Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés industrielles et urbaines contemporaines

 | 
Gérard Althabe
, 
Michel Burnier
, 
Jean Camy
, 
et al.

Introduction

Gérard Althabe

Texte intégral

1La réunion organisée à Royaumont par le Conseil du Patrimoine Ethnologique les 2 et 3 décembre 1983 vient à la suite d'une chaîne de rencontres (la journée d'études organisée par la Société d'Ethnologie Française en novembre 1981 ; l'atelier d'Anthropologie urbaine lors du Colloque de l'Association Française des Anthropologues en décembre de la même année ; l'atelier d'ethnologie urbaine lors du colloque sur les "Voies nouvelles de l'ethnologie de la France" tenu à Toulouse en décembre 1982) qui sont autant d'étapes dans le débordement de l'ethnologie hors des terrains et des problématiques qui, en France tout au moins, lui sont traditionnels. La ville et ses quartiers, les usines et les bureaux, saisis dans leur réalité d'aujourd'hui sont peu à peu introduits dans le champ de la recherche ethnologique.

2L'implantation de l'ethnologie dans le présent et dans les lieux centraux de la société industrialisée à laquelle appartient le chercheur s'accompagne d'une inévitable et profonde remise en question des concepts interprétatifs, de la démarche d'investigation et de la méthode d'enquête ; les résultats de cette rencontre peuvent être considérés comme une amorce d'un débat qui ne fait que commencer.

3Dans cette présentation je vais me contenter d'illustrer deux points qui se dégagent des débats : les difficultés de l'utilisation de la notion d'identité dans l'approche d'une ville, d'un quartier ou simplement d'un groupe ; les particularités de l'enquête ethnologique de terrain dans une situation où le chercheur et ses interlocuteurs appartiennent à la même société.

4L'utilisation de la notion d'identité dans l'approche d'une ville, d'un quartier ou d'un groupe a été un domaine important de réflexion, le rejet de son acceptation substantiviste a été unanime : refus d'une démarche consistant à effectuer l'inventaire de traits distinctifs (culturels, économiques, historiques, langagiers) dont la configuration particulière constitue l'identité, refus donc d'une problématique dans laquelle l'identité collective (ou la culture) est en elle-même un objet à analyser, les individus étant introduits à travers la compréhension de leurs pratiques d'appropriation. L'identité a été définie comme le produit de pratiques sociales, elle est produite dans les rapports sociaux et elle prends sens en eux ; en aucune façon elle ne les détermine et ne leur donne sens.

  • 1 Quatre terrains, parmi les douze présentés durant ces journées, me serviront ici à concrétiser les (...)

5Les réflexions autour de l'étude menée à Port-de-Bouc1 ont quelque peu précisé l'utilisation de la notion d'identité. L'étude décrit une pratique de production de l'image de la ville (à travers la mobilisation de la mémoire de ses habitants, des ouvriers en particulier) telle qu'elle était durant la période (1899-1966) où elle était dominée par le chantier naval. L'image de la ville ainsi reconstituée est la mise en scène d'une identité collective disparue dans laquelle la vie locale était en synergie avec celle du chantier naval (depuis le lancement d'un bateau jusqu'aux luttes sociales), dans laquelle épouse et enfants s'identifiaient à la condition occupée par le mari et père dans le chantier ; cette identité locale a fonctionné durant cette période comme cadre d'unification et d'intégration de vagues successives de migrants venus des régions méridionales et centrales de l'Europe.

6L'image passée de la ville, l'identité collective qu'elle véhicule n'existent plus (le chantier naval a été fermé en 1966), elles relèvent de l'imaginaire et de la mise en scène ; l'investigation doit répondre à deux questions : pourquoi cette pratique de réactualisation du passé intervient-elle dans la conjoncture actuelle ? Quel sens prend cette image disparue de la ville pour ses habitants actuels ?

7La raison de cette reconstitution du passé urbain doit être recherchée dans une pratique, coordonnée et animée par la municipalité, qui est une réponse aux transformations actuelles de la ville. La fermeture du chantier naval en 1966, le début en 1969 des travaux de construction du site industriel et portuaire de Fos bouleversent l'environnement socio-économique. Port-de-Bouc, dont le tissu industriel s'est décomposé, se transforme en zone résidentielle qui tend à se spécialiser dans l'accueil de familles des couches sociales les plus démunies ; la reconstitution de l'image passée de la ville s'inscrit dans une pratique tendant à enrayer cette dynamique négative ; elle a pour but de refaire de Port-de-Bouc une ville : l'image du passé, la mise en scène de l'identité collective qui y est contenue est la dimension idéologique centrale d'une action dans laquelle prend place aussi bien la transformation du site où se dressait le chantier naval en nouveau centre ville, que l'effort pour fixer une population dans le territoire communal par un programme de construction de cinq cent maisons en accession à la propriété. Les chercheurs composent l'image passée de la ville, mettent en scène l'identité perdue ; les animateurs socio-culturels tentent d'en faire une réalité du présent, c'est-à-dire la charpente d'une nouvelle identité urbaine.

8La deuxième étape de l'investigation porte sur le rapport que les citadins actuels de Port-de-Bouc établissent avec l'identité collective contenue dans l'image passée de leur ville qui leur est ainsi offerte alors que dans leur vie quotidienne les conditions qui ont présidé à son émergence et à son édification ont disparu (la conjonction entre la résidence et le travail s'est effacée, les lieux d'emploi sont dispersés autour de l'étang de Berre, l'articulation entre la vie professionnelle et la vie locale est exclue ; le développement du salariat féminin, situé également hors de la ville, brise les conditions d'une identification de la famille à la condition professionnelle du mari). Des enquêtes permettraient d'analyser les processus différenciés d'identification (entre les générations, ceux qui ont directement vécu la situation reconstituée et ceux pour qui elle est une référence parentale acceptée ou refusée en tant que telle ; entre ceux qui sont des autochtones et ceux qui, arrivés ces dernières années n'ont aucune attache avec le passé ; entre les hommes et les femmes, entre les ouvriers et les couches moyennes), de même il faudrait analyser le refus de cette identification (qu'en est-il de la fraction la plus jeune de la population ?). Quoiqu'il en soit l'identité collective imaginaire produite dans la pratique de recherche et d'animation ne peut devenir un cadre d'identification pour les citadins de Port-de-Bouc que dans la mesure où elle est une réponse à des questions posées dans la conjoncture dans laquelle ils sont placés. Nous connaissons la réponse offerte, les questions nous restent largement inconnues.

9Des recherches portent sur une population d'étude possédant une image négative (les habitants du quartier Saint-Leu d'Amiens, la trentaine de jeunes installés dans les espaces publics de la cité Maurice Thorez du Centre d'Ivry ; les jeunes d'origine maghrébine de la banlieue Est de Lyon). Cette image négative est une identité qui de l'extérieur est imposée aux sujets, une double direction de recherche peut être empruntée : quelles sont les conditions de la production de l'image négative ? Le sens de son émergence doit être recherché dans le champ social local. Comment ceux qui en sont les victimes se l'approprient-ils ? Quelle place occupe-t-elle dans la production de leur identité ? La question sera illustrée avec les situations d'Ivry et de Saint-Leu.

10La trentaine de jeunes de la cité Maurice Thorez (1 400 habitants) d'Ivry que l'ethnologue a pris comme terrain d'investigation sont définis comme le négatif d'une référence positive, celle de la jeunesse ouvrière telle que la mythologie communiste l'a construite ; cette image est produite par la municipalité et les associations qui l'entourent, elle légitime les actions répressives menées à l'encontre de ces jeunes.

11Il faut s'interroger sur la violence que l'on décèle dans les dénonciations à travers lesquelles se dessine cette image négative et dans les pratiques qu'elle légitime ; la compréhension de ce phénomène réside dans la conjoncture existant, au moment de l'enquête dans le champ social local. La municipalité est alors en conflit avec les habitants, appartenant aux couches moyennes, des immeubles neufs faisant partie d'une opération de rénovation du centre-ville. Les responsables des associations qui mènent l'affrontement appartiennent eux-mêmes à la mouvance communiste ; dans cette situation particulière, la municipalité manifeste son alliance avec les habitants de la cité HLM dans laquelle l'enquête était menée (elle est implantée dans la proximité des immeubles de l'espace de rénovation). Elle les utilise comme le symbole d'une classe ouvrière dont elle est le porte parole, ainsi, l'adversaire est fixé dans la position de la classe dominante, les animateurs communistes de l'opposition se retrouvent placés dans une contradiction insurmontable. La violence de la stigmatisation des jeunes de la Cité vient de ce que leurs pratiques publiques contredisent l'utilisation que fait de la Cité la municipalité dans son affrontement avec les habitants des immeubles de la rénovation ; leur comportement met en péril le dispositif symbolique mis en place, d'où l'acharnement mis à les isoler, à marquer symboliquement qu'ils sont des étrangers à la Cité qu'ils habitent, à les exclure d'une classe ouvrière imaginaire introduite comme référence de légitimation dans un affrontement de pouvoir.

12L'image négative de ces jeunes est également produite par les habitants de la Cité elle-même : ils sont des loubards, des voyous, la stigmatisation se dépolitise. C'est dans les rapports sociaux internes à la Cité qu'il faut aller rechercher le sens de la production de cette image négative. Ils sont produits en acteurs dans lesquels est fixée la négativité sociale. Ils constituent une référence par rapport à laquelle se développent des pratiques d'évitement et de différenciation ; pratiques dont le but est de maintenir la grande majorité des adolescents de la Cité (ceux qui ne stationnent pas bruyamment dans les halls d'entrée des immeubles) dans la tutelle parentale.

13L'image stigmatisée dans laquelle cette trentaine de jeunes sont enfermés prend son sens dans deux niveaux du champ social local. Celui du conflit entre l'autorité municipale et les habitants des immeubles de la rénovation du centre ville : elle y est produite par un processus visant à protéger l'utilisation de la classe ouvrière comme référence de légitimation du pouvoir. Celui interne aux habitants de la Cité : elle est le produit de processus cherchant à assurer le maintien du contrôle parental sur les adolescents. La superposition et le renforcement réciproque des deux composants de l'image négative seraient à analyser.

14Considérée à partir des jeunes étudiés, l'image négative apparaît comme l'armature de la production de leur identité collective, ils ne se constituent en acteur collectif qu'en référence à elle. Les relations qu'ils établissent entre eux et avec les autres sont inscrites dans un champ social dont elle occupe le centre. Les processus d'intériorisation de l'image négative, son utilisation comme source de production de l'identité collective sont un domaine de recherche qui reste ouvert. L'adhésion à l'identité stigmatisée imposée de l'extérieur doit être également appréhendée à partir de chacun des trente jeunes : il faudrait essayer de bâtir la compréhension de l'adhésion individuelle en précisant les articulations entre les divers domaines de leur existence (famille, école, travail salarié, etc.).

15Le quartier Saint-Leu d'Amiens se présente comme un territoire urbain maudit, son image stigmatisée est produite par les média, le journal local en particulier : le récit redondant de faits divers coexiste avec des reportages de facture ethnographique dans lesquels ses habitants sont les acteurs de coutumes et mœurs aussi étranges que ceux dont nous parlaient jadis les voyageurs des antipodes ; le tourbillonnement incessant des rumeurs reproduit cette image.

16Le rôle qu'elle joue dans le champ social local est multiple ; par exemple pour les habitants des grands ensembles de la périphérie de la ville, Saint-Leu est un territoire dans lequel est fixée une condition de pauvreté et de précarité avec laquelle ils essaient de rompre, rupture fragile, jamais définitive, la crise venant d'ailleurs renforcer cette fragilité. L'image négative de Saint-Leu (la représentation d'une population relevant d'un monde social autre et disqualifié) est une manière de refouler hors de soi une condition dont ses habitants sont le symbole, d'en exorciser la menace.

17Ce mode d'existence du quartier dans le champ social local est ressorti de l'analyse du développement d'une opération de réhabilitation lancée par la municipalité d'Amiens (le relogement sur place dans un habitat rénové, avec conservation du style des maisons, de la physionomie générale du lieu). Cette opération s'est accompagnée de la mise en scène de la relation étroite établie par la municipalité avec les habitants (Le plus petit développement de l'entreprise donnant lieu à reportage et photos). Les responsables politiques de la municipalité ont peu à peu pris conscience de ce que les manifestations publiques de leur relation privilégiée avec Saint-Leu mettaient en péril leur alliance avec ceux qui constituent leur base sociale et électorale la plus solide, les habitants des grands ensembles. On peut suivre les étapes de leur prise progressive de distance, relever les événements dans lesquels ils marquent symboliquement leur rupture, montrer les conséquences sur les finalités de l'opération urbanistique elle-même (le quasi abandon de la volonté de reloger sur place les habitants du quartier). L'image négative de Saint-Leu, l'identité stigmatisée qui est attribuée de l'extérieur à ses habitants doit tout d'abord être analysée comme le produit de processus se situant dans le champ social local.

18Cette image négative est produite à l'extérieur du quartier, elle s'inscrit dans une intense pratique de stigmatisation ; elle crée les conditions qui font de Saint-Leu une enclave sociale que l'ethnologue peut légitimement étudier en tant que telle, pour une fois l'expression du "village dans la ville" semble justifiée. L'étude permettra d'ailleurs de mettre à jour des rapports sociaux ayant une cohérence qui leur est propre : par exemple les relations de cohabitations sont construites sur le modèle familial ; la co-résidence est la base d'une parenté de substitution qui est antagonique avec la parenté réelle ; le refoulement des conditions pouvant introduire des différences hiérarchiques, la lutte contre les signes marquant les écarts hiérarchiques, une articulation particulière entre le privé et le public, le travail salarié est quasi absent, il n'a aucun rôle dans la position des uns et des autres dans un espace social ayant sa logique propre, etc.

19Dans le cadre d'un territoire urbain qui est constitué en enclave sociale par l'image négative qui lui est imposée de l'extérieur, les habitants élaborent une image du passé dans laquelle ils construisent leur propre identité collective (celle-ci permet en particulier aux familles allogènes - la moitié des habitants du Saint-Leu actuel est arrivée les vingt dernières années, donc n'a aucune relation avec ce passé - de s'intégrer dans l'univers social en adhérant à cette identité). Il s'agit là d'une production endogène qui émerge des rapports sociaux indigènes, les habitants du quartier marquent ainsi leur refus d'adhérer à l'image négative qui leur est imposée. En produisant leur propre identité collective ils concrétisent leur rejet de celle, stigmatisée qui est la leur dans le champ social amiénois.

20A Ivry et à Saint-Leu l'image négative stigmatisant la population d'enquête est produite dans le champ social local, c'est là qu'elle doit d'abord être étudiée. L'intervention de l'image négative dans la production par les sujets de leur identité collective est très différente dans l'une et l'autre situation. Dans la cité d'Ivry elle structure l'identité collective que les jeunes édifient, elle en est la référence centrale. A Saint-Leu, elle crée les conditions de l'émergence du quartier en enclave sociale, les habitants vont produire une identité collective indigène dans laquelle ils cristallisent leur refus de celle qui leur est imposée de l'extérieur.

21La spécificité de la démarche ethnologique est d'être une production de connaissance s'effectuant dans le contexte de l'interaction du chercheur et des sujets, l'enquête de terrain, c'est-à-dire la rencontre de longue durée avec ceux qui sont objets de l'investigation en est l'épicentre. En conséquence l'examen de l'implication du chercheur dans les situations d'interaction est inévitable ; le traitement de cette question est un moment essentiel de la démarche elle-même.

22Un participant, effectuant une enquête sur une secte de juifs messianiques américains, nous a fait part du malaise qui le paralysait lorsqu'il assistait à des moments cérémoniels dans lesquels l'engagement physique des participants était intense ; il évoquait les efforts qu'il a dû déployer pour maîtriser les effets subjectifs de son implication, pour reconquérir sur lui-même la distance qui lui était nécessaire pour redevenir capable d'observer et d'interpréter. Nous avons cependant évité de réduire la problématique de 1'implication à cet effort que, dans une sorte d'aventure subjective, le chercheur exerce sur lui-même pour en neutraliser les effets négatifs et retrouver son regard ethnologique. Les débats se sont orientés sur le traitement de l'implication du chercheur en tant qu'acteur des rapports sociaux qu'il s'est donné pour but d'étudier.

23La perspective dans laquelle l'implication comme acteur est un obstacle à surmonter a été abandonnée ; l'implication y apparaît comme un mal inévitable, le péché de l'enquête participante qui empêche l'émergence d'une situation de recherche bâtie sur le modèle de celle des sciences exactes, dans laquelle la séparation du chercheur et de son objet est fixée. L'implication en tant qu'acteur du champ social peuplé par les sujets a été considérée comme un élément constitutif de la démarche de connaissance, la réflexion s'est développée autour de son utilisation. Deux exemples parmettent de l'illustrer.

24L'étude menée sur la sociabilité des cafés et des bars de Montceau-les-Mines et du Creusot fait ressortir deux situations d'enquête fortement contrastées. Dans les cafés ayant une clientèle recrutée dans le quartier où l'établissement est implanté les deux chercheurs ont été maintenus, en tant qu'étrangers, en dehors de ces espaces de relations ; les clients et les tenanciers refusaient toute communication, les deux ethnologues ne pouvaient justifier leur présence et leur activité dans la mesure où le café étant considéré comme un lieu où se localise un ludique relevant de la condamnation morale, il ne peut en aucune façon être un objet de recherche, c'est-à-dire relever d'une activité sérieuse et noble. Dans les bars du centre ville fréquentés par des jeunes venus de l'ensemble du territoire urbain, leur statut d'étranger a été au contraire le support à l'établissement de relations et d'échanges avec les consommateurs. La position dans laquelle les chercheurs sont placés dans l'un et l'autre espace de relations est le produit des processus constitutifs de la sociabilité qui s'y développent ; l'analyse de la situation d'enquête apparaît comme une voie pouvant être empruntée pour atteindre la compréhension de cette sociabilité.

25L'ethnologue s'installant à Saint-Leu voit s'imposer à elle comme interlocuteurs les membres de la cellule locale du parti communiste (une dizaine de personnes, une frange d'une quarantaine de sympathisants). Ces militants sont établis dans une relation de proximité avec l'autorité municipale (d'autant que le responsable de la cellule est un technicien supérieur de l'administration communale qui ne réside pas dans le quartier). A travers l'affirmation de leur proximité avec le pouvoir municipal ils tentent de produire une différenciation hiérarchique avec 1'ensemble des habitants ; ainsi occupent-ils la position d'intermédiaire et c'est en tant que tels qu'ils établissent une relation privilégiée avec l'ethnologue.

26En apparence cette dernière est tombée dans un piège, banal dans les situations d'enquête exotique : elle est emprisonnée dans des relations avec des gens qui, de par leur proximité avec l'autorité extérieure, sont coupés de l'ensemble de la population ; ils utilisent sa présence pour renforcer leur position, et l'ethnologue se voit interdire l'accès à son terrain. En réalité la différenciation hiérarchique fixée dans la cellule, produite dans l'alliance des militants avec l'autorité municipale est une composante interne à l'univers social du quartier ; la cellule n'est pas un corps étranger, elle est le produit de processus endogènes qui ont été étudiés, elle est inscrite dans l'utilisation de l'autorité extérieure comme référence interne. Ce mode d'existence de la cellule est ressorti lors des conflits entre la municipalité et les habitants de Saint-Leu : les militants communistes non seulement se solidarisent avec leurs co-résidents, mais ils s'en font les porte-parole ; ils évitent qu'une différenciation hiérarchique dont le sens est entièrement produit dans les rapports sociaux internes, donc qui relève d'une logique endogène, ne se transforme en séparation. Ils empêchent que la proximité avec l'autorité extérieure dans laquelle ils s'établissent ne change de dimension et devienne le cadre de leur isolement dans le quartier.

27Pour l'ethnologue l'entrée dans le quartier par la cellule communiste était, à l'époque de l'enquête, la seule voie d'accès possible, le passage par ce groupe lui a permis d'établir des contacts avec l'ensemble des habitants. Cet exemple illustre la manière dont le chercheur peut comprendre la cohérence des rapports sociaux qui se développent dans son terrain et qui sont un des objets de son investigation en analysant sa propre situation d'implication, les transformations dont elle est le cadre dans la durée de l'enquête.

28L'étude menée sur la bourgeoisie parisienne a été l'occasion de deux ensembles de réflexion.

29Elle est exceptionnelle, ce qui nous a amené à nous interroger sur la raison pour laquelle la quasi totalité des recherches ethnologiques sont orientées vers "Ceux d'en bas" ; cette sélection intervenant dans le choix des terrains a des causes multiples, elle a entre autre une dimension épistémologique qui a été soulignée. Le chercheur tend à utiliser l'éloignement social pour se placer dans une situation d'enquête dans laquelle est contenue la distance nécessaire à la production de la connaissance (les terrains d'investigation tendent à se situer au plus loin dans l'échelle sociale : les habitants des cités d'urgence, les familles immigrées, les loubards des cités HLM, les salariés subalternes, ouvriers et employés).

30L'ethnologue risque alors de traduire la distance sociale ainsi manipulée en séparation culturelle, il fait alors des sujets les acteurs d'un univers social indigène, dans la relation qu'il établit avec eux il retrouve la situation de l'enquête exotique, celle dans laquelle le chercheur est un étranger dans son terrain. Il se place dans une situation artificielle dans laquelle il ne peut que produire une représentation fictive de l'objet étudié.

31La situation particulière d'enquête (l'ethnologue n'appartient pas au milieu bourgeois dont elle fait l'analyse) constitutive de cette recherche a apporté un certain éclairage sur la composante épistémologique de l'interaction entre le chercheur et les sujets (en l'occurrence il s'agit d'entretiens de longue durée).

32Les interlocuteurs de l'ethnologue ont tendance à construire une représentation d'eux-mêmes dans laquelle ils marquent leur différence avec elle et le milieu auquel elle appartient. Ils centrent la condition bourgeoise sur la filiation, la possession d'un capital généalogique, l'héritage de biens ; autant d'éléments dont ils la jugent dépourvue ; ils insistent sur la longue durée, trois générations sont nécessaires pour fabriquer un bourgeois. Ils édifient cette différence avec d'autant plus de force, ils en fixent les éléments avec d'autant plus de soins qu'ils sont conscients que la fragilité est constitutive de la condition bourgeoise : l'appartenance à la bourgeoisie n'est jamais acquise, sa légitimité est remise en question à chaque génération ; ces dernières années, l'appartenance aux professions libérales n'est plus un critère de distinction. Ainsi les entretiens collectés peuvent être dépouillés et interprétés comme le produit de cet effort, interne à l'interaction, de fixer la différence avec l'ethnologue et le milieu qu'elle représente.

  • 2 L'obligation de sortir du discours des sujets relève de l'évidence ; l'ethnologue devrait reconsti (...)

33La représentation d'eux-mêmes produite par les interlocuteurs dans l'entretien contient une armature interprétative, elle est également analyse de la condition bourgeoise ; le sujet dicte au chercheur une interprétation, et ce dernier court le risque de l'adopter, d'en faire le cadre conceptuel dans lequel il va bâtir son analyse, il perd alors son autonomie2.

34Il est vite apparu que les questions posées par l'interaction à partir de la situation d'enquête dans la recherche sur la bourgeoisie se posaient d'une manière identique dans toutes les recherches quels que soient les sujets ; ceux-ci, dans les entretiens, bâtissent une représentation d'eux-mêmes et de leur univers social qui trouve sa source dans l'interaction avec le chercheur et contient une interprétation qui tend à s'imposer au chercheur et risque de devenir la perspective de son analyse. La situation est souvent plus complexe : sur le chemin qui le mène aux sujets l'ethnologue rencontre des intermédiaires (travailleurs sociaux, animateurs socioculturels, enseignants, médecins, journalistes) qui lui offrent une représentation de ceux qu'il a choisis comme terrain d'étude (le moment de la pré-enquête, celui dans lequel on rassemble des informations avant d'aborder les sujets). Le mécanisme précédent risque de fonctionner dans la rencontre avec ces interlocuteurs, d'autant qu'une connivence sociale et intellectuelle s'établit entre eux et le chercheur.

35Le maintien de son autonomie dans l'interaction avec les sujets est une question décisive pour un ethnologue travaillant dans sa propre société et dans le présent de celle-ci ; cette autonomie peut être assurée dans deux directions :

  • l'élaboration d'une problématique solide permettant de ne pas se laisser investir par les perspectives interprétatives véhiculées par les représentations d'eux-mêmes que les sujets produisent ;
  • l'observation directe est inévitable (une réflexion sur la production des données par l'observation est nécessaire elle n'est nullement une collecte empirique, mais une pratique produisant des informations dans une perspective interprétative) ; le discours du sujet doit être principalement considéré comme une représentation produite dans la situation d'échange avec l'ethnologue, il doit être d'abord analysé comme tel ; les informations qui y sont contenues ne peuvent être détachées sans précaution de ce contexte.

Notes

1 Quatre terrains, parmi les douze présentés durant ces journées, me serviront ici à concrétiser les principaux points des discussions qui se sont déroulées à Royaumont. Ce n'est, bien sûr, nullement un choix qualitatif.

2 L'obligation de sortir du discours des sujets relève de l'évidence ; l'ethnologue devrait reconstituer et suivre les réseaux de relations dans lesquels le social et le familial sont imbriqués ; elle devrait porter l'observation directe dans les institutions scolaires, les lieux de rencontre dans le cadre des loisirs, les "châteaux " de la région parisienne et les meubles familiaux du 16ème arrondissement ; elle devrait se donner les moyens de décrire la réalisation des stratégies matrimoniales et de démonter les intérêts économiques partagés dans le réseau familial. Le discours que les sujets tiennent sur eux-mêmes pourrait alors être traité, non point principalement comme une source d'informations mais comme le produit de l'effort pour se différencier d'une référence sociale concrétisée par l'ethnologue. La question sans réponse est celle de la possibilité pratique d'une telle enquête. La présence d'un témoin extérieur dont l'intervention a pour but de rendre public le fonctionnement interne d'un milieu social qui, jusque ces dernières années, se considérait comme une forteresse assiégée, peut-elle être acceptée ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540