Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

VI. Patrimoine, émotions et politique : la double traduction

À la recherche du temps écrasé

Patrimoine et suppression des liens sociaux d’émotion (Grèce, Italie, Thaïlande)

Michael Herzfeld

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les individus seraient liés au lieu où ils vivent par des racines dit-on souvent. Mais de quel type sont ces liens, de quoi naissent-ils et d’où leur vient leur puissance ? À qui appartiennent ces racines ? De telles questions s’imposent pour comprendre l’attrait du localisme dans tout pays où la politique nationaliste, aussi forte ou faible qu’elle soit, fournit un contrepoids à la méfiance traditionnellement exprimée contre l’État. Les trois pays dont il sera question dans cet article, et où je mène des recherches ethnographiques depuis longtemps et pendant des périodes étendues, offrent de nombreux points d’appui à une étude comparative sur cette question centrale. Et c’est justement le décalage qu’évoque parfois la comparaison d’un pays de l’Asie du Sud-Est (la Thaïlande) avec deux pays méditerranéens (la Grèce et l’Italie) qui rend visible la logique eurocentrique selon laquelle toutes les nations du monde partageraient un sens du patrimoine, commun à l’humanité entière, mais d...

Auteur

Anthropologue, professeur à l’université de Harvard, USA.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540