Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

L’inventaire de l’habitat rural un exemple : les Hautes-Alpes

Marie-Pascale Mallé

Texte intégral

1Un concours de circonstances (contrats passés avec les parcs régionaux et nationaux, construction d’une autoroute) a amené la Conservation régionale d’Inventaire de Provence-Alpes-Côte-d’Azur à étudier l’habitat rural des 9 cantons qui forment le tiers nord du département des Hautes-Alpes. L’intérêt de cette étude est d’avoir appliqué la méthode du pré-inventaire normalisé (repérage systématique de l’ensemble du bâti ancien, analyse monographique de 30 à 50 maisons par canton) à un territoire beaucoup plus vaste que le cadre obligatoire de l’étude d’inventaire qui est le canton. Au-delà des analyses typologiques et morphologiques faites aux niveaux communal et cantonal l’analyse de l’architecture de cette zone assez étendue se posait en des termes un peu différents : définir non plus les formes ou les types mais les modèles architecturaux, cartographier leur aire de diffusion, et à défaut de dater les constructions qui paraissent pour la plupart avoir été construites au xviiie et xixe siècles, dater l’apparition de ces modèles.

2Dans cette zone relativement cohérente aussi bien du point de vue géographique que de la mise en valeur traditionnelle, nous avons trouvé une architecture à la fois très homogène dans ses modes d’implantation, ses matériaux et son aspect extérieur, et extrêmement variée dans les plans et la distribution intérieure.

Dans le nord des Hautes-Alpes une architecture homogène

3Située à la charnière des Alpes du Nord et des Alpes du Sud la zone étudiée présente certes des différences topographiques ou climatiques mais dans un territoire donné (une vallée ou un ensemble de vallées), toutes les maisons sont identiques, qu’elles soient construites à 1 800 m d’altitude ou dans les zones les plus basses.

4Dans cette zone de haute montagne l’organisation économique et sociale antérieure à 1 850 est également très uniforme. Depuis la fin du Moyen-Age, ces sociétés montagnardes apparaissent relativement égalitaires. A quelques exceptions près (Bas-Champsaur, plaine d’Embrun), la noblesse a disparu dès le xive siècle. Les communautés rurales étaient formées de petits propriétaires-exploitants dont les différences de fortune semblent avoir été relativement minimes. Ponctuellement il existe des cultures particulières (vigne, chanvre,...) mais ces agriculteurs cultivaient principalement du seigle associé à un petit élevage dont l’importance a pu varier, mais qui semble être resté jusqu’au milieu du xixe siècle une activité secondaire. Si l’on en croit les cahiers de doléances de 1789, chaque famille ne conservait l’hiver que quelques brebis et une ou deux vaches. Seuls l’agriculture et l’élevage ont d’ailleurs laissé leur marque sur le paysage et l’habitat. Les activités artisanales, travail d’appoint réalisé l’hiver, ne semblent pas avoir nécessité d’espace particulier. La classification de l’habitat est donc simplifiée par l’absence de catégories socio-professionnelles.

5La répartition de l’habitat et la forme des villages est également très homogène dans toute la zone étudiée. Pour reprendre l’expression d’A. Allix, chaque commune est une véritable « fédération » de villages permanents. Chacun possède son terroir, ses édifices publics, son quartier de pâturages d’altitude, son hameau de chalets d’estive. Ces villages qui existent pour la plupart depuis la fin du xive siècle ont la forme de « villagestas » : les maisons indépendantes ou mitoyennes par deux ou trois sont juxtaposées sans ordre apparent.

6Chaque famille possède une maison qui abrite sous le même toit l’étable (appelée écurie, mot employé au masculin) qui se trouve toujours au rez-de-chaussée, la grange-fenil qui occupe la partie supérieure du bâtiment, et le logis qui peut se trouver soit au rez-de-chaussée soit au premier étage soit dédoublé sur deux niveaux. Toutes ces maisons sont construites en moellons de pierre locale, liés avec de la terre. Seule la partie qui forme la grange est parfois construite en matériaux différents, plus légers, pour permettre une bonne ventilation du foin : planches, empilages de fûts de mélèzes assemblés à mis-bois, pan-de-bois, cloisons de branchages, etc. Mais l’étude des matériaux de grange n’est pas significative. Cette partie de la maison a trop souvent été modifiée sous la pression des réglementations (comme l’interdiction d’utiliser du bois dans les constructions au xviiie siècle), ou agrandie et surélevée dans la deuxième moitié du xixe siècle au moment où l’élevage a pris une part prépondérante dans l’économie montagnarde. Il en est de même pour les matériaux de toiture et la forme des charpentes. Les toitures ont très souvent été modifiées dans la deuxième moitié du xixe siècle et de nouveaux matériaux de couverture (ardoise, puis tôle ondulée et fibro-ciment) ont remplacé le chaume ou le bardeau.

7Pour distinguer sur une longue période les maisons des différentes vallées étudiées, seules les variations de plan et de la distribution intérieure semblent discriminantes. Ce qui varie est la place du logis (nous dirons, pour simplifier, la cuisine qui est souvent la pièce unique, et toujours une pièce où l’on dort) et la façon de circuler entre les trois espaces principaux de la maison : étable, grange et logis. Sur l’ensemble du territoire étudié nous avons pu recenser une dizaine de systèmes de distribution et circulation différents comportant chacun plusieurs variantes.

Les systèmes de circulation : caractères généraux

8Les solutions apportées au problème de la circulation entre grange, étable et logis sont extrêmement variées et absolument indépendantes des conditions topographiques et météorologiques. Il faut bien comprendre que ces maisons dites permanentes sont en fait habitées l’hiver. L’été une partie de la famille estive avec le troupeau, selon des systèmes différents d’une vallée à l’autre. Le reste de ses membres s’éparpillent en fonction des travaux à accomplir (fenaison, moisson, puis labours) sur tous les étages de végétation. A la Toussaint l’ensemble de la population regagnait le village permanent. La grange était pleine et le troupeau s’installait à l’étable pour l’hiver. L’activité agricole principale consistait alors à transporter le foin de la grange à l’étable pour nourrir le troupeau. Or à enneigement et froid égaux, dans certaines vallées la circulation entre grange, étable et logis se fait par l’intérieur de la maison, dans d’autres il faut passer par l’extérieur.

9L’aire de diffusion d’un système de circulation peut se définir géographiquement de façon très précise. Par exemple, le Briançonnais (vallées de la Guisane, de Névache, de Cervières, et territoire actuel de la commune de Briançon) se caractérise par la maison à court. Ce terme désigne un vestibule, dans lequel donne la seule porte d’accès au rez-de-chaussée, et qui commande les portes de la cuisine et de l’étable et l’escalier d’accès à la grange. Toutes les circulations entre étable, grange et logis se font à l’intérieur de la maison par la court. Les villages de Saint-Biaise et Chamandrin qui se trouvent dans la vallée de la Durance à la limite sud de l’aire de diffusion de ce modèle ne sont formés que de maisons à court. Trois kilomètres plus au sud, le village de Prelles n’est composé que de maisons à circulation extérieure par coursières comme on en trouve dans toute la Vallouise et le Haut-Embrunais.

10Enfin, il faut noter que dans un territoire ainsi défini les maisons les plus anciennes (construites au tournant du xvie et du xviie siècles) et les maisons « traditionnelles » les plus récentes (1900-1914) ont le même système de circulation. Les matériaux ou les formes architecturales ont pu changer. Ainsi les escaliers des courts briançonnaises sont à vis à la fin du xvie siècle, rampe sur rampe dans le courant du xviie et droits ou en équerre au xixe. Les coursières en bois de la Vallouise et du Haut-Embrunais ont parfois été remplacées au xviiie siècle par des galeries voûtées percées d’arcades. Mais la distribution intérieure et la façon de circuler entre les trois espaces principaux de la maison, grange, étable et logis, sont restées identiques sur l’ensemble de la période connue.

Les systèmes de circulation : permanence d’une façon d’habiter

11Pour illustrer mon propos je prendrai un exemple : la comparaison des systèmes de circulation du Haut-Oisans constitué par le canton de la Grave (à l’est du col du Lautaret) et celui du territoire limitrophe de la vallée de la Guisane (à l’ouest du col). Ces deux vallées sont traversées par la « petite route » de Grenoble à Briançon, extrêmement fréquentée depuis le Moyen-Age.

12A première vue les demeures de ces deux régions paraissent très semblables. Elles s’apparentent à la grande famille des maisons à entrée commune aux hommes et aux animaux, à cuisine au rez-de-chaussée et distribution par un vestibule. Le système de circulation y est cependant très différent quand on analyse non plus les plans mais le trajet réel.

13Dans le Haut-Oisans on accède au rez-de-chaussée par une porte unique, qu’empruntent aussi bien les habitants que le troupeau, qui donne dans un petit vestibule appelé corridor. Celui-ci distribue d’une part la cuisine, d’autre part l’étable. Il n’existe pas d’escalier d’accès à l’étage. Toutes les maisons comportent un abat-foin, c’est-à-dire une trappe ménagée dans le plafond qui sépare l’étable de la grange et qui communique avec un placard situé dans l’écurie et que l’on peut remplir de foin. Deux fois par jour la personne chargée de soigner le troupeau doit donc se rendre à la grange en passant par l’extérieur pendant qu’une autre personne répartit le foin dans les crèches et les mangeoires, puis repasser par l’extérieur pour retourner à la cuisine.

14Dans la vallée de la Guisane le plan de la maison est identique mais dans le vestibule appelé court se trouve un escalier d’accès à la grange. L’accès à la grange se fait donc par l’intérieur.

15Mais les maisons de la vallée de la Guisane ne comportent pas d’abat-foin. Le foin est transporté roulé en ballots dans des toiles entre la grange et l’étable, ce qui nécessite, le matin et le soir, plusieurs trajets par l’escalier de la court.

16Bien évidemment lorsque nous avons étudié la vallée de la Guisane nous avons été très étonnés de ne pas trouver d’abat-foin, solution qui paraît si rationnelle, et qui était la règle générale dans le Haut-Oisans. Les habitants interrogés dans les deux vallées furent catégoriques. Les familles de la vallée de la Guisane nous ont expliqué qu’il était impossible d’utiliser un abat-foin dans ces régions : la chaleur qui vient de l’écurie lorsqu’on ouvre la trappe crée une condensation qui abîme le foin, permet autour de l’abat-foin une formation de glace sur laquelle on peut glisser, etc. Par contre les habitants du canton de La Grave ne nous ont pas cru quand nous leur avons dit qu’il n’y avait pas d’abat-foin dans la vallée de la Guisane. Tous les inconvénients avancés par leur voisins leur semblaient minimes, et ils ont conclu goguenards : « Vous avez mal regardé, on ne peut pas faire sans ça ! ».

17Il est important d’ajouter que le Haut-Oisans où la circulation grange-écurie se fait par l’extérieur a un climat plus rude que la vallée de la Guisane. Les jours de tempête de neige les habitants du canton de La Grave pourraient utiliser l’abat-foin comme circulation intérieure en y plaçant une échelle. Ils le font pour transporter sur les galeries de séchage les blettes de fumier de mouton utilisées comme combustible, mais nient le faire pour les soins du troupeau. La coutume est de passer par l’extérieur et de refaire après chaque chute de neige la trace à la pelle entre la porte du corridor et celle de la grange souvent percée dans le mur opposé.

18Il faut noter enfin que le corridor de l’Oisans et la court du Briançonnais qui ont la même place et la même fonction présentent des caractères très différents. Le corridor de taille souvent plus restreinte est un simple espace de passage. Il donne sur la rue par une porte ordinaire, sans décor. Au contraire les portes des courts de la vallée de la Guisane ont de belles menuiseries à panneaux souvent sculptées, des impostes en fer forgé qui indiquent la date de construction et les initiales du propriétaire. La court est non seulement un nœud de circulation mais un espace de rangement : on y trouve des coffres à grains, du petit matériel agricole, parfois un rouet ou un établi de menuisier.

19Tout cela pour dire qu’un plan ne suffit pas à comprendre une maison, tout comme une typologie de plans ne permet qu’une approche limitée des modèles architecturaux. Il faut faire intervenir d’autres données comme le trajet réel, l’usage des pièces ou l’existence de structures mobiles qui peuvent en modifier le fonctionnement (échelle, aménagement des abords l’hiver, etc.).

20Une étude parue dans un numéro spécial du Monde alpin et rhodanien de 1983 consacré à l’architecture rurale des Hautes-Alpes permet de saisir à une date récente la permanence de l’attachement à un modèle architectural attesté depuis le xviie siècle. Eliane Faure a étudié un village bombardé en 1944 et reconstruit au titre des réparations de guerre : Villard-Saint-Pancrace à proximité de Briançon. Les architectes chargés de la reconstruction se sont inspirés de l’architecture traditionnelle mais ont supprimé la court. Les habitants mécontents ont utilisé comme court (et nommé ainsi) le local prévu pour les clapiers. Mais au nombre des rares innovations des architectes dont les habitants de Villard-Saint-Pancrace se réjouissent se trouve l’abat-foin qui supprime les longues corvées de transport des ballots de foin de la grange à l’étable.

21Etudier l’architecture en fonction de la distribution intérieure n’a rien d’original, en milieu rural comme en milieu urbain. Mais les chercheurs se contentent le plus souvent de typologie de plans. J’espère avoir réussi à montrer qu’en ce qui concerne l’architecture vernaculaire ce n’est pas suffisant. Il faut tenir compte non seulement de la distribution mais du système de circulation, c’est-à-dire du fonctionnement de la maison. Ces préoccupations sont proches de celles des ethnologues qui seront sans doute tentés d’étudier les systèmes de circulation en relation avec d’autres phénomènes culturels : le fonctionnement de la cellule familiale l’hiver pour la nourriture du troupeau, les relations de voisinage, les rapports avec le troupeau (cohabitation ou stricte séparation) ou l’idée qu’on se fait des contraintes hivernales. Mais l’étude des systèmes de circulation me paraît aussi être au cœur des préoccupations de l’Inventaire. Pour le nord des Hautes-Alpes elles pourrait être la clé d’un des axes de la recherche sur l’histoire de l’habitat.

22Nous avons pu définir de façon très précise des systèmes de circulation, dans l’état actuel de nos recherches, semblent être le seul élément de permanence des modèles architecturaux du nord des Hautes-Alpes. Ces systèmes de circulation sont peut-être repérables dans les textes, en particulier les registres de notaire. A défaut de dater les bâtiments eux-mêmes nous espérons pouvoir dater l’apparition des modèles architecturaux, évaluer leur diffusion aux dépens d’un modèle antérieur, ou éventuellement définir des isolats restés fidèles à un modèle plus ancien. C’est l’une des perspectives de l’étude de l’habitat rural du Briançonnais à paraître en Inventaire topographique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540