Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art de tatouer

 | 
Valérie Rolle

II Savoir-faire

3. Le goût du figuratif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la dimension « relationnelle » tient une place centrale dans le travail des tatoueurs – souci de la clientèle, instauration d’un climat de confiance et d’exclusivité, etc. –, ce savoir-être ne suffit pas pour « rendre service » (Jeantet 2003 : 200) à leurs clients : ils doivent aussi réaliser des tatouages de bonne facture. La maîtrise des instruments de tatouage s’avère à ce titre primordiale. Certains tatoueurs aiment parfois mieux passer pour quelqu’un de désagréable que laisser partir un client avec un tatouage de mauvaise publicité. La mise en œuvre de procédures d’hygiène visant à assurer un environnement stérile ne constitue pas, à cet égard, la dimension centrale de leurs savoir-faire. C’est pourtant sur cette dimension que les autorités entendent intervenir pour prévenir tout problème sanitaire.

Pratique touchant une population relativement marginale en termes numériques et sociaux, le tatouage n’était jusqu’à récemment pas réglementé dans la plupart des pays occidentaux....

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540