Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

II. Les relations industrie-société

Identité locale, culture familiale et systèmes de production

Yvon Lamy

Texte intégral

Communication écrite

1Mon propos est de comparer trois pôles industriels localisés dans une aire d’étude chevauchant deux régions administratives, Aquitaine et Limousin.

2Deux de ces pôles ont en commun de former des îlots plus industrialisés que la moyenne de leur région respective. Les actifs du secteur secondaire y dépassent sensiblement les chiffres de la population active agricole et ceux des services. Le troisième pôle est, pour sa part, hors du circuit de la production. Il constitue un exemple de proto-industrie. Ces trois pôles, dans l’ordre, sont les suivants : Mégisserie/ganterie : Saint-Junien/Rochechouart (87) ; Papeterie : Saillat (87) et Condat-Le Lardin (24) ; Sidérurgie : Savignac/Lédrier (24).

3Le secteur mégisserie et gantier dans la région de Saint-Junien s’érige en industrie sous la monarchie de Juillet et connaît un fort développement jusqu’en 1914 (mécanisation, intégration à l’économie sociale, conflits du travail, débouchés nouveaux). Cette industrie prend un nouveau départ dans l’entre-deux-guerres, mais à partir des années 50, elle entre dans une crise de longue durée entrecoupée de reprises. Dominée par une division stricte des rôles, le travail masculin du classeur de peaux et du coupeur en atelier et le travail féminin de la gantière à domicile, elle continue à produire à façon, se soumet à l’exigence de « finition », sans échapper à la nécessité de la production de série. Sensible à la conjoncture, se définissant comme une tradition de luxe, elle fait partie de l’image de Saint-Junien, c’est-à-dire de son identité.

4Le secteur papetier est présent dans les environs de Saint-Junien (Saillat) et dans la vallée de la Vienne. La grosse usine de pâte de Saillat appartient à la firme Polyrey dans le groupe Aussédat-Pont-de-Claix. Historiquement, cette entreprise a représenté une possibilité de reconversion dans l’environnement local en relayant, pour une part, l’industrie du cuir et du gant au moment de sa plus forte crise (années 60). Absorbant l’excédent d’ouvriers coupeurs venant du secteur gantier, elle a fait figure de grande industrie par rapport à l’industrie semi-artisanale et féminisée de la ganterie. Sa main-d’œuvre y est compartimentée en ouvriers ruraux et ouvriers paysans (formant le gros des manœuvres) d’une part et ouvriers qualifiés urbains d’autre part, présents aussi à Condat-Le Lardin en Dordogne. L’implantation ancienne de moulins à papier en Dordogne méridionale depuis le xve siècle ne laissait pas nécessairement préjuger de son évolution vers la grande industrie papetière. Sa reprise contemporaine au sein du groupe La Cellulose du Pin (1969) s’inscrit dans le processus d’industrialisation en milieu rural dû à la politique d’aménagement du territoire. Ce processus a correspondu à une étape de mobilisation de la main-d’œuvre locale, au passage au salariat d’un fort taux de femmes corrélé à un travail non qualifié.

5Le secteur sidérurgique (sidérurgie primaire au charbon de bois) concerne une industrie qui a disparu, à Savignac-Lédrier, il y a une cinquantaine d’années et dans tout le Périgord depuis plus de cent ans. Très dépendante de la propriété foncière, dominée par une aristocratie et une bourgeoisie rurales et se déployant plutôt dans le cadre de rapports familiaux et de fermage qu’au sein de relations salariales, cette industrie a marqué le Périgord depuis le début du xvie siècle jusqu’à la fin du xixe siècle. Elle connaît, de nos jours, une forme de réactivation à caractère symbolique en servant de substrat à une mémoire collective et en faisant une entrée remarquée dans l’ordre monumental. Reconnaissance culturelle qui la sauve de l’oubli et qui fonde la muséographie du travail industriel dans la société paysanne.

6Gantiers et mégissiers, papetiers et sidérurgistes se définissent d’abord par l’appartenance à un métier qui, comme « spécialité familiale », tend à se perpétuer. Ils s’inscrivent ensuite dans des systèmes de production où la transmission du patrimoine et les stratégies d’alliances, la division du travail et la formation de la main-d’œuvre obéissent à des formes de contrôle familial qui relèvent du modèle conjugal. Cela autorise-t-il à parler d’un « esprit » d’entreprise à dominante familiale, plus généralement d’une culture familiale ? Et alors comment s’y combinent traditions et innovations, comment s’y articulent le prestige du métier et la recherche du rendement ?

7Ces trois pôles peuvent être traités séparément dans le style monographique, cependant je voudrais dire en quelques mots l’intérêt qu’il y a à les relier ; il y a d’abord un contexte scientifique favorable : les recherches en matière d’histoire ou d’ethnologie industrielles mettent l’accent sur les voies originales de l’industrialisation en France par rapport à l’Angleterre et sur les cas régionaux de proto-industrialisation.

8Ensuite, il y a une conjoncture qui est la crise affectant de grands bastions industriels (grande métallurgie, charbonnages, textile...) en concomitance avec une crise d’identité ouvrière. Elle porte sur des régions urbanisées, déployées autour de quelques productions majeures, démographiquement en expansion depuis le début du siècle, et où l’organisation scientifique du travail s’est substituée aux anciens métiers et aux anciens ouvriers professionnels.

9Or, d’une part, les trois pôles étudiés sont valorisés par le nouveau contexte scientifique, d’autre part, ils sont relativement épargnés par la conjoncture de crise.

10De là une série de questions liminaires :

  • Pourquoi cette conjoncture ne touche-t-elle que faiblement la mégisserie, la ganterie et la papeterie ? Certes, comme partout, il y a un certain recul de l’effectif des ouvriers employés dans l’industrie et montée des tertiaires (avec un certain retard), mais en général les industries se maintiennent avec leurs structures et ont leur propre logique de changement, de concentration, d’innovation technique. Aussi, pourquoi des industries – dont les économistes et les politiques ne donnent pas cher – continuent-elles à perdurer à travers l’alternance de crises et de reprises et à maintenir un tissu social spécifique, un monde ouvrier original qui, en d’autres contextes, ne pourrait « s’adapter » ?
  • Ce maintien, ces formes de résistance ou de permanence d’industries, qu’on peut appeler momentanément traditionnelles, ne sont-elles pas de nature à transformer la représentation trop monolithique, trop centraliste aussi qu’on peut avoir d’une crise s’abattant de l’extérieur sur des régions entières ?
  • Il y a en France, des régions, des poches d’industries anciennes, des îlots ouvriers qui, n’obéissant pas à la logique industrielle dominante, ne connaissent pas les formes de rupture et de déstabilisation que cette logique implique dans les crises (Longwy, Saint-Quentin...). Entre les fermetures industrielles propres aux régions développées et le lent déclin des industries anciennes, quelle commune mesure ? Peut-on décrire ces modes de développement avec assez de précision et les déterminer par des contenus spécifiques, en termes historiques et en termes de sociétés locales, à l’échelle des particularismes de branche ou de métier, d’ancienneté d’expérience aussi et selon leurs formes d’auto-affirmation ?
  • A partir du moment où ont pu être isolés des régions et des institutions, des entreprises et des agents, des enjeux et des intérêts, est-il possible de construire leurs points de ressemblance, de comprendre le principe unificateur, intelligible des normes de conduites des agents (ouvriers, chefs d’entreprise et leurs familles) sous le rapport du marché, de la création d’emplois ou d’entreprises, de leurs destins et de leurs mobilités, de leur inscription dans une singularité locale ?
  • Les trois pôles étudiés sont aujourd’hui le théâtre de tentatives de mobilisation d’une mémoire collective, patrimoniale. Musées des techniques, centres de culture scientifique et technique, écomusées se déploient dans ces espaces parfois avec la participation d’anciens ouvriers et d’anciennes dynasties patronales, et soutenus par les collectivités locales. Est-il possible de comprendre ce mouvement, de le relier à une identité ?

11On sait que dans les régions de fermeture comme la Lorraine, la Picardie... l’idée de mettre en scène la mémoire est rejetée. Avec l’usine morte, la mémoire elle-même doit mourir, en particulier aux yeux des fractions de population les plus affectées par la crise.

12Ici, en revanche, elle est cultivée, célébrée. Cependant, il faut s’interroger : par qui, par quels agents, par queues institutions, selon quels intérêts ? Pourquoi cette émergence « sélective » et « régionale » de la notion de patrimoine et celle, corrélative, de mémoire collective ? Et si l’industrie se mue en patrimoine, si la main-d’œuvre elle-même se fait mémoire, ce n’est pas par l’effet d’une simple prise de conscience ou d’une mode liée à l’époque, mais par le jeu d’une représentation sociale elle-même liée à la transformation ou à l’évolution de structures objectives. Car ces catégories ne vont pas de soi en dépit de la facilité avec laquelle différents types de discours (militants, administratifs, savants d’avant-garde, etc.) les utilisent ou les promeuvent.

13Telles sont les interrogations qui motivent l’intérêt pour cette recherche. Le lien entre ces trois pôles est une construction, un abstract. Je ne chercherai pas à le justifier ni sur le plan géographique, ni sur le plan administratif, ni sur le plan historique. Ces trois pôles sont trois figures de l’industrie aujourd’hui dans des régions peu développées où la tradition économique continue à dominer l’innovation sans l’empêcher et où la présence du secteur primaire est à prendre en compte dans toute réflexion sur l’industrie puisque les « passages » entre l’agriculture et l’industrie sont nombreux, sous de multiples formes, et, en particulier, sont constitutifs de fractions importantes de la force de travail.

Précautions, matériel, méthode

14Il n’est pas dans mon intention d’examiner les rapports industrie/société par une sorte de réflexion conceptuelle, c’est-à-dire de poser le problème en termes d’origine, ou de m’engager dans un débat sur les déterminants qui dans le passé ont articulé une activité et un milieu. Ce type de chronologie n’est certes pas sans intérêt mais se trouve très vite confronté au foisonnement des causes et par là aux problèmes d’interprétation historique, dans la mesure où l’ordre des opportunités et des décisions individuelles se confond avec celui des nécessités économico-politiques et des ressources naturelles exploitables.

15On sait bien qu’il est impossible de remonter à une sorte de « contrat » qui relierait une industrie à sa société (voir analogiquement les débats oiseux sur ce qui appartient à l’individu et sur ce qui relève du conditionnement social...). Le déterminisme ou si l’on veut le fonctionnalisme de cette démarche fait penser aux tentatives des géographes du début du siècle dotant le milieu de ressources et de potentialités socio-économiques exorbitantes. Or, par exemple, un atout naturel n’est jamais automatiquement et immédiatement exploitable. Il a un caractère mouvant, changeant selon les conjonctures. Réalité socio-économique sur une longue période, rien ne dit qu’à une autre période il ne devienne un frein ou un handicap.

16A tout le moins, il est plus instructif de prendre la ville et son industrie, la région et sa palette d’activités industrielles, le milieu rural et son patrimoine comme des touts, comme des identités où l’économique, l’industriel se trouvent encastrés dans les autres dimensions de l’existence sociale et forment avec elles une image unifiée. Dire « Saint-Junien, c’est le gant, la Lorraine, c’est le fer » etc., c’est circonscrire des univers séparés, dotés de « ressorts » propres, irréductibles aux ressorts des autres univers et dont la définition relève d’une identité historique. C’est s’interroger sur une représentation et sur la formation d’un label.

17Dans un tel cadre, le matériel de recherche a un caractère relativement disparate ; le chercheur qui s’efforce d’articuler identité locale, culture familiale et traditions industrielles ne peut se contenter de rassembler des données statistiques sur les productions, les effectifs, les flux financiers, etc., sous peine d’une vision trop étroitement quantitative de la réalité.

18A l’enquête économique nécessaire en particulier pour tenter de dégager quelques facteurs explicatifs au sein de la population des chefs d’entreprise, se sont ajoutées une recherche en archives sur les formes de proto-industrialisation et une enquête ethnologique centrée sur le monde ouvrier et sur les images qu’il a ou qu’il donne de lui-même selon la position sociale ou économique des entreprises et leur hiérarchie dans le milieu local.

19Toutefois, le savoir monographique détaillé et concret dans un cadre spatial et temporel limité se trouve insuffisant dans la mesure où il mêle inévitablement des objets d’étude relevant de logiques distinctes, tels que les mécanismes de fonctionnement de telle ou telle entreprise (autorité, marché, conflit...), les mécanismes de contrôle de la vie locale (municipalités, entreprises, associations du patrimoine local...), les filières du marché du travail, les modalités d’accès à la notoriété ou à la notabilité (familles emblématiques, personnalités), ou les caractéristiques locales de la vie industrielle, etc.

20Cet agrégat d’objets, pour intéressant qu’il soit, ne livre pas le « secret » d’un milieu ou d’un ensemble de milieux fussent-ils de taille restreinte... Comprendre un milieu, ce n’est pas accumuler indéfiniment des données. En revanche, cela suppose que l’on se dote d’un outil d’investigation capable de procurer une image structurée, même provisoire, de l’ensemble. C’est le rapport entretenu à la « culture familiale » qui a été cet outil, un fil conducteur en vue de la comparaison des trois identités locales et de la confrontation de leurs systèmes de production.

Communication orale

21y. lamy – Pour la présentation de la recherche proprement dite, je renvoie à la communication écrite. Je vais surtout parler de l’industrie gantière dans le Limousin, et accessoirement du rapport entre mégisserie et papeterie. L’enquête porte sur une dizaine d’entreprises et une soixantaine d’interviews ont été réalisées. Je ne m’engagerai pas dans un débat sur les déterminants qui, dans le passé, ont pu articuler un milieu et une activité, pour une raison simple, c’est que je considère qu’un atout naturel n’est jamais automatiquement et immédiatement exploitable, et en outre qu’il n’a pas la même valeur selon les conjonctures. Ce qu’on appelle un atout naturel est en réalité un phénomène socio-économique sur une longue période. Dans un autre temps, il peut devenir un frein ou un handicap. D’où, me semble-t-il, la nécessité de partir de la ville et de son industrie, de la région et de sa palette d’activités et éventuellement du milieu rural et de son patrimoine, et de les considérer comme des touts, comme des entités où l’économique et l’industriel se trouvent encastrés dans les autres dimensions de l’existence sociale. Dans cette perspective, j’ai été intrigué par une remarque de Mauss prononcée en 29 au cours d’une conférence sur l’idée de civilisation. Mauss classait les phénomènes sociaux en deux grands groupes, les uns inaptes à voyager et les autres y étant aptes par nature. Ils dépassent d’eux-mêmes, pour ainsi dire, les limites d’une société donnée. Il plaçait ceux-ci dans la catégorie des réalités d’emprunt, se contentant d’indiquer que très généralement et sauf exceptions, elles se sont transmises de groupe à groupe, de société à société, de génération à génération, comme une chose, une propriété, une marchandise ou un service. Toutefois, cette analyse laisse entier le problème de savoir comment les sociétés et les acteurs locaux interprètent -socialement on pourrait dire – les technologies importées et la manière dont ces acteurs et ces sociétés changent sous leur influence. En somme, à la technique mise en relation avec les catégories d’imitation, de médiation instrumentale et de civilisation ou d’évolution, il faut opposer, selon moi, dans un souci d’équilibre, les notions de producteur et de produit mises en relation avec les catégories d’identité, de qualité, de tradition locale. Alors en schématisant, on pourrait dire : la technologie c’est le marché global et la concurrence, tandis que l’identité, c’est la territorialité, la culture, mais c’est aussi la crise, au sens où les cliniciens parlent de crise d’identité. En disant cela, j’oppose évidemment l’identité comme valeur du groupe social à la technologie qui est une sorte de pensée centralisatrice. Si on applique les termes de ce problème à un cas précis, cela donne à peu près ceci : soit un secteur de vieille industrie et de vieille classe ouvrière, marquée à la fois par la prééminence de l’ouvrier de métier, de l’ouvrier professionnel, par l’osmose de l’entreprise et de la famille, par l’interaction de l’unité de production et de l’espace domestique. Nous avons ici les ingrédients du secteur en déclin que les normes de l’économie industrielle condamnent irrémédiablement. De fait, historiquement, ce déclin a lieu sur la longue durée, entrecoupé de crises ; à partir d’un certain nombre, le secteur se stabilise, se consolide à un certain niveau, mettons 10 % des entreprises, 10 % du chiffre d’affaires et 10 % des effectifs par rapport aux données antérieures. Au cours de son histoire, le secteur en question se modernise mais conserve son rapport au territoire, garde ses modèles d’organisation du travail et garde l’essentiel de ses savoir-faire. Autrement dit, il combine les valeurs liées à son identité avec les impératifs économiques de nouvelles techniques. C’est ce qui s’est passé dans la mégisserie et la ganterie à Saint-Junien.

22L’enquête menée à Saint-Junien reproduit en gros la double approche que je viens d’évoquer. Première approche, on privilégie les relations internes au milieu local de la mégisserie et de la ganterie. Deuxième approche, on insiste sur les rapports entre ces milieux et la modernisation globale de l’industrie ou l’évolution de la branche en France et dans le monde. La première approche est l’objet de l’enquête ethnologique, la seconde est assurée par une équipe d’économistes et elle a abouti pour l’instant à une typologie des entreprises selon leurs normes de productivité et leur rentabilité par rapport au marché et à la concurrence. Pour ma part, bien entendu, je m’en tiendrai ici à quelques-uns des résultats de l’enquête ethnologique, très provisoires. Si cette dernière a octroyé une prééminence tout à fait heuristique à la situation de travail, cela n’a été possible qu’en s’interrogeant aussi bien sur la morphologie particulière de l’industrialisation en Limousin et en effectuant des comparaisons avec le secteur papetier et éventuellement le secteur sidérurgique.

23J’en viens très rapidement aux trois points que je vais évoquer. Premièrement, la ganterie c’est d’abord une population gantière dont la formation et les caractéristiques morphologiques sont spécifiques ; deuxièmement, c’est un sens pratique dans le cadre d’une identité locale irréductible à sa seule infrastructure économique ; troisièmement, la ganterie renvoie dans le cadre d’une même territorialité à des industries différentes : papeterie, sidérurgie, dont les travailleurs interfèrent ou sont apparentés, si bien que dans une perspective anthropologique il est utile de les comparer.

24Je reprends le premier point : la formation de la population gantière. L’approche historique et démographique de cette population me semble fondamentale. En Limousin, la progression démographique tient avant tout au développement de la population ouvrière. Cette dernière à son tour est directement dépendante de la mise en place d’un côté de ce qu’on appellera le cycle de la porcelaine et de ses débouchés internationaux, en particulier aux États-Unis, et de l’autre, des industries de biens de consommation, cuir et chaussures, et en particulier, des chaussures de luxe qu’on appelle Weston. Ce trait se vérifiera tout au long du xixe siècle jusqu’à la guerre de 14. L’image de référence, c’est Limoges et la Haute-Vienne en cours d’industrialisation et d’urbanisation sous la monarchie de Juillet. Sous cette dernière entre 25 et 30 % de la population urbaine est déjà d’origine industrielle. Qu’en est-il aujourd’hui ? Si on resitue la Haute-Vienne et le Limousin sur le plan national, on voit tout de suite que l’industrie limousine au sens strict, au sens des critères insee, est très faible. Au début de l’année 85, il y avait 57 000 salariés répartis en 792 établissements de plus de 10 personnes. Cette industrie ne totalise que moins de 1,2 % des effectifs industriels français et le Limousin vient en dernière place après le Poitou-Charente. En revanche, le secteur des métiers, le secteur artisanal, c’est-à-dire les entreprises de moins de 9 ou 11 personnes, est très fort : 30 000 actifs dénombrés répartis en 6 000 petites entreprises, soit environ un actif sur 5, 45 % de petits patrons, 45 % de salariés, 10 % d’apprentis. Tout se passe par conséquent, si j’en viens à une conclusion très rapide, comme si le tissu industriel ancien, loin de se consolider ou de s’élargir ou de se concentrer ou de se redéployer, comme on dirait aujourd’hui, s’était rétréci sur ses bases traditionnelles et s’était atomisé en une multitude d’ateliers et d’usines familiales dont la perpétuation est liée à la connaissance des pratiques.

25En ce qui concerne Saint-Junien, on voit qu’en vingt ans, au siècle dernier, de 1846 à 1866, la population gantière et mégissière a fait un bond considérable : triplement puis quadruplement, entraînant du même coup une extension économique importante de la ville. En 1954, cent ans après, les travailleurs dans la ganterie atteignent à eux seuls le chiffre de presque 2 500 ouvriers, sur une population globale de 10 000 habitants, soit le quart de la population globale qui travaille dans la ganterie. Avec les mégissiers, la proportion atteint le tiers. Un marché du travail aussi pleinement identifié à la structure démographique de la ville ne peut pas ne pas laisser de traces. Aujourd’hui, la ville stagne, elle s’est tertiarisée ; les gantiers et les mégissiers atteignent à peine 500 personnes, mais tout se passe comme si la formidable avance que le secteur mégissier et gantier a prise dans le passé lui donnait suffisamment de ressort et de ressource pour continuer encore aujourd’hui. Bien entendu, je n’ai pas l’explication, il s’agit de prendre en compte la dimension démographique dans un phénomène de continuité industrielle.

26Rentrons maintenant dans les caractéristiques de ces professions de mégissier et de gantier. La profession de mégissier est entièrement masculine. Il y a dans cette profession une main-d’œuvre d’origine agricole non qualifiée et une main-d’œuvre qualifiée dans les opérations de finition et de classement des peaux. La profession de gantier, elle, est entièrement féminisée dans toutes les opérations de finition du gant et entièrement masculine dans les opérations préliminaires de coupe et de presse du gant. Il y avait deux fois plus de gantières que de gantiers, jusqu’en 1968. Aujourd’hui, les femmes représentent 3/5 de la population globale. Comme en d’autres régions, où existe la pluriactivité, le travail féminin est ici un atout. Le phénomène ne dépend pas de la forte montée de l’activité féminine des années 65, même si, bien sûr, il contribue à coup sûr à mettre le taux d’activité des femmes de 25 à 64 ans au-dessus de la moyenne nationale dans cette région. Autre trait : cette population ouvrière, à l’image des structures démographiques régionales, n’a cessé de vieillir. De 1954 à 1962, on observe un tarissement du recrutement dû à la crise gantière et aux fluctuations de la mode. C’est là qu’il faut situer l’hémorragie d’ouvriers qualifiés vers la grosse usine de papeterie de Sarlat, dans la région de Limoges, en raison de meilleurs salaires dans le papier-carton.

27Un autre trait : il y a quatre fois plus de travailleurs à domicile, hommes et femmes confondus, que de travailleurs en atelier. Cette proportion est constante en dépit des changements dans la structure de la population gantière et de l’évolution technique. Les travailleuses à domicile sont aussi âgées que celles en atelier ; cela signifie qu’elles ne travaillent pas à domicile uniquement pour garder les enfants. Le travail à domicile, qui avait l’intérêt de permettre un rendement fou, complètement stakhanoviste et d’être en même temps un simple travail d’appoint, ponctuel.

28Je voudrais souligner deux autres traits propres à cette industrie gantière : il s’agit d’une industrie de luxe, fragile, changeante, puisque très sensible aux phénomènes de mode. Elle a donc besoin d’un volant de main-d’œuvre à la fois flexible et qualifié, disponible au moment des goulets d’étranglement ou des coups de feu. C’est aussi une main-d’œuvre relativement compartimentée en raison du travail extrêmement soigné, exigeant de nombreuses opérations de finition.

29On a affaire à un monde hiérarchisé socialement, psychologiquement, dont on ressent toute la pression tant en atelier qu’à domicile où se côtoient dans le même espace mari et femme. Encadrant cette population, des contremaîtres en atelier, qui dirigent le travail, réceptionnent les passes de gants (sortes de paquets de gants qui passent du domicile à l’atelier, et inversement et aboutissent après montage vers telle ou telle finition à domicile). Existe une deuxième forme d’encadrement, qu’on appelle les sous-traitants, chargés par les entreprises de placer le travail à la campagne à la demande quand il y a par exemple des goulets d’étranglement ou quand il y a une presse forte.

30Ce monde ouvrier a évolué malgré tout. Jadis, être gantier, c’était une fierté et un honneur, la promesse d’une mobilité qualifiante et reconnue. L’artiste en ganterie méritait son titre et le faisait socialement savoir. Aujourd’hui, sans être une déchéance, la ganterie représente une forme de conservatisme social, une forme d’absence de mobilité professionnelle ; d’une certaine manière, cette industrie est considérée comme un pis-aller, on y entre parce qu’elle offre une solution commode, toute trouvée. Désormais, il s’agit d’une profession en repli, dont on se contente en temps de crise.

31Les entreprises ne sont pas très importantes, elles relèvent d’initiatives individuelles, avec une capitalisation très modeste ; la plupart sont de type familial, financées et dirigées par leur propriétaire. Ces chefs d’entreprise sont presque toujours d’anciens gantiers, qui se sont mis à leur compte et ont accédé au statut de propriétaire d’ateliers, formant ainsi l’épine dorsale de la petite-bourgeoisie indépendante. Il y a donc une abondance de noms d’origine locale, et de dynasties mégissières et gantières fondées sur des alliances de familles artisanales, révélant une véritable endogamie socio-professionnelle. Et c’est en termes de continuité générationnelle que ce secteur se reproduit localement. Toutefois, il y a un apport d’étrangers, et cet apport n’est pas mineur. Mais ils ont rapidement tendance à se plier au modèle industriel familial et à reprendre les savoir-faire locaux estimés inexportables.

32Enfin, je dirais, pour terminer, quelques mots sur la typologie des entreprises qui reflète cet état de choses. Mais qu’elles soient traditionnelles, qu’elles soient plutôt modernistes ou qu’elles soient à caractère franchement artisanal, un fil conducteur les relie entre elles. Par exemple, au cours de l’enquête, aux questions relatives à la fabrication du gant, les réponses ont été qu’en aucune manière on ne peut faire le gant différemment ; la forme de la production non seulement est traditionnelle mais correspond aux résultats recherchés. Il faut donc maintenir la tradition, la maîtrise des pratiques. Si une certaine évolution technique, avec son machinisme au laser par exemple est admise, c’est au titre des impératifs économiques, et non par rapport à une alternative qui sacrifierait le système de production traditionnelle.

33Je voudrais très rapidement, pour terminer, évoquer les pratiques de travail. Mégisserie et ganterie s’opposent sur les pratiques du travail, opposition qui se redouble à l’intérieur de la mégisserie et de la ganterie. Dans la mégisserie, le travail de rivière et de teinture s’oppose au travail de lissage ou de dérayage qui est le travail de recherche de la fleur de la peau, c’est-à-dire le travail de finition de la peau, comme le travail manuel de force s’oppose au travail mécanique et de précision. Les peaux sont dérayées à fleur, il ne faut pas les descendre trop bas, et ne pas les miner, comme on dit dans le langage mégissier, en enlevant trop de chair. Bref, on peut aller à peu près jusqu’à 2/10e d’épaisseur sur machine électronique. En ganterie, le travail de coupe à la machine et à la main comme travail masculin s’oppose à celui de montage, de couture et de dressage du gant, bref du travail de finition comme travail féminin. Si on oppose maintenant les filières, les statuts et les qualifications, en mégisserie les ouvriers qui finissent la peau sont qualifiés et reconnus comme tels. Par exemple, ce sont des dérayeurs et des lisseurs. Ils ont reçu une formation en entreprise, travaillent sur des machines complexes. Certains sont d’anciens métallos et ressentent vivement l’opposition du travail sur le métal à qui on donne une forme au micron près, et du travail sur la peau à qui on enlève de la chair au millimètre près. Leur ambition est de devenir classeurs, dans le cas où le patron n’assure pas ce travail. Cette opération consiste à classer chaque peau selon son origine : mouton, agneau, chevreau ; selon ses qualités de souplesse, et selon surtout ses défauts. Le classement des défauts est important pour le patron gantier et le coupeur qui, lorsqu’ils reçoivent la peau, évaluent au coup d’œil le nombre de paires de gants qu’il est possible de couper et le placement des défauts que les femmes ensuite à domicile rattraperont. En revanche, au départ de la chaîne opératoire, les ouvriers qui reçoivent la peau à la sortie de l’abattoir, qui commencent à la traiter, et assurent donc le travail de rivière, sont des manœuvres sans formation, souvent âgés (la durée du travail rebute les jeunes), d’origine rurale, ce sont souvent des ouvriers-paysans. Pour ce travail très dur on recrute aussi des ouvriers intérimaires. Ainsi dans la mégisserie la qualification ne concerne que les seuls ouvriers de finition. En ganterie, c’est l’inverse qui va se produire : les ouvriers qui coupent la peau selon la forme du gant sont qualifiés. Bien que salariés, ce sont des quasi-artisans. Ils avaient autrefois le titre d’artistes en ganterie, ce qui impliquait tout un cérémonial lorsqu’ils remettaient à leur patron les passes de gants coupés. Quant aux ouvrières, en atelier, elles montent le gant, mais généralement le travail de couture, de garniture et d’ornementation ne s’effectue pas en atelier. Ce travail part chez les ouvrières à domicile et le gant, une fois fini, avec ses accessoires, revient en atelier pour le dressage et l’étiquetage qui sont les dernières opérations. Ainsi, à l’inverse de la mégisserie, dans la ganterie ce sont les opérations premières ou préliminaires qui sont qualifiées. A domicile, la déqualification du travail féminin vient plutôt de son insertion dans l’espace domestique, de son intrication avec les tâches ménagères et familiales, de son statut d’ouvrière incomplète en quelque sorte. Mais l’appréciation est complexe, car l’authentique ouvrière ne marche qu’avec telle entreprise et tel patron, et le produit de son travail est individualisé : elle est la seule à pouvoir le faire. Quoi qu’il en soit, l’opposition hommes-femmes, coupeurs-gantières se marque dès le départ dans la structure de l’apprentissage. Pour l’homme il est très long, deux ans environ, alors qu’il est très bref pour la gantière. Pour l’homme, il se fait sous la conduite du patron qui l’a choisi, son maître d’apprentissage, tandis que pour la femme, il se fait en famille ou au sein de la parenté. La recherche du patron, pour elle, se fera après coup.

34Que l’entreprise soit artisanale ou industrielle, la proportion des travailleurs en atelier et de travailleurs à domicile est la même. La distribution de la main-d’œuvre féminine et masculine dans l’espace de travail au sens large, c’est-à-dire en tant qu’entreprise comportant le pôle atelier et le pôle domicile, s’inscrit dans une structure de production dont ne rend pas compte la nomenclature des métiers, c’est-à-dire la nomenclature insee.

35Je voudrais terminer sur le problème de l’expérience ouvrière en ganterie. C’est une expérience, à mon avis, originale, tout à fait à part dans la mesure où précisément elle comporte cette articulation très étroite, très structurée entre atelier et domicile.

36Il est difficile de savoir si la ganterie appartient à l’artisanat ou si elle appartient à l’industrie. Du point de vue des classifications et des taxinomies insee, et si on la regarde du point de vue du nombre des salariés employés, elle tient évidemment des deux. Du reste, les chefs d’entreprise, dans une sorte de stratégie de survie par exemple, ont su habilement jouer du seuil fatidique des dix salariés, rester officiellement en deçà, c’est-à-dire dans l’artisanat et employer un nombre supérieur d’ouvriers en accordant au surplus d’ouvriers dans l’atelier un statut de travailleur indépendant, possédant – en propre et à ce titre dans l’atelier patronal -leurs machines et leurs outils. C’est pourquoi comme réalité culturelle vécue et du point de vue de l’anthropologie, la différence entre industrie et artisanat est tout académique. La ganterie est historiquement beaucoup plus ancienne que l’invention de ces catégories ; elle représente une expérience de travail globale irréductible aux catégories normatives de l’insee.

37Le domicile signifie plutôt un renforcement du rôle du père, du mari, du gantier. Pour les hommes coupeurs, le travail à domicile signifie l’usage du temps libéré en termes de loisirs, de pêche, de chasse, de cueillette (champignons...), en termes aussi de sociabilité virile, café, boules, bricolage... Pour les femmes gantières, au contraire, l’ambiguïté de leur position est patente : à domicile, elles ne se sentent pas libres : enfants, parents, travaux ménagers, tout cela les encombre. Toutes dans l’enquête avouent préférer l’atelier. Il faudrait comparer avec les études d’Alice Barthez, menées sur le statut de l’agricultrice et sur la libération que représente l’activité hors de l’exploitation, du point de vue de l’acquisition d’un statut, inaccessible à la femme tant qu’elle reste aide familiale dans l’exploitation.

38Pour conclure, en aucune manière la ville et la région de Saint-Junien ne sont à elles seules la patrie du gant. On fait du gant partout, d’une manière très ancienne à Millau, à Grenoble ou ailleurs dans le monde. On produit de la peau à Graulhet, selon des modèles technologiques voisins. Il n’en reste pas moins vrai que la symbolisation métaphorique du tout, d’une identité, d’une culture par un de ces éléments matériels, joue souvent un rôle prépondérant dans la formation d’une image simple et forte, d’une image témoin couramment retenue à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Dans le cadre de cette enquête sur Saint-Junien, il m’est apparu que cette symbolisation s’est cristallisée autour d’un produit fini, le gant, qui est un objet au fond expressif et individualisé, irréductible à une simple marchandise, dans la mesure où les valeurs qui président à sa fabrication : fierté, liberté, sens du travail minutieux, individualisation des tâches, dépassent le simple cycle de la production. Cette activité me semble être l’objet d’un double traitement social à Saint-Junien, soit elle est édifiée, voire ritualisée, à la manière d’un label à connotation publicitaire dans le cadre d’une politique de développement local, soit dans un registre moins économique et beaucoup plus culturel, elle est consacrée comme patrimoine industriel et artisanal de la ville ou de la région, et peut devenir l’emblème au fond qui peut conclure à la constitution d’un musée.

Discussion

39p. salmeron – Le problème que vous posez rejoint, il me semble, celui que j’ai voulu aborder à travers la notion de définition d’une situation et qui se rapporte à la notion d’identité. Il s’agit de la relation entre identité et environnement, entre définition de la situation et conjoncture, qui est une partie de l’environnement. Dans cette relation, j’ai essayé d’introduire les contradictions du rapport ouvriers-patrons. Je me demande si en construisant la problématique autour de la notion d’identité qui inclura les procès de travail et la situation des personnes, on ne passe pas à côté de cette contradiction. La notion d’identité est-elle adéquate en regard des questions que vous posez ? Peut-on rapporter, par exemple, la grève des travailleurs de la sncf à une question d’identité ? Je me demande si la notion d’identité n’est pas trop générale, pas assez construite.

40y. lamy – Une des difficultés méthodologiques de ce colloque tient justement à la difficulté de relier cette notion d’identité à l’apport de la sociologie du travail, de la sociologie industrielle, des analyses classiques des situations d’emploi. Et je pense que le travail que j’ai fait reflète tout à fait cette difficulté. On constate aujourd’hui à Saint-Junien une tendance à associer l’idée de patrimoine à celle de mémoire ouvrière. Il y a une mobilisation sociale à finalité culturelle, muséographique, identitaire autour de la ganterie, globalement en déclin malgré une certaine reprise économique. Cette industrie, qui s’appuie sur la perpétuation des anciens systèmes de production, intègre néanmoins ponctuellement de nouvelles technologies dans le respect de ce qui semble le bien le plus précieux aux gantiers : leur compétence, leur savoir-faire. Ceux-ci ne doivent pas être remis en cause par les nouvelles technologies. Par exemple, l’opération du « dolage » (consistant à étirer la peau, à lui retirer les dernières pellicules de chair à l’aide d’un couteau spécial) a été mécanisée et la nouvelle technique a été perçue comme une amputation de ce qui était constitutif du métier. Mais pour les autres opérations, on combine de nouvelles technologies à des systèmes de fabrication très anciens. L’identité est ressentie dans la conscience collective de ce qui est constitutif d’un métier et de l’enchaînement des opérations qu’il implique avec les savoir-faire correspondants. C’est le point de vue des gens de Saint-Junien.

41Ce sont des initiatives individuelles, patronales qui font que l’on prend soit la voie du progrès, soit celle du repli sur des techniques traditionnelles, en combinant avec habileté systèmes locaux de production, coûts de production et niveaux de marchés, dont la palette est très diversifiée en Limousin.

42n. gerome – En ethnologie, il est important d’établir cet attachement de l’ensemble d’une population à un système de valeurs fondé sur la permanence du groupe social, familial, mais aussi lié à l’objet produit, à sa réputation, lié aux compétences, à la virtuosité. Cet ensemble de comportements, de valeurs, de compétences, très étroitement imbriqués, peut être remis en cause. A un moment donné, quelqu’un prend la responsabilité de le faire éclater, et c’est là, me semble-t-il, que s’affrontent des projets, des systèmes de valeurs. La question est de savoir : qui prend cette décision, quelles en sont les conséquences et les coûts ?

43y. lamy – Un fait me frappe : on trouve en Limousin des entreprises extrêmement performantes. Par exemple, à La Souterraine dans la Creuse, une entreprise sous-traitante de Renault est entièrement robotisée et en grande partie informatisée ; dans l’agro-alimentaire, il existe des secteurs tout aussi compétitifs, du reste très liés à la recherche universitaire (celim). Mais ce qui reste tout à fait caractéristique de cette région c’est le mode familial, atomisé, ponctuel de la production. Il n’y a ni plan régional de développement ni coordination de ces avancées technologiques entre elles. Cela donne l’impression d’une poussière d’ateliers qui maintiennent un certain tissu dans un rayon déterminé, et qui trouvent généralement leurs marchés ailleurs, souvent à l’étranger. Alors que dans la région Poitou-Charente, autour d’un patronat très particulier, comme Maury-Laribière et comme les petits patrons tuiliers, on trouve des structures de développement concerté qui aboutissent à des avancées technologiques. En Limousin, je ne vois rien de tel pour le moment. Pour y voir clair, il faudrait, d’une part, analyser la culture d’entreprise propre aux gantiers de Saint-Junien en tant qu’intégration d’une certaine modernité à toutes les époques et, d’autre part, distinguer entre individualisation des choix technologiques et professionnalisation des choix dans les secteurs où l’identité locale n’est plus qu’un accessoire.

44f. sigault – Dans un colloque, quelqu’un présentait des expériences de conceptions par ordinateur. Dans l’élaboration d’un système expert, une phase consiste en l’extraction des connaissances. On considère l’ingénieur ou l’expert comme un gisement d’où on extrait des connaissances. La personne qui faisait l’exposé concluait : « L’expert ou l’ingénieur ne sait pas ce qu’il fait. » Cette remarque rejoint tout à fait ce qui a été dit sur la compétence ou la virtuosité. Mais cette même personne a pris un deuxième exemple : Quand on veut informatiser la découpe de la chaussure, on se trouve devant un problème : découper au laser suppose que quelqu’un guide le laser, ce n’est pas automatique. Or il n’y a quasiment plus de coupeurs pour le faire. Donc là les compétences faisaient défaut. Pour ma part, je pense que dans la ganterie, les compétences sont quelque chose de bien réel, donc on n’a en fin de compte pas d’autre choix que de les prendre en considération.

45ph. cornu – Si le milieu ouvrier a pris souvent conscience des savoir-faire et de leur possible réutilisation dans des techniques nouvelles, inversement je ne crois pas que le patronat, en utilisant ces techniques, ait forcément conscience de la nécessité de prendre en compte les anciens savoir-faire. Je pense à l’introduction des caq (conception assistée par ordinateur). Même dans la grande industrie, les chantiers navals, ces savoir-faire étaient complètement niés, notamment ceux des anciens traceurs. La direction utilisait des gens sortant directement de l’école avec un bts, persuadée qu’ils étaient d’emblée capables de concevoir des bateaux avec l’ordinateur. Ils ont mis un certain temps à se rendre compte que pour utiliser pleinement l’ordinateur, les connaissances informatiques ne suffisaient pas, qu’il fallait aussi une certaine vision dans l’espace, une connaissance « intime » du bateau, de la construction navale.

46y. lamy – Chez Weston, le пес plus ultra de la chaussure fabriquée à Limoges, le patron de l’entreprise aujourd’hui dit justement la même chose que François Sigault. Ses ancêtres ont repris une petite entreprise familiale et, ce faisant, ils ont repris non seulement les locaux, mais aussi l’esprit familial, la manière de conduire l’entreprise. Ils se sont coulés dans ce modèle parce qu’ils ont vite compris que le gisement de savoir-faire dans la confection de la belle chaussure était totalement inexportable. Ils étaient conscients que ce gisement était lié à une territorialité. Weston continuera à fabriquer des produits de luxe, de haut de gamme en utilisant des savoir-faire, des compétences, et à l’occasion des moyens techniques extrêmement performants, mais malgré tout toujours enracinés sur les compétences d’origine.

47f. raphael – Je crois que l’on se trouve tout de même devant des cas particuliers difficilement généralisables. L’intégration harmonieuse, la complémentarité entre de nouvelles technologies, de nouveaux modes de gestion et l’efficacité des anciennes compétences n’existe pas toujours. Cet exemple est très intéressant, mais si cet esprit familial est un gage de réussite dans une région, il ne l’est pas forcément dans d’autres où il peut mener à une impasse, à une industrie incapable de se renouveler. Donc ce qui peut être valorisé dans le discours et dans les représentations peut conduire à un échec sur le plan de l’efficacité économique. Par contre, je voudrais dire que ce qui m’a vivement intéressé dans votre travail, c’est la tentative – qui me paraît fondamentale – de préciser la notion d’identité en la liant à ces autres notions, ces autres apports de la sociologie du travail, de la sociologie économique. Vous avez très bien montré cette articulation entre pratiques et représentations. Je pense effectivement que le concept d’identité ainsi perçu – J’entends « perçu » dans le sens du renforcement, mais aussi des tensions – sort un peu du brouillard et du mythe du rattachement. Vous avez ouvert une piste qui peut nous le faire aborder d’une façon beaucoup plus riche et plus rigoureuse.

48y. lamy – Ce que vous dites me permet de compléter un peu l’image que j’ai pu vous donner de Saint-Junien. Premièrement, il faut savoir qu’à Saint-Junien existent les « ostensions » tous les sept ans (voir les travaux de Françoise Lautman) ; deuxièmement et parallèlement, un radicalisme anticlérical, une tradition anarcho-syndicaliste, avec l’image de l’artiste gantier très indépendant, fier de son travail, au sein d’une organisation artisanale forte (« l’Union des artistes en ganterie »), capable à la fois d’organiser des coopératives de consommation (1865) et de grandes grèves (1880-1902 – décennies 1920-36...). Troisièmement, il y a eu une adhésion au parti communiste après le congrès de Tours, qui se maintient fortement ; c’est le seul bastion communiste qui soit urbain en Limousin, où il est essentiellement rural (voir les travaux de Boswell). Et quatrièmement, existe une idéologie consensuelle en matière d’entreprise. Dans l’enquête que nous faisons, une série de questions porte sur la manière dont les ouvriers perçoivent le rapport patron-ouvrier. Par exemple : considérez-vous que l’entreprise soit une sorte d’équipe de football où tout le monde est dans une relation consensuelle, s’allie pour aboutir au même but ? Au contraire, pensez-vous que les patrons sont d’un côté, les ouvriers de l’autre, et qu’ils sont en conflit permanent ? La réponse est toujours : on est dans une même équipe et on travaille ensemble pour un même objectif. Je crois que c’est là un exemple qui peut remettre en cause une sociologie marxiste un peu trop étroite. Prenons aussi le cas des maçons de la Creuse, véritables prolétaires à Paris (voir leur contribution aux combats de la Commune de Paris) et petits propriétaires en Creuse... Tout cela demanderait une mise en perspective historique rigoureuse. Le cas de Weston est, en effet, particulier. En écoutant André Vant, j’ai été frappé de voir que certains traits caractéristiques de l’industrie à Saint-Etienne se retrouvaient en gros à Saint-Junien, sans correspondre pour autant au même type de mouvement ouvrier, au même type d’engagement politique. A Saint-Junien, les gantiers s’organisaient en coopératives ouvrières, d’abord dans la mégisserie pour avoir les peaux, ensuite dans la ganterie pour vendre à leur propre compte. Ces coopératives existent toujours et se targuent de compter des ouvriers différents de ceux des autres ganteries de la ville. Cette tradition extrêmement forte est tout à fait antinomique de celle de Saint-Etienne, qui repose pourtant sur un même tissu social, une même configuration de départ.

49f. calame – Une phrase de votre texte mérite discussion. Vous écrivez : « On sait que dans les régions de fermeture comme la Lorraine, la Picardie, l’idée de mettre en scène la mémoire est rejetée. Avec l’usine morte, la mémoire elle-même doit mourir, en particulier aux yeux des fractions de population les plus affectées par la crise. » N’est-ce pas un peu rapide ? Il y a quelques contre-exemples flagrants, comme les opérations sur la construction navale à Port-de-Bouc qui ont montré que ce n’était pas toujours le cas. Ce n’est pas forcément la fraction de population la plus affectée par la crise qui est porteuse du projet, il peut y avoir un catalyseur étranger mais quand même assez voisin des couches de la population concernée. Une fois que le catalyseur a commencé à agir, il semble que ces couches de population se prêtent finalement avec pas mal d’enthousiasme, grinçant peut-être, à ces opérations d’objectivation de la mémoire.

50d. charrasse – Il peut y avoir un temps de latence après la fermeture d’une usine. Par exemple, la Chier est rasée depuis six ans et c’est seulement maintenant que les anciens ouvriers pensent à créer l’Association des anciens de la Chier. Il n’y a donc pas complètement refus de la mémoire. Par : « les fractions de la population les plus affectées par la crise », est-ce que vous entendiez celles qui ont combattu les fermetures ? Alors là, effectivement, il y a une antinomie flagrante entre l’idée de muséification et l’idée de lutte pour le maintien.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable