Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Les enquêtes de l’Inventaire général1 : objectifs et méthodes

Nicole de Reyniès

Texte intégral

  • 1 Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 10 rue du Parc Royal, (...)

1Si l’on se rapporte aux termes qui ont présidé à la création de l’Inventaire général il y a vingt ans, les chercheurs de cette direction doivent recenser, étudier et faire connaître tout œuvre qui, du fait de son caractère artistique, historique ou archéologique, constitue un élément du patrimoine national.

2André Malraux, ministre de la Culture, lançait cette gigantesque prospection pour répondre aux conclusions d’un rapport d’André Chastel, professeur de l’Université soulignant les carences de la documentation en histoire de l’art.

3L’organisme recevait pour intitulé « Inventaire général », ce qui mettait en évidence la volonté d’emprise sur un large territoire géographique : la France entière, mais aussi typologique : tous les domaines relevant des arts majeurs ou mineurs et que les œuvres appartiennent à la propriété publique ou privée.

4L’enquête ne devait pas être thématique, mais topographique ce qui constituait une première rupture par rapport aux traditions universitaires.

5Par ailleurs, s’il s’agissait encore d’étudier les œuvres « monumentales » ou « artistiques », c’est-à-dire essentiellement les œuvres uniques, la pratique des travaux panoramiques allait entraîner rapidement la prise en compte d’une étude globale du patrimoine à tendance exhaustive. C’est sans doute ainsi, à l’insu des fondateurs de l’Inventaire, qui pensaient vraisemblablement plus à un répertoire des églises, des châteaux et des manoirs, que s’est imposé sur le terrain, prospecté systématiquement, l’espace rural et l’habitat traditionnel dans ses aspects les plus modestes, sinon les plus répétitifs. L’initiative de ce type d’étude revenait jusque-là aux géographes et aux ethnologues. Les historiens de l’art s’en sont emparé, donnant une couleur spécifique à ces recherches.

6La pression du terrain et la sensibilité nouvelle des chercheurs ouverts à différentes disciplines a modelé ainsi progressivement le domaine de l’Inventaire qui, aujourd’hui, concerne tous les biens culturels matériels et englobe les œuvres d’intérêt ethnologique comme les biens industriels et techniques. L’étude de l’espace non bâti entre, lui aussi, discrètement il est vrai, dans les préoccupations de l’Inventaire.

7L’Inventaire général ayant échappé au répertoire des trésors peut aborder « la constitution d’une mémoire comprise comme un édifice logique » selon les termes de Bernard Deloche.

8Mais, bien qu’éloigné dans ses méthodes d’enquêtes des pratiques universitaires de l’histoire de l’art, il conserve cependant les objectifs de la discipline : l’étude des œuvres dans leur évolution interne.

9Dans cette optique, ne sont pas retenus tous les aspects extrinsèques de l’œuvre, (liens à la personne ou au groupe qui l’a produite, ou à la famille ou au groupe qui en a l’usage, etc.). C’est ainsi, par exemple, que les changements d’affectation d’un édifice ne concernent aujourd’hui le chercheur de l’Inventaire que dans la mesure où ils affectent la forme primitive de l’œuvre. De la même façon, dans une enquête sur le mobilier, les circonstances d’acquisition de l’œuvre, à l’occasion d’un mariage par exemple, nous concernent, non parce qu’elles informent sur un rite, mais parce qu’elles fournissent un moyen d’analyse historique de l’œuvre : sa date, son style, etc. Il ne s’agit donc pas pour nous d’identifier un groupe humain grâce à ses manifestations, mais bien d’identifier les œuvres ou les groupes d’œuvres en laissant à un travail ultérieur, sans doute interdisciplinaire, l’établissement des corrélations et des synthèses d’un plus vaste tableau historique. Les objectifs, et donc les limites, sont ceux des historiens des biens matériels, non ceux des ethnologues ou des sociologues.

10Si le domaine d’étude s’est élargi, les finalités originelles n’ont pas changé. Elles répondent aux ambitions associées des deux organismes créateurs, l’Université et le ministère de la Culture : recenser, étudier et faire connaître.

11Recenser pour gérer la protection des biens matériels relevant du domaine public, de façon raisonnée et organisée, qu’il s’agisse de la protection des édifices ou de celle des œuvres ; recenser pour gérer également le bâti privé, lorsqu’il s’agit d’aménagement du territoire ; recenser pour faciliter la recherche documentaire à l’usage de tout chercheur, mais aussi d’un public plus vaste. (Les historiens de l’art ou des techniques, les responsables scolaires, les spécialistes du tourisme et bien d’autres, travaillent sur des corpus iconographiques très limités, soit parce que la documentation n’existe pas, soit parce qu’elle est difficilement accessible) ; recenser, enfin, d’une façon plus générale, pour constituer une mémoire du passé, dans un contexte très évolutif.

12Etudier. Etudier, parce qu’il ne peut y avoir de recensement sans étude. Pour reprendre les termes de Bernard Deloche, « l’opération d’inventaire est loin d’être aussi négligeable et innocente qu’elle pourrait paraître au premier abord, elle constitue le fondement de la science, c’est-à-dire le modèle selon lequel se combinent les œuvres attachées à toute forme de cloisonnement sacralisant ». En effet, le recensement impose des choix parmi la masse impressionnante des données possibles. La mémoire n’est pas constituée par un enregistrement automatique et exhaustif de données, au demeurant impossible à réaliser, mais par des choix liés implicitement ou explicitement à une problématique. Cette problématique est évidemment celle d’une époque, d’un groupe et, en fin de course, d’un individu. Si la présentation de la documentation de l’Inventaire général est en principe homogène, l’établissement des typologies et les synthèses régionales sont le fait d’équipes qui ont une large marge de manœuvre dans l’organisation de leurs travaux. Ces typologies sont un moyen d’appréhension du patrimoine parmi d’autres possibles ; elles peuvent donc être remises en cause, mais elles introduisent une intelligence dans le désordre apparent du terrain. Ce travail d’identification, de comparaison, de justification est un élément indispensable d’évolution pour une évaluation plus équilibrée du patrimoine.

13Le troisième objectif, faire connaître, manifeste une volonté politique. Il s’agissait bien pour Malraux de rendre visible à tout un chacun ce qui était occulte ; et ceci dans un simple but de connaissance. Cette porte ouverte à la démocratisation de la connaissance du patrimoine allait être d’autant plus justifiée et aisée à mettre en oeuvre que ce patrimoine provenait d’un terrain affectivement proche de la population, puisque c’était le sien immédiat. Celle-ci ne pouvait être étrangère à cette enquête. Si l’Inventaire s’est efforcé de restituer ces travaux aux chercheurs par des publications diverses, il a parallèlement multiplié les expositions sur les lieux mêmes d’enquêtes, ce qui a permis de désacraliser le phénomène de l’exposition. Mais le véritable transfert s’est effectué directement sur le terrain, le regard porté par l’enquêteur suscitant un autre regard du possesseur.

14Les méthodes de travail de l’Inventaire accessibles grâce à quelques ouvrages publiés et un certain nombre de manuscrits multigraphiés, ont été établies dans un va-et-vient permanent entre le terrain et les bureaux de méthodes. Elles reposent sur des systèmes de sélection et de description et sur des vocabulaires normalisés permettant d’aboutir à des « dossiers » (texte et illustration) présentés en microfiches et partiellement informatisés.

15Les vocabulaires permettent d’établir des conventions communes de langage, d’identifier les procédés techniques et formels liés à certains matériaux, enfin de cerner les fonctions des œuvres et d’en nommer les parties constituantes. Bien que perfectibles, ils ont le mérite d’établir un vaste bilan des connaissances et de présenter au chercheur une approche cohérente des sujets.

16Parallèlement, l’établissement de répertoires d’inventaires topographiques anciens ont permis d’utiliser les recherches déjà effectuées et d’aborder le terrain avec un certain bagage.

17Le travail de terrain est effectué par des équipes régionales dans le cadre du canton et selon une progression par commune. En 1974, les travaux d’inventaire fondamental ayant été considérés par les responsables politiques comme trop lents, un certain nombre d’équipes régionales ont pratiqué un pré-inventaire normalisé (à la différence des pré-inventaires établis par des bénévoles) dans lequel on supprimait, en particulier, la recherche d’archives.

18Les méthodes d’enquête sur le terrain concernant l’architecture sont consignées dans un fascicule spécifique. Marie-Pascale Mallé vous les présentera rapidement. Le principe suivi consiste à repérer la totalité du bâti ancien, mais n’en étudier que 5 % (le bâti ancien étant évalué en relation avec le recensement de 1872). Les méthodes concernant le mobilier privé sont plus souples du fait de la nécessité de tenir compte de la disparité, selon les régions, de la conservation des œuvres dans leur lieu d’origine, et de l’accès plus ou moins facile dans les demeures privées. Les résultats quantitatifs sont donc ici essentiellement variables. L’enquête, en tout état de cause, est réalisée selon la méthode de récurrence, les premiers documents étant recueillis lors de l’enquête architecturale. Le porte à porte effectué à l’origine a été abandonné malgré ses mérites, car trop lent. L’information elle-même est collectée sur des grilles préétablies. Celles-ci ne comportent que les données complémentaires de la photographie ; l’ensemble, repris et complété en chambre, constitue le « dossier ». Cette documentation donne lieu à l’établissement de bordereaux sur lesquels sont relevés un nombre d’informations minimum, extraites du dossier et qui sont gérées par ordinateur. Ce qui permet d’effectuer des recherches macroscopiques ou de restituer, pour des recherches plus fines, les références des dossiers complets qui, eux, sont microfichés. Treize centres de documentation de l’Inventaire sont ouverts au public ; l’un, national, à Paris, les autres en région : Orléans, Poitiers, Limoges, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Besançon, Strasbourg, Nancy, Rouen, Paris (Ile de France), Rennes. Toutes les régions en seront progressivement dotées. Le public peut donc avoir accès aux 60 000 dossiers d’architecture de la « base architecture ». La « base objets mobiliers », à l’état de test aujourd’hui, pourra, à partir de sa mise en œuvre prochaine, offrir progressivement l’ouverture à une documentation encore plus considérable.

19André Malraux, pour revenir à lui, avait évalué l’importance de l’enjeu que constituait la création de l’inventaire général, lorsqu’il le désignait comme « une aventure de l’esprit ».

20Il en pressentait, si l’on analyse les termes, les difficultés de mise en route et les déviations possibles, les risques du parcours, mais aussi, et surtout, la richesse nouvelle du paysage de l’histoire de l’art qui se dressait à l’horizon.

Publications de l’Inventaire général depuis sa création en 1964

21« Principes d’analyse scientifique » : La tapisserie, L’architecture, La sculpture, Les objets civils domestiques, Le mobilier domestique, (à paraître Le vitrail).

22« Répertoire des inventaires », correspondant chacun à une région-programme et donnant une bibliographie des inventaires antérieurs. 13 vol. parus.

23« Inventaire topographique », chaque ouvrage correspondant à un canton ou à un groupe de cantons. 15 vol. parus, 3 vol. en préparation.

24« Indicateur du patrimoine ». Ces indicateurs, établis informatiquement, donnent un repérage du bâti. 12 vol. parus.

25« Images du patrimoine ». Cette collection est constituée essentiellement d’images donnant un aperçu succinct et synthétique d’un terrain. 36 vol. parus.

26« Cahiers de l’Inventaire », 11 vol. parus.

27Depuis la création de l’Inventaire général 160 expositions ont été organisées. Elles ont donné lieu à la publication de 130 catalogues.

Notes de fin

1 Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 10 rue du Parc Royal, 75003 Paris. Tél. : 42 71 22 02.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable