Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Familles dans la ville

Beatrix Le Wita

Texte intégral

COMMUNICATION ORALE*

  • * Cf. Article : Familles dans la ville, Terrain, octobre 1984, n° 3, pp. 32-37.

1J'étudie la bourgeoisie parisienne. L'enquête déjà effectuée a porté sur 10 familles et sur deux ou trois générations par famille. J'ai interrogé deux ou trois fois séparément chacun des individus, ce qui représente une soixantaine d'entretiens. Pour éclairer ce que j'entends par "bourgeoisie", je vais d'abord présenter un fragment d'entretien où une bourgeoise d'un milieu d'industriels et de notaires parisiens, se définit elle-même :

2"Etre bourgeois, c'est appartenir à des professions qui sont de l'ordre des professions libérales. A ma génération (elle a 60 ans), en gros, bien entendu, la bourgeoisie se définissait par les métiers : grand cadre, notaire et médecin. A celle de mes enfants, c'est uniquement la naissance car il y a, entre parenthèses, des médecins d'une rare vulgarité. Il y a des fils d'ouvriers, de menuisiers qui sont très bien, aucune raison de rester dans le ghetto. Avant on s'identifiait avec la fonction, aujourd'hui c'est la filiation et l'éducation. Ne resteront bourgeois que ceux qui, par l'éducation, sauront dire, au téléphone : "je vous remercie de m'avoir reçu", ou bien : "on ne mange pas mais on déjeune". La bourgeoisie va être bientôt acculée à sa vérité propre ; par exemple, il est inadmissible de ne pas parler avec grand respect à un domestique (quoi qu'il n'y ait plus de domestiques !) ; si mes petits-enfants avaient été mal polis envers le gardien du château - ils ont un château effectivement - je ne l'aurais pas toléré. La bourgeoisie se tenait par l'argent, or elle ne peut pas vendre ses biens : qui achèterait ? On garde le château comme une affaire, il faut que cela ne coûte rien aux enfants, sinon ils ne pourront pas le garder. On a tout fait pour que nos enfants soient propriétaires de leur appartement dès leur mariage quasiment. Je crois que c'est terminé, la bourgeoisie. Ce ne sont pas des gens qui spéculent ; le vrai bourgeois ne gère pas vraiment sa fortune au sens actuel du moment, il ne spécule pas. L'argent est chez les autres, les acteurs, les spéculateurs, et les médecins sont au milieu. Les impôts "bouffent" le capital. Il y a une accélération effarante, les affaires de famille s'écroulent. Prenons la famille Michelin où nous avons des actions, ils perdent de l'argent. Non, cela n'existe plus. Les droits de succession sont énormes : nous avec mon mari, on a donné aux enfants des appartements pour qu'ils n'aient pas à payer des droits de succession. Le moteur économique donné à ses enfants ! Je me suis occupée d'entraide scolaire, j'ai vu des centaines de familles ; dès qu'on parle de leurs enfants, on les atteint au cœur de leur vie ; ils veulent payer des études, gage d'une réussite sociale à un point incroyable. C'est l'argent qui rend bourgeois, c'est la propriété, le fait d'être propriétaire embourgeoise le plus. Mais les vrais bourgeois c'est fait à rien, je ne sais pas à quoi cela tient. On peut se tromper sur une plage avec un type qui ne parle pas et qui est en slip, mais dès que vous parlez, cela tient à je ne sais quoi. J'ai un fils qui a épousé une fille belle et distinguée. Sa mère et sa grand-mère ne le sont pas. Il faut deux ou trois générations de maison derrière. Il faut trois générations pour faire un vrai bourgeois. Mais la bourgeoisie perd ses valeurs très réelles : tradition, honnêteté, propreté intellectuelle, morale, culture, le "ça ne se fait pas", le respect du pauvre. Heureusement elle acquiert des notions de justice, de non-supériorité et de non-identification avec la fonction. A la génération de mon père, il fallait faire l'X et pas Centrale. Mon mari, on l'a mis dans le Droit, mon frère qui voulait être officier, on l'a mis dans la chimie parce qu'il y avait une affaire de famille".

3Par ailleurs, ce fragment d'entretien montre également les conditions dans lesquelles on se trouve quand on enquête auprès de gens qui ont un niveau culturel élevé. Le problème de l'anonymat m'oblige à massacrer un peu les entretiens parce que quand on me raconte le détail de la vie de l'entreprise, tout le monde reconnaîtrait de quelle entreprise il s'agit. Outre les fonctions qu'elles occupent, ce qui est déjà une définition, ces familles connaissent toutes un processus de reproduction identique. Et jamais il ne m'a été donné dans une enquête ethnographique, de vivre aussi intensément la répétition, parce qu'ils disent tous la même chose. Ce processus de reproduction, il va de la fréquentation de certaines institutions scolaires et de loisirs, les rallies par exemple, à la possession d'un capital historique, perceptible précisément à travers l'objet même de ma recherche qui était le patrimoine généalogique. Celui-ci constitue le creuset de ce que Pierre Bourdieu appelle "les stigmates de distinction" et qu'on voit très bien dans l'extrait d'entretien que je viens de citer.

4Ce capital historique se concrétise par une mémoire étonnante puisque ces gens sont capables de citer 300 personnes au cours de six heures d'entretien, lorsqu'on établit leur généalogie ! A titre de comparaison je me référerais à l'enquête que j'ai effectuée dans le XIIIème arrondissement de Paris avec la même méthode : sur 148 personnes contactées, 7 seulement citaient plus de 100 personnes. Cela confirme ce que disait Pierre Bourdieu à ce sujet : "Les plus riches sont aussi les plus riches en parents". Et ces 300 personnes identifiées oralement n'épuisaient pas du tout leur mémoire, on me donnait les archives familiales pour compléter. Ce capital généalogique est, à mon avis, un des éléments de définition de la bourgeoisie. J'en donnerais un contre-exemple : parmi ces familles, il y en avait trois dont les professions correspondaient aux C.S.P. considérées comme bourgeois, procureur de la République par exemple et qui n'avaient cité qu'une cinquantaine de personnes et estimaient ne pas être bourgeois. Effectivement, faute de capital historique, c'est-à-dire faute de trois générations de col dur, ce qui signifie en fait trois générations de stratégie matrimoniale - lesquelles sont encore très développées dans la bourgeoisie actuelle - ils n'avaient pas suivi le processus de production de cette classe. Ils n'avaient pas fréquenté une institution scolaire bourgeoise ni été dans les institutions de loisirs bourgeoises, et par conséquent n'avaient pas fréquenté le milieu bourgeois parisien. Ce capital généalogique bien connu, tout le monde a lu Balzac, Proust ou Maupassant, n'est pas une chose morte, et encore moins une chose littéraire, ou un discours mondain. Il fonctionne comme un principe d'identification. Dans la jeune génération des bourgeois, il y a ceux qui cherchent à se démarquer des signes associés à une certaine bourgeoisie, le racisme, le ghetto, c'est-à-dire le refus d'avoir des amitiés en dehors de son milieu ; mais en fait, lorsqu'on regarde leur carnet d'adresses on s'aperçoit qu'ils ne fréquentent que des gens de leur milieu. D'autres jeunes qui ne sont pas d'extrême droite, certains étaient même des militants CFDT, revendiquent leur appartenance à la bourgeoisie en se disant que la bourgeoisie permet de vivre agréablement. Etaient cités comme exemples les résidences, les châteaux où on peut se retrouver en famille étendue très facilement pendant trois mois, la jouissance de la culture et le sentiment de sécurité que procure le fait d'avoir une famille derrière soi. Le sentiment de posséder une histoire leur permet de considérer qu'il n'est pas très important de rater l'X. Cela leur suffit pour se démarquer des classes moyennes. Mettre en avant leurs signes distinctifs, c'est une façon de revendiquer leur appartenance à la bourgeoisie. Ils ont tous lu Bourdieu !

5Que devient le fait urbain lorsqu'il est associé à l'habitant bourgeois et ici du Parisien ? Cette problématique centrée sur l'interaction ville/famille est la mienne depuis maintenant cinq ans. On pourrait schématiser à partir de mes deux autres terrains, Nanterre et le XIIIème arrondissement, la position des gens des couches populaires, en la comparant à la condition d'émigrant. Il a été dit ici qu'il y a deux positions migratoires qui obéissent à deux logiques. Dans la première, sur le mode de la syncope, le migrant vit sa vie dans la ville entre parenthèses en regard d'un rapport imaginaire ou réel avec un lieu d'origine ou de naissance. Dans la deuxième, sur le mode du refoulement, le migrant cherche à oublier le passé pour se consacrer au présent, et à sa petite famille qu'il propulse en avant. Dans le XIIIème arrondissement et à Nanterre, la majorité des gens suivaient à quelques exceptions près la première logique : ils vivent cinquante ans dans un quartier et finissent quand même par partir quelque part dans un lieu d'adoption, à la retraite, ou dans leur lieu d'origine. La minorité qui reste participe d'une précarité : soit il s'agit de veufs ou de célibataires sans enfants, soit encore ils font partie des classes les plus défavorisées. Donc la plupart de ces citadins appartenant aux couches populaires ont un comportement de migrants. Cela ne vaut justement pas pour la bourgeoisie. Si un bourgeois devait être mis en position de migrant, il ne serait plus bourgeois ! A cela une raison fondamentale : la première définition d'un bourgeois, c'est d'être l'habitant de la ville. De ce point de vue, il est remarquable que jamais le facteur urbain n'ait été mis en avant par les enquêtés pour expliquer un quelconque changement dans leur vie familiale. Concernant par exemple le travail de la femme à l'extérieur, ou le dispatching dans Paris des jeunes générations qui n'habitent plus d'hôtel particulier, ni le XVIème ou le VIIIème arrondissement, mais peuvent résider à Belleville. Cela montre à quel point, pour les bourgeois, ce n'est pas ce facteur qui est en jeu.

6La pratique sociale bourgeoise vise à la cohérence et à la maîtrise des divers points d'ancrage des individus. L'intégration de l'urbain dans le mode de vie de la bourgeoisie s'appuie sur une série d'éléments : bien sûr, la mainmise sur l'espace, dans la ville, en étant propriétaire depuis plusieurs générations de trois ou quatre immeubles à Paris ; les choix, et la pérennité de ces choix relatifs aux institutions scolaires, aux loisirs, à l'art, qu'il s'agisse de peinture, de théâtre, ou de littérature. En ce qui concerne la bourgeoisie catholique, celle que j'ai étudiée, il faut noter l'extrême importance de la sociabilité religieuse qui permet la maîtrise de tout un quartier au travers des activités paroissiales. Ces bourgeois appartiennent à un milieu qui sait toujours où et quand se retrouver dans Paris et qui a la possibilité, essentielle, de quitter la scène parisienne pour rejoindre les demeures achetées tout au long du xixème siècle, hors de Paris. Travailler sur l'interaction ville/famille oblige à étudier un groupe social dans son intégralité. Alors que lorsqu'on enquête dans les couches populaires, il faut s'efforcer d'articuler les différents points d'ancrage, travail, résidence, etc., dans la bourgeoisie c'est une donnée de fait. Cette extrême maîtrise de tous les points d'ancrage dans l'urbain est une des caractéristiques de la bourgeoisie.

DISCUSSION

7SERGE COLLET : Il me semble important d'avoir enfin en anthropologie urbaine quelque chose qui serait le pendant de ce que Hoggart a écrit sur la culture du pauvre. On pourrait effectivement se demander pourquoi dans son processus d'institution et de réalisation l'ethnologie n'avait jamais regardé le bourgeois mais toujours le prolétaire ?

8FRANCOIS GILBERT : Et l'aristocratie ? Quel type de rapport peut-on établir à travers cette recherche entre la grande bourgeoisie de la ville et l'aristocratie dont les pratiques, me semble-t-il, sont un peu différentes ?

9BEATRIX LE WITA : On pourrait donner une définition sociologique de la bourgeoisie à partir de l'étude des stratégies matrimoniales. Il y a des recueils de généalogie de bourgeoisie ancienne, et on y trouve les stratégies d'alliance avec l'aristocratie, laquelle se réserve certaines familles de la bourgeoisie et réciproquement. Le bourgeois ne cesse de se poser la question de sa légitimité, on n'est pas bourgeois de droit divin, on l'est à chaque génération. Un bourgeois ne peut pas rester sur un acquis. Il ne le peut pas parce qu'il y a une remise en question à chaque génération ; de là, l'extraordinaire capacité d'adaptation et l'importance, pour eux, des stratégies scolaires. Il faudrait étudier les institutions scolaires, parce que c'est là que se jouent les choses essentielles.

10ROGER CORNU : Je voudrais apporter une précision : la distinction ne vient pas de Bourdieu, mais d'un livre fantastique de Gobelot qui s'appelle La Variable et le Niveau et où il fait référence à sa propre famille. J'ai aussi une question : au cours de votre enquête, avez-vous analysé les termes de parenté ? Il me semble en effet qu'il y a des termes de parenté clés, tels beau-frère et belle-sœur, et oncle et tante par exemple, qui ont une utilisation particulière dans certains milieux.

11BEATRIX LE WITA : Non, avec ma méthode d'enquête je ne pouvais pas étudier vraiment les termes de parenté. Comme je m'intéressais à l'ensemble de leur réseau, et à la mémoire qu'ils en avaient, j'étais obligée de forcer quelque peu la nomination et donc de nommer avant eux. J'ai néanmoins remarqué qu'on avait beaucoup de tantes, des femmes qui sont en fait des arrière-grand-tantes ou des cousines, mais qui ont joué un rôle particulier, notamment celles qui sont restées célibataires.

12ISAAC JOSEPH : Les usages de l'urbain qui sont le propre du bourgeois ont-ils un rapport avec le fait qu'il possède une résidence secondaire, c'est-à-dire qu'il a une possibilité de prendre du recul par rapport à l'urbain ? L'urbanité du bourgeois n'est-elle pas d'une certaine manière calquée sur l'urbanité de l'aristocrate qui avait, en effet, constamment cette possibilité de se retirer de la ville et du monde ?

13BEATRIX LE WITA : Les aristocrates n'étaient pas des urbains, en fait. Alors que le bourgeois l'est profondément et c'est sa définition la moins infamante. On nomme tout le monde dans notre société sauf le bourgeois. Aujourd'hui les choses changent, et les bourgeois se mettent à faire un certain exhibitionnisme. La venue de la gauche au pouvoir n'y est pas pour rien. Le bourgeois revendique une tradition culturelle, familiale, morale qui a pu être infamante à certains moments, mais qui ne l'est plus. On passe de l'ex-nomination comme disait Roland Barthes à l'exhibitionnisme. En fait, la bourgeoisie l'a toujours pratiqué dans la littérature. Cela a donné l'impression que la bourgeoisie était fort bien connue parce qu'on la voit partout, au cinéma, à la télévision ou dans nos ouvrages scolaires au lycée.

  • 1 Laura Nader “Up the anthropologist. Perspectures gained from studing up” in Del hymes Reinventing (...)

14JACQUES GUTWIRTH : Ce travail sur les classes bourgeoises et supérieures existe aussi aux Etats-Unis : il y a un article fameux de Laura Nader dans Reinventing anthropology1. Comment avez-vous fait pour pénétrer ce milieu ?

15BEATRIX LE WITA : C'est la question que les bourgeois eux-mêmes me posaient : d'où je venais ? En effet un bourgeois parle difficilement à quelqu'un quand il n'arrive pas à le situer. Ne faisant pas partie de ce milieu-là, j'ai donc usé d'intermédiaires, c'est-à-dire de gens qui appartenaient à la bourgeoisie et qui faisaient aussi partie de mon entourage professionnel ou amical, ou encore qui étaient en contact par leurs professions avec la bourgeoisie : par exemple, j'ai des amis avocats, qui, forcément, ont des collègues appartenant à de très vieilles familles de magistrats. Bien souvent, les familles qui m'ont reçu l'ont fait par amitié pour la famille de l'intermédiaire, cela rentrait dans un système d'échange en quelque sorte.

16GERARD ALTHABE : Enfin une étude sur les classes supérieures ! Mais elle pose un problème épistémologique relatif à l'inversion de la relation hiérarchique entre l'enquêteur et le sujet qui développe une sociologie indigène laquelle peut être médiatisée par la lecture de Bourdieu ! Cela me rappelle les informateurs indiens des réserves qui ont tous lu les livres des différents anthropologues américains et qui répondent suivant l'école à laquelle appartient le professeur qui vient les interroger ! Le problème de la sociologie indigène se pose aussi pour ceux qui se penchent sur les populations subordonnées. Elles sont encadrées par des gens avec qui les chercheurs sont de connivence : travailleurs sociaux, enseignants qui leur dictent très souvent les analyses.

17BEATRIX LE WITA : Dans un texte de 1924, Marcel Mauss énonçait les objets d'études privilégiés d'un sociologue : les hommes totaux, c'est-à-dire l'ouvrier, la femme, et les membres des sociétés exotiques, mais pas les hommes d'élite, qui sont divisés. Avec un bourgeois, on a affaire à un homme divisé dans son discours qui joue le jeu de l'objectivité. Ainsi lorsque, après diverses questions, je finissais par leur demander : comment avez-vous rencontré votre femme ? La réponse était : bien sûr, ce sont les déterminismes sociaux ! Autre exemple, je pouvais me permettre d'éprouver un informateur en lui disant : vous me dites que vous fréquentez tout le monde, je suis sociologue il me faut des preuves. Le carnet d'adresses était concluant !

18CHRISTIANE VIENNE : La mémoire généalogique a-t-elle la même importance pour la jeune génération, celle qui a vingt ans ?

19BEATRIX LE WITA : Dans le recueil de la généalogie, j'ai constaté très peu de différences entre les générations, hormis le langage. Les différences tiennent à la sélectivité de la mémoire. Après chaque génération, il y a des différences qui tiennent au problème des ascendants maternels : les femmes se transmettent beaucoup de choses, et en particulier toute la mémoire affective, alors qu'à la différence d'autres couches sociales il s'agit de familles où il y a une hypervalorisation du patronyme. Donc, comme la transmission passe par les femmes, elle est différente venant d'un père à un fils par exemple.

20MICHEL ORIOL : Alors que la bourgeoisie se mondialise dans son rôle économique, quelles sont la fréquence et la signification du mariage avec une bourgeoisie étrangère ?

21BEATRIX LE WITA : Sur dix familles parisiennes, j'ai vu des femmes mariées à des étrangers mais pas l'inverse.

22DANIEL TERROLLE : Avez-vous utilisé en parallèle de ces interviews les Who's Who français et étranger ? En suivant les noms, les patronymes aussi bien des femmes que des hommes, on voit les stratégies d'alliances ; ils contiennent aussi des informations sur les domaines, sur les lieux de résidence, sur les installations de sports et de loisirs. Il y a là un outil de travail.

23BEATRIX LE WITA : Il a été utilisé notamment par D. Berteaux qui est un des seuls, à mon sens, à avoir travaillé à la fois sur la généalogie et sur le Who's Who. Mais le maniement me paraît très long ; je préfère la démarche que j'ai suivie parce qu'elle m'introduit dans un milieu, et qu'elle permet de situer les informations dans un ensemble de rapports sociaux.

24ISAAC JOSEPH : Je voudrais revenir sur l'inversion du rapport hiérarchique de l'enquêteur et de l'enquêté lorsqu'on travaille sur des bourgeois qui ont lu Bourdieu. On ne peut pas faire l'hypothèse que les milieux défavorisés n'ont pas aussi une sociologie à leur disposition. Le sociologue, quel que soit l'encadrement de son regard par travers sociaux ou informateurs interposés, appréhende un matériau qui est déjà un matériau prétravaillé par son interlocuteur ; les acteurs sociaux, qu'ils soient bourgeois ou maghrébins, ont effectivement ingéré leur image, et donc leur statut ou plutôt la définition sociale de celui-ci. La question de la désignation même des acteurs pour lesquels on travaille est tout à fait importante et tout à fait problématique. Si on fait l'hypothèse d'une indétermination relative de l'identité sociale, objet d'un enjeu : suis-je ou non bourgeois, ne faut-il pas travailler sur les dilemmes de statuts, et dans ce milieu, sur les brebis galeuses ? Y en a-t-il ? Comment sont-elles désignées ? Quel type de processus d'insertion dans le milieu bourgeois peut-on lire à partir de ce rapport à la brebis galeuse ?

25BEATRIX LE WITA : Il n'y a pas de brebis galeuse, enfin... il y a des brebis galeuses appropriées à chaque éthique familiale. Ce peut être un divorcé. On n'épouse pas un juif quand on est catholique. On n'épouse pas non plus un moins bourgeois que soi ! En fait, la bourgeoisie est profondément hétérogène. Mais quand les bourgeois disent que pour se définir il faut trois générations, il s'agit de savoir à partir de quoi on est bourgeois. Ils ne veulent plus se définir par leurs fonctions, parce que celles-ci sont accessibles à des gens d'autres classes sociales. Reste pour se définir l'éducation et la filiation. Et c'est un phénomène nouveau de vouloir se définir par le milieu et la possession d'un capital historique. Jusqu'à présent les bourgeois ne voulaient pas être nommés, maintenant ils l'acceptent en référence à la possession d'un capital historique que d'autres gens qui accèdent à des fonctions aussi importantes que leurs fils n'ont pas.

26PATRICIA PAPERMANN : D'après ce que vous avez dit, vous étiez située comme n'appartenant pas au milieu bourgeois. La définition donnée par les acteurs eux-mêmes, fondée sur la filiation et l'éducation n'aurait-elle pas été différente si un bourgeois s'était trouvé en face du répondant ? La situation d'entretien ne contextualise-t-elle pas les résultats ?

27FRANCOISE CRIBIER : Il y a, à mes yeux, dans cette très intéressante communication un point faible, c'est l'absence de comparaison entre classes. Le rapport affectueux par les femmes dont vous avez parlé, n'a rien de propre aujourd'hui en France à cette classe sociale-là ; de même, à propos des résidences secondaires, les autres classes ont aussi une résidence secondaire mais n'en font pas le même usage : les grands bourgeois sont ceux qui vont le moins dans leurs résidences secondaires parce qu'ils ont à faire à Paris le vendredi soir, le samedi après-midi, le samedi soir et le dimanche. Ils y vont beaucoup moins que les petits-bourgeois qui bourrent la voiture dès 17 h 30 le vendredi. Parmi les nombreux facteurs d'inégalité, leur capacité de parler de la ville, de parler d'eux-mêmes me semble importante. Alors que dans les classes populaires, si les gens sont de très bons observateurs de leur travail, en revanche, ils sont de très mauvais observateurs d'à peu près tout le reste, et notamment de leur mode de vie, de leur affectivité, de leur sociabilité, et c'est une grande différence avec une grande bourgeoisie qui sait se mettre en discours et produire un certain type d'analyse. Le problème que je soulève ici, c'est celui de la différence de capacité d'expression et d'interprétation d'un groupe à l'autre.

Notes

1 Laura Nader “Up the anthropologist. Perspectures gained from studing up” in Del hymes Reinventing anthropology. New York Random House, 1974.

Notes de fin

* Cf. Article : Familles dans la ville, Terrain, octobre 1984, n° 3, pp. 32-37.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable