Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs naturalistes populaires

 | 
Jacques Barrau
, 
Jacques Bonniel
, 
Denis Chevallier
, 
et al.

2. Formation et transmission des savoirs

Les savoirs vignerons

Jacques Bonniel

Texte intégral

1J’aimerais faire une remarque sur la notion de savoir. Dans la recherche que je mène en Beaujolais, les savoirs sont pris, mais sont peut-être aussi constitués dans des stratégies qui sont des stratégies d’intégration, d’exclusion, de légitimation, d’illégitimation. On ne peut pas faire l’économie de cette inscription des savoirs, de leur production, de leur transmission, de leur transformation, on ne peut pas non plus faire l’économie de ces stratégies d’exclusion-inclusion, et notamment par rapport au statut social des individus porteurs, receveurs de ces savoirs.

  • 1 Jacques Bonniel : "La transmission et la transformation des savoirs, vignerons". Terrain, n° 1, 19 (...)

2La viticulture beaujolaise représente 50 % de la viticulture en métayage. C’est quelque chose d’assez notable puisque sur la France entière, il y a moins de 1 % d’exploitations agricoles qui sont en métayage ; c’est un statut juridique mais aussi social, un statut économique qui a des implications dans la conduite du travail et donc dans les manières de mettre en œuvre des connaissances, des savoirs, surtout quand il y a innovation ou quand il y a crise. Dans un premier état de ma recherche1, j’avais insisté sur le fait que c’est surtout dans les périodes de crise qu’il y a production, réorganisation, restitution des savoirs. Il faut tester cette hypothèse sur d’autres objets ou d’autres champs que le seul champ de la viticulture. Je fais allusion à la crise puisque les crises qui affectent, par exemple, la viticulture, sont très directement liées à la production. A un moment donné, des accidents pathologiques comme le phylloxéra, ont provoqué une transformation radicale non seulement du mode d’exploitation, mais aussi de tous les savoirs impliqués puisque l’on passe à des techniques de greffage, à des nécessités de traitement, etc.

3Où il y a crise, il y a expérimentation, incitation et exhortation à l’innovation et le statut socio-économique des acteurs intervient alors directement, avec des concurrences entre propriétaires-exploitants, propriétaires non-exploitants et métayers. Ces différents partenaires n’ont pas la même position sur les innovations donc sur les formes de savoir qu’on doit injecter dans le travail technique.

4S’il est nécessaire, comme le font certains, de réaliser un travail de classification, de taxinomie, je me situerai plus quant à moi dans une démarche qui consiste à repérer des logiques de production, d’affrontement, d’évitement, de transformation de différents types d’acteurs, de groupes qui peuvent être des groupes professionnels, des groupes sociaux, des groupes à dimensions régionales, avec bien évidemment tous les problèmes d’articulation de ces différentes dimensions d’une culture vigneronne. Ainsi, vigneron a deux sens en Beaujolais : un sens lié à l’activité productrice elle-même, c’est-à-dire celui qui cultive la vigne, et un sens au point de vue du statut socio-économique et juridique : c’est un synonyme de métayer. Je trouve cette polysémie intéressante parce que précisément, elle nous oblige à nous pencher sur ce qui fait l’unité d’une culture vigneronne, et en même temps sur la diversité qui participe à cette unité. Il faut donc arriver à identifier des traits spécifiques, des écarts différentiels, tout en les réinsérant dans une unité que j’ai appelée culture vigneronne.

5Je suis étonné quand même quand on parle du problème des savoirs naturalistes populaires et qu’on élimine un certain nombre de déterminants ou de variables contextuels, comme l’Etat. Comme si l’Etat n’avait rien à voir avec la production, la transformation, la transmission des savoirs, comme s’il n’avait rien à faire des savoirs naturalistes, des savoirs paysans. Mais pas seulement l’Etat, je prends cet exemple simplement pour montrer qu’on est obligé de prendre en compte cette dimension que certains considèrent comme déterminante, d’autres plutôt comme une variable contextuelle, environnementale.

6Ce qui m’intéresse dans les savoirs naturalistes populaires, ce sont les savoirs paysans. Mais je ne veux pas dire par là qu’il y ait une espèce d’unité fictive, d’identité de savoirs qui s’opposerait terme à terme à d’autres, et notamment par exemple, aux savoirs scientifiques, car il y a des savoirs de différents types de paysans. Il me semble qu’il n’y a pas d’opposition entre les savoirs populaires ou paysans, et des savoirs scientifiques, mais plutôt des médiations, des relais. C’est pour cette raison qu’il faut étudier le processus de la vulgarisation. Nous avons constaté à propos de la viticulture qu’il est très difficile de saisir les savoirs paysans de façon isolée, de les repérer par eux-mêmes. La seule façon de les repérer, c’est de les appréhender dans les mouvements de transformations qu’ils subissent ou les phénomènes de résistance qu’ils opposent à 1’inculcation scientifique. Ce qui me gêne très souvent dans un certain nombre de recherches sur les savoirs, c’est qu’on a l’impression que ces savoirs paysans constituent un patrimoine, quasi intemporel, même s’il est localisé. En effet, si, comme dans un certain nombre de recherches, les savoirs sont un ensemble d’éléments discursifs et de pratiques qui ont à voir avec des procédés technico-scientifiques, je ne suis pas sûr qu’on arrive à très bien analyser les savoirs naturalistes populaires, les savoirs paysans. En revanche, si on met sous cette dénomination de savoir, des éléments qui sont ceux de culture incorporée - et donc d’une relation au monde avec ses médiations au monde et aux autres - on est bien obligé de repérer les phénomènes d’hybridation que j’ai remarqués dans la culture vigneronne. Ces phénomènes de sabir ou d’hybridation font qu’on intègre des éléments et des savoirs au sens des procédés, des techniques, mais, en les traduisant, on en fait un élément de savoir qui devient, d’une certaine manière, un savoir indigène. Il y a une ingestion des savoirs, une retraduction, c’est pourquoi je parle de phénomène de sabir.

7J’insisterai aussi sur l’importance de l’Etat comme médiateur et producteur de savoirs autres, avec tous les phénomènes d’illégitimation qui sont véhiculés à ce moment-là. Cela nous renvoie à la notion de savoirs professionnels qu’il faut préciser. En effet, il y a un appareil professionnel qui procède à des sélections, à des exclusions de savoirs, qui a un rôle de médiateur-transformateur. D’une certaine manière, les savoirs ou les pratiques non scientifiques des paysans traditionnels sont professionnels, ce sont les savoirs de leur profession à un moment donné de l’histoire de leur culture.

8J’ai fait allusion à la fonction stratégique des savoirs dans les phénomènes de dénomination, d’exclusion, de restructuration entre l’Etat et les paysanneries et entre les paysanneries elles-mêmes et je crois que c’est quelque chose qu’il faudrait étudier pour d’autres productions que celles de la vigne ou des activités maritimes.

9J’ai également parlé du statut socio-économique des producteurs, il est évident qu’il faut aussi prendre en compte le statut socio-économique du produit lui-même et l’importance de sa mise en marché parce que c’est un élément qui, modifiant le produit ou ayant certaines exigences par rapport au produit, modifie aussi le type de savoir qui va être injecté dans ce produit de l’activité agricole. Prenons l’exemple du beaujolais nouveau. Le beaujolais nouveau, c’est une opération de marketing et on peut l’analyser seulement en termes de gestion de marché. Pourtant, l’opération exige un certain type de produit avec une vinification courte, rapide, fondée sur la maturation intracellulaire donc un certain nombre de techniques, de savoirs, non pas nouveaux mais dont l’exigence de la mise en œuvre est relativement nouvelle. Et je crois qu’on pourrait retrouver ce type de phénomènes pour d’autres productions ou d’autres éléments.

Notes

1 Jacques Bonniel : "La transmission et la transformation des savoirs, vignerons". Terrain, n° 1, 1983, pp. 23-31.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540