Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

IV. Catastrophe, déploration, action

Morale et politique dans le monument historique

L’incendie du château de Lunéville

Anthony Pecqueux et Jean-Louis Tornatore

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’incendie du château de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) survenu en janvier 2003 et la mobilisation qui s’en est ensuivie pour sa reconstruction offraient l’occasion d’ouvrir la boîte noire du monument : telle était hypothèse initiale de notre recherche1. S’il est vrai que le monument en tant qu’il s’est vu conférer la valeur patrimoniale de « monument historique » stabilise en silence un lien entre les personnes – de l’ordre d’un régime de temporalité –, voilà que l’événement de son incendie vient bouleverser l’état de « félicité patrimoniale » que constitue cette relation indiscutée à ses « autochtones », à ses visiteurs, à ses usagers ou à ses serviteurs. La destruction d’un monument affecte la machine de l’historicité et provoque une rupture dans la « présence du passé », que ce soit sur le registre savant de sa valeur historique ou sur le registre familier de sa valeur d’ancienneté – pour reprendre la terminologie d’Aloïs Riegl (1984). L’incendie était alors l’occasion de déplie...

Auteurs

Anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Paris, membre du centre de recherche « Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles ».

Anthropologue, professeur à l’université de Bourgogne, membre du Centre Georges-Chevrier – Savoirs : normes et sensibilités, et du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540