Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

III. Rites et stratégies

Rites corporatifs et stratégies d’entreprises dans le Bassin sidérurgique de Longwy

David Charrasse

Texte intégral

Communication écrite

  • 1 Dans le cadre de la même recherche, à signaler le mémoire de maîtrise de Mlle Nadia Marchesi « De (...)

1Le sujet global de l’étude tel qu’il se présentera sous une forme achevée aura pour titre « Rites de la crise, crise des rites dans le Bassin sidérurgique lorrain »1.

2Quel intérêt à introduire le concept de rite là où tout le monde perçoit celui de crise (monstre de boulimie sémiotique) ? D’une part parce que les deux termes se correspondent intimement, le rite étant toujours renvoyé à une crise possible, sa justification dernière étant en quelque sorte de la résoudre symboliquement pour préserver l’ordre social. Nous y reviendrons largement. Le premier intérêt de l’application de la problématique du rite, et cela est inhérent à la formulation du commanditaire (« rites de la France contemporaine »), est de placer sous la loupe ethnologique un des aspects les plus à vif de notre propre société, en s’imposant ainsi d’emblée le contexte heuristique de l’anthropologie, et le regard distancié de l’ethnographe. C’est pour conserver sa pureté ethnologique au concept, et pour ne pas nous perdre en définitions concurrentes – dans le cadre restreint d’une communication – que nous nous référerons souvent à l’analyse du rite établie par Durkheim (1912) à partir d’exemples tous issus d’observations des aborigènes d’Australie.

  • 2 Selon l’expression qui avait été avancée par la délégation de l’APEP lors d’une précédente rencont (...)

3Un détour aussi lointain serait-il nécessaire pour comprendre « l’homme du Fer » ? On pourrait venir avec raison poser sur cette démarche l’étiquette caustique des « papous de Longwy »2. Mais s’il y a des papous à Longwy, ce ne sera bien sûr que le temps de développer une hypothèse, et pour mieux nous faire saisir par contrecoup – parce que d’une façon plus distanciée – les « jeux et stratégies » au sein desquels nous sommes tous pris.

La forme rituelle

4Restons tout d’abord un peu à l’écart de notre terrain, que nous n’évoquerons que sur exemples, pour extraire les traits constitutifs du modèle de comportement rituel.

Le noyau rituel

5Au niveau de son noyau dur, le rite est avant tout un ensemble de gestes ou de comportements, qui prend valeur sémantique en délivrant un message sous une forme « répétitive et stylisée » (Watzlawick : 1972) ayant apparemment au départ un fondement mimétique. C’est ainsi que Watzlawick décrit ce qu’il appelle le « rite » d’approche du dauphin envers le plongeur : l’animal effectue le geste de mordre l’homme au bras, mais sans parachever son geste jusqu’à la morsure. Le matériel informationnel développé dans un tel « rite » est d’ailleurs à un point de complexité assez élevé, comme le signale l’auteur, car il nécessite le recours à l’expression d’une négation (de l’agression). C’est déjà un énoncé obtenu par composition de deux éléments que l’on peut en abstraction considérer comme indépendants.

6Il y aurait donc tout d’abord quelque chose à comprendre du rite hors de toute verbalisation proprement dite. D’ailleurs dans les études ethnologiques des rites, l’analyse de contenu des discours n’est qu’une approche très subalterne : le plus souvent on se contente de remarquer que tel rite s’accompagne par exemple de « chants », de « cris », ou de « prières », l’observateur retenant ainsi l’élément le plus formel, comportemental ou prosodique de la communication orale.

7Lors de la cérémonie rituelle, ce noyau comportemental est d’ailleurs clairement mis à nu par l’attention que les acteurs accordent à son interprétation, ou leur volonté d’exprimer une plus grande conviction en mettant leur attitude au diapason du rôle qu’ils sont censés tenir dans la représentation.

8Ainsi de la remise de médailles du travail (Unimétal Longwy 1986) : l’organisation de la cérémonie (par service), son cadre (un simple bâtiment d’usine alors qu’elle prenait place précédemment dans la salle des sports de Longwy ou dans une salle des fêtes), le statut des officiants (absence des élus, un seul discours par un simple chef de service), et même un relatif débraillé de l’assistance, tout cela atteste de la déchéance du grand cérémonial de célébration du travail qui marquait de son rythme la vie de chaque usine du Bassin de Longwy, jusqu’au début des années 80 (généralement on la faisait coïncider avec la Saint-Eloi, patron des travailleurs du métal). Il reste que, même si le brouhaha soutenu dans lequel se déroule la représentation mêle nombre de commentaires ironiques ou désabusés, la présence du « cher collaborateur » dans la salle signifie qu’il est prêt au minimum (sinon plus) d’adhésion à son rôle dans le modèle comportemental qui préside au rite : faire silence pendant le discours de l’ingénieur, se lever à l’appel de son nom, puis s’avancer devant l’assemblée, voir la médaille accrochée sur sa poitrine par l’officiant, prendre le diplôme qu’on lui tend, serrer la main du « chef » (plus facultativement échanger quelques mots avec lui) et se prêter dans ces dispositions au flash immortalisant du photographe de l’usine. Et si l’on en juge par la contenance des acteurs, les deux éléments centraux indispensables au rite sont, bien entendu, la remise de médaille stricto sensu, et la poignée de main, redoublées – redoublons de conviction – par la photographie.

Le jeu de la tradition

  • 3 En continuant à paraphraser M. de Certeau, on pourrait dire que le rite « travaille la différence  (...)

9C’est à ce noyau minimal que l’on reconnaîtra le maintien du rite, le phénomène rituel n’étant pas concevable sans la réitération du « même »3. Mais si le rite n’est tel qu’à condition de reproduire son noyau comportemental pour scander un rythme, il n’en connaît pas moins des évolutions, bricolages par emprunts des éléments symboliques drainés par la tradition. Ainsi les éléments qui composent le rite ne gardent-ils pas un sens qui leur soit propre, fixe, identique dans tous les contextes ; ils présentent, nous dit Durkheim, une « indétermination », une « ambiguïté » qui permet leur intégration dans des formes rituelles assorties de significations différentes.

10En suivant ces bricolages, nous pouvons repérer des parentés entre rites. Ainsi le noyau rituel qui caractérise la remise des médailles évoque-t-il irrésistiblement, par les objets et les gestes mis en scène, les contextes scolaires, militaires et sportifs ; et la base fondamentale en est la communion, caractérisable par le rapprochement et l’échange avec un officiant, c’est-à-dire un personnage consacré, assurant l’intermédiaire entre le commun des profanes et l’ensemble des choses sacrées.

11En intégrant ces filiations au temps historique, on peut interpréter les variations-adaptations internes aux rites comme symptômes d’évolutions qui traversent des pans de la société locale – groupes sociaux, institutions, croyances, sous-jacents au rite. C’est ce que fait très bien G. Noiriel (1984) en remarquant comment à partir de 1935 le drapeau rouge, élément constant et essentiel de la symbolique ouvrière, est remplacé dans les manifestations et les meetings par le drapeau tricolore. De même lorsque l’auteur compare les rites célébratifs des municipalités communistes des années 50 aux rites patronaux et nationalistes des années 20, l’abandon des symboles révolutionnaires qui s’y opposaient alors (le cimetière s’opposant par exemple au monument aux morts) est patent. S’y est substitué ce qu’on pourrait appeler la famille des rites du pater-communisme.

12On voit bien aujourd’hui en suivant une cérémonie telle que la Sainte-Barbe comment le rite est le produit quelque peu monstrueux d’un assemblage d’éléments hétérogènes. A Hussigny, ancienne cité minière où l’extraction du fer a cessé voilà déjà dix ans, les mineurs retraités célèbrent encore le 4 décembre Sainte-Barbe, sans doute ici la plus ancienne cérémonie corporative. Bien sûr, il n’y a plus de directeur de mine pour assumer la paternité du rite ; à sa place en tête du cortège d’une vingtaine de personnes qui part de la mairie, on trouve l’ancien délégué mineur, et le président du comité des fêtes, adjoint au maire communiste. Plus de messe de Sainte-Barbe : elle ne faisait pas recette. Plus de fanfare, nous sommes en semaine, et en fait plus personne ne chôme ici pour cette fête d’une corporation pratiquement disparue. Plus de repas de Sainte-Barbe à Hussigny, et plus de bal non plus. En somme, c’est le squelette du rite d’antan, pauvre vestige de tant de cérémonies plus fastueuses. Les participants le constatent eux-mêmes, en s’étonnant d’un humour amer, de se trouver si vieux ou de ne pas être accompagnés par la musique. C’est le noyau rituel, qui se reproduira « tant qu’il y aura un mineur vivant à Hussigny », me dit-on. Déplacement en groupe, de la mairie au monument aux morts. Dépôt de la gerbe. Minute de silence, chapeaux bas, « pour tous nos camarades mineurs morts ». Leurs noms seraient-ils inscrits sur cette pierre ? Puis retour à la mairie où nous attendent le vin d’honneur, « offert par la municipalité », le discours syndical : « C’est l’action qui paye », et le toast du délégué : « Je lève mon verre à la Sainte-Barbe. » Plus tard, le maire viendra boire sa coupe, en bonne compagnie.

13Ainsi on bricole du rite, on reproduit des comportements symboliques, on détourne des objets rituels, pour intégrer le tout dans ce qu’on ne peut voir finalement que sous la forme d’un bloc homogène, un rite efficace, ayant un sens totalement cohérent, dominé par l’hommage rendu aux camarades de travail morts au front...de taille, et, bien souvent, enterrés civilement sous le drapeau rouge. Qui s’en souvient, le jour de la Sainte-Barbe, suffisamment pour dire qu’ils ne reposent pas sous la stèle aux morts des deux guerres, mais au cimetière juste en face ?

14Ce ne sont là cependant que contradictions de surface, « il n’est pas surprenant qu’un même rite, tout en gardant la même composition et la même structure, paraisse produire de multiples effets. Car les dispositions mentales qu’il a pour fonction permanente de susciter restent les mêmes dans tous les cas » (Durkheim : 1912). C’est en tirant profit de cette adaptabilité fondamentale du matériel traditionnel, et en y ajoutant quelques touches symboliques spécifiques, que les sidérurgistes et leurs organisations peuvent créer, inventer depuis une dizaine d’années de nouveaux types de rites, adaptés aux nécessités de l’heure, autour du thème central de la « mort » du Bassin sidérurgique. Nous y reviendrons.

Les comportements d’accompagnement

15La description de la forme du rite ne serait pas complète si nous n’évoquions l’environnement comportemental de ce que nous avons appelé « noyau rituel ». Il est en effet loisible de penser que la Sainte-Barbe des mineurs d’Hussigny ou la remise des médailles du travail à Unimétal Longwy conserveraient leur identité intacte en tant que rites en l’absence, par exemple, du vin d’honneur, même si elles devaient en perdre de leur prestige...et sans doute de leur assistance. Il faut cependant bien observer l’existence permanente autour du noyau rituel d’un ensemble de comportements induits, impressionnés par le rite, en quelque sorte touchés par sa grâce ; la liberté d’interprétation des rôles y est plus grande, mais il semble pourtant que les individus, sans être tenus à l’observance stricte d’un modèle fourni et à reproduire, versent comme fatalement dans des sillons tout tracés par l’usage, et déterminés par la proximité du rite.

16Il est de mise aujourd’hui de graver tout événement sur pellicule. Le genre de ces photographies est lui-même prédéterminé, généralement dominé par le portrait de groupe. Si l’on s’intéresse à un rite défini, comme la remise des médailles du travail, on s’aperçoit que d’année en année ce sont les mêmes clichés qui reviennent : l’orateur pendant son discours, avec point de vue sur la foule des participants ; le groupe des officiants, pris en contre-plongée du pied de l’estrade ; les groupes de médaillés regroupés par service derrière leur ingénieur ; et, bien sûr, le portrait de chaque médaillé, saisi soit au moment où il serre la main de l’officiant, soit au moment où celui-ci lui épingle la fameuse médaille, en tout cas dans ce moment central du rapprochement et de l’échange. Et si le photographe n’a pas pu capter l’instant « historique », il priera les deux acteurs de recommencer leur geste, ce qu’ils feront sans discussion. Prenez la pause : l’objet de ces portraits n’est pas une personnalité, un caractère, mais au contraire de fondre chacun dans un moule préétabli, comme dans un décor où il n’aurait qu’à passer la tête dans un trou pour « figurer », en bonne place.

17Avec la photographie, l’article, qui figure dans le magazine d’entreprise, le bulletin municipal ou les colonnes locales du quotidien régional, reprend toujours les mêmes ingrédients, incontournables : mention sur le respect de la tradition, ampleur de l’assistance, énumérations de noms, de titres, parfois évocation d’un événement placé en point d’orgue de la cérémonie (par exemple disparition d’une personnalité, changement marquant dans l’institution mère), enfin et surtout, citation ou paraphrase des discours, que l’article reproduit fidèlement ce qui prouve combien il est impressionné par le rite.

18Quant au discours proprement dit, et quel que soit le rite au sein duquel il prend place, disons brièvement qu’il ne peut faire l’économie de deux éléments centraux : la satisfaction d’être ensemble, et l’évocation de l’avenir, d’un avenir commun. « Amitié, confiance, espérance » s’écrie le directeur de l’usine de la Providence à la Saint-Eloi en 1971, et, après avoir évoqué les difficultés de l’heure : « L’avenir, messieurs, sera ce que nous en ferons tous ensemble. » Le délégué des retraités d’Hussigny (Sainte-Barbe, 1986) ne le désavouerait pas : « Rappelez-vous les mineurs que nous sommes (...) c’est pour vous dire que c’est l’action qui paye. Bien sûr, ça paye pas tout de suite mais ça paye toujours un jour. »

19A l’opposé du pôle du discours, le rite impressionne également les conduites les plus privées parmi celles qui prennent place dans son environnement : ainsi par le rassemblement du groupe, il induit la domination du type de la « conversation de rencontre », concentrée presque exclusivement sur la fonction phatique : établir et rassurer sans cesse par tous les moyens les liens qui nous rapprochent de nos interlocuteurs d’un moment, ce qui passe le plus souvent par l’évocation d’un passé en commun, parfois par la promesse de prochaines retrouvailles ; puis pousser plus loin vers de nouvelles rencontres.

20Photographies, articles, prises de parole, conversations : discours en général. Le rite proprement dit se prolonge donc en déteignant sur les discours qui sont tenus depuis ses différents rôles, et qui peuvent tous prétendre, chacun à sa manière, reproduire et expliciter le sens concentré dans le dit pragmatique du noyau rituel. En fait, le rite est essentiellement un catalyseur d’information. Que disent ces comportements ? Autrement dit, comment informent-ils la société ? Une première façon de répondre à ces questions est de reprendre l’analyse durkheimienne des fonctions générales du rite.

Fonctions du rite

21Pour ne pas développer une hypothèse rabâchée, contentons-nous de rappeler que pour Durkheim (1912), la fonction du rite, l’information qu’il apporte à la société, conjugue deux dimensions : le temps et le lien social. En effet le rite articule trois moments en un seul mouvement : la célébration du passé, le rassemblement au présent, et le prolongement dans l’avenir. Le premier de ces moments est d’ailleurs facultatif pour Durkheim, et caractérise plus précisément les « rites commémoratifs » mais c’est à travers ce type de rite que l’on saisit le mieux le mécanisme général suivant lequel le rite agit magiquement sur l’avenir physique, en agissant en fait sur le présent moral, « en ravivant le sentiment que la société a d’elle-même » : « La foi commune se ranime tout naturellement au sein de la collectivité reconstituée (...) ; en dépit de leurs défaillances apparentes, on ne peut plus croire que les dieux mourront puisqu’on les sent revivre au fond de soi-même ». Pour Durkheim, l’essentiel du rite est dans le rassemblement du groupe, sa « réaffirmation périodique » qui rend confiance à ses membres, réassure leur croyance, en particulier dans les moments difficiles qu’ils rencontrent. Assurer chacun de la grandeur et de la pérennité de la société dans le consensus du groupe rassemblé, voilà ce en quoi consiste le rite. Il peut être tentant d’appliquer cette interprétation aux phénomènes rituels observés sur notre terrain, et on trouverait effectivement dans les éléments descriptifs que nous avons déjà donnés matière à soutenir cette analyse.

22Nous y voyons pourtant une double objection : d’une part, si les rites observés conjuguent effectivement le ravivement du lien social au présent et la promesse de l’avenir, on a vu que ce fonctionnement est quasiment explicite, que pour nos contemporains ce mécanisme est assez clair pour constituer le thème presque systématique des discours. Cette présence manifeste de 1’« être ensemble », qui ne se cache pas derrière la figure divine ou des manipulations à caractère magique, ne préjuge certes pas de son « efficacité morale », pour parler comme Durkheim, qui sans doute est réelle. Mais elle enlève beaucoup de sa pertinence à l’analyse de Durkheim qui y perd pour ainsi dire son objet, et apparaît pratiquement comme un prolongement savant du discours du rite, sans imposer nettement un décrochage vis-à-vis de celui-ci.

23D’autre part, nous ne pouvons pas traiter de notre société comme de la communauté traditionnelle : l’approche ethnologique nous a prêté sa distance, elle nous a permis d’isoler un type de phénomènes et de mieux en percevoir certains mécanismes, à nous dès lors de l’exploiter pour appréhender notre fait social. Il est temps pour nous de lâcher l’hypothèse des « papous de Longwy ». Dans ce sens, nous avons choisi d’intéresser notre recherche à des rites qui mettent bien en lumière deux caractéristiques saillantes de nos sociétés : le fait de la crise et les conflits d’institutions.

24Nous avons déjà dit que le rite est le catalyseur d’une information qui manie essentiellement le temps et le lien social. C’est dire qu’il est un phénomène éminemment politique. Nous emploierons le terme de « stratégie », ce qui sera l’objet de la partie orale de cette communication sur les rites et les stratégies.

Communication orale

25Je m’efforcerai d’être bref pour laisser plus de temps à la discussion. Pourquoi s’intéresser aux rites dans le bassin de Longwy ? Parce que la question de l’avenir y prend un tour particulièrement aigu. Non seulement la sidérurgie ferme mais parce que tout ce qui a été mis en œuvre pour installer de nouvelles entreprises échoue. A travers le rite, nous essayons de comprendre quelle est l’attitude extrêmement problématique de la population et des institutions par rapport à l’avenir.

26Premier point, nous avons comparé les rites de Sainte-Barbe des mineurs et les rites de Saint-Eloi, dans la sidérurgie, et observé que les rites de Sainte-Barbe sont beaucoup plus forts, beaucoup plus vivaces, aujourd’hui comme il y a vingt ans, que les rites de Saint-Eloi. Le rite de Saint-Eloi se réduit au pot à l’intérieur du service, il peut être expédié très rapidement, alors qu’au rite de Sainte-Barbe sont associés des mythes.

27Il se dit, par exemple, qu’à l’approche de Sainte-Barbe, la sainte Barbe veut manger des mineurs pour célébrer sa fête. Des statues de sainte Barbe existent au fond de la mine auxquelles on fait quelque offrande lorsqu’on a évité un accident... Effectivement, la période de Sainte-Barbe coïncide avec le début de l’hiver, avec des infiltrations, le gel, qui provoquent des éboulis qui sont la cause essentielle des accidents dans les mines de fer. Constatant cette disparité entre les deux rites, il y a une façon de l’expliquer par rapport au danger beaucoup plus présent à l’intérieur de la mine, par rapport au lien social dans une équipe de mineurs, beaucoup plus soudée.

28Le deuxième point porte sur l’évolution dans le temps de ces rites. On remarque que le rite célébratif, je reprends encore les catégories de Durkheim, subit une mutation qui transforme en rituel de deuil. Tout ce qui se passait autour de la Sainte-Barbe et qui était de type célébratif s’amenuise. Qu’est-ce qu’il reste ? La visite au monument aux morts, avec amplification du deuil ; c’est-à-dire que la minute de silence qui avant était dédiée aux mineurs morts dans l’armée, avec l’énoncé de leurs noms, etc., est dédiée à tous nos camarades mineurs morts.

29Le troisième point porte sur la signification du rite. En se regroupant pour célébrer quelque chose, on désigne le sacré. En se prolongeant magiquement, on essaye de s’approprier l’avenir. Ce sont trois moments que le rite articule en un seul mouvement. Or ces trois moments peuvent se transformer en trois enjeux. Qui a vocation à un moment donné à regrouper quelle institution ? Qui est en mesure de désigner le sacré ? Qui a capacité à tenir le discours sur l’avenir ? Il faut ajouter une quatrième dimension qui tient au fait que le rite est un catalyseur d’informations et qu’il permet de ponctuer les situations en fonction des intérêts de celui qui l’organise.

30Si on observe les rites de Sainte-Barbe là où ils se perpétuent, on s’aperçoit que depuis la remise en question de l’existence des mines de fer dans le bassin et dans le nord de la Lorraine, que le syndicat s’est approprié le rite. C’est lui donc qui à ce moment-là va s’approprier aussi la raison du rassemblement, s’approprier également la célébration, la désignation du sacré qui change la mise en avant des valeurs syndicales, etc.

31Je terminerai sur le rite de fermeture d’une grande usine sidérurgique. D’abord ce n’est pas un événement ponctuel. Entre le moment où on a décidé de fermer la Chier, par exemple, et le moment où le dernier service de l’usine a fermé, il s’écoule trois ans. C’est un événement qui peut être complètement masqué par l’entreprise, c’est-à-dire que jusqu’au dernier moment, la plupart des ouvriers ne connaissent pas la date exacte de la fermeture de l’entreprise. Il s’agit pour l’entreprise de faire fonctionner les installations jusqu’au bout et à les faire fonctionner dans le meilleur esprit possible pour qu’il n’y ait pas de casse, qu’il n’y ait pas non plus, comme ça s’est produit par exemple à la Chier à la fermeture d’un haut fourneau reprise en main par le syndicat pendant une durée symbolique. Le syndicat à ce moment-là s’est approprié le rite de fermeture : cela a consisté à faire une dernière coulée et à graver sur les éléments le sigle cfdt.

Discussion

32n. gerome – Merci pour toutes ces précisions sur la fonction du rite profane en milieu industriel. Au moment où une société se fracture, il est particulièrement important de faire ce travail de collecte et d’analyse d’activités symboliques.

33d. charrasse – Vous parlez de rite profane, mais je pense qu’il y a du sacré dans ces rites-là. Le rite de fermeture, par exemple, est un peu le reflet inversé du rite d’inauguration où le sacré est représenté par la technique.

34n. gerome – Ne nous pressons pas trop d’employer des concepts empruntés à d’autres domaines. Peut-être faudrait-il parler de notion de sacralisation plutôt que de sacré.

35y. lamy – Je suis un peu surpris par cette intervention. Elle me paraît intéressante, mais je voudrais faire deux remarques. D’abord je crois que vous êtes un peu gêné par l’a priori durkheimien que vous vous êtes fixé au départ. Vous ne vous posez pas tout à fait non plus la question de Durkheim. Durkheim se demande ce que devient une institution quand elle ne correspond plus à aucune fonction. Cette interrogation est particulièrement intéressante dans la situation de Longwy : Quelles fonctions remplissent ces rites aujourd’hui ? Qui en sont les porteurs ? Vous dites que le syndicat se les réapproprie, mais quel type de syndicat et pour combien de temps ? Enfin, je ne parlerais pas de rite pour la fermeture, cela relèverait plutôt du baroud d’honneur. Avec la dernière coulée, les ouvriers font un lingot marqué au sigle de la cfdt, mais peut-on appeler rite un événement aussi ponctuel ? Or, toute votre problématique a justement été d’inscrire le rite dans la durée. Comme Noëlle Gérôme, je crois, en effet, qu’il ne faut pas s’embarrasser de concepts qui risquent d’être gênants ensuite dans la progression de l’analyse de terrain.

36d. charrasse – Il me semblait avoir un peu répondu à la question de la fonction en disant qu’il y avait effectivement mutation du rite. Par exemple, la mutation d’un rite célébratif en un rite de deuil. Jusqu’à la mort du dernier mineur retraité d’Hussigny, on continuera à célébrer le rite de Sainte-Barbe.

37y. lamy – Admettons que les syndicalistes raisonnent ainsi : Il n’y a plus de hauts-fourneaux, il n’y a plus rien, ce n’est pas une raison pour tout laisser tomber, même le rite de Sainte-Barbe, donc ce rite est prolongé quelques années. Mais dans les régions sidérurgiques qui se sont éteintes, plus personne, depuis cinquante ans, ne fête la Saint-Eloi, il n’y a plus de protagonistes. Tous ces rites sont sur une pente déclinante. Le deuil dont vous parlez n’est pas une représentation du rite, il en annonce la fin.

38n. gerome – On est en train de confondre deux niveaux de discussion : une discussion générale sur l’existence de pratiques ritualisées dans l’industrie et ce qui se passe dans votre région avec l’existence de cérémonies – appelons-les ainsi – de fermeture. Ces cérémonies prennent-elles ou non des aspects ritualisés dans la mesure où les actes symboliques peuvent être répétés, modifiés ou repris d’une usine à l’autre, d’une région à l’autre, d’une industrie à une autre ?

39d. charrasse – Aujourd’hui, la mine de Hussigny est fermée, mais le syndicat existe encore en tant que représentant des mineurs retraités. La fonction du rite ici est dans la désignation de l’institution syndicale, toujours prête à défendre les intérêts de ses adhérents.

40f. raphael – Que signifie un rite qui se maintient en ayant évolué ? Comment le discours syndical est-il interprété par ceux qui y participent ? Est-ce que ce discours correspond à l’idéologie qui entoure le rite ? Quelles sont les raisons de ceux qui refusent ce discours ? Pour en revenir à l’emploi de certains concepts, je crois qu’il faut n’y recourir qu’après une définition rigoureuse, même provisoire, même limitée, et en sachant qu’on se place à un certain point de vue. On ne peut accepter le mot sacré sans une définition préalable.

41d. charrasse – J’ai essayé de synthétiser les interviews des personnes participant au rite, sous le thème du « rite n’est plus ce qu’il était », thème qui revient sans cesse. Dans les entretiens, j’ai été obligé d’induire moi-même la référence au syndicat.

42f. raphael – Cette précision est importante car elle signifie qu’il peut y avoir déconnexion entre les représentations et le discours produit, et c’est ce clivage qui est intéressant justement : quel est le sens de ce discours pour ceux qui s’y reconnaissent encore maintenant et comment est perçu le monde d’autrefois ? A quel niveau de la technique, de la mémorisation ou de la volonté le fait d’avoir un point d’ancrage a-t-il encore un sens ? On n’assiste pas à la cérémonie par simple conformisme social.

43d. charrasse – Il y a une réalité que je ne peux que constater et noter. Par exemple, le délégué ou l’ancien délégué syndical qui prend la parole, qui marche en tête d’un cortège au côté d’un conseiller municipal, c’est une réalité. Si ensuite, dans les entretiens avec les gens, l’accent n’est mis que sur la dégénérescence du rite car il manque tel ou tel élément à sa célébration, plus de musique par exemple, c’est une autre réalité.

44p. gaudin – « Le rite n’est plus ce qu’il était », c’est une manière de le définir, de nommer ce qu’il était. C’est une énonciation récurrente dans toutes nos enquêtes, on nous dit : « Vous savez, tout ça a bien changé... » Le discours inaugural est un discours décevant : on va vous parler d’une chose, mais il n’y a plus rien.

45n. gerome – Pour revenir aux célébrations de saints protecteurs, depuis cent ans, c’est-à-dire depuis la publication, en 1894, de Sébillot sur les superstitions dans les mines et les travaux publics dans tous les pays, on entend : « La Sainte-Barbe n’est plus ce qu’elle était. » On ne doit pas oublier non plus que l’histoire des célébrations de ces saints patrons de corporation est liée à l’histoire du travail. Étonnamment, ces fêtes corporatives resurgissent aux moments de fracture ou d’essor de la société. En 1936, dans une période de restructuration des groupes ouvriers, on se remet à les célébrer.

46c. marcadet – Un point n’a pas été abordé, c’est la mise en relation du sens des pratiques observées avec les enjeux et les stratégies du patronat, des syndicats, et avec la situation conflictuelle locale. Ces pratiques symboliques sont un masque idéologique fusionnel qui change de sens lorsque le syndicat s’en charge à la place de la direction.

47n. gerome – On retrouve encore en 1986 cette pratique fusionnelle dans des célébrations comme la Saint-Eloi à Boulogne-Billancourt, qui regroupe toutes les forces sociales.

48e. vaillant – Si on envisage ces manifestations en terme d’espace, est-ce que vous avez constaté des changements de parcours depuis la fermeture des entreprises ? Ce travail de deuil dont vous parliez se traduit-il aussi sur le territoire ?

49d. charrasse – Effectivement, il y a une évolution dans les parcours – j’en ai parlé pour les remises de médailles. Pour la Sainte-Barbe, le parcours a été simplifié et il porte la trace des changements sociaux. Au lieu de se rendre de la mine au monument aux morts, on défile de la mairie au monument aux morts, maire communiste et délégué en tête du cortège.

50ph. mairot – Les ouvriers de chez Peugeot que j’ai rencontrés parlent de fêtes qui s’apparentent aux rites de fermeture que vous décrivez, à l’occasion de la sortie de la dernière voiture, de la dernière 403 ou 404 de la chaîne. Cependant, elles n’ont pas ce caractère funèbre. La direction les tolère, la maîtrise y assiste, mais elles n’ont rien d’officiel. Elles ressemblent plutôt à la cérémonie de la dernière coulée de fonte. On emporte un morceau, on grave, on décore les derniers véhicules de fleurs. Ce n’est pas un enterrement, un modèle de voitures est mort, mais l’usine continue.

51d. charrasse – C’est pareil dans la sidérurgie. Serge Bonnet en cite des exemples dans L’Homme du Fer. Lors de la fermeture d’une installation et de l’inauguration d’une autre plus compétitive, se célébrait un rite exclusivement ouvrier. Maintenant, c’est la direction d’une entreprise qui récupère ce type de rite, et juste au moment où la fermeture d’un service ne signifie pas l’ouverture d’un autre, mais la fin de la fabrication d’un produit. On assiste à un déplacement du rite ouvrier célébratif à un rite de deuil patronal. Tout à l’heure, en parlant de la Sainte-Barbe, je relevais la tendance inverse, c’est le syndicat qui reprenait le rite.

52n. gerome – Nous parlions de l’importance de l’espace. Aller au monument aux morts de 14-18 pour y célébrer la mémoire de ceux qui sont tombés au travail, c’est une appropriation de l’espace civique, d’un lieu de mémoire de la nation qui devient le lieu de mémoire de l’usine. Je suppose qu’à Longwy c’est comme dans la région parisienne, le moment de fermeture s’accompagne d’une appropriation expressive de l’espace sous forme d’inscriptions. Au moment de la fermeture du département 14 à Billancourt, cet automne, une opération a consisté à entourer tout l’espace de l’usine d’inscriptions, et notamment toutes les entrées étaient marquées du sigle syndical et de slogans revendicatifs. Le territoire lui aussi devient un élément d’un rituel.

53y. lamy – Vous opposez la Sainte-Barbe et la Saint-Eloi en disant que l’une est restée un temps fort, alors que l’autre s’est affaiblie. Ce serait la confirmation de l’antinomie décrite par Serge Bonnet dans L’Homme du Fer entre mineurs et métallos.

54d. charrasse – C’est une comparaison qu’on peut faire de façon synchronique depuis l’entre-deux-guerres. Mis à part dans quelques usines généralement de taille réduite, la Saint-Eloi est peu célébrée, dans le Bassin de Longwy en tout cas.

55y. lamy – J’ignore si Serge Bonnet l’a fait, mais il serait intéressant de référer la vitalité de ces fêtes non pas à la corporation mais au groupe social qui en est porteur.

56m.-f. raveyre – Vous dites que le rite de la Sainte-Barbe perdure, alors que celui de la Saint-Eloi décline et vous liez ce fait au danger du travail dans la mine, qui serait moindre dans la métallurgie. La célébration de la Sainte-Barbe serait alors comme la conjuration d’une menace permanente. Si lors des fermetures, le rite s’oriente vers quelque chose de l’ordre du travail de deuil, n’est-ce pas un élément de ce rite qui est privilégié à ce moment-là dans une société qui est mise en péril ? Je me réfère là aux propos de F. Raphaël sur la mémoire, pour dire que c’est une partie de la mémoire qui serait réutilisée en fonction de la nécessité.

Bibliographie

Références bibliographiques

De Certeau M., 1975. L’écriture de l’histoire, Gallimard.

Durkheim E., 1912. Les formes élémentaires de la vie religieuse, puf.

Noiriel G., 1984. Immigrés et prolétaires. Longwy, 1880-1980, puf.

Watzlawick et al., 1972. Une logique de la communication, Seuil.

Notes

1 Dans le cadre de la même recherche, à signaler le mémoire de maîtrise de Mlle Nadia Marchesi « De l’influence de la crise de la sidérurgie sur le comportement des ouvriers », septembre 86.

2 Selon l’expression qui avait été avancée par la délégation de l’APEP lors d’une précédente rencontre.

3 En continuant à paraphraser M. de Certeau, on pourrait dire que le rite « travaille la différence » (celle qui s’impose à travers la référence au passé) pour tenter de « produire du même ». En ce sens, c’est une activité éminemment « scripturaire ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540