.

52ph. mairot – Sur la question des modes de recrutement, je n’ai pas d’informations précises. Il semble que les parents aient eu intérêt à placer leurs filles dans ces établissements parce qu’elles y acquéraient une dot et une éducation. Elles y apprenaient ce qu’une femme de l’époque devait savoir pour être une bonne épouse. Le curé pouvait aussi jouer un rôle d’intermédiaire.

53m.-f. raveyre – Cette culture d’entreprise est peut-être tout simplement l’ensemble des valeurs partagées par la direction et les ouvriers. C’est en effet ce que j’ai pu observer dans des entreprises artisanales de tournerie sur bois où les valeurs ne sont pas d’ordre religieux ou idéologique, mais liées à la qualité du produit fini, et qu’on ne retrouve plus dans les entreprises de type industriel. Si on se réfère à la division des tâches et à la hiérarchisation des rôles, on peut parler de plusieurs cultures d’entreprise. Il y a celle de la direction qui s’attache à son image de marque, celle des ouvriers professionnels à laquelle n’adhèrent pas forcément d’autres catégories de travailleurs.

54ph. mairot – Au sein d’une entreprise, il y a plusieurs cultures, celle de l’os1, celle de l’os2, celle des tourneurs, celle du personnel d’entretien. Mais la culture d’entreprise est autre chose que la somme de ces cultures qu’on peut appeler professionnelles. Si on emploie ce terme avec conséquence, c’est pour définir la résultante, à un moment précis, de combats, de luttes, de polémiques qui réunit tous les membres d’une entreprise et leur fait dire : « On en est. »

Bibliographie

Références bibliographiques

Alloua Revel, Nave H. et D. Ruet, 1982. Architecture du tissage : usines-pensionnats du Dauphiné, sous la direction de B. Duprat, cerlyau, écomusée Nord-Dauphiné.

Cayez P., 1980. Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, cnrs Centre régional de publications, Lyon.

Cayez P., 1979. L’industrialisation lyonnaise au xixe siècle. Du grand commerce à la grande industrie, thèse université Lyon II, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III.

Chatelain A., 1970. « Les usines-internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise », Revue d’histoire économique et sociale, 48, pp. 373-394.

Daumas M., 1978. Les bâtiments à usage industriel au xviiie et au xixe siècle en France, Centre de documentation et d’histoire des techniques, cnam, ehess.

Durkheim, éd. 1960. Le Suicide, pp. 429, 440, PUF.

Gauthier A., 1983. Les ouvrières du textile dans le Bas-Dauphiné sous la IIIe République, thèse de 3e cycle en histoire, Lyon.

Godard J., 1899, 1909. L’Ouvrier en soie, Lyon, Maris, Bernoux et Cumin, Travailleurs et métiers lyonnais, Cumin et Masson, Lyon.

Jouanny J., 1931. Le tissage de la soie en Bas-Dauphiné, Grenoble, thèse.

Léon P., 1954. La naissance de la grande industrie en Bas-Dauphiné. Fin du XVIIe jusqu’à 1869, Paris, puf.

Lequin Y., 1977. La formation de la classe ouvrière régionale. Les ouvriers de la région lyonnaise 1848-1914, Presses universitaires de lyon.

Reybaud L., 1859. Étude sur le régime des manufactures, condition des ouvriers en soie, Paris. 1858. Rapport sur la condition morale, intellectuelle et matérielle des ouvriers qui vivent du travail de la soie.

Table des illustrations

Légende Première page de l’Isère Illustrée, avril 1886 consacrée au « drame de Chateauvillain »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540