Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

L’habitat et l’habitation : des objets complexes. Quelles directions pour une analyse ?

Christian Bromberger

Texte intégral

1Le thème de l’habitation, des formes d’occupation de l’espace rural, commun à plusieurs disciplines, a déjà fait l’objet, région par région, canton par canton, voire maison par maison dans certaines recherches, d’analyses détaillées et extraordinairement précises. Les études ont été nombreuses, les inventaires souvent exhaustifs, les essais de classification minutieux, au point que l’on pourrait se demander quel recoin de la maison reste encore à fouiller, quelle ruelle, quel caniveau de village restent encore à explorer.

2A défaut de propositions originales, on peut cependant dégager quelques axes majeurs dans l’analyse de ces phénomènes, signaler les sources documentaires correspondantes et préciser, dans chaque cas, en quoi la démarche ethnologique se situe dans le prolongement ou à côté d’autres approches longtemps dominantes dans ce domaine, notamment la géographie.

3Davantage que d’autres disciplines et en raison de sa vocation totalisante à restituer l’image synthétique d’un groupe humain dans la diversité de ses composantes, l’ethnologie tente de saisir l’habitat et l’habitation comme des objets totaux, comme le lieu d’intersection de multiples logiques, logique écologique, logique technique, logique économique, logique sociale ou logique symbolique ; elle refusera de privilégier l’une ou l’autre de ces voies. La géographie, au contraire, s’est surtout employée à analyser les phénomènes architecturaux dans le domaine rural en termes de contraintes liées à la nature du milieu environnant ou encore en termes de « maison-outil » (l’expression est de A. Demangeon), c’est-à-dire en envisageant les destinations économiques de la maison et des bâtiments annexes. L’ethnologie, sans négliger ces questions fondamentales, tente d’aller au-delà et prend en compte d’autres aspects : les manières d’habiter et d’occuper l’espace, les comportements, les valeurs qui s’attachent à la maison dans son ensemble et à chacune de ses parties, aux meubles, aux objets et même aux fantômes qui peuplent les placards, donc aux relations complexes entre organisation sociale, configurations symboliques, forme d’habitat et genres de maison.

4Comment traduire la variété de ces questions dans le cadre d’une enquête ? Je me bornerai ici à camper quelques directions thématiques.

5Mais tout d’abord, je voudrais souligner, indépendamment de ces axes de recherche, l’importance de l’analyse du vocabulaire dans l’approche de ces phénomènes. Le lexique recèle en effet un découpage indigène de la réalité architecturale qui est pour l’ethnologue une sorte de guide, un guide qui permet, comme le disait Lévi-Strauss, de découvrir des modèles tels qu’ils sont "faits à la maison" dans les sociétés considérées, en l’occurrence comment les gens distinguent, classent les différentes formes d’habitation. On peut aussi cerner par le biais du vocabulaire un certain nombre de valeurs qui s’attachent aux différentes parties constitutives de la maison. J’en donnerai rapidement quelques exemples : en milieu méridional, la pièce où l’on fait la vaisselle et qui est souvent distincte de la cuisine s’appelle la patouille ou la gatouille, connotant un espace sale par rapport à l’espace propre des activités de préparation et de consommation des repas qui est la cuisine. Il y a là une opposition nette, dans les pratiques et dans les représentations de l’espace domestique, que l’on peut appréhender par cette simple approche lexicale. En milieu méridional également le mot chambro, la chambre, constitue un piège lexical et, à ce titre-là, mérite investigation : il ne désigne pas une pièce pour le repos et le sommeil, mais un espace pouvant être utilisé autant pour le repos et le sommeil que pour la conservation des semences ou l’élevage des vers à soie. Le mot « maison » dans le midi de la France, oustau, mérite également un approfondissement sémantique particulier, puisqu’il désigne aussi bien l’espace construit, le bâtiment, que la maisonnée, et quand on interpelle les gens de l’extérieur, quand on arrive sur le seuil, on dit encore aujourd’hui « Bonjour la maison », ce qui montre bien l’association de la maison et du groupe domestique ; oustau désigne également très souvent la pièce principale, la cuisine, et on a donc, à travers le même mot, la superposition de trois ordres de réalités. Autre exemple : vilo en provençal peut désigner indifféremment la ville et le village ; c’est là un indice du caractère fortement urbanisé des villages provençaux. Derniers exemples, qui posent le problème du travestissement de la réalité lexicale, aujourd’hui très répandu : dans le Midi, toute maison rurale devient un mas, mot qui a fait fortune auprès des élites cultivées qui sont venues s’établir dans la région ; or, en Provence, ce mot désigne des types bien particuliers d’habitation et dans une région bien définie (la Basse Provence occidentale) ; il y a donc là à la fois un piège pour l’analyste et un objet d’investigation : comment et pourquoi un tel terme a-t-il été retenu et bricolé ? Même remarque à propos de ce que l’on appelle bori en Provence, terme répandu récemment, sans doute au xixe siècle, pour désigner les cabanes en pierres sèches, alors que les gens de la région appellent traditionnellement ces constructions « cabanons pointus ».

6Essayons de présenter maintenant les différents points de vue de l’ethnologue sur l’habitation et l’habitat, deux notions que l’on distinguera rigoureusement, la première désignant un micromilieu construit ou aménagé pour la résidence des hommes (et éventuellement pour la protection des animaux, des récoltes etc.), la seconde le mode de répartition des unités d’habitation sur un territoire donné.

7La première piste mène à analyser l’habitation comme la réponse formelle et matérielle à un certain nombre de contraintes écologiques et climatiques, qui pèsent sur le choix du matériau, du site d’implantation, etc. Ces aspects sont largement illustrés par les études de géographie humaine, mais je voudrais souligner que le réductionnisme géographique mène parfois vers de fausses pistes. Par exemple, dans les forêts varoises les cabanes de bûcherons sont construites en moëllon, en pierre, alors que l’on pourrait attendre comme pour d’autres cabanes de forestiers dans l’espace français des constructions en bois. En Provence alpine on constate avec surprise qu’il n’y a absolument pas de maison rurale construite en bois, à l’exception de quelques vestiges, qui remontent à plusieurs siècles. En Provence encore, un certain nombre de maisons paysannes sont orientées au nord, donc en plein mistral. Voilà un certain nombre de démentis apportés à ce que suggérerait le déterminisme géographique.

8De tels phénomènes pourraient, en fait, paraître aberrants si l’on ne prenait en compte une pluralité de facteurs qui échappent au réductionnisme naturaliste et expliquent ces choix au premier abord déroutants. Ainsi en ce qui concerne les cabanes des forestiers, la valorisation de la pierre comme matériau de construction, indépendamment des ressources des sites : en Provence une maison doit être en pierre, et les phénomènes de mentalité dans la très longue durée expliqueraient cette permanence. Pour ce qui concerne la Provence alpine, ce n’est pas seulement dans la rareté des ressources forestières qu’il faut chercher l’explication de l’absence de constructions en grumes, puisque l’on trouve des constructions de ce type dans les provinces voisines : comté de Nice et Dauphiné ; les raisons de cette solution de continuité résident dans l’histoire, en particulier dans les restrictions apportées au xviie siècle par l’ordonnance des Eaux et Forêts, qui réserve le bois d’œuvre aux chantiers navals. Pour ce qui est de l’orientation de certaines maisons paysannes au nord, on note que ces formules existent là où les maisons sont conjointes à des demeures de maîtres ; l’orientation au nord apparaît donc comme une sanction sociale et symbolique du statut de paysan ; du reste les prix-faits du xviie et du xviiie siècles mentionnent bien que lorsqu’il y a conjonction de la demeure de maître et de la demeure de paysan, l’entrée de la demeure paysanne sera du côté nord, l’entrée noble, elle, étant orientée au sud.

9On pourrait également s’étonner de la rareté des constructions en terre qui est pourtant un matériau excellent sur le plan de l’isolation ; cette formule a été rarement retenue en pays méridional, non pas pour des raisons strictement architecturales, mais à cause de la dévalorisation sociale qui s’attachait à ce type de bâtiment : la maison en terre, en tàpi comme on dit en pays méridional, connotait un statut social inférieur, et pour ce motif connut un faible développement. Bref on aurait tort de lire dans le choix des sites d’implantation, les formes et les matériaux de construction de simples expressions de facteurs géographiques, ces facteurs apparaissant souvent à l’analyse plus limitants que déterminants, selon les termes de Rapoport.

10Deuxième chapitre dans l’étude de ces phénomènes, celui des techniques de construction, dont le traitement est parfois décevant dans les ouvrages d’architecture rurale, alors même que la technique y occupe la place principale ; ces études, en effet, nous présentent successivement les différents éléments du bâti, mais presque jamais la chaîne opératoire qui conduit à la construction du bâtiment, c’est-à-dire, selon la définition de Robert Cresswell, la suite d’opérations qui partent d’une ou de plusieurs matières premières pour aboutir à un produit fabriqué. Dans le cas de la construction, il s’agit d’une chaîne opératoire complexe puisque plusieurs matières premières sont mises en œuvre et que plusieurs séquences sont nécessaires pour réaliser le produit global ; or les études d’architecture rurale décrivent très rarement les différents stades de la conception et de la fabrication qui composent la chaîne opératoire.

11Deux autres questions, touchant au domaine technique, sont également traitées en parents pauvres dans ces études. La première concerne les agents de la construction. Les modalités de la construction, l’obtention des matériaux sont l’objet de mythes populaires. Ainsi les maçons et artisans du bâtiment dans le Midi de la France racontent que les tuiles creuses étaient fabriquées sur la cuisse des femmes. Autre mythe, relayé aujourd’hui par les idéologies alternatives, celui de l’auto-construction : les paysans d’hier auraient construit leurs maisons eux-mêmes avec l’aide de la communauté villageoise ; il faut s’inscrire en faux contre ce mythe, car il s’agissait de sociétés rigoureusement codifiées sur le plan des statuts et disposant de professionnels compétents. La formule de l’auto-construction est sans doute beaucoup plus développée aujourd’hui qu’elle ne le fut dans les siècles passés. Un certain nombre de documents nous permettent de faire le point sur ce mythe : d’une part les recensements de 1851 et de 1856, qui nous donnent l’état des professions du bâtiment à la fin de la période bâtisseuse dans la France rurale (1750-1850), et, d’autre part, les prix-faits qui sont pour l’ethnologue et pour l’historien une source irremplaçable ; ces devis passés devant notaire entre le commanditaire et l’artisan fixaient précisément le prix, la forme des travaux et nous indiquent la part prise par le commanditaire et par le constructeur dans le processus de construction : il apparaît nettement que si le commanditaire, ses voisins et ses amis participaient à la construction, c’était seulement pour des tâches annexes, pour la fourniture des matériaux, etc.

12La deuxième question, généralement négligée sur le plan technique, et qui est l’objet de l’intervention de François Calame, concerne le domaine des savoirs et des savoir-faire, non seulement ceux des artisans mais aussi ceux des corps de métiers situés en amont de la construction. Ces savoirs mettent en œuvre toute une logique du sensible : l’on reconnaît, par exemple, la qualité d’un matériau à l’ouïe ; ainsi dans le Midi de la France on fait dinder, c’est-à-dire s’entrechoquer, les tuiles avant de les poser pour s’assurer qu’elles rendent bien un son clair et qu’elles ne « sonnent pas catalan » comme on dit à Marseille, c’est-à-dire qu’elles ne « nasillent pas » ; de même on s’assure de la qualité d’une pierre en la frappant avec un marteau ; un son sourd est un indice de mauvaise qualité.

13Autre point, dans ce chapitre technologique, le problème du module architectural d’ensemble : la maison telle qu’elle se donne par son modèle de base se prête-t-elle à des formes évolutives ? On a des architectures, telle la maison allongée en Provence, qui, par leur morphologie, se prêtent à toute une série d’adjonctions successives dans la mesure où elles ont des murs latéraux aveugles qui permettent soit des extensions latérales, soit des extensions en forme de L ou de U, etc. Ces formes architecturales s’opposent aux maisons savoyardes dont le type de toit et le type d’ouverture empêchent un tel bourgeonnement. Il y a là des contraintes issues des modèles qui pèsent sur l’évolution de l’habitation.

14Le troisième chapitre d’une approche de l’habitation consiste à analyser les liens entre la maison et les activités de production, la maison étant un outil de production parmi d’autres. La nature, le volume, les équipements des bâtiments spécialisés (pour l’élevage, la conservation et la transformation des récoltes, la fabrication, etc.) témoignent directement de l’importance relative des activités de production ; la nature de ces équipements témoigne aussi de l’aisance et du statut socio-économique de la famille résidente. Dans le nord de l’Iran par exemple, des formes de granges différentes reflètent des capacités de stockage de la production tout à fait opposées : les petits paysans ont des granges allongées au sol qui permettent de stocker le riz seulement pendant quelques mois, alors que les paysans plus fortunés, qui font un stockage spéculatif de la récolte, ont des granges sur pilotis, dotées de dispositifs internes d’aération, qui permettent la dessiccation, puis l’écoulement de la production à un moment de l’année où les cours du riz grimpent.

15Venons-en à présent à des aspects qui relèvent davantage d’une analyse spécifiquement ethnologique : comment se situe le phénomène maison dans l’organisation sociale ? Différentes questions peuvent être dégagées dans ce quatrième chapitre d’une étude de l’habitation :

16La maison abrite un ensemble de gens qui vivent « au même pot et au même feu », « au même pain et au même vin », selon les expressions anciennes. Quelle est la structure du groupe domestique rassemblé sous le toit de la maison ? Il peut s’agir d’une famille nucléaire ou encore d’un groupe qui englobe plusieurs unités familiales apparentées. Or il est bien évident que le type de groupe domestique a des incidences architecturales : ainsi les grandes fermes de la plaine de Toscane qui pouvaient abriter jusqu’à vingt-cinq personnes sont l’expression directe de la structure sociale. Cet aspect est donc à prendre en compte pour apprécier la forme de la maison.

17La maison est un lieu d’observation privilégié non seulement de la structure des groupes domestiques, mais également de la partition des rôles, du partage de l’espace selon les sexes et les classes d’âge. Très souvent dans l’architecture vernaculaire où les maisons abritent plusieurs unités familiales apparentées, les étages sont distribués en fonction des générations. Dans le nord de l’Iran, la jeune génération vit à l’étage supérieur ; le haut connote la jeunesse, la bas la vieillesse ; le haut est aussi l’endroit où l’on va s’installer pendant l’été, alors que le bas est le lieu de regroupement hivernal.

18Est également à prendre en compte la façon dont la maison symbolise l’unité familiale. Est-elle, à travers les pratiques de nomination qui servent à la désigner, l’expression du groupe familial ? Certaines maisons portent le nom de la famille pour en pérenniser l’existence. L’on trouve fréquemment cette situation dans les zones à famille-souche où le nom de la maison et le nom de la famille sont les mêmes. En Provence, c’est une conduite de petit propriétaire terrien. Au contraire, les maisons des villages qui abritaient une paysannerie pauvre ne reçoivent pas de nom : elles ne sont pas le Heu du même investissement symbolique que les maisons des exploitants plus fortunés, de la petite noblesse rurale ou encore de ceux qu’on appelait les ménagers dans le sud de la France ou les laboureurs dans le Nord, représentant une paysannerie assez aisée soucieuse du maintien de son patrimoine matériel et symbolique.

19Etudier les relations entre la maison et l’organisation sociale, c’est analyser également comment la maison, par son apparence, puisque c’est un objet qui se donne à voir, par sa superficie, par les matériaux de construction employés, traduit le statut socio-économique du résident. La maison, comme le vêtement est un moyen de se situer sur l’échelle sociale ; c’est une carte d’identité sociale que l’on expose. D’où tout le soin qui est pris en général à renouveler les façades. Il y a dans les architectures vernaculaires, une codification rigoureuse qui distingue les maisons appartenant à des individus de statut différent. L’exemple de la Provence est très net à cet égard : l’on observe, d’un côté, les bastides avec leurs pierres de taille, leurs ouvertures symétriques disposées sur la façade, leur plan cubique, leur toit à quatre pentes et, d’un autre côté, les maisons en moellons, couvertes de crépi, avec des ouvertures dissymétriques et des toits en général à deux pentes caractéristiques des habitations paysannes. Il est intéressant de voir comment ces éléments sont codifiés. Quand j’emploie le mot codifier ce n’est pas pour utiliser une rhétorique à la mode : dans les sociétés traditionnelles, il existe une correspondance terme à terme, reconnaissable par les usagers et faisant l’objet d’un apprentissage social, entre les variantes morphologiques et les variantes de statut auxquelles elles renvoient.

20En cinquième lieu, les manières de concevoir et d’habiter l’espace domestique sont des cristallisations de l’ethos d’une société. Chaque culture traite, en effet, à sa façon les catégories du privé et du public, du dedans et du dehors, du clos et de l’ouvert. C’est de l’observation prolongée des comportements et des pratiques que l’on peut dégager les césures qui séparent l’espace public et l’espace privé ainsi que les différents niveaux d’espace privé : ainsi certaines pièces sont réservées à la réception, alors que d’autres au contraire sont rigoureusement fermées à l’étranger. Sur ce plan, des observations qui peuvent paraître anodines se révèlent importantes du point de vue ethnographique, par exemple celles qui touchent aux conduites des individus sur le seuil d’une maison, quand un étranger arrive : la manière dont on le fait patienter ou dont on lui conseille d’aller voir le maître de maison sur la place du village. Il existe souvent des espaces intermédiaires qui forment des espèces de sas entre l’espace public et l’espace privé. Dans beaucoup de sociétés pastorales, cette limite est encore compliquée par le cercle des chiens qui dessine un rideau protecteur devant l’habitation et constitue une première limite interposée entre l’extérieur et l’intérieur. La difficulté, concernant ces limites, est qu’elles ne sont pas toujours visibles. Il y en a d’invisibles et il faut posséder le code interne d’une culture pour savoir comment ne pas les transgresser. Je soulignerai à nouveau l’importance de l’analyse du lexique pour saisir ces problèmes d’habitus et de conception de l’espace domestique : dans beaucoup de sociétés traditionnelles les mots qui désignent les pièces ne renvoient pas à des espaces spécialisés mais sont des termes génériques. La spécialisation découle de l’usage que l’on fait de ces pièces, au rythme des saisons ou des nécessités, et n’est pas donné a priori dans la conception de la maison.

21Sixième point, le domaine symbolique. Le sujet a été effleuré tout à l’heure à propos des rapports entre maison et famille, mais il faut y ajouter tout ce qui en matière de croyances, de pratiques symboliques, s’attache à l’espace habité. Je distinguerai ici deux plans : un symbolisme que j’appellerai ouvert, un symbolisme que j’appellerai couvert. Le symbolisme ouvert est celui qui se donne à voir, qui s’exprime à travers des pratiques rituelles explicites lors de la fondation de la maison, par exemple lorsqu’on scelle la première pierre, en la bénissant ou encore quand on fixe au linteau tel ou tel objet symbolique pour écarter les influences malignes. Le symbolisme couvert est plus délicat à appréhender : il s’agit de saisir quelles valeurs les individus affectent à telle ou telle portion de l’espace sans toutefois produire un discours explicatif, exégétique, sans théoriser eux-mêmes leur pratique. Nous ne sommes pas toujours en Kabylie et il n’y a pas toujours des informateurs pour nous expliquer les significations qui se greffent sur tel ou tel élément : ainsi sur la poutre faîtière de la maison. C’est par un patient examen des comportements, des propos émis lors des conversations, etc., que l’on peut saisir la manière dont les individus symbolisent de façon subconsciente, de façon « couverte », les valeurs qui s’attachent à telle partie de la construction.

22Serait également à étudier le contexte d’utilisation de la maison selon le cycle annuel. Comment sont occupés les différents espaces en fonction du rythme saisonnier ? Ainsi dans la France rurale traditionnelle l’inauguration et l’interruption des veillées scandent deux modes très différents d’occupation de l’espace domestique : concentration du groupe domestique autour de quelques pôles de l’habitation, puis très souvent une dispersion dans les différentes pièces de la maison au moment de l’été ou de la belle saison.

23Autre aspect à dégager, les normes esthétiques fondamentales qui président au modèle architectural, les règles d’agencement spatial du bâti, le rythme architectural de la construction, qui plus que les éléments de décor, caractérise l’identité régionale ou ethnique d’un bâtiment. Dans le nord de l’Iran, les maisons sont, pour la plupart, construites suivant un schéma modulaire où une véranda faisant saillie sur la façade occupe un tiers de la longueur totale du bâtiment. Les constructeurs sont conscients de ces règles, puisque ce sont eux-mêmes qui fixent ces proportions, et une maison achevée doit suivre ce modèle ; un décalage apparaîtra comme une injure par rapport à ce principe rythmique de base.

24Je voudrais terminer sur deux points. En premier lieu, souligner l’ambiguïté, aujourd’hui, d’une réflexion sur l’architecture vernaculaire. Nous sommes en effet dans une période de revalorisation des anciens styles régionaux, qui se traduit sur le plan architectural, en raison d’un certain nombre de normes et de contraintes imposées par les directions de l’urbanisme et de l’architecture, par une duplication des styles traditionnels. Cette duplication n’est en général qu’une singerie d’assez mauvais goût qui bloque d’ailleurs toute capacité d’innovation.

25Je voudrais attirer l’attention sur le rôle, volontaire ou involontaire, des ethnologues dans l’architecture de demain, particulièrement dans le domaine rural, car nous risquons d’être les cautions d’opérations visant à figer des formes architecturales éculées, correspondant à des pratiques de l’espace aujourd’hui révolues.

26Le dernier point enfin concerne les problèmes de forme de groupement ou de dispersion de l’habitat, qui, en général, sont analysés comme les effets de processus historiques. D’un point de vue ethnologique, deux pistes peuvent être, en outre, envisagées. La première consiste à regarder comment les formes de répartition des maisons traduisent une spatialisation de la structure sociale. Là, les exemples ne manquent pas : dans les communes de Provence l’habitat dispersé correspondait en général à de gros domaines patrimoniaux alors que s’entassait dans les villages groupés un prolétariat polyactif de petits paysans qui pouvaient selon les saisons être artisans ou maçons ou encore se louer dans d’autres domaines agricoles. Sur un autre plan les oppositions qu’on rencontre si fréquemment dans les villages français ou européens entre le haut et le bas symbolisent des oppositions entre univers sociologiques différents. On a d’ailleurs pu observer des changements de signification de ces oppositions dans le temps : ainsi le haut du village qui était traditionnellement en Provence le siège d’une demeure seigneuriale fut au xixe siècle déserté par les notables qui se sont retirés dans le bas du village, alors que la population plus pauvre s’entassait sur les hauteurs. Aujourd’hui se dessine le mouvement inverse : des résidences secondaires occupent le haut des villages alors que la population pauvre émigre vers la périphérie. Seconde piste : comment les formes d’habitat - le quartier, le hameau par exemple - reproduisent-elles des unités fondamentales d’appartenance sociale ? Sont-elles la spatialisation d’unités matrimoniales (endogamie), d’unités de coopération, de sociabilité, etc. ? Sont-elles dotées d’une identité symbolique propre (sobriquets, etc.) ? Ou au contraire y-a-t-il inadéquation entre tissu morphologique et tissu social ?

27Ce sont-là quelques jalons jetés sur le chemin de l’analyse de l’habitation et de l’habitat rural.

281. Remarque de la mission du Patrimoine ethnologique :

29On pourra se reporter utilement au guide d’enquêtes ethnographiques A la recherche des pratiques et usages quotidiens en Provence, édité par le CNDP (CRDP Marseille) et le CEM (Centre d’ethnologie méditerranéenne), avec la participation de : A. Bouve-rot, C. Bromberger, A. Chenu, D. Dossetto, A.H. Dufour, Cl. Gontier, B. Martinelli, A. Massion, G. Ravis-Giordani, Th. Schippers.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable