Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Articulation entre travail salarié industriel et résidence à Amiens

Christian Marcadet

Texte intégral

COMMUNICATION ORALE

1Cette recherche s'efforce d'appréhender des unités micro-locales comme champs de rapports sociaux internes, qu'il s'agit de mettre au jour ; ils ont leur propre cohérence et disposent d'une autonomie relative. Il s'agit d'un travail d'équipe qui a été mené sur Amiens, sur plusieurs unités micro-sociales dans les espaces où ces groupes développent leurs propres pratiques. Nous avons essayé d'approcher les lieux centraux de notre société, c'est-à-dire la production, la résidence, et également les institutions scolaires. Depuis les premières enquêtes menées avec ce type d'analyse à Nantes et à Stains, centrées sur le pâté de maisons et la cage d'escalier, il y a eu un renversement de la problématique par le choix d'une population salariée dans une entreprise industrielle qui fabrique des accessoires automobiles. Ces populations salariées sont appréhendées dans trois situations résidentielles différentes : deux villages péri-urbains et les grands ensembles de la périphérie d'Amiens. En dépit des difficultés de l'enquête en milieu de travail de type industriel, où les possibilités d'accès sont réduites, le choix d'une population appartenant à une même entreprise offre l'avantage de ne pas avoir à tenir compte de variables telles que la taille de l'entreprise, la branche dans laquelle elle opère, et sa structure interne. Il s'agissait de reconstruire les rapports sociaux qui organisent la vie sociale, à travers les représentations qu'énoncent les acteurs salariés. Et, de ce point de vue, le récit de vie ne permet pas d'appréhender ces processus. Il n'est qu'un des moyens utiles justement à la reconstitution de ces rapports sociaux.

2Dans ce cadre général, deux objets sont à l'horizon de cette recherche : la reproduction des familles et l'articulation du micro-social étudié au macro-social. L'analyse des diverses médiations, des institutions, qu'implique ce deuxième axe ne peut être effectuée par l'ethnologue, lui seul, mais en coordination avec d'autres chercheurs.

3Une faible profondeur historique a été retenue et trois générations suffisent à maîtriser le champ social étudié, et à expliquer le présent. Très concrètement, la population témoin représente à peu près 100 personnes réparties dans les trois lieux géographiques indiqués ci-dessus ; ces 100 salariés de l'entreprise Verto appartiennent à toutes les catégories socio-professionnelles. Il y a des familles de Verto, et il arrive que quatre enfants et le père soient salariés de l'entreprise. Les gens suivent un itinéraire qui les fait passer de l'habitat chez leurs parents qui est une forme d'assistance, à l'habitat collectif, temporaire et nécessaire, avec pour objectif final l'accession à la maison individuelle. Nous allons donc du pôle négatif à la position la plus prestigieuse. Cela est vécu dans la logique des acteurs comme une récompense de leur propre mérite personnel. Des entretiens ont été effectués avec les salariés Verto mais aussi avec tous les acteurs sociaux du champ : les autorités locales, les sociétaires de diverses associations, les groupes constitués et tous les acteurs régionaux qui interfèrent dans ce champ, que ce soient les syndicats ou la commission Dubedout.

4D'une façon générale, les refus d'entretien ont été le fait des couches sociales le plus soumises aux tensions, et notamment de la maîtrise qui est dans une position tampon entre la direction et le groupe ouvrier.

5Je présenterai un cas, celui de Jacques Damert. Il a 28 ans, est originaire d'un des trois villages étudiés, et il est 0S 3. Il a fait bâtir une maison, l'évènement peut-être le plus important de sa vie, avec son mariage je pense. Et pourtant, pendant deux heures d'entretien, il n'a parlé systématiquement que du travail. Il vit une contradiction qu'il ne peut pas assumer entre un pôle négatif assigné par sa position sociale, déterminée par sa position subalterne à l'usine : il est OS, et un pôle qu'il va rendre positif et qu'il convient de protéger, l'îlot familial qui apparaît comme son seul lieu de décision. De cette opposition va naître tout un discours : la dénonciation des cadences au travail, de l'exploitation, et surtout, les regrets de quelqu'un qui est resté OS 3 depuis maintenant six ans. C'est vécu comme un traumatisme qui explique une entreprise symbolique de réévaluation. Il donne trois raisons à sa non-promotion professionnelle : "C'est à cause de mai 81. Les patrons maintenant se vengent". "Vous savez, on n'est qu'ouvriers, on n'a pas la tête, quand on va au cours de formation continue, on n'arrive pas". "Ce sont des problèmes de favoritisme, des trucs de famille". C'est là une formule fétiche qui résout tout son problème. Il effectue une mise à distance récurrente dans tous ses discours des situations conflictuelles, que ce soit dans le village, dans le lieu professionnel mais aussi dans la famille. En conclusion, le vécu des acteurs s'organise autour d'un couple conceptuel : promotion de soi, précarité. Et, ce couple-là, bien sûr, s'articule avec l'appartenance à une C.S.P. précise, qui rejaillit sur toutes les dimensions du discours, tant sur le plan professionnel que sur le local. Il n'y a pas, comme certains l'avaient prédit, évanouissement dans la résidence des situations professionnelles. Comme le champ des possibilités promotionnelles légitimes dans la production est bloqué, on observe des stratégies alternatives qui prennent appui sur des trajectoires familiales. Entrent alors en ligne de compte les investissements, les ruses et tout ce qui peut être développé, par rapport à la trajectoire familiale. La perspective ascensionnelle que représente la maison individuelle - qui implique le recours au double salaire - représente un investissement total matériel et idéal dans l'habitat. L'opposition fondamentale se résume finalement, entre, d'un côté, une position subalterne dans le cadre professionnel, qui est aussi une position imposée, et de l'autre, l'habitat et notamment la maison individuelle où on est, soi-disant, libéré de toutes contraintes. Tout le jeu serait de passer de l'un à l'autre, et de créer les conditions qui permettent d'arriver à cette situation positive.

DISCUSSION

6JEAN-PIERRE PIERZO : J'aimerais en savoir un peu plus quant au traitement des données : en quoi cette recherche se différencie-t-elle d'une exploitation de type sociologique traditionnel ?

7CHRISTIAN MARCADET : Pour montrer ce qui nous différencie de la sociologie prenons par exemple l'enquête de Derozières et Gollac qui a été effectuée au même endroit et qui concernait des salariés nés en 1942. Des enquêteurs, étudiants, instituteurs retraités ou autres, ont été chargés d'effectuer des entretiens. Ces gens partaient avec un questionnaire de huit pages dans tout l'Amiénois. Les données étaient ensuite traitées par informatique. Mon travail s'est étalé sur trois ans. Ne pouvant pénétrer à l'intérieur de l'entreprise, on s'est contenté d'observer la population salariée de cette entreprise, dans ses lieux d'habitat, dans ses diverses manifestations, diverses activités. Comme dans une enquête ethnologique traditionnelle, ont été pris en considération toutes les associations, tous les acteurs sociaux qui interviennent dans le lieu où vivent ces gens. Ces informations ont été croisées avec les données tirées des bilans sociaux de l'entreprise et avec ce que nous ont dit les personnes travaillant dans le même atelier ou sur la même chaîne. D'autre part, nous avons aussi rencontré toutes les organisations syndicales locales, et nous avons eu affaire à toutes les couches de salariés de l'entreprise.

8ROGER CORNU : Je voudrais d'abord préciser que je ne sais pas ce qu'est l'enquête sociologique traditionnelle ; depuis vingt ans que je travaille en sociologie, j'ai vu de telles transformations au niveau de l'enquête ! Ce qui me semble important et qui devrait donner lieu à débat et recherche, c'est l'observation suivante : l'entretien n'a de sens que par rapport au contexte de son enregistrement. On a beaucoup insisté sur le rapport enquêteur/enquêté, en pensant que le contexte était secondaire, et progressivement on s'aperçoit que c'est le contexte de l'enregistrement qui est l'élément central ! Par ailleurs, je me demande pourquoi cette superposition d'enquêtes sur Amiens et l'Amiénois ?

9GERARD ALTHABE : Parce que c'est à une heure de train de Paris !

10CHRISTIAN MARCADET : Il y a aussi des éléments fortuits ; il se trouve que par exemple F. Foucaut qui est animateur habite là-bas et que Derozières et Gollac sont aussi au bureau de l'INSEE local. De plus, à nos yeux, il y avait un remarquable zoning dans cette région de l'Amiénois, entre la zone industrielle, la ville elle-même, préfecture, les ZUP de la périphérie, les villages péri-urbains ; c'était d'autant plus intéressant qu'il y avait un bassin d'emploi relativement homogène. Il était possible de reconstituer à partir de nos trois générations les glissements de populations depuis la vallée de la Nièvre, vallée des usines Saint-Frères, un monument dans cette région-là ! Enfin les salariés de l'entreprise étudiée étaient logés pour une moitié en collectif, pour l'autre en maisons individuelles et présentaient donc des situations différenciées. Il est dommage qu'on n'ait pas pu, à partir des approches différentes, créer un tronc commun.

11JEAN FOUCAULT : Le chercheur a une casquette, celle d'une structure, d'un laboratoire, d'une association, etc., qui mènent des actions permanentes de recherche ou d'une autre nature, ce qui confère une image de marque ; cela n'est pas neutre du point de vue de l'enquête elle-même, et surtout du retour à l'enquêté du résultat des travaux. S'agit-il d'un chercheur qui s'en va le terrain étant terminé ? Ou bien se trouve-t-il inclus dans un réseau qui maintiendra quelque chose ?

12CHRISTIAN MARCADET : Dans les deux premiers villages où l'enquête a été menée, très honnêtement, l'enquête finie, nous n'avons gardé qu'un ou deux contacts avec lesquels nous avions des affinités. Mais, en dehors de ça, nous avons quitté le terrain, d'autant plus que nous étions en période électorale et que dans un village de 1 000 habitants, quand plusieurs listes se présentent, la présence d'étrangers n'est pas très évidente. En revanche, dans le dernier terrain, la ZUP nord d'Amiens, un ensemble de 25 000 habitants en collectif, cela a été différent. Notamment en raison du fait qu'entre temps cette zone est devenue un îlot sensible choisi par la commission Dubedout. Il s'est trouvé, ô miracle, que le chef de mission était lui-même anthropologue et de plus anthropologue formé à l'école américaine, ouvert à l'anthropologie appliquée. Il y a donc eu une relation entre recherche et action (ici intervention sur le social). Nous essayons de coopérer plus étroitement. Je suis encore présent sur le terrain assez régulièrement. Je crois que là, sur ce lieu précis, nous aurons encore un rôle à jouer car en tant que chercheurs nous sommes fort sollicités.

13DANIEL TERROLLE : J'ai extrêmement de mal à rentrer dans la forme de ce discours. Je suis gêné par la propension à l'interprétation que je trouve un petit peu abusive par rapport au travail ethnographique, d'autant que la livraison des matériaux est sujette à caution. Des interprétations carrées, dans un discours assez monolithique, sans prudence, sans questionnement. Au niveau de la relation d'enquête on ne peut que s'interroger sur la capacité de l'enquête à pouvoir se situer à ce niveau de discours.

14CHRISTIAN MARCADET : En quinze minutes, il est très difficile de livrer à la fois les procédures de l'enquête, le matériau brut, les grilles d'analyse, et les modestes formulations théoriques. Je n'ai jamais dit : tous les ouvriers réagissent comme ça, tous les cadres moyens suivent telle trajectoire ! J'ai dit au contraire que chaque individu étudié, pris dans son projet familial, réagissait singulièrement,, en fonction de certains évènements et processus sociaux, auxquels il participe et qu'il s'agit bien sûr de mettre au jour. Si présenter un cas individuel relève d'un discours monolithique alors là je ne suis pas d'accord.

15FRANÇOISE CRIBIER : A la différence de D. Terrolle, j'ai été intéressée dans votre communication par la présentation d'un cas quand vous parliez de trajectoire résidentielle, professionnelle, j'entendais la stratégie sociale de cet être-là. Et cette stratégie, on voyait bien qu'elle avait une dimension résidentielle et une dimension professionnelle : elle avait une dimension familiale dont vous avez parlé par allusions, et enfin une dimension proprement personnelle. J'ai trouvé intéressant justement d'avoir situé cette chose factuelle qui est l'accession à la propriété, la construction d'un pavillon, dans l'ensemble des stratégies et de montrer que ce type d'investissement ne relève pas seulement d'une stratégie résidentielle.

16JACQUES GUTWIRTH : Je trouve que Daniel Terrolle n'a pas vraiment tort. Il me semble que lorsque le sujet porte sur la relation habitat-travail, le fait de travailler sur des embrayages et des freins, c'est un minimum d'en parler, me semble-t-il.

17ALAIN MOREL : Différents types d'insertions résidentielles de plusieurs fractions de la classe ouvrière ont été analysées mais je me demande comment on pourra ultérieurement les mettre en perspective avec les situations de travail dans l'entreprise ; et cela renvoie aux déterminismes qui sont derrière ces différents choix résidentiels et ces différents choix de mode de vie et d'appartenance sociale présentés ici. Ils s'effectuent à partir de quoi ? Il me semble qu'il n'y a pas suffisamment d'indications sur ce plan-là.

18CHRISTIAN MARCADET : Je regrette aussi que la communication soit si brève. L'entreprise, dans mon rapport, est développée sur quarante pages, dans lesquelles j'essaie de montrer tout ce que signifient les problèmes de hiérarchie, les problèmes de groupes concrets au travail. Il est évident que le lieu qu'on occupe dans la production, suivant sa qualification, suivant le service dans lequel on est, selon qu'on y est depuis vingt ans ou seulement depuis trois ans, suivant la trajectoire précédente, ou scolaire, qui est aussi prise en considération, suivant aussi les trajectoires des parents, les attaches précédentes (venir de chez Saint-Frères par exemple) est fondamental. En ce qui concerne les perspectives ultérieures, il faut maintenant rentrer dans l'entreprise et y observer les procès de travail, les groupes concrets (2 000 salariés c'est trop pour un ethnologue, il devra se contenter d'un petit atelier). Il est effectivement intéressant de comprendre comment se structurent les représentations et ce que j'appellerais "l'armature mentale" de tout un ensemble de comportements. Par exemple, lorsque la direction choisit dans un groupe ouvrier la personne qui va devenir agent de maîtrise, qu'est-ce que cela provoque comme effet ? Pourquoi cette personne-là ? Et réciproquement que va-t-il se passer au niveau de l'espace local ? Il y a, par exemple, des salariés qui consolident une position assez confortable d'assimilés cadres dans l'entreprise en entrant au conseil municipal d'un village ! Je crois que tous ces éléments-là seraient à relier. Maintenant, cela devient bien plus complexe lorsque l'on doit considérer les salariés dans un ensemble de 25 000 habitants de la périphérie urbaine. On est contraint de choisir deux unités restreintes dans ces 25 000 habitants, mais malgré cela, on ne peut pas suivre en permanence ces gens et on est obligé de se reporter à du micro-local, une rue, un pâté de maisons. Mais l'essentiel est de garder la même population, celle définie à partir du travail.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540