Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Protéger l’habitat rural

Denis Chevallier

Texte intégral

1S’il devait suivre les géographes, les ethnologues, les sociologues dans leurs conceptions de l’habitat rural, le protecteur serait plongé dans un grand embarras. Ne devrait-il pas en effet penser à conserver non seulement les spécimens d’architecture représentatifs, mais aussi l’ensemble du contexte naturel et social dans lequel cet habitat est inscrit ?

2A la limite, la conservation d’une maison paysanne ne devrait-elle pas impliquer nécessairement celle de l’exploitation dans son intégralité, donc aussi des hommes dépositaires des savoirs nécessaires à la mise en valeur et à l’entretien de l’exploitation ?

3Face à de telles exigences, le protecteur devra faire des choix et intervenir avec les moyens à sa disposition : lois et règlements bien sûr, mais aussi moyens indicatifs permettant de sensibiliser le public et surtout de développer une vie rurale compatible avec le maintien d’un habitat original.

4Les différentes formes d’intervention sur le bâti en milieu rural peuvent être réparties en quatre grandes catégories :

  • la protection juridique du patrimoine bâti et des sites,
  • les interventions inscrites dans le cadre d’opérations globales de protection, d’aménagement et de développement,
  • les réutilisations du patrimoine bâti à des fins de sensibilisation et de formation du public,
  • la transmission des techniques liées à l’édification et à l’entretien du patrimoine architectural.

La protection juridique

5Cette protection est de deux types :

  • la protection au titre de la loi sur les monuments historiques (loi de 1913),
  • la protection au titre de la loi sur les sites (loi de 1930).

La loi de 1913

6Jusqu’à la création des commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique (les COREPHAE), la Commission supérieure des monuments historiques, comme les différents services nationaux et régionaux chargés des monuments historiques, se sont peu préoccupés de la protection de l’architecture rurale vernaculaire.

7Ce manque d’intérêt tient d’une part aux conceptions généralement partagées par les responsables de la protection des monuments historiques, qui considéraient jusqu’à une époque récente, les années 1970 (et pour certains, qui continuent à considérer) que l’architecture paysanne, par définition une architecture de série, ne correspond pas à la définition du monument historique : « immeuble présentant un intérêt du point de vue de l’histoire ou de l’art ». Ce manque d’intérêt tient d’autre part à des raisons techniques comme la difficulté d’établir des typologies admises par tous, permettant de choisir des spécimens représentatifs, ou à la nature même de bâtiments dont la vocation agricole rend la protection beaucoup trop contraignante.

8Dans son rapport sur la protection de l’architecture rurale, l’inspecteur général des monuments historiques, Michel Parent, pouvait estimer à 600 seulement les arrêtés concernant l’architecture d’exploitation rurale privée, sur les 32 000 bâtiments inscrits ou classés en 1982. Encore faut-il constater que la plupart de ces bâtiments n’ont pas été sélectionnés sur des critères de représentativité, mais plutôt sur des critères d’unicité : bâtiments associés à des châteaux ou des abbayes, ou comportant des éléments (portails, cheminées...) issus d’une architecture savante.

9Le sondage que nous avons réalisé en 1985 dans deux régions (Rhônes-Alpes et Picardie) confirme ces tendances.

10Pour les huit départements rhônalpins, sur 32 bâtiments d’architecture paysanne ayant fait l’objet de protection, 22 sont des bâtiments situés dans le seul département de l’Ain, et tiennent leur protection à la présence de cheminées sarrasines.

11Pour les trois départements picards, les bâtiments d’architecture rurale protégés sont, soit des équipements ruraux collectifs (moulins), soit des bâtiments associés à des châteaux ou des abbayes (fermes, pigeonniers...).

12Les bâtiments d’architecture rurale paysanne ont donc été quasiment ignorés des services des monuments historiques. Aujourd’hui pourtant les conditions semblent favorables à un renouveau d’intérêt pour la protection de ce type d’architecture. L’idée d’une protection des maisons traditionnelles a fait son chemin dans le public. Depuis 1984, l’Administration s’est déconcentrée, les COREPHAE qui proposent les inscriptions à l’inventaire des monuments historiques sont plus proches du terrain puisque, outre les services de l’Etat et des collectivités territoriales, y sont représentés des scientifiques, des associations comme « Maisons paysannes de France », qui ont dans ces instances la possibilité d’exposer des préoccupations nouvelles, et pourquoi pas de proposer des programmes régionaux de protection de l’architecture rurale vernaculaire.

13Cette protection pourra-t-elle pour autant s’exercer en appliquant la loi de 1913 ? Rien n’est moins sûr. S’il semble en effet souhaitable, dans le cas de bâtiments exceptionnels et menacés de disparition, de proposer leur inscription ou leur classement, il paraît difficilement envisageable de classer systématiquement des spécimens représentatifs de tous les types d’architecture paysanne, car il s’agirait de centaines, peut-être de milliers de bâtiments à inscrire ou classer dans chaque région de France.

La loi de 1930 ; la protection des sites

14Des éléments d’architecture rurale peuvent être protégés parce qu’ils sont inclus dans le périmètre de sites inscrits ou classés. Pourtant, sur plus de 6 700 sites protégés en France, on n’en trouve qu’un nombre très limité dont la protection ait été dictée par une volonté de conserver des éléments d’architecture représentatifs, la protection étant plutôt justifiée par le caractère pittoresque du site concerné.

15De plus, si la protection au titre de la loi sur les sites permet de protéger des ensembles ruraux : maison avec son exploitation, groupement de maisons, elle ne concerne que les extérieurs. Surtout, les dossiers ne différencient pas chaque élément du bâti à l’intérieur du site, ce qui rend impossible toute tentative de protection raisonnée.

16Il reste que, malgré ses limites, la loi de 1930 est un instrument qui a été utile à la protection des éléments d’architecture rurale. Elle a permis en effet de prendre en compte l’environnement de cette architecture, sans lequel elle demeurerait incompréhensible. Depuis 1983, l’inscription des sites devrait être remplacée progressivement par la création de nouvelles zones de protection, définies avec les collectivités locales concernées : les ZPPAU.

17En résumé, concernant l’architecture paysanne, les lois sur la protection, qu’elles s’exercent sur les monuments historiques ou sur les sites, nous semblent présenter certaines limites. Ces limites sont dues :

  • à la lourdeur inhérente à de telles procédures,
  • aux difficultés rencontrées pour établir les règles scientifiques nécessaires à une protection systématique,
  • à l’image négative de ce type de mesure dans le public (et surtout parmi les propriétaires), qui les perçoit comme une immixtion de l’Etat dans la gestion du patrimoine privé.

Réglementation de l’urbanisme et aménagement rural

18Protéger l’habitat rural, c’est sans doute avant tout créer les conditions favorables pour le maintien des activités (agricoles, artisanales...) liées à cet habitat. Pour cela, les politiques de protection vont jouer sur les dispositifs disponibles pour intervenir sur le milieu rural dans les domaines de l’urbanisme et du développement.

La réglementation de l’urbanisme

19La protection du patrimoine architectural rural trouve sa place dans le contexte des réglementations de l’urbanisme. Pour ne pas entrer dans l’énumération, qui pourrait être fastidieuse, des multiples règlements applicables en la matière, je me bornerai à relever les mesures les plus récentes ressortissant à la loi du 7 janvier 1983, qui institue la décentralisation en matière d’urbanisme.

20Cette loi donne aux communes des pouvoirs accrus dans les domaines de la protection et de la gestion de leur territoires, en leur donnant l’initiative de l’élaboration de plusieurs documents d’urbanisme qui, à un titre ou à un autre, concernent l’habitat rural : ce sont notamment les schémas directeurs, les plans d’occupation des sols, les zones de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAU).

Les schémas directeurs

21Ces documents fixent les orientations fondamentales de l’aménagement des territoires intéressés. Ils permettent d’introduire la nécessité d’organiser l’aménagement en tenant compte de l’équilibre à maintenir entre l’extension urbaine, l’exercice des activités agricoles et des autres activités économiques.

Les plans d’occupation des sols

22Ce sont les seuls documents d’urbanisme communaux opposables aux tiers. Ils fixent les zones constructibles, les zones agricoles, les zones non constructibles, etc. Les plans d’occupation des sols doivent respecter la mise en œuvre des projets d’intérêt général qui sont aussi bien des opérations d’aménagement ou d’équipement, de fonctionnement d’un service public, ou des projets touchant la protection du patrimoine naturel ou culturel, ou l’aménagement agricole et rural.

Les ZPPAU

23Les zones de protection du patrimoine architectural et urbain sont appelées à se substituer aux effets de servitudes des abords des monuments historiques et des sites inscrits. Dans ces zones, définies à partir d’une analyse fine du patrimoine concerné, seront fixées un certain nombre de règles concernant les modes de protection mais aussi éventuellement d’aménagement des éléments patrimoniaux.

24La ZPPAU, issue d’une démarche de recherche et d’un dialogue entre la collectivité locale et les services de l’Etat, ouvre des perspectives intéressantes en matière de protection du patrimoine rural.

  • elle est issue d’une concertation avec les populations concernées et peut s’accompagner dans sa phase préalable d’une démarche de sensibilisation du public ;
  • elle peut proposer de moduler les mesures de protection en fonction des caractéristiques propres de chaque élément du patrimoine considéré (utilisation, environnement...) ;
  • elle peut proposer des mesures d’accompagnement de la protection : favoriser le maintien d’activités artisanales ou agricoles, former des artisans aux techniques de restauration appropriées par exemple.

25Enfin et surtout, la ZPPAU permet de donner au patrimoine une définition plus large que celle qui lui était traditionnellement attribuée (architecture, monuments,...) en tenant compte d’autres éléments : environnement végétal, équipements collectifs (four à pain, moulin, fontaine...), espaces publics, liés à une forme d’habitat rural.

Protection et aménagement rural

26Protéger l’architecture paysanne implique, si on opte pour une protection du bâti dans son environnement, de proposer des moyens pour maintenir une vie rurale. En effet, la cause principale de la disparition de l’architecture traditionnelle réside dans les grands bouleversements qui, ces dernières décennies, ont touché les campagnes françaises. L’exode rural, la modernisation des techniques agricoles, la multiplication des résidences secondaires ont provoqué des transformations radicales de l’habitat traditionnel.

27Il apparaît donc nécessaire, si l’on souhaite que la protection de l’architecture rurale n’atteigne pas des coûts prohibitifs pour l’Etat ou les collectivités locales, d’accompagner toute action en faveur de l’habitat traditionnel du maintien des activités susceptibles d’entretenir le patrimoine bâti et son environnement.

28Les moyens permettant d’associer protection et revitalisation du milieu rural sont nombreux. Je n’en signalerai que quelques-uns parmi les plus récents ou les plus importants :

Les parcs nationaux et les parcs naturels régionaux

29Ils s’attachent à protéger le patrimoine naturel et culturel de leurs zones et, de ce fait, participent à la protection de l’habitat régional.

30Les actions des parcs en faveur de l’architecture rurale sont multiples : sensibilisation du public grâce à des musées, des écomusées ou des circuits de découverte, assistance architecturale, revalorisation de métiers artisanaux (techniques de construction), réutilisation de bâtiments d’architecture locale, lancement d’opérations de réhabilitation (opérations programmées d’amélioration de l’habitat).

Les opérations villages

31Lancées dans les années 1970 par les ministères de la Culture et de l’Agriculture, les opérations-villages ont porté sur plus de 90 villages (un par département environ) où l’on a tenté de mener une action exemplaire associant la restauration et la réhabilitation du bâti à une politique globale d’aménagement rural.

Les chartes intercommunales de développement et d’aménagement

32Depuis 1984, les chartes intercommunales se substituent aux plans d’aménagement ruraux. Elles permettent aux communes concernées de fixer ensemble des priorités concernant tant la protection et la mise en valeur d’un patrimoine naturel et culturel qu’il peut être nécessaire de gérer collectivement que le développement de l’économie locale.

Protection et mise en valeur

33En France, si la présentation et l’explication de l’architecture rurale au public n’ont pas donné lieu, comme dans d’autres pays, en Europe du Nord notamment, à la création de musées de maisons d’envergure nationale ou régionale, elles s’appuient sur un nombre important d’écomusées, de petits musées, de centres d’accueil souvent installés dans des bâtiments d’architecture traditionnelle. De plus, de nombreux organismes et associations tentent de sensibiliser le public à l’intérêt de l’architecture locale en réalisant des publications ou en montant des expositions.

Les écomusées

34A l’origine, les écomusées, lieux de présentation et d’interprétation de territoires et des activités qui leur sont associées, souhaitent, à l’instar des pays d’Europe du Nord, réaliser des musées de maisons. S’ils ont dépassé une conception muséographique strictement axée sur les formes d’habitat, ces dernières n’en demeurent pas moins un support essentiel, parce que le plus spectaculaire, de la présentation d’un territoire.

35La grande majorité des écomusées qu’il est possible de recenser aujourd’hui en France (il en existe une trentaine) comportent des présentations de l’architecture rurale traditionnelle.

36Ces présentations peuvent prendre plusieurs formes : certaines s’approchent de la conception classique du musée de maisons comme l’Ecomusée de Haute Alsace d’Ungersheim où sont rassemblés sur un même site un ensemble de bâtiments représentatifs de l’architecture de cette région d’Alsace. L’écomusée de Marquèze, bien qu’il ait lui aussi fait appel à des techniques de transfert de maisons relève d’une conception différente. Il ne s’agit pas en effet de rassembler des modèles représentatifs de l’habitat de cette partie des Landes mais de reconstituer une unité d’habitat sur son site d’origine : l’airial de Marquèze. A côté de ces deux écomusées plus particulièrement axés sur une présentation de l’architecture rurale, des écomusées comme ceux du mont Lozère, de Fourmies, de Brotonne ou d’Ouessant, relèvent d’une conception légèrement différente. L’habitat rural y est présenté in situ, les bâtiments peuvent être intégrés dans des circuits de découverte du territoire considéré ou être des antennes de l’écomusée où sont plus particulièrement abordés certains aspects de la vie rurale.

Musées, maisons d’associations, centres d’accueil

37Un recensement effectué en 1985 fait état de plus de cinquante musées d’ethnographie abrités dans des bâtiments représentatifs de l’architecture paysanne locale. Ces musées, généralement gérés par des associations, présentent parfois des reconstitutions d’intérieurs de maisons et s’efforcent toujours d’exposer des témoignages des activités et des modes de vie liés à cet habitat.

38A côté des musées, quelques associations de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine architectural rural se sont installées dans des maisons traditionnelles restaurées. C’est le cas de l’association Liger en Ardèche, qui anime dans une ferme traditionnelle un centre d’information aux techniques du genêt, ou du centre culturel d’architecture rurale paysanne du Périgord, installé dans une métairie périgourdine à Montagnac la Cremps.

Sensibilisation et formation du public

39Si musées et écomusées jouent un rôle important dans les domaines de la protection et de la mise en valeur de l’architecture rurale régionale, leur action ne touche trop souvent qu’un public limité. Un certain nombre d’organismes et d’associations essaient donc par une action plus diffuse de toucher un public plus vaste, et particulièrement celui qui est directement amené à utiliser l’habitat rural : les propriétaires.

40Il faut signaler ici le rôle de conseillers que peuvent avoir les CAUE - Conseils pour l’architecture, l’urbanisme et l’environnement - implantés dans chaque département, ou des associations comme « Maisons paysannes de France ». Ces institutions offrent des conseils architecturaux à ceux qui désirent restaurer leurs maisons et réalisent un travail de sensibilisation du public en publiant des brochures sur l’architecture locale ou en montant des expositions.

41Il ne faut pas oublier le rôle important que jouent aussi les services de l’Etat en matière d’information du public : expositions et publications réalisées par les services régionaux de l’Inventaire, création de centres de documentation du patrimoine dans chaque région, etc.

Protection de l’architecture et transmission des savoir-faire de la construction

42Le dernier point que je souhaiterais aborder pour terminer cette esquisse de l’état de la protection de l’architecture vernaculaire est celui de la transmission des techniques traditionnelles utiles à l’entretien et à la restauration des bâtiments d’architecture locale. Il est en effet difficile de concevoir une protection de l’architecture sans prendre en compte celle des techniques qui ont contribué à son édification.

43Depuis quelques années, plusieurs organismes et associations s’attachent avec l’aide de l’état à former des artisans ou des auto-constructeurs à certaines techniques de construction. Plusieurs expériences méritent d’être signalées :

  • celle que mène depuis plusieurs années l’association « Maisons paysannes de l’Oise » pour transmettre et réhabiliter la technique du torchis sur pans de bois. La formation d’artisans et d’auto-constructeurs à cette technique, la mise en place de filières de production semi-industrielle de torchis s’avère en effet indispensable pour le maintien du patrimoine immobilier régional dont une grande partie est construit avec cette technique.
  • la formation d’artisans aux techniques traditionnelles de construction est organisée dans plusieurs autres régions : pisé dans le Nord-Dauphiné, constructions en pierre sèche en Haute-Provence, couvertures végétales en Bretagne, etc.

44Outre l’aide de l’Etat (ministère de l’Urbanisme, de la Culture, de l’Agriculture, de l’Education nationale) et des chambres consulaires, ce type d’opération requiert l’organisation de structures locales capables d’inventorier les artisans détenteurs de savoir-faire et d’organiser les formations. Musées, écomusées, parcs naturels ont là aussi un rôle à jouer. Des écomusées comme ceux de Marquèze ou de Haute-Alsace, des musées comme le musée de plein air de Quercy, des parcs comme ceux de la montagne de Reims, de Lorraine organisent des formations aux techniques architecturales locales.

Conclusion

45Ce rapide tour d’horizon de la protection de l’architecture paysanne en France nous amène à formuler plusieurs remarques.

46La première est qu’en France il n’existe pas de politique nationale pour une protection systématique de l’architecture paysanne. En effet, malgré plusieurs tentatives comme la mise en place des « opérations-villages » ou des labels de maisons de pays, pour ne citer que les expériences les plus récentes, les protecteurs ont toujours été confrontés à des choix très difficiles à opérer :

  • choix des spécimens représentatifs de types architecturaux lorsqu’on sait que les scientifiques ne s’accordent pas sur les critères de définition des typologies ;
  • choix des mesures appropriées : protection in situ ou dans des musées ; protection privilégiant les formes architecturales ou les fonctions...

47Il faut donc convenir qu’aucune mesure de protection n’est satisfaisante si elle est utilisée seule. La protection légale est extrêmement contraignante et risque de s’effectuer au détriment du maintien d’une vie économique dont on sait qu’elle est indispensable à la protection du cadre naturel et culturel du bâtiment.

48A l’inverse, les différentes mesures préconisées pour maintenir ou développer les activités économiques dans le monde rural sont parfois incompatibles avec une protection de l’architecture qu’il s’agira plutôt de moderniser, donc de transformer.

49La protection de l’architecture paysanne ne peut donc s’effectuer qu’en combinant des mesures complémentaires. En effet, la protection légale de certains bâtiments représentatifs d’une architecture en voie de disparition doit s’accompagner de mesures plus diffuses :

  • la mise en place de politiques de développement local adaptées aux caractéristiques du milieu naturel et de l’habitat traditionnel ;
  • une sensibilisation du public et en particulier des propriétaires grâce à des publications, des expositions et la présentation de modèles d’architecture locale ;
  • le maintien et, le cas échéant, la revalorisation et la transmission, par des mesures appropriées, des techniques de construction indispensables à l’entretien et la réhabilitation de l’architecture locale.

Bibliographie

Bibliographie

Milieu rural : espace et histoire

Bloch, M., Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, réed., 2 vol. , Paris, Armand Colin, 1952-1956.

Dion, R., Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, Arrault, 1934.

Duby, G. et Wallon, A. (éds.), Histoire de la France rurale, 4 vol. ,

Paris, Seuil, 1976.

Fossier, R., Chapelot, J., Le village et la maison au Moyen-Age, Paris, Hachette, 1980.

Pitte, J.R., Histoire du paysage français, 2 vol. , Paris, Tallandier, 1983.

Roupnel, G., Histoire de la campagne française, 1932, réed. Paris, Plon, 1975.

La maison : histoire, anthropologie

Bonnin, Ph., Perrot, M., de la Soudière, M., L’Ostai en margeride, Paris, CNRS, 1983.

Bourdieu, P., « La maison ou le monde renversé » in Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève/Paris, Droz, 1972, pp. 45-69.

Bromberger, G, Habitat, société rurale et architecture vernaculaire dans le nord de l’Iran, Paris, UNESCO, 1985.

Chaunu, P. (sous la direction de), Le bâtiment ; enquête d’histoire économique, xive-xixe siècles, Paris, Mouton, 1971.

Claverie, E., Lamaison, P., L’impossible mariage, Paris, Hachette, 1982.

Leroi-Gourhan, A., Evolution et techniques, t. 1, L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943 ; t. 2, Milieu et techniques, Paris, Albin Michel, 1945.

Levy, P., Segaud, N., Anthropologie de l’espace, Paris, CCI., 1983.

Parain, C., « La maison vigneronne » in Outils, ethnies et développement historique, Paris, Editions sociales, 1979, pp. 135-195.

Rapoport, A., Pour une anthropologie de la maison, Paris, Dunod, 1972.

Architecture rurale

1. Bibliographie

Mairion, Jones, Gwyn, La maison traditionnelle, bibliographie de l’architecture vernaculaire de France, Paris, CNRS, CDSH, 1978, 153 p. (Cette bibliographie assez complète possède un index géographique et thématique. Elle ne concerne que les ouvrages parus avant 1978.)

2. Etudes antérieures à 1940

Brunhes, J., « Les types régionaux de maisons et carte générale des toits » in Histoire de la nation française 1920, t. 1, vol. 1, pp. 411-444.

Demangeon, A., « L’habitation rurale en France. Essai de classification des principaux types », Annales de géographie, 1920, XXIX, pp. 352-375.

Foville, A. de, Enquête sur les conditions de l’habitation en France, Paris, Leroux, 2 vol. , 1894-1899.

3. Le corpus d’architecture rurale française

L’architecture rurale française : corpus des genres, des types et des variantes, dir. par Jean Cuisenier ; publ. par le musée national des Arts et Traditions populaires et par le Centre d’ethnologie française. Paris, Berger-Levrault, 1977.

Dauphiné, Henri Raulin, 1977.

Franche-Comté, Claude Royer, 1977.

Savoie, Henri Raulin, 1977.

Alsace, Marie-Noële Denis, Marie-Claude Groshens, 1978.

Corse, Henri Raulin, Georges Ravis-Giordani, 1978.

Lyonnais, Claude Royer, 1979.

Midi toulousain et pyrénéen, Claude Rivais, 1979.

Bourgogne, Richard Bucaille, Laurent Lévi-Strauss, 1980.

Provence, Christian Bromberger, Jacques Lacroix, Henri Raulin, 1980.

Lorraine, Claude Gérard, 1981.

Poitou-Pays charentais, Suzanne Jean, 1981.

Berry, Christian Zarka, 1982.

Bourbonnais-Nivernais, Jean Guibal, 1982.

Comté de Nice, Paul Raybaut, Michel Perreard, 1982.

Normandie, Max-André Briev, Pierre Brunet, 1984.

Pays aquitains, Pierre Bidart, Gérard Collomb, 1984.

Bretagne, Daniel Le Couedic, Jean-René Trochet, 1985.

Ile-de-France - Orléanais, Francine de Billy-Christian, Henri Raulin, 1986.

Regards sur l’architecture rurale, numéro spécial, Ethnologie française, 3, 1973, 1-2, Paris, Berger-Levrault. Voir notamment les articles de J. Cuisenier, « Pour un corpus des maisons rurales françaises », M. Druhle, « Maison et culture paysannes dans le Gers », H. Raulin, « Le corpus de l’architecture paysanne et de l’habitat rural », G.H. Rivière, « Le chantier 1425 ».

4. L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

Perouse de Montclos, J.M., L’architecture : vocabulaire, Paris, Imprimerie nationale, 1972.

Principales collections :

Indicateur du patrimoine, 12 vol. parus.

Inventaire topographique, 15 vol. parus.

Répertoire des inventaires, Paris, Imprimerie nationale. 13 vol. parus.

5. Quelques études récentes sur l’architecture rurale

Chiva, I., éd., L’architecture rurale : de la connaissance à la sauvegarde, in Actes du colloque Les monuments historiques demain, Paris, Direction du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, 1987, pp. 17-53.

Collomb, G. et J. Guibal, « Représentations vernaculaires de la maison et reproduction des modèles en architecture rurale » in Ethnologie française, t. 13 n° 2, avril-juin 1983, pp. 171-180.

Le monde alpin et rhodanien, n° 4, 1983, Grenoble, CARE. Numéro spécial sur l’architecture rurale.

Perouse de Montclos, J.M., « Reconnaissance de la maison de pays », Revue de l’art, n° 65, 1984.

Terrain, n° 9, Habiter la maison, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 1987.

La protection de l’architecture rurale

Dussaule, P., La loi et le service des monuments historiques, La Documentation française, Notes et études documentaires, sept. 1974.

L’écho des Conseils d’architecture, n° 43-44, Paris, nov.-déc. 1984. Monuments historiques, Villages en question n° 106, Paris, CNMHS, 1979.

Parent, M., Rapport sur la protection de l’architecture rurale, CRMH, Paris, dactylo.

Programme d’action 1982-1985, Comité français des maisons de pays.

Protection du patrimoine historique et esthétique de la France, (recueil de textes parus au Journal officiel), Paris, 1980.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540