Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

II. Les relations industrie-société

Amieux, conserveur nantais : un exemple de patronat social

Michèle Périssère

Texte intégral

Communication écrite

1Amieux, d’une famille originaire des Hautes-Alpes, s’est installé à Nantes après un périple en Belgique et en France exerçant parfois une profession sans rapport avec l’alimentaire : il est ainsi négociant en toile à Voiron en 1849 (Paillat : 1980). C’est en 1850 qu’il s’installe à Rennes et ouvre une boutique de « marchands de comestibles » au 8, de la rue aux Foulons. Il y réalise ses premières boîtes de petits pois et crée à Etel sa première confiserie de sardines (Follenfant : 1954). Mais c’est à Nantes qu’il prospecte pour trouver un fabricant de boîtes en fer-blanc : il s’adresse à Anselme, ferblantier rue de l’Echelle et à Flon, 2 rue Contrescarpe. Cette facilité à trouver à Nantes les fers-blancs venus d’Angleterre, a sans doute joué dans l’installation de Maurice Amieux à Nantes.

2Quand il arrive à Nantes, il y a déjà bon nombre de conserveurs installés : ils sont déjà dix sur la place de Nantes. Son installation se fait en association avec Benjamin Carraud sous forme d’une épicerie de demi-gros, 9 place du Commerce, en plein cœur de la ville. Ce dernier deviendra bientôt son gendre en épousant Virginie, la fille de Maurice Amieux.

  • 1 Carraud aurait-il tenté de s’assurer la domination dans l’Association sur les deux fils Amieux ? D (...)

3Maurice s’occupe de la fabrication et de la vente, pour cela il parcourt la France ainsi que ses fils Maurice et Emile. Après la mort de Jean-Maurice Amieux, en mars 1865, un acte civil est passé le 1er juin 1865, associant Maurice et Emile Amieux à Benjamin Carraud pour 3 ans. Le capital est alors de 300 000 francs, à moitié entre les deux parties. Les ateliers sont transférés de la place du Commerce (emplacement stratégique pour une entreprise commerciale, mais pas pour un établissement industriel) au 8 de la rue Haudaudine. La dissolution de l’Association intervient très vite, le 1er janvier 1866, pour des raisons inconnues1.

  • 2 Il semble que l’usine d’Etel soit allée à Carraud, dans le partage des biens après la dissolution.

4Une nouvelle société est alors créée entre les seuls frères Amieux en 1866 pour l’exploitation de l’usine de Nantes (légumes) et de Port-Maria, près de Quiberon (poisson)2.

5Deux sociétés utilisent le patronyme Amieux : Amieux-Frères, rue Haudaudine, « Carraud-Amieux », chaussée de la Madeleine.

  • 3 Grand Annuaire 1880. Almanach illustré pour toute la France et la Loire-Inférieure. Nantes, Morel.

6La maison Carraud-Amieux n’a pas une grande longévité : elle n’est mentionnée que jusqu’en 1902 dans les annuaires du commerce de Nantes3. La maison est alors installé à La Jaunaie, sur la commune de Saint-Sébastien au sud de la Loire depuis 1880.

7La société Amieux-Frères prend vite de l’expansion : en 1879, elle compte 6 usines : Paris (dès 1873), Chantenay, Les Sables-d’Olonne, Port-Maria, Etel, Concarneau, et a obtenu sa première médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris en 1878. En 1891, elle dispose de 8 usines (Paris, Chantenay, Périgueux, île d’Yeu, Saint-Guénolé, Douarnenez, Quiberon, Concarneau), la production atteint 6 millions de boîtes. En 1923, la Société possède 23 usines disséminées sur les lieux de production et sur le littoral atlantique.

Maurice Amieux

8Maurice Amieux, puis son fils Louis Amieux, sont des exemples tout à fait exceptionnels à Nantes d’un patronat attaché aux problèmes sociaux. Jusqu’en 1919, Maurice Amieux apparaît dans de nombreuses réalisations philanthropiques et son fils Louis sera perçu comme le digne continuateur de la tradition paternelle.

  • 4 En 1896, un Jean-Baptiste Amieux se présente aux élections municipales sans succès. Il est inscrit (...)
  • 5 La municipalité Grivaud sera marquée par des réalisations sociales importantes : dispensaires, can (...)

9Maurice Amieux, fils aîné de Jean-Maurice, a été à la base du développement de la Société. Installé à Chantenay, commune indépendante à l’ouest de Nantes, en 1865, il se trouve au cœur d’un espace ouvrier et industriel où la « ségrégation spatiale n’accompagne pas encore la distanciation des classes sociales d’une manière marquée » (Pinson : 1981). Le patron d’usine côtoie ici les ouvriers, mais ce sont les industriels qui dirigent la mairie jusqu’à l’avènement de la mairie socialiste Grivaud en 1900. Maurice Amieux, comme beaucoup d’autres industriels, est membre du conseil municipal en 1894, 18964, 1899 et en 1902 où, radical-républicain, il va appuyer le groupe socialiste lors des élections complémentaires. En 1904, il se retrouve à la tête du comité radical de Chantenay à côté de Grivaud5. Cet engagement politique, cet appui à un groupe socialiste, est unique à Nantes dans le monde du patronat. Il sera par ailleurs le seul industriel à refuser l’annexion de la commune de Chantenay par Nantes en 1908.

  • 6 Le Petit Phare, 13 septembre 1894. Débat avec Jean Jaurès. Congrès du POF. Cité in Pinson, op. cit

10Cet engagement politique se situe dans la perspective d’une entente, d’une collaboration entre patronat et classe ouvrière en vue de l’instauration d’un ordre social nouveau : « Ce que je déplore c’est qu’on vienne exciter l’ouvrier contre l’industriel, le paysan contre le propriétaire... Etudions les réformes à apporter, que nos députés s’en occupent et amènent la majorité à voter ces réformes qui tardent trop6. »

  • 7 Le Populaire, 3 avril 1919.

11Les activités politiques de Maurice Amieux prennent fin avec l’annexion de Chantenay par Nantes en 1908. Mais il reste toujours actif dans les réalisations philanthropiques : héritier de Guépin, Le Populaire, journal républicain salue en 1919 la mort de cet industriel qui symbolisait l’alliance du patronat et de la classe ouvrière « par les œuvres philanthropiques qu’il créa, l’emploi de l’hygiène sociale appliquée sous toutes ses formes, son dévouement à la cause de l’antialcoolisme, il avait su s’acquérir des droits à la reconnaissance de la classe ouvrière7. »

  • 8 Le Phare, 4 avril 1919 (journal conservateur).

12Maurice Amieux, membre de la Ligue antialcoolique, est à l’origine des restaurants de tempérance, fondés par le Dr Jouon. Il fut l’un des premiers à mettre en place pour les enfants des ouvriers de son usine une garderie scolaire en août 1917 ; les hommes sont sur le front, les femmes à l’usine : les enfants ne risquent-ils pas de tomber dans la délinquance s’ils sont abandonnés à eux-mêmes ? Le parc-garderie de La Chaumière est ouvert aux enfants des écoles communales et des écoles libres du quartier de Chantenay. Il reçoit de 500 à 600 enfants, placés sous la surveillance d’institutrices bénévoles. Les jours de pluie, ils sont conduits dans la salle de patronage en face du parc où ils peuvent assister à des séances de guignol et à « des auditions de phonographe qui leur donnaient l’occasion d’écouter, tête découverte, le chant national La Marseillaise ». Car Maurice Amieux fut un « fervent patriote et fit une belle guerre aux pessimistes, aux vaincus qui s’abandonnaient d’avance à la défaite »8. Il abandonna pendant la guerre de 1914-1918, l’intégralité des bénéfices des ventes au ministère de la Guerre et aux comités d’assistance aux prisonniers de guerre à des œuvres de bienfaisance créées en faveur des victimes de la guerre.

  • 9 Idem.

13La guerre finie, Maurice Amieux n’hésite pas à colporter la rénovation sociale dont il croit l’heure venue : « Il s’en alla chez les ouvriers qu’il aimait et qui l’aimaient, prêcher la bonne parole dans les réunions à la Bourse du Travail », et ses déclarations sont empreintes de paternalisme : « Mes enfants, je ne suis pas un de ces politiciens que j’exècre, je ne suis pas non plus un de ces capitalistes cramponnés à leur magot. Quand on a, comme moi, un pied dans la tombe, on n’a ni espoir ni besoin égoïste. Vous pouvez me croire, je dis la vérité » ; fidèle à ses idées de collaboration entre le patronat et la classe ouvrière, son programme prévoit « des heures courtes de travail mais bien remplies, des heures longues de repos mais bien employées dans une maison propre, saine et gaie », le problème de logement devient la clé de la paix sociale car « le repos hebdomadaire, la semaine anglaise », arraché au patronat, « n’auront d’effet bienfaisant que si l’ouvrier a sa maison dans son jardin9. »

Louis Amieux : propagande et organisation sociale

  • 10 La famille Merlant est dans la tannerie. André et Francis sont administrateurs délégués dans la ma (...)
  • 11 En 1926, elle devient une société anonyme.

14Louis Amieux gère l’affaire avec son frère Maurice et ses deux beaux-frères Merlant10. C’est alors une société moderne11 et la première entreprise alimentaire en France à s’équiper d’un laboratoire en 1921. Contrairement à son père, il ne participe pas à la vie politique de la cité (c’est son beau-frère André Merlant que l’on retrouve au Conseil municipal) mais tente par tous les moyens d’intéresser le patronat nantais aux questions sociales.

15Cet intérêt pour les questions sociales, il l’explique lui-même par son expérience d’employé qu’il a vécue pendant deux ans dans sa jeunesse, avec des « ressources limitées par l’esprit d’économie de ses patrons et par la prudente sagesse paternelle ». De retour à Nantes, il s’installe à Chantenay, quartier ouvrier et « c’est sur ce qu’il a vu, de cet état de choses dont sa raison s’est indignée et dont sa sensibilité a souffert » qu’il appuie sa conviction.

  • 12 Association industrielle, commerciale et agricole de l’Ouest.

16Ses idées, il les expose dans des réunions et dans des revues, telle Loire-Atlantique, revue de aicao12, et surtout Nantes-Social qu’il crée en 1922 avec l’aide de quelques patrons nantais. La revue paraît de 1922 à 1925 et est tirée de 1 000 à 1 200 exemplaires. Elle est envoyée gratuitement aux industriels de Nantes et de la région. Dans son premier numéro, Nantes-Social se présente. Elle s’adresse à « l’élite, gens sincères doués d’un bon sens naturel, probes de cœur et d’esprit, qui daignent réfléchir eux-mêmes ». Les principales rubriques en sont : les œuvres sociales, l’hygiène, la natalité, l’éducation, l’instruction, l’habitation et l’urbanisme, le travail, la lutte contre l’alcoolisme, le féminisme.

17Louis Amieux considère qu’il a une responsabilité morale, des devoirs vis-à-vis de ses ouvriers. Ses préoccupations sociales dépassent les initiatives propres au capitalisme « paternaliste » que l’on peut observer dans des entreprises nantaises, telles Lefèvre-Utile, la Biscuiterie nantaise. Louis Amieux n’hésite pas à faire campagne contre l’alcoolisme d’une façon originale : distribution de tracts à la sortie des usines, diffusion d’une affiche dont il est le créateur, mais aussi campagne contre les taudis, pour l’éducation, l’hygiène.

18Il multiplie sa participation à des œuvres sociales : président de la section nantaise de la Ligue nationale contre l’alcoolisme (où il prend la « succession » de son père), vice-président de l’Office central des œuvres d’hygiène sociale, dont il est le fondateur, membre du Comité de patronage de l’école de rééducation des mutilés, de la Société nantaise d’habitation à bon marché et de jardins familiaux, de la Société des foyers de la jeune fille, de la Société d’assistance aux prisonniers libérés et aux enfants malheureux et coupables.

19Il fut aussi un des promoteurs de l’organisation syndicale dans la conserve avec l’Union des syndicats français des fabricants de conserves de sardines et autres poissons, et le Syndicat des fabricants de conserves de Nantes dont il fut le président pendant vingt-sept ans.

20Ses idées, Louis Amieux s’efforce de les appliquer dans son entreprise. Pour le personnel, il crée un tennis, une bibliothèque, une salle de lecture, un billard et un dispensaire ; le parc de La Chaumière est utilisé comme cercle par le personnel ouvrier. Soucieux de l’enfance, il crée en 1920 une pouponnière près de son usine de la rue Chevreul réservée à ses ouvrières. Elle reçoit les bébés nourris au sein, pour encourager l’allaitement maternel. Ces pouponnières ou chambres d’allaitement, créées depuis 1917 dans les usines employant plus de 100 ouvrières, sont remises en question lors du 3e congrès des allocations familiales à Nantes en 1923 : le personnel ne les utilise pas, sauf rare exception, leur maintien est coûteux, Louis Amieux préconise de leur substituer une prime d’allaitement.

21En créant une garderie scolaire et une colonie de vacances, Louis Amieux entend lutter contre le vagabondage : il y voit la source de la délinquance et c’est « au bord du ruisseau ou le long des quais que grandit l’adolescent devenu précocement apache ou client de la correctionnelle ». Le parc de La Chaumière à Chantenay, où sont organisées la garderie et les colonies, passe sous le contrôle de la Société Amieux en 1923, il est doté d’une salle de cinéma éducatif en 1924 et d’un terrain de basket-ball. Constatant « l’insuffisance et le mauvais choix des aliments donnés par les parents à leurs enfants pour le déjeuner de midi, créant un état de débilité chez les enfants », une soupe chaude est distribuée « à discrétion » à ceux qui restent déjeuner et de la confiture l’après-midi. Les progrès en poids et en taille des enfants sont soigneusement consignés par l’infirmière du dispensaire.

22Enfin, quatre moniteurs du centre d’instruction physique de la 11e région dirigent les exercices de gymnastique respiratoire. La gestion du parc de La Chaumière est assurée par la surintendante attachée aux établissements Amieux. La surintendante, dont le poste a été créé pendant la guerre, est selon Amieux « l’ingénieur social » qui va organiser la vie des travailleurs : elle dirige les institutions annexées à l’usine et ainsi « l’usine devient dans une de ses parties le prolongement de la famille ».

23Quel fut le succès de ses institutions auprès du personnel ouvrier ? Echec de la pouponnière, succès de la garderie-colonie : 600 enfants en 1918, mais 300 en 1930 en raison de la création par la municipalité de crèches, dont deux dans le 7e canton. La garderie est réservée au personnel à partir de 1933. La participation du personnel est difficile à évaluer. II ne reste aucune archive écrite connue sur ces services. Seule la mémoire ouvrière pourra éclairer ce point.

24Mais le consensus qui avait profité à son père est bien fini, les différenciations sociales sont nettes et Louis Amieux est pris à partie dans le journal Le Populaire qui déclare « que La Chaumière tendrait à des fins politiques et cléricales sinon confessionnelles » et qu’il « était un de ces philanthropes qui font de la philanthropie à bon compte après avoir tiré des ouvriers et des ouvrières tout ce qu’il pouvait leur faire rendre ».

25Mais Louis Amieux va aussi être le porte-parole de la protection de la famille ouvrière et organiser des actions unilatérales sans concours de l’ouvrier dans lesquelles le caractère charitable disparaît au profit d’un service régulier. De la bonne condition matérielle et morale de la famille ouvrière dépend, pour une grande part, l’avenir de l’industrie française, elle est aussi la garantie de la paix sociale : « On sait que l’ouvrier payé satisfait de son sort est un producteur bon marché, l’ouvrier qui n’arrive pas à boucler son budget, dont les efforts n’arrivent pas à faire vivre les siens, est un mécontent... il faut à l’usine un personnel sain de corps et d’esprit : des familles vivant de l’usine, attachant leur sort au sien et dont les enfants viendront à leur tour dans ces ateliers où leurs parents auront trouvé le moyen de les élever non sans difficulté sans doute, mais néanmoins sans effort stérile. »

  • 13 Office central d’hygiène sociale.
  • 14 L’Association nationale de l’expansion économique s’occupe des problèmes économiques et sociaux. E (...)
  • 15 En novembre 1916, le Syndicat patronal de la construction mécanique organise avec le syndicat ouvr (...)

26Que ce soit à l’ochs13, créé en 1917, à l’anee14, Amieux se fait le défenseur de ses idées sociales. C’est au sein de l’anee, dont il est le vice-président en 1920, que naît l’idée d’une caisse de compensation15, qui prend forme avec la création de la crifo, Caisse régionale des institutions familiales ouvrières sur le modèle des caisses de Lorient et de Grenoble. C’est là qu’il répond aux industriels inquiets des grèves ouvrières en 1920 : « Construisez des logements. »

  • 16 En février 1923, dans Le Populaire, la CGT s’oppose « au sursalaire qui aggrave encore l’humiliati (...)

27Les organisations ouvrières, qui manifestent leur opposition au sursalaire16, sont exclues de la gestion des services. La commission mixte de surveillance prévue dans les statuts de la crifo, ne sera jamais mise en place. Pour l’anee, « le personnel ouvrier n’a pas une idée suffisamment complète de la solidarité », et ne peut être qu’un obstacle à l’organisation d’œuvres collectives : cette défiance se retrouve dans la création des restaurants ouvriers. L’anee prend contact avec l’Association nantaise des restaurants à bon marché, dirigée par Mme de Clerville (Rizerie Levesque) et qui est une création de la Ligue antialcoolique dirigée par Louis Amieux, et avec l’Union des coopérateurs accusée en février 1920 de devenir des centres de propagande socialiste. La situation de l’Association nantaise des restaurants à bon marché n’est guère meilleure, elle sombre dans les problèmes financiers faute de souscripteurs.

28Le démarrage de ces organismes patronaux est lent : à la crifo il n’y a que 22 maisons adhérentes en 1922. Louis Amieux constate qu’il existe dans certains milieux patronaux une indifférence regrettable et préconise l’organisation privée des allocations familiales avant qu’elles ne soient imposées par le gouvernement. En 1928, face à cette inertie, et à l’inégalité choquante qu’elle entraîne pour les familles ouvrières, et qui risquerait de provoquer l’intervention de l’État, la Chambre de commerce lance un appel dans la presse aux industriels et commerçants non adhérents mais sans succès.

  • 17 Mme Maurice Amieux dirige une crèche, rue Linné.

29La crifo offre une série de services à ses adhérents qu’elle finance mais dont elle délègue la gestion à l’ochs Tous ces services sont marqués par les idées que Louis Amieux a développées dans sa revue : protection de la famille, protection de la maternité et de l’enfance, lutte contre l’alcoolisme. La réalisation la plus spectaculaire est la création de la maison de Gesvres, près de Nantes, à Treillières : ce domaine a été offert par Eugène Guillet de La Brosse, membre du Conseil d’administration des ateliers et chantiers de Bretagne, adepte des principes chrétiens de La Tour du Pin et de Albert de Mun. Inaugurée par le ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale, M. Strauss, en 1923, la maison de Gesvres est, sur une proposition de Louis Amieux, une maison de repos pour les enfants de 6 à 13 ans réservée aux adhérents de la crifo. On retrouve dans le conseil de direction, le donateur, Louis Amieux et Mme Maurice Amieux17.

30L’ochs, dont Louis Amieux fut le promoteur, est créé pour organiser méthodiquement la défense contre la tuberculose, elle étend rapidement ses compétences à tout ce qui touche la prophylaxie : taudis, alcoolisme, hygiène. Loin des « ingérences à l’administration », elle veut donner une cohésion aux œuvres à la fois publiques et privées : Société de crèches, Union des Femmes de France, Société nantaise des habitations à bon marché et des jardins ouvriers, ligue antialcoolique... (19 sociétés sont affiliées en 1931). A partir de 1923, elle contrôle l’Ecole des infirmières visiteuses.

31Plusieurs projets lancés par Louis et Maurice Amieux seront des échecs faute de soutien réel des industriels nantais, qui restent parcimonieux dans leur participation financière.

32Deux tentatives sont faites au niveau du logement à Nantes. En décembre 1919, la Société anonyme d’habitation à bon marché et de jardins ouvriers est créée. Elle regroupe 36 industriels et possède un capital de 600 000 francs, avec lequel elle acquiert trois domaines : La Classerie, 18 hectares sont utilisés momentanément en cité de jardins ouvriers en attendant d’être la première cité-jardin de la société ; Bellevue, 22 hectares et La Crémetterie, 19 hectares. Faute de capitaux, aucun de ces domaines ne verra la réalisation de la cité-jardin modèle où « autour d’un logis aéré et exposé à l’action bienfaisante du soleil, un jardin donnera à chaque père de famille le moyen d’utiliser ses loisirs sainement et avec profit, entouré de ses enfants qui y trouveront plaisir et santé. »

33En 1923, une seconde tentative de création de logements est faite pour les jeunes filles, s’appuyant sur l’exemple de réalisations de l’œuvre des Foyers féminins de France, à Paris. La Société immobilière du foyer de la jeune fille offre la particularité d’être une société par actions : le capital est composé de 1 500 actions vendues 100 francs aux employeurs de main-d’œuvre féminine « qui ont le plus grand intérêt à la santé morale et physique du personnel qu’ils emploient ». Louis Amieux en est le principal actionnaire avec 60 actions. Le projet consiste en un hôtel « pour protéger les jeunes filles de la promiscuité et des loyers abusifs », il comprend 60 à 80 chambres et sera un « home » pour les jeunes filles, loin des distractions malsaines. Le projet est ambitieux : court de tennis, serre, bibliothèque, salon... et trop coûteux : l’association ne possède que la moitié des fonds nécessaires. En septembre 1924, la dissolution est prononcée faute de fonds, malgré le choix d’un projet plus restreint, après le refus du prêt sollicité auprès de la Caisse de dépôts et consignations.

34Un projet va trouver réunis les deux frères Louis et Maurice : il s’agit du centre ménager familial destiné à « éduquer les jeunes filles à leur future responsabilité de femme et de mère, car la femme ne sait utiliser ni son propre salaire, ni celui de son mari, d’où les prétextes aux mécontentements sociaux ». Fondé à Chantenay en 1928 par les frères Amieux, sous les auspices de l’Institut familial, le centre s’installe à Nantes. 35 industriels y adhèrent et 21 sont souscripteurs.

35Il reçoit par roulement 20 à 24 femmes, ouvrières et employées, pendant quatre semaines. La formation comprend « les notions essentielles que doit posséder une mère de famille, une bonne maîtresse de maison » : puériculture, médecine pratique, économie domestique, éducation familiale ainsi que des exercices de coupes, cuisine, raccommodage, repassage. Elle est assurée par des professeurs de l’Institut familial de Paris.

36Pendant la formation, l’entreprise continue à verser leurs salaires aux femmes, et 300 francs au centre pour chaque élève.

37Dès la première année de fonctionnement, Maurice Amieux constate qu’il n’a pas trouvé tous les concours qu’il espérait « que quelque hésitation ait pu se manifester au début, qu’un certain scepticisme ait rendu circonspectes les bonnes volontés en puissance, nous nous y attendions. Mais qu’au bout d’un mois ou deux d’expérience et malgré les surprenants et incontestables résultats acquis, le comité directeur se soit heurté à une force d’inertie, à une résistance aussi déconcertante. C’était là, messieurs, de quoi décourager les ténacités les mieux accrochées !... Ce n’est que grâce à un petit groupe de convaincus qui, sans marchander, nous ont donné leur concours matériel et moral que l’année a pu s’achever ». Le petit groupe de convaincus comprend les Forges de Basse-Indre, les Forges de Pontgibaud de Couëron et la Cie bordelaise de produits chimiques qui ont « donné » 30 ouvrières nécessaires pour l’année 1928.

38Malgré ces mauvais résultats, l’expérience est poursuivie ; en 1930, le centre reçoit 105 ouvrières et 6 employées, envoyées essentiellement par J. Carnaud à Basse-Indre, 17 ouvrières, et les Forges de Basse-Indre, 16 ouvrières, Amieux et la Biscuiterie nantaise envoient 9 ouvrières chacun.

39Louis Amieux a tenté d’influencer, à travers les organisations patronales, les industriels nantais dans le sens de la réforme sociale, mais sans succès. Ils résistent, repliés sur leurs intérêts particuliers doutant de l’efficacité de ses actions, des cours d’économie familiale pour les ouvriers notamment.

40Cependant, Louis Amieux n’a pas été le seul défenseur des idées sociales. Au sein même de la société, son frère Maurice, et son beau-frère André Merlant prennent part à des actions, défendant les mêmes idées. Des réalisations sont faites dans d’autres entreprises : J. Carnaud, la Cie des Batignolles qui après la visite de son directeur aux usines Renaud, veut établir un restaurant ouvrier identique à celui qu’il a pu y observer.

41Louis Amieux reste un exemple tout à fait exceptionnel par ses tentatives de création et de coordination des efforts, soutenu par une propagande continue. Présent dans toutes les grandes structures crifo, aicao, il n’arrive cependant pas à y imposer ses idées.

42La tentative de diffusion de ses idées avec la revue Nantes-Social aura-t-elle eu un effet ? On peut en douter. L’expérience est brève et marque les limites de la possibilité de mobilisation d’un groupe d’industriels autour de la question sociale.

Communication orale

43m. perissere – C’est à la partie historique de la conserverie à Nantes que je me suis attachée. Mon premier objectif a été d’identifier géographiquement et socialement les premiers entrepreneurs. A l’origine, on trouve des hommes déjà installés dans le tissu industriel alimentaire (restaurateurs, confiseurs, fabricants de salaisons...), mais aussi des contremaîtres d’entreprises liées à la conserve, par exemple, joignant leurs capitaux dans la création de sociétés ; parmi les associés figurent également des professionnels du port : capitaines au long cours et négociants. L’élargissement du capital passe par les réseaux familiaux. L’industrie de la conserve permet le développement, à Nantes, d’industries complémentaires, comme la ferblanterie. Elle se lie aussi à d’autres secteurs industriels dans la mesure où la conserve est une activité saisonnière. Par exemple, on trouvera des conserveurs fabricants de salaisons jusqu’à ce que l’armée, vers 1880, principal client, abandonne les salaisons au profit du bœuf bouilli en boîte.

44Sur le plan géographique, ces sociétés s’implantent à Nantes dès le milieu du xixe siècle, puis vont s’étendre au littoral breton et vendéen. A partir de 1881, en raison de la disparition de la sardine de la côte bretonne, elles s’exilent au Portugal, plus tard au Maroc. Un aspect intéressant de ce secteur industriel est son insertion dans la vie politique municipale. A Nantes, seuls le grand négoce et les professions du port sont représentés à la Chambre de commerce et au conseil municipal. Les conserveurs, eux, vont participer à la politique municipale d’une commune avoisinante, Chantenay, aujourd’hui absorbée par Nantes.

45Pour illustrer cette politique, je vais reprendre le cas d’Amieux, thème de la communication. Le premier Amieux arrive à Nantes en 1855, mais c’est surtout son fils Maurice qui va développer l’affaire familiale et une politique sociale. Il se fera élire au conseil municipal de Chantenay. Cas exceptionnel dans le patronat nantais, il s’allie aux socialistes lors d’élections. Cependant, il laisse essentiellement l’image d’un patron qui a réussi, puisque Amieux compte 18 usines à la fin du xixe siècle, et c’est l’une des seules qui subsiste à Nantes à la fin des années 60. Il n’a d’ailleurs pas hésité à licencier du personnel quand ses intérêts étaient en jeu. Son successeur, Louis, représentera mieux les idées philanthropiques du patronat social de la fin du siècle, avec la création du parc de La Chaumière, d’une garderie modèle pour les enfants des ouvrières. Très vite, je voudrais mettre en garde contre certains ouvrages écrits sur les conserveurs, car ils donnent d’eux une vision un peu mythique. La chronologie de leur installation à Nantes et sur le littoral est fausse ; la topographie de leur implantation l’est également. Les conserveurs n’étaient pas exclusivement installés à Chantenay, mais répartis sur tout le territoire nantais, ce que confirment les almanachs et les annuaires de l’époque.

46Enfin, je voudrais aborder le problème des sources. Elles sont multiples : archives municipales, départementales, centres de documentation du mouvement ouvrier. Pour nous, le principal problème a été de retrouver les archives des sociétés, la plupart d’entre elles ayant été rachetées par de grands groupes à partir des années 50. La seule qui reste est la Société Saupicquet-Cassegrain. Aujourd’hui, Amieux appartient à la coopérative agricole Cana. Lors du rachat, certaines de ses archives ont été détruites, d’autres ont été gardées mais ce sont surtout les comptes rendus de conseils d’administration, et très peu de documents sur le personnel et les œuvres sociales. Le dernier P.-D.G. d’Amieux est d’ailleurs parti, en 1967, en emportant une partie de ces archives. Nous espérons en retrouver certaines traces à la Société Buitoni qui a racheté la marque Amieux en 1973.

Discussion

47y. lamy – Je voudrais poser une question concernant Maurice Amieux saint-simonien. Dans votre communication, qui m’a beaucoup intéressé, vous le citez : « Ce que je déplore, c’est qu’on vienne exciter l’ouvrier contre l’industriel, le paysan contre le propriétaire », etc. Je suis étonné de voir cet homme adhérer à des thèses socialistes, alors qu’en fait il est plutôt proche de ce qu’on pourrait appeler le catholicisme social. Et comment cette prise de position, où il semble prôner une sorte de consensus social, est-elle compatible avec la tradition saint-simonienne ? Je trouve que c’est un débat intéressant, parce que ce patronat est tout à fait différent de celui qu’on connaît d’habitude.

48m. perissere – Nous avons peu de documents sur les positions de Maurice Amieux en dehors d’articles de journaux et de quelques éléments d’archives. Cependant, on se rend compte qu’il était isolé en tant que saint-simonien, et qu’il existe certaines contradictions entre ses paroles – rapportées par la presse, il est vrai – et son appartenance politique.

49f. sigault – Je voulais abonder dans le même sens à propos de patrons comparables. Je pense à Ternot, au tournant des xviiie et xixe siècles. Ternot, industriel du textile, créateur du châle de cachemire, et qui licencie ses ouvriers en 1830 pour qu’ils puissent aller sur les barricades. Ternot, ayant menacé d’abandonner son titre de baron, sous Louis xviii, si le gouvernement persistait dans son intention de ranimer la vieille coutume rendant le titre de noblesse incompatible avec une activité économique. Et puis, Gaudin à Guise, avec son familistère naturellement. Le seul point sur lequel je serais peut-être en désaccord, c’est que si ces positions nous paraissent contradictoires aujourd’hui, elles ne l’étaient peut-être pas autant pour eux à cette époque. Il se peut que les doctrines aient été moins bien définies. Ce patronat social, qu’on découvre d’une manière pointilliste, était peut-être plus répandu qu’on ne le croît. Ce n’est pas parce qu’un patronat est socialiste que c’est un patronat social. Un patronal social a un sens très précis, cela veut dire des crèches, des jardins ouvriers, des maisons, etc. Et ici, vous ne parlez pas tellement de cet aspect-là.

50m. perissere – Le développement d’une politique sociale se fait surtout à partir de la prise en main de la société par Louis Amieux, dont on ne peut pas dire qu’il ait été socialiste, c’est au contraire un patron très conservateur.

51p. durupt – Dans les vallées textiles des Vosges du Sud, dans la haute vallée de la Moselle, on rencontre ce paternalisme envers les ouvriers dès les années 1860. C’est un fait absolument général. Que l’entreprise soit grande ou petite, que le patron soit catholique ou protestant, qu’il soit socialiste, non, mais républicain certainement, les exemples foisonnent. Partout les mêmes crèches, les mêmes œuvres sociales, jusqu’à la couronne mortuaire qui est la même. De la naissance au cimetière, on est bercé par le paternalisme.

52m. perissere – Le cas de Louis Amieux est intéressant car il est un des seuls patrons de la conserve à avoir poussé aussi loin les pratiques sociales. En 1921, il crée d’ailleurs une revue Nantes- Social dans laquelle il diffuse ses idées et fait de la publicité pour sa marque (il a été aussi un grand publicitaire). En 1924, sur une idée lancée par un concurrent, Cassegrain, et à l’occasion du centenaire de la création de l’industrie de la conserve, il crée un musée des industries nantaises. Ses idées sociales étaient aussi un moyen de se faire une réputation sur le terrain nantais par rapport aux autres industriels.

53g. ribeill – Je suis un peu choqué qu’on qualifie Maurice Amieux de saint-simonien. Il est né en 1839, donc vingt ans après la disparition du mouvement en France. Si on définit le saint-simonisme par une certaine vision de projets, d’équipements collectifs, je n’en retrouve pas trace dans les initiatives de Maurice Amieux. Comme tant d’autres à cette époque, c’est un patron social qui a des idées humanitaires.

54d. idrissi – Oui, ce type de gestion sociale était largement pratiqué par certains patrons. Chez Adolphe Lafont, par exemple, avec la même référence idéologique, on accordait des congés payés sous forme de demi-journées cumulables. Mais les motivations sont complexes. Ce pouvait être, par exemple, pour fixer les ouvriers qui passaient finalement d’une usine à l’autre, avec la promesse d’un petit bonus, notamment à l’échelle du quartier.

55p. salmeron – On aborde là un aspect intéressant de la typologie patronale. Dans la vallée de la Nièvre dans la Somme, par exemple, on a affaire à un patronat qui a une vision plus large de son rôle. Il mène une politique sociale au niveau de la main-d’œuvre et de la commune, mais il s’intéresse également à la recherche et au progrès technologique. Sa politique commerciale ne se borne pas à la recherche d’un profit à court terme, mais planifie la production sur plusieurs années. C’est un patronat qui sait perdre, momentanément. En période de crise, il ne licencie pas tant qu’il peut, car il sait qu’ensuite il ne retrouverait pas de personnel qualifié. Il tient, bien sûr, un discours idéologique, mais son but n’est pas social, c’est l’exercice d’une gestion savante et prospective de son avenir. Et sur le plan local, l’intérêt peut le conduire à passer des alliances politiques avec les socialistes. Il ne faut pas se leurrer sur le patronat social.

56ph. mairot – En vous écoutant parler de cette question du patronal social, un problème m’embarrasse, c’est celui des sources. On n’aborde souvent le patronat social qu’avec des sources d’inspiration patronale, architecture et textes, parce que seuls les patrons ont eu la possibilité de s’exprimer. On prend pour argent comptant des textes d’intention qui ont le même statut que ceux de Jules Verne ou de ceux qui réfléchissent dans leur laboratoire à une chimie sociale. Pour passer d’une problématique d’historien à une problématique d’anthropologie générale, il faut confronter ces textes à ce qui s’est effectivement passé dans les ateliers, les cités ouvrières. Quelle est la réalité ? Entre l’organisation scientifique de la vie et la vie réelle, entre le fantasme du patron et le quotidien des gens, avec tous les bricolages imaginaires, il existe un fossé qui, au niveau des sources est difficile à mesurer.

57m. perissere – Vous avez tout à fait raison. Il est souvent difficile de traiter de cette dimension. Pour ma part, dans le cas d’Amieux, j’ai pu disposer de ce journal Nantes-Social, conservé dans des centres de documentation de Nantes ; de rapports municipaux puisque les garderies et les crèches étaient souvent subventionnées ou aidées par la municipalité ; des rapports d’enquêteurs sur le nombre d’enfants reçus, leur accueil, l’état des lieux, les améliorations à apporter. Mais des réactions de la population ouvrière qui a fréquenté le parc de La Chaumière, on ne sait rien, il n’y a pas de documents écrits. Et comme ces faits remontent aux années 20-30, il n’y a plus de témoins vivants pour rendre compte de ce qui a été vécu du côté des ouvriers et du fonctionnement réel.

58n. gerome – Avec les archives des services sociaux municipaux, il faut peut-être procéder comme en archéologie, c’est-à-dire découvrir quelle trace une activité a pu laisser sur tel ou tel type de document. Je pense que les rapports des préfets peuvent aussi donner des pistes, les rapports de police et les règlements d’usine sur les comportements de travail.

59m. perissere – Les archives de préfecture sont effectivement, une source possible, mais à Nantes, la série des archives sociales est très pauvre.

60y. lamy – D’une façon générale, ce sont des pistes parfois fécondes. Les règlements d’usine, d’atelier, les livres d’amendes sont très significatifs, car ils permettent de relativiser certaines assertions patronales quant aux pratiques réelles dans l’usine. Les règlements de cité aussi renseignent sur la politique d’attribution des logements. Nous ne sommes tout de même pas en plein désert. Et peut-être y a-t-il de notre part une certaine méconnaissance de travaux d’historiens, comme l’ouvrage de Chaline sur la bourgeoisie de Rouen, celui de Roux – pas encore publié – sur Mulhouse, etc.

Bibliographie

Références bibliographiques

Follenfant, septembre 1954. Questionnaire de L’Aurore.

Paillat C, 1980. « Les dossiers secrets de la France contemporaine », Laffont, T. 1, p. 365.

Pinson D., 1981. « L’Annexion de Chantenay à Nantes, ou la fin d’un espace autonome », thèse de doctorat.

Notes

1 Carraud aurait-il tenté de s’assurer la domination dans l’Association sur les deux fils Amieux ? Dans les annuaires du commerce pour l’année 1866, et dans l’Almanach du commerce de Nantes et de Loire-Inférieure, l’association n’apparaît que sous le nom de Carraud.

2 Il semble que l’usine d’Etel soit allée à Carraud, dans le partage des biens après la dissolution.

3 Grand Annuaire 1880. Almanach illustré pour toute la France et la Loire-Inférieure. Nantes, Morel.

4 En 1896, un Jean-Baptiste Amieux se présente aux élections municipales sans succès. Il est inscrit en 1891 dans l’Annuaire nantais en tant que conserveur jusqu’en 1904.

5 La municipalité Grivaud sera marquée par des réalisations sociales importantes : dispensaires, cantines et groupes scolaires, etc.

6 Le Petit Phare, 13 septembre 1894. Débat avec Jean Jaurès. Congrès du POF. Cité in Pinson, op. cit.

7 Le Populaire, 3 avril 1919.

8 Le Phare, 4 avril 1919 (journal conservateur).

9 Idem.

10 La famille Merlant est dans la tannerie. André et Francis sont administrateurs délégués dans la maison « Amieux-Frères ». La tannerie et la conserverie sont liées puisque la tannerie utilise l’huile de sardine pour le travail des peaux.

11 En 1926, elle devient une société anonyme.

12 Association industrielle, commerciale et agricole de l’Ouest.

13 Office central d’hygiène sociale.

14 L’Association nationale de l’expansion économique s’occupe des problèmes économiques et sociaux. Elle prend le nom d’aicao, Association industrielle commerciale et agricole de l’Ouest en 1921, sur le modèle des autres régions.

15 En novembre 1916, le Syndicat patronal de la construction mécanique organise avec le syndicat ouvrier, une commission mixte pour l’organisation de la « vie chère », et fait la proposition d’une caisse alimentée par apport patronal, l’idée ne sera pas suivie. Par contre, la municipalité de Nantes applique le sursalaire familial depuis 1908.

16 En février 1923, dans Le Populaire, la CGT s’oppose « au sursalaire qui aggrave encore l’humiliation de l’exploite par le fait qu’il détruit chez lui la pensée que son seul travail assure l’existence de son foyer ».

17 Mme Maurice Amieux dirige une crèche, rue Linné.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540