Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Systèmes économiques et systèmes sociaux à Annonay dans l’entre-deux-guerres

Bernard Ganne

Texte intégral

COMMUNICATION ORALE*

  • * Cf. Publications de B. Ganne : "Gens du cuir, gens du papier", CNRS, 1983, 226 p., Lyon ; Gens du (...)

1Dans le cadre de l'étude "villes moyennes" dont a parlé Jean-Claude Garnier, la ville d'Annonay nous intéressait pour les raisons théoriques suivantes : on y trouve un concentré de trois types d'industries traditionnelles - le cuir, le textile et le papier-carton - et face à cela, le développement d'un gros établissement industriel, atteignant à une certaine période les 3 000 salariés, la SAVIEM. Le processus de concentration industriel se marque de deux façons, par un certain déclin des industries traditionnelles et par la très forte expansion de l'industrie automobile. Quels sont les effets sur les relations entre les couches sociales et sur la gestion politique de la ville de ce phénomène dans une ville moyenne ? Je suis parti d'une interrogation de sociologie politique ; nous faisions l'hypothèse lors de notre première approche qu'un gros établissement de type SAVIEM, intervenant dans une ville de 25 000 habitants, allait casser tout le système social local, un peu comme Citroën à Rennes : imposer un mode de recrutement, un certain mode d'habitat, etc. Or, au fur et à mesure de l'étude, nous sommes allés d'étonnement en étonnement, et nous avons été amenés à adapter la méthode, et à procéder à un bricolage historico-anthropologique car l'hypothèse de départ ne marchait pas du tout. La SAVIEM, loin de casser tout le système social local, avait en fait suivi le modèle prévalant à Annonay et qui est proche du système PME traditionnel de la fin du xixème/début du xxème siècle que l'on peut voir dans un certain nombre de villes moyennes françaises. Autre étonnement : cette ville à 80 % ouvrière, avec une tradition très forte encore vivante aujourd'hui n'a pas été du tout une ville rouge, mais au contraire une ville qui, depuis le début du siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, a été gouvernée par une municipalité de droite et a même élu, en 1936, au premier tour, Xavier Vallat, un des leaders de l'Action française, comme député dans la circonscription. Nous avons été ainsi amenés à voir que cette ville n'était pas clivée socialement et politiquement selon un modèle du type "Monopoleville", mais qu'elle était très fortement structurée autour de ses deux modèles industriels dominants : le cuir d'un côté, et le papier de l'autre. Au niveau du zoning social, qu'il s'agisse des implantations d'usine ou de l'habitat ouvrier, c'était tout à fait clair. En creusant encore l'étude historique, nous nous sommes aperçus que ces clivages renvoyaient également aux divisions politiques : lors des affrontements municipaux, il y avait d'un côté les gens du papier, de l'autre les patrons et les ouvriers du cuir. De la même façon, nous nous apercevions que nous avions affaire à deux types de structuration syndicale qui ne fonctionnaient absolument pas de la même façon ; d'une part le syndicat du cuir, extrêmement revendicatif qui constituera la base du parti communiste après 1936, et de l'autre, une espèce de syndicalisme ouvrier très intégré. Il n'était pas question d'union locale, que ce soit au niveau des procès de travail ou à celui du système de capital mobilisé. Il y a deux systèmes très tranchés tant du point de vue patron que du point de vue ouvrier : le papier est une industrie très capitalistique qui nécessite une certaine continuité et donc une fixation de la main-d'œuvre. Les papetiers avaient leur village papetier et étaient organisés, non pas sur le modèle des villes ouvrières du xixème siècle, mais plutôt selon un modèle d'aristocratie terrienne appliquée à l'industrie. On appartient à une maison, on célèbre chaque année la fête du maître, la fête des Mont-golfier, celle de la maison à laquelle on appartient : c'est un monde où la mobilité sociale est inexistante. Face à cela, un monde très différencié du précédent, à savoir le monde du cuir qui, lui, au lieu d'être capitalistique est spéculatif. Il faut savoir acheter les peaux, c'est un point fondamental, alors que le savoir technique relatif à la transformation des peaux est possédé par les grands ouvriers. C'est une industrie avec un type de patronat différent, des fortunes qui se font et se défont, une ostentation des richesses. A cela s'ajoute le clivage religieux catholique/protestant très marqué entre ces différentes branches industrielles. Annonay était encore jusqu'à la période de l'après-guerre, un monde relativement clivé où il n'y avait donc pas d'identité locale ; Annonay n'existait pas et avait des structures très compartimentées. Compartimentage entre les branches industrielles, cuir et papier, mais aussi entre les différentes institutions locales régissant la ville. La municipalité avait son domaine réservé et la chambre de commerce le sien propre, il n'était pas question qu'elles empiètent sur le domaine de l'une ou l'autre. Pour des raisons financières, au lieu d'étudier à la fois le secteur cuir et le secteur papier, dans un premier temps nous nous sommes cantonnés au secteur cuir. Et très vite, nous nous sommes aperçus qu'on ne pouvait pas analyser tout le secteur cuir avec le financement imparti et aussi avec les forces que nous pouvions mobiliser, qu'il fallait encore restreindre le champ de recherche et se contenter d'étudier le secteur de la mégisserie. A Annonay, le cuir se divise en deux secteurs : la mégisserie et la tannerie. En deux mots, la mégisserie c'est le travail des peaux de chevreaux pour faire des gants (système de la ganterie de la région de Grenoble) et la tannerie c'était le travail du cuir de veau pour les chaussures. Il ne s'agit pas des mêmes techniques : si le processus de fond est identique, l'organisation d'entreprise n'est pas du tout la même. A notre surprise en remontant jusqu'en 1900/1910 nous nous sommes aperçus que le secteur de la mégisserie n'avait aucun lien avec celui des tanneries. Et que, de plus, à l'intérieur même du secteur de la mégisserie, il y avait deux opérations de base : d'une part, le travail de rivière qui est le dépoilage et la préparation des peaux pour le tannage, et d'autre part, le finissage, le palisson-nage. Deux types d'opérations extrêmement différentes, les palissonneurs étant précisément les ouvriers qualifiés, qui sont très recherchés pour leur savoir-faire et sont payés à la pièce. Les études historiques - et nous avons commencé à progresser dans ce sens là - montrent que palissonneurs et mégissiers avaient chacun leur syndicat tout à fait corporatiste. Toutes les grèves se faisaient indépendamment les unes des autres. L'hypothèse d'une structuration sociale très forte autour du métier allait encore bien plus loin que ce que nous pensions dans la mesure où, à l'intérieur de la mégisserie même, on avait deux types de syndicats qui ne se recouvraient pas et qui même se défendaient l'un contre l'autre. Avec deux historiennes du centre Pierre-Léon, nous avons dépouillé les registres de mariage, et nous avons trouvé des choses tout à fait étonnantes sur l'endogamie des mégissiers par rapport aux gens du cuir. Actuellement, nous essayons de poursuivre ces analyses sur le plan de la vie sociale ; on s'aperçoit que toutes les associations sont doublées, suivant les différents clivages dont nous venons de parler. Donc, en conclusion de cette première recherche, l'identité locale, à cette époque au moins, nous ne la connaissons pas. Je suis en face d'un local complètement éclaté, un local en miettes. Ce qui me semble important, c'est de bien relier les questions d'identité à celles des activités non pas de travail, non pas d'entreprise, mais activités au sens large. Il me semble que très souvent nous avons la nostalgie d'un local unifié. Je suis frappé d'une chose, c'est qu'à chaque fois qu'on se réfère au local et qu'il existe comme tel, c'est-à-dire qu'il y a coïncidence entre l'identité sociale et l'identité locale, il s'agit de cas très particuliers où les activités sont relativement unifiées ; soit le milieu rural, soit des villes de monoactivité. En fait, Annonay n'existait pas comme référent et il y avait des entités qui ne se recouvraient pas. C'est dans le sens de ce que J.P. Worms avait pu décrire comme le système notable, le notable qui sert de couverture symbolique à la division très forte entre les différents groupes sociaux. Le local en tant que tel est une création tout à fait récente. Il faut réfléchir à un autre niveau peut-être en réactualisant d'une autre façon certaines perspectives structurales ou marxistes. Le local est peut-être actuellement un moment important constitutif de la socialisation d'un certain nombre de couches. Il est en train de s'instaurer et, ce faisant, il gomme les différences que précisément il prétend défendre. On peut se demander s'il ne s'agit pas d'un moment particulier, alors que le système antérieur ne fonctionnait pas comme ça, et que d'autres couches sociales actuellement sont en train de se constituer sur une toute autre base que le local.

DISCUSSION

2JACQUES GUTWIRTH : Je souhaiterais avoir quelques précisions sur le bricolage historico-anthropologique.

3BERNARD SANNE : Le bricolage, c'est à la fois utiliser des documents et des histoires de vie et les mixer pour arriver à sortir autre chose. On a retrouvé par exemple des documents de 1923, y compris les photos sur le procès de production dans une mégisserie. On s'en est servi comme support, pour faire réagir les gens et certains ont retrouvé des bouts de mémoire.

4JACQUES GUTWIRTH : C'est une démarche que j'appellerais cybernétique.

5ROGER CORNU : On retrouve la question à laquelle nous sommes tous confrontés, la question de la relation entre mémoire et histoire. A propos de récits de vie, Althabe disait à juste raison qu'ils parlent du présent en utilisant des matériaux historiques. Ils ont une double dimension historique, et symbolique. Pourquoi l'histoire ? Bernard Ganne a posé une très bonne question. L'identité - ou l'unité plus exactement -du local dans ces villes industrielles s'est constituée de manière récente. Au bout du compte, le travail consiste, tout en prenant en compte la dimension symbolique, à vérifier l'histoire, parce que dans ce qui est raconté, il y a des éléments historiquement datables. Dans notre propre travail, nous avons pu déterminer une période qu'on peut dater à deux ou trois ans près et qui constitue la référence historique du discours présent. La référence à cette période qui s'étale entre 1944 et 1949 et la constitution de l'unité de la commune coïncident parfaitement. Ce n'est donc pas un hasard s'il y a cette espèce d'emphase sur une période, même si elle est déformée.

6GERARD ALTHABE : Dans les problèmes abordés par Bernard Ganne, on peut voir l'esquisse d'une anthropologie urbaine. Il s'agirait d'étudier comment s'organisent les différents espaces sociaux séparés dans le cadre de l'ensemble de la ville ; pour ce faire, la notion d'identité n'est absolument pas utilisable.

7ISAAC JOSEPH : Dans le même sens, je vois dans le terme d'identité, qu'elle soit locale ou non, un rapport. En conséquence on ne doit pas rechercher des identités substantifiables, datables, dans telle ou telle couche de la mémoire. Je me demande si, à réfléchir sur les identités sociales, on ne devrait pas en revenir au B.A. = BA du chercheur d'il y a quelques années qui essayait de retrouver des rapports sociaux et pourquoi pas des interactions.

8FRANÇOISE CRIBIER ; La distinction entre l'identité et l'unité est effectivement le problème essentiel. Ce qui est mystificateur, c'est de nous faire croire que tous les gens qui habitent en un lieu communient dans l'identité. D'autre part, quand vous dites : le local sert à la socialisation de certaines couches, c'est ça qui m'intéresse. Quelle est la stratégie, quel est l'enjeu, quelle couche sociale est définie comment ? J'aimerais que l'ethnologie urbaine ne s'engage pas, comme l'ethnologie rurale, dans une perspective passéiste qui conforte les conservatismes intellectuels.

9JEAN METRAL : Justement, nous, ethnologues, ne faisons-nous pas trop souvent le village dans la ville ? La ville, hier et aujourd'hui, n'est-elle pas toujours mosaïque, qu'on l'aborde par le biais du citadin ou par celui de l'activité professionnelle, ou encore du local ? Il faut au moins poser comme hypothèse de départ, l'idée d'une mosaïque... Une question : que voulez-vous dire quand vous dites : les couches se constituent sur une autre base que le local ?

10BERNARD GANNE : S'il y a effectivement des couches aussi bien à droite qu'à gauche, des couches de gestionnaires aussi bien du secteur public que du privé (PME) qui ont conscience de l'identité locale d'Annonay, et la volonté d'intervenir économiquement pour défendre cette ville, il me semble que c'est un moment, et que cette période où un certain nombre d'associations se sont constituées, disons depuis 1968, sur une base localisée valorisant le quartier, le local, va s'achever.

11JEAN METRAL : En travaillant sur deux séries d'histoires de vie à Givors concernant les métallos et les verriers, nous avons essayé de comprendre pourquoi, à un moment donné avec le secours de la municipalité, du P.C. et de la C.G.T. c'est l'image du métallo qui est devenue le mythe local. Le cas d'Annonay n'est pas unique. Pour reprendre la remarque de Françoise Cribier, à Givors, ce qu'on a vu fonctionner pour les hommes, on ne l'a pas vu du tout pour les femmes. Autrement dit la famille, contrairement à ce qui a été dit à propos de Port-de-Bouc, ne fonctionne pas comme surface de recouvrement des différentes identités professionnelles.

12BERNARD GANNE : Ce n'est pas un cas unique, c'est la dominante des villes moyennes à structure pluri-industrielle où à cette époque l'identité se construisait à partir des activités .

13JEAN-CLAUDE GARNIER : S'il y a construction à partir de séries de pratiques professionnelles et extraprofessionnelles de divers modèles sociaux, la question qui se pose à travers le local c'est de savoir pourquoi, dans ce territoire, l'un de ces modèles devient un modèle social dominant ? Et pourquoi, à telle époque, il est modèle dominant et ne l'est plus à telle autre ? Telle est la question de fond.

14ISAAC JOSEPH : Il me semble que les chercheurs et l'administration de la recherche ne portent pas toute la responsabilité de cette dérive vers une pensée des enclaves localistes. Des discours politiques récents énoncent très clairement que la civilisation urbaine n'existe pas, et que au-delà de la modernité, elle est encore à découvrir. Donc, pour le politique, la tendance à localiser peut se comprendre tout à fait comme la volonté de constituer des identités maîtrisables et des espaces appropriables par les acteurs sociaux qui y vivent. Mais il me semble que l'histoire de la recherche urbaine ne va pas dans ce sens là, notamment lorsqu'elle se réfère à l'idée de mosaïque. Une mosaïque, c'est une structure faite de pièces rapportées d'une part, et juxtaposées d'autre part. Et le fait qu'elles soient rapportées a fait que constamment l'anthropologie urbaine n'a travaillé que sur les pathologies de la transplantation. Si la constitution d'unité sociale homogène est le rêve de l'anthropologue, de fait il ne travaille que sur des dysfonctionnements, que sur des effets de transplantation et sur de faux villages. Le travail sur quelque terrain que ce soit montre que, de toutes les manières, on a affaire à des populations hétérogènes à l'échelle d'un quartier et que ça n'est pas parce qu'on travaille sur un village qu'on retrouve une communauté.

15GERARD ALTHABE : Il y a en effet, une interaction très intéressante entre le discours politique et la production sociologique. Ce discours-là qui se retrouve dans la sociologie urbaine, pose que l'urbain ce n'est pas la production, ce n'est pas l'usine. Par ailleurs, il faut banaliser la notion de crise. L'anthropologie est bien plutôt confrontée à des situations de transformations sociales. La crise, c'est ce qui est ressenti par les sujets, mais nous n'avons pas à nous inscrire directement dans le sentiment qu'ils ont. Cette impression que nous faisons une anthropologie autre parce que nous serions en situation de crise ne naît-elle pas de la référence à une anthropologie de situation de non-crise dans le monde rural, et surtout dans les pays lointains exotiques ? La différence n'est pas inhérente à ces sociétés-là, elle s'explique par le fait que les ethnologues qui les ont étudiées les ont vues sans crise, sans transformation, sans rien.

16Mais ça, c'est leur problème à eux.

17ROGER CORNU : Il y a quelque chose dont on n'a pas parlé qui est important, c'est le problème des finances locales. La désindustrialisation, cela signifie la disparition de l'essentiel des finances locales. La désindustrialisation a donc un impact sur l'ensemble de la vie de la population. Il est caractéristique que dans le secteur industriel, le problème du local naît avec la fermeture des puits de mine et la faillite financière des communes minières, et les premières études dans ce domaine ont été effectuées dans ces lieux. Depuis 1973, ce problème touche de nombreuses communes qui se sont constituées dans la première phase de l'industrialisation. Il ne faut pas perdre cela de vue quand on aborde le problème de la référence du local.

18BERNARD GANNE : Les fonctions communales ont aussi énormément changé. Aujourd'hui, les communes doivent construire des logements, doivent faire de l'économie. Les fonctions communales, en système plus centralisé, se sont beaucoup démultipliées et elles deviennent effectivement constitutives en partie du local.

19ALAIN MOREL : L'interprétation de Roger Cornu est tout à fait intéressante, mais elle ne s'applique pas à l'ensemble des revendications de local, de localisme, d'identité régionale. Les interlocuteurs ne sont pas en effet toujours des communes, des municipalités ou des collectivités locales ; ce peuvent être, par exemple, des associations très indirectement concernées par les finances locales.

Notes de fin

* Cf. Publications de B. Ganne : "Gens du cuir, gens du papier", CNRS, 1983, 226 p., Lyon ; Gens du cuir, gens du papier, Terrain, mars 1984, n° 2, pp. 4-17.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540