Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Annexes

Quelques réflexions sur le colloque de Saint-Riquier

Paul Claval

Texte intégral

1Trois journées d’écoute, de discussions et de réflexion révèlent la multiplicité des points de vue de qui s’intéresse à l’habitat rural, à son évolution et à la préservation de ses formes anciennes les plus remarquables – et montrent également les convergences multiples de spécialistes variés. Avec le recul, des non-dits apparaissent. C’est ceux-ci que je voudrais traiter ici, avant que le souvenir ne s’en soit estompé.

La notion d’espace rural

2De tous les thèmes que suggérait l’intitulé du colloque, il en est un qui n’a guère été abordé : c’est celui de la conception que les participants se faisaient de l’espace rural, comme si la connaissance de celui-ci n’offrait aucune difficulté.

3Pour beaucoup, l’espace rural dont il allait être question était celui de la maison rurale, peut-être élargi à ses abords immédiats, accessoirement au village pris comme unité globale. Pour d’autres, l’espace rural est l’ensemble de ce qui s’oppose à la ville : la campagne, si l’on veut, avec sa juxtaposition de finages cultivés, de bois, de prairies, de maisons isolées, de hameaux et de villages. Il est normal que de telles différences d’échelle dans l’appréhension des concepts existent, mais il est toujours bon de s’interroger sur leur signification et sur ce qu’elles peuvent dire des objets étudiés.

4Les deux points implicitement admis par la plupart des participants, c’est que l’espace rural est fondamentalement celui de l’habitat et qu’il offre, d’un bout à l’autre du territoire national, une homogénéité suffisante pour être appréhendé par les mêmes démarches et pour être l’objet des mêmes politiques de sauvegarde, de conservation ou d’information. Quoiqu’il ait été sans cesse question du passage du monde pré-industriel au monde industriel, il a été dit fort peu de choses sur certains des bouleversements dans la vie des campagnes qui en ont résulté.

  • 1 L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et xixe siècles, Elisabeth Cl (...)

5Le stéréotype de la campagne traditionnelle comme une sorte d’utopie naturelle qui ignorerait ces deux plaies de la société moderne que sont la division du travail et la lutte interne de classes et de factions est bien mort : François Calame l’a rappelé en montrant le rôle des artisans dans la construction des maisons d’hier, et Elisabeth Claverie en narrant la genèse des situations conflictuelles au sein de l’ousta de la Margeride1. De la même manière, l’idée d’une société close, autarcique, se suffisant dans tous les domaines s’est effritée.

6Qu’est-ce qui caractérise donc l’espace rural au sens large du terme, la campagne si l’on préfère, dans la France traditionnelle, et explique que l’on puisse l’appréhender comme un tout ? Le degré de fermeture des cellules élémentaires, paroisses ou communes : elles ne sont pas coupées du reste du monde, en reçoivent des impulsions visibles, échangent des biens et des services – mais elles renferment la totalité de l’espace quotidien de la population : j’appelle ici espace quotidien celui nécessaire à la vie domestique (la maison, la cour), au travail (les champs, les ateliers, les boutiques, mais aussi le support nécessaire à la petite économie domestique, celle où l’autarcie est souvent réelle, jardin, meix ou plants des pays de village), et l’espace nécessaire aux déplacements et réunions quotidiennes (chemins, rues, places, églises, etc.).

7D’une région à l’autre, la structure de ces espaces de la quotidienneté n’est pas la même : c’est ce que pressentait Vidal de la Blache lorsque, dans le Tableau de la Géographie de la France (1902), il ordonnait ses distinctions régionales en fonction des différentes formes de sociabilité liées à la configuration des unités de base – pays de villages de la France du Nord et de l’Est, pays de gros bourgs ruraux du monde méditerranéen, habitat dispersé et « bourgs » de l’Ouest, campagnes plus complexes, plus mêlées dans la diagonale qui va du Jura et des Alpes aux Pyrénées et aux pays de la Charente.

8Peut-on continuer à parler, dans le même sens, d’espace rural au sens large, de campagne, aujourd’hui ? Non : les cellules de base, qui subsistent comme entités morphologiques, villages et terroirs, comme unités politiques, les communes, ont cessé de renfermer la totalité de l’espace de la quotidienneté de la population. Elles demeurent l’espace nécessaire à la vie domestique, avec maison et aires de loisir annexes (une nouveauté, comme on le voit à la substitution du jardin d’agrément au jardin potager), mais la quotidienneté le déborde déjà largement pour les services, les commerces. L’espace du travail quotidien se situe pour beaucoup, ouvriers, employés, cadres, commerçants, enfants scolarisés, hors de l’espace communal.

9Désormais, ce qui différencie les campagnes d’hier, ce n’est plus les différences dans les formes de sociabilité locale, c’est le degré très inégal dont la mutation des aires de la quotidienneté les a affectées. Une nouvelle typologie se crée, qui oppose des cas où le travail sur place, les activités agricoles en particulier, deviennent tout à fait marginales, et les zones où elles continuent à peser lourd dans la vie globale. Ainsi s’opposent des aires suburbanisées (dans un rayon de 5 à 20 km autour des agglomérations même les plus modestes), des aires rurbanisées (les ZPIU des recensements) où les densités supérieures à 100 habitants au km2 permettent une urbanisation sociologique sans déplacements longs, des campagnes relativement vivantes (là où l’agriculture demeure prospère, les densités rurales supérieures à 20 habitants au km2 et les liaisons faciles avec les bourgs et centres urbains proches), des campagnes marquées par le tourisme (avec des proportions souvent élevées de résidences secondaires) et des zones de déprise, qui évoluent vers le retour à la friche (la multiplicité des terres en déshérence en est un bon indice).

10Les oppositions entre ces divers types d’espace rural au sens large, de campagnes si l’on veut, sont capitales pour situer l’évolution de l’habitat rural et comprendre les menaces qui se sont multipliées récemment à l’encontre des formes traditionnelles de la maison.

  1. Dans les zones suburbaines, elles naissent des lotissements qui noient l’habitat traditionnel dans une pâte nouvelle, et des réinterprétations données aux fermes et aux maisons par de nouveaux résidents d’origine urbaine.
  2. Dans les zones rurbanisées, la pression vient surtout de la volonté de disposer d’un habitat moderne, qui conduit à détruire des maisons anciennes, ainsi que l’indiquait Marc Grodwohl pour l’Alsace.
  3. Dans les zones rurales vivantes, le péril vient à la fois de l’abandon de beaucoup de fermes anciennes par suite du mouvement de concentration des terres, et de la création de nouvelles unités de travail et de nouveaux ateliers dans les exploitations qui demeurent.
  4. Dans les zones en voie d’abandon complet, le problème est lié au maintien d’un patrimoine hors de proportion avec les besoins.
  5. Enfin, en zones où s’exerce une forte pression touristique, les menaces proviennent à la fois des ré-interprétations souvent très libres de l’habitat traditionnel par les nouveaux venus, et de la création de chalets, de maisons, de bungalows qui s’intègrent mal à l’ensemble.

11L’ampleur des destructions est telle que les mesures de conservation d’exemplaires types ne suffiront pas à préserver la qualité du paysage ; les actions d’associations volontaires sont essentielles – mais elles doivent peut-être s’appuyer sur une politique qui prenne mieux en compte les problèmes variés de ce qui a succédé à l’espace rural relativement uniforme d’hier.

L’espace rural traditionnel : les facteurs de son façonnement

12Revenons à l’espace rural traditionnel dans ses deux dimensions, celle de la communauté prise dans son ensemble, avec bois, terroirs, prés, villages, et celle de l’habitat et de ses annexes. Dans les deux cas, un certain ordre existait, dont il importe de comprendre la genèse et les conditions pour saisir à la fois ce qu’il convient de conserver dans une optique patrimoniale, et ce que l’on peut faire pour éviter la détérioration complète des cadres de vie.

13Avant la généralisation du code civil – et des études comme celle d’Elisabeth Claverie montrent bien combien elle a été tardive dans une bonne partie de la France profonde –, le monde rural était caractérisé par une dualité des droits sur la terre, la ressource essentielle : c’est que le problème qui se pose n’est pas seulement de produire, il est aussi de permettre la circulation des richesses, le passage d’une génération à l’autre des biens fonciers et l’intégration, sous une forme ou sous une autre, de la totalité ou d’une partie des enfants des générations montantes dans la collectivité locale. On peut dire qu’il existe depuis toujours des formes d’aménagement de l’espace, au sens que nous donnons aujourd’hui à ce terme, et ces formes imposaient, comme aujourd’hui, une certaine limitation des droits individuels.

14Ce que les géographes et les historiens de la campagne appréhendent sous le nom de paysage agraire est la traduction spatiale de ces systèmes de répartition des droits et des ressources : cela peut aller d’un régime d’allocation renouvelée des terres par la collectivité (il est connu dans les formes les plus anciennes de l’openfield Scandinave ou britannique), à un simple contrôle des usages par la collectivité (vaine pâture, dépaissance des jachères, libre accès de tous aux troupeaux communaux dans les openfields du nord et de l’est de la France avant la révolution agricole), à un régime de contrôle par de grands propriétaires (fermage breton, métayage vendéen par exemple), ou à un régime de contrôle au sein d’exploitations familiales (l’autorité qui assure la régulation étant alors celle du chef de famille).

15Ces systèmes agraires n’ont jamais été figés. Certaines formes ont eu, c’est certain, tendance à se maintenir dans la mesure où les solutions qu’elles proposaient étaient difficiles à mettre en cause sans bouleversement social profond – c’était le cas de l’openfield traditionnel. Presque partout, les systèmes agraires qui ont vu l’épanouissement des paysages agraires que nous aimons aujourd’hui, ceux qui ont achevé de se modeler au cours du xixe siècle, et souvent assez tard dans le siècle, sont différents des modèles classiquement analysés par les géographes : la régulation y est souvent assurée par une classe de propriétaires qui vivent en ville ; autour des centres où ils habitent, ils ont contribué à modeler des exemples de « bel paese » dont Emilio Sereni a montré qu’ils font le charme de la péninsule italienne, mais qui étaient présents presque partout, autour d’Aix, de Montpellier, de Lyon, de Toulouse, de Bordeaux, de Paris – et à un moindre degré, autour de villes moins importantes. Un peu partout, la difficulté des problèmes à résoudre commence à diminuer grâce aux mouvements de population – migrations temporaires si caractéristiques de la France pré-industrielle, mouvements définitifs ensuite. C’est dire que les sociétés agraires s’intègrent plus largement dans des sociétés ouvertes.

16Pierre Chaunu a souligné à juste titre la signification du passage au monde plein : c’est à partir du moment où les cellules rurales n’ont plus pu résoudre leurs problèmes sans déborder sur des terres neuves que leur aménagement a posé des problèmes ardus : c’est à ce moment que les formes d’aménagement qui ont créé la campagne ont atteint leur plus grande complexité. La pression qui imposait certaines de ses formes diminue avec les mutations qui s’esquissent dès la fin du xviiie siècle : les systèmes agraires réagissent en s’altérant, en perdant leur rigidité. Le code civil, en refusant de reconnaître la nécessaire dualité des droits sur le sol, a accéléré la ruine de ces systèmes.

17Il va sans dire que ces systèmes sont morts et que ce qu’ils ont laissé dans le paysage est lié simplement à l’inertie considérable des parcellaires : à moins de remembrement, les systèmes évoluent par subdivision des terres, ou rachat et agrandissement, mais sans que les limites soient remises en cause. Du même coup, les habitudes de fermeture, les haies vives ou les complants se sont maintenus tant qu’ils n’ont pas gêné les adaptations nécessaires. Ces traits sont évidemment compromis lorsque la mécanisation impose le regroupement des parcelles et des aires de travail bien dégagées. Les traces des systèmes agraires anciens ont donc tendance à s’effacer brusquement, après avoir survécu parfois deux siècles ou plus aux conditions qui les rendaient fonctionnelles.

18Il est évident qu’on ne peut rien à la disparition des systèmes agraires d’hier. Mais leur analyse impose deux idées : c’est qu’il n’est pas possible d’avoir des campagnes harmonieuses sans un certain contrôle de l’espace par la collectivité ou par certains groupes sociaux, et qu’il y a des configurations qui, même non fonctionnelles, méritent d’être sauvegardées ou repensées et recréées par suite de leurs vertus écologiques ou esthétiques -ainsi, certaines formes de bocage ou de complants.

19Au sein de l’espace rural au sens large que constitue la communauté rurale, comment se sont modelés les espaces particuliers que constituent les maisons ? Celles-ci forment une pièce du système agraire général, et ne peuvent se comprendre en en faisant abstraction : la disposition des parcelles bâties et des parcelles consacrées à la petite économie domestique est contrôlée par la collectivité dans les openfields traditionnels, pour ne citer qu’un exemple. C’est là une des contraintes qui pèsent sur les constructions. Une autre vient, pour les agriculteurs, du type de culture ou d’élevage qu’ils pratiquent au sein de la collectivité. Il y a ensuite les contraintes du milieu, la difficulté de se procurer des matériaux, ainsi que les limites qui naissent du petit nombre de techniques connues dans certains domaines.

20A la différence de ce qui se passe dans le domaine de l’organisation de l’espace productif agricole, on n’a généralement pas l’impression qu’une structure à deux niveaux, avec contrôle hiérarchique exercé par la collectivité, ait été à l’œuvre dans la construction ; elle n’est visible – et encore – que dans les zones où la régulation de la vie rurale est aux mains de propriétaires non-exploitants qui supervisent toutes les décisions.

21Comment expliquer alors l’harmonie souvent observée dans un domaine où la liberté apparente existait ? Par le poids des contraintes justement : celles qui naissent de l’adaptation au milieu, celles qui naissent des matériaux, celles qui proviennent des habitudes d’habiter, et celles qui tiennent aux conceptions mêmes de la maison. Celles-ci sont à la fois transmises par la masse de la population et par les spécialistes qui interviennent dans la construction. Au total, l’harmonie d’ensemble naît de la parenté des solutions et de la prédominance des mêmes proportions, liée aux techniques disponibles – la distance entre les fermes, par exemple – ou à des habitudes dont la genèse est mal connue. Une certaine harmonie résulterait donc du jeu de décisions formellement indépendantes, mais sur lesquelles pesaient des contraintes considérables.

22Là aussi, la compréhension de systèmes traditionnels est indispensable. Elle seule permet de conserver les maisons et les bâtiments qui méritent de l’être pour des raisons esthétiques ou par souci de préservation du patrimoine. Mais la leçon va plus loin. Elle nous dit qu’un habitat peut être beau, riche, varié dans le détail sans être harmonieux lorsque des contraintes similaires pèsent sur tous ses intervenants.

23Ces contraintes, qui n’interdisent pas la créativité, portaient davantage sur les matériaux et sur les proportions avec lesquelles on combinait les volumes que sur les formes elles-mêmes.

24Comment, dans la société actuelle, éviter que les constructions nouvelles ne soient en totale disharmonie avec celles d’autrefois ? En laissant jouer la liberté la plus complète ? C’est ce que réclame les architectes au nom de la créativité – mais puisqu’on n’hésite pas, dans ce domaine de l’aménagement que constitue le zoning, à limiter la liberté de chacun, pourquoi adopterait-on un principe fondamentalement différent pour le second domaine que constitue la production du bâti ? Le problème, c’est simplement de bien choisir les points d’intervention. Le rôle du spécialiste des sciences sociales n’est certainement pas de dire ce qui est beau et ce qui ne l’est pas, ou de déterminer si une politique de protection du paysage doit être mise en œuvre ou pas. Mais il peut légitimement montrer quel a été le rôle des contraintes ou des réglementations, là où elles existaient autrefois ; il peut également signaler que des contraintes apportées sur les matériaux ou sur les proportions peuvent avoir des effets bénéfiques pour l’harmonie de l’ensemble sans interdire la créativité.

25Pour sauver les paysages, pour préserver non pas des réalisations limitées, mais l’atmosphère d’ensemble, il convient cependant de faire autre chose : c’est pour cela qu’il est bon de se pencher plus longuement sur la manière dont se constitue le bâti dans les régions rurales actuelles.

Les forces en jeu dans l’espace bâti des campagnes actuelles

26Peut-être pourrait-on faire davantage fond sur le bon goût des ruraux d’aujourd’hui si leur connaissance des procédés et des techniques d’antan n’était pas en train de s’évanouir, et si les autorités qui pèsent sur les choix demeuraient locales. La société paysanne de jadis élaborait une bonne part des valeurs qui la régentaient : elle disposait de ses propres légitimeurs – l’Eglise, par exemple, les élites rurales, les notables, mais pas toujours.

27La mutation la plus marquante de notre société, dans ce domaine, c’est sans doute la fin de cette identité paysanne : on en suit les étapes à partir de 1880, et l’effondrement à partir de 1945 ; c’est à ce moment-là que des modèles universalistes commencent à s’imposer. Lorsqu’une redécouverte des valeurs traditionnelles s’opère, à partir de 1970, les légitimeurs qui cautionnent ce revirement ne sont plus des gens profondément intégrés au monde rural : ce sont des citadins, des néo-ruraux au mieux, et très souvent des intellectuels. Qui peut dire si les modes qu’ils lancent aujourd’hui vont durer ? Qui peut indiquer les modifications qu’elles sont susceptibles de prendre ?

28La seconde mutation qui touche toutes les campagnes, quelle que soit leur situation dans la gamme des densités et des formes d’urbanisation sociologique qu’elles connaissent, c’est celle qui touche la manière de conduire la vie quotidienne : même si, pour asseoir son identité, on ne répugne pas à affirmer son attachement à la communauté par un habitat original, on entend vivre comme tout le monde le fait, ce qui implique l’accès aux mêmes équipements ménagers, et des dispositions de plus en plus standardisées dans la distribution des espaces intérieurs et des circulations : les journaux, la télévision et le cinéma, les visites aussi aux parents et aux amis, pèsent lourd dans cette uniformisation. Les formes extérieures subsisteront tant qu’elles n’interdiront pas la réorganisation recherchée ; elle seront altérées, ou abandonnées dans le cas contraire.

29La troisième mutation tient ensuite à l’évolution du secteur de la construction : la part de l’artisanat local tend à baisser, cependant que l’on voit croître le rôle des constructeurs artisanaux mieux équipés des villes, la part de la préfabrication et celle de l’auto-construction. Toutes ces évolutions tiennent d’ailleurs à la même tendance profonde : la déqualification du travail du bâtiment, au fur et à mesure que c’est vers l’amont, vers les usines qui fabriquent les matériaux ou les éléments, que l’effort de conception et de rationalisation se déplace.

30Les savoir-faire traditionnels disparaissent avec les artisans, et la connaissance qu’ils pouvaient avoir des jeux de volume et de proportions traditionnels du même coup. Leur rôle était important dans la régulation de la construction. Ils imposaient le respect de certains principes sans faire dans l’uniforme. La standardisation en amont est catastrophique.

31Il faut pourtant faire avec elle. Tout indique d’ailleurs que les maisons spécialisées dans la construction n’ignorent pas les goûts et les besoins des clients en matière de pittoresque et de couleur locale. Le fait que certaines entreprises proposent des gammes de types correspondant aux grandes régions est une bonne chose en soi – même si les modèles sont souvent de très médiocres pastiches ! On sait fort bien, à partir d’éléments standardisés, multiplier les formes : certains hameaux suburbains indiquent que des architectes Imaginatifs arrivent à marier une créativité réelle à l’industrialisation. C’est en agissant sur eux, en les incitant à faciliter, à partir d’éléments industriels, le jeu des combinaisons variées, que l’on peut arriver à sauver les paysages : il y faut des contraintes qui ne viennent plus de la nature ni des connaissances techniques, mais des collectivités locales, une action pédagogique auprès des candidats à la construction, et des essais pour aller plus loin dans de nouvelles formes de créativité.

32Il ne fait pas de doute que l’on ne fabriquera pas à partir de là l’équivalent des paysages d’hier – mais notre problème est de façonner les paysages où nous vivons aujourd’hui sans oublier complètement ce qu’il y avait d’agréable ou de remarquable dans ceux d’hier, sans renoncer à faire de l’espace le foyer d’enracinements et d’identifications multiples, et en recréant le sens d’une certaine harmonie entre les hommes et leur environnement.

Notes

1 L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et xixe siècles, Elisabeth Claverie, Pierre Lamaison, Hachette, 1982.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540