Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

VI. Patrimoine, émotions et politique : la double traduction

Nostalgie et patrimoine

Une esquisse de typologie1

David Berliner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un voyageur peut toujours revenir sur ses pas. Mais sur l’axe du temps, il n’y a pas de retour en arrière. Ce qui est perdu l’est à tout jamais. »
(Jankélévitch 1983.)

La nostalgie est devenue une notion galvaudée dans le domaine des humanités et des sciences sociales (Davis 1979 ; Boym 2001). Entendue comme un lamento face à « ce qui manque dans un présent en plein changement […] » (Pickering & Keightley 2006 : 920) et à ce qui est « désormais inaccessible, simplement à cause de l’irréversibilité du temps » (ibid.), elle est souvent utilisée pour désigner tout état émotionnel lié au temps qui passe, se référant même à un passé qui n’a pas été vécu par les acteurs concernés. Michael Herzfeld (2007 : 175), par exemple, a introduit le concept de « nostalgie structurelle » pour décrire « ce regret mélancolique » d’un passé idéalisé qui se caractérise par « sa reproductibilité dans la succession des générations » (ibid.) et sert les alibis politiques et moraux d’aujourd’hui. Dans la mêm...

Auteur

Anthropologue, professeur associé à l’Université libre de Bruxelles et membre du Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, éditeur de la revue Social Anthropology/Anthropologie sociale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540