Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Le corpus d’architecture rurale : logique sociale et composition architecturale

Jean Cuisenier

Texte intégral

1Deux traits me paraissent caractériser les années à venir.

2Le premier de ces traits, dont nous vivons déjà les effets, est le mouvement de décentralisation en cours qui se manifeste en particulier par la multiplication des associations aux niveaux local et régional, la multiplication des opérations de sauvegarde du patrimoine au niveau des collectivités locales, l’augmentation du nombre des musées contrôlés (un millier environ à l’heure actuelle) et des musées d’associations.

3Le second trait, non moins important, est le mouvement de recentralisation qui s’ébauche et dont on perçoit les signes très clairement : à Paris, dans les prochaines années, vont s’ouvrir le musée d’Orsay, consacré au xixe siècle (1986), le grand Louvre, qui sera le plus grand musée du monde, l’opéra de la Bastille, l’Arche de la communication, à la Défense, et bien entendu le complexe de la Villette. En quelques années, entre 1985 et 1990, les équipements culturels de Paris vont changer d’échelle et se situer au premier plan des équipements culturels mondiaux. Paris dont on pouvait craindre le déclin il y a encore peu de temps, se donne actuellement les moyens de devenir une capitale intellectuelle à l’échelle internationale. A quoi serviront de tels équipements culturels ? Quels projets soutiendront-ils ? Quelle finalité serviront-ils ? Autant de questions ouvertes.

4Que signifie dans cette perspective l’étude de l’architecture rurale française ? Quelle place a-t-elle au niveau international et selon quelle problématique peut-on la mettre en lumière ? Si nos réflexions relevaient uniquement des besoins et des demandes relatives à telle ou telle opération ponctuelle de restauration, elles ne répondraient pas au défi de l’histoire culturelle contemporaine.

5Voilà pourquoi je voudrais en quelques mots esquisser l’histoire du corpus de l’architecture rurale française, entreprise de longue haleine qui comporte d’ores et déjà 17 volumes publiés. Dans une première partie, je ferai très brièvement l’histoire des approches de l’architecture rurale française. Dans une deuxième partie je présenterai les enquêtes d’architecture rurale qui ont été lancées par le musée national des Arts et Traditions populaires entre 1942 et 1946. La troisième partie sera consacrée à la présentation du corpus lui-même, et la quatrième partie, dans mon esprit la plus importante, traitera de quelques problèmes théoriques d’interprétation des données ethnographiques et architecturales produites par le corpus.

61) On peut faire remonter l’histoire du corpus au xixe siècle avec le mouvement des traditions populaires. Ce mouvement qui parcourt toute l’Europe est lié d’une part au romantisme et d’autre part à l’éveil des nationalités. Sauf en France, où l’unité nationale a été faite beaucoup plus tôt que dans la plupart des autres pays, ce grand mouvement des traditions populaires s’est développé en Europe en liaison avec l’édification des Etats nationaux. Les folkloristes s’intéressent moins à la récupération du passé qu’à la mise en valeur de ce qui dans le passé sert à édifier l’unité nationale. En Europe centrale, de 1880 à 1945, les conflits entre nationalités s’appuient sur des arguments ethnographiques et linguistiques beaucoup plus que sur des arguments proprement historiques.

7Ainsi au xixe siècle, un immense mouvement porte les sociétés européennes vers l’étude de leur passé national. En France, cette étude a une forte coloration régionale, précisément parce que l’Etat national déjà puissant s’exprime dans de multiples travaux portant sur les rites, les techniques de construction, etc., et fait valoir à l’échelle de la région, de la localité, ce qui concourt à une certaine identité culturelle. Le xixe siècle s’achève sur des réalisations telles que le Muséon Arlaten où Mistral a engagé toute sa vie intellectuelle et où il s’est attaché à mettre en relief l’identité culturelle provençale telle qu’il la comprenait. De cette époque nous avons conservé des traces dans des publications comme les revues des sociétés savantes, dans les recueils de littérature orale et dans un certain nombre de monographies, mais ces traces éparses n’ont permis à aucune institution scientifique d’avoir une vue globale de l’histoire de notre patrimoine bâti.

8Au xixe siècle, une entreprise de caractère tout à fait différent fut réalisée en France. La documentation administrative est séculairement riche et les documents fiscaux livrent des informations de première main sur le domaine bâti. D’où l’idée de lancer une enquête à l’échelle nationale s’appuyant sur les documents fiscaux d’une part et faisant appel aux compétences des sociétés savantes régionales d’autre part. Cette enquête dirigée par de Foville a été publiée en grande partie à la fin du siècle dernier : deux volumes qui nous donnent la première représentation du patrimoine bâti en zone rurale française. Avec un siècle de recul cette étude se révèle très intéressante car elle nous livre non seulement des données qui sont encore exploitables, mais aussi des jugements de valeur prononcés par des enquêteurs et des informateurs qui, s’ils sont d’une grande naïveté, n’en sont pas moins plein d’enseignements. Cette enquête de de Foville est donc la première enquête nationale fondée sur des principes scientifiques.

9Avec le xxe siècle nous assistons à l’éclosion et au développement de ce que l’on a appelé l’école géographique française. Elisée Reclus avait déjà produit au xixe siècle une immense géographie universelle ; Vidal de la Blache, après lui, édifie une nouvelle grande synthèse géographique ; et au début du xxe siècle, Demangeon propose, dans les perspectives dégagées par l’école de la géographie humaine, les premiers outils d’analyse théorique et se livre à une approche « morphologique » de l’habitat : l’étude géographique du bâti s’attache à comprendre les formes de la maison, l’articulation des volumes dont elle se compose et suggère une analyse de la variété du patrimoine bâti d’après la morphologie de la maison. Cette approche, que je viens de définir sommairement, est si prégnante et son efficacité en première analyse si évidente qu’elle s’impose encore de nos jours dans un certain nombre de travaux, cinquante ans après sa première formulation par Demangeon.

10Entre les deux guerres est tentée une autre approche, que j’appellerai linguistique ; le nom qu’il faut citer ici est celui d’Albert Dauzat. Non seulement Albert Dauzat a développé ses investigations linguistiques sur les différents parlers et sur les variétés régionales du parler français, mais il a aussi attiré l’attention sur l’intérêt de la toponymie pour l’interprétation du paysage rural ainsi que sur l’importance de la lexicographie pour la compréhension des différentes parties constitutives d’une maison et de l’intelligibilité des détails techniques de sa construction. C’est entre 1930 et 1940 que ces premières grandes analyses linguistiques de la maison sont entreprises en France. Les premiers atlas linguistiques paraissent à la même époque.

11Entre 1920 et 1940, le Bauhaus et Le Corbusier inaugurent une approche totalement nouvelle des réalités architecturales. Le Corbusier a donné à nos études une impulsion aujourd’hui méconnue mais décisive. Car il a su - et il suffit de lire ses écrits et le recueil de ses plans pour s’en apercevoir - réhabiliter l’architecture vernaculaire, non seulement de la Grèce, de l’Arabie saoudite et du Yemen, des pays d’Afrique, mais aussi de la France. Et il ne s’est pas contenté d’un travail théorique, sa recherche fut aussi d’ordre pratique. Installé en 1939 à Vézelay, non pas pour étudier la basilique, mais pour étudier le village même, il cherche à découvrir dans l’architecture que nous nommons aujourd’hui vernaculaire, dans cette « architecture sans architecte » pour reprendre un titre célèbre, le jeu des volumes, la distribution des espaces, la régularité, les formes simples, les proportions réglées et les modules dont il s’employait par ailleurs à montrer qu’ils étaient les principes générateurs de toute construction moderne. C’est Le Corbusier qui réfuta l’idée d’après laquelle, pour traiter l’architecture rurale, il suffisait de continuer ce que l’on faisait auparavant et de « faire du néo-régional ». L’étude de l’architecture rurale traditionnelle, au contraire, nous enseigne comment des modules génèrent des systèmes de formes tout à fait différents : lorsqu’on utilise d’autres matériaux, lorsqu’on a à répondre à d’autres demandes sociales, lorsqu’il faut satisfaire d’autres besoins des usagers, l’application des mêmes modules aboutit non à répéter des formes devenues formes mortes, mais à en créer de nouvelles. Le Corbusier s’est exprimé sur ce point de manière définitive. Cet acquis théorique me semble aussi important que ceux de Demangeon et de Dauzat pour la compréhension de l’architecture rurale française.

12Dans les années 1939-1940 convergent donc trois grands mouvements intellectuels, celui des géographes et de la géographie humaine, celui des linguistes et de la lexicographie et celui des architectes théoriciens et bâtisseurs modernistes. Ce que nous apprennent ces mouvements convergents, c’est que la connaissance de l’architecture rurale française ne pourrait jamais se développer si nous nous bornions à ajouter monographie après monographie, étude partielle après étude partielle, vue d’un terroir après vue d’un autre terroir. Il fallait donc opérer une rupture épistémologique, changer la qualité des savoirs, avoir une approche radicalement nouvelle. Cette approche est mise en œuvre au cours des années 1939-1942 ; elle a conduit à l’ensemble d’enquêtes sur l’architecture rurale française, dont je vais maintenant vous parler. Ce sera ma deuxième partie.

132) Ces enquêtes sur l’architecture rurale française ont été menées au cours des années 42-46, sous la direction de Georges-Henri Rivière et avec le concours d’architectes professeurs de l’École des Beaux-Arts. Elles ont reçu le soutien de Le Corbusier et les appuis de Demangeon et de Dauzat. Leur conception répondait à un principe : les données recueillies devaient pouvoir être comparées et devaient donc être collectées selon certaines règles. L’instrument d’enquête mis au point entre 1940 et 1942 présente trois aspects :

14C’est d’abord un plan de monographie qui, chapitre après chapitre, situe la maison dans son environnement et son territoire, analyse son organisation intérieure et renseigne sur la pratique et les usages qu’en font ses occupants. Ce plan d’une dizaine de pages est actuellement désuet, car il ne correspond plus à l’état des approches théoriques d’aujourd’hui ; mais il est aussi fort en avance puisqu’il a permis ce recueil fort normalisé de données que nous sommes très loin, quarante ans plus tard, de pouvoir étendre à d’autres domaines.

15L’instrument d’enquête comporte en second lieu des relevés. J’ai une très grande admiration pour mes prédécesseurs dont les instructions sur la manière de procéder à des relevés architecturaux pertinents sont toujours parfaitement valables.

16C’est ainsi que chaque monographie comporte un extrait parcellaire du cadastre, un plan de situation, un plan masse, le plan de chacun des bâtiments, leur élévation, des coupes lorsque celles-ci sont utiles et bien entendu un certain nombre de relevés de détails architecturaux jugés pertinents. Dans certains cas nous avons simplement deux ou trois feuilles de relevés lorsqu’il s’agit d’un puits, d’un four ou d’un petit bâtiment, dans d’autres cas nous avons jusqu’à soixante relevés pour un grand complexe de bâtiments d’exploitation. L’une de nos monographies, celle qui a été rédigée par Soboul, n’a pas moins de 200 pages manuscrites et une centaine de relevés graphiques.

17Enfin l’enquête comporte des photographies prises et choisies selon les instructions fournies.

18Tel était l’instrument, à quoi s’ajoutait l’obligation pour l’enquêteur de tenir un journal de route dans lequel il mentionnait ses observations, les personnes qu’il avait visitées, les informateurs qu’il avait rencontrés. Certains de ces journaux de route, qui sont toujours conservés, sont des mines d’informations ethnographiques, d’autres ne sont que des repères. Ils nous permettent de saisir comment les échantillons de maisons furent sélectionnés.

19Bien entendu il était hors de question pour nos prédécesseurs d’appréhender la totalité du patrimoine rural bâti. Il s’agissait d’appréhender simplement un échantillon représentatif des variations régionales. L’intention qui sous-tendait le programme d’enquêtes était en effet de faire valoir les différences régionales et de fournir un instrument suffisamment homogène pour que ressortent précisément des éléments qui variaient par rapport à d’éventuels invariants discernables. Mais une grande latitude était donnée aux enquêteurs dans le choix des spécimens à observer, en sorte que certains ont privilégié l’architecture la plus spectaculaire, d’autres ce qui leur paraissait le plus « archaïque », d’autres encore ce qui leur paraissait donner le plus large développement. Le choix des spécimens qui ont été monographiés n’est donc pas forcément homogène. De plus, toutes les régions françaises n’étaient pas également accessibles : nous sommes en 42-46, c’est-à-dire pendant la période d’occupation ; sur les soixante enquêteurs, beaucoup étaient menacés de partir en Service du travail obligatoire ; plusieurs parties du territoire étaient interdites, le pays ne fut donc pas couvert intégralement. Enfin il avait été demandé à chaque enquêteur de produire un certain nombre de pré-synthèses de ses observations, dont quelques-unes ont été conservées. Le résultat de l’enquête consiste en une masse de 1 660 monographies qui représentent des rayons entiers de bibliothèque.

20Choisir la maison comme unité d’observation n’était pas le seul point de vue possible pour l’observation du patrimoine rural bâti ; d’autres unités d’observation, les « villages », étaient des unités non moins pertinentes. Il y a donc eu en fin de période d’enquête tout un ensemble de monographies de villages, qui situaient les monographies de maisons à l’intérieur d’une idée systématique plus large.

21Après la fin des combats en 1945, les équipes d’architectes dessinateurs qui avaient été réunies ont été dispersées pour accomplir la tâche urgente, culturellement et socialement significative : la reconstruction. Beaucoup de ces architectes, en s’engageant dans ce travail, ont oublié l’enseignement de Le Corbusier, d’autres se sont institués ses disciples fidèles, mais en raison de la situation, la mise en valeur culturelle de ces dossiers d’enquête a été abandonnée, à quelques exceptions près : un article sur l’esthétique de la maison rurale, par G.H. Rivière, une étude sur la maison vigneronne par Charles Parain.

22Il ressort de cette période que l’on ne peut pas séparer la réflexion théorique sur le devenir du patrimoine bâti en zone rurale des grands mouvements historiques de notre culture.

23En 1967, lorsque j’ai été amené à prendre la direction du musée national des arts et traditions populaires pour l’installer dans son nouveau siège et à faire l’inventaire de ses richesses, j’ai été absolument émerveillé par la qualité du document de base, par la rigueur d’ensemble avec laquelle il avait été pensé et appliqué. Je me suis demandé comment en tirer parti, comment mettre ce travail en valeur et comment réinsérer tous ces résultats dans la problématique scientifique et culturelle de notre époque.

24J’ai rencontré évidemment le problème suivant : cette masse de 1 660 monographies est-elle la somme des choix subjectifs des enquêteurs ou bien nous fournit-elle une image représentative du patrimoine rural bâti français ? Après quelques vérifications auxquelles j’ai procédé avec mes collègues, je n’ai pas tardé à m’apercevoir que les situations étaient très différentes d’une région à une autre, que l’on pouvait avoir dans certaines régions une représentation de bonne qualité, et dans d’autres une représentation imparfaite. Enfin, comme je l’ai dit, certaines régions n’avaient pas été enquêtées du tout. Il était donc impossible d’exploiter ces documents selon les normes de l’anthropologie sociale actuelle.

25Il fallait se livrer d’abord à ce que l’on appelle en statistique le redressement d’un échantillon. Après quelques essais, nous nous sommes vite aperçus que l’on ne pourrait pas redresser l’échantillon en ajoutant simplement aux monographies antérieures des monographies nouvelles pour les compléter. Les relevés avaient été faits entre 1942 et 1946, il y avait donc une génération d’écart. Entre 1945 et 1975 s’était produit le saut qualificatif le plus important en matière d’agriculture. Il n’y avait aucun sens à confronter la situation de 1945 à celle de 1975. En conclusion, il fallait non seulement faire des enquêtes nouvelles mais il fallait refaire toutes les enquêtes antérieures pour que le spécimen ancien de l’échantillon et le spécimen nouveau soient dans la même tranche chronologique. La décision fut donc prise de repartir sur le terrain, actualiser les monographies et compléter par des monographies nouvelles les lacunes manifestes.

26Nous nous trouvions devant l’alternative suivante : ou bien nous faisions un échantillon représentatif thématique ou bien nous faisions un échantillon représentatif à l’échelle régionale. Ce premier choix présentait un intérêt évident : il nous aurait permis de rapprocher par exemple, comme l’avait esquissé Parain, toutes les maisons vigneronnes, des exploitations de polyculture, des moulins, etc. Une grande variété de thèmes s’offrait à nous comme autant de possibilités de les explorer. Mais faire un échantillon thématique aurait supposé que nous disposions d’une base de connaissance suffisante de bâtiments ruraux relativement spécialisés. Nous n’en disposions pas. Autre terme de l’alternative : faire un échantillon régional ; c’était là nous inscrire (nous étions en 1972) dans ce qui nous paraissait devoir se produire dans les années à venir, à savoir ce mouvement de décentralisation dont je parlais tout à l’heure et cette recherche des identités régionales. Le parti fut donc pris de faire des échantillons régionaux.

27Comment avons-nous procédé pour cette sélection ? C’est un problème auquel l’Inventaire est aujourd’hui confronté d’une manière quasi quotidienne. Dans une région où il y a quelques dizaines, voire quelques centaines de milliers de bâtiments à observer, comment choisir ? Première solution qui se présente : l’échantillon aléatoire, au sens statistique du terme. Mais pour faire un échantillon aléatoire, il faut disposer d’une base de sondage, c’est-à-dire un recensement pertinent des maisons ; ce recensement n’existait pas en 1972 et il n’existe pas non plus aujourd’hui. Conclusion : il est impossible de faire un échantillon aléatoire au sens scientifique du terme. Autre type d’échantillon : un échantillon stratifié, c’est-à-dire un échantillon qui procède d’une analyse préalable des types de maisons. Pour faire un échantillon stratifié, il nous faut une théorie de la stratification en matière d’architecture rurale ; la seule théorie dont nous disposions à l’époque était celle de Demangeon, d’après les critères morphologiques. Elle ne m’a pas paru appropriée. Conclusion : pas d’échantillon stratifié possible. Dernière issue : l’échantillon raisonné, c’est-à-dire un échantillon composé à dire d’experts : l’on engage un processus de concertation entre les différentes compétences - compétences universitaires, compétences en matière d’architecture, en matière de pratique de la construction, etc. Ainsi furent définis pour chaque région trente à cinquante spécimens, qui ont fait l’objet de monographies : soit des monographies existantes qui ont été actualisées, soit des monographies nouvelles.

28Il est bien entendu qu’un échantillon raisonné est un échantillon critiquable mais c’est le moins mauvais qu’à une certaine époque, dans certaines conditions du travail scientifique, on puisse proposer. Les conclusions que l’on va tirer de l’exploitation du corpus sont des conclusions qui valent seulement pour l’échantillon, et l’on ne peut étendre ces conclusions à la « population parente », en termes statistiques, c’est-à-dire à la réalité, qu’avec un certain nombre de précautions. La limite des interprétations nous est donc connue, les choix sont assumés.

293) Il sera maintenant question du corpus et des problèmes théoriques d’interprétation qu’il soulève. Tout d’abord c’est un corpus des genres, des types et des variantes. A travers ces termes s’énonce une position théorique qui doit être explicitée. Il faut en effet distinguer deux types de corpus. Les premiers rassemblent au fur et à mesure qu’on les recueille, toutes les données disponibles, et cherchent par conséquent à nous donner une représentation exhaustive de la réalité à appréhender : par exemple le corpus des inscriptions grecques et romaines, le corpus des vitraux : tous les vitraux, un par un, figurent dans le corpus. Un corpus de l’architecture rurale française ainsi conçu est évidemment totalement impossible. Les autres corpus, en revanche, s’efforcent de rassembler les genres, les types et les variantes. Je ne m’attarderai pas longuement sur ces trois concepts : les genres recouvrent ce que nous appelons en ethnologie les classifications indigènes, c’est-à-dire les différences qui sont discernées par les populations là où elles se trouvent : c’est une « maison de maître », « une maison de ménager », une « casole », une « torrer » (en Corse), une « masure », un « manoir » (en Normandie), etc. Cette manière de discerner les différences dans les régions est pour nous une donnée, ce n’est pas un produit de la recherche. Notre travail est de découvrir ce qui se cache sous ces distinctions : nous essayons de dégager des types. A cette fin, nous cherchons à mettre au jour des invariants et des variations. Je n’entrerai pas plus loin dans les définitions.

30Ce travail resterait stérile s’il se limitait à des échanges entre quelques chercheurs. Voilà pourquoi il nous a semblé que la discussion sur l’architecture rurale française et sa connaissance devaient passer par la diffusion de l’instrument et des principales données. Ce sont les volumes que nous publions région par région. En un mot, chaque volume du corpus est composé de deux parties : l’une d’elles regroupe les monographies, c’est-à-dire les trente à cinquante spécimens de maisons rurales, qui sont décrites en termes normalisés, s’appuyant sur un thésaurus, de façon que la comparaison soit facilitée. D’autre part une étude anthropologique justifie le choix des spécimens et fournit le lexique qui peut dans certains cas être très détaillé et générer des centaines de cartes (par exemple le volume Aquitaine qui a été fait avec une collaboration approfondie des auteurs de l’atlas linguistique), qui par conséquent anticipe et livre un certain nombre de moyens pour l’interprétation.

31Volume régional après volume régional, le corpus se constitue. Nous sommes confrontés à de nombreux problèmes. J’en citerai deux : à partir du moment où nous publions de pareils plans, les notaires, les agents immobiliers, les architectes s’en emparent et sont tentés de construire à l’identique, de « faire du néo-régional ». Seconde conséquence : à partir de l’instant où l’on produit un résultat, on fait apparaître des lacunes. Chaque volume devrait donc être complété par des volumes sub-régionaux, car nous ne prétendons pas épuiser l’infinie variété de ce qui se laisse observer.

324) Abordons à présent le problème théorique de l’interprétation du corpus, qui n’est lui-même que la partie visible d’un iceberg de données non publiées. Je prendrai pour point de départ de mon interrogation deux références. La première est la pratique de l’archéologie médiévale en Angleterre où un certain nombre de publications qui font autorité ont développé toute une méthode d’interprétation des données d’archéologie médiévale à partir du corpus dont on peut s’inspirer mais qui ne répondent pas à nos problèmes propres. Pourquoi ? Parce que les maisons médiévales étudiées en Angleterre par les archéologues sont des maisons qui ont cessé de fonctionner, alors que notre but essentiel est d’appréhender des maisons qui sont encore utilisées, dont la fonction initiale a probablement changé, mais qui ont une histoire vivante et non une histoire révolue. Notre approche doit donc nous permettre de cerner ce que l’on appelle de manière approximative le vécu ou l’habité. On ne peut rien attendre à ce sujet des investigations archéologiques. L’autre point de référence est l’atlas linguistique, merveilleux instrument de travail pour la dialectologie. Mais précisément l’atlas linguistique ne va guère au-delà de la dialectologie, c’est-à-dire d’une approche lexicographique des variations régionales. Il ne prend en compte ni la syntaxe, ni la phonotactique et encore moins les différences de stratification sociale. Par conséquent l’atlas linguistique inspiré par Dauzat ne nous est, de ce point de vue, d’aucun secours. Quelles autres voies s’offrent à nous ?

33La première question que nous avons à nous poser, formulée en termes anthropologiques, est celle-ci : y a-t-il une réflexion indigène savante qui propose des modèles indigènes savants de l’architecture rurale ? Question traduite autrement : est-ce que l’on peut découvrir, à travers des publications, à travers des propos, un ensemble de savoirs scientifiquement organisés de la part des praticiens de la construction et des usagers de la maison ? Je réponds : oui. Cette réflexion se trouve clairement exprimée dans un certain nombre de textes et je peux même dater son apparition en langue française : 1564. Je peux citer les ouvrages dans lesquels elle apparaît et préciser la relation qui existe entre la formulation de cette théorie indigène savante, le grand mouvement de la Renaissance et de de l’humanisme. Il serait erroné de limiter son attention aux observations que l’on peut faire ici et là dans le domaine de l’architecture rurale, il faut au contraire restituer, à l’intérieur de l’histoire de la culture au sens large, celle du patrimoine rural bâti. Il y a des modèles indigènes savants, il faut les dégager, les étudier et voir comment ils ont opéré.

34Seconde question : à quoi s’appliquent les modèles indigènes savants ? A quel genre de bâtiment ? S’appliquent-ils seulement à une partie du patrimoine rural bâti ? Si oui, à laquelle ? Ou s’appliquent-ils à la totalité de ce patrimoine ? On peut répondre à cette question.

35Troisième question : les modèles indigènes savants sont-ils issus de modèles savants tout court ou sont-ils la reprise savante de sources indigènes ? En d’autres termes, les humanistes de la Renaissance, pour prendre une époque historique ancienne, se sont-il bornés à adapter les réflexions de la théorie architecturale savante à la maison des champs ou bien ont-ils repris, incorporé, réinterprété et par conséquent assumé, éventuellement avec leurs contradictions, les conceptions indigènes empiriques ?

36A cette question les archives permettent de répondre que l’action a joué dans les deux sens : adaptation de modèles savants au patrimoine rural bâti, mais aussi reprise par les théoriciens de l’architecture savante de modèles et pratiques indigènes.

37Ces questions théoriques nous orientent vers l’interprétation de ce que j’appelle la logique sociale de l’espace, c’est-à-dire les règles qui président à l’allocation des espaces, règles savantes lorsqu’on les trouve dans les traités d’architecture savante, règles empiriques, non formalisées, non explicitées lorsqu’on les recueille auprès des praticiens. Comment fonctionne cette logique sociale de l’espace ? Pour l’étudier, nous pouvons réintroduire ces données dans le champ de la réflexion théorique (qu’il s’agisse de celle qui s’applique aux systèmes de parenté, au symbolisme, aux rituels, etc.) et leur appliquer les instruments théoriques d’interprétation qui, dans ces domaines, ont fait leur preuve.

38C’est donc dans cette voie qu’une interprétation du corpus de l’architecture rurale française peut être développée. En nous engageant dans cette voie, nous échapperons à la fascination de la donnée particulière, des données qui appartiennent à tel ou tel bâtiment singulier, à telle ou telle localité, et nous réintégrerons la réflexion sur l’architecture rurale française dans le champ plus large de la théorie anthropologique.

Bibliographie

Références bibliographiques

L’architecture rurale française1 : corpus des genres, des types et des variantes, dir. par Jean Cuisenier ; publ. par le musée national des Arts et Traditions populaires et par le Centre d’ethnologie française. Paris, Berger-Levrault, 1977.

Dauphiné, Henri Raulin, 1977.

Franche-Comté, Claude Royer, 1977.

Savoie, Henri Raulin, 1977.

Alsace, Marie-Noële Denis, Marie-Claude Groshens, 1978.

Corse, Henri Raulin, Georges Ravis-Giordani, 1978.

Lyonnais, Claude Royer, 1979.

Midi toulousain et pyrénéen, Claude Rivais, 1979.

Bourgogne, Richard Bucaille, Laurent Lévi-Strauss, 1980.

Provence, Christian Bromberger, Jacques Lacroix, Henri Raulin, 1980.

Lorraine, Claude Gérard, 1981.

Poitou-Pays charentais, Suzanne Jean, 1981.

Berry, Christian Zarka, 1982.

Bourbonnais-Nivernais, Jean Guibal, 1982.

Comté de Nice, Paul Raybaut, Michel Perreard, 1982.

Normandie, Max-André Brier, Pierre Brunet, 1984.

Pays aquitains, Pierre Bidart, Gérard Collomb, 1984.

Bretagne, Daniel Le Couedic, Jean-René Trochet, 1985.

Ile-de-France-Orléanais, Francine de Billy-Christian, Henri Raulin, 1986.

Notes

1 Volumes parus au 1er juillet 1986.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540