Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs naturalistes populaires

 | 
Jacques Barrau
, 
Jacques Bonniel
, 
Denis Chevallier
, 
et al.

3. Usages et perceptions du milieu naturel

Savoirs de la flore en Cévennes

Jose Dos Santos

Texte intégral

1Je voudrais parler de certains problèmes concrets, de recherche, de définition d’objet, que notre équipe se pose. Nous vivons depuis une dizaine d’années dans les Basses-Cévennes, les Cévennes siliceuses et nous sommes devenus à la fois familiers de la manière dont les gens de ce pays perçoivent leur milieu et essaient de le gérer, et de la manière dont ils se définissent par rapport aux ensembles qui les environnent. C’est de cette expérience-là que nous sommes partis en 1978, lorsque nous avons créé une association pour l’étude et la production des plantes médicinales. A cette époque, nous proposions d’étudier les savoirs traditionnels, ce que l’on appelle aujourd’hui les savoirs naturalistes populaires, concernant les usages médicinaux de la flore. Petit à petit, nous avons affiné notre problématique pour aboutir en janvier 1982 à la proposition d’un programme de recherche sur les usages médicinaux de la flore. Notre premier problème était de savoir si le découpage a priori qu’on faisait des usages médicinaux de la flore était pertinent ; nous partions des connaissances traditionnelles sur les plantes médicinales, or nous nous sommes très vite aperçus qu’il n’y a pas dans la réalité quelque chose que l’on puisse désigner comme médicinal, indépendamment de l’usage qui en est fait. Une plante est médicinale ou ne l’est pas, selon que les gens s’en servent pour soigner un mal, ou pour se nourrir, ou encore pour des usages de type artisanal. Donc, petit à petit, nous nous sommes dit qu’il n’était pas forcément évident de découper dans les savoirs naturalistes, et en particulier dans les usages de la flore, un usage médicinal. Cela était de moins en moins évident au fur et à mesure que nous avancions. D’autant plus que les recherches qui étaient menées par ailleurs et que nous accompagnions d’une manière très attentive, en particulier celles de l’EPI, subissaient une sorte de glissement vers une problématique de médecine populaire. Il me semble que nous sommes maintenant à peu près capables de situer le problème, sinon d’y apporter des réponses, à savoir que dans la problématique de la médecine populaire, nous rencontrons d’un côté la pharmacopée populaire qui est l’ensemble des remèdes dont une société se sert pour faire face au problème de la maladie, voire de la mort. Il faut évidemment noter que l’ensemble "pharmacopée" déborde largement celui des plantes médicinales qui ne sont qu’un secteur de la pharmacopée, parmi d’autres (minéraux, animaux, psychiques). Et d’un autre côté, il y a le corps, un ensemble de découpages, de définitions, qui sont ceux du corps, de ses différentes parties et en particulier la problématique du corps malade et du corps sain ; c’est-à-dire la santé et la maladie, donc aussi toute une symptomatologie et la définition de l’apparition de quelque chose qui ne devrait pas être là, d’une pathologie, etc. Entre ces deux ensembles (pharmacopée et corporalité), se place une sorte d’opérateur que sont les techniques de mise en œuvre de la pharmacopée et qui définissent le champ de la médecine populaire. Or, notre propos n’était pas de faire une étude sur la médecine populaire, mais bel et bien un repérage des savoirs populaires sur la flore, et en particulier des savoirs tels qu’ils sont articulés dans les usages, médicinaux entre autres. Nous nous sommes donc trouvés dans une problématique de médecine populaire en intégrant une partie de la pharmacopée (les remèdes végétaux) et en même temps nous avons été confrontés à la difficulté de saisir ce que peut être ce système de la flore lorsqu’il est appliqué à la problématique de la plante médicinale. L’astuce que nous avons trouvée pour sortir de cette difficulté, fut de nous dire que, finalement, ce qui définit un usage médicinal n’est pas le rapport avec un type de plante ou avec un type d’objet, c’est plutôt l’écart par rapport à d’autres usages. En fait, c’est le système des usages qui éclaire la place spécifique qui est celle de l’usage médicinal des plantes. La structuration des savoirs populaires en savoirs artisanaux, médicinaux, alimentaires, instrumentaux, est un problème dont la réponse doit émaner du terrain. Il ne s’agit pas d’une définition qu’on posséderait parce que d’autres savoirs (les nôtres) donnent la définition de ce qui est l’alimentaire par opposition à ce qu’est le médicinal ou l’artisanal ou le magique, par exemple. Nous avons décanté un peu la construction de l’objet en trois niveaux ; d’un côté un niveau épistémologique qui est toujours présent et qui parcourt tous les autres ; c’est l’interrogation sur le statut épistémologique de ces savoirs. Quelles sont les opérations de vérification aux-quelles sont soumises les propositions qui constituent le savoir sur lequel nous travaillons ? Quel est son degré d’efficacité, quel rapport entretient-il avec sa propre efficacité pratique ? Que se passe-t-il à l’intérieur de ces savoirs du point de vue de la légitimité d’un certain type d’opérations ? Est-ce qu’il y a transitivité ou non, est-ce qu’il y a continuité d’un type de proposition à un autre ?

2Il y a, d’un autre côté, le problème du statut d’un savoir particulier par rapport à d’autres savoirs. Evidemment, on est au cœur du sujet du savoir professionnel, est-ce qu’il y a un savoir qui est le propre d’un ensemble de spécialistes d’un métier, savoir des bergers, des chasseurs, de la ménagère ou de la maisonnée, du corps, de la flore, des nomades, ces gens qui pratiquent les espaces extérieurs non cultivés et appréhendés d’une certaine manière, savoir des jardiniers et de la mise en œuvre de la culture intensive sur des micro-terroirs ? Là aussi, dans les Basses-Cévennes, il n’est pas évident de comprendre de quelle manière ces différents savoirs s’articulent entre eux, donc quelle place spécifique occupe un savoir sur la flore médicinale ou sur les utilisations médicinales de la flore par rapport aux autres. On ne sait pas non plus comment s’articulent dans cette culture particulière, l’alimentaire et le médicinal, comment un savoir professionnel déteint ou ne déteint pas sur un tronc commun par rapport à cette société ou bien est une émanation d’une attitude particulière, à l’intérieur de cette société.

3Notre question de départ met un peu en cause une évidence courante : est-il légitime de s’interroger sur un savoir des usages médicinaux de la flore ? Il se pourrait qu’il n’y ait pas de spécificité du médicinal. Il semble que notre démarche emprunte un peu la voie suivie par Michel Foucault dans la construction de son objet lorsqu’il fonde longuement la pertinence de son Histoire de la clinique sur le fait que la clinique est une formation discursive particulière à l’intérieur des sociétés occidentales. Il montre qu’effectivement "la naissance de la clinique" ou bien "l’histoire de la folie à l’âge classique", sont non seulement des constructions arbitraires qu’on pourrait multiplier à l’infini comme dans une combinatoire purement formelle, mais qu’elles ont une pertinence par rapport au milieu dans lequel on se trouve, par rapport à l’histoire de cette société. Ce sont de bons objets parce qu’ils nous permettent d’éclairer non seulement quelques propositions empiriques par rapport à eux en tant qu’objets, mais également d’aller plus loin et de parler plus loin qu’eux-mêmes.

4Je crois que, sur notre terrain les usages de la flore, en particulier les usages médicinaux de la flore sont une bonne entrée parce qu’ils semblent se structurer en système. En effet, notre problématique peut se résumer ainsi : est-ce que les usages et les représentations du végétal se distribuent dans l’ensemble culturel comme au hasard selon des logiques qui sont étrangères à leur végétabilité mais qui appartiennent à des sous-ensembles eux-mêmes structurés selon leur logique interne ?

5Ou bien, est-ce que les figures du végétal dans les usages constituent - étant présents dans tout le tissu culturel - un ensemble dont le sens leur appartient, en quelque sorte un système de la flore ?

6L’autre problème est celui du statut social de ces savoirs. Il ne s’agit pas de renvoyer mécaniquement une structure sociale, une détermination sociale, sur un ensemble culturel ; il ne s’agit pas d’essayer de démentir qu’il y a telle coupure sociale qui déteint directement sur telle formation culturelle. Il s’agit plutôt d’aborder la formation sociale de savoirs dans sa composition qualitative, dans les enjeux, dans les tensions qui la parcourent, alors qu’elle est structurée par les métiers, par les classes d’âges, par les origines géographiques, par les oppositions religieuses. Le statut social du savoir renvoie à ses modes de production, à son histoire mais aussi au réseau des différences opératoires.

7Les Cévennes sont un pays médian. D’un côté on trouve les hauts-plateaux du Massif Central, de l’autre, les plaines côtières et la vallée du Rhône. Les Cévennes ont joué, et continuent à jouer, un rôle de pays d’échanges, de confrontations entre deux ensembles culturels distincts : les hauts-plateaux et la plaine viticole, maraîchère littorale ou presque littorale, en tout cas déjà le monde de la garrigue, avec lequel se joue depuis toujours un système d’échanges extrêmement complexe. Comme ces gens des plateaux enneigés six mois par an qui descendaient dans les Cévennes soit pour le ramassage des châtaignes, soit pour certaines périodes d’activités intensives comme la sériculture. Ils ont apporté un certain nombre de techniques et de savoirs sur le milieu comme certaines méthodes d’appareillage des murs de soutènement des terrasses ou certaines utilisations de plantes qui n’existent pas à nos altitudes de 3 à 800 mètres. Et les Cévennols ont tiré de ces passages et de ces échanges commerciaux une gestion du rapport avec les ensembles qui les entourent, qui nous semble déteindre constamment sur leurs savoirs et sur la manière dont ils les mettent en œuvre. Nous avons dû définir notre terrain d’enquête en fonction de ce système d’échanges. Les gens que nous interrogeons sont souvent originaires des hauts-plateaux, ce sont les Caussenards ou des gavots qui descendent, ce sont également des Cévennols qui montent dans ces hautes vallées, dans ces hauts-plateaux en transhumance et jouent là aussi le rôle de médiateurs entre deux cultures.

8Notre recherche porte sur les usages de la flore donc sur un système de la flore qui engendre à la fois les usages médicinaux et les autres. Cet objet se situe sur une zone d’échanges qui nous contraint à une problématique comparatiste. Nous devons nous ménager la possibilité de travailler avec les gens de Haute-Provence, ceux des massifs pyrénéens, de manière à faire ressortir les qualités propres de chacun des systèmes d’usages de la flore par comparaison avec ce qui se passe dans les autres massifs. Nous nous interrogeons aussi sur les méthodes et les techniques d’enquête de manière à fournir aux équipes qui travailleraient sur la perception, sur la pratique, sur l’usage du milieu végétal dans d’autres massifs, des outils permettant des comparaisons. Nous sommes par exemple en train de sortir un ensemble de fiches d’enquêtes, ce qui n’est pas simple ; les questions qui se posent à propos d’un usage sont nombreuses, prenons par exemple la chélidoine, plante qui soigne la vésicule biliaire. Je crois qu’on a souvent répondu que selon la théorie des signatures, la couleur jaune quasi fluorescente du jus de cette plante rappelle celle de la bile : la nature aurait "signé" l’utilité de la plante. Mais comment peut-on à propos de cet usage, renvoyer tout simplement à un système d’interprétation tout fait de la signature, sans se poser de questions comme : qui dit que la chélidoine est bonne pour la vésicule biliaire ? De quelle manière est utilisé précisément le jus de la chélidoine ? Ces questions renvoient à celle du degré de minutie à exiger dans l’appréhension d’un usage pour que l’information devienne utilisable par tous ceux qui s’intéressent aux usages de la flore.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540