Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures du travail

 | 
Phanette de Bonnault-Cornu
, 
David Charrasse
, 
Geneviève Herberich-Marx
, 
et al.

Introduction

Alain Morel

Texte intégral

1On sait qu’au sein des autres sciences humaines les ethnologues se singularisent par leur façon d’effectuer leur enquête. Même lorsque celle-ci porte sur les milieux sociaux les plus fluides, les plus complexes, ils s’entêtent à la limiter aux dimensions d’un microcosme, au sein duquel ils pourront observer de près ce qui se passe, ce qui se dit et ce qui est ressenti. Leur propos vise le plus souvent, après avoir ainsi recueilli des données originales et les avoir mises en relations, à établir les significations, les logiques d’ensemble, celles qui permettent de rendre intelligibles des univers culturels singuliers. Les visées et la méthode sont les mêmes pour le monde industriel. Il s’agit d’établir des relations entre une société productrice, ses formes d’organisation sociale, sa culture, son identité et la vie de travail, et ses bases matérielles. Les travaux sur les mutations contemporaines devraient permettre de mieux comprendre comment l’évolution technique engendre de nouveaux rapports sociaux et de nouvelles pratiques culturelles, dans le cadre d’une production particulière. L’action technique est productrice de vie sociale et de culture. Mais on ne peut se contenter de cette évidence. Quelle coopération dans la production engendre quelle vie sociale ? En quoi la société du papier diffère-t-elle du monde de la métallurgie, lui-même différent du monde de la mine ? Comment rendre intelligible ces différences inscrites dans le paysage industriel français ?

2Cela exige de parvenir à une vision d’ensemble. Tâche particulièrement difficile car l’appréhension d’une entité industrie/société dans sa globalité se heurte à la complexité des sociétés industrielles où se combinent des logiques distinctes propres à des domaines relativement autonomes : développements techniques, lois du marché, évolution de la main-d’œuvre, politiques économiques et contextes locaux. Pour d’autres périodes, les historiens des techniques ont pu mettre en évidence la relation entre technique et société à la faveur d’inventions techniques telles que l’introduction des armes à feu ou celle du moulin à vapeur qui ont bouleversé les rapports sociaux de production.

3A cette question générale, les ethnologues se proposent d’apporter plus modestement des éléments de réponse à la mesure des objets qu’ils ont pu construire.

4Ceux-ci l’ont été principalement à partir de trois questions :

5Qu’est-ce qu’une culture du travail, considérée du point de vue des savoirs propres à une fabrication ?

6Dans un cadre local, quelles relations une société entretient-elle avec son ou ses industries ?

7Comment définir et appréhender ce qu’on appelle la culture d’entreprise ?

8Ces trois axes de recherche ont en commun la référence, explicite ou non, à la notion de culture. Autrement dit une plus grande attention est portée à ce qui rassemble, au sens commun, qu’à ce qui est à l’origine des oppositions et conflits qui marquent aussi le monde industriel. Et ce n’est probablement pas un hasard si dans les travaux d’anthropologie industrielle des sujets comme les savoirs techniques, l’identité locale, la culture d’entreprise, tous trois supports de constructions idéologiques à finalité consensuelle, ont pris une telle place. Les chercheurs, sur ce plan, ne semblent pas tous avoir pris la distance nécessaire qui leur permettrait aussi d’intégrer l’analyse de ces idéologies à leur travail. C’est surtout vrai pour les savoir-faire, célébrés par tous, patrons, ouvriers et observateurs, pour des raisons différentes, comme un bien culturel à défendre et à préserver.

9Le séminaire organisé par la mission du Patrimoine ethnologique en janvier 1987 à Royaumont avait pour objectif, de présenter et discuter les recherches soutenues par le ministère de la Culture. Il s’agissait moins de présenter des résultats mais bien davantage, à ce stade du développement de la recherche dans ce domaine, de faire connaître l’évolution du questionnement lui-même, qui témoigne aussi d’une progression des connaissances en la matière. Et c’est sans doute une des vertus de l’ethnologie, parce qu’elle s’élabore aussi sur un terrain, de diversifier, à partir des caractéristiques propres à celui-ci, les questions, les manières d’appréhender la réalité.

10Il n’est donc pas surprenant que les recherches présentées à Royaumont ne soient guère comparables ; les unes se focalisent sur une technique de fabrication, les autres sur une entreprise, d’autres encore sur une ville industrielle. Pour ordonner la discussion et faciliter les comparaisons possibles, elles ont été regroupées autour des trois axes de recherche mentionnés ci-dessus.

La culture technique

11Si tous les chercheurs se sont intéressés aux techniques de fabrication, élément incontournable de leur système d’interprétation, certains en ont fait l’objet même de leur recherche. Mais sur ce terrain même les centres d’intérêts ne sont pas identiques. Deux orientations peuvent être distinguées. D’un côté, l’étude aborde le système technique, comme ensemble d’éléments, outils, machines, processus, connaissances, dont il faut faire un relevé mais aussi comprendre l’agencement. De l’autre, sans méconnaître le système technique, l’intérêt se focalise sur les connaissances nécessaires aux phases successives de la fabrication, savoirs techniques et savoir-faire.

1. Le système technique

12La première orientation ne s’applique qu’aux secteurs de production utilisant des techniques anciennes héritées d’un passé plus ou moins lointain. Les décrire, les inventorier minutieusement, tâche en soi considérable, relève plus d’un travail d’historien des techniques que de celui d’un ethnologue. Il est, en effet, nécessaire de bien connaître l’histoire des techniques pour donner à une telle recherche sa véritable dimension culturelle, sans quoi elle se cantonne dans une analyse technique à laquelle sont mieux préparés les spécialistes des sciences de l’ingénieur que ceux des sciences sociales.

13Décrire un système technique industriel ne va pas de soi. Le problème ne réside pas tant dans la complexité – que l’on songe à ce qu’il faudrait retenir pour rendre compte de toute la chaîne de fabrication d’une voiture et ses équipements – car une grande partie des informations sont déjà indisponibles, mais plutôt dans le tri à effectuer pour ne retenir que ce qui est caractéristique d’une fabrication en un lieu donné. Les techniques employées dans la fabrication sont pour la plupart d’entre elles communes à un grand nombre d’industries. Certaines en revanche ne sont employées que dans une industrie.

14Ainsi la distillation est une technique commune à plusieurs industries. Son application varie par exemple selon qu’il s’agit de distiller des fruits pour faire de l’alcool ou des fleurs pour un parfum ou encore du pétrole. Ne faut-il pas s’en tenir à ce qui pourrait être considéré comme les éléments stratégiques de la chaîne opératoire, c’est-à-dire ceux qui spécifient telle ou telle fabrication ?

15Quel que soit le sujet principal de la recherche, on ne peut se dispenser d’une appréhension minimale du système technique. Pour rendre compte de l’organisation du travail et des rapports sociaux qui lui sont consubstantiels, il faut passer par la connaissance des éléments principaux de la chaîne opératoire à partir de laquelle le travail est organisé. Dans cet esprit, Pierre Salmeron décrit les principales phases de la chaîne opératoire, dans une usine textile picarde pour asseoir l’analyse qu’il propose des jeux de rôle dans cette entreprise.

2. Les savoirs

16L’autre orientation, tout en partant d’une bonne connaissance des chaînes opératoires conduit à s’intéresser plus aux hommes et leurs compétences qu’aux moyens matériels de production. Il s’agit alors moins d’analyser un système technique que de traiter des fondements d’une culture du travail, propre à une population donnée, culture constituée de connaissances à la fois générales et très ponctuelles, d’expériences de la production et des rapports sociaux qui s’y nouent.

17De telles recherches peuvent aussi bien s’appliquer à des secteurs de production modernes, automatisées, qui ne peuvent fonctionner sans la possession de compétences particulières qui n’ont pas pu être formalisées.

18Les recherches sur les cultures du travail connaissent un développement certain mais rencontrent des difficultés de plusieurs ordres. Tout d’abord les savoirs en question sont hétérogènes. Certains procèdent d’une connaissance générale, les autres sont nés d’une pratique, d’une expérience personnelle. Ces connaissances éprouvées dans l’action sont souvent désignées par le terme de savoir-faire. On désigne ainsi une compétence singulière, parce que liée à une matière, un produit, un lieu et aux hommes qui l’ont acquise. Cette spécificité fait qu’ils sont utilisés comme marqueurs d’identité.

19Mais le terme savoir-faire connaît lui-même plusieurs acceptions. Il peut désigner l’ensemble des connaissances qu’il faut posséder pour réaliser une production. Dans cette acception, le savoir-faire n’est généralement pas le privilège d’un seul mais celui d’une collectivité. La collectivité peut être celle formée par l’ensemble des membres d’une entreprise, ingénieurs et ouvriers qui associent leurs compétences. Mais ce peut être aussi la collectivité locale qui, de génération en génération, a su reproduire en son sein les compétences et qui s’est donc fait une spécialité de telle ou telle production. C’est ce que décrit Isabelle Lazier pour la vallée de la Fure dans l’Isère où ont résidé des générations de taillandiers.

20Mais lorsqu’on met l’accent sur la partie empirique de ces connaissances, par savoir-faire, on entend la capacité de maîtriser l’action technique pour obtenir le bon résultat apprécié selon la conformité à des normes techniques ou esthétiques, ou à l’inverse apprécié parce qu’il révèle une capacité à considérer différemment les mêmes éléments et se situe dans le registre de l’innovation. Une telle compétence ne s’acquiert que dans la confrontation personnelle avec l’objet de travail qui devient pour le praticien source de connaissances. Celles-ci sont de nature diverse, mais procèdent pour une part des sens, tous mis à contribution, et sont donc physiquement incorporées. Aussi le savoir-faire désigne-t-il très souvent la compétence qui résulte de la capacité à effectuer des évaluations, en fonction de la couleur de la matière, de l’odeur des émanations, de la résonance des objets, de la saveur des denrées, etc., et qui permet de savoir quand il faut déclencher les différentes phases de l’action technique ou au contraire stopper les processus de transformation, ou encore savoir quelle force appliquer. Un système d’indicateurs, dont est faite une lecture sensorielle, donne des informations suffisantes et permet de pallier l’absence d’analyse théorique de la combinaison des différents éléments, trop complexe.

21Dans le même registre, de telles évaluations permettent de faire face à l’imprévu et d’être en mesure d’apprécier ce qui ne va pas ou d’effectuer des réglages minutieux. Un tel savoir, indispensable à toute fabrication, peut être formulé sous forme de recettes à appliquer. Mais par rapport à la diversité des situations, à la finesse des appréciations nécessaires, ces recettes deviennent à leur tour « théoriques ». Elles ne permettent pas de se passer de l’expérience du spécialiste dont la compétence toute particulière n’est pas partagée par les autres spécialistes.

22Né de l’expérimentation, le savoir-faire ne se conçoit pas indépendamment de l’exécution elle-même, de l’action concrète productrice. Du fait que, seule celle-ci est visible, appréhendable, alors que l’arrière-plan mental, essentiel, reste informulé, vient une troisième conception du concept de savoir-faire, très réductrice celle-ci. N’est plus désignée par ces termes que la technique du corps, autrement dit la capacité d’effectuer le geste adéquat, ce qu’on appelle le tour de main improprement nommé puisque dans la plupart des cas tout le corps est mis à contribution.

23Cette troisième acception, en réduisant le savoir-faire au faire, à l’exécution proprement dite, confond sous ces termes le geste approprié, adaptable aux circonstances et au programme, avec l’habileté proprement dite, l’adresse née d’exercices répétés qui ne supposent pas forcément l’acquisition de connaissances sur le processus technique. Régler un moteur exige un savoir-faire. Changer une roue très rapidement ou jouer aux osselets tient davantage de l’habileté. Certains sont plus adroits que d’autres et font preuve de plus grande promptitude et rapidité mais ce n’est plus une question de savoir-faire. Ce qui spécifie le savoir-faire, qui comporte lui aussi une part d’habileté dans l’exécution, c’est la connaissance qui commande celle-ci, l’outillage mental pour reprendre l’expression de Roger Cornu. C’est pourquoi le savoir-faire peut être transposé d’une fabrication à une autre. Il ne disparaît pas forcément avec l’abandon d’une technique ou d’une production. Les connaissances qu’il suppose peuvent être réinvesties dans une nouvelle production, celle-ci ne pouvant être mise en œuvre uniquement à partir de connaissances théoriques. Et c’est bien ce qui intéresse les industriels aujourd’hui soucieux de trouver de nouvelles applications à des savoirs non écrits mais efficaces. C’est le mental qui doit être préservé, le geste, lui, sera réadapté aux techniques nouvelles.

24Par culture technique, connaissances raisonnées et empiriques associées pour la mise en œuvre d’une production déterminée, on fait donc référence à une réalité très composite. Il s’agit à la fois de connaissances formulées et informulées, tantôt détenues par une collectivité, tantôt par un seul, de savoirs et de manipulations, d’expériences confirmées et de capacité d’innover, sans oublier l’habileté dans l’exécution.

25Aussi éprouve-t-on de grandes difficultés à s’entendre sur une définition de cette forme de culture. Comme pour d’autres notions, renvoyant à une réalité complexe et changeante, telle la notion de culture populaire, on s’efforce de préciser ce dont il s’agit en ayant recours à un jeu d’oppositions. De même que le populaire s’oppose au savant, ou au dominant, le savoir-faire s’oppose au savoir théorique, comme savoir non organisé et non codifié (cf. sur ce point l’article de Perrin).

26La recherche dans ce domaine rencontre également des difficultés d’ordre méthodologique. Les savoir-faire, comme le remarquent Michel Valière et Virginie Kolman, sont aussi difficiles à saisir dans leur substance que dans leur élaboration. Bien souvent les ouvriers eux-mêmes ne savent pas dire ce qu’ils savent, ni ce qu’ils font précisément. Leur capacité n’a pas tant été acquise par l’explication que par l’expérimentation. Faute de pouvoir suivre le même apprentissage, le chercheur ne peut se contenter que d’une approche extérieure à partir de ce qu’il voit. Problème d’appréhension donc d’une réalité aussi idéelle que matérielle. Problème de description aussi. Comment traduire ce que perçoivent les sens, telle impression tactile par exemple ? Comment en donner une description raisonnée ?

27L’enregistrement audiovisuel n’est qu’un palliatif qui n’apporte pas de réponse à cette question.

28Dans cette tâche délicate, le chercheur est dépendant des talents oratoires et pédagogiques de son informateur. De sa capacité à montrer, expliquer et en quelque sorte imager ce qui n’est pas visible, dépend le résultat. La simple démonstration ne livre qu’une partie du savoir-faire, d’autant que le propre de celui-ci réside justement dans la capacité à adapter les exécutions aux circonstances, aux aléas, à l’imprévu. Le choix du bon informateur est capital et ce n’est pas toujours le plus performant.

29Malheureusement, cet informateur capable d’expliquer, par exemple, ce qu’il faut faire dans les moindres détails pour capturer des grives en les piégeant avec une lauze (choix de la pierre, taille de celle-ci, confection et mise en place des bâtonnets d’armement du piège, etc.), et ce qu’il faut savoir (mœurs des grives, conditions climatiques, résistance des matériaux, mécanique du piège...), n’existe pas toujours. Lorsque c’est le cas, l’ethnologue en reste à une description fine des techniques en se contentant de signaler l’existence de savoir-faire aux différentes étapes de la chaîne opératoire. Un tel travail peut avoir son utilité, notamment lorsqu’il s’applique à des techniques traditionnelles qui n’ont pas déjà fait l’objet de publications, mais, à mon sens, il ne livre pas les bases de l’univers mental propre à telle ou telle production, constitué entre autres de ces connaissances originales sur la matière, le vivant, l’environnement et la manière de les transformer ou d’en tirer parti.

30Les travaux présentés à Royaumont ont montré l’intérêt que l’ensemble des participants portaient aux savoirs techniques quel que soit leur objet de recherche. Diserts sur les enjeux que ces savoirs représentaient du point de vue technique, social, et économique, ils ont été en revanche plutôt silencieux sur la méthodologie qui permettrait d’aller au-delà de l’inventaire des détenteurs de savoir-faire et rendrait possible une description systématique des savoir-faire eux-mêmes. L’avancée sur ce terrain difficile nécessite que l’on poursuive l’effort de recherche en mettant l’accent sur la méthodologie.

Les collectivités industrielles : émergence, société et identité

31Les travaux axés sur les collectivités industrielles elles-mêmes et les relations qu’elles entretiennent avec la production, montrent l’importance que ces collectivités donnent aux savoirs techniques. Ils prennent valeur d’un capital culturel à caractère emblématique affiché comme image valorisante. Le « savoir-faire » sert à la renommée de la cité industrielle promue capitale d’une fabrication : du cycle, de la chaussure, du chapeau, du parapluie... Comme le montre André Vant pour Saint-Etienne, municipalité et chambre de commerce font campagne pour asseoir l’image de marque de la ville. Elles tentent d’accréditer l’idée que les compétences sont liées à un territoire et au potentiel humain qui est le sien et qu’elles ne sont pas transposables, parce qu’elles sont le fruit d’une longue expérience, d’une connaissance approfondie du milieu, de ses ressources et particularités. Les compétences de quelques-uns sont attribuées à l’ensemble de la collectivité sous la forme d’une excellence enracinée : à tel endroit, on sait faire tel produit.

32La réalité est souvent plus complexe. L’activité industrielle exige un renouvellement des techniques souvent importées d’ailleurs, et une circulation des hommes qui ne restent pas tous, toute leur vie, dans la même région.

33Mais il ne s’agit pas seulement d’image de marque à caractère marchand. L’activité industrielle, parce qu’elle se prête à une représentation simple et forte, symbolise une identité collective. Comme si l’activité productrice avait engendré une culture et un tissu social particuliers. Particularités réelles, liées à l’organisation du travail, aux procédés techniques utilisés, aux secrets de fabrication..., particularités inventées, liées à la nécessité de se distinguer des centres industriels concurrents.

34A cette identité, la détention de savoir-faire confère un surcroît de valeur. Si bien que lorsque l’évolution technique rend inutiles ces compétences particulières, la collectivité industrielle vit la mutation comme une dévalorisation de son identité. Le risque perçu n’est pas seulement la perte des ressources mais celui de n’être plus rien socialement.

35Les recherches sur la relation qu’une société entretient avec son industrie en terme d’émergence de cultures techniques et professionnelles, s’appuient sur une analyse historique du développement industriel. Michèle Périssère se situe sur ce terrain. Elle a tenté de reconstituer l’histoire de la conserverie nantaise du point de vue de l’origine du capital et des entrepreneurs et de celui de la formation d’un milieu industriel. Face au développement d’une classe ouvrière locale, le patronat s’est efforcé d’avoir une politique de gestion de la main-d’œuvre à long terme. Une politique qui visait à fixer la main-d’œuvre, à améliorer ses conditions de vie et à la détourner des idées socialistes. Malheureusement, les sources écrites privilégient le point de vue patronal. Que sait-on des réactions ouvrières à cette politique ?

36Sources historiques, publications locales, archives professionnelles (entreprises, chambres syndicales) et tradition orale doivent être concurremment utilisées pour reconstituer cette histoire considérée comme une aventure qui se déroule sur plusieurs plans, techniques, économiques, humains, avec ses moments critiques, voire dramatiques, qui prennent une forte dimension affective. Elle prend la forme dans la tradition orale d’un récit qui fait la part belle aux souvenirs personnels des acteurs-témoins. Ils témoignent tout autant au nom d’une mémoire collective que par rapport à leurs préoccupations actuelles. Travailler, à partir de telles sources à la reconstitution d’une histoire industrielle, notamment sous l’angle d’une histoire ouvrière, exige des chercheurs une attention critique que ne semblent pas avoir aperçu ceux qui croient qu’il suffit de collecter les témoignages et de les classer pour faire de l’histoire.

37Freddy Raphaël et Geneviève Herberich-Marx à partir d’une recherche sur les travailleurs des mines de sel de Haute-Alsace ont centré leur réflexion sur ces jeux de la mémoire. Mémoire des différentes générations de mineurs qui se succèdent avec leur perspective propre, celle de leur temps, et qui font état de préoccupations différentes. Mémoire constituée du groupe et mémoire de ceux qui en marge ont porté un autre regard sur ce qui s’est passé. Mémoire partagée par des individus normalement classés dans des catégories sociales différentes, qui suggère une conception plus complexe des appartenances sociales. Mémoire reconstruite et réappropriée pour dire quelque chose de positif sur soi-même aujourd’hui, pour donner une épaisseur historique distinctive alors que les fondements des identités collectives se transforment et rendent celles-ci moins perceptibles. Poursuivant les réflexions de Maurice Halbwachs, F. Raphaël et G. Herberich-Marx entendent montrer que la mémoire ne peut être réduite à une opération mécanique de restitution d’éléments enregistrés mais qu’elle est toujours reconstruction orientée avec pour finalité de redonner un sens à ce qui n’en a plus ou à ce qui n’est plus compris. En bref, elle participe d’une fonction symbolique.

38André Vant, en géographe, propose une lecture différente de l’histoire industrielle, moins en terme d’acteurs que de filiation technique et industrielle. Il a travaillé sur l’histoire du cycle à Saint-Etienne à partir des archives de la chambre syndicale. La question qu’il se pose est la suivante : quelles ont été les conditions favorables à l’implantation de cette industrie en cet endroit ? Pour y répondre, il procède à une analyse, d’une part du milieu technique, d’autre part du contexte économique local. Le milieu technique, c’est celui de l’armurerie, activité saisonnière propice à l’introduction d’une production complémentaire. Entre les deux activités, il y a une continuité technique ; sur le plan de la fabrication tout d’abord. Les mêmes machines pouvaient être utilisées successivement pour l’une ou l’autre activité avec une même compétence. Mais à la notion de transfert de savoir-faire, André Vant préfère celle de mémoire technique : les connaissances acquises dans l’armurerie peuvent être utiles pour maîtriser la fabrication du cycle. Sur le plan de l’organisation du travail ensuite : d’un secteur industriel à l’autre se retrouve la même division des tâches et une extrême spécialisation des entreprises. Saint-Etienne est renommée pour ses pièces détachées.

39Par ailleurs, l’environnement économique exerce son influence. Il faut maintenir l’image de qualité associée à la ville et sa production d’armes. Le cycle sera lui aussi un produit haut de gamme. L’environnement économique, c’est encore celui de la rubanerie fortement implantée à Saint-Etienne. Industrie de petites entreprises à capitaux familiaux, qui s’efforcent de contrôler le cycle et tentent d’y implanter leurs propres conceptions du développement industriel.

40Ce travail montre avec évidence que l’observation d’une seule entreprise à un moment donné ne peut se concevoir que comme une étape de la recherche qui devra être complétée par une prise en compte du réseau industriel dans lequel elle s’insère. La nécessité de se donner les moyens d’une appréhension plus large du fait industriel tient aussi à la circulation des hommes entre les entreprises, circulation imposée ou recherchée lorsqu’il s’agit de valoriser ses qualifications, ou encore due au fait que les producteurs ont pu changer de statut : salariés, ils sont devenus petits patrons alors que d’autres retournent au salariat. Avec les hommes circulent les savoirs et les compétences et se crée un milieu technique. A cela s’ajoute l’existence de réseaux familiaux où s’effectue un croisement des différents types de relations : professionnelles, proximité sociale, politique et syndicale.

41La contribution d’Yvon Lamy qui a pris en considération non pas une entreprise mais trois pôles industriels, permet de préciser ces effets de réseaux qui assurent une certaine transparence du milieu et maintiennent une culture commune. Il montre que les entrepreneurs ne sont pas totalement maîtres du jeu, qu’ils ont à s’adapter à la main-d’œuvre locale, et qu’ils doivent concevoir leur politique en tenant compte de sa mentalité. Les entreprises locales suivent une logique de développement qui n’est pas simplement capitaliste. Car il ne s’agit pas seulement de maintenir une rentabilité mais d’assurer la reproduction d’une société et la position des familles d’entrepreneurs dans un tissu social spécifique. Dans les secteurs étudiés par Yvon Lamy, la papeterie, la ganterie notamment, les entreprises se maintiennent sur des créneaux de marché particuliers dans lesquels le potentiel de compétences existant leur permet d’être concurrentielles tout en gardant une chaîne de production traditionnelle. En combinant innovation et tradition les entrepreneurs cherchaient à préserver un esprit à dominante familiale.

42C’est par rapport à la famille et au réseau de relations qu’elle commande qu’est pensée une bonne partie du fonctionnement de l’entreprise (formation du capital, division du travail, gestion de la main-d’œuvre).

43Un système de valeurs fondé sur la prédominance du groupe familial mais aussi lié à la possession de compétences techniques et à la qualité des produits fabriqués, pour Yvon Lamy, marque l’esprit des différentes entreprises de la région. Il en fait le fil conducteur de son analyse du tissu industriel régional qui se maintient sans rentrer, pour le moment, dans la logique capitaliste de centralisation, automatisation qui a tant bouleversé nombre de secteurs de production.

44Caractériser l’esprit propre à chaque entreprise, en analyser les fondements, tel est l’objet des recherches correspondant au troisième volet du programme du séminaire.

La culture d’entreprise

45Tout en étant soumise aux mêmes lois du marché, au même code du travail, et au même environnement socio-culturel, celui de chaque région plus ou moins industrialisé, plus ou moins syndiqué..., chaque entreprise est pour ceux qui y travaillent, différente des autres. La différence ne porte pas sur des éléments qu’il serait facile de répertorier. Elle s’éprouve comme un tout, un style, un esprit qui ferait de chaque entreprise un petit monde particulier. Le patronat a cherché à exploiter cette singularité et a développé une politique autour de l’idée de culture d’entreprise, aux fins de s’attacher une main-d’œuvre qualifiée.

46Sans que cela implique une adhésion aux objectifs patronaux, les ethnologues n’ont pas contesté l’emploi de la notion de culture dans ce contexte. Il leur semble motivé par le caractère multidimensionnel d’une réalité complexe qui tient de l’organisation du travail, de la synergie propre à la collectivité formée par le personnel et au caractère particulier des individus qui la composent. Ceux-ci acquièrent par une imprégnation prolongée dans ce micro-milieu, les bases d’une culture qui les conduit à donner un sens particulier aux situations et aux relations qui ont pour cadre l’entreprise. Acquise, elle détermine pour partie le comportement, les attitudes et représentations du personnel et elle se vit comme une appartenance. Elle s’inscrit donc dans une totalité, combinaison dynamique de différents facteurs qui ont une influence sur ce que vit le personnel. Ce sont : la taille de l’entreprise, l’organisation du travail, le niveau de qualification générale, la place et le poids des syndicats, l’origine sociale et géographique des personnels, la politique patronale et la réglementation intérieure, le mode d’exercice du pouvoir, une mémoire collective, source de référence pour interpréter la situation présente et, enfin, les traditions locales. La combinaison de ces facteurs prend un sens au niveau du vécu des individus.

47L’organisation hiérarchique, les clivages internes entre les différentes catégories de personnel, la mentalité de l’encadrement – place et rôle des « petits chefs » par exemple – et d’une manière générale les rapports de force au sein des relations de travail semblent avoir une influence prépondérante sur la vie dans l’entreprise et notamment les normes de sociabilité. La relation entre patrons et syndicats a priori conflictuelle, mais de fait organisée pour la négociation et donc en même temps consensuelle, est caractéristique des dispositions particulières qui confèrent à chaque entreprise un esprit propre. Cette base consensuelle, résultat de compromis successifs, tient sans doute une place essentielle dans la culture de chaque entreprise.

48La culture d’une entreprise peut ne plus être comprise et acceptée par les nouvelles générations qui intègrent le collectif de travail. Un tel phénomène est assez fréquent. Georges Ribeill en fait l’analyse pour la sncf, et donne une interprétation tout à fait convaincante des grandes grèves de l’hiver 1986. La culture d’entreprise à la sncf s’est construite au croisement des aspirations d’un personnel recruté essentiellement en milieu rural et d’une organisation hiérarchique. Les jeunes recrues sans formation rentraient dans les chemins de fer à la recherche d’une sécurité et attendaient tout des compagnies. De père en fils, on s’élevait progressivement dans la hiérarchie. Celle-ci était favorable aux « petits chefs », maîtres de la gestion de la carrière de leurs subordonnés. Depuis, l’exode rural s’est tari et le recrutement a changé. Mais l’idée que dirigeants et syndicats se font des aspirations du personnel et de la façon de l’encadrer n’a pas changé en conséquence. D’où un décalage entre, d’une part, les aspirations des personnels, en terme d’horaires de travail, d’aménagement de la relation vie de travail/vie privée qui tienne compte de l’évolution des ménages où les femmes ont un travail salarié ; et d’autre part, les propositions du patronat et des syndicats lesquels pensent d’abord en termes quantitatifs alors que les revendications étaient tout autant de l’ordre du qualitatif. La rémunération au mérite, recommandée par le gouvernement, comme cela se faisait autrefois, a semblé particulièrement malheureuse. La grève a révélé la profonde remise en question des normes et valeurs qui ont pendant des décennies marqué la culture cheminote, et la mise à distance des syndicats qui n’ont pas su voir l’évolution de l’idée que les cheminots se faisaient de leur métier et de leur entreprise.

49Un conflit ayant pour cadre l’usine sert aussi à Philippe Mairot de révélateur pour caractériser la culture d’entreprise dans les usines-pensionnats du Dauphiné à la fin du xixe siècle. Ce conflit qui se solde, après intervention des gendarmes, par la mort d’une ouvrière s’inscrit dans les débats politiques autour de la question religieuse qui ont marqué le xixe siècle. Il porte sur l’existence d’un lieu de culte dans l’enceinte de l’usine. Plus généralement, c’est le rôle de la religion et du clergé, garant de la moralité et de la discipline dans l’entreprise qui est mis en question. Cette affaire montre à quel point le modèle culturel d’organisation de l’entreprise était alors dans cette région imprégnée de morale religieuse, utile au patronat pour embrigader et faire travailler les ouvrières.

50La valeur symbolique des règlements, la signification attribuée à la division du travail, l’intérêt porté aux différentes tâches, l’idéologie dominante (révolutionnaire, religieuse, familialiste, productiviste...), ont autant d’importance que par exemple la définition officielle des tâches, ou les règlements en eux-mêmes. Pierre Salmeron a présenté sa communication de manière à donner le plus grand relief à la part d’initiative, si réduite soit-elle, qui est celle de l’ouvrier dans son rôle pour montrer que la définition de celui-ci relève d’une négociation entre le bureau des ingénieurs et le groupe professionnel à partir de la lecture que celui-ci fait de la situation de travail. S’inspirant d’I. Goffmann, il propose une analyse des relations entre les personnels d’une usine textile de la vallée de la Nièvre (Somme) en termes de jeux de rôles et montre les stratégies des acteurs et des différents groupes d’ouvriers les uns par rapport aux autres dans la solidarité ou la rivalité.

51La troisième communication sur la culture d’entreprise tire parti comme les précédentes et sans que cela soit concerté, d’une situation de crise. La crise, point d’aboutissement des tensions et de rupture des consensus, est une phase où se révèlent les valeurs culturelles primordiales. Dans l’univers du travail elles sont réaffirmées à l’occasion des conflits sociaux, et des fermetures d’entreprises. David Charrasse s’est intéressé aux activités commémoratives dans les usines métallurgiques du bassin de Longwy, notamment la célébration de la Sainte-Barbe, la remise des médailles du travail, et ce qu’il a appelé les rites de fermeture. Par leur caractère fusionnel, ces manifestations où se rassemble l’ensemble des personnels, donnent corps à l’idée d’une culture commune, lieu de valeurs partagées.

52Dans une situation de crise où l’avenir est plus qu’incertain, ces activités retrouvent une valeur symbolique qu’elles avaient en partie perdue. Le rite s’est transformé, et c’est un des mérites du travail de David Charrasse de montrer comment ces traditions sont aménagées pour les besoins de la cause, sans perdre l’essentiel : affirmer l’existence (par-delà même la disparition de l’outil de travail) du collectif de travail et son identité propre. La dernière coulée du haut fourneau est utilisée pour réaliser un support métallurgique sur lequel sera gravé le sigle du syndicat. Comme toute activité humaine, le travail a des prolongements imaginaires et c’est une des dimensions de la culture d’entreprise que l’on retrouve aussi dans les productions symboliques des personnels, comme les a dénommées Noëlle Gérôme, qu’il faut prendre en compte dans les manifestations les plus diverses, bricoles, chansons, romans, créations plastiques, slogans...

53Le travail engagé par Phanette Cornu sur le langage du travail dans la conserverie nantaise se situe à la croisée des différentes composantes de la culture d’entreprise, technique, sociale et idéologique. Ce langage n’est pas seulement un langage technique, utilisé pour communiquer des informations spécifiques nécessaires à la réalisation de l’activité, il comporte aussi des classements implicites propres au groupe de travail et il traduit à travers ses connotations les valeurs et représentations d’une petite société. Il comporte des termes techniques mais aussi des mots et expressions plus courants employés dans un sens particulier. Il ne s’agit pas pour Phanette Cornu de rendre compte d’un parler mais de mettre en relation un langage avec une culture, celle d’une activité productrice dont elle retrace l’histoire pour mieux cerner l’origine des expressions, première étape d’une recherche qui semble prometteuse.

54La présentation de ces rencontres a surtout été consacrée aux lignes directrices du programme de recherche lancé par la mission du Patrimoine ethnologique. Les communications orales présentées en séance ont apporté d’autres informations relatives à l’ethnologie des groupes étudiés bien sûr, mais aussi au problème des sources, abordé par la plupart des participants. Les discussions enfin ajoutent aux exposés la nécessaire confrontation des terrains et des points de vue ; elles ont été l’occasion de débats critiques fort intéressants sur les méthodes employées et le choix des notions de référence.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540