Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Ouverture du séminaire

Elizabeth Fleury, Jean Métral et Jacques Gutwirth

Texte intégral

1En quelques mots, permettez-moi de vous dire que je suis heureuse de vous accueillir ici et de vous expliquer pourquoi nous avons souhaité cette rencontre. Ce n'est pas un colloque mais une occasion de travail et d'échanges.

2J'insiste sur le fait que nous sommes ici pour aborder les problèmes concrets qui se posent au chercheur sur le terrain. Vous avez pu remarquer que tous les gens intéressés aux problèmes que nous allons soulever ne sont pas là ; ne sont présentées en effet, que les équipes qui ont été financées par la direction du Patrimoine pour travailler sur les sociétés urbaines. C'est à ce titre que vous allez être amenés à parler de votre expérience et de vos recherches. L'ordre du jour est très pragmatique : les exposés sont là pour lancer le débat, et je dirais même vraiment une discussion le plus au fond possible. Nous ne sommes pas là pour écouter en général, mais surtout pour intervenir. Il s'agit donc de faire le point et pour nous, ministère de la Culture, d'essayer de comprendre quels sont vos besoins, vos problèmes.

3Nous espérons que ces journées permettront en outre de vous rassembler, de souder un petit peu plus le milieu que vous représentez. Au-delà, elles devraient nous permettre de réfléchir à la suite qui doit être donnée à l'action engagée. Je passe tout de suite la parole à M. Jean Métrai qui va ouvrir notre séminaire.

4Je voudrais d'abord remercier la mission du Patrimoine ethnologique de la chance qu'elle nous offre d'organiser ces rencontres qui, je l'espère, seront l'occasion de dialogues fructueux. Elizabeth Fleury a bien rappelé qu'il ne s'agissait pas là d'un colloque CNRS, mais de rencontres où puisse s'établir une communication entre les équipes et les personnes qui travaillent sur cette ethnologie de la France au présent.

5Vous savez qu'il y a là un double défi, un défi à l'ethnologie dont certains pensent qu'elle n'est pas outillée pour affronter nos sociétés complexes, et nos métropoles, un défi aux ethnologues qui ne sont pas toujours formés au travail dans l'anonymat, dans des unités de recherches difficilement cernables et délicates à repérer dans leurs pertinences. Des rencontres précédentes, journées de la Société d'Ethnologie française en février 81, colloque de l'Association française des anthropologues à l'automne de la même année, atelier sur les voies nouvelles de l'ethnologie de la France il y a un an à Toulouse, ont lancé le mouvement. Je crois qu'il faut que nous trouvions ici l'occasion de l'accélérer, de le densifier et si possible d'avancer dans la résolution d'un certain nombre de problèmes pour lesquels, en France, nous avons pris du retard. J'espère que ces deux jours à Royaumont permettront de franchir une étape supplémentaire. Je vais tout de suite donner la parole à Jacques Gutwirth qui a été un des précurseurs de l'ethnologie urbaine dans les années 60, qui revient du congrès de Montréal et connaît bien l'anthropologie urbaine américaine.

6Je voudrais commencer par quelques généralités. C'est peut-être paradoxal mais pour moi l'anthropologie urbaine, à la limite, ça n'existe pas ; il y a l'anthropologie un point c'est tout, c'est-à-dire que, dans la ville, nous restons fidèles à un certain nombre de méthodes qui ont constitué la discipline ethnologique, même si elles font également partie d'autres disciplines scientifiques : observation participante, entretiens plus ou moins formalisés, compréhension du point de vue des enquêtés, description ethnographique qui me paraît quelque chose de capital, volonté de globaliser, de faire le lien entre les divers niveaux d'une réalité sociale et culturelle, et, bien entendu, tentative d'explication.

7On m'a demandé de parler de l'anthropologie urbaine américaine. C'est un vaste sujet parce qu'aux Etats-Unis, elle est déjà bien développée et a des acceptions très diverses. Une chose est certaine, c'est qu'on y réfléchit sur les problèmes théoriques. Plotnicov avait organisé un symposium international à Vienne en juillet 82 à ce sujet, et il vient de sortir un livre dont je vous donne la référence : "Town talk. The dynamics of urban anthropology" édité par NAS et par ANSARI et publié à Leiden en Hollande, chez Brill. Ils pensent que dans la ville malgré tout, la démarche fondamentale dont je vous ai parlé trouve des aspects particuliers, évoqués notamment dans le livre de Hannerz, Explorer la ville. Mais, je préfère vous parler plus en détail de ma propre expérience d'anthropologue urbain sur le continent nord-américain, puisque nous sommes dans une réunion de praticiens. J'y ai beaucoup travaillé en 71 à Montréal, en 75-76 à Boston, puis très longuement à Los Angeles et également un peu à New York.

8La question de la pertinence des entités ne m'a pas posé de gros problèmes au départ. J'ai travaillé en effet sur des groupes religieux, à Montréal et à Boston, des communautés de juifs ultra-orthodoxes à tendance mystique, les Hassidims. Dans ce cas, la construction de l'objet n'est pas très compliquée parce qu'il s'agit de communautés très soudées, avec une participation continuelle, où les gens se voient tout le temps. Reste toujours le problème de situer l'objet dans un contexte plus large et j'y reviendrai parce que c'est, à mon avis, très important.

9Par contre, j'ai travaillé à partir de 75-76 sur un phénomène assez différent mais qui est en quelque sorte lié au précédent, puisqu'il s'agit toujours de juifs, les juifs messianiques, des judéo-chrétiens. Il s'agit de groupes convertis au christianisme de type protestant, mais qui veulent rester juifs ; ça peut paraître contradictoire pour certains, mais c'est, du moins d'un point de vue émic tout à fait logique. Là, évidemment, la construction de l'objet est beaucoup plus difficile parce qu'il s'agit d'un groupe plus fluide, où les gens passent, viennent plus ou moins longtemps. A partir d'un noyau relativement stable, on arrive tout de même à construire un objet. Mais il faut aussi le voir dans son rapport à un mouvement beaucoup plus large, qui est celui du renouveau chrétien aux Etats-Unis dans les grandes agglomérations. Je suis en train de terminer un livre là-dessus.

10Pour commencer, je préfère vous parler de ma manière d'enquêter. Evidemment, pour travailler chez les Hassidims, j'avais des accointances comme on dit ; le contact était assez facile bien que ce soit un milieu difficile d'accès, en général. A Anvers en Belgique, chez les Hassidims, ça n'a pas été facile, et pourtant Dieu sait si j'avais des accointances puisque je suis moi-même anversois, et que je connaissais le milieu englobant cette communauté. Et lorsque je suis allé faire une étude comparative sur un groupe de Hassidims de même appartenance... on m'avait dit à Anvers : oh ! vous aurez beaucoup de difficultés pour les aborder parce qu'ils sont très réticents à l'enquête ; or cela n'a pas été du tout vrai. En fait, l'accueil a été le même qu'à Anvers ; parce que je connaissais le milieu anversois, et notamment des gens, avec qui j'avais travaillé, parce que j'étais déjà familier des phénomènes, on m'a très bien reçu. Chez les Hassidims à Boston, ça été la même chose. En ce qui concerne les judéo-chrétiens et le mouvement angélique, avoir des accointances ne joue pratiquement pas parce que ce sont des groupes qui ont des visées missionnaires, et, surtout dans le contexte américain, sont extrêmement ouverts à toutes les approches extérieures. Naturellement, ça ne veut pas dire qu'on vous dit tout, qu'on vous montre tout mais il y a quand même un accès relativement facile. Et, je dirais même que le problème est inversé par rapport au milieu précédent parce que le fait qu'on tente de vous reconvertir en permanence est une pression psychologique qu'il faut subir et apprendre à dominer ; au départ, ce n'est pas toujours agréable ni facile sur le plan psychologique. J'ai réagi tout de suite en disant que j'étais agnostique, vrai ou faux ce n'est pas l'affaire, et finalement on m'a plus ou moins laissé en paix. J'ai assisté aussi à de grandes réunions collectives de type charismatique, au style très émotionnel, où on travaille beaucoup sur l'efficacité des gens, sur leur sentiment de culpabilité par exemple. C'est psychologiquement très bien construit. Des gens extrêmement adroits essayent de vous manipuler. Ne voyez aucun sens péjoratif à ce mot, les gens sont là en effet pour que se fasse un acte de foi en Jésus et le Dieu de l'Evangile. Au début, ça m'a mis très mal à l'aise. Mais en même temps, ces réactions subjectives que je me suis empressé de noter sur mon magnétophone ou sur mon carnet, ont contribué à l'analyse, c'est une façon d'observer en participant. Il faut dire qu'au fur et à mesure que mes enquêtes avançaient, je devenais de plus en plus insensible à ce genre de phénomène ; on se rend bien compte, notamment comme chercheur, qu'il y a des techniques dans ce domaine, on commence à les connaître par coeur, elles se répètent plus ou moins, avec des variantes bien entendu. Si on a, au départ, une distance suffisante pour ressentir ce qui se passe, on peut démonter la mécanique, tout ça fait donc partie de la recherche.

11Un autre élément important sur lequel je voudrais insister, c'est le fait que lorsque j'ai appris l'ethnologie avec mes maîtres en France, avec Leroi Gouhran, avec Bastide et avec d'autres, on nous a toujours appris à être extrêmement réservés, à avancer pas à pas, à être très prudents avec les enquêtés. Or je me suis rendu compte qu'aux Etats-Unis, ça n'était absolument pas nécessaire, qu'on pouvait poser des questions directes aux gens qu'on se garderait bien de poser de cette façon en France. Leur demander des tas de choses très intimes, je ne parle pas des choses les plus intimes mais enfin des questions sur le passé, leur famille, leur âge, leur métier, ce qu'ils gagnent, toutes sortes de choses sur lesquelles ils vous disent ou non la vérité, ou en partie du moins, ne dérange absolument pas. Je me suis posé la question si à la limite en France, on ne pouvait pas le faire aussi en milieu urbain, parce que c'est un milieu où l'on peut prendre un certain nombre de risques. Les gens y sont de plus en plus habitués à des enquêtes par questionnaires dans la rue, à domicile, et sont prêts à répondre ; cela ne veut pas dire qu'il faut prendre pour argent comptant tout ce qu'ils disent et poser les questions tout de go. Je pense qu'on pose ces questions après avoir avancé dans des sujets plus innocents. D'autre part, en milieu urbain vous avez dû le constater aussi, les gens aiment parler, ils sont souvent très contents qu'on les interroge. D'une certaine façon, l'anthropologue fait très souvent fonction de thérapeute. Là aussi, il ne faut pas avoir trop de scrupules, je m'en suis rendu compte, très souvent les gens aiment parler très longuement de leur vie. Naturellement j'ai presque toujours utilisé le magnétophone, cela n'a jamais posé de problème dans les entretiens comme dans les réunions publiques à quelques exceptions près.

12J'aborderai rapidement le problème de la constitution de l'objet. Je travaille sur ces juifs chrétiens, mais il s'agit de groupes très restreints et les étudier en tant que tels ne m'a pas semblé d'un intérêt capital. Ce qui me semble important, c'est la mesure dans laquelle ils sont révélateurs d'un mouvement global de changement de lieux aux Etats-Unis, dans les grandes agglomérations liées aux grandes industries. Je me suis donc intéressé ici aussi au contexte, et je me suis rendu compte que ces groupes étaient en rapport avec des Eglises évangéliques ou même avec des groupes juifs orthodoxes. Il y avait une sorte de réseau d'interconnaissances directes et indirectes, les groupes étant situés en entrelacs dans ces mouvements.

13Les groupes que j'ai étudiés avaient un noyau plus ou moins stable sur plusieurs années ; j'ai construit un vaste tableau à entrées diverses sur leurs paramètres démographiques et autres. Pour construire son objet le mieux possible, le chercheur doit utiliser son bon sens ou son imagination anthropologique.

14Je voudrais encore souligner une chose importante au sujet de ces groupes religieux américains, également vrai pour un groupe religieux que j'ai étudié en Cévennes, il y a une dizaine d'années. Ces juifs messianiques sont répandus à travers les Etats-Unis ; il n'était pas possible de les suivre partout, alors j'ai réuni des documents à partir de leurs publications sur ce qui se passait ailleurs. D'autre part, ils se réunissent pour des conférences annuelles et enregistrent de nombreuses cassettes où l'on trouve des renseignements sur les différents groupes qui existent aux Etats-Unis.

15J'ai eu ainsi accès à des informations prises sur le vif parce que les cassettes sont un matériel moins dirigé que des publications plus brutes. Je m'en suis beaucoup servi. Enfin, pour mieux connaître le mouvement juif messianique dans son ensemble aux Etats-Unis, j'ai assisté à une conférence de huit jours en Transsylvanie. J'y ai rencontré les gens qui participent aux différents groupes et je me suis entretenu aussi bien avec des dirigeants qu'avec des gens de la base. D'un point de vue épistémologique, la confrontation de ce que j'ai vu et entendu directement avec des enregistrements que j'ai consultés, me donne un matériel considérable sur ces groupes sans les avoir rencontrés personnellement. Je peux donc en parler dans mon livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable