Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

IV. Catastrophe, déploration, action

« Salvare il possibile »

L’inondation de Florence en 1966

Anna Iuso

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’événement

Après quelques jours de pluies torrentielles, le 4 novembre 1966 vers trois heures du matin, contre toute prévision – ou plutôt au-delà des pires hypothèses qui, la veille au soir, avaient alerté l’armée, la police et les sapeurs-pompiers –, l’Arno inonde Florence avec une violence inouïe.

Le concours de circonstances qui conduisit à cette catastrophe est assez extraordinaire. Il y eut d’abord les pluies exceptionnelles qui s’étaient abattues sur tout le bassin de l’Arno et de ses affluents : entre le 3 et le 4 novembre 1966, Florence vit tomber le quart de l’eau qui tombe habituellement en un an (Nencini 1966 : 34). Les inondations ne sont malheureusement pas inédites à Florence. La ville en a connu plusieurs – la pire dont on se souvienne étant celle de 1844 –, mais celle-ci fut exceptionnelle. Le maximum de précipitations enregistré jusque-là en vingt-quatre heures était de 100 millimètres. Immédiatement après l’inondation, on apprit qu’il avait cette fois atteint 190 m...

Auteur

Professeur d’anthropologie culturelle à l’université de Rome La Sapienza et membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540