Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Une cohabitation exclusive : le quartier Saint-Leu à Amiens

Monique Selim

Texte intégral

COMMUNICATION ECRITE

1Le quartier Saint-Leu a permis d'approcher sous un angle très particulier les relations existant entre la résidence et le monde du travail : les habitants de ce quartier sont aujourd'hui en majeure partie coupés de la sphère du travail salarié et l'investigation a été menée dans une population très éloignée des fonctionnements sociaux globaux.

2La recherche a été centrée sur l'analyse d'un champ social dont la cohérence prend comme fondement la résidence et s'élabore dans la séparation des espaces de production. La réflexion a porté sur les mécanismes de constitution de ce champ social dont l'évincement du travail apparaît à la fois comme l'origine et le résultat. Un effort a été fait pour appréhender sous des facettes très diverses les processus sociaux internes.

3L'objet de cette étude a été, dans ce contexte, la genèse et les modes de reproduction de cette population qui est issue des couches ouvrières mais qui s'en est considérablement éloignée, en raison de son incapacité profonde à s'inscrire dans les métamorphoses des conditions de vie et de travail propres aux dernières décennies.

4L'analyse a été centrée sur les processus qui ont fait et continuent à faire de ce territoire un champ social inévitablement coupé de la sphère du travail et des règles sociales en vigueur. En effet, une des hypothèses premières de cette étude postulait l'impossibilité d'appréhender les rapports sociaux internes à ce quartier sans prendre en compte la rupture de sa population avec le monde du travail. Cette rupture marque l'ensemble des rapports dans leurs caractères les plus divers : elle est au centre même de ces rapports et détermine la réalité spécifique de ce groupe social. Il ressort en effet de l'investigation, que ce groupe, en raison de son retranchement du travail, est amené en permanence à se définir en regard d'un univers extérieur, dont il est séparé mais qu'il ne peut ignorer, et auquel il se confronte de manière constante.

5La recherche a donc porté avant tout sur la compréhension de cette situation particulière dans laquelle l'organisation des rapports de cohabitation, localisés dans un lieu très chargé d'histoire, a pour conséquence d'évincer les habitants des fonctionnements sociaux globaux. L'enquête a été focalisée dans trois directions principales :

  • En premier lieu, les rapports internes à des microgroupes de résidence : plusieurs unités de type différent ont été retenues dans une optique comparative. Cette première partie de l'enquête a permis de comprendre ce qui faisait la singularité des rapports sociaux dans Saint-Leu.
  • Deuxièmement, les micro-collectifs particuliers qui se présentent dans le quartier. En raison de leur vocation d'établir avant tout la jonction symbolique avec la société externe,
  • ils ont aidé à saisir les articulations spécifiques entre les rapports sociaux qui se développent dans le quartier et les modes de perception de logiques d'ordre global :
    • cellule du parti communiste,
    • comité créé par la municipalité en liaison avec le projet de réhabilitation de Saint-Leu,
    • association des anciens élèves de Saint-Leu et tout particulièrement le club de football.
  • Enfin, les îlots de la réhabilitation qui ont réintroduit le quartier dans une conjoncture globale : ceux-ci ont éclairé les réorganisations constantes qui s'exercent dans les rapports sociaux et ont permis d'éviter entre autres une vision statique et figée de ces rapports (un îlot de 14 maisons et une HLM de 22 logements).

L'enclavement d'un ancien site industriel

6Premier site "industriel" d'Amiens, Saint-Leu se construit au xiième siècle sur le fond marécageux de la vallée de la Somme. Avec le drainage des terres par des canaux (deux hectares et demi de canaux pour vingt hectares), s'installent moulins à blé et à pastel, et fabriques utilisant l'eau comme force motrice. Le quartier rassemblait au xvème siècle 5 000 personnes. Sa vocation industrielle résidait essentiellement dans le développement d'entreprises textiles qui composent la tradition amiénoise ; elle a été peu modifiée jusqu'en 1940 malgré les crises qui affectent cette branche à la fin du xixème siècle. L'imbrication entre la résidence et la production, qui le constitue historiquement, reste jusqu'à cette époque très importante bien que certaines entreprises soient abandonnées ou quittent le quartier. Une première zone industrielle modeste (Montières) est en effet créée à Amiens après la Seconde Guerre mondiale. Elle amorce localement une dissociation des usines par rapport à l'habitat, mais ne peut s'étendre dans la mesure où l'habitat entoure presque complètement la zone d'industrie. Cette situation conduit, dans les années 56-60, à l'implantation d'une zone industrielle (Long-pré) de réelle envergure.

7Ces mutations des systèmes de production provoquent le dépérissement progressif des petites et moyennes entreprises du quartier, ou leur transfert, et bouleversent en profondeur ce bastion historique de la classe ouvrière. Jusqu'en 1968, la population, proche de 3 000 habitants, reste stable et son taux d'activité, supérieur à la moyenne amiénoise en 1962, est encore sensiblement égal à celle-ci. Mais, dans les années qui suivent, elle connaît une diminution brutale qui la réduit à 2 000 habitants, et voit sa composition se modifier. La moitié environ des habitants, disposant de moyens financiers qui le leur permettent, émigrent dans des HLM anciennes ou plus récentes de la banlieue amiénoise qui se sont édifiées dans la même période que la zone industrielle. Elle est remplacée par les occupants de cités ouvrières vétustés et de nombreux îlots de baraquements (datant de la Première et de la Seconde Guerre mondiale), peu à peu rasés pour insalubrité. Ces quartiers formaient antérieurement avec Saint-Leu les lieux d'ancrage traditionnels de la communauté ouvrière urbaine et entretenaient avec lui des liens étroits ; circulations et permutations y étaient constantes et l'investigation a permis de constater l'étendue des réseaux d'interconnaissance tissés entre ces différentes unités et Saint-Leu. La destruction de cet habitat a provoqué le déplacement et la concentration dans Saint-Leu d'une fraction de ces couches ouvrières réfractaires aux changements socio-économiques. Alors que certains refusent le maintien ou le relogement dans Saint-Leu en raison de perspectives de promotion, par rapport à celle-ci ce quartier apparaît comme le dernier symbole d'un fonctionnement social obsolète : lorsque la collectivité résidentielle soudée palliait les déficiences et l'instabilité de conditions de travail communes.

8Insérés dans le cadre matériel d'une configuration industrielle et sociale caduque à laquelle ils restent rivés, les habitants actuels de Saint-Leu (environ 1 500 personnes), qui pour moitié sont installés depuis plusieurs générations dans le quartier où ils furent employés, partagent un niveau de ressources extrêmement faible ; en 1976, 50 % des familles disposaient de moins de 1 600 F par mois (20 % de moins de 800 F, 14 % de moins de 1 100 F, 16 % de moins de 1 600 F). Aux moulins et anciennes fabriques désaffectés et laissés à l'abandon qui hantent l'environnement immédiat de leurs raisons, font pendant des activités de récupération, des tâches ponctuelles et l'assistance qui ont peu à peu pris la place du travail salarié. Une petite délinquance s'y ajoute pour une frange restreinte de la population.

9Les conditions d'habitat de la population sont, à l'exception d'une zone réhabilitée encore limitée, restées proches de ce qu'elles étaient à la fin du xixème siècle ; de petites maisons d'un étage en torchis ou plus récentes en briques, souvent très délabrées, s'alignent le long des canaux que bordent des rues pavées étroites et que permettent de franchir de multiples ponts et passerelles. Arrière-cours et jardins minuscules, courées sombres et humides, petits passages constellent cette enclave architecturale voisine de la cathédrale. 60 % des maisons n'ont pas l'eau qu'offrent par contre les multiples bornes-fontaines qui parsèment les rues. 90 % des maisons ont les W.C. à l'extérieur, simple trou placé au-dessus du canal (leur absence est autrement compensée par un usage global du canal ; ainsi, bien qu'un ramassage des ordures soit régulièrement fait, celles-ci y sont le plus souvent d'un geste énergique et coutumier balancées). Pour 85 % des maisons, l'écoulement se fait dans le caniveau devant la porte. Certaines maisons (10 %) n'ont toujours pas l'électricité, d'autres l'ont acquise depuis peu. Des poêles à bois et à charbon fournissent pour la quasi-totaoité le mode de chauffage. Les loyers sont en conséquence très modiques (50 % inférieurs à 30 F, 80 % inférieurs à 100 F). Une école maternelle et une école primaire accueillent les enfants du quartier (83 et 120 élèves).

10La succession et l'échec de projets d'aménagement prévoyant tous plus ou moins la destruction du quartier depuis sa désindustrialisation, expliquent le maintien de cet ensemble architectural spécifique et sa très grande dégradation. La réalisation d'une opération de réhabilitation, mise en place par la municipalité d'Amiens (propriétaire de 40 % des maisons) n'a débuté pratiquement qu'en 1980 et s'oriente aujourd'hui vers la rénovation. Une première HLM fut précédemment construite à la frontière du quartier mais resta inaccessible à ses habitants : ses locataires, employés dans leur majorité, sont d'origine extérieure à Saint-Leu. Seule une trentaine de familles du quartier ont maintenant été relogées, pour une part dans des maisons individuelles, pour l'autre dans une seconde petite HLM. Si les familles résidant dans Saint-Leu ou originaires du quartier ont été privilégiées dans l'attribution des logements, par ailleurs la nécessité d'un rééquilibrage social de la population a été ressentie par les pouvoirs publics locaux.

Les conditions générales de l'enquête

11Le partage d'un espace commun étant à Saint-Leu le fondement des rapports sociaux internes, l'installation matérielle dans le quartier revêtait un caractère essentiel ; une maison identique à celle des habitants y a donc été louée et des visites immédiates guidées par la curiosité et les habitudes de voisinage saluèrent cet emménagement à partir duquel s'est élaborée une implantation réelle.

12Les premiers contacts ont été pris avec les membres de la cellule du parti communiste. Cette cellule, en raison des options politiques de la municipalité (dominante communiste) et de la position socialement périphérique du quartier, présentait l'aspect d'un dispositif de jonction avec la société externe et était amenée de ce fait à favoriser les relations avec des acteurs extérieurs au quartier. Des collaborateurs efficaces ont été trouvés là. Leur investissement dans l'enquête était lié à leur désir d'éradiquer l'image globalement négative de Saint-Leu, et de contribuer à une reconnaissance autant collective que personnelle. La place occupée par cette cellule dans le quartier, sa dépendance à l'égard des rapports sociaux existant, qu'en son sein elle reproduisait, ont conduit à rendre "quasi neutre" cette première coopération.

13En effet, l'étendue et le poids des réseaux d'interconnaissance a permis par la suite d'entrer aisément en relation avec les habitants des différentes unités dans lesquelles l'investigation a été menée. Un accueil bienveillant et intéressé a prévalu. Ces attitudes trouvent leur source dans l'enfermement du quartier sur lui-même et l'inaccessibilité des représentants d'autres classes sociales, perçues comme étrangères et inconnues. Une "sociabilité" constante et aux fonctions multiples, favorisée par le "désœuvrement" a constitué la principale condition de possibilité d'une immersion effective dans la vie quotidienne des habitants, situation peu fréquente en milieu urbain où la disjonction des champs d'insertion rend inévitablement complexe l'approche anthropologique. L'absence de perspective de promotion sociale qui caractérise la population étudiée a conféré à l'observation directe une grande fécondité et enrichi la confrontation des différents types de matériaux recueillis.

14Mais il faut ajouter que dans tous les "domaines" et "moments" où l'état de reproduction sociale de la population a été remis en question, une tension a été introduite dans ces relations : il en a été ainsi en particulier dans les îlots de la réhabilitation et avec les jeunes gens du club de football qui ont été en contact dès leur plus jeune âge avec les instances du contrôle extérieur, tels les éducateurs, et ont ainsi vécu une stigmatisation concrète et personnalisée. Une dernière remarque : un domaine tabou est apparu dans l'enquête, le travail, ce qui est un point important que l'analyse permet de comprendre.

Un champ résidentiel dominant

  • 1 L'aménagement d'un axe est-ouest en 1974 a entraîné sa disparition et celle d'une trentaine de mai (...)
  • 2 Aujourd'hui, une dizaine d'enfants âgés de douze à quinze ans travaillent le samedi sur le marché (...)
  • 3 Histoire de la ville d'Amiens ; tome III, 1906 ; le baron A. de Calonne.

15Les discours des anciens habitants de Saint-Leu, les représentations des Amiénois de longue souche, des documents historiques permettent d'approcher le passé immédiat du quartier, érigé en citadelle de la misère industrielle et ouvrière. Ses frontières géographiques précises, fixées par son architecture et la multitude de ses canaux, se jumelaient au marquage social existant et façonnaient des enceintes matérielles et symboliques puissantes. Il fournissait en son sein des emplois et/ou des sources de revenu ; la génération des hommes âgés de plus de soixante-cinq ans a souvent commencé à travailler à sept ou huit dans ses usines, celle de trente-cinq vers treize ou quatorze ans ; les femmes, embauchées dans des entreprises qui, très souvent, ne les déclaraient pas, effectuaient pour celles-ci, après la naissance d'enfants, des travaux à domicile et reportaient elles-mêmes leurs œuvres achevées sur des charrettes. Les enfants étaient dès leur plus jeune âge envoyés au marché de gros de fruits et légumes1 qui se tenait sur une petite place du quartier et était lié au marché sur l'eau alimenté par les hortillonnages ; en échange de quelques denrées, ils aidaient à décharger2. Une instabilité globalement subie, mais aussi parfois revendiquée, imprime les itinéraires professionnels. Elle apparaît localement le résultat d'un côté de la conjonction entre une abondance de main-d'œuvre et des emplois répartis entre des unités multiples, mais avant tout des conditions elles-mêmes de production touchées par les mutations économiques. Des hommes se remémorent avec une relative fierté la facilité avec laquelle ils décidaient de quitter un "patron", certains de retrouver dans les heures suivantes un autre travail à une centaine de mètres du précédent. A l'encontre de ces évocations empreintes de nostalgie, les témoignages rappellent avec force combien la population était pénalisée par des périodes de chômage plus ou moins brèves et qui apparaissent structurelles. Celles-ci, que ne permettaient pas d'affronter des salaires insuffisants, laissaient les familles dans un état de dénuement complet. Une assistance mutuelle fondée sur une précarité partagée était la règle dans un contexte en outre très largement endogamique. Le recours à des activités subsidiaires était une nécessité usuelle. Un marché d'occasion et de ferraille s'étendait le long d'un canal et présentait un autre pôle de ressource. De longue date le quartier constituait d'autre part un asile traditionnel pour l'indigence : "tout ce que la ville comptait de misérable, borgnes, aveugles, éclopés, manchots, culs-de-jatte, plus ou moins déguenillés, joueurs de serinette et d'orgue de Barbarie, habitait le quartier des Bonde "Ch'caban"...3 (partie du quartier Saint-Leu la plus proche de la cathédrale).

16La très grande pauvreté à laquelle était condamnée cette population laborieuse apparaît le support conceptuel central sur lequel se bâtissent aujourd'hui les rapports sociaux en jeu dans le quartier. Le choix des habitants de rester dans cet enclos vidé de ses activités productives, malgré sa réputation désastreuse toujours croissante, est significatif d'une certaine captivité à l'égard de l'état de reproduction sociale et culturelle propre à la période antérieure ; la misère est construite en prédicat indépassable de l'identité et de l'appartenance de classe. Elle établit une continuité imaginaire entre la situation passée et présente du quartier, entre les positions sociales modifiées des acteurs. Elle unit anciens et nouveaux habitants dans une nouvelle communauté symbolique : le quartier est toujours perçu par ceux-ci comme le gîte immuable de l'infortune des couches laborieuses.

17Ces conceptions inscrivent la distance à l'égard de la sphère du travail dans une logique pour ainsi dire autonome, qui efface les bouleversements des structures contemporaines et pérennise dans l'immobilité une conjoncture dépassée. Elles ont pour but de constituer l'exclusion du travail en un mécanisme externe dont ne peut être accusée la population. Elles apparaissent à la base de dynamiques d'unification réelles. La position stigmatisée du quartier dans la ville - dont les connotations ont varié en un siècle mais qui semblent avoir eu toujours la même force - permet en effet à ces dynamiques de s'exprimer sur la scène publique. Des procès sont régulièrement intentés au quartier à travers les médias, et la population y répond constamment en réaffirmant son consensus sur les principes d'égalisation par la misère. Ces affrontements ont pour efficacité de soustraire les individus à toute idée d'insertion dans des champs externes, notamment socio-professionnels, dans la mesure où ils construisent ces derniers comme antagonistes ; une des traductions en est chez les jeunes le sentiment qu'il est inutile de briguer un emploi lorsqu'on habite Saint-Leu : ses prétentions seraient inévitablement rejetées.

18L'analyse comparative des itinéraires des deux couches d'habitat - ceux qui sont installés dans le quartier depuis plusieurs générations et ceux qui y sont arrivés au cours des vingt dernières années - révèle quelques points importants.

19Ceux qui ont choisi de rester dans Saint-Leu ne sont en fait jamais parvenus à se dégager d'un fonctionnement social façonné par l'activité des usines au sein de leur résidence. Leur attachement opiniâtre à ce lieu où ils ont trouvé leurs premiers emplois, a introduit au fur et à mesure que les entreprises disparaissaient, un changement dans les positions occupées par le travail et l'habitat dans leur vie personnelle : un glissement lent vers une primauté de l'espace social résidentiel s'est produit aux dépens du travail qui a pris une place secondaire dans des existences qu'il ne gouvernait plus. Ces processus ont revêtu deux formes différentes : soit la perpétuation réelle et imaginaire d'un statut identique réalisé de manière harmonieuse dans le travail et dans la résidence ; soit des phénomènes de chute sociale qui mettent en scène une rupture avec le travail salarié, et un repli radical dans le microcosme du quartier. Ces deux attitudes intrinsèquement liées caractérisent en partie, pour la première, la génération des plus de cinquante ans, pour la seconde, ses descendants ; ces derniers ont en effet été de façon décisive orientés par leurs parents vers un retrait toujours plus marqué du domaine de la production, en raison de la prépondérance exercée par le champ social de Saint-Leu.

20Ces logiques propres à la fraction ancienne de la population ont été largement soutenues et encouragées dans leur développement par ceux qui ont emménagé dans Saint-Leu durant les deux dernières décennies.

21Il ressort de leurs parcours très variés, que la séparation avec leur milieu d'origine, qui intervient à divers moments, possède toujours une dimension capitale. Elle entraîne une perte générale de maîtrise des conditions de vie. Les individus paraissent précipités dans des dérives qu'ils ne contrôlent pas. Leurs fluctuations sont soumises à la fois à des décisions institutionnelles et à des rencontres occasionnelles. Une instabilité globale imprime leur trajectoire, et la recherche de moyens minimaux de survie résume le plus souvent leurs projets.

22Il est exceptionnel que des liens aient été conservés avec le monde du travail. L'arrivée dans Saint-Leu met généralement un terme à leurs déambulations ; ils trouvent là un territoire où ils peuvent, dans une certaine mesure, reprendre en main la gestion de leur vie : leur exclusion les inclut de droit dans l'organisation interne des rapports et cette intégration a pour effet de retour de reproduire leur évincement global. Saint-Leu est leur ultime refuge, et c'est donc pour des raisons opposées qu'ils manifestent la même volonté que la population ancienne dans leur souhait d'y rester.

23Cette présentation succinte montre que la rencontre de ces deux franges d'habitants sur le terrain de Saint-Leu se joue dans le rapport déséquilibré entre la résidence et le travail qui préexiste actuellement chez les uns comme chez les autres. Ce rapport favorise la formation d'un groupe symbolique qui est ainsi amené à faire de l'inscription géographique une règle d'appartenance. L'impossible insertion de ce groupe dans les rationalités actuelles du travail salarié a pour corollaire un investissement de l'espace résidentiel.

24L'introduction et l'augmentation progressive des aides sociales rendent plus aisé ce transfert. Ces dernières sont appréciées comme une rétribution tardive mais juste, des années de travail et des maux qu'il provoque. Chez les jeunes gens, les souffrances des parents, les privations de l'enfance sont invoquées et cet héritage prévaut comme un facteur de "législation". L'assistance tend à poser un terme à l'obligation d'une insertion professionnelle (à l'égard de laquelle elle peut pour certains cas être comparée), et elle consacre ce terme. Perçue comme un salaire auquel elle se substitue, elle confère un statut social réel. La pénurie générale à laquelle elle conduit apparaît, dans cet enchaînement, décisive. La population peut ainsi continuer à se définir comme "ouvrière" et par sa fidélité à la misère et à son lieu d'élection, le quartier, prétendre à l'appropriation quasi exclusive de cette catégorie et en évincer les travailleurs qui offrent en spectacle les indices matériels d'une ascension. Parce qu'elle est partagée, la pénurie perpétue enfin sur un mode fictif l'égalité antérieure fondée sur des conditions de travail et d'habitat communes.

25Les rapports sociaux dans lesquels se développe cette logique reposent prioritairement sur la confusion des relations interpersonnelles et des rapports économiques. La survie économique de chacun est assurée par son intégration à l'univers résidentiel d'interconnaissance au moyen d'un système d'échange et de redistributions permanentes. Ces échanges, qui s'instituent dans la contiguïté et la proximité géographiques sont de trois types. A un premier niveau, une réciprocité constante et régulière de services, de prêts continuels, de dons, forme l'ossature d'une sociabilité intense de voisinage. Des prestations ponctuelles contre rémunération, en espèces ou en nature, constituent le second palier où les fonctions de subsistance garanties par le tissu social se montrent effectives Enfin, cette structure culmine dans les dispositifs d'héberge ment qui en sont comme le pivot. Les transactions internes à ces micro-groupes de cohabitation (dont quatre modalités ont été analysées) instaurent des "coopérations de travail" à par tir de "contrats d'embauche" complexes dont les partenaires sont intimement liés par des relations de parenté symbolique.

26Au sein de cette organisation sociale liée à l'espace résidentiel, les rapports interindividuels sont donc hégémoniques dans la mesure où ils remplissent dans un contexte d'évincement du travail un ensemble de fonctions habituellement dissociées. Dans la mouvance de cette économie d'interconnaissance se prolonge en effet une endogamie de territoire aux aspects pour ainsi dire "concentrationnaires" ; les couples se font et se défont aisément dans ce cercle étroit qui prescrit l'isogamie, et les liens familiaux manifestent une grande instabilité. L'alliance et la parenté débouchent fréquemment sur des relations négatives perçues comme menaçantes et porteuses d'exploitation en opposition aux relations développées dans les unités de cohabitation. Néanmoins, en raison de leur concentration dans le groupe, elles étayent et alimentent sa structure sociale qu'elles contribuent à fortifier. L'impossibilité de l'émergence d'une autonomie familiale, la dépendance profonde des liens propres à la famille restreinte à l'égard des relations interpersonnelles qui prennent racine dans l'habitat, participent directement au maintien de la cohésion du champ social.

  • 4 L'appellation "ch'nazu" désigne les "fils" de Saint-Leu et se réfère à une pratique très ancienne (...)
  • 5 Il appartient à l'association des anciens élèves de Saint-Leu et rassemble la communauté jeune et (...)

27Centre et moteur des rapports sociaux, l'interconnaissance en vient à posséder une efficacité générale, tant imaginaire que réelle, sur les itinéraires personnels. Cette prédominance où se mesure la distance aux processus sociaux globaux a pour effet principal d'enfermer les habitants dans un isolat résidentiel et de reproduire quasi inéluctablement leur exclusion du travail salarié. Lorsque des liens sont noués avec la sphère du travail, ils conservent une précarité constitutive et sont susceptibles d'être brutalement défaits. Les tentatives d'insertion professionnelle se heurtent en effet au mode de communication dans lequel les individus sont pris. Perçues comme la recherche d'une promotion personnelle, elles sont vigoureusement condamnées comme une trahison des fondements imaginaires du groupe. Tournées en dérision, elles sont accueillies par des sarcasmes. De leur côté, les acteurs de ces tentatives sont amenés à confronter deux mondes : l'un où la place occupée dans les stratifications sociales leur propose un statut incertain et par nature limité, l'autre, celui de leur vie quotidienne, restreinte à leur habitat, qui leur garantit, quelle que soit leur conduite, une "identité totale". Le consensus des habitants s'éprouve en effet régulièrement dans des rituels de protection et de défense de "leurs" jeunes délinquants (ch'nazu de Saint-Leu)4 qui défraient les chroniques de faits divers. Devant cette alternative, ils renoncent souvent à s'engager dans une trajectoire solitaire où leur sont perpétuellement renvoyées d'une part l'ignominie de leur quartier et de leur espace d'appartenance, de l'autre leur situation subalterne. L'immersion dans une indignité sociale collectivement construite au plan symbolique se révèle alors souveraine de façon exemplaire ; le club de football5 du quartier qui s'érige actuellement en collectif emblématique apparaît la plage institutionnelle où s'ancre ce processus de domination des rapports sociaux internes à la résidence sur tout autre champ d'insertion.

28Les mécanismes de cette domination de l'espace de cohabitation sont apparus néanmoins au contact de l'opération de réhabilitation dans un premier temps bouleversés. Pendant une brève période, la population a tout d'abord considéré que les maisons réhabilitées lui resteraient inaccessibles ; la substitution du confort au délabrement de son cadre de vie remettait en cause les conceptions forgées et atteignait les bases matérielles de la légitimité de sa coupure avec le monde extérieur marqué par le travail. L'introduction du chauffage central est par exemple rejetée car pensée comme inadaptée aux habitudes de vie "ouvrières" dont la population se réclame. Ce dernier en créant une servitude personnelle aux services étatiques brise les pratiques de récupération de bois et de matériaux divers dans lesquels, entre autres, s'élabore une autonomie collective relative. Le relogement d'habitants connus de tous a, dans une seconde étape, provoqué un éclatement de la cohésion, en même temps qu'il créait des fractures dans les trajectoires individuelles. Perçue comme le fruit d'un décret arbitraire des pouvoirs publics, l'attribution du logement importait et imposait la différenciation et l'inégalité. Corollairement, elle arrachait à l'espace réglé de la reproduction sociale et impulsait des ascensions personnelles déroutantes et assujettissantes à l'égard des autorités extérieures. Dans un troisième moment, la reformulation des logiques antérieures permet aux rapports sociaux de se reconstituer dans le contexte d'une interconnaissance conservée. Dans la mesure où le relogement est entré en contradiction avec les principes du fonctionnement social, selon lesquels l'acquisition des biens procède de la place occupée dans la division du travail, il est intégré dans le champ de l'assistance : celle-ci s'en trouve surenchérie, tandis que le retranchement de la sphère productive est dans le même moment confirmé et accrédité. Le relogement de tous au profit d'une nouvelle égalité est alors revendiqué sans que soit exigée une modification de statut.

  • 6 Un mouvement organisé de revendications s'amorce à partir de la dernière petite HLM construite dan (...)

29L'opération d'urbanisme qui apparaît aujourd'hui comme une rénovation revêt ainsi la signification d'une réhabilitation de l'exclusion quelles que soient les intentions municipales condamnées à rester inéluctablement à l'extérieur de la cohérence du champ social. Le logement tend à prendre la place laissée vacante par l'absence d'insertion professionnelle et à poser dans l'imaginaire les bases encore floues d'une intégration sociale illusoire6. Dans cette optique, le logement donne une nouvelle dimension à l'assistance : celle-ci contenait de manière potentielle et très contradictoire ce sens mais ne pouvait le développer dans la mesure où elle restait prisonnière d'une séparation sociale que l'opération d'urbanisme a eu précisément pour effet de réduire dans les représentations tout en la ratifiant de façon décisive dans la réalité.

30Ces processus éclairent le caractère constant des réorganisations qui s'exercent dans les rapports sociaux pour tenir la résidence à distance des changements socio-économiques et rendre impossible le transfert aux normes actuelles de la production. Ces réorganisations prennent une forme de plus en plus aiguë avec la progression de la réhabilitation qui détruit peu à peu l'édifice matériel de la situation industrielle passée et replace le quartier dans la conjoncture globale. Les habitants sont conduits à repenser leur éloignement du travail salarié et la crise économique fournit les premiers éléments d'une argumentation encore balbutiée dont jusqu'à présent ils s'étaient abstenus malgré son ampleur publique.

31Le profil particulier de ce groupe enclavé dans une étape révolue des couches ouvrières et actuellement exposé à des mutations décisives, permet de saisir certains aspects des processus complexes qui président à la constitution d'une population exclue du champ de la production : il montre une situation sociale atypique dans le rôle capital dévolu ici à l'insertion dans un univers résidentiel, possédant une cohérence extrême qui est le fruit d'une histoire singulière, mais représentative des transformations des systèmes de production et des rapports entre la résidence et le travail.

32Pour conclure, les logiques de la population dans la situation présente pourraient être ainsi résumées : les habitants se considèrent comme les héritiers directs d'une collectivité ouvrière qui fut astreinte à une privation globale par des conditions de travail très dures. Leur pauvreté actuelle et leur refus de quitter Saint-Leu sont érigés en preuve. Cette filiation et cet enracinement - dont on a souligné le caractère construit - les autorisent à concevoir comme une rétribution légitime l'ensemble des mesures de protection sociale - assistance et logement - dont ils peuvent et pourront à l'avenir bénéficier, et cela bien qu'ils n'aient aucun emploi et n'envisagent souvent plus d'en avoir.

33La résidence apparaît donc ici le lieu où se constitue une négation générale et collective des obligations sociales du travail salarié individuel.

DISCUSSION

34DENIS CHEVALLIER ; Je reste un peu sur ma faim à la suite des deux interventions qui viennent d'être faites, parce qu'on a peu parlé de ce qu'on pourrait appeler la cuisine des ethnologues, c'est-à-dire des techniques d'enquêtes. Dans un quartier urbain, il n'est pas évident de faire de l'observation participante ou de collecter des histoires de vies, et on aimerait en savoir un peu plus.

35Le deuxième point qu'il me semble important d'évoquer dans tous les cas, est l'impact, les retombées de la recherche scientifique sur le milieu que l'on étudie. On passe sur des représentations qui sont fortement médiatisées par des institutions. La présence de l'ethnologue, son insertion sur le terrain ont-elles apporté une modification des représentations que les enquêtes ont d'un des groupes, les jeunes, par exemple ? C'est tout le problème posé par l'anthropologie américaine, anthropologie appliquée. Je pense que les chercheurs qui sont ici ont quelques idées là-dessus.

36BEATRIX LE WITA : Qui étaient ceux qui sont restés à Saint-Leu ? Pourquoi, au moment où la désindustrialisation allait bouleverser le quartier et l'amener sur la voie de l'enfermement, pourquoi eux sont-ils restés ? Il ne s'agit pas d'un choix éthique, il faut considérer leur trajectoire familiale, et leur qualification professionnelle précédente ; je ne pense pas qu'ils restent par refus du travail salarié. Et quel choix ont fait ceux qui sont partis ? En quoi se différencient-ils de ceux qui sont restés ? Y a-t-il des éléments qui expliqueraient ces choix ? Parce que toute la construction de l'objet part de là.

37MONIQUE SELIM : Je n'ai pas voulu dire qu'ils étaient restés par refus du travail salarié. Effectivement, ce choix est problématique et c'est la question. Ces gens-là sont restés parce qu'en fait ils ne sont jamais parvenus à oublier ce qu'a été leur expérience d'une collectivité ouvrière extrêmement active à l'époque. Il s'agit de gens peu qualifiés, en général d'ouvriers du textile. Ils ont tous commencé à travailler à treize et quatorze ans et ont vu les usines disparaître. Malgré tout, ils ont essayé de garder Saint-Leu comme tel et notamment sur un plan imaginaire, ce qui donne lieu à toute une construction idéologique relative au quartier.

38Le choix oppose un itinéraire promotionnel à un itinéraire complètement reproductif. La reproduction sociale s'effectue dans le maintien du quartier. Ceux qui sont partis ont suivi des trajectoires ouvrières relativement classiques, aussi bien dans la résidence que dans le travail, c'est-à-dire qu'ils sont allés dans des HLM et ont accédé à des activités salariées normales. Et d'ailleurs, parmi ceux qui ont échoué dans cette trajectoire ascensionnelle, certains sont revenus.

39ROGER CORNU : Dans la communication de Monique Sélim, il y a un problème général qui me semble important. A travers la lecture des communications, on s'aperçoit qu'une grande partie d'entre elles portent sur des quartiers, des communes, etc., qui sont en crise et qu'il s'agit d'une anthropologie de crise. Je ne parle pas seulement de crise économique mais, de ceux qui ont été touchés, depuis 1975, par la désindustrialisation, et qui sont confrontés à des ruptures. Il y a un phénomène de réactivation ou d'insistance sur les structures anciennes allant jusqu'à la constitution d'un imaginaire de représentations. S'agit-il d'une forme de résistance ? Est-ce du passéisme ? Se posent aussi des questions de méthodes parce que celles-ci évoluent avec les caractéristiques de terrains issus d'une période historique donnée. Or, on se trouve dans des terrains en pleine fracture et cette question devient, dans ce cas, absolument essentielle.

40BERNARD GANNE : Je voudrais aller dans le même sens que Roger Cornu. La solidarité et la vie sociale dont les gens parlent ne sont-elles pas effectivement un mythe créé précisément en contexte de crise ? S'est-on donné les moyens d'étudier comment fonctionnait le quartier antérieurement ? Et, si, en fait, cette solidarité n'existait absolument pas sous la forme dont on la présente ? Elle est véhiculée, entre autres, au travers des études Patrimoine puisqu'on conçoit le local comme étant unifié, solidaire. Les quelques études que nous faisons devraient justement détruire cette idée et l'aider à la reconstruire. Cela me semble tout à fait fondamental. Il y a actuellement un certain style de quartier, certaines représentations de solidarité, etc., cela ne veut pas dire qu'il n'en existait pas avant, mais ils étaient d'un autre type, d'un autre mode, constitués sur d'autres bases, et n'avaient donc pas la même signification et le même aspect.

41MONIQUE SELIM : Je suis tout à fait d'accord, et je n'ai absolument pas voulu dire que l'unité actuelle et la solidarité dans Saint-Leu étaient la reproduction de celles d'autrefois. J'en ai effectivement pu voir des traces, mais leur analyse concrète échappe évidemment totalement à l'enquête. Ce que j'ai voulu montrer justement, c'est que l'unité actuelle est finalement une construction imaginaire par rapport à ce qu'était l'unité antérieure fondée sur le travail et la résidence, alors que l'unité actuelle ne se fonde que sur la résidence dans le travail.

42LYDIA TABARY-TAVEAU : Ce phénomène qui semble résulter d'une situation de crise dans une industrie donnée, se retrouve partout en France. La réaction à la transformation de certains quartiers peut-elle être la même ou au contraire assis-te-t-on à une toute autre réaction et pourquoi ? Qu'est-ce qu'a induit, par exemple, la crise de la dentelle à Calais ? Selon l'époque et la région, la réponse sera-t-elle la même ou différente ?

43MONIQUE SELIM : Le fait d'avoir été le quartier dépotoir de la ville a joué beaucoup dans le cas de Saint-Leu, ce qui n'est peut-être pas le cas ailleurs. Systématiquement, tous les gens qui, dans les HLM, ne pouvaient plus payer leur loyer (la population assistée de la ville) ont été mis dans ce quartier. Cela fait donc un rassemblement relativement important.

44LYDIA TABARY-TAVEAU : Effectivement, à Calais, il y a ce même type de processus et il existe un quartier dépotoir où se retrouvent toutes les familles, celles par exemple, où il y avait des femmes qui travaillaient à domicile, etc. Ce phénomène ne touche pas l'ensemble de la ville parce qu'il y a eu énormément de reconversions professionnelles et de gens qui se sont réinsérés dans d'autres milieux.

45EVELYNE DESBOIS : Je voudrais revenir sur les groupes sociaux localisés. Monique Sélim analyse bien un lieu et son histoire, comment il est devenu, ce qu'il est. Mais je vois mal comment on peut articuler les logiques de l'histoire d'un lieu, des gens qu'il attire, qu'il conserve et qui s'y reproduisent et l'histoire des gens qui passent. J'aurais aimé voir aussi toutes les logiques personnelles et les parcours individuels parce que ce ne sont pas les mêmes qui sont présents ; d'autres viennent se fixer en ce lieu ; celui-ci se conserve, il a une réalité concrète, il existe, mais on ne sait plus ce qui est traversé. Il n'y a pas que la sphère du travail et il faudrait voir tous les itinéraires. Par exemple, que se passait-il dans ce lieu pendant la guerre, quelle mobilité y a-t-il eu pendant cette période ? Cela manque. On n'a que des constats sur les gens qui arrivent et qui partent aujourd'hui, on ne sait rien des autres flux qui sont passés.

46MONIQUE SELIM : En fait, beaucoup de gens de Saint-Leu, quand leurs maisons ont été touchées, pendant la guerre, sont passés dans des baraquements, des cités ouvrières ; ensuite, ils sont revenus à Saint-Leu. Mais très précisément sur l'expérience de la guerre, j'ai peu de données. En revanche, sur les itinéraires personnels des gens et les parcours, j'en ai énormément. Il y a à Saint-Leu des familles extrêmement nombreuses, faites souvent de trois générations ; aussi les données portent-elles sur des groupes familiaux qui peuvent compter de vingt à trente personnes qui continuent à vivre dans le quartier. En ce qui concerne la constante de ces itinéraires, et leur localisation, il s'agit d'une pure construction par rapport à l'histoire antérieure du quartier. Les gens s'intègrent dans cette construction d'où qu'ils viennent parce que ce sont des gens complètement exclus et cette construction leur donne une identité, leur donne d'autre part les moyens de survie et de subsistance, et enfin les inclut dans un groupe qui est extrêmement cohérent, tellement cohérent que cela peut être vécu durement par les gens.

47GERARD ALTHABE : Je voudrais revenir à la réflexion de Bernard Ganne sur le problème de la représentation des solidarités passées. Il est évident que dans le cadre d'une enquête réalisée dans une situation de crise, lorsque les gens parlent de leur solidarité passée, ils parlent du présent. Cela se raccroche à un problème plus méthodologique, celui de l'utilisation des récits de vies. Il faudrait préciser les choses : soit, pour l'historien, ils constituent une source d'informations qu'on recoupe avec d'autres, soit le récit de vie est intéressant comme représentation qui désigne autre chose et permet d'atteindre la position de ceux qui parlent dans le jeu actuel dans lequel sont pris l'interlocuteur et vous-mêmes, qui lui posez la question. Confondre les deux choses conduit sûrement à s'égarer.

48FRANÇOISE CRIBIER : Quelqu'un tout à l'heure nous invitait à parler un petit peu de cuisine, alors je vais le faire sur un point précis : vous écrivez que les aides sociales sont considérées comme des rétributions tardives mais justes. J'ai envie de vous demander comment vous l'avez appris. Ne me répondez pas : parce qu'ils me l'ont dit ; car c'est justement parce qu'ils l'ont dit que ce n'est pas vrai. La retraite, la pension d'invalidité, ne font pas partie de l'aide sociale, c'est du contributif. L'aide sociale, c'est-à-dire le non-contributif, est profondément vécue comme une humiliation et une souffrance et c'est justement parce que les gens ne la trouvent pas juste qu'ils disent le contraire. A l'inverse, je n'ai jamais entendu personne dire qu'un salaire ou une retraite étaient justes ; c'est parce qu'on sait que c'est juste qu'on n'en parle pas.

49MONIQUE SELIM : C'est moi qui produis ce discours-là, et effectivement, j'ai mis dans l'aide sociale les pensions d'invalidité et tout ce qui constituait les petites sommes qui sont d'une manière permanente demandées. Dans ce quartier, beaucoup de gens ont eu une pension d'invalidité, souvent dans la génération âgée, ce qui recoupe ce que vous dites dans votre article sur la cohorte parisienne, je veux dire les gens ont arrêté relativement tôt de travailler. Pour ceux qui ont entre cinquante et soixante ans on s'aperçoit que la vie de travail a quarante ans. Mais en fait, ces aides sociales ne sont pas considérées comme des aides individuelles ; c'est-à-dire que les gens participent à des systèmes d'échanges et de redistribution qui font que l'aide sociale permet de subvenir aux besoins de ceux qui n'ont absolument rien. Elle est complètement dépersonnalisée, alors qu'au contraire les politiques sociales actuelles visent à la personnaliser au maximum. Cela résulte de la logique interne de ce groupe. Dans la mesure où ce groupe essaie de se construire, au niveau imaginaire, dans la filiation d'une collectivité ouvrière antérieure, l'ensemble de ces prestations sociales est finalement replacé dans un contexte collectif, celui des privations antérieures, des pénuries, de la souffrance dans le travail, dont les anciens parlent continuellement à leurs enfants. Par rapport à tout cela, elles forment une rétribution collective d'un groupe qui est devenu globalement "invalide" en terme de travail.

50DOMINIQUE CLAUDET : Je souhaiterais que vous parliez très largement des méthodes et du cahier des charges qui ont été les vôtres.

51MONIQUE SELIM : Je me suis installée dans une maison du quartier et cela m'a facilité les choses. D'autre part, la collaboration avec certains membres de la cellule du parti communiste a été très importante. Un peu par hasard, j'ai été présentée à l'ensemble des militants par un secrétaire de cellule dont la femme est ethnologue et qui donc comprenait extrêmement bien ce que j'étais venue faire dans ce quartier. L'introduction auprès de la population s'est faite par le truchement de ce secrétaire qui est littéralement adoré par la population, en particulier parce qu'il a établi avec elle des relations de grande proximité. L'acceptation a été facilitée par le fait que les gens sont très disponibles, et parce qu'ils sont extrêmement sensibles à ce que quelqu'un accepte, cela paraît peut-être un peu brutal, de rentrer dans leur système de déchéance ; parce que, finalement, ils se visent de manière socialement condamnée, ce qui implique une rupture et une séparation déterminante entre le quartier et la société.

52DOMINIQUE CLAUDET : Comment vous êtes-vous affranchie des accointances dont vous parlez ?

53MONIQUE SELIM : Des accointances avec les membres de la cellule du parti communiste ? Je n'ai pas eu besoin de m'en affranchir dans la mesure où ces gens-là ne sont pas connotés de manière particulière par rapport à l'ensemble d'un groupe.

54GERARD ALTHABE : Sur ce point-là, il faut tenir compte de la durée de l'enquête parce que celle-ci a aussi une histoire ; ainsi, la cellule du parti qui était telle chose au début n'était pas la même en cours d'enquête et à la fin, dans la mesure où celui qui la contrôlait, est parti ; elle s'est décomposée, etc. C'est-à-dire qu'il faudrait aussi raconter ce qui s'est passé pendant la durée de l'enquête.

55JACQUES GUTWIRTH : Je suis tout à fait d'accord avec ce qu'Althabe dit, au sujet des récits de vie et j'ajouterai que pour moi, ce qui est intéressant, est de pouvoir confronter ces récits - qui sont toujours des moments, parce que la façon dont une personne raconte sa vie évolue considérablement-ce qu'ils disent donc, avec ce qu'ils font dans la pratique. Je crois que c'est là où la démarche ethnologique est capitale par rapport à l'enquête par questionnaire. Pour revenir au travail de Monique Sélim, elle écrit que la très grande pauvreté à laquelle était condamnée la population apparaît comme le support conceptuel sur lequel se bâtissent aujourd'hui les rapports sociaux. Ca ne me paraît pas être un rapport conceptuel, mais un support bien concret... la pauvreté !

56MONIQUE SELIM : Ce que j'ai voulu dire, c'est que la pauvreté en elle-même et la misère ne sont rien, c'est toute la construction imaginaire qu'on en fait qui importe. Et si cette misère n'était pas replacée dans une filiation historique qui est en fait une histoire totalement mythique, ça serait totalement différent.

57JACQUES GUTWIRTH : La notion d'imaginaire revient très souvent dans votre travail et je me demande si elle est pertinente. L'imaginaire me paraît renvoyer soit à la philosophie, soit à la psychologie ou encore à la psychanalyse. Pourquoi ne pas utiliser les notions de représentation ou d'idéologie qui me semblent plus parlantes que celle d'imaginaire ?

58SERGE COLLET : Avec la notion d'imaginaire, il y a tout de même l'idée, dans la constitution de l'identité, de fantasme. Je crois que c'est tout de même intéressant, cette idée-là. La notion de représentation ne donne pas cette dimension importante dans la constitution d'une personnalité ou d'une identité de groupe.

59DANIEL TERROLLE : Tout à l'heure, on a parlé de l'intérêt de la notion de territoire symbolique. A Saint-Leu, Le territoire est un quartier historique, central, alors que généralement c'est à la limite de la périphérie que se situent les quartiers dépotoirs. Ce que je ne comprends pas, c'est la réticence de la municipalité à entreprendre une rénovation alors que le quartier est très dégradé.

60MONIQUE SELIM : Dès la fin du xixème siècle, il y a eu des pamphlets locaux qui dénonçaient ce quartier, comme quelque chose d'intolérable, un lieu de taudis, de misère et de maladie. Il y a même eu une épidémie de choléra avant la guerre. Des projets de rasement de ce quartier ont été élaborés, pendant quarante ans. Comme ils n'ont pas abouti, le quartier est resté tel qu'il était au xixème siècle en se délabrant toujours plus. La réhabilitation actuelle est l'œuvre d'une municipalité communiste. Mais quand elle est arrivée au pouvoir en 1971, elle a repris elle-même l'histoire du quartier et en a fait un enjeu, c'est-à-dire qu'elle l'a considéré comme un quartier ouvrier et industriel en occultant les transformations tant au niveau des activités qu'à celui de la population. Elle s'est engagée dans une bataille qui, pour le coup, était réellement une bataille idéologique, et qui la met aujourd'hui dans une situation extrêmement difficile.

61DANIEL TERROLLE : La municipalité ne cherche-t-elle pas justement à préserver ce territoire symbolique ayant là sa classe ouvrière, son prolétariat, son paupérisme ?

62MONIQUE SELIM : C'est exactement le contraire, parce qu'en fait la municipalité s'est trouvée dans une situation intenable dans la mesure où par exemple les gens ont systématiquement volé sur les chantiers. Actuellement, la municipalité s'est totalement retirée tant au niveau de la cellule du parti communiste qui a disparu il y a un an, qu'à celui du comité de réhabilitation du quartier qui avait été fondé au moment de la bataille de la municipalité et qui a été dissous il y a deux ans.

63CHRISTIAN MARCADET : J'ai aussi habité dans le quartier dégradé, et je voudrais dire deux choses ; premièrement : il semble scandaleux aux yeux des Amiénois de voir qu'on construit des maisons neuves pour des gens qui ne veulent pas travailler, qui sont des voleurs, c'est la représentation dominante ; donc, pour la mairie, faire porter tout son effort sur la réhabilitation de ce quartier, n'allait pas de soi. D'autre part, à propos de l'assistance, le fait même qu'on puisse tricher avec l'assistance, notamment beaucoup d'invalidités sont des invalidités trafiquées, me semble être une manière de renverser la logique qui fait de l'assisté quelqu'un de dépendant, quelqu'un en situation infériorisée. C'est ce qu'on a retrouvé sur d'autres terrains. L'autre point qui n'a pas été abordé, c'est le support de la parenté dans la reproduction endogène. Toutes les familles étaient apparentées entre elles, à divers titres. Il y a un noyau familial à partir duquel on doit pouvoir répondre à la question de qui part, qui revient, posée tout à l'heure.

64GERARD ALTHABE : L'intervention de Daniel Terrolle me semble très intéressante dans la mesure où l'opération de réhabilitation du centre historique de Saint-Leu est à rapprocher de celle du centre de Bologne, d'autant que les gens d'Amiens sont allés à Bologne. Dans les deux cas, au bout de quatre ou cinq ans, il y a eu une prise de distance de la municipalité communiste à l'égard de ce type d'opération dans la mesure où la mise en scène de leur alliance avec ce type de population, exploitée à travers les campagnes de presse, devenait négative électoralement par rapport aux grands ensembles, c'est-à-dire aux couches sociales sur lesquelles elle s'appuie.

65LYDIA TABARY-TAVEAU : A Calais, le processus de réhabilitation a été complètement différent. La ville historique, là où sont implantées les industries de textile, est restée et devenue le centre-ville, après la destruction de la vieille ville de Calais pendant la guerre. Cet ancien quartier industriel a aujourd'hui au contraire une vie très active et on y trouve une mixité des habitations ouvrières et bourgeoises ; la population marginale et assistée a été déplacée en fait dans les nouveaux quartiers de HLM qui ont été construits par la municipalité. Pourquoi ces anciens quartiers évoluent-ils différemment ? Est-ce dû à leur composition sociale d'origine uniquement ouvrière ou non ?

66MONIQUE SELIM : Dans la période industrielle antérieure, le quartier Saint-Leu était à la fois déjà un dépotoir et en même temps un lieu de travail et de résidence pour des ouvriers actifs. Mais jusqu'à une époque relativement récente, c'est-à-dire jusqu'à la Seconde Guerre, il n'y avait pas de séparation entre ces fractions des couches ouvrières ; en fait, toute l'histoire nous rappelle qu'elles ont été intimement liées pendant toute une période. Les transformations ultérieures les ont conduites à se séparer et notamment au niveau de la résidence.

Notes

1 L'aménagement d'un axe est-ouest en 1974 a entraîné sa disparition et celle d'une trentaine de maisons.

2 Aujourd'hui, une dizaine d'enfants âgés de douze à quinze ans travaillent le samedi sur le marché de la citadelle (de 3 h à 8 h du matin et l'après-midi).

3 Histoire de la ville d'Amiens ; tome III, 1906 ; le baron A. de Calonne.

4 L'appellation "ch'nazu" désigne les "fils" de Saint-Leu et se réfère à une pratique très ancienne et rituelle : une fois par an, les enfants de Saint-Leu sortaient en groupes dans la ville en quémandant argent et cadeaux. Ils étaient, dit-on, en haillons et surtout le visage barbouillé de morve, "caractéristique" d'où vient cette expression.

5 Il appartient à l'association des anciens élèves de Saint-Leu et rassemble la communauté jeune et masculine du quartier qui serait la plus susceptible de s'insérer dans le marché de l'emploi.

6 Un mouvement organisé de revendications s'amorce à partir de la dernière petite HLM construite dans le quartier ; il entraîne à sa suite le premier îlot réhabilité.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540