Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs naturalistes populaires

 | 
Jacques Barrau
, 
Jacques Bonniel
, 
Denis Chevallier
, 
et al.

3. Usages et perceptions du milieu naturel

Discussion

Texte intégral

LA CONSTRUCTION DE L’OBJET

1GERARD LENCLUD : Les discussions que nous avons eues hier et aujourd’hui ont permis de constater que les savoirs naturalistes populaires ne constituaient pas un objet bien délimité, bien isolé, et que par conséquent les étudier imposait de passer par toute une série de relais, que ce soient des modes d’organisation sociale ou des configurations culturelles complexes. Cela renvoie tout simplement au problème du découpage. Je pense que tout à fait légitimement, vous avez découpé un objet d’étude et que vous avez constitué des usages médicinaux en système. Mais je ne crois pas que ce soit le terrain qui motive votre démarche.

2JOSE DOS SANTOS : Je ne me suis pas bien exprimé. Je crois que la question qu’on se pose est de savoir si dans la réalité empirique que l’on étudie - c’est-à-dire un ensemble d’usages, de pratiques et de discours sur la flore et ses usages médicinaux -, ce discours-là est constitué en système ou non. Nous ne posons pas l’hypothèse forte qui consisterait à dire a priori : ces usages sont constitués en système. En revanche, nous avons constaté que l’ensemble des usages les uns par rapport aux autres, forme système. Les usages artisanaux, magiques, alimentaires, médicinaux s’éclairent mutuellement et forment système. Ce n’est pas le terrain qui construit notre objet, au contraire, nous avons toute légitimité pour le construire, mais le terrain doit dire si cette construction est pertinente ou non. Je crois que c’est la démarche empirique qui doit dire si oui ou non dans certaines aires culturelles l’artisanat, par exemple, ou la mise en œuvre instrumentale d’un certain nombre de matériaux végétaux, est structurée en "vannerie", en "menuiserie", en "construction". Ce sont ces critères d’instrumentante ou de non-instrumenta-lité qui séparent ces usages de manière significative de l’usage médicinal. Or, on trouve des utilisations qui posent problème, qui ne sont ni médicinales ni alimentaires. Je prends l’exemple médicinal-alimentaire car on ne sait pas s’il est permis de traiter de manière indépendante l’usage médicinal par rapport à l’usage alimentaire. Certains processus, par exemple, celui de la cure saisonnière, qui est alimentaire, peuvent en même temps être repris dans une problématique médicinale par rapport au corps malade, à l’intoxication, à l’encrassement, etc. Je voudrais rappeler ce qui s’est dit à propos du découpage des ethnosciences par rapport aux terrains d’étude. On a constaté qu’on faisait un petit peu violence aux savoirs populaires en les structurant comme des disciplines ou en ayant tendance à suivre, dans le découpage des objets de savoirs naturalistes, le découpage des disciplines, en les intitulant ethnobotanique, ethnozoologie, ethnomédecine. Sur le point qui est en discussion maintenant, nous retrouvons les mêmes objectifs à l’échelle de l’ethnobotanique lorsqu’on découpe des usages "médicinaux", des usages "alimentaires", des usages "artisanaux", pour les végétaux. Comme le disait Daniel Fabre, c’est un découpage qui prend son origine dans un système de pensée, dans un ensemble culturel qui est différent de celui que l’on traite ; et notre problème est justement de situer ces usages-là les uns par rapport aux autres, là où on enquête. Donc on garde le problème entier et en aucun cas la pertinence de la problématique médicinale n’apparaît d’elle-même.

LES SAVOIRS SUR LES PLANTES MEDICINALES : LEUR DIFFUSION

3DANIEL FABRE : La notion même de plante médicinale a été forgée dans un tout autre contexte intellectuel et pratique qu’il faudrait analyser. Il serait très intéressant de s’interroger sur cette notion de médicinal au xixe siècle, sur la question des herboristes et des pharmacopées populaires dont les intellectuels locaux ont fait des relevés. Il faudrait aussi parler des actions incitatives de l’État. Vous savez qu’après la Première Guerre mondiale, dans les années 20, le ministère du Commerce extérieur avait attiré l’attention sur le fait que nous importions beaucoup trop de plantes médicinales. Je ne sais pas si le déséquilibre venait de là, mais toujours est-il qu’on avait incité dans chaque département les pharmaciens à faire un relevé des plantes médicinales souvent accompagnées de leurs noms vernaculaires. Le tissu très diffus de la vulgarisation entre, à un moment ou un autre, dans la constitution de ce savoir. La constitution de ce savoir est très influencée par l’idée qui devient évidente quand elle est traduite par les pharmaciens et les pharmacologistes, des principes actifs des plantes. Cette idée montre qu’il y a là un savoir qui est vérifié, qui est quelque chose de tout à fait objectif, qui a été constitué par essais, erreurs, qui est donc empirique quant à son départ, mais incontestablement efficace. Pourtant, cette efficacité est peut-être plutôt de type symbolique. D’ailleurs, les pharmaciens eux-mêmes ont intégré de manière un peu simple, certes, cette dimension quand ils parlent d’effet placebo, ce qui veut dire que c’est la croyance en l’efficacité qui fait l’efficacité. A ce moment-là, on est obligé de considérer des ensembles de plus en plus larges qui mettent en jeu non seulement les plantes dans tous leurs usages, mais également, peut-être, les rôles de celui qui les cueille et qui détient à ce moment-là un pouvoir en lequel les membres de son groupe croient aussi, qui met en jeu le rôle de celui qui a prescrit ou qui transmet un savoir. Alors nous nous retrouvons devant un objet infiniment complexe qui, de tous côtés, déborde et dépasse la question même de la pharmacopée populaire.

4GENEVIEVE DELBOS : Je ne connais pas bien l’histoire des plantes médicinales, mais il me semble tout à fait plausible que ce savoir qu’on appelle le savoir naturaliste populaire, se soit particulièrement développé à partir du xixe siècle, justement parce qu’il y a eu toute cette stimulation de l’État, des pharmaciens, des grands groupes pharmacologiques, etc. C’est une question que je voulais vous poser à propos des échanges dont vous parliez sur votre terrain. J’ai un peu peur de voir se profiler derrière ceci, cette idée qu’il existe un savoir authentique, intègre ; qu’une fois qu’on a débroussaillé, qu’on a fait une fiche signalétique qui explique un peu qui est l’informateur, quels sont les rites qu’il y a autour de la plante, si on secoue et mélange tout ça, on arrive à trouver quelque chose, en tout cas on arrive au cœur du savoir. Mais le savoir, c’est quand même quelque chose qui est toujours en formation, qui se modifie, qui change. Il faut pour cela tenir compte de toutes les interventions extérieures.

5JACQUES BARRAU : Les enquêtes que j’ai pu mener sur les plantes médicinales dans les Alpes de Provence et dans le Haut-Vaucluse, m’ont amené à m’intéresser à l’impact de la littérature de colportage sur la formation du savoir. J’ai commencé à demander systématiquement aux gens que je connaissais l’autorisation d’aller fouiller avec eux dans les combles, je me suis alors trouvé, en l’espace d’une semaine, avec Le médecin des pauvres, Le Grand Albert, Le Petit Albert, plus des rééditions multiples de ces petits opuscules que vendaient les colporteurs. En comparant dans les différentes éditions des Maisons rustiques et autres ouvrages publiés jusqu’au siècle dernier le chapitre consacré aux plantes médicinales, on s’aperçoit que l’on retrouve toutes les plantes connues aujourd’hui. Sauf quelques exceptions, car on tombe de temps en temps sur le cas de la plante qui est très localisée, non signalée dans les codex, non signalée dans la littérature, et c’est évidemment la grande émotion du chercheur.

6Dans les sociétés lointaines ou "exotiques", le problème est tout à fait différent. On ne peut pas étudier les plantes médicinales sans aborder le problème des systèmes médicaux, de l’organisation de cette pratique médicinale. Cela va d’ailleurs très loin. Je pense au travail que nous faisons actuellement aux Antilles. Là, dans une société polyethnique de constitution relativement récente puisqu’on a une profondeur de quelques siècles seulement, nous trouvons, en faisant cette étude sur la médecine traditionnelle, l’extraordinaire impact des conceptions médicales des médecins barbiers de la marine qui ont été les premiers à exercer dans les plantations et dont les connaissances ont été diffusées parmi les esclaves et leur descendance. Cette population a brassé le tout en interprétant un milieu qui pour elle était exotique ; elle a construit un système parfaitement cohérent et très dynamique puisqu’il continue à se renouveler constamment. Dans un tel contexte, on ne peut pas aborder la plante médicinale sans tenir compte de cet ensemble qui renvoie finalement à une certaine conception de l’environnement global et à une préoccupation première : comment se maintenir en bonne santé avec tout un ensemble de pratiques ? Là justement, on s’aperçoit qu’il est impossible de ne pas prendre en compte la part du médicinal, celles de l’alimentation, de la gestuelle quotidienne, du comportement quotidien. Quand on revient dans le domaine français, cela paraît beaucoup plus difficile parce qu’il y a eu cet extraordinaire impact de l’acquis et de l’éducation. J’avoue que chaque fois que j’ai travaillé sur un problème français, c’est quelque chose auquel j’ai dû faire attention. Ce qui n’exclut pas l’intérêt de l’étude, parce qu’en fait l’acquis et l’évolution de la culture acquise par la littérature de colportage, par exemple, est en soi un phénomène de savoir populaire aussi intéressant qu’un autre. Mais il pose parfois des petits problèmes d’enquêtes.

7JOSE DOS SANTOS : S’il existe un système d’échange, de circulation d’un pays à un autre, en passant par ce pays médiateur que sont les Cévennes, entre les divers ordres de savoirs, il y a toujours syncrétisme. Nous n’avons pas l’illusion de pouvoir trouver quelque chose qui serait un objet pur en allant le plus loin possible dans une montagne. Je crois que la recherche des origines de l’état actuel des connaissances doit plutôt se muer en une recherche des échanges qui se sont établis et comment ils l’ont fait. De quelle manière précisément est repris et transformé un savoir formalisé qui émane d’un autre ordre, par les différents éléments sociaux et culturels qui entrent en jeu ?

8Prenons l’exemple de l’usage du sain-cap. Dans nos vallées, le sain-cap, c’est le Plantago acuminata, un petit plantain qui ressemble à un minuscule palmier, qui pousse dans les rochers siliceux extrêmement secs et dont l’usage paraît à l’heure actuelle cantonné dans deux vallées, car dès que nous passons la corniche des Cévennes, personne ne le connaît plus. C’est une particularité de ces deux vallées, ce qui ne veut pas dire qu’on ne trouvera pas un manuscrit ou un livre qui aurait été colporté et qui mentionnerait cet usage mais serait justement resté localisé. Mais il peut s’agir aussi d’une création locale, issue d’échanges entre des ordres de savoirs différents, qui a abouti à un rapport original au milieu.

9Mais nous nous orientons également vers le repérage de certains nœuds privilégiés qui se seraient articulés soit autour d’une espèce, soit autour d’un ensemble d’espèces végétales ou animales où paraît se jouer quelque chose de très fort du point de vue symbolique. Par exemple, le sureau joue en Haute-Provence un rôle structurateur du discours sur les plantes. Il est en rapport avec les veines d’eau souterraine,

10DANIEL FABRE : Je crois qu’il ne faut pas avoir une vision trop strictement instrumentale de cette présence de l’écrit, car justement dans ces domaines-là, il s’inscrit aussi dans une configuration symbolique qui est celle de la croyance. Depuis le Moyen Age, on a des recueils de recettes par les plantes qui ont été publiés par les philologues et cela a continué aux xvie, xviie et xviiie siècles, avec un enrichissement qui vient de la circulation des Maisons rustiques, des livres de colportage, etc. Ces livres ne sont pas seulement des répertoires dans lesquels on puise, ils sont essentiellement un effet de consécration de ce type de savoir, c’est-à-dire qu’"il est écrit quelque part". Il est donc très important de voir le livre et l’écrit non seulement en tant qu’instrument de diffusion, mais aussi comme un pôle de consécration de ce type de savoir. D’ailleurs, les guérisseurs savent très bien que le fait de détenir un livre ou de le prétendre fonde pour une part, aux yeux de leurs clients, leur efficacité personnelle, et leur pouvoir tout simplement.

USAGES DE LA FLORE ET AIRES CULTURELLES

11CLAUDINE FABRE : Bien que tout à fait d’accord avec José Dos Santos sur la nécessité d’ancrer toute recherche dans une région délimitée, je voudrais attirer l’attention sur le phénomène suivant : au-delà des spécificités d’un terrain et à côté des plantes qui peuvent y apparaître comme des plantes clés pour comprendre le rapport d’une société donnée à un milieu donné, des espèces tout à fait banales prennent place, à ce point communes que bien souvent on les ignore. Ces espèces rudérales qui se retrouvent dans presque toute l’Europe -c’est le cas de l’achillée millefeuille - sont, dans une aire culturelle fort large, l’objet de rituels particuliers. Ainsi l’achillée est-elle liée aux saignements calendaires que s’infligent les jeunes garçons de huit à douze ans. En Catalogne, en Provence, mais aussi dans le centre de la France - Morvan, Nivernais - on joue des propriétés de la plante - elle fait saigner et arrête le sang - en s’appliquant les feuilles sur diverses parties du corps. Mais les pouvoirs et les "effets" de la plante sont plus étendus encore. Les petits porchers se livrent à un jeu qui consiste à endormir l’un d’entre eux couché au milieu de leur cercle en introduisant dans sa bouche, ses narines, ses oreilles l’achillée. L’opération est scandée par une incantation sans cesse répétée et par le rythme des sabots que l’on frotte l’un contre l’autre... Enivré, le garçon rentre en transe et dans un état somnambulique se livre à des vociférations et à des contorsions violentes, se levant et retombant aussitôt. A l’issue de cette "crise", il se réveille et se redresse régénéré et définitivement agrégé au groupe qui l’a ainsi initié. Cette épreuve a aussi les dimensions d’une cure homéopathique. Contre l’épistaxis et l’épilepsie, on utilise en effet cette même plante le jour de la Saint-Thomas, pour l’équinoxe d’hiver : se chatouiller les narines avec l’achillée jusqu’à provoquer un léger saignement et se laisser tomber d’une chaise au sol à plusieurs reprises sont des "jeux" qui préservent ceux qui s’y livrent contre ces maux plus redoutables...

  • 1 Dans un travail à paraître, La Bête singulière, nous analysons plus spécialement cet ensemble.

12Si ces pratiques sont assez largement attestées l’enquête directe ne nous les a jamais révélées d’emblée. Seul un long travail sur les pratiques rituelles autour du sang nous a permis - par le détour du cochon -d’y accéder et de leur donner sens1.

13JEAN-CLAUDE BOUVIER : A propos des aires géographiques, j’ai été intéressé par ce que José Santos a dit sur cette impossibilité de définir a priori l’espace, et sur la nécessité d’être sensible à la façon dont se structure l’espace. L’enquête permet d’aboutir justement à des relations de type géographique. Je dirais que la comparaison systématique avec les cartes des atlas linguistiques peut être extrêmement fructueuse. Ce qui a été dit pour les Cévennes est particulièrement révélateur si l’on regarde effectivement des séries de cartes linguistiques. C’est ce que je suis en train de faire pour le domaine occitan à l’intérieur de l’ensemble du gallo-romain. Les cartes linguistiques montrent très bien ce caractère médian dont vous avez parlé pour les Cévennes. Il y a une adéquation parfaite entre la situation linguistique et ce qui a été dit du point de vue botanique en particulier.

LES SAVOIRS POPULAIRES : UN ENJEU ?

14ARIANE BRUNETON : José Dos Santos n’a pas abordé la question de l’enjeu des recherches naturalistes, cela m’aurait pourtant semblé important.

15JOSE DOS SANTOS : Effectivement, je me suis donné un rôle plutôt négatif en disant : on ne sait pas grand-chose, on ne peut savoir tout faire, au lieu d’avancer d’emblée sur des propositions positives et en particulier sur la stratégie, qui nous semble à la fois assez justifiée du point de vue de l’état de la question et du point de vue de la signification à notre époque et en France, d’une recherche sur les relations alors qu’elles semblent par ailleurs être complètement prises en compte dans les programmes de recherche de l’I.N.R.A., ou de l’I.N.S.E.R.M. pour ce qui est des recherches médicales ? Quelle est la place d’une interrogation de type sciences humaines sur cette relation-là ? Il faut constater que les savoirs naturalistes et les savoirs populaires sont une donnée permanente. Il ne s’agit pas de quelque chose dont on récolterait des lambeaux qui seraient en train de se décomposer. Il s’agit réellement d’une composante permanente et qu’on ne peut préalablement pas évacuer d’un rapport au monde ; une composante qu’en aucun cas, les discours scientifiques formalisés, ceux de l’État, des institutions régionales, locales, ne sont capables de prendre en charge... Il n’existe pas d’agriculture qui ne serait qu’une émanation des études agronomiques, il n’y a pas d’utilisation, dans les domaines de la gestion de l’espace qui ne soit tributaire de savoirs et de pratiques "populaires" autonomes. On se rend compte au contraire de la pertinence de la problématique qui est celle des savoirs populaires là même où on s’y attend le moins, et en particulier par exemple dans des pays où la tradition paysanne ne remplit pas son rôle : ainsi aux États-Unis, l’écobuage serait finalement un moyen économique et efficace de prévention des grands incendies de forêt. Et bien que les techniques anciennes de maîtrise du critère végétal semblaient pouvoir être reprises par le "Canadair" ou par les nouveaux programmes de gestion de la flore arbustive, on n’en fait rien. La démonstration est faite qu’on met au point des technologies de plus en plus lourdes, qui sont gérées par des institutions de plus en plus lourdes, et que sans arrêt ces technologies-là ne permettent que des interventions très grossières, c’est-à-dire que dans les interstices, qui sont d’ailleurs des béances, de ces technologies et de leur application sur le terrain, il existe un espace de prise en charge et de gestion qui ne peut pas être pris en compte autrement que par un savoir populaire. Donc nous regardons vers un certain passé avec nostalgie et nous sommes en train de constater que le savoir populaire, en particulier le savoir de la nature, fournit des éléments essentiels pour toute gestion du milieu qui voudrait être autre chose qu’une hyper simplification. J’aurais les moyens de démontrer précisément pour tel ou tel as-pact la nécessité d’un pastoralisme, celle de l’instauration de rapports économiques à la flore spontanée (pour le ramassage de plantes alimentaires, de plantes médicinales). Le choix qui préside à nos recherches n’est donc pas innocent du tout. Il n’est pas innocent non plus de parler des utilisations médicinales ou alimentaires de la flore sauvage parce qu’il y a à la fois un enjeu scientifique et un enjeu social autour d’une pédagogie ainsi que de la recherche d’une certaine autonomie dans la gestion du milieu naturel, où il est fort possible que les sciences humaines aient un rôle décisif à jouer. Nous qui travaillons sur des sujets aussi différents que les jardins ou la chasse, nous nous retrouvons autour d’une préoccupation commune de réactivation des savoirs populaires. Pour cela, il faut pouvoir inventer un rapport avec les détenteurs de savoir dit populaire, redéfinir notre rôle du point de vue de notre implantation locale, de nos rapports avec les gens avec lesquels on travaille : c’est la problématique du savoir partagé de Marc Piault.

16THOMAS SCHIPPERS : J’ai du mal à croire personnellement à ce type d’ethnologie appliquée. Dans ce type d’approche, l’ethnologue ne devient-il pas le dernier avatar d’un système de l’État à la suite des ingénieurs de l’I.N.R.A., de l’O.N.F. qui apparemment se sont mal débrouillés... Ce n’est pourtant pas l’ethnologue qui fera fonctionner le système !

17BRIAN MEILLEUR : Je pense pour ma part que l’ethnologue doit dans ce type d’approche s’efforcer de comprendre la logique propre de l’aménagement d’un territoire par une population donnée. Il y a, je crois, une logique dans cet aménagement qui a permis à la population de continuer à se reproduire. Dans le cas de la haute montagne, si on comprenait mieux la logique de l’aménagement de ce territoire, on aurait évité énormément de problèmes écologiques actuels. A mon avis, l’ethnologue ne doit pas forcément se faire avocat, mais il se doit de livrer le résultat de ses recherches aux décideurs et c’est à ceux-ci de s’appuyer sur ces résultats comme ils le peuvent.

UNE ETHNOLOGIE APPLIQUEE ?

18MARC PIAULT : Je suis content que l’expression d’ethnologie appliquée soit sortie maintenant parce qu’elle met en cause les finalités de l’entreprise, il n’est d’ailleurs pas sans intérêt que le problème se soit déjà posé à nous il y a une vingtaine d’années sur les terrains "exotiques". Il est important de voir pourquoi le débat renaît maintenant à propos des recherches qui se font en France, alors qu’il avait commencé dans les années 60 sans avoir été mené jusqu’au bout et se situait dans les conditions très spécifiques de la décolonisation. Au moment où la décolonisation s’est mise en place, dès la fin des années 50 et jusqu’aux environs de 1975, se sont mis en place en Afrique des séries de projets économiques et sociaux de développement où l’on a engagé des anthropologues, des ethnologues, chargés en principe d’étudier les conditions favorables au démarrage des processus de transformation posés a priori comme nécessaires et par essence bénéfiques. On sait maintenant ce que recouvrent ces programmes qui ont tous, sans exception, provoqué des catastrophes de plus ou moins grande envergure et dont jusqu’à présent on n’a pas encore tiré le bilan exact, bien que depuis deux ans, le ministère de la Coopération en ait entrepris l’évaluation. Mais ce bilan paraît si catastrophique qu’avec la meilleure des bonnes volontés, je crains que l’on n’ose aller au bout car ce serait certainement dramatique. Ce qui m’intéresse donc dans ce contexte, c’est qu’au moment où la régionalisation en France se met en place, et là encore je mettrais des guillemets car cette mise en place ressemble beaucoup à la "décolonisation", on fasse à nouveau appel à des ethnologues sur des projets concernant des développements régionaux. Il semblerait qu’aujourd’hui, en France, on accepte l’idée du développement et l’évidence sinon la nécessité de la participation des anthropologues à l’expérimentation sociale et économique qu’elle implique. Il serait quand même bon, à la lumière des exemples évoqués concernant le Tiers-Monde qu’on reprenne ce débat sur l’anthropologie appliquée, ses finalités apparentes, ses fonctions, son rôle dans l’élaboration des nouveaux ordres économiques, sociaux et politiques. Avant on louait des sociologues, maintenant ce sont les anthropologues, mais le système persiste et l’ordre véritable des développeurs se formule en dehors et avant l’arrivée de nos collègues. Alors un ethnologue ou un anthropologue en plus ? Pour y répondre on cherchera à débusquer derrière les rationalisations économiques et les vaticinations technologiques des spécialistes, les intérêts en jeu. Et pas seulement les intérêts économiques si souvent contradictoires que leur absurdité devient un masque supplémentaire. Bien sûr, on veut vendre du béton, vendre des main-d’œuvre spécialisées, assurer, expérimenter des technologies ; mais au-delà il s’agit peut-être avant tout d’organiser le désordre social et économique, de déstabiliser des sociétés résistant aux nouvelles conditions d’expansion des systèmes dominants, de développer des déséquilibres favorables à ces dominations, d’assurer des dépendances irrémédiables en constituant l’universalité d’un système de références normatives, économiques, sociales, politiques.

19La deuxième question se situe au niveau de la déontologie de notre profession. Dans quelle mesure accepte-t-on de poser ces questions-là ? Quelle est la nature de notre participation à une entreprise qui reste, même dans un tel cadre, une entreprise de connaissance visant à inventorier des situations et éventuellement à explorer des solutions alternatives au projet qui s’impose ? Dans quelle mesure s’agit-il de problématiques impliquant une forme de militantisme ? Je pose la question dans ces termes parce qu’aux États-Unis et au Canada un débat assez large se développe en ce sens et l’on commence à nous demander, à nous, qui avons eu cette expérience de la colonisation pourquoi nous n’en parlons pas. Je crois qu’Américains et Canadiens ont affronté cette nécessité de réponses militantes dans un certain nombre de cas où les ethnologues effectivement jouent un rôle dans une expérimentation sociale dont ils sont partie prenante et pas seulement observateurs. C’est cette question de la participation qui est posée et pas seulement au niveau affectif ou esthétique où parfois on la situe en France.

20Pour en revenir aux savoirs, le problème que pose José Dos Santos, est celui d’une analyse qui intervient à l’intérieur d’une pratique sociale effective, dans une pratique économique effective : s’agit-il d’inventorier pour et avec des gens qui le demandent et qui participent au développement de ressources concernant d’abord la société locale, ou bien s’agit-il de promouvoir ou suggérer des situations expérimentales dans le cadre lointain et nécessairement vague d’un développement économique et politique général, situations que l’on développerait sur place ou bien en d’autres lieux ? Parce qu’il s’agit bien de cela : fabriquer des situations expérimentales.

21Comme on l’a montré pour le Beaujolais, il est important de savoir qui sont les médiateurs et les expérimentateurs. Dans le cas des Cévennes, les médiateurs et les expérimentateurs ne sont pas autochtones, ce sont des marginaux, des néo-Cévenols qui font office d’expérimentateurs économiques et sociaux, à peu de frais et avec de petites subventions de l’État. Le problème est de savoir si cette expérimentation est malgré tout générée par la société locale qui la veut, qui la produit et s’en servira pour apprécier et se mesurer à l’entreprise globale de la société, ou bien si, à travers toutes ces expérimentations, on fournira des réponses pour un tourisme alternatif : lieux de respirations hygiéniques interstitiels et privilégiés par rapport à ces usines à vacances type Grande-Motte destinées au déplacement des populations fatiguées de l’Europe. Entre les "club-vacances" et les "marines", au-delà des nouvelles mégalopoles spécialisées dans les industries de pointe, on constituerait des réserves de vie "autocentrées" dans une nature "protégée", cellules à rêves pour les caravanes de visiteurs routiers épuisés de planches à voile et steaks aux herbes.

22DIDIER BOUILLON : Je voudrais reprendre certains points abordés par Marc Piault, d’abord en ce qui concerne l’implication des ethnologues dans des projets qui peuvent être dans certaines circonstances, compromettantes. Il est exact que les Français ont la réputation de se défier de l’ethnologie appliquée. Je crois que certains exemples d’ethnologie appliquée refroidissent sérieusement les chercheurs.

23Je pense aux utilisations qu’on a pu faire des recherches d’ethnologues, soit dans le cadre des "plans de développement de certaines tribus minoritaires dans les pays du Tiers-Mon-de, soit lors de la guerre au Cambodge ou au Vietnam. Je sais pour en avoir discuté avec certains d’entre eux, que cela a suscité bien des interrogations chez mes collègues américains J’ai dû un jour enquêter sur l’implantation d’une centrale nucléaire, le financement de cette enquête provenant officieusement à 70 % d’E.D.F., et je peux vous garantir que cela a posé à tous les membres de l’équipe des problèmes de déontologie et des interrogations sur le devenir de notre travail extrêmement sérieux.

24Doit-on à ce moment-là baisser les bras en disant, ça n’est pas très propre, laissons ça à d’autres ? Auquel cas nous risquons de voir une équipe, elle, vénale et sans aucun scrupule, qui reprend, qui ramasse immédiatement le contrat, et nous trouvons en fin de parcours un rapport ethnologique parfaitement complaisant. Doit-on abdiquer toute responsabilité ou doit-on essayer de se mouiller ? Je n’ai pas l’intention d’apporter une réponse à ce niveau. Cela dit, j’ai deux exemples précis à donner : celui de l’étude de Pierre Lamaison, à propos de Plogoff, où j’ai vraiment le sentiment que quelqu’un n’a pas baissé les bras, ne s’est abaissé à aucune compromission et a fait son travail d’ethnologue comme il convenait de le faire. Un autre exemple, celui d’un géologue, écologiste convaincu, militant, qui s’est retrouvé expert pour l’implantation d’un barrage hydronucléaire dans la zone du parc des Ecrins ; cela lui a posé d’énormes problèmes déontologiques. Mais il a fait face et a rendu un rapport extrêmement sévère qui s’est révélé efficace au niveau des autorités. Même si on sait très bien qu’on fera tout pour occulter certaines conclusions des ethnologues et que finalement d’autres arguments, économiques par exemple, finiront toujours par l’emporter, ça ne veut pas dire qu’on doive baisser les bras.

25L’autre point que j’aurais voulu reprendre, c’est celui de l’image de l’ethnologue auprès des gestionnaires, auprès de gens qui sont appelés à prendre des responsabilités, que ce soient des gestionnaires d’E.D.F., des directeurs de parcs, des préfets, des représentants de conseil généraux et autres. Quelle image est-ce que nous, ethnologues, donnons de nous-mêmes ? A la fois une image qui préexiste et en même temps une image qu’on construit, c’est-à-dire qui arrange un peu tout le monde, celle du folkloriste. Si l’on se borne à étudier les pas de danse, les costumes, tout marche très bien. Mais dans quelle mesure l’ethnologie peut-elle essayer de pénétrer et de devenir un des facteurs agissant sur une politique de développement, au niveau d’une commune, par exemple ? Dans quelle mesure peut-on faire en sorte que les scientifiques arrivent à se faire entendre par des gestionnaires ? Et dans quelle mesure est-ce qu’on peut obtenir des gestionnaires qu’ils connaissent le champ de compétence des scientifiques, qu’ils ne leur demandent pas de faire plus qu’ils ne peuvent faire, mais qu’ils sachent aussi que ces scientifiques peuvent faire un certain nombre de choses qu’ils ne soupçonnaient pas jusqu’à présent ? Je citerai l’exemple du conservatoire génétique qui est en train de se monter au parc des Ecrins. Pour des questions historiques sur lesquelles je ne reviendrai pas, on s’est imaginé que les plus grands spécialistes des conservatoires génétiques, étaient les ethnologues, que c’était leur apanage. Effectivement, il y en a un certain nombre, mais on peut se poser la question de savoir si c’est vraiment le domaine de l’ethnologie que de savoir identifier un cultivar et une variété de pomme. En revanche, le gestionnaire, directeur de parc, par exemple, ne fera pas appel à l’ethnologue sur des sujets qui intéressent directement la gestion et le développement du territoire du parc parce qu’il ne sait pas ce qu’est l’ethnologie. Alors là, les ethnologues doivent faire un gros effort d’explication, de présentation. On ne peut pas reprocher à des gens qui ne sont pas ethnologues de ne pas connaître la palette complète de l’ethnologue, si lui-même ne l’a pas définie dès le départ. Or, nulle part dans la littérature, on ne trouve cela. Qui peut dire maintenant ce que peut faire un ethnologue ? Jusqu’où est-ce qu’il peut aller dans l’ethnologie pratique ?

26ARIANE BRUNETON : Je voudrais intervenir sur deux points. Le premier est un peu lié au problème de l’anthropologie appliquée. C’est le rapport entre la recherche et l’animation. Ce point n’a pas encore été évoqué et puisque des représentants du Patrimoine sont ici, je pense que ce n’est pas inutile de l’aborder.

  • 2 Direction départementale des affaires sanitaires et sociales.

27La règle du jeu des appels d’offres est la suivante : trouver des cofinancements. Cela nous semble utile et intéressant et nous oblige à nous insérer dans le milieu local de la finance et de la politique. En ce qui nous concerne, pour l’étude des jardins potagers pyrénéens, la D.D.A.S.S. nous a attribué une subvention de 30 000 F en réponse à une demande présentant cette recherche comme une action "mémoire collective" entre autres, auprès des personnes du troisième âge de deux cantons. Seulement, en retour, la D.D.A.S.S.2 attend de moi que j’agisse auprès des personnes âgées des deux cantons, que je les réinsère dans le milieu social ! J’exagère à peine. La D.D.A.S.S., qui n’a que faire des jardins stricto sensu, saisit que par là, il y a peut-être possibilité de sortir le troisième âge de son ghetto, de le mettre en contact avec des plus jeunes, de le valoriser. Je n’ai rien contre cela, mais il est facile d’entrevoir que cela ne va pas être évident, ni très facile. Je cite la D.D.A.S.S., mais le même problème se pose avec le ministère du Droit des femmes auprès duquel on a fait une demande de subvention. J’ai presque envie que cette demande n’aboutisse pas car, là encore, la part d’animation demandée est très lourde.

28Le second point que je voudrais évoquer est une sorte de réponse en contrepoint au pessimisme de Marc Piault concernant le rôle des ethnologues dans leur emprise sur le milieu. Il ne faut pas oublier que bon nombre d’ethnologues en France, travaillent ou font de la recherche sans avoir de statut. Même si tout le monde le sait, il faut le souligner. L’analyse que l’on peut faire de cette situation est, entre autres, que ces gens ont probablement des motivations à la recherche et au travail qui ne sont pas que d’ordre scientifique mais sans doute aussi politique au sens large. Il y a parmi nous un certain nombre d’ethnologues qui pourraient se définir comme "militants", ce qui n’empêche pas de prétendre à un statut scientifique.

29Bien que ne refusant ni la reconnaissance ni la recherche du statut scientifique, il y a bien des ethnologues en marge de l’Institution, essayant d’y rentrer mais se trouvant aussi dans la volonté de persévérer dans le travail par des motivations autres. Par exemple, celle de croire au rôle de l’ethnologue dans son milieu de recherche.

30MARC PIAULT : Je crois que s’il y a un rôle de l’ethnologue, c’est bien dans la réactivation, la revalorisation de ces savoirs et de ces pratiques lorsqu’elles ont un sens pour la survie de la société locale. Mais cela ne peut avoir de sens que si la société locale exige, prend en charge cette réactivation et maintient sa demande contre la pression extérieure, ce qui n’est pas une mince affaire. Autrement, si l’entreprise préexiste à une demande locale - et, après tout, si la demande n’est pas faite du point de vue autochtone, il n’y a pas de raison pour ne pas reconnaître la légitimité des projets mis en route par les "néo", n’imaginons pas que cette initiative, même lorsqu’elle se situe dans le sens d’une certaine histoire ou "tradition", sera suffisante pour réactiver une véritable demande au-delà d’éventuelles curiosités plus ou moins passéistes.

Notes

1 Dans un travail à paraître, La Bête singulière, nous analysons plus spécialement cet ensemble.

2 Direction départementale des affaires sanitaires et sociales.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540