Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Port-de-Bouc d’hier et d’aujourd’hui : une ville à renaître

Jean-Claude Garnier

Texte intégral

COMMUNICATION ORALE*

  • * Cf. Article "Port de Bouc d’hier et d’aujourd’hui : une ville à renaître”, Terrain, mars 1984, n°  (...)

1Le travail dont je vais parler s'est fait sur la ville de Port-de-Bouc, mais il doit être rapporté aux recherches auxquelles j'ai pu participer auparavant. Tout d'abord, l’étude dite "Ville moyenne" effectuée sur trente-trois villes de la région Rhône-Alpes. Elle avait pour objet l'analyse selon une méthode statistique des transformations sociales et économiques de ce type de ville. On les a découpées en rondelles selon une multitude d'indicateurs et on a effectué un traitement informatique. Ce type de recherche permet d'établir des profils de ville dans leur structure et dans leur évolution, des espèces de familles d'une certaine manière ; mais il ne permet pas de répondre à la question du "pourquoi ces familles, et pourquoi ces transformations ? " Il donne les résultats mais pas les processus qui ont amené à ces résultats.

2Dans un deuxième type de recherche, j'ai travaillé sur Manosque. Là il s'agissait d'analyser en profondeur le fonctionnement interne d'une communauté sociale et notamment la relation qui pouvait exister entre les groupes sociaux locaux et leur dynamique interne, plutôt que d'avoir une analyse comparative relativement externe et morphologique. Cette étude a rencontré un certain nombre de difficultés. Tout d'abord, comment articuler cette analyse des groupes sociaux locaux avec la communauté sociale d'ensemble ? Quel lien y avait-il entre chacun de ces groupes et la communauté locale ? Se posait alors la question du statut du local : devait-il être considéré comme une des catégories du social ? Deuxième type de difficulté : comment mettre en relation ces groupes sociaux analysés localement, avec une appréhension plus globale ? Quel type de lien pouvait-on faire par exemple avec une analyse générale en terme de classe ? Troisième type de difficulté : celle relative à la définition de l'identité locale. Elle était toujours considérée comme un donné de fait, dans la mesure où, la plupart du temps, on considérait que cette identité, produit d'une longue histoire, était là et qu'il n'y avait pas à la remettre en question. Et c'est sur une interrogation que j'ai terminé la recherche sur Manosque : finalement de quelle identité s'agit-il ? Comment se construit une telle identité sociale ? C'est avec ces questions que j'ai abordé l'étude sur Port-de-Bouc.

3Port-de-Bouc est une ville nouvelle du début du xixème siècle. En 1820-1830, Port-de-Bouc était un espace relativement vierge, il n'y avait que 50 habitants sur le lieu : il était donc intéressant de voir comment, à travers la constitution d'une communauté sociale, pouvait s'élaborer une identité collective. Quelles étaient les conditions matérielles et sociales ayant produit cette identité collective, en même temps qu'elle produisait la communauté elle-même ? Comment, alors que cette identité est fortement connotée sur le plan idéologique et politique dans la région, faire la liaison avec une analyse en terme de classe ? Je vais décrire brièvement ce qui m'apparaît être ces conditions. En premier lieu, il y a la situation historique d'origine qui n'est pas exceptionnelle dans notre région, un certain nombre de villes ayant été constituées à partir d'un quasi-désert. Sur ce lieu, qui était un port au départ, un abri plus exactement, plusieurs industries d'extraction et de première transformation des matériaux s'implantèrent successivement. Par la suite, en 1899 exactement, le chantier naval s'est établi. La construction du milieu industriel s'est faite par appel de populations immigrées venant essentiellement des communautés ethniques des environs de la Méditerranée. On a recensé jusqu'à 25 nationalités, et des rapports de police datant de 1936, qualifiaient Port-de-Bouc de véritable colonie étrangère. Cette colonisation s'est : faite d'une façon originale : il n'y a pas vraiment eu de groupe social dominant. Les autochtones, si l'on peut dire, étaient très peu nombreux et les Français étaient eux aussi des immigrés puisqu'ils venaient d'autres régions. Cette ville s'est construite dans ce que j'appellerai un "espace social ouvert". Le deuxième grand facteur caractéristique de constitution de cette communauté est un facteur d'homogénéité sociale. La structure industrielle avait cette caractéristique d'avoir un emploi extrêmement fluctuant, ce qui fait que, continuellement, les gens étaient débauchés et réembauchés ailleurs. Un brassage très important s'est donc opéré. Il y a même eu une stratégie des familles ouvrières qui, sciemment, envoyaient leurs membres dans les différents types d'industries pour, d'une certaine manière, gérer l'incertitude de l'emploi. Troisième type de facteur, et le plus important, c'est la création des chantiers qui ont constitué un véritable support social de cette identité collective parce qu'ils peuvent être considérés comme un résumé de toutes les composantes sociales de cette ville ; en même temps, ils introduisaient des phénomènes de hiérarchisation en étroite relation avec ce qui se passait à l'extérieur. Il y avait une espèce de recouvrement de l'identité fondée sur le travail avec l'identité de la communauté sociale au sens large du terme ; même si les chantiers n'employaient pas tout le monde, ils ont constitué une espèce de matrice de l'identité commune. Ces trois facteurs me semblent fondamentaux dans la structuration de l'identité sociale de Port-de-Bouc. Cette identité a été elle-même productrice, je dirais, d'un homme nouveau : on a pu repérer des profils de travailleurs caractéristiques de ce qu'étaient les conditions dans lesquelles ils ont travaillé, et qui subsistent encore maintenant, bien que le chantier ait disparu. Ils ont gardé une pratique sociale et professionnelle qui était celle des chantiers et qui sont l'expression vivante de cette identité. C'est encore vrai pour leurs enfants, dans la mesure où ils sont amenés à se situer par rapport à ce modèle.

4Cette identité est maintenant en crise. Les chantiers ont disparu en 1966, c'est-à-dire que le support social de constitution et de reproduction et en même temps, les conditions de structuration actuelles dans le travail et en dehors du travail ont complètement changé. Le recouvrement presque total entre la vie professionnelle et la vie locale d'autrefois a été quasiment inversé dans la mesure où, aujourd'hui, sur le littoral de l'étang de Berre prévaut une situation d'éclatement des espaces d'activité sociale, professionnelle, commerciale, résidentielle. Il y a maintenant à Port-de-Bouc deux générations qui ont des manières de vivre l'identification à la localité, à la communauté locale complètement contraires.

  • 1 L'étude réalisée sur Port-de-Bouc a donné lieu à la publication d'un rapport : BOUFFARTIGUE P., CO (...)

5Je veux dire qu'actuellement une nouvelle identité est en train de se créer et qu'elle est vraisemblablement le produit de l'accumulation de ces phénomènes, mais cela nous renvoie à de futures recherches1.

6DISCUSSION

7ROGER CORNU : Je voulais ajouter deux choses. Nous nous sommes trouvés en face d'une opération culturelle axée sur la mémoire ouvrière identifiée à la mémoire de la ville. La référence au passé et à l'histoire était donc un passage obligé. Une autre chose qu'on peut décrire de cette manière : les industries drainaient et en même temps licenciaient de la main-d'œuvre ; celle-ci repartait en masse vers l'extérieur. Toute l'histoire de la ville est scandée par ces départs au chômage, départs pour 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans et puis les gens reviennent. Des émigrés qui, ayant à peine posé leur balluchon a terre, sont pratiquement expulsés par le chômage, et qui pourtant reviennent là, et s'affirment Port-de-Boucains, avec une force incroyable. Il y a là une question centrale, que nous avons essayé d'éclairer, mais en termes d'identité. Alors que pour d'autres villes, on parle de gens enracinés depuis longtemps, à Port-de-Bouc on a affaire à un melting-pot, une tour de Babel même pendant un certain temps, et pourtant, quelque chose s'y installe, une identité se forme et il y a une structuration suffisamment forte pour que les gens, chaque fois qu'ils sont au chômage ne partent que pour un certain temps et reviennent. Voilà la question essentielle à laquelle nous avons été confrontés.

8FRANÇOISE CRIBIER : Je ne comprends pas ce qu'est cette identité. Est-ce que, vraiment, sur les 20 000 habitants de Port-de-Bouc vous pouvez dire que pour les filles de 20 ans, les femmes de 40 ans, les femmes de 70 ans, leur identité sociale, c'est le chantier ? Comment avez-vous défini l'identité sociale ?

9JEAN-CLAUDE GARNIER : Je ne l'ai pas définie puisque c'est justement le problème auquel nous sommes confrontés ! Le chantier naval ne concernait effectivement qu'une minorité de travailleurs. Mais il a été au centre de la structure sociale professionnelle de toute la ville en tant que lieu de formation, de qualification de la main-d'œuvre pour l'ensemble de la communauté car les gens circulaient entre les chantiers et les entreprises. Il formait vraiment un lieu "matrice". Par ailleurs, un autre facteur d'identification de l'ensemble de la communauté au chantier a pu être les luttes sociales dont il a été le cadre, en particulier dans trois temps forts de ces luttes. Le premier temps fort a été la période de la Libération : en 1945, les chantiers ont été réquisitionnés parce que les patrons avaient collaboré. A la suite de cela, une période de gestion ouvrière des chantiers est intervenue, qui a concerné toute la communauté locale. Le second a démarré en 1949 lorsque le patronat est réapparu sur la scène et a voulu reprendre la direction effective des opérations ; il y a eu 4 mois de lutte dans lesquelles l'ensemble de la communauté sociale a été partie prenante. Enfin, troisième temps fort, en 1966, année de la fermeture des chantiers où là encore, les luttes ont touché tout le monde. Le recouvrement entre l'identification au travail dans les chantiers et l'identité de la communauté locale s'est opéré de cette façon-là. Cela a produit des gens que l'on peut considérer comme des travailleurs des chantiers, qu'ils y aient ou non travaillé, car la qualification sociale est aussi importante que la qualification professionnelle. Ces qualifications continuent à exister encore maintenant non seulement pour les anciens qui travaillent à Fos-sur-Mer, à Ugine-Aciers, mais aussi pour leurs enfants, en positif ou en négatif : en positif dans la mesure où certains reproduisent le modèle tel quel, en négatif parce que d'autres, d'emblée, nient les valeurs du travail telles que les ouvriers de l'époque pouvaient les affirmer ; mais en même temps ils reproduisent les migrations professionnelles de leurs parents. Ils se débrouillent et ne restent jamais prisonniers d'un endroit plus de six mois.

10FRANÇOISE CRIBIER : Cela est très convaincant pour la société masculine de Port-de-Bouc, mais qu'en est-il pour les jeunes filles, les jeunes femmes ?

11JEAN-CLAUDE GARNIER : Sur ce problème, je reprendrai l'exemple des luttes. Dans l'ancienne forme de relation militante, la femme est d'abord au sein de la famille, lieu de cristallisation sociale de l'échange des diverses expériences des différents membres de la famille. Deuxièmement, elle participe à la lutte. Elle n'assure pas que l'intendance, en 1949, au moment du lock out par exemple, les femmes ont été faire une conduite de Grenoble au directeur tous les matins. Cela a complètement changé aujourd'hui, à savoir qu'un des aspects de la crise d'identité tient au fait que les femmes de Port-de-Bouc sont à 100 km du lieu de travail de leurs maris, et qu'à la distance géographique s'ajoute la dislocation des aires de pratique sociale ; elles ne savent pratiquement plus ce que font leurs maris y compris au moment des luttes. De plus, elles travaillent aussi. Il y a un renversement. On a là deux modes de fonctionnement qui, actuellement, sont empilés.

12FRANCOIS PORTET : Au sujet de la relation entre identité masculine et identité féminine, il y a un parallèle avec Montceau-les-Mines. On donnait aux mineurs un sobriquet lié au travail dans la production : soit des noms d'oiseaux, soit des noms qui symbolisent la force, le courage, et d'autres qualités encore. Ces sobriquets passaient toujours du mari à la femme, c'est-à-dire qu'on disait "la" suivi du sobriquet en question. Cela rejoint le texte de Françoise Zonabend, "Pourquoi nommer", où elle montre qu'en fait, identité masculine et identité féminine sont fortement reliées. Les qualités de l'homme étant quelque peu transférées à la femme.

13GERARD ALTHABE : J'aimerais avoir des informations sur la démarche d'enquête. Cette notion d'identité sociale, ne vous a-t-elle pas été dictée en fait par l'action culturelle dont vous avez parlé et dans laquelle vous vous êtes trouvé impliqué ? Mais alors, je suppose que vous avez étudié aussi ce que voulait dire, en 1980, cette recherche d'une identité sociale dans le cadre d'une ville qui est en crise…

14JEAN-CLAUDE GARNIER : La question d'identité posée comme telle n'est pas propre à Port-de-Bouc. A Manosque où j'ai travaillé avant, on parlait aussi de l'identité manosquine comme si c'était un donné de fait. Il est sûr que dans la situation de rupture que connaît actuellement Port-de-Bouc entre une identification à une communauté locale sur les anciens modèles et les nouvelles conditions dans lesquelles se structurent les populations actuelles, le terme même d'identité était un enjeu dans l'existence même de la ville. Ainsi, sur la place des chantiers qui a été au milieu de la ville, après la fermeture et pendant quinze ans un espace vide, la municipalité est en train de construire un centre-ville dans lequel elle souhaite manifester l'identité antérieure tout en l'intégrant à l'identité de la nouvelle population. Il serait intéressant de voir comment s'opère la recomposition des deux identités sur un nouveau lieu qui n'est plus un lieu de travail mais un lieu de consommation.

15CECILE ZERVUDACKI : Vous parlez précisément de la composition d'un melting-pot. S'agit-il d'une sorte de magma indifférencié des diverses populations étrangères, ou bien y a-t-i un milieu structuré ?

16JEAN-CLAUDE GARNIER : Les différentes communautés se sont structurées à la fois dans des habitats et dans des entreprises où elles ont eu la possibilité de se maintenir en tant que telles. En plus, à Port-de-Bouc, il y avait des séparations dites naturelles : le canal, le chemin de fer. Il y avait des cloisonnements entre les quartiers, cloisonnements relatifs qui ont permis le développement de spécificités culturelles qui existent encore.

17CECILE ZERVUDACKI : Toutes les nationalités d'origine immigrés sont-elles actuellement structurées en communautés ? Je vous pose cette question parce que si les plus fortes colonies ont été les Italiens, les Espagnols et les Grecs avec 400 ou 500 membres chacune, il semblerait qu'il y ait eu aussi des Arméniens, des Maltais, des Tchécoslovaques, des Polonais. Alors où sont passés les Tchécoslovaques, les Polonais, les Maltais et autres ? Je travaille sur un terrain qui ressemble beaucoup au vôtre (Pont-de-Cheruy dans l'Isère). Les communautés d'Italiens et d'Espagnols ont disparu, et ce, non parce qu'elles ont quitté l'endroit, mais parce qu'elles se sont totalement assimilées à la population française. Alors pourquoi certaines communautés, certaines colonies se structurent-elles en communautés et se maintiennent-elles et pas les autres ? Est-ce semblable à Port-de-Bouc ?

18JEAN-CLAUDE GARNIER : Je crois qu'effectivement il y a un phénomène de nombre !

19CECILE ZERVUDACKI : Je ne le crois pas. Deux mille Russes sont arrivés - je parle de mon terrain - dans les années 20, contre seulement 500 Grecs ; les Grecs, ils sont toujours là en tant que Grecs, alors que 2 000 Russes sont devenus français. Vous vous référez à deux paramètres : le travail et la localisation. Puis vous établissez un rapport de cause à effet en disant que c'est parce qu'ils sont tous du chantier naval et tous dans des quartiers séparés qu'ils continuent à représenter des communautés. Ce n'est pas une explication. J'étais aussi partie des hypothèses de type écologique et je me suis aperçue qu'en fait les raisons pour lesquelles la communauté étrangère particulière que j'étudie subsistait en tant que communauté, étaient d'une autre nature, en particulier dans ce cas-là étaient d'ordre ethnicoreligieuse. C'est à partir de là que l'on peut expliquer le maintien de certains, alors qu'effectivement ils travaillent tous à l'usine et qu'ils vivent tous dans le même quartier. Et c'est en travaillant sur l'histoire de la ville que j'ai pris conscience de cela.

20NICOLE SEYER : Dans ces localités qu'on peut appeler "villes nouvelles" et qui ont à peu près un siècle d'existence, l'histoire, les gens l'apportent avec eux. Dans ces villes, l'histoire joue un rôle tout à fait particulier.

21JEAN-CLAUDE GARNIER : Il y a effectivement là une situation nouvelle où se crée une histoire locale sans héritage. Dans les recherches auxquelles j'avais participé auparavant, l'identité était conçue en terme d'héritage, associée à quelque chose qui est de l'histoire et qu'on a à prendre en compte comme telle. Alors qu'en fait, il s'agit d'une création permanente. En ce qui concerne les autres facteurs de cohésion sociale, la structuration religieuse, linguistique, etc., je ne pense pas qu'ils soient des facteurs déterminants. Il y a une combinaison de ces facteurs-là avec bien d'autres. Effectivement, une communauté grecque orthodoxe à Salins-de-Giraud existe mais la vivacité de la pratique religieuse tient sans doute aux caractéristiques du lieu, qui est relativement isolé, "au bout du monde", alors que Port—de—Bouc a été au contraire un lieu de passage.

22ALAIN MOREL : Alain Glasberg a réalisé un film où on voit justement autre chose que les chantiers navals, des jeunes qui jouent au flipper, font de la mobylette, activités banales en France et qui ne correspondent plus à une sorte d'image de marque de Port-de-Bouc. Quand ce film est passé sur FR3, il a soulevé une tempête de protestations de la part des gens qui revendiquent l'identité traditionnelle de Port-de-Bouc parce qu'il ne correspondait pas du tout à l'image qu'ils voulaient qu'on donne de la ville. Ce qu'il faut prendre en compte, ce sont des processus d'affirmation d'identité, et ce, en terme d'enjeu, car ils donnent lieu à des conflits ; si on ne considère pas l'identité dans cette perspective, je crois qu'on se laisse mystifier par le groupe qui veut imposer une image de l'ensemble de la collectivité.

23JEAN-CLAUDE GARNIER : Certes le film de Glasberg renvoie à la réalité sociale du Port-de-Bouc actuel. Il est fait par rapport à la génération actuelle. Mais cela ne veut pas dire que l'identité des générations précédentes soit une mystification, c'est une réalité aussi. Et le fait est qu'actuellement, il y a deux formes d'identification qui se recouvrent et se contredisent. C'est pour ça qu'il y a un choc.

24DOMINIQUE CLAUDET : La question qui me semble essentielle est la suivante : pourquoi, à certain moment, l'identité se construit et donne consistance à un groupe, et à tel autre des populations ne parviennent pas à développer ce processus d'identité, ne forment pas de groupes ; manque ce qui donne sens et permet aux gens de communiquer. Ce qui est intéressant ce n'est pas tant de saisir une image de marque - l'identité en tant qu'image extérieure n'a pas grand sens, personne ne s'y retrouve - mais d'essayer de savoir pourquoi des groupes continuent à exister. Les groupes sociaux qui durent le plus longtemps ne sont-ils pas ceux qui ont de fortes valeurs internes ? Elles ne sont pas reconnues de l'extérieur, mais elles donnent consistance aux groupes qui ont fait partie du melting-pot dont vous avez parlé.

Notes

1 L'étude réalisée sur Port-de-Bouc a donné lieu à la publication d'un rapport : BOUFFARTIGUE P., CORNU R., DECENNE A., DUPLEX J., GARNIER J.C., Du Chantier naval à la ville : la mémoire ouvrière de Port-de-Bouc, l'Est, 1984, 242 p.

Notes de fin

* Cf. Article "Port de Bouc d’hier et d’aujourd’hui : une ville à renaître”, Terrain, mars 1984, n° 2, pp. 62-71.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540