Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et espace dans le monde rural

Avant-propos

Isac Chiva

Texte intégral

1L’architecture et l’espace rural, création humaine, qui l’entoure, constituent une part majeure du patrimoine ethnologique, en France comme dans tous les pays européens. Ceci se traduit dans l’abondance des recherches consacrées par les ethnologues, mais aussi par les géographes, aux constructions agricoles et rurales, à leurs formes et fonctions, aux faits sociaux, économiques, techniques, symboliques, qui s’y donnent à lire.

2Ces recherches, dans lesquelles le morphologique l’emporte peut-être encore trop sur l’analyse fine du fonctionnement social de cette architecture, permettent d’évoquer et d’illustrer à peu près tous les aspects de la société qui y vit. D’où l’importance de l’architecture rurale mais aussi urbaine, ou, plus généralement, vernaculaire, dans le patrimoine ethnologique et dans la formation de ceux qui en ont la charge. D’où aussi, la valeur pédagogique de ce fait culturel complexe, qui permet d’illustrer un tout aussi grand nombre d’hypothèses que de techniques de recherche, de thèmes théoriques que de pratiques de conservation et de valorisation. Ce sont d’ailleurs ces considérations qui expliquent la mise en place par la mission du Patrimoine ethnologique, dans le cadre de l’Institut du patrimoine, du stage dont les principaux exposés sont réunis ici. Ces journées, en regroupant chercheurs et praticiens de l’ethnologie de la France, ont permis un partage d’expériences et une réflexion théorique et pratique autour du thème de l’architecture vernaculaire et de son inscription dans la société, dans la culture, dans l’espace. C’est à cet intérêt que répondait aussi le récent numéro de la revue « Terrain » (n° 9, octobre 1987) intitulé « Habiter la maison », ou encore la table ronde sur « L’architecture rurale : de la connaissance à la sauvegarde » organisée en 1983 dans le cadre du colloque « Les monuments historiques demain » (on y trouvera notamment, sous la plume de Denis Chevallier, un panorama des recherches sur l’architecture rurale en France).

3D’autres communications, non reprises dans ce volume car faites à l’appui de documents audiovisuels (J.R. Pitte, M. Grodwohl et B. Lassus), complétaient le programme de ce stage destiné à familiariser ses participants avec les démarches principales – celles de l’ethnologie, de la géographie humaine, de l’analyse plastique – en matière d’étude de l’habitat en soi et dans ses rapports avec l’espace.

4Tel quel cet ensemble illustre néanmoins les deux évidences capitales qui doivent guider toute pédagogie du patrimoine ethnologique architectural et paysager :

  • celui-ci est à la fois matériel et social, technique et symbolique, universellement présent et différencié à l’extrême, durable et sujet à changements constants ;
  • de ce fait, son étude, comme sa protection et sa conservation, commandent le recours à des perspectives analytiques et à des formes d’intervention techniques et sociales, très nombreuses et dont il faut craindre les éventuelles divergences.

5C’est en tenant ainsi compte de la complexité et des contradictions qui marquent tout habitat vernaculaire, qu’il soit rural ou urbain, familial ou professionnel, ancien ou récent, que l’on aidera ceux qui ont la charge de ce patrimoine à remplir leur tâche en pleine connaissance de cause.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable