Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le patrimoine culturel immatériel

 | 
Chiara Bortolotto

II. Métamorphoses patrimoniales

La fête ou le fétiche, le geste ou la gestion

Du patrimoine culturel immatériel comme effet pervers de la démocratisation

Dorothy Noyes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut dénaturaliser le patrimoine. Depuis Max Weber (1978), les politologues nous ont expliqué qu’on ne peut déduire la légitimité d’un régime du manque de résistance populaire. Slobodan Milošević conserva son pouvoir en Serbie au long des années 1990 en sapant toute possible alternative et en épuisant une population aux prises avec les difficultés de la vie quotidienne (Gordy 1999). Il s’agissait, certes, d’un régime autoritaire, dont la légitimité ne pouvait qu’être suspecte. Mais les gens ordinaires peuvent aussi percevoir la démocratie néolibérale, fondée sur le principe du libre choix, comme un destin imposé. Nombre de citoyens des nouveaux États post-soviétiques ont embrassé l’économie de marché non tant par conviction, que parce que le pouvoir en place la présentait comme découlant de « la fin de l’histoire » (selon le mot célèbre de Francis Fukuyama) ou, comme disent les Américains, « the only game in town ». L’avenir était naturalisé (Hopf 2002).

Quelle relation faut-il vo...

Auteur

Dorothy Noyes, The Ohio State University, États-Unis

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540