Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

I. Le système technique et les savoirs

Les taillandiers de la Fure1

Isabelle Lazier

Texte intégral

Communication écrite

  • 1 Cf. aussi l’article « Les taillandiers de la Fure », N. Barthélemy et I. Lazier, Terrain n° 6, 1986 (...)

1Avant tout développement, il convient de replacer l’étude menée sur la filière métallurgique dans le nord du département de l’Isère, à travers l’exemple des taillandiers de la Fure, dans le contexte intellectuel qui a permis son émergence.

2En 1981, Jacques Vallerant alors directeur de l’écomusée Nord-Dauphiné, entreprenait avec l’aide d’une petite équipe scientifique, l’analyse et la saisie d’un territoire en croisant la réalité industrielle vécue avec la mosaïque d’expressions de l’identité locale dans laquelle ressortait la prégnance attestée de savoir-faire. Selon une problématique construite dans un souci de connaissance ethnologique, a été affinée une grille d’interrogation scientifique face à des réalités qui ne pouvaient seulement se résumer à un ensemble de conduites calquées sur les modèles économiques et techniques du moment.

3Les travaux d’historiens, de géographes, d’économistes décrivaient les diverses modalités et interactions conjuguées du développement micro-économique local. Nous pouvions alors nous consacrer aux problèmes de représentation du travail à travers l’identité sociale et culturelle des acteurs impliqués.

Hypothèses

4A travers les différentes filières technologiques propres aux deux arrondissements du Nord-Isère, nous avons opté pour la prise en compte privilégiée des savoir-faire à l’œuvre, de façon traditionnelle, renouvelée ou totalement innovante : à travers eux, se trouve saisie la relation entre technologie et société, de même que les principaux exemples de maintien ou d’effondrement de l’identité sociale locale.

5Les hypothèses suivantes ont été posées : un savoir-faire, dans le contexte industriel actuel pas plus que dans celui de la société rurale préindustrielle, ne peut exister de façon techniquement et culturellement autonome : il s’intègre toujours à la logique d’une chaîne opératoire. Celle-ci est susceptible d’être décomposée en une succession d’actes élémentaires de transformation dont les modalités d’assemblage en forment son système (cf. Leroi-Gourhan).

6Les arrangements spécifiques internes fondant ces chaînes opératoires circonscrivent des univers techniques, des cultures techniques, elles-mêmes en adéquation, ou en rupture, avec les milieux sociaux et culturels qui les portent, les fondent, les engendrent, ou bien les rejettent.

7Construire l’histoire de la pérennité, des renouvellements, de la transformation ou de la disparition d’un savoir-faire au sein d’une filière technologique, c’est mettre en évidence sa position dans le système culturel dont il relève.

8Mais, plus encore, cette mise en évidence passe par l’analyse systématique, et ethnographiquement conduite, des modalités de gestion d’un savoir-faire, ainsi que des relations historiques que celui-ci entretient avec ceux qui l’entourent, l’ont précédé, ou lui succéderont.

Saisie ethnographique de la filière métallurgique : l’exemple des taillanderies

9La vallée de la Fure connaît depuis le haut Moyen Age une diffusion d’activités artisanales reposant sur l’usage de l’énergie hydraulique. Au cœur de celles-ci, la métallurgie place la province dauphinoise en tête des producteurs français d’acier jusqu’à la fin du xviiie siècle. Les ateliers de taillanderies fournissent aux forgerons une activité de complément, assurant la transformation en outil, du fer de seconde qualité. Il faut attendre le début du xxe siècle pour que la taillanderie prenne à son tour un essor industriel, et supplante peu à peu les aciéries de seconde fusion.

10Dans la conscience micro-locale, le savoir-faire est là, qui fait partie d’un environnement quotidien, mais celui-ci est confronté à la rationalité économique de la production. Hier filière à caractère artisanal, la taillanderie fournit aujourd’hui des connaissances et des gestes qui s’intègrent à des processus de production actuels. Usines ultramodernes de forgeage et de matriçage à la presse coexistent avec des ateliers traditionnels de forgeage à la main. Le maintien en activité d’une chaîne de fabrication qui n’est pas sans rappeler le travail au martinet hydraulique attesté dès le xie siècle, témoigne de la valeur et de l’importance conférée aux savoirs techniques, et à la mentalité spécifique, qu’il nous restait à apprécier.

Apprentissage et transmission du savoir

11Au centre de la chaîne opératoire se trouve le platineur. Son travail conditionne le rythme et la qualité des productions de l’atelier. D’un plat d’acier, il façonne n’importe quelle forme d’outils. Son art ne s’enseigne pas à l’école, aussi un ouvrier désireux d’apprendre le métier se place comme apprenti à l’usine, dès la sortie de l’école, à 16 ans. Il occupe d’abord un emploi peu qualifié, chauffeur, chargé d’enfourner les pièces, puis il est ensuite affecté à des travaux de finition, tel le planage, ou le redressage. Il aura soin d’observer attentivement les différents gestes du forgeron. « M. Charton, aujourd’hui platineur, est rentré à l’usine à 16 ans. Tout d’abord chauffeur, le platineur lui a montré quelques trucs pour ébaucher, étirer une lame. A son retour de l’armée, il travaille sur le marteau, ses premiers outils forgés ont été des haches. Quelques années plus tard, il réalise des béchards, aujourd’hui, il est le seul à savoir forger des tenailles, outil entre tous délicat à réaliser. C’est l’amour de son travail, dit-il, qui lui a permis d’acquérir une telle qualification. Il en retire quelque fierté, et assure ne pas vouloir changer de métier malgré la pénibilité de celui-ci. »

12Les témoignages rapportent qu’autrefois l’apprentissage était difficile, les discriminations fréquentes entre les vieux ouvriers peu soucieux de transmettre leur savoir, et les jeunes avides d’apprendre. « Bruno Feydel, platineur, rapporte qu’au début de son apprentissage les vieux forgerons montraient le contraire, ou bien refusaient que l’on se serve de leur marteau. Certaines fois le patron devait intervenir et obliger les platineurs à enseigner le métier aux jeunes. »

13Cette rétention du savoir dénote de la conscience qu’avaient les platineurs d’appartenir à une élite, très soucieuse de protéger ses privilèges. Seuls ceux qui avaient surmonté les épreuves par leur ténacité et leur intelligence pouvaient être admis parmi les meilleurs. Pour tous, l’entrée à l’usine était marquée par des farces plus ou moins agréables. « L’apprenti se baladait toute une journée, lourdement chargé, d’un poste à l’autre de l’atelier à la recherche de la forge neuve... » « Des œufs gobés par les anciens, étaient remplis d’eau, ou d’un autre liquide, puis écrasés sur la tête des apprentis. » Ou bien encore, les jeunes étaient tenus de boire plusieurs litres de vin en continu... (témoignages recueillis aux Forges et Taillanderies de Charavines).

14C’est pourtant à l’obstination de l’apprenti, à apprendre, à s’exercer en dehors des heures de travail, que le contremaître devine un futur platineur. En effet, ne devient pas platineur qui veut. Les aptitudes requises sont nombreuses : intelligence, oeil exercé, confiance en soi, coordination des mouvements, et surtout une volonté farouche. Plusieurs années sont nécessaires à la maturation d’un bon platineur. En trois ans, il est capable de forger une ou deux sortes d’outils, en cinq ans son champ s’élargit, mais il faut attendre quelque dix années de pratique pour qu’il sache répondre à n’importe quelle demande du contremaître. Toutefois, chacun possède une spécialisation. Marius Tamini, 58 ans, platineur aux f.t.c., préfère forger de gros outils, tels les haches, les béchards, les binettes... Le travail est certes plus pénible, mais présente des difficultés moindres par rapport au façonnage d’instruments plus fins, comme les serpes, les faucilles... Il forge environ 300 binettes par jour, 150 béchards à deux dents, 100 à trois dents...

15Au sein de l’atelier, une nette admiration transparaît dans les propos des ouvriers pour le travail du platineur. Beaucoup auraient souhaité l’être, mais avouent la difficulté d’apprentissage. Sans amertume, M. Blanc-Mathieu, redresseur, décrit l’habileté et la finesse du travail de forgeage. Pourtant les difficultés qu’il a rencontrées à l’apprentissage de celui-ci, l’ont poussé à choisir un poste différent. Certains attribuent leur échec au peu de temps dont dispose le platineur pour former l’apprenti. Celui-ci perçoit en effet, outre un salaire fixe, une prime de rendement calculée sur le supplément d’outils forgés au quota fixé.

16Pendant la période de croissance des taillanderies, 1890-1914, le recrutement des ouvriers s’effectue selon deux schémas. Un recrutement local, sur les communes alentour, un recrutement extra-régional. Ce dernier a pour but essentiel d’accueillir au sein de l’usine, des ouvriers hautement qualifiés, détenteurs de secrets de fabrication appris dans les ateliers concurrents. Il semble que cette main-d’œuvre mobile ait contribué beaucoup à l’évolution des types de fabrications, et à la mise en œuvre de procédés nouveaux.

17L’origine de ces maîtres-ouvriers, autrement appelés compagnons, est diverse. Le plus souvent, ils viennent de la grande surface du département, ou des régions proches, Savoie, Haute- Savoie, Loire... A l’exemple de M. Alesina, forgeron de La Chapelle-du-Bard, Savoie, ils se déplacent parfois avec leur famille, et sont logés à l’usine dans des appartements qui leur sont réservés. Ils travaillent à façon, à l’image des artisans, se chargeant de l’exécution de la commande pour toutes les opérations de forgeage. Le compagnon est alors son propre « patron » dans l’atelier, c’est lui qui rétribue le chauffeur sur le salaire qu’il perçoit pour la réalisation des séries. Embauchés à l’usine pour une période plus ou moins longue, selon l’offre et la demande, ces ouvriers acquièrent une expérience et une qualification professionnelles qui les placent en deçà du monde ouvrier dans lequel ils se fondent peu.

18Parallèlement, l’essentiel de la main-d’œuvre de l’usine est recruté sur place. Le patron embauche en priorité les enfants des ouvriers. A cela, plusieurs raisons. Il s’assure ainsi d’une certaine cohérence dans son personnel, d’une stabilité professionnelle intéressante dans un atelier où peuvent se succéder deux ou trois générations d’ouvriers d’une même famille. Aujourd’hui encore, aux Forges et Taillanderies de Charavines, deux platineurs sont issus d’une lignée de forgerons « maison ». Mais ces ouvriers « recommandés » sont aussi pour le patron une assurance que la transmission du savoir, l’apprentissage, s’opérera dans de bonnes conditions.

19La fidélisation de la main-d’œuvre est moins nette aujourd’hui que pendant la première moitié du xxe siècle. Pourtant l’environnement rural des taillanderies contribue largement à maintenir un personnel fixe, très souvent pluriactif, dont la mentalité est, selon l’expression même du directeur de l’usine, particulièrement « bonne ».

Communication orale

20Cette étude a été faite dans le cadre institutionnel de l’écomusée Nord-Dauphiné et a démarré en 1982. L’écomusée a conduit sur son territoire de référence une étude sur les savoirs techniques. Savoir-faire artisanaux, bien sûr, savoir-faire liés à l’agriculture et aux activités connexes, mais aussi savoir-faire industriels, savoir-faire textiles, avec un maillage important d’usines, d’ateliers de façonniers travaillant en symbiose avec la fabrique lyonnaise. Savoir-faire papetiers, savoir-faire liés à l’extraction de la pierre et la richesse immense du bassin carrier de Montalieu, qui a fourni en pierre calcaire l’agglomération lyonnaise pendant le xixe siècle. Savoir-faire liés à la fabrication des métaux, enfin, qui ont particulièrement retenu notre attention, et sur lesquels nous avons travaillé. L’objectif était d’étudier, après les avoir individualisées, les filières industrielles en place à travers une saisie des techniques et une approche ethnographique des groupes sociaux constitués autour de ces filières. Il s’agissait de vérifier l’hypothèse qu’une tradition technique engendrait des comportements humains spécifiques. A cet égard, la filière métallurgique présentait diverses dimensions, technique, économique, culturelle où semblait prévaloir une certaine cohésion. Une plongée bibliographique sommaire, mais surtout des contacts personnels sur le terrain et dans les entreprises nous ont amenés à faire porter l’objet de notre étude sur la taillanderie, filière spécifique au sein de la métallurgie de transformation, reconnue comme telle dans les travaux des ethnologues, mais définie dans les principaux repères économiques officiels, comme les annuaires de la chambre de commerce, le compas, etc., sous l’intitulé de « Forge et forgeage de pièces métalliques ».

21La réalisation de cette étude et sa construction intellectuelle se sont faites en associant de manière complémentaire des enquêtes de terrain et des recherches documentaires. A titre indicatif, je vais vous citer les différentes catégories de sources auxquelles il a été fait appel : les monographies d’érudits locaux, nombreuses au xixe siècle, les travaux d’histoire économique et sociale, dont des ouvrages de grande qualité publiés par des historiens, comme Pierre Léon et toute l’école qui tourne autour du centre lyonnais d’histoire économique et sociale. Des ouvrages techniques et d’histoire des techniques, abondants sur la métallurgie, comme le travail qui a été fait autour du Musée du fer, ou ceux de Bertrand Gilles, et plus récemment de Jean-François Bellost. Les travaux d’économie du changement et de géographie humaine, réalisés dans le cadre des appels d’offres cnrs-atp en Rhône-Alpes. Une plongée dans les indicateurs économiques et statistiques divers : compas, annuaires de la chambre de commerce et de l’industrie. Les archives techniques conservées dans les entreprises et les archives administratives conservées dans des séries repérées aux archives départementales de l’Isère. Et enfin, les archives orales, enquêtes directes et matériaux ethnographiques.

22Pour cette enquête, une vingtaine d’enregistrements ont été effectués auprès d’informateurs retraités ou en activité : ouvriers de différentes qualifications, agents de maîtrise et de direction. Enfin, l’usine sur laquelle on a le plus particulièrement travaillé a fait l’objet d’un relevé architectural complet. Les Forges et Taillanderies de Charavines se situent dans le Bas-Dauphiné, entre Lyon et Valence. La vallée de la Fure, qui nous intéresse particulièrement, est longue d’une trentaine de kilomètres et parcourue du nord au sud par un torrent, la Fure. C’est une zone de passage, et cette vallée a vu se développer depuis le haut Moyen Age une activité liée à l’usage de l’énergie hydraulique. Les battoirs à chambre, les moulins à papiers, les gruoirs sont attestés dans les archives. Mais c’est la fabrication du fer, puis de l’acier qui a assuré au plan national la réputation de cette vallée. Au xviiie siècle, les forges de la vallée de la Fure produisaient de l’acier naturel connu sous le nom d’acier de Rives. Les aciéristes forment une corporation très fermée, hostile à toute innovation technique, recrutant ses ouvriers selon un schéma familial strict. Louis Blanchet, aciériste, maire d’une petite commune de la vallée qui s’appelle Renage, écrit en 1819 : « Le village, d’une population de 1 220 individus, quoique aujourd’hui le plus pauvre de la République, n’en est pas moins le plus intéressant. Il n’est presque peuplé que d’ouvriers aciéristes, dont la majeure partie sont sans travail et sans pain. Je viens de dire qu’il ne se faisait du bon acier que dans le département de l’Isère, mais c’est dans la commune de Renage qu’existe la moitié des aciéries, et qu’elle fournit tous les ouvriers qu’emploient tous les fabricants de l’Isère et tous ceux qui ont voulu ou veulent essayer de faire de l’acier naturel. Renage est une école unique et centrale de chimie aciérie pratique où ceux qui sont descendus des bancs, qui se croient suffisamment instruits peuvent venir achever leurs cours en prenant le ringard. Mais c’est par lui et lui seul que l’on fait de l’acier. » Il ajoute encore : « Mais j’affirmerai encore que la manipulation pour faire de l’acier naturel ne peut s’acquérir que par une longue pratique. Il faut plusieurs années pour faire un bon marteleur. Il faut encore plus de temps pour faire un bon chauffeur ou un affineur d’acier. Très peu d’ouvriers, fussent-ils déjà instruits théoriquement, parviennent à devenir chef d’aciérie ou, ce qui est synonyme, à obtenir un bon acier de la fonte de fer après qu’elle a été mise en fusion. Il est donc démontré combien sont intéressants pour la République les ouvriers de Renage qui activent les aciéries de l’Isère, combien il est important d’encourager ces hommes qui vont fuir, ainsi que leurs enfants qui sont leurs élèves naturels. »

23Au milieu du xixe siècle, les forges d’acier de la vallée de la Fure sont moribondes n’ayant pas su ou pas pu adapter leurs méthodes de fabrication aux grandes innovations technologiques. Dans cette vallée, comme ailleurs, je pense, cette activité disparaît pour laisser la place à une autre qui, techniquement, lui fait suite : la taillanderie. Sous l’impulsion d’un homme, Mathieu Revollier, industriel stéphanois spécialisé dans la fabrication de faux, les artisans taillandiers de la vallée, qui étaient jusqu’alors tournés vers une production locale d’outils utilisant les fers de seconde qualité produits par les forges, orientent leur production vers un stade industriel. Ils disposent d’une main-d’œuvre locale très qualifiée, habituée à travailler le fer depuis des décennies, et le marché s’ouvre à d’innombrables possibilités. C’est le début des grands aménagements urbains, routiers, et on a besoin d’outils. Ils fabriquent aussi des outils nécessaires aux agriculteurs, aux artisans, etc. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la vallée de la Fure compte six taillanderies accueillant chacune entre 50 et 100 ouvriers. Il existe par ailleurs deux aciéries qui sont des aciéries de seconde fusion, l’une qui produit des aciers profilés pour la coutellerie de Thiers, une autre qui produit des aciers utilisés pour la fabrication d’outils et la métallurgie de transformation. En 1982, trois taillanderies sont encore en activité ; toutes trois regroupées en un consortium économique important, Revex Forge, qui détient des parts dans la majorité des entreprises métallurgiques de transformation-taillanderie du Sud-Est de la France. Ce groupe emploie à peu près 500 personnes. La taillanderie offre le visage d’une activité en perte de vitesse avec des remodelages structurels importants : fermeture d’ateliers, déplacements de personnel, mises à la préretraite, licenciements économiques, etc.

24Nous avons réussi à pénétrer dans ces entreprises par des contacts personnels, le milieu des patrons métallurgiques de ces vallées est très fermé et voit d’un mauvais oeil les journalistes, et plus généralement les gens qui viennent « fouiner », comme ils disent. On a visité deux usines de la vallée : l’une à Renage et l’autre à Charavines, très différentes dans l’organisation des ateliers et des chaînes de production. A Renage, l’usine est équipée de presses de plusieurs tonnes pour le forgeage, avec des ouvriers qui font les 3 x 8, et une production en série de grande capacité. A Charavines, l’usine est en fait composée d’une série d’ateliers avec des postes de travail mécaniques où le forgeron forge pièce à pièce au marteau. Ce sont deux modes de travail, presque deux périodes technologiques, distincts. L’installation des presses et des chaînes de fabrication automatisées remonte aux années 50. Ces usines, qui aujourd’hui font partie du même consortium économique, ont choisi leurs méthodes de fabrication, et on a donc une usine qui produit en grande série, capable de répondre à des commandes de gouvernement ; et une autre usine, comme les Forges et Taillanderies de Charavines, qui a choisi de privilégier des commandes de qualité, en petites séries, et qui dispose pour cela d’une chaîne de fabrication complètement traditionnelle de forgeage à la main. Le dénominateur commun de ces usines est en tout cas le sentiment aigu exprimé par nos interlocuteurs : le jeune président-directeur général du groupe, le directeur des usines et le contremaître, d’appartenir à un groupe spécifique, singularisé par un passé, une histoire technique, mais aussi et avant tout, par un métier, des techniques, des savoir-faire. Le discours tenu est un aller-retour incessant entre la maîtrise technique de l’art de la forge et les coutumes et habitudes qui leur sont propres.

25Il nous restait à saisir les différentes composantes de ce qu’on pouvait pressentir comme une véritable culture technique. Le directeur, la maîtrise et la direction de l’usine nous ont alors donné le feu vert pour travailler en profondeur. Travailler en profondeur, cela veut dire entrer n’importe quel jour de la semaine à n’importe quelle heure dans les ateliers pour prendre des photos, faire des relevés, ce n’était pas évident à obtenir. Cela nécessite des rapports de confiance étroits qui ont été facilités par la réalisation d’un film sur cette technique de fabrication, de cette séquence technologique qu’est la fabrication d’outils au martinet. Ce film a été présenté et a plu à l’ensemble des personnes concernées.

26Nous avons choisi les Forges et Taillanderies de Charavines comme unité d’observation. L’usine présentait une chaîne de fabrication traditionnelle de forgeage d’outils à la main qu’il était intéressant de comprendre et de décomposer finement dans un espace restreint et avec un nombre limité d’ouvriers. Un relevé complet du site a été effectué par un architecte et l’équipe de l’écomusée dans la perspective d’établir une comparaison du bâti et de sa dévolution aux xviiie et xixe siècles comme forge à acier, et au xxe siècle comme taillanderie. Nicole Barthélemy et moi-même avons amorcé les enquêtes ethnographiques autour des observations suivantes. Premièrement, il convenait d’analyser la part des savoirs traditionnels et des savoirs savants, leur mode de transmission et la manière dont ils s’articulent pour s’adapter et répondre aux normes de production définies dans l’entreprise. En effet, chaque ouvrier a été suivi par un chronométreur qui a mesuré ce qu’il était capable de faire, des analyses de coût et de rentabilité ont été faites. A cette époque, l’usine semblait posséder une certaine solidité économique. Il fallait rendre compréhensible la réalité d’une généalogie locale des savoir-faire. Celle-ci est sensible dans l’interaction homme-technique, avec la méthode de fabrication de l’acier naturel par martèlement au xviiie siècle, et le forgeage aujourd’hui aux marteaux Bradley qui, techniquement, succèdent aux martinets hydrauliques après la Première Guerre mondiale.

27La saisie des données a été réalisée selon une grille d’investigation que nous avons définie. Tout d’abord, il nous semblait nécessaire de faire une étude technologique directe des savoir-faire, en collaboration avec le personnel de l’usine ; et pour ce faire, la séquence technologique a été décomposée par postes : mise en évidence des gestes professionnels, étude des connaissances empiriques, étude ergonomique, mise au point de lexicographie propre à chaque séquence, étude des processus d’apprentissage et de la protection des savoir-faire, étude des systèmes de représentation du travail et des savoir-faire, sexualisation des tâches, répartition des savoir-faire, importance des traditions professionnelles, de la tradition orale, des récits anecdotiques ; enfin, les savoir-faire valorisés, dévalorisés et l’importance de la hiérarchie au sein des ateliers. Avant de vous présenter rapidement des données recueillies, je précise que l’opération de forgeage comprend un ensemble de procédés d’exécution de pièces métalliques par déplacement de matière sous l’effet de choc ou de pression. Si on s’en tient aux généralités, il existe plusieurs procédés, dont voici les principaux : le forgeage à la main à l’aide de petits marteaux, le forgeage à la presse, au marteau-pilon qui s’applique à l’exécution de grosses pièces, l’estampage et le matriçage qui permettent d’obtenir en série des pièces identiques avec une précision relativement élevée, et le forgeage sur presse horizontale qui donne en série des pièces rondes pour l’industrie. Les taillandiers utilisent principalement des aciers ordinaires et quelquefois des aciers spéciaux pour des commandes particulières. Les aciers ordinaires sont des alliages de fer et de carbone contenant en plus un certain nombre d’impuretés. La dureté de l’alliage augmente avec le pourcentage de carbone et sa forgeabilité diminue. Ces aciers sont livrés aux taillandiers sous forme de lingots, de billettes ou de lopins. Cette matière première vient des aciéries de seconde fusion implantées dans la vallée, ou sont des aciers allemands. Les Forges et Taillanderies de Charavines produisent des outils à taillants pour l’agriculture, l’artisanat, mais aussi des couteaux de cuisine, hachoirs, couperets, etc. Elles réalisent des commandes fines, limitées ou à la demande, ainsi que des outillages repérés dans des catalogues qui font partie des archives de l’usine. L’entreprise ne possède pas de laboratoire de recherche et c’est le directeur qui, éventuellement, fort d’une expérience de vingt-cinq ans, se charge de dessiner et de réaliser les produits. Mais la production est limitée si on considère les archives inépuisables d’une usine comme celle de Charavines qui possède 6 000 modèles classés, numérotés par région, forme, client... Il en est de même pour les autres usines de la vallée.

28Vingt ouvriers occupent les postes de travail dans l’atelier selon la logique de la chaîne opératoire. Les pièces sont forgées manuellement suivant une division ordonnée des tâches. Au centre de la chaîne, se situe le platineur, forgeron qui façonne à partir d’un plat d’acier ou d’un lopin n’importe quelle forme d’outil, selon des opérations précisément définies. Son travail conditionne le rythme et la production de chacun et, au sein de l’atelier, il est particulièrement admiré et respecté. C’est lui qui possède la plus haute qualification professionnelle, OP3, en dehors du personnel de maîtrise. Donc sur l’ensemble formé par le marteau électrique, appelé marteau Bradley, le platineur procède avant chaque série à l’aiguisage et au montage des enclumes : enclume de frappe qui s’insère dans la tête du marteau et enclume du bas qui se fixe sur la chabotte. Cette opération est particulièrement importante puisqu’elle détermine la battue, de sa qualité dépend la qualité des pièces forgées. En fait, pour cette opération, le platineur ne fait confiance qu’à lui-même, car c’est elle qui détermine la qualité des opérations suivantes. A partir de la première « chaude », c’est-à-dire la chauffe des pièces dans un four à gaz, le platineur ébauche la forme ; il étire le morceau d’acier en deux parties selon l’outil qu’il a à réaliser : la lame et le manche. A la deuxième « chaude », il écarte la planche pour former la largeur et la courbure de la lame. Ces deux opérations sont rapides. Hormis la période de chauffe, le platineur actionne le marteau par une commande électrique au pied et toute son attention est retenue par les mouvements d’avance, de recul, de rotation qu’il donne à l’ébauche à travers le maniement des tenailles. L’ébauchage réclame une certaine force physique, mais avant tout une technicité parfaite. L’ébauche terminée, le platineur la pose sur un gabarit en tôle pour vérifier sa taille. L’outil ébauché est réchauffé et le platineur amorce le biseau en amincissant, par un martèlement fin et précis, le bord externe de la lame. Enfin, ultime opération, le planage, qui efface par un léger martèlement les traces de battue des opérations précédentes. Suivent encore la trempe, l’aiguisage, la trempe, le revenu, l’aiguisage, le redressage. Tous ces postes sont individualisés, tenus par une personne différente et sont nettement moins qualifiés. Le métier est exclusivement masculin. Dans l’usine, à part une femme qui travaille à l’expédition des produits et, bien sûr, le personnel administratif, la forge ne comprend que des hommes.

29L’apprentissage du métier se fait par transmission directe, aucune filière technique ne prévoit d’enseignement. Celui qui souhaite devenir platineur doit compter avec une période longue et difficile de formation, s’il possède une intelligence technique suffisante et une habileté manuelle certaine. Il débute dans l’atelier en effectuant des tâches subalternes, puis des tâches de finition. Il observe attentivement le platineur, et seules, quelques pauses dans la journée lui permettent de s’essayer au marteau. En effet, il n’y a pas de temps prévu dans la journée de travail pour la formation. Mais l’apprentissage était-je dis « était » parce que maintenant c’est moins vrai – autrefois entravé par la mauvaise volonté manifeste des platineurs qui ne souhaitaient pas être détrônés, et qui, en plus, intéressés au rendement, avaient d’autres priorités que l’enseignement aux apprentis.

30D’une manière générale, dans ces ateliers de forge il existe une ambiance très chaleureuse qui s’exprime par une pratique constante des fêtes. Chaque fois que l’occasion s’en présente, on fête Saint-Nicolas, Saint-Eloi, le premier samedi de décembre. On prépare avec soin le banquet où les chansons professionnelles et les chansons à boire se mêlent. C’est toujours l’occasion pour les ouvriers en activité, mais aussi pour les agents de maîtrise et le personnel en retraite de se retrouver.

Discussion

31f. raphael – Vous avez mis en parallèle l’intérêt qu’il y a à saisir, dans la perspective de l’écomusée, les savoir-faire agricoles, artisanaux et industriels. Y a-t-il un lien entre ces trois types de savoir-faire et de quel ordre est-il ? Ma deuxième question concerne la méthodologie. J’ai été saisi par la richesse de la présentation, de l’éventail de vos sources, depuis ces monographies d’érudits locaux jusqu’au relevé architectural du bâti et de son utilisation différente à travers le temps. Est-ce que chacune de ces approches part d’un point de vue qui lui est propre, avec des méthodes ad hoc ? Est-ce qu’on arrive à articuler ce croisement des regards et est-ce que vous vous en êtes servi ? Est-ce qu’il y aurait là une spécificité de l’anthropologie dans l’articulation de ces différents points de vue et dans leur mise en perspective relative ?

32i. lazier – Il se trouve qu’en Rhône-Alpes et dans l’Isère beaucoup de travaux ont été faits sur des thèmes très divers, et en particulier pour définir l’espace économique et l’histoire de l’évolution de cet espace. Je ne crois pas que les ethnologues puissent se passer d’une lecture attentive de ces sources pour comprendre comment on en est arrivé là au niveau général. Je n’aurais pas pu entrer dans une taillanderie sans connaître l’histoire économique de la région, ni l’histoire technique de la filière. Quant aux monographies d’érudits locaux, elles ont une valeur de reportage comparable aux articles des quotidiens locaux. Pour ce qui est des relations entre les savoir-faire artisanaux, agricoles et industriels, il est évident qu’il y en a, ne serait-ce que par les déplacements de main-d’œuvre du milieu agricole vers l’industrie. Ces transferts étaient d’autant plus marqués que la taillanderie avait un caractère artisanal, et que souvent ces ouvriers retournaient ensuite dans leur village pour s’y installer, taillandiers et forgerons, réparant les outils et produisant pour le marché local.

33a. vant – Vous avez évoqué le rôle particulier de Mathieu Revollier qui aurait quitté la vallée du Furon pour celle de la Fure. Que recherchait-il en y allant : de la main-d’œuvre, des savoir-faire particuliers, des renseignements sur les marchés, des capitaux, peut-être un monopole local pour se distinguer des fabricants de la région stéphanoise ?

34i. lazier – Mathieu Revollier a quitté la vallée du Furon en 1860 parce qu’il était exproprié : un barrage allait se créer à la place de son entreprise. Il cherchait donc une autre implantation industrielle. La vallée de la Fure lui offrait un cadre identique à cette vallée du Furon, avec des forges à Renage qui étaient d’anciennes forges à acier. Il trouvait sur place des bâtiments avec des installations techniques en place, avec les roues hydrauliques, les martinets, etc., et une main-d’œuvre disponible. Lui, amenait un savoir-faire spécifique qui était la fabrication des faux et des outils à taillants, ce qui est encore une spécialisation dans la fabrication des outils pour l’agriculture. Il venait avec quelques ouvriers, un catalogue de production, un réseau établi de clientèle, et surtout un dynamisme, une capacité d’adaptation à la demande et au marché particuliers. J’ai consulté les archives du xixe siècle et des ouvrages d’histoire, mais je n’y ai trouvé aucune trace de relations possibles avec les industriels stéphanois. En revanche, nous savons qu’aujourd’hui le groupe Revex Forge est dirigé par ses arrière-petits-enfants.

35b. hell – En Franche-Comté, j’ai visité une forge très performante fabriquant de petits outils pour l’armement, la construction aéronautique, mais dont les conditions de travail sont tout à fait anachroniques. Quand je vous entends parler de milieu fermé, de références à l’art de la forge, je me demande dans quelle mesure cette culture d’entreprise – bien que le terme ne soit pas bien choisi – n’est pas à la fois un outil de développement quand la forge se spécialise dans une production donnée, et en même temps un obstacle à un développement économique qui supposerait une restructuration.

36i. lazier – Depuis 1982, l’usine et la chaîne de production ont beaucoup évolué. Les restructurations ont continué au sein du groupe Revex Forge et ont affecté en particulier cette petite usine, les Forges et Taillanderies de Charavines. L’année dernière, un certain nombre d’ouvriers, qui avaient des postes de travail très spécialisés, sont partis en préretraite ou en licenciement économique, en particulier les platineurs. On à condensé la chaîne de fabrication manuelle et traditionnelle. L’opération d’ébauchage, qui relevait du platineur, a été remplacée par l’oxycoupage, c’est-à-dire la découpe de l’outil dans des tôles d’acier au lieu du forgeage à la main. Ensuite, un platineur donne quelques coups de marteau à l’outil pour donner au consommateur l’illusion qu’il a été forgé. L’aiguisage aussi a été automatisé : on met les outils dans des sortes de machines à laver dans lesquelles ils s’aiguisent en s’entrechoquant. Le produit final, pour l’oeil non avisé, porte la signature « Forges et Taillanderies de Charavines », mais ses qualités d’usage sont amoindries. J’en ai fait moi-même l’expérience avec une serpe qui ne coupait pas. Il est donc vrai, pour reprendre ce que vous disiez, que le milieu technique souffrait d’un certain immobilisme. Leur ambition était de sauvegarder leur outil de travail et leur manière traditionnelle de travailler. En 1960, une taillanderie qui éprouvait des difficultés face à la concurrence internationale, a essayé de diversifier sa production en fabriquant des patins à glace. Après les Jeux olympiques de Grenoble, le patinage s’étant fortement développé, le directeur et son équipe de platineurs ont mis au point une technique de forgeage de lames de patins et ont tenté cette production. Ils ont échoué car les patins qui venaient d’Asie du Sud-Est étaient trois fois moins chers que les leurs. Le poids des mentalités pèse assez lourd, c’est vrai, mais chaque individu a le souci de préserver son outil de travail et son gagne-pain. Le dynamisme de ces usines dépend aussi beaucoup de celui des entrepreneurs qui peuvent, par une politique appropriée, faire progresser leur personnel, tout en préservant cette culture technique qui est un atout pour eux.

37a. morel – Quand on parle de transfert de savoir-faire, est-ce qu’il faut envisager autre chose que le transfert de ces savoir-faire, le transfert des éléments les plus importants de la chaîne opératoire ? Concrètement, dans quoi se reconvertissent les platineurs quand ils perdent leur travail ?

38y. lamy – Je voudrais me placer sur un terrain un peu différent, celui du rapport industrie-agriculture évoqué tout à l’heure. Il y a deux aspects dans cette question et on pourrait voir quelles sont les réponses apportées en Isère. D’abord, est-ce que dans la première moitié du xixe siècle ces forges étaient liées à un domaine foncier ? Ce domaine foncier a-t-il régressé avec le temps, au moment du redéploiement industriel, du passage des anciennes forges aux aciéries modernes ? Ensuite, ce passage a-t-il correspondu à un recul de la main-d’œuvre d’origine agricole au profit de la montée d’ouvriers professionnels ? Dans l’aciérie que vous avez décrite, il y a deux versants : le versant de la platinerie et celui des tâches de finition. J’aimerais savoir si l’opposition entre les deux n’est pas liée au fait que le platineur est un ouvrier de métier, qui fait partie d’une dynastie ouvrière qui se transmet son savoir-faire et, de l’autre côté, par l’irruption de la culture rurale dans la chaîne opératoire, pour toutes les tâches qui ne sont pas éminentes ou qualifiées.

39i. lazier – Je crois qu’un savoir-faire est une succession d’actes élémentaires qu’on peut décomposer. Effectivement, dans ces transferts de savoir-faire ou de technologies réappropriables, comme ça pourrait être le cas dans la taillanderie, se posent des problèmes de compétence humaine. Que deviennent les platineurs avec les nouvelles donnes et les nouveaux impératifs de production ? Pour la plupart, ils sont déjà âgés, en préretraite ou en passe de l’être ; d’autres effectuent maintenant l’opération de planage, c’est-à-dire le martèlement des outils pour effacer les traces de marteau ou pour donner l’impression qu’ils ont été martelés. L’usine continue de former des platineurs, mais très peu. Il faut dix ans d’apprentissage pour faire un bon platineur, et encore chacun a ses spécialisations. Que vont-ils devenir ? Il n’y en a presque plus, donc la question ne se pose pas. Ce qui est important, c’est de savoir si on va continuer à en former et qui va le faire. Pour ce qui est du recul et du contexte économique de la métallurgie en France, il est vrai que les taillanderies ont des difficultés énormes. Elles ont essayé de lutter contre la concurrence internationale en se regroupant en consortium, en rationalisant les chaînes de production, et surtout, il faut bien le dire, en limitant le coût important, le coût humain, de la production traditionnelle. La taillanderie de Renage, par exemple, ne fabrique plus que de grosses séries à la presse, malgré tout elle vient encore de licencier du personnel. J’ignore si le marché lui sera favorable, je ne peux donner de réponse plus précise. Pour ce qui est de l’osmose entre milieu agricole et milieu industriel à travers la propriété foncière, je n’ai pas trouvé dans les archives de traces de ces relations. Il est vrai que les aciéries étaient de petits ateliers, avec quatre employés, sans commune mesure avec les fonderies et les forges de la région Rhône-Alpes, par exemple. Le recrutement des ouvriers se faisait sous deux formes. D’abord, pour les tâches secondaires, une main-d’œuvre venant des fermes alentour ; et jusqu’à la Première Guerre mondiale et un peu au-delà, des ouvriers très spécialisés qui allaient de forge en forge offrir leurs services, leurs techniques et aussi les méthodes de fabrication des voisins. Mais l’usine avait aussi la volonté de former ses propres platineurs qui étaient par ailleurs très fortement attachés à leur milieu, possédant souvent un bout de terrain et une vache, et dont la famille était depuis longtemps dans la région.

40ph. mairot – Il me semble que, dans le milieu métallurgique, on trouve toujours cette simultanéité, d’un côté des ouvriers attachés à un milieu et de l’autre des ouvriers itinérants, mais qui finissent par se localiser à un moment. C’est là un schéma relativement classique. Ce qui l’est moins, c’est la distance qui sépare ces patronats du monde métallurgique, celui des hauts-fourneaux par exemple, fondamentalement différent par son insertion foncière du patronat des usines de transformation.

41i. lazier – Denis Voronoff cite le patronat des hauts-fourneaux des xviiie et xixe siècles qui n’a, en effet, rien de commun avec celui des forges et taillanderies de l’Isère au xviiie siècle. Ce sont de tout petits établissements qui transforment et expédient la matière première reçue, qui sont très indirectement liés au marché local d’exploitation du bois à faire le charbon de bois, ni à l’exploitation des mines.

42n. gerome – La notion de savoir-faire devrait être complexifiée et nuancée. Pierre Salmeron a évoqué les expériences faites pour trouver à une personne, en fonction de ses dispositions naturelles, la tâche qui lui conviendra le mieux et la machine à laquelle il s’adaptera. Je crois que ce qu’on appelle savoir-faire, c’est la mise en œuvre de compétences qui correspondent à des aptitudes innées.

43f. sigault – On est là dans le domaine de la neurophysiologie.

44n. gerome – Exactement. Au cours d’entretiens avec des brodeuses, j’ai appris que dans les ateliers de broderie, il y avait celles qui tiraient les fils, celles dont la régularité de vitesse permettait la torsion du fil et qui le coupaient, etc. Quand on appréhende globalement la notion de savoir-faire, il faut prendre en compte ces compétences qu’on n’a peut-être pas assez analysées. Quand on s’interroge sur les possibilités de transformation de postes ou d’une procédure de fabrication, il faut aussi s’interroger sur la façon dont ces compétences peuvent être utilisées, réutilisées ou s’exprimer ailleurs que là où on les a décelées au départ. Je pense aux chaudronniers de l’aéronautique qui, comme les platineurs dont vous avez parlé, auraient pu être évincés par l’arrivée des fibres composites, mais dont on a pu réutiliser la sensibilité visuelle à de nouvelles fonctions.

45i. lazier – Comment ont été réutilisés les platineurs ? Avec la connaissance qu’ils ont du métal et du procédé technique, ils sont capables d’établir une courbe de rendement pour une matière première donnée, de dire avec quel poids d’acier on fait un forgeage de tel degré, tel outil de tel poids final, avec une perte de métal de tant. Ils sont certainement capables de travailler à la conception et à la réalisation de modèles d’outils. Par exemple, bien qu’il y ait déjà 500 modèles archivés pour la France et l’Europe, il y a toujours des demandes spécifiques d’outils pour élaguer les branches hautes des arbres, par exemple. A partir d’une idée du directeur de l’usine ou du responsable technique, ils peuvent concevoir et réaliser de tels outils.

Notes de fin

1 Cf. aussi l’article « Les taillandiers de la Fure », N. Barthélemy et I. Lazier, Terrain n° 6, 1986 (57-65).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540