Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Culture ouvrière, savoir-faire et pratiques sociales dans l’espace port-de-boucain

Roger Cornu

Texte intégral

COMMUNICATION ORALE*

  • * Cf. article : Comment accommoder les rivets de Port-de-Bouc ?”, Technologies, idéologies, pratiqu (...)

1Je parlerai de la cuisine de la recherche par rapport à une opération qui avait des caractéristiques particulières. Parmi les conclusions tirées de mes recherches précédentes, il y a au moins trois sources d'insatisfaction, mais c'est aussi par elle qu'on progresse dans la recherche. Tout d'abord, en sociologie, les techniques font appel à l'expression, la verbalisation, et ce sont pour l'essentiel - lorsqu'il s'agit de collecter du social - des techniques individuelles de caractère subjectif. C'est une première insatisfaction, j'ai essayé de décloisonner mon travail en me faisant historien, mais à la fin je ne savais plus très bien si j'étais historien ou si j'étais sociologue. La deuxième chose, c'est, en relation avec mon sujet central, de constater que des grèves, à partir de certains documents, avaient été décrites comme "victorieuses" (comme les appellent le mouvement ouvrier) alors qu'elles avaient été considérées par les ouvriers comme des défaites, et a contrario, qu'un certain nombre de défaites avaient été estimées comme grèves victorieuses ; ce qui posait toute une série de questions. Troisième point : j'ai pu constater, en travaillant sur les mines, l'existence de mythes industriels, mythes dans le sens plein. Dans l'histoire des grèves, il y en a qui m'intéressent particulièrement et autour desquelles il y a un silence pudique surprenant, ce sont les grèves de 1947, qui ont eu une influence nationale. J'ai donc commencé une enquête sur la mémoire des grèves. Au même moment a démarré une opération culturelle de récupération de la mémoire ouvrière à Port-de-Bouc. Un appel a été lancé aux chercheurs. On nous a dit : cela vous intéresse-t-il de participer à l'opération ?

2Depuis 1977, un certain nombre d'entretiens avaient été réalisés et les ouvriers s'étaient même enregistrés entre eux. Nous n'avions donc pas été les initiateurs de ce terrain : il y avait toute une série de gens qui venaient interviewer, notamment des créateurs, et puis le centre culturel faisait de l'animation et organisait des réunions sur le passé. Nous étions en compétition sur le terrain avec les autres. Je n'appellerai pas cela de la recherche engagée ou appliquée, mais plutôt impliquée. Il faut noter la réaction des milieux de recherche. En gros, on s'est fait insulter ; il y a eu des remarques ironiques : "Qu'est-ce que vous allez faire là-dedans, sinon vous faire plaisir ! " Dans notre démarche, ce qui a provoqué un certain nombre de conflits d'ailleurs avec le centre culturel, nous avons tenu à avoir notre autonomie en tant que chercheurs pour ne pas nous trouver impliqués dans des conflits qui pouvaient opposer le centre culturel à la population ou aux institutions municipales, et aussi parce que dans l'opération culturelle, la mémoire était en elle-même matière à création culturelle. Il ne pouvait être question de prendre les discours comme tels.

3Nous étions cinq chercheurs avec des questions différentes et nous avons essayé de nous regrouper autour du projet. Nous avons accepté le principe que chacun collecte pour tous les autres et que les documents enregistrés circulent. L'implication des membres de l'équipe par rapport à l'opération n'a pas été la même, ce qui a été très certainement un bien, parce que cela nous a permis d'avoir plusieurs entrées vis-à-vis du terrain. Et au bout du compte, on s'est aperçu qu'il y avait une partie de la population qui participait à l'opération, une partie qui ne participait pas mais qui se tenait informée de tout ce qui se passait et puis, une troisième catégorie qui, elle, restait relativement à l'écart. Et dans les entretiens que. nous avons faits, nous avons les trois.

4A la différence des créateurs, nous étions des non-producteurs d'une certaine manière, et nous avons été questionnés directement ou indirectement sur ce qu'on était capable de faire ; de là, l'obligation pour poursuivre sur ce terrain de restituer un certain nombre de choses, et donc, d'avoir à dépouiller progressivement les données pour sélectionner des points, et les restituer le plus rapidement possible. Mais, par ailleurs, nous avons eu l'occasion d'utiliser la vidéo. Face à l'action culturelle, nous nous sommes dit que nous pourrions faire des propositions et l'orienter. Nous avons ainsi suggéré au centre culturel de rassembler les anciens travailleurs du chantier par corporation, et de leur faire raconter le travail et le chantier fermé depuis une quinzaine d'années. La difficulté pour un chercheur dans une telle situation, est de ne pas être noyé. Cela oblige à être le plus rigoureux possible, et à se poser toute une série de questions sur les techniques, sur les méthodes. Pour moi cela a été très enrichissant. Par exemple, il est fort surprenant que depuis le temps qu'on utilise des techniques qui font appel à la mémoire, on ne se soit pas posé de problème sur la mémoire. On en décrit certains principes mais on ne l'expérimente pas. Dans cette perspective, nous avons essayé de réactiver la mémoire au moyen de documents écrits ou de photos. Nous avons aussi tenté de ramener des ouvriers sur leur lieu de travail, de leur faire reprendre des outils, de les remettre en situation. On s'est aperçu qu'ils redécouvraient leur langage, leurs gestes, et une partie des rapports qu'ils avaient eus entre eux. Quand nous avons fait des entretiens de groupes, nous avons pris comme principe de ne regrouper que des gens qui avaient eu des relations réelles autrefois à un moment donné de l'histoire ; et quand on souhaitait parler d'un moment précis, on constituait les groupes en conséquence.

5Enfin, nous avons extrait des archives de la télévision un certain nombre de documents, nous les avons projetés et utilisés comme questionnaires. Ce sont, d'un côté, l'exploration et l'analyse des mécanismes de réactivation de la mémoire, de l'autre, l'élargissement de l'éventail des méthodes et leur expérimentation, qui me semblent être une des richesses de l'opération. Nous avons enregistré plusieurs fois certaines personnes, et parfois sur les mêmes thèmes, mais dans des situations différentes (enregistrements individuels, collectifs ou encore lors de réunions globales de confrontation, ou pour la radio). On s'aperçoit que les mêmes éléments de mémoire ne sont pas racontés de la même manière, que le vocabulaire n'est pas le même, et qu'il y a là tout un travail à faire pour essayer de comprendre comment la mémoire est mobilisée à tel ou tel moment pour gérer les relations présentes.

DISCUSSION

6JEAN-YVES PETITEAU : Vous avez dit : les ouvriers s'interviewaient eux-mêmes quelquefois. Cela a-t-il été continué avec eux ? Du point de vue de l'expérimentation méthodologique le fait que les ouvriers interviewent d'autres ouvriers est intéressant.

7ROGER CORNU : Nous avons travaillé effectivement constamment en relation avec la population, et ce qui a été enrichissant, c'est que ce sont eux qui nous ont très souvent fait des suggestions. Comme de reprendre les outils. Ce sont eux qui ont pris l'initiative de cette expérience. Il y a eu effectivement un déplacement, parce que ce qui était pour eux une interrogation est devenu action culturelle, quelque chose qui les dépassait. Mais je crois que le fait d'accepter les questions des gens sur le terrain et de se dire qu'ils ne sont pas des objets d'étude mais qu'ils sont des sujets dans la relation, cela change pas mal de choses quant à nos propres interrogations.

8FRANCOISE CRIBIER : Je voulais signaler la recherche que fait Hélène Chenu sur la bonneterie à Troyes en Champagne. Elle a utilisé des collections de photos, et pour interroger les femmes, surtout de la génération la plus ancienne, ces documents l'ont beaucoup aidée. Mais il y a des limites à cela. Personnellement, j'ai montré des photos prises à Paris, dans un quartier précis, en 1928, en 1945, à mon étonnement cela a amené finalement un discours assez pauvre, anecdotique ; alors que la même personne est parfaitement capable, dans une conversation d'avoir un discours infiniment plus riche ; l'image un peu figée, bloquerait plutôt les gens qu'autre chose. Mais il s'agit d'un contexte assez différent de celui du travail dans une usine.

9DANIEL TERROLLE : Dans le cadre de cette démarche sur la mémoire, les gens questionnés essentiellement sur l'outil de travail, le processus de production - l'entreprise dirons-nous - alors que cette entreprise avait disparu et entraîne une perte au niveau de la mémoire, ont-ils articulé à ce domaine, sans relance des enquêteurs, la mémoire résidentielle ? Si oui, est-ce parce qu'il y a une articulation de fait de la résidence et du travail ? A Saint-Ouen, j'ai les plus grandes difficultés à obtenir une mémoire relative au travail sur la mémoire du quartier, de la résidence, les gens acceptent de parler de leur apprentissage, mais lorsque les trajectoires se perdent, ils n'évoquent plus la mémoire du travail, ou alors ils l'évoquent en disant que c'est un monde à part ! Pourtant il en reste des traces importantes.

10ROGER CORNU : Dans ce cas précis, entre une ville-chantier comme l'a décrite Jean-Claude Garnier et une ville marquée par la fermeture du chantier, et ensuite par l'installation du site de Fos qui était brutalement l'envers de l'ancienne structure, et dans une conjoncture d'enjeux relatifs à l'édification d'un centre-ville à la place des chantiers, la liaison était immédiate. En ce qui concerne la mémoire du travail, c'est justement là où nos méthodes sont complètement déficientes, parce qu'on ne verbalise pas le travail : on le fait. On le fait corporellement, on le fait machinalement. Dans le bruit des ateliers, le langage gestuel et les transmissions par signes sont extrêmement importants. De plus, les relations avec les gens, on ne les explicite pas, elles passent par le rapport de travail. Alors, lorsque comme sociologue on pose des questions sur des choses qui ne se verbalisent pas, il me semble qu'on est totalement à côté de la plaque. Il faut trouver des moyens d'atteindre le travail. Le fait de réunir des ouvriers de la même entreprise, et plus précisément ayant été dans le même atelier, permet de connaître exactement leur place et donc de les faire parler de leur travail. A ce moment-là, réapparaissent toute une série de rapports de travail, y compris dans le comportement. Nous avons reconstitué une scène de rivetage pour un film vidéo. Il s'agissait de deux ouvriers qui avaient travaillé ensemble jusqu'en 1954. En 1981, automatiquement avec les outils et en situation, celui qui reprenait son rôle d'aide, a retrouvé immédiatement ses gestes et son modèle de dépendance hiérarchique par rapport à l'autre ouvrier. Et même dans la séquence, ce qu'il y a de fantastique, c'est qu'ils parlaient du passé en parlant au présent. Et c'est à ce moment-là que le vocabulaire leur est revenu, ce qui les a étonnés eux-mêmes ! Ce vocabulaire de métier n'est pas neutre ; il marque un certain nombre de rapports, de relations sociales, et souvent il est à cheval sur la vie sociale et sur la vie de travail.

11MICHEL ORIOL : Sur les évènements, il y a aussi un récit officiel, institutionnel, construit par les médias ou bien par les organisations politiques et syndicales de la classe ouvrière. Comment la méthodologie employée éclaire-t-elle à la fois l'inscription du récit au moment des événements eux-mêmes, et le rôle des appartenances actuelles sur la différenciation des récits ? Une méthodologie de ce genre conduit-elle à une remise en question du discours officiel ?

12EVELYNE DESBOIS : Peut-on parler de mémoire collective ? Dans les enquêtes que j'ai faites sur le bassin houiller du Nord sur des périodes similaires, je n'ai trouvé que des mémoires individuelles. Faut-il dire mémoire ou interprétation du passé et du vécu ? Pour des faits, des évènements qui se sont produits et qui ont eu un fort retentissement comme le meeting avec Maurice Thorez, je n'ai pas eu une seule interprétation qui soit semblable à celle des autres interviewés. Il s'agit donc à chaque fois d'un discours construit, interprétatif. J'ai travaillé sur les grèves de 47. A partir d'une approche individuelle de leur mémoire, j'ai ensuite rassemblé les gens qui étaient des adversaires pour les faire travailler sur leur désaccord et sur leur interprétation antagoniste.

13ROGER CORNU : Si j'avais à retravailler sur un thème comme celui-là, il ne serait pas question pour moi de ne faire que de l'entretien individuel, ou de l'entretien de groupe seul, mais de faire les deux. Ces deux facettes sont vraies. Plusieurs fois, dans les entretiens individuels, les gens ont dit : "de ça, on ne peut pas en parler tout seul", parce qu'ils ne l'avaient pas vécu seul. Par exemple, dans le film que nous avons fait sur le bateau, quand nous avons été dans la cale, nous pensions travail et construction ; ce n'est pas du tout de cela dont il a été question, mais de quelque chose de plus important et qui n'était jamais sorti avant : les piquets de grève à l'intérieur du bateau, et l'avis de grève à l'intérieur de cette cale. Pratiquement, le détail quotidien d'une grève ne peut revenir que dans le rapprochement des individus ayant eu des relations à ce moment-là, et surtout sur les lieux mêmes. Nous sommes allés aussi dans le chantier détruit avec des ouvriers : dans les tas de gravats, ils ont commencé à reconstruire le chantier, les lieux, les bâtiments, la disposition des corporations à l'intérieur de l'espace. Si on veut saisir le syndicalisme dans sa pratique et non pas dans les discours syndicaux, c'est à partir de l'utilisation de l'espace du syndicalisme que les choses apparaissent telles qu'elles se sont pratiquement passées sur le terrain. C'est à ce niveau-là que les éclatements à l'intérieur d'un syndicat, les entrecroisements entre les différents syndicats, l'influence des structures internes de l'entreprise, corporations, etc., par rapport aux structures syndicales, apparaissent dans toute leur dimension. On ne peut plus ensuite interpréter schématiquement à partir de telle ou telle orientation syndicale. Il se pose alors au chercheur une question qu'habituellement il évacue : comment de telles différences n'empêchent-elles pas les ouvriers de se retrouver et de constituer les sections syndicales ? Comment deux sections syndicales de deux syndicats différents peuvent-elles être plus proches que deux sections syndicales du même syndicat ?

14DANIEL TERROLLE : La dimension historique est repérable dans la mémoire, mais il y a aussi la dimension de l'histoire personnelle et celle, dirons-nous, psychanalytique. La mémoire c'est aussi des souvenirs-écrans, des censures, des blancs, des non-dits. Quel travail faisons-nous sur ce non-dit en tant qu'ethnologue ?

15ISAAC JOSEPH : C'est du mythe à la sorcellerie !

16ALAIN MOREL : Finalement nous parlons peu des retombées de l'opération, des rapports avec l'Office culturel, et d'anthropologie appliquée. N'avez-vous pas été une sorte d'alibi dans cette opération culturelle qui avait des objectifs propres et qui, avec le versant scientifique, apparaissait comme une opération plus large ? Qu'avez-vous apporté concrètement en retour à la population ?

17ROGER CORNU : En retour, nous avons apporté sans le vouloir une accentuation du conflit entre la population et le centre culturel. La préoccupation qui fondait l'opération de la mémoire était à l'origine : il faut que notre histoire ne soit pas perdue, il faut qu'elle soit transmise. Mais, derrière, il y en avait une autre qui était de se regarder soi-même comme dans un miroir. Dans ce que nous avons retransmis à la population, nous nous sommes centrés sur ce problème de la transmission. Nous avons donc été amenés à nous efforcer d'écrire dans un langage clair, mais je n'avais pas envie de faire des textes spéciaux pour les chercheurs. Il faut que la manière de rendre compte soit la même, quel que soit le groupe auquel on s'adresse, je suis contre le recours à un système de double langage. En gros, à chaque fois que j'ai fait sauter une notion du jargon sociologique, je me suis trouvé face à un problème et j'ai été obligé de le résoudre et cela a nécessité une rigueur un peu plus grande. Par ailleurs, nous avons contribué effectivement à la sortie d'une masse de documents, et donc à la constitution d'un ensemble d'archives. C'est là que se situe le conflit entre l'opération culturelle et la recherche, parce que au bout du compte, c'était la constitution d'archives de leur histoire et leur exploitation qui nous intéressaient. Pour le centre culturel en revanche, l'animation culturelle devait se faire à court terme et au jour le jour. Le problème de la protection des archives, problème non résolu, a accru le conflit. Une des retombées par exemple a été de voir l'Union locale syndicale se mettre à reconstituer ces archives - elle avait brûlé les siennes - de prendre des photocopies, de rassembler les documents. Sans nous, l'opération continue mais sur d'autres bases. Mais je suis fondamentalement contre les chercheurs qui veulent se substituer aux citoyens et jouer le rôle des gens sur le terrain. En cette affaire, chacun a son rôle, chacun ses responsabilités et la question doit être clairement abordée d'entrée de jeu.

18LAURENT MARTY : Nous vivons constamment un décalage ; des gens viennent nous voir en nous disant : nous voudrions faire un travail d'ethnologie sur tel ou tel sujet du passé, pouvez-vous nous aider ? Il y aurait un travail de formation à faire que nous ne pouvons prendre en charge.

19GERARD ALTHABE : Avec cette opération... en fait on s'est trouvé devant deux logiques : une logique de la recherche dont le symbole est la conservation des archives, et la logique de l'action culturelle. Ce qui était passionnant dans l'exposé de Roger Cornu c'est qu'en fait, la recherche elle-même a été une action culturelle !

Notes de fin

* Cf. article : Comment accommoder les rivets de Port-de-Bouc ?”, Technologies, idéologies, pratiques, 1980, vol. II, Nos 3-4, Université de Provence.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable