Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Tsiganes en Europe

 | 
Michael Stewart
, 
Patrick Williams

Dénominations et transcription

Texte intégral

1L’utilisation d’une dénomination dans un texte concernant les Tsiganes rend toujours compte d’un usage particulier. D’où le respect nécessaire des variations dans l’orthographe, dans le choix des majuscules et dans l’utilisation des guillemets et des italiques. Et cet usage reflète en même temps un point de vue – sur soi-même et sur les autres. Le mode de transcription n’a donc rien d’anodin.

2Nous écrivons le nom des groupes « tsiganes » en italique et avec une majuscule sans leur appliquer les règles d’accord du français : les Rom Lovara, les Gadjkene Mānuš, les Sinti… Par contre nous appliquons ces règles et écrivons en caractères romains les noms (parfois les mêmes) qui sont utilisés comme termes génériques : les Tsiganes, les Roms, les Voyageurs, les Gitans… Faut-il mettre, par souci de symétrie, une majuscule à « gadjo» (féminin : « gadji», pluriel : « gadje»), et à ses équivalents espagnol (« payo») et anglais (« gorgio») ? Les gadje ne sont pas un groupe ethnique. Mais alors, pourra-t-on nous objecter, la majuscule accordée aux termes génériques, « Tsiganes », « Gitans », etc. ? Voilà qui montre comment les questions de typographie entraînent dans les débats essentiels…

3Le lecteur ne devra donc pas s’étonner de trouver, d’un chapitre à un autre, le même mot orthographié différemment, par exemple « gažo» tel que le prononcent les Rom, «gadjo» ou « gādjo» tel que le prononcent les Voyageurs et les Mānuš. Uniformiser reviendrait à écraser les nuances ethnographiques. La transcription que donne Elisabeth Tauber de la langue parlée par les Sinte qu’elle connaît est différente de celle utilisée le plus souvent dans les travaux consacrés spécifiquement à ces groupes ; par exemple, elle rend le -o- long (il existe une différence pertinente entre voyelles longues et voyelles brèves) par -au- et non par -ō- (« mangau» et non « mangō», pour « je demande »). Nous avons conservé la transcription choisie par cet auteur ; elle est probablement celle qui à ses yeux rend compte de la manière la plus fidèle de la musique de la langue des échanges entre ces Sinte.

4Michael Stewart et Ruy Llera Blanes, et leurs traducteurs, ont choisi d’employer « Tsiganes » dans leurs descriptions et analyses qui concernent des Rom de Hongrie et des Gitanos d’Espagne et du Portugal, ce qui de facto confère une dimension de généralité à leur propos. Caterina Pasqualino a préféré le français « Gitans » pour présenter les Gitanos de San Juan et de San Miguel à Jerez-de-la-Frontera. Nous avons suivi ces choix.

5P. W.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540