Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Identité sociale et territorialité de deux villes industrielles de taille moyenne : bistrots et quartiers au Creusot et à Montceau-les-Mines

François Portet et Marcel Teitler

Texte intégral

COMMUNICATION ECRITE

1Dans ce texte de travail, nous décrirons brièvement quelques-uns des problèmes théoriques que nous avons explorés, quelques-unes des conclusions auxquelles nous sommes arrivés, et un certain nombre d'obstacles que nous avons rencontrés dans notre projet : Identités sociales et transformations urbaines en milieu industriel. Notre recherche a plus une valeur exploratoire qu'explicative. Dans la mesure où un des buts explicites de cette réunion - "qui devrait permettre de poser des questions épistémologiques et méthodologiques et ainsi de définir quelques axes pour l'avenir" - est exploratoire également, nous pensons que nous sommes en bonne compagnie.

2Notre recherche a débuté par une coïncidence entre un centre d'intérêt d'un côté, et l'existence d'un terrain favorable à la poursuite de cet intérêt de l'autre. Notre intérêt portait sur la dimension territoriale de la relation entre identité et sociabilité ; et notre terrain consistait en deux villes industrielles de taille moyenne : Le Creusot et Montceau-les-Mines. Il est rare, comme nous le verrons plus loin, que deux contextes sociaux offrent un champ aussi fertile pour une analyse comparative : non seulement Le Creusot et Montceau-les-Mines sont des modèles distincts de villes créées par des compagnies industrielles, de même taille, relativement proches l'une de l'autre ; mais ce qu'elles ont en commun (une population originaire des mêmes régions), et ce qui les distingue (la nature des deux mono-industries respectives, leur division du travail, l'idéologie patronale en ce qui concerne la communauté ouvrière, s'exprimant par des politiques et des attitudes différentes envers la mobilité sociale et la notion de communauté), nous autorisent à observer et problématiser un certain nombre de différences dans notre variable indépendante (sociabilité) et notre variable dépendante (territorialité).

  • 1 Pour clarifier notre pensée, nous avons retenu la distinction que fait Goffman entre "identité soc (...)

3Essentiellement, pour des raisons que nous indiquerons plus loin, Le Creusot représente une communauté ouvrière dans laquelle la construction d'une identité personnelle1 a été historiquement fonction de l'assignation d'un statut professionnel intériorisé par tous, statut déterminé et contrôlé par la Compagnie, ; alors qu'à Montceau, ce n'était le cas que dans une bien moindre mesure. Une autre façon de dire ceci est qu'au Creusot l'identité personnelle correspondait très largement à l'identité sociale, au rôle tenu dans la hiérarchie de la compagnie, un rôle qui n'était pas seulement défini par la place de chacun à l'usine, mais qui déterminait également les comportements appropriés pour tenir une position dans le système de stratification sociale de la communauté. A Montceau, où la Houillère influençait dans une moindre mesure les comportements de son personnel en dehors de l'environnement de travail de la mine, la marge de liberté de la population ouvrière pour se servir de différentes ressources et mécanismes pour la définition d'une identité personnelle en dehors du contrôle de la Houillère, était plus importante.

4L'étendue avec laquelle l'ensemble de la vie de la communauté était contrôlée par les deux compagnies respectives déterminait, entre autres, qui chacun pouvait socialement rencontrer ou ne pas rencontrer, quelle part de sa personnalité il pouvait dévoiler aux autres, sans mettre en danger sa position dans la communauté, et quels types de sociabilité chacun pouvait se permettre (quels contextes utiliser) pour "construire" son identité.

5Nous verrons plus bas comment les politiques de logement des Schneider au Creusot et des Chagot à Montceau ont respectivement renforcé ces possibilités bien différenciées. Ces variations historiques, même dans la période récente, où l'influence des deux compagnies a finalement régressé, ont conservé toute leur signification : le fait que les activités humaines se déploient sur un territoire n'est pas sans incidences en retour sur les modalités de la vie sociale, les formes d'organisation collective, les représentations.

  • 2 Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, Présentation, "La ville-laboratoire et le milieu urbain", L'Ecole (...)

"Les traces matérielles de la vie sociale, une fois inscrites sur le sol, ont une certaine réalité : elles possèdent leur dynamique propre et induisent des rigidités plus ou moins contraignantes pour l'évolution future de la ville. Cette inscription dans des espaces et des milieux spécifiques renforce à son tour la différenciation globale de la population urbaine, en accentuant chez les individus les particularités du contexte socio-culturel global2".

6Nous avons choisi dans cette recherche d'analyser une institution dont nous avions toute raison de croire qu'elle pouvait être un indicateur de la dimension spatiale de la sociabilité dans les deux villes : le bistrot. Un point d'observation qui nous a amenés ultérieurement à envisager de façon critique la notion de quartier dans les deux contextes qui nous concernent.

Le Creusot et Montceau

7Nous avons dit que Le Creusot et Montceau ont en commun le fait qu'elles soient toutes deux des villes industrielles du xixème siècle (bâties à l'instigation de leurs compagnies respectives), de même taille (28 000 et 33 000 habitants actuellement), et avec une population de même origine. Cependant, à partir du moment où les Schneider et les Chagot ont établi leurs industries, les systèmes de stratification sociale des deux communautés ont témoigné des développements très différents, dus à la fois à la nature intrinsèque de leurs activités et à des politiques sociales différenciées. Ces politiques ont fait émerger deux communautés qui présentent maintenant une grande variabilité dans la façon dont leurs habitants définissent leur attachement à l'environnement physique et social. Nous tenterons de définir ici brièvement ces différences.

8Tout d'abord, la division du travail dans l'industrie métallurgique est plus complexe que dans l'industrie minière ; elle requiert un plus grand degré de spécialisation de la main-d'œuvre, et une formation technique plus poussée pour de nombreux postes de travail. Dès la seconde moitié du xixème siècle, les usines du Creusot ont fabriqué des produits élaborés dans le domaine des constructions mécaniques et ferroviaires. Avant la Première Guerre mondiale, les ateliers se sont spécialisés dans la fabrication des armements modernes (blindages, cuirassiers, sous-marins, canons, etc.). La division du travail est donc très poussée dans les différents ateliers. Assez rapidement, les Schneider ont compris la nécessité d'une formation rigoureuse et spécialisée en fonction des besoins diversifiés de l'industrie. Depuis leur création, en 1856, les "écoles spéciales", attachées aux établissements Schneider, ont formé la plus grande partie du personnel, des ouvriers qualifiés aux ingénieurs "maison". Ces écoles privées accueillent prioritairement les enfants des salariés de l'entreprise. La hiérarchie rigide des statuts est fondée sur un système d'accès méritocratique : seuls les bons élèves obtiennent des places prestigieuses, et ce sont parfois des fils d'ouvriers. L'école, dans le système Schneider, constitue une préparation à la division du travail ; elle représente l'antichambre de l'univers hiérarchisé de l'entreprise. Comme L'exprime le directeur des écoles Schneider dans un discours datant de 1909 :

"Donner à nos élèves la plus rationnelle éducation morale et intellectuelle que peuvent comporter l'âge et les dispositions de chacun d'eux ; mais ne pas oublier que ces jeunes gens sont élevés pour l'Usine, où ils ont la légitime ambition de se tracer une belle carrière et qu'ils doivent être mis en état d'y rendre le maximum de services ; en d'autres termes, former des hommes et, tout en même temps, préparer pour les établissements Schneider le personnel d'élite qui leur conservera leur réputation mondiale".

9La promesse d'une mobilité sociale intergénérationnelle est donc étroitement associée avec une éducation morale au service des intérêts de la famille Schneider. L'éventualité que cette possibilité devienne réalité dépend à la fois de critères "objectifs" (l'intelligence, le talent) et de la façon dont les valeurs et les normes encouragées par le patronat sont intériorisées par les candidats à la promotion.

10Le contrôle social s'étend à toutes les sphères de la vie sociale, y compris la politique d'aide au logement : l'attribution d'un pavillon dans telle ou telle cité, la décision d'accorder un prêt, dépendent de la position d'un salarié dans l'entreprise. Les "faveurs" consenties par la compagnie viennent récompenser des travailleurs qui manifestent leur volonté de tenir leur place dans la hiérarchie des catégories. Les salariés qui occupent les emplois les plus modestes placent leurs espoirs dans l'avenir de leurs enfants.

11Le Creusot est donc véritablement une "ville-usine". L'exercice du contrôle social institutionnalisé et dirigé par la compagnie s'exprime également dans le domaine de la distribution spatiale de la population dans l'ensemble de la communauté. La ville est l'extension de l'usine : les voisinages (nous schématisons quelque peu) sont des zones résidentielles socialement hétérogènes dans lesquelles des strates variées de la population correspondent à/et reflètent la hiérarchie usinière. Des zones de résidence uniquement ouvrières ne se trouvent qu'aux marges de la ville, lorsque les besoins de la compagnie exigent la présence d'une main-d'œuvre peu qualifiée.

12Si nous comparons la situation creusotine avec celle de Montceau, les principales différences sont essentiellement les suivantes. L'industrie extractive, nous l'avons dit, requiert une division du travail moins complexe que les industries mécanique et métallurgique. Le mineur de fond est formé par un apprentissage de compagnon à aide. La mobilité sociale entre générations n'est guère envisageable, en tout cas beaucoup moins qu'au Creusot. La certitude que le père a de voir son fils devenir mineur ne l'incite pas à s'investir dans le futur, à prendre les directions de la compagnie au sérieux. Le travail de mineur, "le dernier des métiers", est un emploi plutôt qu'une carrière. La compagnie des Mines de Blanzy a dû se contenter d'exercer son contrôle uniquement sur ce qui se passait dans les puits de mine, et s'est montrée moins concernée par la façon dont la communauté de Montceau se développe.

13A la différence du Creusot, pour éviter que les travailleurs ne passent trop de temps de trajet entre leur résidence et leur travail, la compagnie a réalisé des cités à proximité des puits de mine. Ces cités, socialement homogènes, sont dispersées dans plusieurs communes du bassin minier, installées parfois en rase campagne. Toutes les communes du bassin sont très étendues, renforçant les difficultés de contrôle social pour la compagnie. Montceau, devenue la ville la plus importante, n'échappe pas à la règle. (La cité du Bois-du-Verne, par exemple, située à plus de deux kilomètres du centre, en est séparée par un vaste no man's land non constructible en raison des travaux souterrains).

14Les différentes cités construites à Montceau reprennent un modèle expérimenté par les industriels anglais, qui s'est largement répandu en France, pour les logements des ouvriers des grandes fabriques. S'il existe de nombreuses variantes dans la réalisation architecturale des dispositions des logements, les grands principes d'organisation sont toujours respectés : la cité forme une entité différente des quartiers voisins. Ce modèle, nous l'avons vu, se distingue de l'idéal écologique des Schneider au Creusot, modèle dans lequel il n'y avait pas de place pour la singularité des différents quartiers de la ville.

15A Montceau, il n'y a donc pas de hiérarchie professionnelle qui se manifeste dans les différents quartiers. Les mineurs ont peu de chance d'accéder au rang de maître-mineur ; les ingénieurs, étrangers à la ville, formés dans des écoles extérieures, constituent une hiérarchie lointaine. A la différence de l'ouvrier creusotin qui espère pour son fils une place d'employé ou, espoir suprême, d'ingénieur, le mineur n'entrevoit sur place aucune possibilité d'ascension sociale pour ses enfants. Par ailleurs, le métier de mineur de fond confère une certaine autonomie dans l'organisation du travail. Bien que le mineur ne considère pas que son statut soit particulièrement enviable, il a conscience de détenir un savoir-faire acquis au fil des difficultés surmontées. Malgré la concurrence entretenue entre les producteurs par la Compagnie, les travailleurs de fond se perçoivent comme appartenant à une même communauté. Les rivalités qui peuvent exister n'aboutissent pas à une hiérarchisation : face à la maîtrise et aux cadres, ils s'affirment progressivement comme un groupe homogène. Ainsi, un métier qui n'était à l'origine qu'une occupation secondaire pour les paysans du Morvan et du Charollais récoltant quelques miettes de "charbon de terre", est progressivement devenu une condition. Mais le point important ici, pour conclure notre comparaison historique avec Le Creusot, est que le sens de la solidarité de groupe, d'une communauté fondée sur le travail, n'a pas été mis en place par la compagnie, n'était pas partie prenante d'un projet idéologique imposé, mais au contraire largement défini dans une sphère autonome.

16L'identité au Creusot a donc été largement définie en termes sociaux, déterminée d'en haut. Les distinctions étaient transparentes, nombreuses et socialement visibles, parties intégrantes du rôle professionnel qui ne s'exprimaient pas seulement par la position de chacun dans une hiérarchie fixe, mais aussi par l'attachement à la mobilité sociale, à des normes intériorisées de façon consensuelle. Dans ce système social, la personne est comprise dans un ordre moral qui ne pourrait être violé qu'au mépris du futur des enfants : par anticipation, des parents de condition modeste auront tout intérêt à adopter une conduite stricte et précautionneuse pour engager leurs enfants sur la bonne voie : dans une société qui paraît organisée en castes, les membres des castes inférieures ne progressent qu'en adoptant les valeurs des castes supérieures et en imitant les comportements de ces dernières.

17A Montceau, il n'y a jamais eu, même au moment de la plus forte emprise de la famille Chagot, un ordre moral aussi rigide, dans la mesure où la classe productive a été beaucoup moins fractionnée. Ici, les normes et les valeurs étaient largement partagées à l'intérieur de la communauté égalitaire. L'individu résigné à une position bloquée, pouvait exprimer sa personnalité privée, négocier une identité. Autrement dit, les sanctions qui touchaient les comportements "illégitimes" ont été plus conséquentes au Creusot qu'à Montceau : dans la première ville, une idéologie dominante a déterminé le comportement approprié dans pratiquement tous les aspects de la vie ; dans la seconde, puisque le contrôle social était moins contraignant pour les acteurs, ce qui était "illégitime" était largement déterminé par une communauté, non par la compagnie.

18C'est dans le contexte de ces différences historiques que nous avons cherché à comprendre comment l'identité peut être reliée à des formes variées de sociabilité. D'abord, comme nous l'avons vu, la notion de quartier diffère dans les deux communautés. Au Creusot, les quartiers étaient socialement hétérogènes, à Montceau les ères résidentielles étaient socialement homogènes. Ensuite, depuis ces deux dernières décennies, l'importance relative des compagnies a beaucoup diminué, de façon plus importante à Montceau qu'au Creusot (Creusot-Loire, avec sa filiale Framatome, emploie encore 7 500 salariés en 1983, alors que le nombre des salariés de la Houillère est de 2 400 environ). Il est important de noter cela pour deux raisons. La diversification professionnelle de la classe ouvrière a, bien entendu, un impact différent dans un contexte où cette diversification existait déjà, que dans un contexte caractérisé au contraire par l'homogénéité du statut professionnel. En second lieu, ces changements interviennent pour des populations qui vivent dans des quartiers qui sont des héritages du passé. Ce que nos deux contextes ont en commun, c'est le fractionnement des identités professionnelles : dans les deux cas, ces identités sont moins transparentes que par le passé ; en revanche, ce qui différencie les deux villes, c'est la manière dont les populations, étant : donné leurs différences historiques, ont pu s'adapter au changement.

19Un indicateur des différences historiques entre les deux villes, et de la façon dont la sociabilité se joue différentiellement, nous semble être l'institution "bistrot". Dans les deux cas, au Creusot et à Montceau, les bistrots étaient des institutions importantes dans lesquelles la population ouvrière pouvait négocier une identité personnelle. La principale différence entre nos deux terrains est qu'ils représentaient au Creusot (en l'exprimant schématiquement) un contexte dans lequel la population ouvrière trouvait un échappatoire marginal au système de valeurs et de normes encouragé par la compagnie ; alors qu'à Montceau, où, comme nous l'avons vu, la marge de liberté pour définir une identité personnelle était plus grande, ils créaient un contexte beaucoup plus favorable pour l'élaboration d'une culture ouvrière "autonome".

Bistrots, identités et territorialités

20Dans la partie précédente, nous avons indiqué un certain nombre de différences historiques significatives entre le Creusot et Montceau : la division du travail dans les deux entreprises, les politiques de mobilité sociale des compagnies, et l'implantation territoriale de la population ouvrière dans les différents quartiers des deux agglomérations. Nous faisons l'hypothèse que ces variables ont eu un impact sur des paramètres sociaux qui définissent la sociabilité dans les deux villes. N'est-il pas raisonnable de penser que dans un contexte caractérisé par des formes strictes de contrôle social et idéologique, largement intériorisées par la population, les stratégies d'évitement sont la règle, dans la mesure où tous les aspects de la personne qui n'apparaissent pas conformes avec la vision dominante de la structure sociale sont systématiquement rejetés ? N'est-il pas plausible également que la sociabilité entre ouvriers de statut égal trouvera une plus grande autonomie pour développer son propre système normatif dans un contexte délivré du contrôle patronal ?

21Signalons d'abord une différence significative dans la distribution territoriale des bistrots du Creusot et de Montceau-les-Mines, différence directement héritée de l'histoire des deux villes que nous avons évoquée ci-dessus. L'information est résumée par les tableaux I et II.

TABLEAU I - Montceau : implantation des bistrots dans les quartiers

TABLEAU I - Montceau : implantation des bistrots dans les quartiers

moyenne : 459 hab./café

TABLEAU II - Le Creusot : Implantation des bistrots dans les quartiers

TABLEAU II - Le Creusot : Implantation des bistrots dans les quartiers

moyenne : 402 hab./café

22Nous avons localisé l'ensemble des débits de boissons de Montceau et du Creusot, puis calculé, en reprenant les résultats du recensement de population de 1975 (dernier recensement exploitable à l'échelle du quartier), le ratio : nombre d'habitants pour un café dans chaque quartier. Les résultats de cette simple comparaison nous permettent de découvrir des disparités importantes dans la distribution des cafés dans les deux villes.

23L'examen de ces tableaux révèle que le rapport cafés par nombre d'habitants est beaucoup plus sujet à variation dans les différents quartiers de Montceau qu'au Creusot. Les bistrots sont proportionnellement plus nombreux au Creusot qu'à Montceau (un pour 402 contre un pour 459 respectivement), mais surtout : le centre-ville de Montceau offre une densité de débits de boissons très nettement supérieure à celle de tous les autres quartiers des deux villes : 21 cafés pour 1 650 habitants, soit un café pour 78 habitants, contre un pour 241 au centre du Creusot. Les bistrots, en général, sont au Creusot beaucoup plus répartis sur l'ensemble du territoire de la commune qu'à Montceau. Ce résultat est à rapprocher du contexte social et historique qui a produit l'écologie urbaine des deux villes, que nous avons examinée ci-dessus, mais d'une façon qui falsifie en partie l'une de nos hypothèses de départ. Nous avions prévu que l'homogénéité sociale des différents quartiers de Montceau, opposée à l'hétérogénéité du Creusot, pourrait entraîner une plus grande prolifération et un usage plus intensif de la sociabilité fondé sur le quartier. En ce qui concerne la sociabilité des bistrots, cela ne semble pas être le cas. Nous avions omis de corréler l'implantation territoriale des bistrots avec une variable qui la détermine en grande partie : c'est-à-dire la diversité des activités dans un espace donné. Ce n'est pas seulement l'homogénéité d'un quartier qui définit son identité, mais également la façon dont le quartier représente une zone uniquement de résidence, une zone de résidence et de passage, ou encore une zone de résidence, de passage et d'approvisionnement, voire activité productive.

24A Montceau, l'activité commerciale se rassemble essentiellement au centre-ville, tandis qu'au Creusot elle se diffuse dans plusieurs secteurs de la ville. Dans les rues commerçantes, le café accompagne les autres négoces. Les zones commerçantes, lorsqu'on trouve de nombreux magasins groupés, correspondent à des rues passantes. Parfois les cafés s'implantent en dehors d'une zone très commerçante, sur un lieu de parcours.

25Ce n'est donc pas seulement la composition sociale d'un territoire donné qui détermine la nature de la sociabilité que l'on peut y rencontrer, mais la configuration des activités qui y ont lieu. Le rôle que la sociabilité joue, la forme qu'elle prend, sont, dans une certaine mesure, fonction de ces autres activités. Les comportements qui peuvent être observés dans un bistrot, et les significations que les acteurs attachent à ces comportements, doivent être interprétés à la lumière du contexte plus large des significations que les acteurs attachent à leur environnement (comme le quartier).

26La distribution spatiale des bistrots sur le territoire des deux villes nous révèle des modèles entièrement différents. Nous devons cependant ajouter deux points. Premièrement, cette différence est plus grande aujourd'hui que dans le passé. Cela est sans doute à relier à l'impact qu'a eu dans les deux villes l'éclatement d'une identité dominante. Le phénomène ne s'est pas manifesté avec la même ampleur dans les deux villes.

27Deuxièmement, et en relation avec ce phénomène d'éclatement des identités sociales, il faut noter que le nombre des bistrots a considérablement diminué durant ces trente dernières années. Pour des raisons que nous avons suggérées, le café montcellien attirait une population qui était sans doute plus représentative de l'ensemble de la population ouvrière que le bistrot creusotin, dans la mesure où, au Creusot, la fréquentation des bistrots violait des normes dominantes. L'éclatement des normes et des identités a conduit dans les deux villes à ce que nous pourrions appeler un phénomène de repli de la population ouvrière traditionnelle.

28Non seulement la fréquentation des bistrots a diminué, mais désormais des nouveaux groupes sociaux socialement "invisibles" jusque-là comme catégories distinctes, ont émergé. Ces "nouvelles" catégories sociales utilisent le café comme un support pour élaborer et négocier une identité sociale et personnelle. Ces nouvelles identités sont fondées sur des traits de la personne jusque-là ignorés, masqués ou considérés comme "illégitimes", comme par exemple l'âge (les vieux et les jeunes recherchant des établissements distincts), ou l'ethnicité. Ces traits d'identité se cristallisent dans des bars qui s'isolent du reste du quartier ; ces groupes sont "délocalisés".

29L'observation systématique des débits de boissons, tant à Montceau qu'au Creusot nous a fourni une masse de renseignements qui viennent relativiser nos premières hypothèses. Le va-et-vient entre les deux terrains nous a souvent permis de tester ces hypothèses, et de tenter de comprendre quelles sont les variables qui, ici et là, intervenaient pour produire des formes de sociabilité aussi différenciées aujourd'hui encore.

30Certains traits que nous avons observés témoignent de tendances que nous aurions pu retrouver dans d'autres villes, ainsi par exemple la spécialisation de plusieurs établissements vers les clientèles jeunes, qui révèle de façon globale l'émergence des classes d'âge jeunes dans nos sociétés, peut être lue avec intérêt dans nos deux contextes : au Creusot, une quinzaine de bars accueillent presque exclusivement des jeunes (bars de lycéens ; bars réservés aux élèves du L.E.P., fréquentés par des jeunes Maghrébins, jeunes travailleurs ou marginaux à la recherche d'un emploi - bars réputés comme refuges pour les jeunes déviants). Ces bars ainsi spécialisés se répartissent dans l'ensemble des quartiers de la ville. A Montceau, en revanche, les quelques bars que fréquentent exclusivement les populations jeunes sont tous au centre, le bar qui est situé en face du lycée faisant à peine exception puisqu'il s'agit d'un quartier péricentral. Dans les cités, par contre, les quelques jeunes admis dans les cafés sont intégrés à la communauté adulte. Alors qu'au Creusot plusieurs établissements réservés à la jeunesse, en différents points de la ville, restent ouverts jusqu'à une heure avancée, il n'y a guère, à Montceau, qu'un café ou deux du centre qui restent ouverts après vingt heures. Ainsi, l'émergence d'une nouvelle identité sociale (la jeunesse) et de ses manifestations de sociabilité s'exprime différemment dans le territoire des deux villes : la cité montcellienne contrôle localement ses jeunes par le biais des adultes et repousse les formes autonomes de sociabilité vers le centre-ville. Au Creusot, l'irruption de ces mêmes formes de sociabilité se produit dans les quartiers. Les jeunes qui ne sont plus intégrés dans la hiérarchie statutaire des emplois, se manifestent en tous points de la ville, souvent en conflit avec la population adulte. Dans certains cafés, la clientèle traditionnelle a été pratiquement exclue, dans d'autres ce sont au contraire les adultes âgés qui "interdisent" l'accès aux jeunes.

31Cette première notation à propos des formes de sociabilité des jeunes (échappés vers le centre à Montceau ; disséminés dans les quartiers, mais en conflit plus ou moins ouvert avec les adultes au Creusot), nous amène à d'autres considérations sur les rapports entre la sociabilité dans les bistrots et le territoire. Nous nous arrêterons d'abord dans nos deux contextes sur le cas des bistrots situés dans les quartiers périphériques, réservant pour la suite l'examen de ce qui se passe dans les centre-villes.

32Rappelons que dans les cités excentrées de Montceau, il y a cinq ou six fois moins de bistrots que dans les quartiers creusotins. Les cafés des cités constituent la plupart du temps des cercles si fermés que l'étranger (et en particulier l'observateur) a des difficultés à se faire accepter, voire même à se faire admettre. Les clients de passage sont extrêmement rares, et les habitués, souvent des mineurs retraités, se mélangent pratiquement à la famille des patrons du bistrot ; il n'y a pas ici de limites étanches entre la vie privée de cette dernière et l'activité commerciale. Dans ces bars "familiaux", les repas, par exemple, sont pris dans la salle du café, les enfants y font des apparitions fréquentes et les femmes de la famille effectuent leurs travaux domestiques dans la salle (couture, repassage, etc.). Les clients ont très peu d'activités spécifiques : peu de jeux pour les jeunes ; les adultes s'attablent devant leur topette, mais on joue rarement aux cartes. Les terrains de quilles ou les boulodromes qui, dans un passé encore récent, accompagnaient si fréquemment les salles de café, semblent de plus en plus délaissés. Bien qu'il y ait eu des arrière-salles réservées au billard dans certains cafés (en particulier les cafés réalisés par les coopératives ouvrières), ces équipements ont disparu. De moins en moins de mineurs actifs fréquentent ces bistrots de quartiers. L'absence d'intérêt pour les activités collectives est peut-être à relier à un sentiment de dévalorisation du statut professionnel de mineur.

33Le café qui a pu être naguère le lieu de tous les hommes, endroit privilégié pour la sociabilité des mineurs, où à travers les activités ludiques pouvait s'opérer l'intégration des identités personnelles (les premières visites des jeunes ayant lieu quand ils prenaient le métier), ne joue pratiquement plus ce rôle : il est, certes, encore lieu quasi familial où les jeunes parfois côtoient les retraités, mais toutes les nouvelles populations qui investissent petit à petit les cités ne le fréquentent plus.

34Dans les quartiers du Creusot, les cafés populaires sont à la fois plus nombreux et plus diversifiés. Nous avons cité le cas des bars de jeunes qui ont permis l'émergence d'une identité jusque-là "illégitime". Peu d'autres établissements attirent une clientèle spécialisée dans les quartiers, à l'exception des bars qui regroupent une clientèle maghrébine, espagnole, ou italienne. On ne trouve pratiquement pas de bistrots au cœur des quartiers : précaution de l'urbanisme des Schneider, ou crainte des habitants de fréquenter un bistrot trop proche de leur domicile ? En revanche, les débits de boissons se concentrent dans toutes les rues passantes. Certains sont particulièrement actifs aux heures d'entrée et de sortie d'usine. Ici encore, tous ces ouvriers qui consomment plus ou moins furtivement leur topette de rouge, semblent désireux de conserver un certain anonymat, de ne pas accrocher les regards de la hiérarchie. Parallèlement à ce passage important dans la plupart des cafés populaires, de nombreux cafés proposent des activités ludiques aux habitués : les jeux de cartes d'une part, mais surtout le billard ; une dizaine d'établissements conservent un billard. Dans les salles, il occupe une place centrale, si bien qu'aucun consommateur, ne peut ignorer l'activité lorsque se disputent les jeux, le soir ou en fin de semaine. Dans certaines limites, le jeu collectif peut contribuer à créer une nouvelle identité sociale qui transcende les clivages locaux : les employés ou petits commerçants du voisinage joueront plus facilement avec l'ouvrier qui se déplace jusqu'à tel bistrot, parce qu'il sait qu'il y a là des fins joueurs. Une activité comme le billard fournit une certaine légitimité au bistrot, une raison d'être qui transcende la mauvaise réputation des cafés (sur le plan moral et social), actuellement largement intériorisée par toutes les coucles de la population, y compris les patrons et les habitués eux-mêmes. Les variantes du jeu de billard français qui se jouent localement, le bouchon et la paille, permettent à un grand nombre de personnes de participer, puisqu'à la différence du jeu classique, chaque joueur ne fait qu'un coup à la suite. Les spectateurs-acteurs participent donc à un spectacle beaucoup plus animé que s'il s'agissait d'une partie "classique". Nous ne nous étendrons pas trop longuement sur ce jeu ici, mais notons cependant que ce trait culturel s'est remarquablement bien conservé au Creusot, tandis qu'il a disparu à Montceau.

35A Montceau comme au Creusot, de nombreux cafés de centre-ville se sont spécialisés, plusieurs d'entre eux accueillent des groupes de jeunes, comme nous l'avons signalé.

  • 3 Recensement INSEE 19 75.
    CSP représentées au centre et dans le quartier du Magny

36Nous avons également noté que Montceau compte une forte concentration de cafés en son centre. Bien que ce dernier ne compte que 1 650 habitants, le principal de l'activité commerciale et administrative est regroupé dans l'espace compris entre le canal et la voie ferrée. Les données du recensement mettent en évidence cette concentration du commercial et du tertiaire ici. Si l'on compare par exemple la répartition des catégories socioprofessionnelles dans le centre avec celle des autres quartiers, patrons de l'industrie et du commerce, professions libérales, cadres et employés y sont beaucoup plus représentés3.

37Vers les cafés du centre-ville convergent des populations qui ne peuvent pas manifester leur identité ailleurs : plusieurs cafés sont spécialisés dans la clientèle jeune, un ou deux établissements reçoivent surtout des étrangers. La présence des marchés hebdomadaires attire vers les cafés proches de la place où il se tient, les Maghrébins qui y ont établi leur point de rencontre. Dans le centre, l'activité dominante est le commerce. La plupart des trajets entre domicile et entreprise évitent la rue principale ; les cafés sont donc plus liés à cette activité qu'au passage. Il y a dans ce quartier peu de cafés ouvriers. Paradoxalement, les classes moyennes qui sont pour l'essentiel regroupées dans cet espace, apparaissent peu dans les différents cafés. Les cafés sont en effet plutôt des lieux de sortie et à ce titre aussi bien les populations jeunes, qui les fréquentent en masse (comme c'est le cas pour le grand café de Montceau, Le Darcy), s'y rendent en groupe, comme les adultes qui se rencontrent dans des établissements proches du marché ou de la gare. Dans la plupart de ces débits de boissons, l'ambiance bruyante ne permet guère d'en faire des lieux de rencontre calmes. Le centre est un point de convergence pour des personnes qui viennent de l'extérieur.

38Au Creusot, l'activité commerciale est dispersée dans les quatre quartiers. Malgré la présence des administrations, d'une grande place et d'une rue avec des commerces un peu plus luxueux qu'ailleurs, ce que l'on appelle le centre ou "la place Schneider", la rue Leclerc (comme si l'on éprouvait quelques difficultés à nommer ce qui n'apparaît pas vraiment comme un centre cohérent) joue peut-être plus ce rôle pour certaines populations bien précises. Les acteurs qui appartiennent aux nouvelles classes moyennes, en particulier, jeunes commerçants, employés, fonctionnaires et professions libérales fréquentent quelques cafés du centre, bien que la plupart d'entre eux n'y résident pas. Dans certains de ces cafés qui sont aussi sièges des associations qu'ils fréquentent, ces acteurs cherchent à légitimer une nouvelle identité sociale, non liée à l'usine (puisque la plupart d'entre eux n'y travaillent pas). D'autres établissements sont, comme à Montceau, réservés aux jeunes, mais ils fréquentent également nous l'avons dit, des bistrots dans les autres quartiers. La grande majorité des bistrots au Creusot et à Montceau attirent désormais des clientèles spécialisées : les jeunes, les groupes ethniques, les classes moyennes mobiles (au Creusot en particulier). Cette spécialisation est le symptôme de l'éclatement des communautés initiales.

39Pour résumer enfin les relations entre formes de sociabilité, territoire et identité à travers l'exemple des bistrots, on peut décrire ainsi ces tendances générales à l'éclatement des communautés et des identités : à Montceau, dans les quartiers, les bistrots étaient en osmose avec la culture ouvrière partagée ; ils constituaient des contextes pour des groupes de référence qui permettraient d'intégrer des personnes à l'intérieur d'une large communauté. A partir du moment où se multiplient les groupes qui échappent au quartier (les jeunes par exemple), le bistrot perd son sens, devient un élément résiduel. La situation est différente au Creusot : les groupes ouvriers qui se constituent dans les cafés ont toujours été en opposition avec le système social et ils ont ici mieux "résisté" parce qu'ils n'étaient pas inclus dans une communauté territoriale.

40Parallèlement à cette désaffection des populations ouvrières, le café permet l'émergence de nouvelles sociabilités. Dans les bistrots de jeunes, des identités personnelles cherchent un point d'accrochage, mais ces lieux n'ont plus de liens avec les quartiers dans lesquels ils sont insérés. En revanche, en ce qui concerne les établissements que les membres des classes moyennes se réservent, le cas est un peu différent : ces derniers cherchent à se forger un territoire, un lieu de reconnaissance pour une nouvelle identité (même s'ils n'habitent pas dans le quartier, mais rien ne dit qu'à la faveur des programmes de réhabilitation du centre du Creusot, ils ne vont pas l'investir). Au Creusot en particulier, la montée des professions commerciales et tertiaires depuis dix ans peut ainsi se manifester par la revendication d'une certaine visibilité, et ultérieurement un phénomène de regroupement dans l'espace que les urbanistes schneideriens avaient combattu.

41A travers l'observation des bistrots, nous avons constaté des "absences", accentuées par les processus de transformation. La population ouvrière fréquente de moins en moins les cafés, et les nouveaux groupes (jeunes, classe moyenne) ne constituent somme toute qu'une minorité de la population.

42Quelles sont pour l'essentiel, les populations qui se tiennent systématiquement à l'écart des bistrots ?

43A Montceau, les travailleurs des entreprises implantées depuis une quinzaine d'années qui habitent soit les cités, soit dans les ensembles collectifs récemment construits, ne recherchent pas de tels lieux. Au Creusot, on n'y retrouvera que peu des travailleurs de petites entreprises nouvellement implantées, et d'autre part toutes les classes intermédiaires qui étaient insérées dans le système social dominant.

44Pour comprendre les formes de sociabilité propres à tous ces acteurs qui "n'ont rien à gagner à fréquenter les cafés", nous avons poursuivi notre reconnaissance en direction des lieux de résidence. Un des objectifs de ce deuxième volet de notre recherche est précisément d'appréhender quel est le rapport aux territoires d'autres groupes de référence que ceux qui se manifestent dans les cafés. Dans cette approche, nous avons tenté d'analyser une série de formes de sociabilité qui se manifeste moins ouvertement dans le domaine public (par exemple le redéploiement de la sociabilité familiale).

45Ainsi après avoir observé les transformations d'une sociabilité publique directement accessible, nous nous sommes orientés vers une tentative de reconstruction des réseaux de sociabilité à partir du lieu de résidence. Alors que notre première analyse portait sur l'ensemble des deux villes, nous avons restreint notre seconde approche à deux ensembles d'unités résidentielles situées respectivement à Montceau et au Creusot.

46Le propos de cette seconde orientation (qui ne peut être développée ici) est de vérifier les transformations qui interviennent dans l'utilisation de différents territoires par les acteurs pour construire des formes de sociabilité nouvelles ou héritées du passé.

DISCUSSION

47FRANÇOIS PORTET : Cette recherche a été précédée d'un certain nombre d'enquêtes antérieures effectuées au Creusot où je m'étais intéressé aux formes de sociabilités qui ne se situaient pas dans le quartier, en particulier dans un travail sur un certain nombre de jeunes motards qui étaient expulsés du quartier et ne pouvaient s'exprimer qu'à l'échelle de la ville entière. A partir de là, nous nous sommes interrogés sur ces formes de sociabilités délocalisées, et nous avons essayé de comprendre, en comparant les deux villes, pourquoi ces sociabilités ne pouvaient pas avoir au Creusot leur place dans le quartier à la différence de Montceau-les-Mines. Et c'est pour cette raison que nous avons choisi comme objet le bistrot, un lieu de sociabilité parmi d'autres en distinguant les bistrots dans lesquels la clientèle était délocalisée - c'est-à-dire n'ayant pas d'attache avec le quartier - des bistrots au contraire fréquentés par une clientèle du quartier.

48MARCEL TEITLER : Je voulais faire une remarque qui recoupe ce que Jacques Gutwirth a dit dans son exposé. Vos maîtres, ici en France, vous ont dit d'être extrêmement prudents dans vos questions, attentifs à ne pas faire de vagues et enfin respectueux des normes. J'ai été éduqué aux Etats-Unis où au contraire mes maîtres m'ont dit : "N'hésitez pas, posez des questions". Je n'avais pas de raisons de ne pas suivre leurs sages conseils, d'autant qu'un bistrot c'est un endroit où les gens parlent, où les gens se parlent. Sur le plan méthodologique une des choses intéressantes de notre étude a été pour moi la nécessité de devenir beaucoup plus prudent, car j'ai découvert qu'il n'est pas facile de poser des questions dans les bistrots. Je vous donnerai l'exemple - ce qui correspond tout à fait à notre propre expérience - d'un journaliste local qui a beaucoup de contacts dans la région et qui, à la question : "Est-il facile ici d'arriver à discuter avec les gens ? " a répondu : "Si je réfléchis bien, en fait, je n'ai jamais discuté avec quelqu'un qui était à la table d'à côté. Et jamais personne n'est venu m'adresser la parole". Si Michel Bozon à Villefranche-sur-Saône, qui est aussi une ville industrielle de taille moyenne comme Le Creusot, n'a apparemment pas eu de mal à s'intégrer à la société des bistrots qu'il a étudiés, cela n'a pas été notre cas. Les gens ne veulent pas qu'on leur pose de questions, c'est un terrain extrêmement difficile pour un chercheur. Une grande partie de notre travail a consisté à négocier la légitimité de l'objet de notre étude, qui est un objet dévalorisé sur le plan moral et social. La réputation des bistrots est plutôt négative, et elle est intériorisée par les patrons de bistrot et les habitués qui essayent de justifier leur présence, ce qui rend la relation avec le chercheur très difficile. Dans les bistrots, le rôle de l'observateur doit être justifié, il ne va pas de soi, car le fait d'observer est considéré comme une violation du système des normes en vigueur dans ces institutions.

49JACQUES GUTWIRTH : Effectivement, un bistrot n'est pas l'endroit où on peut poser directement les questions, mais celui où on peut nouer les contacts pour parler en dehors. Un bistrot - Bozon l'a dit - c'est un lieu de mise en scène, de théâtralité. Donc les gens s'y sentent observés et c'est difficile d'y parler. Tandis que dans les milieux religieux où j'ai travaillé, au contraire, le fait de parler avec quelqu'un de l'extérieur est vu positivement, comme un acte missionnaire.

50ROGER CORNU : Il me semble qu'il ne faut pas trop isoler les questions techniques de l'ensemble de la démarche. Ce qui importe, c'est la manière dont on aborde le terrain et de comprendre comme il réagit. Effectivement, dans le refus ou l'acceptation de répondre dans un café, ce qui importe c'est le café, ou encore c'est le rapport de l'enquêteur à son milieu. Du point de vue de la possibilité d'engager une discussion, si on compare Montceau et Le Creusot et certains secteurs de la ville par rapport à d'autres, est-ce qu'il y a des différences ?

51FRANÇOIS PORTET : Justement, en se plaçant en observateurs étrangers nous voulions voir quelles étaient les réactions des gens vis-à-vis de nous. Cela se passait très bien au Creusot parce qu'un étranger pouvait être admis dans des groupes très hétérogènes, alors qu'à Montceau la présence d'un étranger étant plus rare, il fallait tout de suite connaître son identité. C'était nous qui étions questionnés à ce moment-là. Alors qu'au Creusot, sur cette base du statut d'étrangers à la communauté, nous engagions des rapports avec les gens ; quand nous rentrions dans un bistrot à Montceau, en revanche, tout de suite nous nous sentions observés. Nous sommes volontairement rentrés dans ce jeu-là parce que cela nous donnait des indications sur la nature différente des bistrots au Creusot et à Montceau-les-Mines.

52GERARD ALTHABE : Il y a un premier point qui me semble intéressant, c'est l'analyse que vous faites du poids de l'histoire. Dans les comportements actuels des gens par rapport au bistrot, jouent le siècle, l'histoire liée au mode de gestion des rapports sociaux dans les deux sociétés industrielles en question. Mais je me demande si on peut prendre le bistrot, qui est un terrain, comme objet ? Ne faut-il pas le placer dans un dispositif plus global ? Ce qui se passe dans le bistrot, lieu de théâtralité, de rapports sociaux, ce sont des rapports qui se jouent pour l'essentiel ailleurs. Mais il ne peut pas être un objet dans la mesure où ce qui s'y passe ne peut pas avoir en lui son sens dont vous pourriez faire l'analyse. Enfin, je m'associe à ce qu'a dit Roger Cornu à propos des difficultés rencontrées pour questionner les gens ; en fait, c'est comme cela qu'on construit la connaissance, par une dialectique permanente entre le jeu de l'enquête elle-même et l'objet.

53MARCEL TEITLER : Vous avez retracé le cheminement que nous avons fait. Au bout de six mois, notre recherche a pris une direction nouvelle. Effectivement, on ne peut pas comprendre un certain nombre de phénomènes qui se jouent à l'intérieur de ce bistrot sans les replacer dans l'étude de la sociabilité au niveau de l'ensemble du quartier ; le bistrot en soi n'est pas intelligible en tant qu'objet, il faut le dépasser pour le comprendre.

54JEAN-YVES PETITEAU : A propos du problème d'introduction, il y a un problème qui me semble devoir être creusé : celui qui sait quelque chose, à sa façon, sur un terrain, exactement comme un guide qui donne, livre un certain nombre de clés, en fait il disparaît très souvent de l'histoire, et c'est celui qui interprète qui, après coup, met son nom comme s'il fallait dissoudre dans l'analyse le premier analyste !

55ROGER CORNU : Pour compléter, je crois que très souvent dans les études, disparaît le fait que le chercheur est rentré sur le terrain et y a circulé d'une certaine manière. Je trouve cela fort dommageable car les chercheurs n'utilisent pas cette circulation comme source d'informations. En fin de compte, on retombe toujours sur les mêmes informateurs. Or, il y a une chose qui me fait bondir, c'est la notion d'informateur privilégié. Parce que je me suis toujours demandé "privilégié" par rapport à quoi ? Et par rapport à qui ? Si c'est par rapport à la communauté qu'on veut étudier, on ne saura s'il s'agit effectivement d'un informateur privilégié qu'au bout de la recherche. On escamote toujours dans l'insertion du chercheur sur le terrain, cette espèce de révélation progressive dans l'analyse des phénomènes. Or, ce qui me semble très intéressant dans l'étude de Marcel Teitler et François Portet, c'est que d'entrée de jeu, ils prennent cela comme élément révélateur et ils l'analysent comme tel.

56GERARD ALTHABE : Le problème de l'informateur et de la démarche et de leur disparition dans le compte rendu de la recherche ne vient-il pas du fait qu'on n'a pas du tout maîtrisé la dialectique entre les catégories du chercheur et celles de la sociologie indigène ? Il y a un rapport sauvage entre le chercheur et l'informateur, on lui emprunte des catégories, des bouts d'analyse, mais il est bien évident que pour donner cohérence à l'ensemble, il faut les faire disparaître du compte rendu, c'est-à-dire du travail. Ce problème devient plus aigu lorsqu'il n'y a pas de séparation culturelle entre le chercheur et le sujet avec qui il travaille.

Notes

1 Pour clarifier notre pensée, nous avons retenu la distinction que fait Goffman entre "identité sociale" et "identité personnelle" : "Par 'identité sociale', j'entends les grandes catégories sociales (ainsi que les organisations et les groupes qui fonctionnent comme des catégories) auxquelles l'individu peut appartenir ouvertement : génération, sexe, classe, régiment, etc. Par 'identité personnelle', j'entends l'unité organique continue impartie à chaque individu, fixée par des marques distinctives telles que le nom et l'aspect, et constituée à partir d'une connaissance de sa vie et de ses attributs sociaux, qui vient s'organiser autour des marques distinctives", Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, et Les relations en public , Paris, éditions de Minuit, 1973, pp. 181-182.

2 Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, Présentation, "La ville-laboratoire et le milieu urbain", L'Ecole de Chicago, Paris, éditions du Champ urbain, 1979, pp. 35-36.

3 Recensement INSEE 19 75.
CSP représentées au centre et dans le quartier du Magny
Image

Table des illustrations

Titre TABLEAU I - Montceau : implantation des bistrots dans les quartiers
Légende moyenne : 459 hab./café
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre TABLEAU II - Le Creusot : Implantation des bistrots dans les quartiers
Légende moyenne : 402 hab./café
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540