Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

II. Les relations industrie-société

La dynamique de l’industrie stéphanoise du cycle vue à travers le jeu des identités

André Vant

Texte intégral

Communication écrite

1Tantôt ensemble de traits économiques, sociaux, culturels... « déjà-là », producteurs de déterminations objectives, tantôt résultat de constructions sociales finalisées, la notion d’identité (Olivier de Sardan : 1984-85) possède sans doute quelque valeur heuristique pour une exploration des relations qui unissent industrie et société.

2C’est à partir d’un tel a priori, et plus particulièrement à partir de l’analyse des stratégies identitaires mises en œuvre par la Chambre syndicale du cycle de Saint-Etienne, que je voudrais essayer de saisir les mécanismes et les logiques qui associent identité technique, identité culturelle, identité spatiale et identité sociale, de manière à constituer une grille de lecture susceptible de faciliter la compréhension de l’histoire de cette industrie stéphanoise du cycle (Vant : 1974).

3Quant au parti pris méthodologique lui-même, il trouve sa pertinence par le fait qu’au sein d’une vieille région industrielle en mal de reconversion permanente, les stratégies de présentation et de représentation de soi, autrement dit les stratégies identitaires, sont depuis fort longtemps utilisées, ne serait-ce que pour sauvegarder – ou, selon les moments, impulser – les dynamismes économiques du lieu (Vant : 1981).

Héritages industriels et déterminations objectives

4Par-delà l’action personnelle de pionniers comme Pierre Gauthier constructeur de la première bicyclette française en 1886 ou Paul de Vivie apôtre du cyclotourisme plus connu sous le pseudonyme de Vélocio, et donc par-delà une explication possible en termes d’acteurs, la réussite de l’industrie stéphanoise du cycle – plus tardivement introduite ici qu’en d’autres villes – repose avant tout sur l’existence d’une structure industrielle favorable à la diffusion de l’innovation.

L’importance de l’armurerie dans la filiation technique

5A une époque où la machine n’avait pas encore remplacé la plupart des façons manuelles, le réservoir d’ouvriers expérimentés, formés par l’exercice des multiples métiers du fer et de l’acier, a notoirement contribué au développement de l’industrie naissante du cycle. Soit qu’il lui ait donné ses premiers chefs d’entreprise, tels les armuriers Auguste Dombret ou Dombret Aîné, le mécanicien Louis Chavanet, le quincaillier Claudius Gros... Soit qu’il lui ait fourni des savoir-faire et une mémoire technique aptes à générer nombre d’applications dérivées et novatrices, du forgeage des axes de pédalier à partir d’axes cylindro-coniques semblables à ceux que Louis Chavanet avait vu utiliser par un forgeur de la vallée du Furan pour tirer des branches de tricoises au martinet, à l’emploi par Albert Raimond du principe de la rampe hélicoïdale entraînant les chargeurs de mitrailleuse pour déplacer le pignon conducteur de son fameux changement de vitesse « le Cyclo »...

  • 1 C’est en 1921, après l’installation de la MFAC dans ses nouveaux bâtiments de la rue Lassaigne, qu (...)

6Mais, si toutes les branches de la métallurgie stéphanoise ont leur part dans la réussite de l’industrie du cycle, y compris les aciéries, forges et fonderies lui fournissant produits bruts à transformer ou pièces à usiner, l’armurerie a pour elle de constituer une activité saisonnière, relativement complémentaire de l’activité du cycle. En effet, alors que le fusil se vend surtout de juin à octobre, la demande de bicyclette se manifeste de février jusqu’à août. Ce qui explique que nombre de fabricants d’armes se soient précocement établis fabricants de cycles (de la Société manufacturière d’armes et cycles de Saint-Etienne aux Ets Berger ou Rivollier... en passant bien sûr par la Manufacture d’armes et cycles de Saint-Etienne) sans avoir à spécialiser des ateliers1 où tours et fraiseuses servent indifféremment à l’usinage des pièces de l’arme et de la bicyclette.

  • 2 A la MFAC, les fabrications dont on revendique la précision sont testées sur route et font l’objet (...)

7Et ces relations privilégiées tissées entre l’armurerie et l’industrie du cycle par les phénomènes de continuité technique et de complémentarité saisonnière, vont elles-mêmes susciter des pratiques similaires ou communes qui se retrouvent : au plan de l’organisation structurelle de branche (extrême division du travail inductrice d’une exceptionnelle spécialisation dans la fabrication des pièces détachées : panoplie complète des types d’unité de production depuis le limeur de cadres « en fenêtres » jusqu’à l’usine en passant par l’atelier familial ou le décorateur ambulant... ; adjonction d’activités complémentaires : machines à coudre, écrémeuses, pièces pour automobiles...) ; au plan de l’orientation commerciale et publicitaire (accent mis sur la qualité de la production, prouvée par l’application de systèmes de contrôle rappelant le Banc d’épreuve des armes2) ; au plan des localisations spatiales (juxtaposition des ateliers dans les arrière-cours des quartiers armuriers de Villebœuf et Saint-Roch avec cependant une extension du cycle vers le sud en direction de la plaine de Champagne) ; et même au plan de l’unité patronale (dans les premières années de création de la Chambre syndicale du cycle, partage les frais de location et de conciergerie avec la Chambre syndicale des armuriers ; banquets annuels communs ; ententes lors des élections à la Chambre de commerce...). Ce qui ne signifie pas pour autant que l’on puisse isoler l’histoire de l’industrie du cycle de cette autre composante fondamentale de l’identité stéphanoise qu’est l’industrie du ruban.

L’importance de la rubanerie dans la filiation culturelle

8Cette activité, qui a largement impulsé la croissance de la ville au xixe siècle et qui repose sur le putting out System associant fabricants, chefs d’ateliers et ouvriers-compagnons, pèse en effet lourdement, sur les mentalités du lieu. C’est que depuis 1825, les « fabricants » détenteurs du pouvoir économique comme du pouvoir politique, ont cherché à imposer au nom d’une prétendue incompatibilité entre le travail du ruban et l’utilisation de machines à vapeur productrices de fumées – une politique de « cantonnement » industriel de droit puis de fait, consistant à éloigner les principales usines sidérurgiques et métallurgiques de la ville et donc à les rejeter sur les vallées de l’Ondaine et du Gier. Or dans les années 1880, cette opposition à l’usine, qui désormais signifie moins concurrence au niveau des capitaux (d’origine locale et patrimoine dans la rubanerie ; d’origine extérieure et bancaire dans la métallurgie) que crainte de prolétarisation, de syndicalisation et de troubles sociaux, se traduit encore par la publication de multiples rapports sur l’application du moteur à gaz ou de l’électricité au tissage du ruban, ce qui va bientôt provoquer une floraison d’ateliers ruraux que chantent de véritables hymnes à la gloire de l’atelier familial.

  • 3 I.C., n° 1, fév. 1898.

9Aussi ne faut-il pas s’étonner de voir la Chambre syndicale du cycle introduire dès sa naissance une recherche en paternité associant rubanerie et armurerie dans la mesure où ces deux activités reposent d’abord sur le travail à domicile, sur l’atelier familial, même si le fabricant d’armes est plus un producteur, faiseur de canons ou assembleur de pièces, qu’un coordonnateur de savoir-faire et un donneur d’ordres. Et d’affirmer : « Dans les deux industries principales dont s’enorgueillit Saint-Etienne, la rubanerie et l’armurerie, les petits ateliers ont de tout temps joué un rôle important et c’est à eux (...) que revient le mérite d’avoir pressenti, il y a dix ans, le développement de l’industrie vélocipédique et de l’avoir fixée à Saint-Etienne, alors que les capitalistes, ces auxiliaires indispensables des grandes entreprises, ne croyaient pas encore à l’avenir de la bicyclette3. »

  • 4 I.C.A., n° 196, juin 1914, cf. Les grandes épreuves et la Fabrique stéphanoise.
  • 5 Encart reproduit plusieurs fois dans I.C.A., 1929.

10Par ailleurs, une autre continuité peut être relevée entre l’industrie du ruban et l’industrie du cycle, véhiculée par les significations sociales attribuées aux appellations ou aux produits. Des fabricants de cycles à la Fabrique stéphanoise4, s’opère en douceur une usurpation de majuscule et de titre évoquant l’ancienneté, la puissance et pour tout dire la noblesse de la rubanerie, de la Fabrique. Et du ruban, objet de luxe et de frivolité, à la bicyclette du « sportsman » aristocratique ou bourgeois, se lit un rapport à la mode qui fait de la bicyclette stéphanoise « ce qu’est la haute couture parisienne » dans son domaine international. Manière indirecte de justifier l’appellation de « petites mains » parfois donnée aux fileteuses, ou les tarifs des monteurs de vélo de luxe, ou encore certains encarts publicitaires du type : « Si vous voulez faire une bonne promenade à pied, vous n’empruntez pas une bonne paire de chaussures. N’empruntez pas de vélo, faites-vous-le faire sur mesure5. » Question difficile que celle des représentations véhiculées par les mots même s’ils ne font qu’évoquer des rythmes d’activité saisonnière, telles la « presse » et la « morte »... !

Indéterminations ou déterminations structurelles ?

11Dans cet environnement socio-économique stéphanois marqué par la prééminence de l’atelier familial, la seconde moitié du xixe siècle témoigne cependant de la diffusion de l’usine qui pénètre aussi bien dans le domaine de la rubanerie (usines-couvents de l’Yssingelais à partir de 1854 ; usines électrifiées de tissage intra-urbaines à partir de 1883) que dans le domaine de l’armurerie (dans les années 1870 apparaissent en lisière immédiate du quartier Villebœuf, les premières grosses unités productives comme les Ets Vernay-Caron ou les Ets Darne), alors qu’elle règne déjà largement dans le domaine de la métallurgie.

12Autrement dit, l’arbitrage entre l’atelier et l’usine est loin d’être assuré lorsque commence à se développer l’industrie du cycle. D’autant que très rapidement, un certain nombre de grosses entreprises extérieures à la ville, s’orientent vers le ravitaillement des ateliers du cycle, en produits semi-élaborés ou même s’adjoignent un secteur « pièces détachées pour cycles » (c’est le cas des Ets Rafer de Saint-Chamond qui se spécialisent dans la fabrication des chaînes ; des Forges et Aciéries de la marine de Saint-Chamond ou des Ets Brunon et Valette de Rive-de-Gier qui fournissent de l’acier pour tubes et des tubes étirés à froid ; des Ets Crozet-Fourneyron du Chambon-Feugerolles qui se lancent pour quelques années dans le moyeu, la pédale et le pédalier...), alors que se constituent dans Saint-Etienne, de grandes entreprises, sociétés en commandite par actions ou sociétés anonymes, telles la mfac, la s.a. des Ets Jussy (future s.a. des Ateliers du Furan) ou la Société de constructions mécaniques de la Loire, bientôt connue sous le nom d’Automoto...

13Face à ces géants de l’époque, une rapide prolifération d’ateliers menus faits d’associations souvent précaires d’anciens ouvriers en mal de statut patronal et polyvalents (producteurs, commerciaux, gestionnaires...), une instabilité généralisée dans l’espace, les structures et le temps... Alors qu’en conclure ! Une industrie stéphanoise du cycle profondément marquée par son héritage armurier et rubanier ? Sans aucun doute. Mais pouvant encore s’orienter dans la direction tracée par la grosse métallurgie ? A n’en pas douter, surtout si l’on prend en compte le développement à peine postérieur et souvent associé de la construction automobile.

A la recherche d’une identité territoriale

14C’est dans un contexte d’âpre concurrence au niveau international comme au niveau national, que l’industrie stéphanoise du cycle se dote progressivement d’une identité dont la construction, élaborée au travers d’antagonismes spatiaux, révèle principalement des choix sociaux qui ne seront clairement exprimés qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Démystifier la concurrence étrangère

15Bien que l’industrie stéphanoise du cycle ait commencé à s’affirmer depuis un lustre, au début des années 1890 les adeptes des deux roues reconnaissent encore la supériorité de la production anglaise. Parmi eux, Paul de Vivie lui-même qui, dès 1886 a ouvert dans le centre-ville le premier magasin de vente de bicyclettes et tricycles anglais avant de fonder, l’année suivante Le Cycliste, journal spécialisé dont les tableaux annuels de présentation de cycles ne mentionnent guère que des marques britanniques auxquelles se mêlent deux marques françaises, celles de Clément (Paris) et de Terrot (Dijon). Reconnaissance de qualité – particulièrement de la marque Humber – mais aussi reconnaissance de nécessité (par insuffisance de la production nationale) qui poussent en 1892 ce marchand-journaliste à émettre, au côté de tous ceux que le commerce des cycles fait vivre, une vigoureuse protestation contre la taxe à l’importation de 220 francs par 100 kg qui vient alors frapper les machines anglaises.

  • 6 Le titre du catalogue de la société Hirondelle créée par Mimard et Blachon, « Société pour la fabr (...)

16N’empêche que la lutte contre la répartition de la production britannique a déjà été amorcée. La charge a été sonnée en 1889 par la Manufacture française d’armes (future mfac) à l’occasion de la diffusion de son premier tarif spécial pour cycles dans lequel l’argument de vente de la Superbe repose d’abord sur la qualité des aciers produits par la métallurgie locale, ce qui permet d’annoncer de manière péremptoire « la fin de l’anglomanie inconsidérée des vélocipèdistes français »6. Il faut dire que cette déclaration de guerre aux importations d’origine anglaise s’inscrit également dans le cadre d’une stratégie globale d’entreprise soucieuse de promouvoir son fusil Idéal, système hammerless, face aux produits anglais les plus réputés.

17Aussi en 1891, lors de l’Exposition industrielle et artistique de Saint-Etienne, plusieurs des modèles de vélocipèdes, présentés par les ateliers du cru, sont-ils définis « d’une élégance de formes et d’une perfection de travail, à ne redouter aucune comparaison avec les produits des plus célèbres maisons anglaises » (Vachon : 1891). Et quelques années plus tard, en 1898, la bataille est en quelque sorte gagnée puisqu’à l’issue d’une étude sur la situation de l’industrie française du cycle menée par Maurice Martin pour le compte du journal L’Auto, Saint-Etienne devient le « Coventry français ».

18Début d’un mimétisme identitaire qui pousse les constructeurs stéphanois à multiplier les marques d’inspiration britannique (Siker chez Burel et Clop ; Hunter chez Langénieux ; Start chez Laurençon Frères ; Wonder chez Ravat...) alors que les fabricants de pièces détachées donnent à fond dans les « anglaiseries » (freins Up-to-date, Marvellous ou The Rapid chez Chevalier et Lafay ; moyeux Sparking et New Spark chez Carrot ; roues libres The Love chez Olivier et Peysselon ; cadres Arrow chez Bugnand et Frotton...).

  • 7 Toutes tendances qu’Etienne Mimard s’efforcera de développer à la MFAC dans l’entre-deux-guerres e (...)

19Si, dans cet antagonisme avec l’industrie anglaise, il y a la ferme volonté de faire reconnaître l’excellence de la position stéphanoise (cela va de pair avec la dénonciation des intermédiaires qui pratiquent la démarque des produits stéphanois « de première qualité » vendus comme étant d’origine étrangère, tandis qu’ils attribuent à Saint-Etienne la paternité « des camelotes anglaises et allemandes » dont ils inondent le marché), il y a aussi l’expression de la crainte des petits patrons du lieu devant le développement des grandes usines anglaises ; ce qui est encore plus net, face aux géants américains soucieux d’unification, de standardisation, de rationalisation7...

  • 8 I.C., n°, février 1898 et n° 5, juin 1898.

20Pour en être convaincu, il suffit de considérer l’attaque en règle menée au lendemain de la première crise de surproduction du cycle qui entraîne en 1897 les faillites retentissantes de la Victor Cycle Cy Ltd de Nottingham ou de la Buffalo Wheel Cy de Buffalo, de l’Iroquois Cycle Works Cy de Chicago... contre des entreprises qui se sont outillées « de façon colossale, ont fait des frais de publicité énormes et construit des machines dix fois plus qu’elles n’avaient la certitude d’en vendre » et se sont lancées – la chute des prix venue – dans de mauvaises fabrications de manière à réaliser des économies sur les matières premières comme sur la main-d’œuvre. D’où la conclusion que les pièces détachées françaises – sous-entendu, stéphanoises – « sont encore les meilleures et les plus avantageuses de tout le marché », d’autant plus qu’aux États-Unis, où elles sont produites par séries déterminées, il est peine perdue d’en réclamer lorsque les stocks sont épuisés8.

21Mais à l’issue de ces attaques renouvelées en 1907 lors de la disparition des grands trusts de l’American Bicycle Cy et de la Pope Cy, qui manifestent déjà l’identité profonde de l’industrie stéphanoise du cycle (refus de la grande usine, de la concentration, de la normalisation...et idéalisation du petit atelier synonyme de qualité, de souplesse, d’adaptabilité aux besoins de la clientèle...), reste cependant à celle-ci à se positionner au niveau national face aux ambitions parisiennes.

Contrecarrer les ambitions parisiennes

22C’est à propos de la question du renforcement du protectionnisme contre les importations de pièces détachées étrangères – auquel s’opposent presque unanimement les constructeurs parisiens – que se produit un premier affrontement significatif se traduisant par une scission du Salon du cycle en décembre 1897 : les provinciaux dont les Stéphanois se regroupent au Palais des Sports ; les Parisiens et les Anglais s’associent salle Wagram.

  • 9 I.C.A., n° 155, janvier 1911.

23En dépit d’une unité reconstituée dès l’année suivante, un antagonisme larvé s’instaure entre Paris et Saint-Etienne, les Stéphanois s’étonnant de n’être jamais appelés à contribuer à l’organisation des Salons, à l’instar des différentes chambres syndicales parisiennes qui n’ont assurément pas l’importance de la leur. Aussi, se trouve-t-il des voix, dès janvier 1911, pour s’écrier : « Ne vous contentez pas d’aller à l’acheteur, faites-le venir à Saint-Etienne pour qu’il visite vos usines et apprécie votre fabrication. Faites-en un mot, un Salon du cycle à Saint-Etienne, car nulle part il ne peut être mieux placé (...). Voilà une belle œuvre de décentralisation à accomplir9 ».

  • 10 I.C.A., n° 105, janvier 1907. Je ne suis pas certain que cette opposition entre la « modeste bicyc (...)

24En fait, par-delà une demande de reconnaissance de l’importance du lieu à l’échelon national, cet antagonisme traduit surtout l’étroitesse de créneau industriel choisi par les entreprises stéphanoises qu’une structure atomisée et le manque de capitaux condamnent à la bicyclette alors que d’autres, ailleurs, s’orientent vers le motocycle et plus encore l’automobile. Pourquoi donc se rendre à Paris puisque « nous ne sommes plus au temps où les bicyclettes formaient l’attraction principale du Salon et où quelques rares maisons soumettaient à l’opinion publique leurs premiers essais sur la locomotion automobile », puisque « la luxueuse automobile a relégué au second plan son ancienne hôtesse : la modeste bicyclette »10 !

25S’expriment ainsi diverses identités stéphanoises : celle des fabricants de pièces détachées face aux constructeurs de cycles parisiens ; celle d’un petit patronat jouant la carte de la bicyclette face aux « capitalistes » se lançant dans l’aventure automobile ; mais aussi celle, tout simplement collective et territoriale, de l’industrie locale des cycles revendiquant le titre de capitale en son royaume.

Faire entériner « Saint-Etienne, capitale du cycle »

  • 11 A.D.2 93.M.16, Statut de la Chambre syndicale de l’industrie des cycles de Saint-Etienne et du bas (...)

26L’opération s’analyse sur la longue durée et se situe à deux niveaux. Au niveau institutionnel d’abord : c’est à la suite d’une réunion provoquée par Etienne Mimard et préparée avec l’aide des plus grosses affaires du moment, qu’est créé « un journal de propagande » qui « aura pour but de faire mieux connaître et apprécier l’importance de la région en ce qui concerne l’industrie des cycles »11.

  • 12 Aussitôt le journal de propagande L’industrie des cycles (I.C.) est rebaptisé à partir du n° 14 de (...)
  • 13 Ainsi, à l’occasion d’un projet d’exposition de cycles envisagé par la municipalité en 1898, la Ch (...)

27Pour ce faire, deux conditions sont requises. D’une part, la puissance du nombre allant de pair avec la puissance financière, qui – en dépit de l’anathème lancé contre ceux qui « se jettent à corps perdu dans l’automobilisme dont ils ne semblent pas connaître le premier mot » – amène dès 1899 la transformation du regroupement en Chambre syndicale de l’industrie des cycles et automobiles12. D’autre part, l’unanimité de groupe, qui impose de bannir toute initiative comportant un risque de désunion13.

28Mais cela ne suffit pas car Saint-Etienne n’est pas simplement une région française de production de cycles, Saint-Etienne se veut pôle de production, centre d’attraction, ce qui signifie clairement la transformation de l’intitulé de l’organisme représentatif qui devient en 1923 la Chambre syndicale des cycles et automobiles. Siège social à Saint-Etienne. S’affirme ainsi une ambition de domination marquée par l’apparition et la « distinction » entre des « membres actifs » pris exclusivement parmi les constructeurs ayant leur siège social ou leurs usines à Saint-Etienne ou dans le département de la Loire, et des « membres correspondants » choisis parmi les constructeurs de la France entière.

  • 14 A noter, l’abandon de la référence à l’automobile et le passage du pluriel au singulier en ce qui (...)

29Ambition de domination au niveau national qui s’exprime encore en février 1942 lorsque la Chambre syndicale se transforme en une Fédération professionnelle des cycles, motocycles et articles annexes régnant sans partage en zone libre (314 adhérents en janvier 1943 ; 248 seulement en 1928 avant la grande crise) mais sans pouvoir mordre sur la zone occupée, la tentative tournant définitivement court fin 1943, lorsque le coacy (Comité d’organisation de l’automobile et du cycle) donne sa caution à une Chambre fédérale nationale imposant à la Fédération professionnelle de se redéfinir en Chambre syndicale de l’industrie du cycle de Saint-Etienne14.

  • 15 I.C.A., n° 355, sept-oct. 1930.
  • 16 Dans L’I.C.A., 1928, on relève par exemple ces encarts : « La 1re usine de construction de bicycle (...)

30Cet échec final n’a, à vrai dire, pas grande importance dans la mesure où l’identité stéphanoise s’est jouée entre-temps au niveau organisationnel, à la suite d’une série d’initiatives de la Chambre syndicale associant « Sports-Industrie-Publicité » en une « triple entente » indispensable à l’affinage de l’image stéphanoise15. Enumérons simplement : 1920, création d’un journal spécialisé Le Forez sportif, dont le directeur qui se cache sous le pseudonyme de Jean Bécat n’est autre que le secrétaire et futur président de la chambre ; 1922, organisation de la première Journée Vélocio et création par un comité de douze membres appartenant au monde local de l’industrie du cycle et du cyclisme, de la S.A. le Vélodrome de Saint-Etienne qui se lance dans la construction d’un équipement inauguré le 1er juin 1925 ; 1923, décision de rechercher et classer toutes pièces de cycles destinées à la création d’un Musée du cycle et organisation d’un cours de cyclisme industriel avec l’appui du directeur de l’École pratique d’industrie... S’y ajoutent la multiplication des courses patronnées par les maisons stéphanoises, la multiplication des encarts journalistiques16 relevant de la méthode Coué et, last but not least, l’organisation annuelle de 1927 à 1931 de la Semaine du cycle, répondant à un triple objectif : pallier l’effacement de la bicyclette par rapport à la place occupée par l’automobile au Salon de Paris ; satisfaire les petites entreprises de la Chambre syndicale pour lesquelles l’exposition parisienne devenait de plus en plus onéreuse : montrer les capacités de la région à se prendre en charge face aux prémisses de la crise.

  • 17 J. d’Auvergne, Saint-Etienne, capitale, Saint-Etienne, Presses de la Loire républicaine, 1951, 335 (...)

31Au sortir de cette période, le cycle est donc reconnu comme un des piliers de l’industrie stéphanoise au même titre que le ruban, l’arme ou la mine, et la voix des ondes lui est ouverte, comme en témoigne la retransmission par Lyon – La Doua des discours prononcés lors du banquet de la ive Semaine du cycle ou la diffusion par le Radio Club forézien de la conférence donnée par le président de la Chambre syndicale le 5 mai 1931 en l’hôtel de ville de Saint-Etienne. Et, par un mouvement d’amplification progressif, de « capitale de la pièce détachée » (titre revendiqué par les organisateurs de la 1re Semaine du Cycle), « Saint-Etienne, le Coventry français », « Saint-Etienne, le Pittsburg of France », devient pour les folliculaires locaux, la « capitale du cycle », la « patrie du cycle » jusqu’à ce qu’un ouvrage édité en 1950 ouvre un de ses chapitres par cette mise en exergue : « Le cycle français né et régnant à Saint-Etienne...17 ».

Une identité construite autour de la petite entreprise

  • 18 I.C.A., n° 194, avril 1914.

32Si pendant un quart de siècle, la Chambre syndicale a réussi à maintenir une unité de façade entre ses adhérents de manière à se positionner au premier rang et du point de vue du rapport qualité-prix (main-d’œuvre qualifiée et même « ouvriers d’art ») et du point de vue du goût (hérité de la rubanerie qui « a éduqué le sens artistique des ouvriers »18) avant de s’attribuer le titre de capitale du cycle, les années 20 témoignent du rôle croissant de l’idéologie de l’atelier familial dont la prégnance n’a pas peu contribué à forger la mémoire ouvrière alors même que vont s’accentuer les rivalités internes et les incapacités structurelles à surmonter – autrement qu’individuellement – les différentes crises frappant l’industrie du cycle.

De l’ordre économique à l’ordre social

  • 19 I.C.A., n° 155, janvier 1911.

33L’unanimité de groupe, essentielle à la construction d’une identité territoriale, n’a pas été chose facile à obtenir et les rappels à l’ordre ont été souvent nécessaires, ainsi en 1911 : « Débarrassez-vous de vos jalousies mesquines. Plus de rivalités de boutique. Faites-vous connaître tous ensemble, faites connaître la bicyclette de Saint-Etienne.19 » Mais avec le temps et plus particulièrement au lendemain de la Première Guerre mondiale qui a donné une impulsion certaine aux petites entreprises ayant largement participé à la mise en place de l’ » arsenal de la France », les tensions l’emportent, clairement exprimées dans les comptes rendus d’assemblées générales de la Chambre syndicale.

  • 20 A.G. du 30/5/1919.

34Autour de la seule question de la pensée de l’avenir, deux exemples suffisent à montrer le décalage existant entre grandes et petites entreprises. Lorsqu’en mai 1919, Etienne Mimard propose d’aider à la « création d’une grande fabrique de billes dans la région » plutôt que d’avoir recours à la Norvège, la Suisse ou l’Angleterre, il est seulement suivi par les dirigeants de l’Automoto et des Établissements Ravat qui suggèrent de contribuer au développement de la maison stéphanoise Teyssier et Valette, « les uns par des commandes, les autres par des finances » alors que les petits fabricants ne s’intéressent dans l’immédiat qu’à la répartition des contingents de billes importées20.

35De même en octobre 1920 lorsqu’il est fait allusion au système d’allocations familiales mis en œuvre chez Ravat, c’est seulement pour en dénoncer les effets pervers au niveau du recrutement de la main-d’œuvre, les Établissements Ravat exerçant un attrait particulier sur les ouvriers chefs de famille des petits ateliers stéphanois.

36Aussi les critiques adressées au président de la Chambre syndicale et le harcèlement constant dont il fait l’objet, entraînent-ils sa démission en avril 1923 et l’élection du secrétaire syndical Jean-Frédéric Boudet qui s’est précédemment donné une image de fermeté en protestant contre le manque d’énergie des pouvoirs publics lors des grèves du printemps 1920 tout en rappelant que si les grandes usines peuvent supporter le chômage, il n’en est pas de même pour les petites.

  • 21 Si pour l’heure, Etienne Mimard est nommé président d’honneur de la chambre syndicale, il faut ici (...)

37Cette passation de pouvoir entre Etienne Mimard21 directeur de Manufrance et Jean-Frédéric Boudet, directeur d’une entreprise de découpage-emboutissage, signifie avant tout l’affirmation et la reconnaissance du poids spécifique de la petite entreprise dans le milieu industriel du cycle stéphanois. L’illustration en est immédiate lors de la grande grève des métallurgistes de mars-avril 1924 dont l’impact s’est révélé à la mesure de sa durée, de son ampleur, voire de sa violence, et s’est traduit tant au plan socio-idéologique, qu’au plan socio-économique.

  • 22 I.C.A. n° 317, mai-juin 1924, La grève de la métallurgie stéphanoise. Mars-avril 1924, pages 5-9.

38Au plan socio-idéologique, se développe un véritable chant à la gloire du patronat stéphanois. Cela commence par une magnifique profession de foi intégriste. « De tous temps, patrons et ouvriers stéphanois ont vécu dans une intelligence parfaite et les grèves, dans le cycle en particulier, ont toujours été rares (...). Tous les commerçants qui traitent des affaires à Saint-Etienne, connaissent parfaitement la situation des industries locales du cycle et de l’arme. Les patrons vivent en contact permanent avec leurs ouvriers, travaillent souvent aux mêmes besognes mécaniques, ont une origine commune. Dans beaucoup d’ateliers, les ouvriers sont d’anciens camarades de tour ou d’établi du patron, devenu chef de maison par son esprit de travail et d’économie. Nulle part, moins qu’à Saint-Etienne, on ne peut parler de classe patronale ou de patronat de droit divin.22 » Et cela se poursuit par des laudes adressées au comité de la Chambre syndicale « composé d’hommes jeunes, tenaces, courageux » qui « firent résolument tête à l’orage et suppléèrent par leur énergie et leur esprit de solidarité, à la carence des autorités ». Merci à lui d’avoir « préservé l’ensemble de la métallurgie française de conflits et de troubles dont il est impossible de prévoir la partie ».

  • 23 A.G. du 3/1/1936.
  • 24 Le Cri du Peuple, dépouillement exhaustif de l’année 1936.

39En dérive une méfiance quasiment viscérale à l’égard des partis politiques de gauche dont J.-F. Boudet prédit en janvier 1936 qu’ils « mettront tout en œuvre pour arriver au pouvoir et n’hésiteront pas à fomenter des troubles économiques et des grèves (...) dans les milieux ouvriers »23. Et c’est dans ce contexte qu’il faut situer l’adhésion entre 1931 et 1936 de la Chambre syndicale à la Ligue des contribuables, la reproduction dans l’industrie des cycles et automobiles d’articles de plus en plus nombreux empruntés à l’Action française, voire le vote d’une subvention de 5 000 francs à fin de propagande anticommuniste sous forme de tracts adressés à l’ensemble des ouvriers du cycle. Ce qui ne signifie sans doute pas que l’ensemble des membres de la Chambre syndicale partage l’idéologie affichée par son président encore que parmi les industriels alors dénoncés par Le Cri du Peuple – organe de presse communiste – parce qu’ils bafouent la loi de huit heures, parce qu’ils utilisent couramment les vexations politiques, parce qu’ils sont réfractaires aux améliorations des conditions de travail, soient essentiellement cités des noms du cycle, les Boudet, Montcoudiol, Porthor, Errard, Charvin, Jacquemard24.

  • 25 Cf. Séance du Comité du 30/10/1925 et A.G. du 8/2/1927. Cette question du contrôle ouvrier ne repr (...)

40S’ensuit au plan socio-économique, la (re)mise à l’ordre du jour du problème du contrôle de la main-d’œuvre ouvrière. Pour ce faire, est exhumée une décision prise en assemblée générale du 12 avril 1920 déclarant : « Tous les membres de la Chambre syndicale prennent l’engagement d’honneur de n’embaucher et de ne faire subir aucun essai préalable, à aucun ouvrier qui ne peut exhiber le certificat du dernier employeur, attestant qu’il est libre de tout engagement. Si le certificat produit fait ressortir un séjour de moins de 30 jours dans le dernier établissement, on devra exiger le certificat de l’avant-dernier employeur... » D’où la mise en place, en quelques semaines, au secrétariat de la Chambre syndicale, d’un véritable fichier de contrôle des ouvriers dont il est précisé en janvier 1925 qu’il comprend 12 000 fiches ; fichier cédé en octobre – pour 2 000 F – à l’asmpl (Association des syndicats métallurgiques patronaux de la Loire) pour en élargir l’application à l’ensemble des corporations adhérant à cet organisme, mais repris en gestion directe en 1929 car jugé trop peu et mal utilisé par cette Association25.

  • 26 Cf. par exemple en A.G. du 8/12/1929 la protestation véhémente de J.-F. Boudet contre le projet d’ (...)

41S’ensuit également, afin d’aider les petites entreprises à supporter grèves générales ou partielles et afin d’atténuer les effets souvent fâcheux de la morte-saison, un projet de Banque du cycle (à laquelle pourraient être associés les fabricants d’armes dont il est rappelé que la morte-saison ne coïncide pas avec celle du cycle) pratiquant l’avance sur marchandises ; mais 11 entreprises seulement sur 204 répondent au questionnaire qui leur est adressé. Sachant que ces réponses émanent encore une fois des entreprises les plus importantes, l’abandon de ce projet rappelle combien la dichotomie structurelle qui caractérise l’industrie stéphanoise du cycle rend difficile toute définition d’une politique économique globale. Alors que les plus grosses entreprises cherchent à penser en termes de prévision, d’avenir, les petites maisons largement majoritaires s’accommodent d’une gestion au jour le jour, faite d’égoïsmes constamment renouvelés26.

L’affirmation de l’individualisme jusque dans la crise

42Si au début des années 1930, la crise économique avait pu être limitée et combattue par une série d’initiatives ne touchant pas à la structure des entreprises, il n’en est pas de même à partir de juillet 1951, lorsque s’amorcent la baisse des ventes aux colonies et la montée de la concurrence anglaise et allemande.

43Des responsables de la Chambre syndicale en ont rapidement conscience et en donnent une analyse lucide par la voix de leur président Emile Mercier lors de l’assemblée générale du 19janvier 1953. « Jusqu’à ce jour, l’industrie du cycle s’est très bien trouvée de sa structure familiale et artisanale. Il n’est pas certain qu’il en soit ainsi demain. Le développement du cyclomoteur suivi par celui des autres engins motorisés a donné naissance à une industrie qui, elle, ne peut se développer sur le plan de la petite entreprise en raison de l’importance des outillages et des capitaux qu’elle nécessite. » Or « la concentration dans la construction doit entraîner obligatoirement la concentration dans la fabrication des équipements et des pièces (...). Si nous voulons éviter que cette concentration inéluctable se fasse par la voie de notre propre disparition ou de notre fusion au sein d’organismes puissants, nous devons rechercher si la mise en commun de moyens techniques et commerciaux, tout en respectant notre souveraineté propre et notre individualité, ne nous permettrait pas de faire face aux événements ».

  • 27 Cf. A.G. du 23/4/1948, « Un proche avenir nous dira si notre profession est majeure et, ayant comp (...)
  • 28 A.G. du 25/11/1954, 25/2/1955 et 24/3/1955.
  • 29 Séance du comité du 3/9/1957. COCYMO associait six petits constructeurs stéphanois : Ballandras, D (...)

44Mais la lucidité de quelques-uns et les bonnes intentions se heurtent rapidement aux comportements individualisés et égoïstes de la majorité, justifiant a posteriori les appréhensions formulées au lendemain de la libération27. Alors que Georges Boudet, fils de Jean-Frédéric – retour symbolique... ! – est élu président de la Chambre syndicale, tous les essais de restructuration de la profession sont voués à l’échec. Qu’il s’agisse du projet de création d’une Caisse de caution mutuelle régionale du cycle, devant constituer un fonds de garantie initial créé par les versements des adhérents afin de permettre aux petites et moyennes entreprises d’accéder au crédit à moyen terme, au taux le plus bas..., mais, les dirigeants de cet organisme auraient à connaître les bilans et les comptes d’exploitation des entreprises28 ! Ou qu’il s’agisse de l’aventure de la concentration au sein de la cocymo (Cie stéphanoise du cycle et du motocycle) dont on attend des avantages tels que la réduction du nombre de modèles construits, la fusion des services commerciaux, la spécialisation du personnel de direction... alors que les conditions mêmes de la fusion, démocratique, égalitaire, ne font que juxtaposer des individualismes qui en moins d’une année aboutissent à un dépôt de bilan. Aussi lorsque se mettent à circuler des rumeurs d’une nouvelle association entre l’entreprise défunte et de nouveaux partenaires, le Comité syndical prend-il résolument et définitivement position en déclarant que « l’expérience cocymo contre laquelle il s’est déjà élevé, devrait être suffisante pour ne pas récidiver29 ».

  • 30 Déclaration de M. Savelli, A.G. du 16/12/1958. En 1955, le même observateur avait estimé la part d (...)

45C’en est fait des tentatives de regroupement ou de restructuration qui auraient pu permettre à l’industrie stéphanoise du cycle d’aborder les marchés du cyclomoteur, du vélomoteur et du scooter accaparés par Vélosolex, Motobécane, Acma (c’est-à-dire Vespa) et Motoscooter (c’est-à-dire Lambretta). C’en est fait du titre de « capitale du cycle » qu’un observateur lucide, représentant de la Chambre syndicale des fabricants d’accessoires et de pièces détachées d’automobiles, de cycles et d’appareils aériens de Paris, lui retire dès 1958 en déclarant : « Au cours des quinze années que je viens de passer parmi vous, j’ai vu l’industrie du cycle de Saint-Etienne laisser échapper à différentes reprises l’occasion de demeurer le centre national de cette activité30 ».

  • 31 Cf. les propos amers du président Emile Mercier : « Je sais que certains désireraient maintenant l (...)

46La région stéphanoise devient un agrégat d’unités productives indépendantes dont un certain nombre ne perçoivent même plus l’utilité d’une chambre syndicale locale31. Le dynamisme devient moins une caractéristique de branche que l’affaire de quelques fabricants de pièces détachées sachant jouer la carte de l’innovation et de l’investissement (cadres en durai assemblés grâce à la technique du « collage structural » emprunté à l’aéronautique, aux Ateliers de la Rive contrôlés par Bador S A. ; freins obtenus par l’utilisation de la technique dite fonderie « coquilles » à la suite d’une collaboration entre le bureau d’études des Ets Angénieux – c.l.b. et les Ets Lauzier de Bourgoin ; pédalier en polyamide réalisé par les Ets Haubtmann en collaboration avec Rhône-Poulenc.) alors même que disparaissent les derniers constructeurs à l’exception de France-Loire, Saint-Etienne Cycles et Ronal Cycles.

L’atelier idéalisé

47Cependant, quelles que soient les responsabilités objectives du petit patronat dans le déclin de ce secteur d’activité, pilier de l’industrie stéphanoise, l’atelier tient une place essentielle – et positive – dans la mémoire ouvrière.

  • 32 Cf. « Un dimanche matin, nous rencontrâmes sur la route accidentée qui conduit de Saint-Etienne à (...)

48Alors que les mineurs, travaillant depuis le Second Empire pour le compte de sociétés anonymes, ont rapidement privilégié des « ils » impersonnels, socialement et géographiquement non précisés, pour désigner le patronat, les ouvriers du cycle ont au plus mal travaillé « chez Mimard » (et ce longtemps après la mort du fondateur de la mfac survenue en 1944) ou « chez Mercier » à la manière des métallurgistes « chez Barrouin » (même après que la Cie des fonderies, forges et scieries de Saint-Etienne eut été absorbée par la cafl), mais plus généralement « chez le père Granjon » ou « chez le père Valla ». Manière ouvrière de dire ce que le vocabulaire patronal distingue en employant les termes de sociétés, d’usine ou de « maison », cette dernière notion étant directement empruntée à la Fabrique au sein de laquelle elle a été maintes fois utilisée comme négation de tous rapports sociaux conflictuels32.

49Aussi la mémoire ouvrière oppose-t-elle de façon souvent explicite les avantages vécus de l’atelier aux contraintes de l’usine, lieu de la production répétitive en grandes séries et sur machines, lieu du temps contrôlé (heures d’entrée et de sortie, cadences à tenir...) et d’une discipline stricte, lieu de l’anonymat et des relations impersonnelles... Aussi fait-elle de l’atelier, l’espace de tous les possibles, l’espace du devenir et de l’imaginaire, tant les frontières paraissent ténues entre l’ouvrier salarié en atelier, l’ouvrier salarié mais ambulant après ses heures de travail, l’ouvrier travaillant à façon et à domicile, voire l’ouvrier réellement installé à son compte. Et en définitive en ressort une représentation idéalisée, oublieuse des réalités socio-économiques passées, bel exemple d’un « travail, retravaillé » (Ph. Lucas).

50Autrement dit, l’histoire de l’industrie stéphanoise du cycle, inscrite dans le cadre d’une incontestable filiation technique par rapport au travail de l’arme, peut également s’interpréter à la lumière du vieil antagonisme rubanerie/métallurgie, capital familial atomisé/capital bancaire concentré, atelier/usine. Dans cette hypothèse la petite entreprise de cycles, atelier ou maison, avec sa souplesse et sa polyvalence toujours actuelles (gardons-nous d’oublier ceux qui continuent d’entrer dans la profession qu’ils se spécialisent dans le vélo sur mesure ou le « mountain bike », comme ceux qui en sortent passant du cadre ou de la fourche au mobilier tubulaire, au matériel de camping ou à la table de pingpong) a représenté et représente encore une manière spécifique de vivre les rapports sociaux. Mais l’histoire locale de cette activité montre que les déterminismes socio-économiques finissent toujours par l’emporter sur les déterminations socio-culturelles, ce qui toutefois n’entrave guère le fonctionnement indépendant de l’idéologie, Saint-Etienne continuant de s’affirmer capitale du cycle et de l’arme et la jeune Chambre économique de le prouver en organisant des manifestations de propagande que la presse locale traduit en « Cycloloisir dans la...roue d’Armeville » (Hebdo n° 968, le 22/5/1984).

Communication orale

51a. vant – J’ai quelque doute quant à l’intérêt de ma communication, car je n’ai sans doute ni le langage ni le regard de connivence nécessaires pour parler avec des ethnologues. Je suis géographe, c’est en tant que géographe que je vais vous rendre compte de la lecture que j’ai tenté de faire de l’histoire et l’évolution de l’industrie stéphanoise du cycle. Je l’ai appréhendée à travers un jeu d’identités collectives, en particulier les discours produits, depuis les origines, par la Chambre syndicale du cycle. Ma source principale a donc été le dépouillement exhaustif des archives de cette Chambre syndicale. C’est un travail achevé, qui m’a demandé beaucoup de temps et qui est relativement intéressant, car j’ai eu accès aux comptes rendus du conseil d’administration et du comité de la Chambre, semaine par semaine, année par année, de 1897 à nos jours. C’est à partir de là que j’ai essayé de recomposer une histoire de la naissance du cycle, dans l’optique même de la chambre syndicale.

52Deux discours ont été produits. Je ne crois pas trop au premier. C’est un discours en terme de stratégie d’acteurs, il met l’accent sur quelques individus qui ont eu un rôle privilégié dans cette naissance. Je signale au passage qu’il signifie que dans le contexte stéphanois, l’industrie peut surmonter n’importe quelle situation de crise, se reconvertir grâce à son potentiel humain.

53La deuxième manière de présenter cette naissance passe par des filiations techniques et culturelles. A une époque où la machine n’était pas encore très développée, Saint-Etienne représentait un réservoir d’ouvriers expérimentés, travaillant le fer. Ce milieu a donné au cycle ses premiers patrons qui étaient armuriers, mécaniciens, quincailliers. Ces gens ont apporté avec eux une mémoire technique – j’ai employé le terme de savoir-faire dans mon texte, je ne le trouve plus très approprié aujourd’hui – dont a bénéficié le cycle à ses débuts. Ces gens pouvaient travailler le fer et, à partir de leurs méthodes, ils ont imaginé les techniques du cycle. La roue libre, par exemple, a été inventée par un ouvrier armurier bien avant que démarre le cycle. D’ailleurs, dans ce secteur du travail du fer, l’armurerie a joué un grand rôle et est un peu à l’origine du cycle parce qu’elle était une activité saisonnière. On allongeait la saison de production par des fabrications annexes, et la saison de production du cycle s’est révélée complémentaire de celle de l’arme. Pendant une trentaine d’années, presque tous les ateliers d’armes ont fait également du cycle, et cela sur les mêmes machines, en alternance et sans spécialisation particulière. La division du travail propre à l’armurerie s’est transmise au cycle et a donné naissance à ce qui a fait la renommée de Saint-Etienne, les pièces détachées. Plus tard, lorsque les usines de cycle se sont individualisées, elles se sont aussi adjoint des productions complémentaires pour allonger la saison de production : les machines à coudre, les écrémeuses, la petite mécanique. Le cycle a également emprunté à l’arme son argument de publicité, le label de qualité par le passage au banc d’épreuve. Très rapidement, le lien entre l’arme et le cycle s’est aussi traduit par une unité patronale. Les chefs d’entreprise avaient un siège social commun, faisaient des banquets communs et avaient des positions idéologiques, politiques, stratégiques communes face à la chambre de commerce ou au problème ouvrier.

54A côté de cette filiation purement technique, il en existe une autre plus culturelle, la filiation de la rubanerie. Le cycle a en fait reçu deux héritages. D’abord, les rubaniers, qui ont détenu pendant longtemps le pouvoir économique et politique à Saint-Etienne, se sont opposés à tout travail du fer dans la ville dès l’installation des machines à vapeur, sous prétexte que la vapeur ternissait le ruban. L’enjeu était ailleurs. Il s’agissait d’empêcher la mise en valeur des capitaux bancaires de la métallurgie, de la sidérurgie qui étaient originaires de Roanne et Lyon (plus tard, de Paris et Genève) au profit de ceux des rubaniers qui étaient locaux, familiaux, patrimoniaux. Le résultat a été le rejet de l’industrie lourde dans les vallées voisines de l’Ondaine et du Gier. Seuls de petits ateliers ont été tolérés. Le cycle se constitue justement sur le modèle du petit atelier familial.

55Le second héritage de la rubanerie touche au langage, le ruban étant associé aux femmes, à la frivolité, le cycle a très vite adopté le langage de la mode. Certaines ouvrières du cycle, les fileuses qui, au pinceau et à main levée, font les raccords de peinture sur le cadre, etc., sont appelées « petites mains ». De même, on parle des « couturiers » du cycle pour désigner les monteurs de vélos de luxe, par opposition aux constructeurs. Cette terminologie a débordé sur les saisons. Le ruban, lié à la mode, avait deux saisons : celle de grande production, la presse, et celle de peu de commandes, la morte-saison. Ces deux termes ont été adoptés dans le cycle.

56A la naissance du cycle, dans les années 1886-90, la tendance pour la rubanerie et l’arme est à la concentration des ateliers et à l’apparition des premières grandes usines. On pourrait penser qu’il en sera de même pour le cycle. Mais pour les raisons que j’ai données (valorisation des capitaux locaux), le cycle sera contraint à un choix : l’installation dans la ville en petits ateliers, ou l’exil dans de grandes usines métallurgiques pour fournir des produits semi-finis ou certaines pièces détachées. Donc, à Saint-Etienne, prolifèrent les ateliers de type familial, dirigés par d’anciens ouvriers devenus polyvalents, à la fois producteurs, commerciaux, gestionnaires, instables dans l’espace et le temps comme animés d’un mouvement brownien.

57Après ce bref historique, je vais tenter d’analyser les discours identitaires produits par ces éléments rassemblés, petites et grandes unités, le discours de la chambre patronale du cycle. Ces discours sont de nature territoriale. Il faut positionner le cycle stéphanois par rapport aux concurrents internationaux et nationaux. A l’encontre du cycle anglais, l’accent est mis sur la qualité des aciers produits par la région stéphanoise pour revendiquer le titre de « Coventry français ». Parallèlement, on essaie de démystifier le cycle américain. Là, l’argument mis en avant n’est plus la qualité, mais le mode de production. Dès les années 1890-95, le cycle américain sort en grande série d’entreprises « colossales », comme dit la chambre de commerce. A l’inverse, le cycle stéphanois met en avant sa souplesse de fabrication en petites structures, gage de sa qualité. L’effondrement de nombreuses usines américaines, au début du siècle, va confirmer cet état d’esprit et donner du poids à la critique de la grande entreprise rationalisée, taylorisée.

58Il faut aussi se positionner sur le plan national. Le cycle stéphanois subit une concurrence, en particulier parisienne. Non seulement les Parisiens sont des constructeurs, mais ils achètent leurs pièces détachées à l’étranger au lieu d’acheter à Saint-Etienne, dont c’est la première activité. La désunion éclate en 1897. Au lieu d’un Salon du cycle, il s’en tient deux, l’un avec les provinciaux sous la coupe des Stéphanois, l’autre avec les Parisiens et les Anglais. Bientôt, les Parisiens, disposant de capitaux plus importants, se tournent vers la construction automobile, abandonnant le cycle au petit patronat de Saint-Etienne qui ne peut acheter des machines. Le terrain libéré, les Stéphanois vont s’employer à donner de leur ville une image de capitale incontestée du cycle. Pour cela, d’abord faire nombre et s’adjoindre les producteurs de cycle et d’automobile ; puis faire disparaître les antagonismes internes à la profession, aplanir les divergences et les rivalités entre les différents fabricants.

59Lorsque ces buts sont atteints, les statuts de la Chambre syndicale sont changés, elle devient la Chambre syndicale des cycles et automobiles. Siège social à Saint-Etienne. On joue sur une ambiguïté. On ne sait pas si c’est la Chambre syndicale française qui a son siège social à Saint-Etienne ou la Chambre syndicale de Saint-Etienne. Il s’agit de se présenter comme le pôle de production français. Cette politique se poursuivra longtemps puisque sous l’occupation encore, la Chambre syndicale se transformera en fédération drainant tous les fabricants de cycle dans la zone occupée. L’entreprise échoue au niveau national et, dès 1943, la Chambre syndicale reflue au plan local.

60Cette situation de pôle établie, l’image du cycle s’enrichit d’un certain nombre d’initiatives : création de journaux sportifs consacrés au cycle, ouverture d’un vélodrome et d’un musée du cycle, organisation de nombreuses courses cyclistes par le patronat. Une publicité extravagante paraît en encarts dans les journaux, du type : « Si un cataclysme détruisait la région de Saint-Etienne, il serait impossible pendant longtemps de fabriquer des bicyclettes en France » ! Ces actions portent leurs fruits, et Saint-Etienne qui se revendiquait déjà comme capitale de la pièce détachée, s’impose comme le « Coventry français », le « Pittsburg français », la capitale, la patrie du cycle. J’ai même retrouvé un ouvrage de 1950 qui porte en exergue cette phrase : « Le cycle français, né et régnant à Saint-Etienne », ce qui est une aberration. Cette identité s’est construite en faisant feu de tout bois.

61En fait, cette référence au territorial recouvre une autre réalité. L’enjeu est ailleurs, l’identité véritable est construite autour de la petite entreprise, car très vite le discours unitaire se défait et les rivalités l’emportent. En 1923, le président de la Chambre syndicale, Etienne Mimard, est en quelque sorte limogé. Dès qu’il fallait prendre une décision, les contradictions entre petit et grand patronat éclataient. Par exemple, lorsque E. Mimard avait proposé de faciliter, en l’aidant financièrement, l’installation d’une usine de fabrication de billes pour le cycle, le petit patronat est resté muet. Il trouvait plus d’intérêt à se répartir le contingent de billes qu’à aider une grande entreprise à produire plus. Lorsqu’on a parlé de créer un système d’allocations familiales dans les grandes entreprises, c’est une catastrophe pour le petit patronat qui craint de voir partir ses ouvriers qualifiés. A la place de E. Mimard, un nouveau président est élu, c’est un Alsacien protestant, qui va se révéler un patron de choc, et lutter en particulier de toutes ses forces contre les grèves de 1924. Son discours idéologique est remarquable. Je voudrais vous en lire un passage. Il dit, à l’issue de ces grèves : « De tous temps, patrons et ouvriers stéphanois ont vécu dans une intelligence parfaite et les grèves, dans le cycle en particulier, ont toujours été rares. Tous les commerçants qui traitent des affaires à Saint-Etienne connaissent parfaitement la situation des industries locales et de l’arme. Les patrons vivent en contact permanent avec leurs ouvriers, travaillent souvent aux mêmes besognes mécaniques, ont une origine commune. Dans beaucoup d’ateliers, les ouvriers sont d’anciens camarades du tour ou d’établi du patron, devenu chef de maison par son esprit de travail et d’économie. Nulle part moins qu’à Saint-Etienne on ne peut parler de classe patronale ou de patronat de droit divin. »

62Ce discours idéologique trouve son prolongement politique. A ce moment-là, dans le journal de la Chambre syndicale, on voit proliférer des articles empruntés à l’Action française. Les adhésions aux ligues sont fréquentes. On voit dans quelle mouvance se situent les patrons stéphanois. Certains seulement ont joué cette carte, encore que, dans le journal d’obédience communiste de l’époque, on les retrouve presque tous dénoncés comme appartenant aux Croix de Feu ou autres ligues.

63L’image du cycle stéphanois bien établie, la préoccupation majeure du patronat se déplace vers le contrôle de la main-d’œuvre. Le plus surprenant est qu’il va prendre modèle sur la grande entreprise, et créer un fichier qui, en 1925, comptait 12 000 noms, ce qui n’est pas mal. Chaque fiche comportait le cursus professionnel de l’ouvrier, depuis son premier emploi à sa retraite, le montant de ses salaires, une enquête de moralité sur sa vie familiale et privée, l’appréciation de ses voisins, etc. Ce fichier, devenu une sorte de modèle, a même été vendu à l’Association des syndicats métallurgiques patronaux de la Loire. Quatre ans plus tard, le patronat du cycle, trouvant que la sidérurgie n’en faisait pas un bon usage, l’a racheté pour l’utiliser lui-même. Donc à la tête du cycle, ce petit patronat qui continue à tenir un discours collectif, mais qui va laisser échapper, par son individualisme toutes chances de résistance ou de reconversion face à la crise. Lorsque les marchés de la mobylette, du scooter, du motocycle imposeront une modernisation, de nouveaux investissements, donc des regroupements, ce patronat atomisé et voulant rester indépendant, se trouvera désarmé et ces nouveaux débouchés s’installeront ailleurs. En 1955, la préfecture impose une politique de concentration. La Cosymo se crée à partir de six entreprises, mais elle garde à sa tête les six patrons, six services commerciaux, etc., sans aucune économie d’échelle. L’année suivante, c’est la faillite. Toutes les tentatives de restructuration échouent et toute l’économie du cycle, peu à peu et de manière individuelle, va à sa perte. J’ai lu dans la presse locale les vœux de nouvel an de la Chambre syndicale. Ils annonçaient 1987 comme une année terrible, et c’est vrai que l’industrie a presque complètement disparu. Certains essaient de résister en se tournant vers la polyvalence. Par exemple, les établissements Hauptman vont maintenant se lancer dans la carrosserie d’ordinateurs. Les établissements Rousson vont faire de la mécanique de précision. Ces deux entreprises étaient les seules, en 1910, à mentionner sur leur papier à en-tête leur nom suivi de : ingénieur. Je ne sais quelle importance accorder à ce fait, je relève seulement que ces entreprises ont résisté, contrairement à celles dont les patrons étaient d’origine ouvrière. Elles avaient un patronat de formation différente, plus ouvert, sachant s’emparer de créneaux possibles. Pour terminer, je voudrais insister sur la similitude qui existe entre ce discours patronal saisi à travers les archives de la Chambre syndicale et le discours actuel des ouvriers. On pourrait croire qu’en fonction des conditions qui leur ont été faites, les ouvriers sont très virulents envers le patronat. Pas du tout. Ils ont adopté ce discours et idéalisé la structure du petit atelier. C’était un espace de liberté où on n’était pas soumis à des contraintes horaires. On pouvait arriver en retard, s’absenter pour l’enterrement d’un copain ou pour tout autre raison. Les règlements, les horaires, les normes mis en place, par exemple, chez Manufrance ou Auto moto n’y sont pas appliqués. Cette idéalisation transparaît dans le vocabulaire. A Saint-Etienne, quand les mineurs parlent du patron anonyme des compagnies minières, ils disent « il ». Dans la métallurgie, on parle de « chez Barroin ». Dans le cycle, on dit « chez Mimard » pour la grande entreprise ; pour les petites, « chez le père Granjon », « chez le père Vallat ». Le langage ouvrier reflète exactement et symétriquement le langage patronal qui distingue société, usine, maison. Le petit atelier, c’est la maison. Dans la rubanerie, c’est pareil. J’ai retrouvé un texte d’environ 1910 dans lequel on présente ainsi une usine de rubans : « J’ai rencontré dans le Pilat, un dimanche matin, une bande de gens gambadant folâtrement... » Il s’agissait de toute une fabrique, patron, ouvriers, compagnons, présentée comme s’il n’y avait pas d’antagonisme social à Saint-Etienne.

Discussion

64f. raphael – La construction de ce mythe identitaire au niveau spatial et local, nous l’avons rencontrée, identique, à Mulhouse. Ce qui m’a surtout intéressé, c’est que ce discours se retrouve non seulement dans les archives patronales, mais est repris par les ouvriers. Une petite anecdote significative : nous avons travaillé sur un centre de l’énergie prévu autour d’un immense alternateur de huit mètres de diamètre. Cet alternateur avait été construit pour l’Exposition universelle de 1900 pour montrer le caractère novateur de l’industrie mulhousienne. Or, en y regardant d’un peu plus près, nous avons découvert qu’il n’avait vu le jour qu’en 1901 et été introduit après dans l’usine. Il n’avait donc pas pu figurer à l’Exposition universelle. D’ailleurs, il représentait déjà la fin d’un procès technique et avait dû être doublé six ans après son installation dans l’usine. En faisant cette découverte, nous avons brisé une partie de ce mythe novateur de Mulhouse, Manchester français, égal de Pittsburg, la ville aux cent cheminées. Ici comme à Saint-Etienne, les ouvriers et les patrons participent de ce mythe qui les rassure dans leur dignité. Je relève un deuxième parallèle dans les filatures d’une vallée vosgienne, à Sainte-Marie-aux-Mines, où venaient s’approvisionner les grands couturiers parisiens et qui était de ce fait un lieu mythique. C’est maintenant une ville morte, une cité dortoir. Les raisons de cette déchéance sont les mêmes qu’à Saint-Etienne : l’atomisation des entreprises, la volonté d’indépendance des patrons, leur incapacité à s’unir, à grouper leurs capitaux, à saisir les possibilités de reconversion. Les ouvriers en ont parfaitement conscience, mais en même temps ils se souviennent avec émotion de ce passé et en prennent la défense. C’est l’équivalent du « père Granjon » ou du « père Vallat », de cette entreprise où tous les anniversaires, les fêtes étaient célébrés, où on pouvait s’absenter, où on pouvait même aller faire un tour au bistrot et revenir travailler. On retrouve cette même image de convivialité. Jusqu’au jour où le gendre d’un patron, pour manifester qu’on ne pouvait pas continuer à travailler ainsi, a commis un geste iconoclaste en renversant les tables décorées pour un anniversaire.

65y. lamy – Au fond, cette Chambre syndicale du cycle vit perpétuellement dans la crainte de la grande entreprise. Toute sa stratégie consiste à évacuer les antagonismes, la lutte des classes et, malgré tout, elle y réussit. On retrouve des situations identiques chez d’autres patronats en Limousin, en Aquitaine. Mais j’ai tendance à les expliquer d’une manière un peu plus extérieure parce que ces régions ne disposaient pas de références à la grande industrie. A quoi auraient-elles pu se référer ? A Saint-Etienne, au contraire, ces modèles existent, même s’ils servent de repoussoir. Je me demande si la lecture que vous avez faite peut être vraiment généralisée ou si elle reste spécifique.

66a. vant – Spécifique, je n’en suis pas sûr. Il faudrait faire un tour d’horizon plus large. Je sais que dans la rubanerie, les réactions ont été les mêmes. Lorsque sont apparues les premières usines marchant à l’électricité, des études ont été faites sur l’application du moteur électrique ou du moteur à gaz au métier à tisser individuel pour généraliser l’atelier familial. On aurait pu s’attendre à une prolifération d’usines intra et périurbaines, or très rapidement on a assisté à un regain d’intérêt pour l’atelier familial. Cela a-t-il à voir aussi avec le recrutement continu d’une main-d’œuvre rurale, de la Haute-Loire principalement, qui a perduré pendant tout le xixe siècle, et donc avec l’idéologie familiale du petit paysan ? Je ne peux pas répondre.

67y. lamy – Il me semble que vous montrez – en négatif de votre discours – une sorte de lutte pour un label, une identité. Mais il y a plusieurs identités à Saint-Etienne. Celle qui nous est présentée à l’extérieur c’est celle de la grande entreprise, en tout cas de Manufrance. Vous ne retenez que celle qui s’est créée autour d’un petit patronat, rubanier ou lié au cycle, et qui nous est moins familière.

68a. vant – Là, vous raisonnez à deux échelles spatiales différentes et vous confondez Saint-Etienne et le bassin stéphanois. Le bassin houiller n’est pas du tout Saint-Etienne. Plus je travaille sur cette région, plus je me rends compte qu’elle n’est pas homogène du tout. Il y a un patronat à Saint-Etienne, un autre dans la vallée du Gier, différent de celui de la vallée de l’Ondaine. Le Gier a été marqué précocement par la mine mais l’a vue disparaître très rapidement. La vallée de l’Ondaine a connu mines, grosse métallurgie, clouteries, taillanderies, etc. Ce sont des patronats différents et les images qu’ils se donnent sont également différentes. Ce sont les géographes de l’entre-deux-guerres qui ont forgé cette image d’une région industrielle stéphanoise.

69n. gerome – Est-ce que cette main-d’œuvre, dans sa trajectoire personnelle et professionnelle, privilégie l’ancrage et la référence à une identité ou est-elle itinérante ?

70a. vant – L’ouvrier stéphanois, y compris dans le cycle, est toujours présenté comme un ouvrier extraordinairement qualifié, et au niveau des salaires, il est le moins bien payé. Dans les conventions collectives de 1937, le cycle est classé en catégorie B, alors que l’arme, la mécanique sont en A. Parmi les femmes, il n’y a pas de main-d’œuvre qualifiée, sauf les fileuses et elles sont payées comme des OS, alors qu’elles sont surqualifiées. La contradiction est totale entre l’image qu’on a voulu donner de cette main-d’œuvre et sa situation réelle. Il y a des déplacements, mais internes à la ville. Les archives de Manufrance viennent d’être recueillies par le musée de Saint-Etienne. C’est une mine de renseignements considérable. On s’aperçoit, en étudiant les dossiers individuels, que les ouvriers montrent une mobilité extraordinaire. Les ouvriers qualifiés cherchent naturellement à valoriser leur qualification et passent d’une entreprise à l’autre, du cycle à l’arme, de l’arme à la mécanique pour revenir au cycle, etc. Mais ce qu’il y a de plus intéressant, c’est qu’il passe du statut de salarié à celui de travailleur à domicile – en chambre, en fenêtre, comme on dit à Saint-Etienne – pendant deux ans, puis il redevient salarié pendant trois ans. Ensuite, il s’établit comme patron employant lui-même des salariés pendant trois ans, puis il fait faillite, redevient salarié, et ainsi de suite.

71n. gerome – A Vierzon, centre industriel d’une certaine importance et à vocation métallurgique depuis la fin du xviiie siècle, on s’est trouvé devant un phénomène de mobilité identique au moment de l’expansion des industries mécaniques. Des ouvriers de la Compagnie française des machines à battre ouvraient leur propre atelier de construction automobile pendant une ou deux saisons, puis fermaient boutique, se retrouvaient dans la maîtrise ou simples ouvriers dans un autre secteur, la clouterie par exemple. Est-ce que ne c’est pas propre à un certain état de structuration de l’industrie métallurgique à la fin du xixe siècle et à la première moitié du xxe siècle ?

72a. vant – Sans doute. Mais l’originalité stéphanoise réside peut-être dans le fait que ce phénomène persiste aujourd’hui. Nous ne sommes plus à l’époque où il y avait 200 fabricants de pièces détachées, maintenant ils sont 30 ou 40, mais chaque année il en apparaît et disparaît de nouveaux, car ils ont toujours l’espoir de réussir.

73f. sigault – En somme, les petits patrons stéphanois ont le choix entre deux formes de suicide : l’un à brève échéance s’ils acceptent une concentration qui les mettra sur la touche, et l’autre à plus longue échéance et plus aléatoire s’ils la refusent. Cette situation se retrouve assez fréquemment chez les agriculteurs. Il y a deux ans, j’ai visité une petite entreprise de genièvre dans le Nord, elle est la dernière, ou presque, à distiller parce que la consommation de genièvre a considérablement diminué. Cette usine a choisi une politique de qualité en ne produisant que du genièvre vieilli en fûts. Ce choix est parfaitement logique dans la mesure où il ne reste, en France, la place que pour une entreprise de cinq personnes.

74a. vant – La concentration n’a jamais existé dans le cycle. Par contre, la durée de vie des entreprises est peut-être plus longue que je ne l’ai laissé entendre. Si ces entreprises disparaissent du secteur cycle, elles ne disparaissent pas toujours de l’industrie. Par exemple, si un petit patron échoue dans le cadre, il se met à produire du marchepied, de la table de ping-pong, du matériel de camping, des cendriers, etc. Quitte à revenir au cadre quelques années plus tard, si le marché est favorable. Ces petites structures n’ont pas pu soutenir le type de production en série, très différent, et ont été absorbées. Jacquemard-Luchaire, par exemple, est une entreprise qui a son origine dans le cycle.

75f. sigault – Pourquoi l’industrie de l’arme est-elle saisonnière ?

76a. vant – Il n’y a pas eu de concentration dans l’arme à Saint-Etienne. L’essentiel de la production relevait de la Manufacture royale, puis de la Manufacture d’État. L’arme de commerce provenait uniquement de petits fabricants, essentiellement des donneurs d’ordre, qui éventuellement faisaient eux-mêmes du canon ou du montage. C’était leur seule possibilité. Leur petit capital ne leur permettait pas de faire de stocks. La période de vente de l’arme couvre les mois d’été jusqu’à octobre, ils travaillaient donc les trois ou quatre mois précédents pour constituer leur stock. De temps en temps seulement, lors du lancement du Lebel ou du Chassepot arrivaient des commandes importantes d’un an ou deux. Mais elles pouvaient se révéler catastrophiques pour eux, car la Manufacture d’arme réalisait l’essentiel de cette production et débauchait leurs meilleurs ouvriers.

77b. hell – Peut-on établir un principe qui mettrait en évidence l’incidence de la double activité ? Dans la mesure où les ouvriers des forges étaient aussi des paysans, ne peut-on penser que cette production saisonnière était délibérée ?

78a. vant – A Saint-Etienne, la production dans le cycle était assez souvent saisonnière. On cherchait alors à allonger la saison en s’orientant vers quelque fabrication annexe ou connexe. On renvoyait les ouvriers pendant la morte-saison, en essayant de conserver les meilleurs par des petits travaux pour qu’ils n’aillent pas s’engager ailleurs. De même, les fileuses travaillaient comme femmes de ménage chez le patron.

79в. hell – Cette idée du petit patron ou de la petite structure qui diversifie sa production conduit à une notion intéressante, celle de savoir-faire ouverts, polyvalents. On retrouve cette notion à travers tous les processus identitaires, des patrons aux ouvriers, comme un facteur de développement ou une entrave. Aucune voie médiane ne s’offre. Si l’on est dans un savoir-faire hyperspécialisé, un peu comme les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur, si cette technique disparaît, on disparaît avec. A l’inverse, si on est capable de savoir-faire diversifiés, on se maintient, comme les chasseurs du Mésolithique dont le harpon était adapté à plusieurs types de gibier.

80a. morel – Comment la succession des activités dans les petites entreprises qui alternent le marchepied avec la ceinture de sécurité (en venant de la rubanerie) est-elle possible ? A partir de quelles compétences ? Les ouvriers circulent-ils d’une entreprise à l’autre ? Comment se transmettent ces savoirs ? Par exemple, comment passe-t-on de la rubanerie à la ceinture de sécurité ?

81a. vant – Dans la rubanerie, il faut distinguer ceux qui produisent la fleur, c’est-à-dire ceux qui travaillent sur le métier Jacquard, qui font du ruban broché, ceux qui font du ruban, c’est-à-dire qui travaillent sur le métier à tambour et ne font que de l’uni, ceux qui font du velours, ceux qui font du caoutchouc. Ces derniers peuvent passer à la ceinture parce qu’ils maîtrisent d’autres techniques que celles traditionnelles du ruban. La rubanerie n’est pas un secteur homogène. Les savoirs se sont enrichis et spécialisés progressivement. D’ailleurs, ceux qui font du caoutchouc, comme on dit très péjorativement, sont tout en bas de l’échelle des statuts. Au sommet, il y a ceux qui font la fleur. Lorsqu’un passementier faisant la fleur rencontrait un passementier faisant le ruban, il ne le saluait pas. L’origine du caoutchouc est étrangère à Saint-Etienne, elle vient de la Manufacture des tresses réunies de Saint-Chamond. L’évolution a été différente. Saint-Chamond dépendait de Lyon et travaillait dans un système de corporations inconnu à Saint-Etienne.

82e. vaillant – Puisque vous avez travaillé à partir d’une problématique identitaire, étant donné ce qui s’est passé ces dix dernières années à Saint-Etienne, pourquoi n’avez-vous pas poursuivi avec les problèmes de la Manufacture des armes et cycles, les transformations de la rubanerie qui produit maintenant des ceintures de sécurité et des fixations pour les skis, etc., sur la transmission des savoir-faire et la restructuration qui utilise ces anciens savoir-faire ?

83a. vant – J’ai fait ma thèse de doctorat en géographie sur « Imagerie et urbanisation », c’est-à-dire sur la production de l’espace stéphanois à travers les logiques industrielles par le biais des représentations, ce qui m’a évidemment conduit jusqu’à aujourd’hui. L’essentiel de mon travail s’est fait sur les images produites, mais envisagées dans le temps parce que je crois impossible de faire une étude sans une vision historique, chronologique des conjonctures, des moments. J’ai donc essayé de saisir des dynamiques à travers des images qui étaient des enjeux sociaux antagoniques. Par exemple, qui a parlé à Saint-Etienne à telle époque de l’espace stéphanois, de la collectivité stéphanoise ? Qui a produit les discours sur Saint-Etienne ville noire, Saint-Etienne ville rouge, Saint-Etienne ville verte ? A qui s’adressait-on ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Olivier de Sardan J.P., 1984-85. « Introduction » pp. 7-15 dans le colloque « Identité locale, identité professionnelle », Sociologie du Sud-Est, n° 41-44, juillet 1984-juin 1985.

Vachon M., 1891. L’exposition de Saint-Etienne, imp. Théolier et Cie, Saint-Etienne, 203 p., pp. 202-203.

Vant A., 1974. L’industrie du cycle dans la région stéphanoise, R.G.L., n° 2, pp. 155-184 et L’industrie du cycle à Saint-Etienne, mythes et réalités ; aspects économiques, techniques, culturels et sociaux, rapport de recherche pour la mission du Patrimoine ethnologique préparé par N. Besse, J.-P. Burdy, A. Lapalus, A. Vant, Th. Veyryn et M. Zancarini, avril 1984, 216 p.

Vant A., 1981. Imagerie et urbanisation. Recherches sur l’exemple stéphanois, c.e.f., Saint-Etienne, 661 p.

Notes

1 C’est en 1921, après l’installation de la MFAC dans ses nouveaux bâtiments de la rue Lassaigne, qu’apparaît véritablement la spécialisation des ateliers.

2 A la MFAC, les fabrications dont on revendique la précision sont testées sur route et font l’objet d’essais en laboratoire, les appareils d’épreuve étant représentés dans le Tarif-Album. Mais les petites entreprises savent aussi utiliser ce mode de valorisation comme le montre cet encart publicitaire des Ets de manivelles Duprat : « Seul, ce système d’épreuve peut assurer la garantie de sécurité que vous recherchez. Plus de déformation à l’usage par l’épreuve préalable de chaque pièce », I.C.A. n° 316, mars-avril 1924.

3 I.C., n° 1, fév. 1898.

4 I.C.A., n° 196, juin 1914, cf. Les grandes épreuves et la Fabrique stéphanoise.

5 Encart reproduit plusieurs fois dans I.C.A., 1929.

6 Le titre du catalogue de la société Hirondelle créée par Mimard et Blachon, « Société pour la fabrication en France des vélocipèdes » dit bien cette opposition à l’anglomanie, comme la diatribe lancée contre la bicyclette à cadre au profit de la bicyclette à corps en croix « la plus simple et la plus solide, n’en déplaise à Messieurs les Anglais ».

7 Toutes tendances qu’Etienne Mimard s’efforcera de développer à la MFAC dans l’entre-deux-guerres et qui feront de Manufrance une brillante exception dans le monde du cycle stéphanois.

8 I.C., n°, février 1898 et n° 5, juin 1898.

9 I.C.A., n° 155, janvier 1911.

10 I.C.A., n° 105, janvier 1907. Je ne suis pas certain que cette opposition entre la « modeste bicyclette » stéphanoise et la « luxueuse automobile » parisienne, n’exprime pas aussi un regard social sur la pauvreté ouvrière de la ville noire et la richesse bourgeoise de la capitale, sous-entendu « et Dieu reconnaîtra les siens ».

11 A.D.2 93.M.16, Statut de la Chambre syndicale de l’industrie des cycles de Saint-Etienne et du bassin de la Loire.

12 Aussitôt le journal de propagande L’industrie des cycles (I.C.) est rebaptisé à partir du n° 14 de mars 1899 L’Industrie des cycles et automobiles (I.C.A.).

13 Ainsi, à l’occasion d’un projet d’exposition de cycles envisagé par la municipalité en 1898, la Chambre syndicale demande la suppression de toutes remises de prix, afin de ne pas troubler la bonne harmonie régnant entre ses adhérents, cf. Réunion du comité du 10.03.1898. En 1901, c’est le même souci qui porte la chambre syndicale à exiger des organisateurs du Salon qu’un espace réservé lui soit attribué. « Que nous fassions des autos, des cycles, des pneumatiques ou des pièces détachées, nous devrons former un seul groupe, à part, et non être disséminés dans les différentes classes. Notre but en agissant ainsi est de montrer au public l’importance de notre région au point de vue de l’industrie des cycles et automobiles... », cf. I.C.A. n° 47, décembre 1901.

14 A noter, l’abandon de la référence à l’automobile et le passage du pluriel au singulier en ce qui concerne la mention « cycle ».

15 I.C.A., n° 355, sept-oct. 1930.

16 Dans L’I.C.A., 1928, on relève par exemple ces encarts : « La 1re usine de construction de bicyclettes modernes a été fondée à Saint-Etienne en 1886 par les frères Gauthier ; l’industrie du cycle occupe dans la région de Saint-Etienne plus de 200 unités employant plus de 20 000 ouvriers » ; « Saint-Etienne est le centre incontesté de la fabrication française de pièces détachées servant au montage de toutes les bicyclettes de marque »..., ou encore : « Si un cataclysme détruisait la région de Saint-Etienne, il serait impossible pendant longtemps, de fabriquer des bicyclettes en France. »

17 J. d’Auvergne, Saint-Etienne, capitale, Saint-Etienne, Presses de la Loire républicaine, 1951, 335 pages, princ. p. 232.

18 I.C.A., n° 194, avril 1914.

19 I.C.A., n° 155, janvier 1911.

20 A.G. du 30/5/1919.

21 Si pour l’heure, Etienne Mimard est nommé président d’honneur de la chambre syndicale, il faut ici rappeler qu’il sera dégradé en décembre 1936 pour des raisons peu explicites.

22 I.C.A. n° 317, mai-juin 1924, La grève de la métallurgie stéphanoise. Mars-avril 1924, pages 5-9.

23 A.G. du 3/1/1936.

24 Le Cri du Peuple, dépouillement exhaustif de l’année 1936.

25 Cf. Séance du Comité du 30/10/1925 et A.G. du 8/2/1927. Cette question du contrôle ouvrier ne représente nullement une innovation. Elle est plutôt une diffusion du système des dossiers individuels utilisé par les services du personnel des grosses entreprises comme MFAC et Automoto (dossiers permettant de suivre le cursus des salariés, mais faits également d’ » enquêtes de voisinage s’attachant à préciser l’opinion des voisins sur les rapports familiaux et le comportement social — c’est-à-dire socio-politique, socio-religieux, socio-syndical — des individus ») et une systématisation de leur utilisation au niveau collectif dans le cadre du binôme classe patronale/classe ouvrière.

26 Cf. par exemple en A.G. du 8/12/1929 la protestation véhémente de J.-F. Boudet contre le projet d’implantation d’une usine d’aviation à Saint-Etienne, car elle « créerait un préjudice considérable par augmentation des salaires d’une main-d’œuvre peu abondante ».

27 Cf. A.G. du 23/4/1948, « Un proche avenir nous dira si notre profession est majeure et, ayant compris la leçon de l’expérience de ces dernières années, est décidée à se sauver en évitant de retomber dans les errements d’autrefois, ou si la loi de la jungle « chacun pour soi » prévaudra à nouveau. »

28 A.G. du 25/11/1954, 25/2/1955 et 24/3/1955.

29 Séance du comité du 3/9/1957. COCYMO associait six petits constructeurs stéphanois : Ballandras, Drevon, Le Mao, Errard, Besset et les Cycles Sterling.

30 Déclaration de M. Savelli, A.G. du 16/12/1958. En 1955, le même observateur avait estimé la part de Saint-Etienne à 20 % de la production de l’industrie nationale du cycle, contre 50 % entre les deux guerres et 90 % au début du siècle (A.G. du 24/3/1955). Et la reconnaissance officielle de ce déclin est donnée le 1/9/1965 par Le Monde, titrant « Saint-Etienne a abandonné son titre de capitale du cycle ».

31 Cf. les propos amers du président Emile Mercier : « Je sais que certains désireraient maintenant la suppression de la Chambre syndicale de Saint-Etienne et notre rattachement total à Paris », séance du comité du 30/11/1962.

32 Cf. « Un dimanche matin, nous rencontrâmes sur la route accidentée qui conduit de Saint-Etienne à Annonay toute une caravane (...). Tout ce monde riait, chantait, gambadait folâtrement. » Or cette caravane se composait « de toute la maisonnée d’une fabrique, patrons, ouvriers et leurs familles (qui) s’en allaient passer la journée dans les bois », M. Vachon, Saint-Etienne, pp. 633-728, princ. p. 638 dans Le Tour de France. Description pittoresque des sites, vues, monuments, coutumes, mœurs et usages de la France, Paris, Imp. Debon et Cie, 1876, 824 pages.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540