Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs naturalistes populaires

 | 
Jacques Barrau
, 
Jacques Bonniel
, 
Denis Chevallier
, 
et al.

Présentation

Denis Chevallier

Texte intégral

1Les 12 et 13 décembre 1983, le Centre de rencontres de Sommières accueillait une trentaine de chercheurs représentant la grande majorité des équipes aidées par le ministère de la Culture sur un thème de l’appel d’offres lancé en 1982 par le conseil du Patrimoine ethnologique : les savoirs naturalistes populaires.

2Bien que bénéficiant des apports considérables des travaux des folkloristes, de l’école structuraliste et de la "nouvelle ethnologie" anglo-saxonne , les travaux menés autour des modes de perception et d’utilisation du milieu naturel ont connu en France un développement récent marqué par deux courants importants : le lancement dans les années 70 de programmes de recherche pluridisciplinaires associant sciences de la nature et sciences humaines (programme PIREN - programme interdisciplinaire de recherche en environnement -, ATP du C.N.R.S. - action thématique programmée - etc.), la création de nouvelles structures de protection et de gestion des milieux naturels comme les parcs nationaux ou naturels régionaux. C’est à cette époque que se développent grâce, en particulier, au Laboratoire d’ethnobotanique et d’ethnozoologie du Museum national d’histoire naturelle, des recherches nouvelles sur les relations milieu/société qui intègrent les apports de différentes disciplines comme l’ethnologie et l’écologie. De leur côté les parcs mettent en place, souvent autour d’écomusées ou de conservatoires génétiques, des opérations d’inventaire, de conservation, de revalorisation des savoirs traditionnels liés au milieu naturel. Les aménageurs prennent en effet conscience que l’érosion des savoirs naturalistes, la disparition d’un matériel végétal ou animal adapté, peuvent provoquer des déséquilibres dans le fonctionnement des écosystèmes.

3Les objectifs poursuivis par les différentes institutions responsables des recherches aidées par le ministère de la Culture dans le cadre de son appel d’offres sont très variés. Pour les unes, il s’agira d’analyser les savoirs liés au milieu naturel, de comprendre leur place et leur rôle dans le fonctionnement d’un ensemble culturel, pour les autres, il s’agira avant tout d’inventorier un ensemble de savoirs et éventuellement de conserver un matériel animal et végétal associé à ces savoirs. Ces tendances correspondent souvent aux objectifs généraux que se fixent les institutions responsables des opérations.

4Ainsi, dix projets sont présentés par des parcs nationaux ou naturels régionaux. Ils consistent surtout dans des inventaires : inventaires d’espèces fruitières dans le Nord-Pas-de-Calais et dans les Landes, de cépages dans la montagne de Reims, de plantes sauvages à utilisations médicinales ou alimentaires aux Ecrins, en Mercantour, en Corse.

5La démarche d’inventaire-restitution a aussi la faveur d’associations dont l’objectif est de revitaliser certaines pratiques afin de proposer à des régions touchées par le déclin des activités agricoles, des alternatives au plan économique. Les travaux sur les plantes médicinales menés par des associations comme l’EPI ou la "Pensée sauvage" en Cévennes vont dans ce sens.

6Ces approches, fortement marquées par des impératifs de valorisation économique ou de restitution muséographique, portent avant tout sur les relations pratiques et symboliques qui s’instaurent entre un groupe et certains éléments du milieu naturel. Ces inventaires, essentiellement ethnobotaniques, posent la question de l’analyse des données : est-il possible de leur donner une homogénéité suffisante pour les utiliser à des fins comparatives ? Les problèmes du choix de terrains comparables, de transcription des langues vernaculaires, de définition des groupes d’appartenance des informateurs choisis, ont été évoqués à Sommières.

7À côté des travaux qui mettent l’accent sur les inventaires, nous trouvons ceux qui, pour un groupe social ou une unité culturelle donnés, tentent d’analyser le fonctionnement ou l’émergence des savoirs naturalistes comme produit ou expression de formes d’organisation sociale ou économique.

8Là aussi, certaines approches sont privilégiées pour appréhender une dynamique des savoirs au regard de leurs modes de transmission ou de transformation :

  • fonction économique des modes d’identification et de classification du milieu naturel (en Vanoise) ;
  • pratiques qui mettent en évidence des oppositions et concordances entre différents systèmes de représentation du milieu (chasse, piégeage, viticulture, vie festive ou religieuse) ;
  • pratiques différenciées de plusieurs groupes d’origine sociale différente (jardinage en Pyrénées) ;
  • modes de transmission des savoirs dans la famille, dans le groupe (rôle des stratégies de reproduction dans la transmission des savoirs) ;
  • rôle des institutions scolaires, professionnelles (syndicats, sociétés...) dans la diffusion des savoirs.

9Au regard des principaux projets et résultats soumis au conseil du Patrimoine ethnologique, la nature, la place, le rôle des savoirs naturalistes populaires peuvent être appréhendés dans des démarches qui privilégieront tantôt une relation à un objet, élément du milieu naturel, tantôt une forme d’organisation sociale, condition ou résultat d’une relation au milieu naturel, tantôt enfin une dynamique de formation ou de transmission des savoirs en cause.

10Ces divers axes servent d’ouverture aux débats retranscrits ici qui portent autant sur la construction de l’objet et sa légitimité que sur les méthodes utilisées et les dispositifs de formation, de diffusion, de valorisation qui doivent accompagner les recherches.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540