Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Technologie et architecture rurale

François Calame

Texte intégral

1Si, pour le chercheur, les voies d’accès à la connaissance de l’architecture sont multiples, l’étude des techniques de construction et des choix des bâtisseurs demeure classiquement l’un des champs privilégiés de ce domaine. « Comment et pourquoi les autres construisent ? » ont toujours été des questions importantes abordées dans les textes bien avant l’apparition de l’ethnologie. Les premières réflexions sur les modes de construction employés par d’autres que l’observateur lui-même, se rencontrent dès le xviiie siècle, en France, dans la lignée de l’esprit encyclopédique.

2Déjà en 1770, Nicolas Fourneau, maître-charpentier, se préoccupe des différents intérêts et inconvénients des méthodes régionales pour bâtir des maisons en bois (Fourneau 1770). Quant à l’architecte Charles-Etienne Briseux, pourtant partisan d’une conception très savante de l’architecture paysanne, il consent à reconnaître l’intérêt de la couverture en chaume, en raison de sa ventilation favorable à la conservation du grain (Briseux 1743).

3Sous la plume de professionnels, porte-parole d’un courant architectural urbain et aristocratique, l’apparition de mentions bienveillantes concernant une architecture régionale, voire vernaculaire, constitue une nouveauté.

4Au regard d’une idéologie officielle et parisienne, propre à cette époque, ces dispositifs sont, d’évidence, marginaux. Ils sont pourtant justifiés par ces auteurs en vertu de leur intérêt technique et de leur avantage climatique. Il est ainsi opéré une relation de causalité directe entre la qualité ergonomique dans la construction d’un procédé, ou d’une forme architecturale, et son adoption dans la construction.

5Or, ce type de mise en relation, apparemment évidente, qui consiste à déclarer : « ce procédé de construction est pratique, donc je l’emploie », appartient à une forme de rationalité qui n’a rien d’universellement reconnu. Tous les groupes humains, à toutes les époques, sont loin d’avoir opéré les mêmes choix, malgré la pression équivalente en chaque point du globe des conditions matérielles de vie.

6D’un point de vue ethnologique, l’analyse contemporaine des différents types de construction, propre à chaque culture, ne peut adopter de façon aussi mécaniste la corrélation entre contraintes matérielles et choix architecturaux.

7Pourtant, longtemps après les enseignements de Jean Brunhes (1912), après les cours de Marcel Mauss, les écrits de Paul Dufournet (1943), plus récemment, ceux d’Amos Rapoport (1972), il est encore fréquent de constater des mises en relation simples entre contraintes physiques du milieu géographique et forme de l’architecture.

8C’est ainsi que contexte climatique, données écologiques et matériaux du terroir apparaissent couramment dans une littérature de portée générale sur l’architecture rurale préindustrielle, comme facteurs déterminants quant à la forme et aux partis constructifs. Ainsi peut-on lire fréquemment des considérations telles que : « Si l’on veut étudier les grandes traditions de ce déterminisme physique, qui impose à chaque région son architecture, c’est à la campagne qu’il faut aller » (Vaillant, s.d.). Ce type de causalité, souvent en partie fondé, participe toutefois actuellement d’une conception mythique de l’architecture rurale. Celle-ci se reflète autant chez des usagers cultivateurs que chez des néo-ruraux ou, à plus forte raison, chez des résidents secondaires citadins.

9Cette image d’une maison de pays, devenue symbole, exprime les capacités de la communauté rurale à l’auto-construction, la conception spontanée de modèles architecturaux et la gestation quasi naturelle des constructions paysannes.

10Sans m’engager davantage sur ce thème, qui demanderait de plus amples développements, je souhaiterais simplement ici, à travers quelques exemples, rappeler combien la technologie appliquée à la construction des maisons est chargée d’un contenu culturel, et que les conditions matérielles de vie et de disponibilité des matériaux ne sont qu’un paramètre parmi d’autres qui explique la morphologie de l’habitat.

11Si les questions que soulève l’ethnologie sont difficilement palpables pour l’homme de la rue, la technologie au contraire, serait un pilier rassurant auquel on peut se raccrocher. Ce serait le domaine dans lequel, par définition, la matière s’exprimerait dans toute son objectivité, un domaine dans lequel l’homme serait obligé de subir. Ce préjugé est fondé sur des principes que tout le monde peut vérifier : l’eau gèle à zéro degré ; la densité du chêne est de 0,8 ; le silex a une structure vitrifiée, etc.

12Des exemples choisis dans trois directions permettront, toutefois, d’introduire l’idée de la relativité dans un domaine qui, à priori, est de l’ordre de la pure objectivité.

13La première piste concerne la notion de confort climatique. La formule « De tout temps, l’homme a cherché à s’abriter des rigueurs du climat » est le préambule obligé à tout livre qui se respecte traitant de toiture, de maison, etc. Et pourtant quoi de plus relatif que cette notion de protection et que celle de confort qui lui est liée. L’on pourrait dresser une sorte de graphe reliant un niveau zéro de confort et un niveau optimal : le premier pourrait s’exprimer, entre autres, par une absence totale d’architecture, le second pourrait être atteint par un isolement complet, constituant un micro-climat – en somme une sorte d’architecture idéale dans laquelle l’homme serait complètement coupé du milieu extérieur. Entre ces deux points théoriques, il existe, en fait, une infinité de cas de figure réels. Tous traduisent l’extrême imbrication existant entre besoin et perception du confort d’un côté, et mode de vie, système de valeur et de représentation, de l’autre. C’est ainsi que les Ona de la Terre de Feu, bien que sachant construire des huttes coniques très élaborées, à usage rituel, ne daignent se protéger d’un climat quasi-arctique qu’à l’aide de paravents (Rapoport 1972 : 28).

14Un autre exemple concerne les maisons médiévales françaises, en pan de bois, antérieures au xvie siècle. Ces immeubles étaient protégés par un remplissage de torchis, dont on se plaît aujourd’hui à souligner les propriétés isolantes. Mais si les murs garantissaient les habitants du froid, les fenêtres, elles, n’avaient aucun vitrage. Les gens étaient pratiquement dehors, et ils avaient à choisir entre la lumière et la chaleur : ils disposaient de volets coulissants, dans la partie basse de la fenêtre, qu’ils pouvaient remonter selon la nature de leur choix.

15Dans une situation très différente se trouvent aujourd’hui certaines régions du Maghreb et du Proche-Orient, dans lesquelles les bienfaits des techniques industrielles permettent de couvrir les maisons à l’aide de tôle ondulée. Ce matériau soulève un problème particulier : il favorise une concentration de chaleur impressionnante dans des pays où l’on s’en passerait bien. Pourtant le toit de tôle ondulée passe pour le modèle de pointe et valorise l’image de marque de son propriétaire. Il concurrence donc les systèmes traditionnels qui offrent pourtant une meilleure régulation thermique.

16On se rappellera que c’était, par contre, pour des motifs religieux, que l’armée turque avait doté ses soldats combattant en 1915 au Proche-Orient d’un casque colonial sans visière, afin de laisser leurs yeux au contact du soleil.

17De tels exemples illustrent bien à quel point des notions de confort, apparemment aussi évidentes que celles dont on vient de parler, peuvent, dans certains contextes culturels, peser bien peu face à d’autres préoccupations liées aux systèmes de représentation, aux rituels, etc.

18Une deuxième direction d’investigation concernera la relativité des contraintes du climat et du site. Les géographes ont déjà adopté, depuis un certain temps, les thèses de l’école possibiliste en matière de climatologie. Selon ces thèses, un site géographique offre des possibilités, mais n’impose que rarement des contraintes absolues, déterminant totalement un comportement du groupe social. Celui-ci, en fait, dispose à partir de ce que le contexte lui offre.

19Les archéologues sont souvent confrontés au délicat problème d’avoir à reconstituer des formes hypothétiques d’habitat à partir de dispositifs conservés au sol, repérés par la fouille. Ces tentatives pour déduire des morphologies architecturales se heurtent, en général, à l’existence d’une infinie variété d’hypothèses divergentes. Cette multiplicité des formes possibles en élévation témoigne de l’importance même du choix qui s’est offert aux bâtisseurs de l’époque concernée.

20Un des thèmes qui illustrent apparemment le déterminisme du climat sur les formes, est habituellement fourni par les pentes de toiture. On affirme souvent qu’il existe une relation étroite et systématique entre les régions, et donc leur climat, et la pente des toits qui y sont construits. Ayant eu personnellement à réaliser une notice sur les charpentes, les couvertures et leur entretien, en concertation avec la Direction technique de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, j’ai eu beaucoup de peine à convaincre certains ingénieurs qu’un tel mécanisme ne tenait pas sérieusement à la critique.

21On en prendra pour exemple la maison rurale lorraine, qui a subi d’importantes influences latines et qui présente, jusqu’à la hauteur de Bar-le-Duc, voire au-delà, jusqu’en Belgique, une pente de toiture extrêmement faible. Les charpentes en question supportent mal la tuile creuse, la fameuse « tige de botte », alors que, sous un même climat, d’autres régions adoptent des pentes beaucoup plus fortes, ainsi que la tuile plate. Or, il faut bien constater que cette tuile creuse se comporte mal au gel, en raison de son module trop important. La Lorraine, dans la lignée du couloir rhodanien, continue toutefois d’utiliser actuellement ce principe malgré sa faiblesse technologique.

22Un autre cas, que je souhaiterai citer, concerne l’orientation des maisons. Dans la plupart des régions françaises, l’architecture rurale respecte une orientation qui privilégie le sud et l’est pour les façades et les ouvertures. Par contre, au nord et à l’ouest, orientations qui apportent vent et pluie, sont systématiquement disposés des murs aveugles, des pignons, des croupes de toiture.

23Depuis la Seconde Guerre mondiale, la construction des pavillons ignore ces dispositions respectueuses des données climatiques, et c’est le seul souci de montrer la face la plus valorisée sur la rue qui préside à l’orientation des maison, ainsi que le souci d’avoir une luminosité maximale dans la maison. Ces dispositions, conformes à un système de valeur et de sociabilité caractéristique, peuvent entraîner par ailleurs des désagréments sur le plan climatique.

24La troisième piste que je proposerai concerne la relativité du choix des matériaux à bâtir. Là encore, il est souvent pratique de rechercher une simple logique ergonomique à l’emploi d’un dispositif constructif ou au choix d’un matériau.

25Le cas de la charpente de toiture illustrera ce problème. Il existe en France quatre grands principes constructifs de charpente en bois : la charpente sur pignon, la charpente triangulée, la charpente à poteau sans faîtage et la charpente ogivale non triangulée. L’étude de l’utilisation respective de certains matériaux de couverture sur certaines structures ne permet pas de déceler de déterminisme particulier. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, pratiquement tous les types de techniques de couverture peuvent s’accommoder de n’importe lequel de ces principes constructifs de charpente : la charpente à poteau sans faîtage peut, par exemple, tour à tour être utilisée pour supporter de la tuile creuse, de la lauze, du bardeau de bois, du chaume, etc.

26Le déterminisme de la présence des matériaux locaux, invoqué pour expliquer morphologies et techniques, doit lui-même connaître ses limites. Il est évident que l’on ne peut que rarement construire avec des matériaux absents sur place, lorsque les moyens de transport sont limités. Toutefois, en aucun cas, la présence d’un matériau local n’imposera au groupe social son utilisation dans la construction, et encore moins sa méthode d’utilisation. Henri Raulin ne cite-t-il pas cet exemple libanais d’utilisation des solives en pierre dans une zone où le bois fait défaut, pour la construction de terrasses ?

27Les différentes vallées alpines nous offrent, là encore, la variété des solutions constructives employées : tantôt le bois, tantôt la pierre sont utilisés pour l’élévation de murs, alors que ces matériaux sont équitablement répartis. Le choix est apparemment culturel.

28Un autre exemple de choix culturel subdéterminant, par rapport aux possibilités matérielles, est celui de la construction rurale traditionnelle dans le canton de Compiègne. Celui-ci est occupé aux trois-quarts, depuis plusieurs siècles, par une des belles forêts de futaie du nord de la France. Une étude a prouvé que les habitants de ce secteur construisaient avec tout sauf avec du bois. La raison est d’ordre social et économique, puisque ces forêts royales, puis domaniales, n’étaient pas accessibles au peuple. Celui-ci utilisera donc des structures de maçonnerie, sans fermes de charpente.

29Inversement, dans la portion nord-ouest de l’Oise, aucun massif forestier, ou presque, n’offre ses ressources, et pourtant les constructions rurales présentent massivement du pan de bois.

30Selon les époques, la perception esthétique et qualitative d’un matériau subit par ailleurs des variations. C’est ainsi que la construction en pan de bois a connu depuis le Moyen-Age des fluctuations d’image de marque : tour à tour valorisée puis décriée, la technique du colombage retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse, avec la restauration, ou avec la construction dite en « ossature bois », qui retrouve, dans certains cas, le principe des poteaux et des contreventements. Le bois est redevenu une matériau de qualité.

31On conclura donc en soulignant la nécessité impérative d’intégrer tout dispositif technique, tout choix architectural étudié, dans un faisceau beaucoup plus large de données relatives au groupe social étudié. Ce n’est qu’à la lumière d’une approche globale des données sociales, économiques, et des phénomènes de mentalité que peut être proposé, dans le meilleur des cas, un schéma explicatif satisfaisant, permettant de rendre compte des particuliers observées. C’est ici que le principe de l’étude des « chaînes opératoires » proposées par Robert Cresswell prend toute sa valeur, permettant d’intégrer tous les types de paramètre dans l’étude d’une technique, perçue comme fait social total.

Bibliographie

Références bibliographiques

Briseux, Charles-Etienne, 1743. L’art de bastir des maisons de campagne. Paris, Prault. Brunhes, Jean, 1912. La géographie humaine. Paris, F. Alcan, 2e éd.

Dufournet, Paul, 1943. « Comment se sont construits les villages picards et ce qu’il en advient ». Technique et Architecture, nov.-déc. 1943.

Fourneau, Nicolas, 1770. L’art du trait de charpenterie. Rouen, Dumesnil.

Rapoport, Amos, 1972. Pour une anthropologie de la maison. Paris, Bordas.

Vaillant, Léandre, s.d. La maison des Pays de France. Paris, Flammarion.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540