Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs naturalistes populaires

 | 
Jacques Barrau
, 
Jacques Bonniel
, 
Denis Chevallier
, 
et al.

A propos du concept d’ethnoscience

Jacques Barrau

Texte intégral

1Il est pour le moins ambitieux de ma part d’oser traiter ici du concept d’ethnoscience. Je ne suis, en effet, ni ethnologue ni linguiste, deux qualifications pour le moins nécessaires quand on se livre à la recherche dans le champ de cette ethnoscience. Je ne suis qu’un naturaliste que ses travaux ont conduit sur ces périlleux sentiers de la connaissance situés à l’interface des sciences de la nature et de la vie et des sciences de l’homme et de la société ; tout cela parce que, depuis maintenant plus de trente ans, je me suis intéressé aux relations réciproques entre les sociétés humaines et leurs environnements naturels.

2Une autre raison m’a incité à parler ici de ce concept d’ethnoscience : j’ai été le témoin de son apparition alors que, jeune chercheur, j’ai collaboré avec des ethnologues et des linguistes au cours de travaux sur les hommes et les plantes dans l’aire malayo-océanienne. Certains de ces collègues, je pense ici tout particulièrement à Harold Conklin et à André-Georges Haudricourt, ont joué en effet un rôle de premier plan dans la définition de ce domaine de recherche et dans l’élaboration d’une méthodologie propre à cette recherche. Par la suite, enseignant à l’université de Yale, je devais y rencontrer d’autres collègues se réclamant de cette "nouvelle ethnographie" américaine dont cette ethnoscience était l’objet essentiel, école qui avait pris naissance dans cette université dans les années 50.

3Je dois avouer que ce terme "ethnoscience" me gêne un peu : je n’aime guère cette préfixation en "ethno" dont on a, me semble-t-il, quelque peu abusé pour sommairement "ethnologiser" ainsi nombre de disciplines naturalistes : ethnobotanique, ethnozoologie, ethnobiologie, ethnoécologie, ethnominéralogie... Dans "ethnoscience", il y a donc "ethno-" et il y a aussi "science", ce qui introduit une ambiguïté supplémentaire. Ainsi, aujourd’hui, on parle volontiers chez nous d’"ethnosciences" au pluriel, entendant par là l’ensemble des disciplines scientifiques naturalistes se préoccupant, à un titre ou un autre, de rapports entre les hommes et la nature.

4A mon sens, c’est là une dérive épistémologique regrettable. Pour les inventeurs américains de ce néologisme "ethnoscience", il s’agissait en fait de prendre en compte sous ce terme et comme objet de recherche les savoirs locaux, traditionnels, autrement dit et en anglais la folkscience, synonyme pour eux d’ethnoscience. Cela participait d’une démarche ethnographique nouvelle devant conduire à mettre en lumière les processus et systèmes cognitifs, particulièrement dans leurs aspects classificatoires et nomenclaturaux, processus et systèmes ayant permis et permettant aux sociétés une mise en ordre opérationnelle des faits, objets et phénomènes de leurs environnements naturels et aussi sociaux. En fait, pour les tenants de cette "nouvelle ethnographie" de 1’ethnoscien-ce, la culture est, comme l’a dit W. Sturtevant (1964) "la façon particulière qu’a une société de classifier, principalement par le langage, son univers matériel et social".

5On voit donc qu’il peut y avoir quelques inconvénients à confondre à propos de cette ethnoscience et comme on le fait trop souvent chez nous, un "objet de recherche" et un ensemble de "disciplines de recherche ethnonaturalistes" !

6Mais peut-être vaut-il mieux que je restreigne mon propos sur cette ethnoscience aux savoirs naturalistes locaux qui sont plus de ma compétence ?

7Je tenterai d’abord d’esquisser très brièvement et sommairement l’histoire de la prise en compte scientifique de l’étude des relations entre les hommes, leurs environnements naturels et les ressources de ces environnements.

8Je remarquerai tout d’abord que cela ne posait guère de problèmes à la vieille "histoire naturelle". Relisez donc celle de Pline qui, au début de notre ère, fit figurer, par exemple, dans son Historia naturalis un chapitre intitulé De diversitate caseorum, "de la diversité des fromages" ; c’est assez dire que ce que les hommes font de la nature et de ses ressources faisait tout naturellement partie de ses préoccupations !

9Mais avec le temps et avec le progrès de la connaissance scientifique s’individualisèrent et s’affirmèrent des disciplines scientifiques qui, à compter du xviiie siècle, eurent de plus en plus tendance à étudier les objets et phénomènes naturels en eux-mêmes et pour eux-mêmes en reniant peu à peu les préoccupations utilitaires et humanistes de l’ancienne "histoire naturelle". Les hommes furent ainsi exclus de la nature et les scientifiques qui étudiaient cette dernière en vinrent à considérer ces hommes comme des perturbateurs et destructeurs des chers objets de leurs recherches. Quant aux savoirs "populaires" des choses de cette nature, ce n’était, pour la grande majorité de ces savants, que fables ridicules et donc sans intérêt.

10Dans le même temps, les disciplines des sciences de la nature et de la vie allaient en se spécialisant et s’hyperspécialisant au point d’en arriver, vers la fin du xixe siècle, à un puzzle cognitif aux multiples pièces de bonne précision mais d’un assemblage difficile. Cela n’aidait guère à comprendre les processus d’interactions et de transformations au sein de la nature, ni à appréhender dans leur dynamisme les systèmes naturels.

11Il est donc significatif de constater que c’est au cours de la deuxième moitié de ce xixe siècle que se produit en Europe un mouvement d’idées holistiques tendant à remédier à ce "saucissonnage" des connaissances naturalistes. C’est alors que Ernst Haeckel inventa 1’"écologie" en laquelle il voyait une histoire naturelle rénovée pouvant rendre compte de l’économie de la nature ; c’est alors aussi que Friedrich Engels écrivit les éléments de sa Dialectique de la nature. Ce fut aussi le temps d’une reprise en considération du rôle des hommes et de leurs sociétés et civilisations au sein de la nature. Ce fut, en France, le fait du géographe Elisée Reclus dont il faut lire (ou relire) au moins La Terre : description des phénomènes de la vie du globe et L’Homme et la Terre. Ce fut en Allemagne, celui du géographe et ethnographe Friedrich Ratzel, inventeur de 1’anthropogéographie ; Ratzel avait subi l’influence des œuvres de Darwin et de Haeckel ; en outre, il avait reçu une solide formation naturaliste à Montpellier où il fut l’élève de Charles-Frédéric Martins, l’un des pères de la phytogéographie.

12En dépit (et peut-être en raison) de ses excès déterministes, 1’anthropogéographie ratzelienne devait connaître un succès certain aux Etats-Unis où l’on s’intéressa aussi très tôt à l’écologie haeckelienne.

13Ce fut aussi aux Etats-Unis et dans le contexte mondial qu’on vient de décrire que, à la fin du siècle dernier (1895), le botaniste J.W. Harshberger inventa l’ethnobotanique sous ce nom. Quelques années auparavant (1875) un autre Américain, S. Powers, avait proposé une "botanique aborigène" et, presque simultanément, (1876) le Français Rochebrune avait parlé d’"ethnographie botanique".

14L’ethnobotanique de Harshberger se proposait, par l’étude des végétaux et produits végétaux utilisés par des sociétés "archaïques" ou "primitives" de mettre en lumière "la position culturelle des tribus", de déterminer "la distribution ancienne" de ces plantes et de leurs utilisations et de définir ainsi les voies suivies pour la diffusion et l’échange de ces végétaux et matières premières d’origine végétale. De cette orientation première, 1’ethnobotanique conserva longtemps un apparentement au diffusionisme anthropologique et, particulièrement, à l’école des kulturkreisen !

15Il s’agissait donc d’une entreprise à la fois naturaliste et ethnographique d’étude "de l’extérieur" des rapports entre des sociétés et leur environnement végétal. Cette démarche suscita un vif intérêt aux Etats-Unis, notamment parmi les ethnographes du Bureau of American Ethnology. Deux d’entre eux, J. Henderson et P.J. Harrington, inventèrent en 1914 1’ethnozoologie dans une publication intitulée Ethnozoology of the Tewa Indians. Celle-ci ne vaut pas que par la définition de ce nouveau champ d’étude inspiré par les acquis déjà considérables de 1 ‘ethnobotanique. Elle marque en fait un tournant significatif dans la recherche anthropologique sur les relations entre les sociétés et les diverses composantes de leurs environnements naturels. J. Henderson et J.P. Harrington proposèrent en effet que ces relations soient aussi envisagées "de l’intérieur" de la culture en cause, au travers du discours local sur la nature et ses ressources. Cela annonçait déjà ce qui devait être la démarche de la "nouvelle ethnographie" américaine et son intérêt pour 1’ethno-science ou folkscience pour les savoirs locaux.

16La France anthropologique ignora longtemps les termes "ethnobotanique" et "ethnozoologie", encore que les sujets de recherche qu’ils recouvrent aient été présents dans l’enseignement de Marcel Mauss, et, dès 1903, Durkheim et Mauss avaient publié dans L’année sociologique leur célèbre article "De quelques formes primitives de classification, contribution à l’étude des représentations collectives", ce qui faisait d’eux des précurseurs français de la recherche sur l’ethnoscience.

17En 1943, il devait revenir à André-Georges Haudricourt et à Louis Hédin de proposer le développement en France d’une recherche ethnobotanique sous ce nom. Ils le firent dans l’ouvrage intitulé L’homme et les plantes cultivées. Haudricourt avait été l’élève de Marcel Mauss et aussi du botaniste, biogéographe et "ethnobiogéographe" Auguste Chevalier. Agronome et botaniste de formation initiale, Haudricourt allait devenir ethnographe et surtout linguiste tant s’imposa à lui l’importance du langage pour pénétrer au cœur d’un savoir, d’un système cognitif et sémantique. C’est d’ailleurs à lui que l’on doit aussi l’introduction en France en 1962 du terme "ethnozoologie" et des recherches auxquelles il correspond, recherches où s’engagèrent les premiers des ethnolinguistes africanistes de l’équipe de Jacqueline Thomas.

18La publication en 1962 de La Pensée sauvage de Claude Lévi-Strauss devait renforcer au sein de l’anthropologie française le courant d’intérêt pour 1’ethnoscience.

19Il faut ici mentionner deux pionniers français de la recherche dans ce champ : Louis Michel à Montpellier et Jean Séguy à Toulouse, tous deux linguistes, ethnolinguistes et dialectologues, tous deux comme Haudricourt, excellents naturalistes. De Louis Michel, il faut lire La Langue des pêcheurs du golfe du Lion, ouvrage qui illustre bien ces contributions françaises à la recherche sur 1’ethnoscience.

20Si j’insiste autant sur les aptitudes naturalistes de ses pionniers, ce n’est certes pas pour plaider pour ma paroisse, celle de l’histoire naturelle.

21Je ne pense pas non plus qu’il faille en quelque sorte subordonner les savoirs naturalistes locaux au savoir "savant" des choses de la nature. Trop d’exemples, y compris des exemples récents, montrent l’ineptie d’une telle démarche !

22Ce qui importe dans la recherche en ethnoscience, c’est d’appréhender les systèmes d’idées, de notions et d’attitudes qu’une société entretient à l’égard des faits, objets et phénomènes de son environnement, systèmes qui sont aussi codes de comportement et qui s’expriment dans la langue, dans le discours de cette société. A la limite on pourrait dire, comme l’a fait Harold Conklin, que cette recherche, quand elle s’exerce à l’égard de savoirs naturalistes locaux, n’a pas à s’encombrer de considérations relevant des disciplines des sciences naturelles. Le primat doit être accordé à ces savoirs en eux-mêmes et pour eux-mêmes. Leur interprétation scientifique, autrement dit en termes des sciences de la nature, n’a pour fonction que de permettre la comparaison entre des systèmes sémantiques différents.

23Cela dit, il faut bien reconnaître qu’une aptitude naturaliste facilite, éclaire la recherche dans ce champ. L’œuvre d’un Haudricourt, celles d’un Conklin, d’un Séguy, d’un Michel et de bien d’autres le montrent à l’évidence.

24J’y vois des raisons : la méthode naturaliste, son entrainement à mettre en série les données de l’observation et de l’information peuvent contribuer à faire mieux comprendre le savoir naturaliste d’autrui. Quand on ne sait rien des choses de la nature dans sa propre culture, quand on ne sait pas les voir et qu’on ignore tout des comportements, perceptions et techniques opérationnelles à leur égard dans sa propre société, on ne peut guère espérer s’y retrouver dans la connaissance naturaliste des autres et le savoir-faire où il se manifeste.

25Faire apparaître la trame végétale et animale de l’histoire des sociétés et civilisations - ce qui est un autre des objets de la recherche ethnobotanique et ethno zoologique, pour ne prendre que deux aspects des savoirs naturalistes - implique tout de même que l’on connaisse quelque chose des objets et phénomènes naturels en cause ou que l’on s’assure le concours compréhensif de quelque naturaliste éclairé, c’est-à-dire ne souffrant pas de totale allergie aux faits de culture et de société ; ça existe, j’en ai rencontré !

26Voyons à cet égard ce que nous dit Claude Lévi-Strauss dans Le regard éloigné (1983) :

27"Et comment se fait-il que mes livres portent tant d’attention aux plus infimes détails ethnographiques ? Pourquoi m’y efforçai-je d’identifier avec précision les plantes et les animaux connus de chaque société, leurs emplois techniques particuliers et s’agissant d’espèces comestibles, les manières différentes dont on les prépare : bouillies, cuites à l’étouffée ou à la vapeur, rôties, grillées, frites, ou bien séchées ou fumées pour assurer leur conservation ? Voilà des années que je m’entoure de globes et de cartes célestes permettant de repérer la position des étoiles et des constellations sous différentes latitudes et à diverses saisons, de traités de géologie, de géographie et de météorologie, d’ouvrages de botanique, de livres sur les mammifères et les oiseaux...

28"La raison est fort simple : on ne saurait entreprendre une recherche quelconque sans avoir, au préalable, rassemblé et vérifié toutes ces données...

29"L’anthropologie est avant tout une science empirique."

30Lévi-Strauss écrit encore dans le même ouvrage :

31"Une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique périmé."

32C’est là un autre et important problème. L’histoire des sciences dans notre pays, les structures académiques qui en ont résulté, ont perpétué et accentué d’absurdes oppositions entre esprit et matière, entre culture et nature, entre homme et nature. Cela n’a guère aidé à connaître le rôle des hommes, de leurs sociétés et civilisations dans la biosphère, à comprendre les relations réciproques entre société et environnements naturels, à interpréter le pourquoi des idées, des représentations que les hommes se sont faites de la nature et de ses ressources.

33Le fait que chez nous, l’anthropologie dans ses aspects sociaux et culturels ait été à ses origines placée sous la houlette de la philosophie n’a-t-il pas engendré une tendance exagérée à une sorte de super structuralisme qui, fasciné par l’idéel, ignore volontiers, voire méprise le matériel, sans percevoir les liens dialectiques entre ce matériel et cet idéel, entre infrastructure et superstructure ?

34Sur un autre plan, je voudrais dire aussi qu’il y a quelque risque à voir se développer dans la recherche sur 1’ethno-science une tendance à une sorte de spécialisation en ethnobotanique ou en ethnozoologie ou en ethno-je-ne-sais-quoi.. . Quand on aborde l’étude des relations entre une société et son environnement naturel, quand on commence à tirer un fil de cet écheveau, on est vite conduit à recueillir des données, à se poser des questions qui transcendent ces ségrégations disciplinaires. C’est une société dans son écosystème et comme partie de cet écosystème qui apparaît comme l’objet de la recherche, avec l’ensemble des idées, des représentations qu’elle se fait de la nature et d’elle-même et au travers du discours qu’elle tient à cet égard. Et comme les relations des humains entre eux sont indissociables de celles qu’ils ont avec la nature ambiante, il est bien vain d’étudier séparément les unes et les autres, ou, pis, de privilégier les unes et d’ignorer les autres.

35Ethnoscience ou folkscience ? Si je pouvais remettre en question ces termes et ceux d’ethnobotanique, d’ethnozoologie, d’ethnobiologie, d’ethnominéralogie, d’ethnoécologie, etc., j’avoue que je leur préférerais volontiers celui d’histoire naturelle populaire dont, à la fin du siècle dernier, Eugène Rolland avait sous-titré sa Flore populaire de France "dans sa relation à la linguistique et au folklore".

36Je sais bien que l’on décrie volontiers aujourd’hui l’épithète "populaire" à laquelle on attribue je ne sais quelle connotation péjorative. Il me semble pourtant qu’il y avait encore naguère quelque fierté à s’en réclamer chez nous !

37Quand à 1’"histoire naturelle", je ne dirai jamais assez que sa tradition voulait qu’elle ne dissociât point les hommes de la nature dont ils font partie. Peut-être est-ce pour cela d’ailleurs qu’une histoire naturelle rénovée pourrait être un lieu propice de rencontre et de collaboration entre sciences de l’homme et de la société et sciences de la nature et de la vie dans l’étude conjointe des relations matérielles et idéelles entre les hommes et leurs environnements. Peut-être est-ce pour cela que tant de chercheurs éminents es savoirs naturalistes locaux (ou "populaires" !), és ethnoscience, furent ou sont encore à la fois anthropologues, naturalistes, linguistes...

38Les faits de culture et de société dans leurs superstructures, leurs infrastructures et les relations réciproques entre ces niveaux s’accommodent mal d’approches trop spécialisées, ou souffrant d’idées a priori inspirées par quelque dogme académique. Leur étude implique à mon sens des coopérations entre sciences et entre disciplines de ces sciences, coopérations qui s’affranchissent des ségrégations imposées par notre sacro-sainte classification des sciences et par les préjugés idéologiques qu’elle traduit !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

J. Barrau, 1971, "L’Ethnobotanique au carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines", Bulletin de la Société botanique de France, 118 (3-4).

- 1974, "Ecosystèmes, sociétés et civilisations : le point de vue d’un naturaliste", Social Science Information, 14(1).

- 1977, "Histoire naturelle et anthropologie", L’Espace géographique, 3.

M. Fournier, 1971, "Réflexions théoriques et méthodologiques à propos de 1’ethnoscience", Revue française de Sociologie, XIII.

W.C. Sturtevant, 1964, "Studies in Ethnoscience", in Trans-cultural Studies in Cognition, special publication, American Anthropologist, 66, 3, part. 2.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable