Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

III. Au nom du lieu

La saline royale d’Arc-et-Senans : un patrimoine sans mémoire

Alain Chenevez

Texte intégral

  • 1 Le 29 avril 1773, un arrêt du Conseil du roi confirme l’emplacement de la future saline « dans la p (...)
  • 2 Il accueille depuis le milieu des années 1990 plus de 150 000 visiteurs par an.

1La saline royale d’Arc-et-Senans a été construite à la suite d’un arrêt du Conseil du roi Louis XV, entre 1775 et 1779, en Franche-Comté, dans l’actuel département du Doubs, sur les plans de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux1. Ce lieu est aujourd’hui un centre de rencontres très fréquenté générant une activité culturelle, scientifique et touristique2. Devenue économiquement obsolète à la fin du xixe siècle, du fait de la concurrence et du progrès technique, cette saline cessa définitivement toute production après cent quinze ans d’activité, en 1895. Propriété du département du Doubs en 1926, elle connut, dès 1930, plusieurs périodes de restauration dont la dernière aboutit, dans les années 1980, à une réhabilitation grandiose consacrée par une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982 pour « l’exceptionnelle qualité de son architecture ». À peu près oubliée pendant deux siècles, la saline est donc devenue en vingt ans un des principaux monuments français.

2Cette métamorphose peut s’entendre comme un processus de redéfinition, véritable conversion de valeur qui prit plus d’un demi-siècle au cours duquel la fonction productive et ses agents furent méticuleusement effacés. On peut même soutenir que la réussite de cette réhabilitation tient essentiellement à ce changement complet de destination : pour remettre le lieu à neuf il fallait le « débarrasser » de ses éléments techniques – détruits dès les premières phases de la restauration – et le vider des groupes sociaux locaux puisque les habitants ont été progressivement exclus, y compris de l’espace semi-circulaire qui enserre les bâtiments. L’usage initial ne fut donc ni reconduit, ni converti, ni muséographié mais intégralement gommé. Qu’en est-il alors du « patrimoine » restauré et préservé dans ce site ? Si l’on admet que celui-ci est d’abord un passé délibérément rendu à l’intensité d’une présence (Fabre 2000), quel passé donne à ressentir et à connaître ce site finalement voué à la prospective sur le futur ? Telles sont les principales questions qui orientent notre chronique d’un paradoxal patrimoine sans mémoire.

Genèse et avatars d’une saline

3Manufacture destinée à la production du sel, cette saline a été construite dix ans avant la Révolution, à côté du deuxième massif forestier français, la forêt de Chaux. Son histoire commence donc sous l’Ancien Régime. À cette époque, le pouvoir et le sel étaient intrinsèquement liés (Bouvard 1967 ; Hocquet 1985). Ce dernier servait à la conservation des aliments, à la fabrication du verre et de l’argenterie ou encore à la médecine. Il générait en outre un impôt indirect fort impopulaire, la gabelle, que l’État prélevait sur sa vente.

4Nous ne rappellerons pas ici les techniques d’exploitation et de fabrication du sel dans les salines, déjà largement étudiées (Brelot & Locatelli 1981), notons simplement qu’en Franche-Comté l’eau salée (muire) était récupérée dans le sol puis chauffée au bois dans de grandes cuves en métal (poêles), afin d’obtenir son évaporation et la cristallisation du sel, récupéré en surface à l’aide d’un grand racloir. Cette technique, pratiquement inchangée depuis le Moyen Âge, nécessitait de grandes quantités de combustible. La saline de Salins, située dans le département du Jura à vingt kilomètres d’Arc-et-Senans, fonctionnait depuis quasiment un millénaire selon ce procédé et avait largement contribué à la déforestation des environs : au xviiie siècle elle brûlait plus de 40 000 stères par an (Vion-Delphin 1980). Pour des raisons d’économie, il fut décidé de ne plus y traiter les eaux à faible degré de salure, d’où l’idée de créer une nouvelle saline à proximité d’une source de combustible inépuisable (la forêt de Chaux) et d’y acheminer la muire grâce à une conduite de bois (saumoduc) qui, depuis Salins, suivait la pente naturelle de la vallée, empruntant les lits de la Furieuse et de la Loue (Lacroix 1970). Inspecteur général des salines de Franche-Comté et architecte de la Ferme générale, Claude-Nicolas Ledoux eut la charge de concevoir cette manufacture annexe de Salins, située entre les villages d’Arc et de Senans.

Vue aérienne de la saline royale d’Arc-et-Senans.

5Il projeta un plan en demi-cercle, qui, selon lui, offrait plusieurs avantages fonctionnels tout en inscrivant la chaîne des activités techniques dans une forme pure « comme celle que décrit le soleil dans sa course ». Cette saline apparaît comme le premier espace proto-industriel saunier élaboré par un architecte qui souhaite rompre avec « des surfaces discordantes, un amas de matières insolides abandonné au caprice » qui caractérisent les salines de Lorraine et de Franche-Comté (Ledoux 1804 : 31).

  • 3 Toutes ces indications proviennent d’une recherche qui a pris la forme d’un doctorat. Elles ont été (...)

6Dernière saline construite par l’État royal, elle fut aussi une des moins rentables. Au bout de seulement dix ans d’exploitation, alors qu’elle n’a pas encore atteint ses objectifs, la Révolution la frappe de plein fouet en supprimant la gabelle. Très rapidement, elle subit également la concurrence des marais salants, qui utilisent une énergie renouvelable et gratuite, alors que l’arrivée de la houille et d’autres nouveautés techniques, comme le sondage, assouplissent les contraintes de la localisation industrielle (Vegliante 1985). La saline fonctionnera cependant, sous monopole d’État puis en tant que compagnie privée, pendant plus d’un siècle encore, en employant environ vingt salariés, toutes catégories confondues (directeurs, ingénieurs, ouvriers, domestiques, portiers, tonneliers, maréchaux-ferrants...), qui résident sur place avec leur famille, soit une centaine de personnes. Le monde ouvrier de la saline d’Arc-et-Senans est stable, originellement issu du personnel de la saline de Salins. Plus de cinq générations d’employés se sont ainsi succédé sur le site, transmettant, en règle générale, le métier de père en fils. Ce n’est que progressivement que quelques employés originaires du village d’Arc-et-Senans et des communes environnantes, dans un rayon de quinze kilomètres, ont été recrutés3. La sociologie des sauniers de Franche-Comté et de Lorraine fait apparaître un groupe très homogène (Roth 1976) que marque une surprenante continuité lignagère. Distincts d’un monde ouvrier divisé et fragmenté par les contrats et la liberté d’entreprendre que les principes économiques façonnés par les Lumières imposent dans les faits à travers la révolution politique de 1789 (Castel 1995 ; Polanyi 1983), la saline royale d’Arc-et-Senans reproduira la même composition sociale durant toute la durée de son exploitation.

  • 4 Elle ne sera classée que le 20 février 1940. Voir le décret sur l’ensemble du domaine des Anciennes (...)
  • 5 Les documents concernant ce projet, dirigé par l’architecte en chef des Monuments historiques, M. P (...)
  • 6 Voir sur cette période les archives départementales du Doubs (cote 48w).

7Après sa fermeture, en 1895, des familles continueront de loger à l’intérieur de l’usine qui servira accessoirement d’entrepôt pour la Compagnie des salines de l’Est. En 1926, à la suite d’une intervention du Touring club de France, certaines de ses façades sont partiellement inscrites à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques par les Beaux-Arts4. Soucieux d’utiliser ce lieu, le département du Doubs l’achète avec le projet d’y installer des haras, alors situés à Besançon. Certaines familles sont expulsées pour faciliter les travaux et tous les éléments techniques restants (notamment les poêles) sont détruits car « en mauvais état » mais le projet de restauration du bâtiment, estimé à l’époque à huit millions de francs5, est stoppé par la guerre qui s’annonce. En 1939, la saline abrite des républicains espagnols qui ont fui leur pays après la chute de Barcelone. Le 3 août de la même année, la guerre éclate, les Espagnols repartent vers le Sud tandis que l’armée française investit les lieux d’octobre 1939 à juin 1940. À partir du 1er septembre 1941, dans une France désormais occupée, des douaniers français, sur ordre des autorités allemandes, installent dans la saline un camp de rassemblement pour Tziganes. À partir de 1942, le lieu de regroupement se transforme en lieu de détention puis, face aux dysfonctionnements et aux nombreuses évasions6, le 11 septembre 1943, les cent soixante-huit Tziganes présents sont transférés par les autorités françaises au camp de Jargeau dans l’Yonne.

  • 7 Le principe de la vente de l’ancienne saline est adopté par le conseil général lors de la session d (...)
  • 8 Voir les archives du conseil général pour l’année 1963, également aux Archives du patrimoine (cote (...)
  • 9 Lettre de Michel Parent, conservateur des Monuments historiques de Bourgogne et Franche-Comté, à M. (...)

8Ces événements expulsèrent définitivement les derniers descendants des familles de sauniers. À la fin de la guerre, le lieu est vide. Seul un gardien y vit encore. On n’y revient qu’à l’occasion des fêtes : les gens d’Arc-et-Senans en font le théâtre des mariages et des bals. Comme les restaurations entamées avant la guerre ont été abandonnées, les bâtiments périclitent lentement, au point qu’en 1947 le département du Doubs, toujours propriétaire, cherche à vendre la saline désormais bien difficile à entretenir7. Dès lors, dix-sept projets de réhabilitation et de réutilisation vont se succéder. Citons, à titre d’exemples, un centre de vacances pour adolescents, un institut universitaire de linguistique, un établissement d’éducation surveillée puis, en 1951, un centre de formation professionnelle pour adultes, ou encore, en 1953, un entrepôt de stockage et de vieillissement de vin d’Arbois. Tous seront abandonnés. En 1963, le conseil général du Doubs envisage de céder l’ancienne saline à l’Union des coopératives de céréales de l’Yonne qui souhaite l’utiliser comme silo à grains8. Très probablement ému par ce projet de vente, un département voisin, celui du Jura, par l’entremise de son président Edgar Faure, sensible, en tant que idèle des Lumières, à la dimension historique du lieu, propose la création d’une société, avec le département de la Côte-d’Or et l’État, pour créer un centre culturel à compétence régionale, soulignant, par la plume de Michel Parent, que la saline possède, « aux yeux de beaucoup de Jurassiens la valeur d’un rappel de leur civilisation passée qui se fondait en grande partie sur la production de sel »9.

9Peu après, sous l’effet de cet intérêt régional soudain éveillé, le département du Doubs retire son offre de vente et entend désormais conserver seul les bâtiments, même si ceux-ci ne reçoivent pas d’affectation immédiate. Il suscite à cet effet la création de l’Association pour la renaissance et la gestion des anciennes salines royales d’Arc-et-Senans. Présidée par Albert Migeon (vice-président du conseil général), elle a pour but de mettre en œuvre « tous les moyens publics ou privés propres à la préservation et à la remise en valeur du trésor artistique que constituent les anciennes salines et toutes possibilités d’utilisation artistique, culturelle et touristique, ou d’autres natures que les circonstances pourraient l’amener à envisager au bénéfice du domaine ».

  • 10 Archives du patrimoine (738, 4e dossier).
  • 11 Voir la lettre de M. Vaugon, préfet de la région Franche-Comté, au préfet du Doubs datée du 15 sept (...)

10En 1965, le département du Doubs charge un organisme, la Société centrale pour l’équipement touristique (SCETO), d’étudier les possibilités de mise en valeur du site. Après consultations, celui-ci propose de fonder un Centre d’études et de recherches d’architecture et d’esthétique industrielle doublé d’une exposition permanente sur l’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux et des « architectes visionnaires »10. M. Vaugon, préfet de région, ne voit pas d’objection à cette initiative ; il lui semble néanmoins qu’il serait plus judicieux de ne pas limiter la vocation du site à la seule architecture et souhaite que le futur projet traite également les « aspects humains, sociaux et psychologiques »11 L’inspecteur des Monuments historiques, Michel Parent, souligne, pour sa part, que l’idée est recevable tout en ajoutant que les organismes extérieurs consultés ne seront que le bras de l’initiative et non son cerveau, et que la décision doit avant toute chose être collective et politique. Il pose également le problème de la complexité d’une telle entreprise.

  • 12 Entretien avec Michel Parent, mai 1999.

11Michel Parent apparaît souvent en première ligne dans cette affaire. Amoureux de la saline d’Arc-et-Senans, il cherche, dès sa prise de fonction dans les années 1950, une affectation adéquate qui prenne en compte la dimension historique du site. Pendant cette période, il participe également à la réflexion sur les parcs régionaux et rencontre, à cette occasion, Serge Antoine, directeur des études à la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) et conseiller référendaire à la Cour des comptes. Ce dernier organise notamment des rencontres sur la prospective. Michel Parent lui propose de monter à Arc-et-Senans son colloque sur le lancement des parcs régionaux. Pour des raisons pratiques, ce dernier aura finalement lieu à Lurs-en-Provence, mais Serge Antoine a trouvé là une structure pérenne dégagée des grands centres urbains pour accueillir la réflexion des experts sur la prospective et la futurologie12.

  • 13 Compte rendu de la séance extraordinaire du conseil général du 17 février 1969.
  • 14 Lettre de Serge Antoine à M. le préfet de police (archives privées).

12Nous sommes dans les années 1960, André Malraux est en train d’inventer la politique culturelle (Urfalino 1996). La saline d’Arc-et-Senans, œuvre méconnue de Claude-Nicolas Ledoux toujours en quête d’affectation, semble répondre parfaitement aux aspirations du ministère des Affaires culturelles ; elle est, à l’évidence, un élément du trésor national, elle fut un exemple historique de « décentralisation du génie ». Le 17 février 1969, une nouvelle destination est approuvée par le conseil général du Doubs et concrétisée par la mise en place d’une fondation à l’initiative de Serge Antoine et Michel Parent13. Son objet est « d’étudier toutes les mesures et de prendre toutes les initiatives tendant à promouvoir, dans le cadre des salines de Chaux, à Arc-et-Senans (Doubs), un Centre de réflexion sur le futur à long terme, afin de favoriser les recherches sur les techniques nouvelles et les méthodes de prévision s’y rapportant »14. Quatre ministères français – le Plan et l’Aménagement du territoire, l’Éducation nationale, la Recherche et les Affaires culturelles – financeront les lourds travaux de restauration et de mise aux normes que va nécessiter la construction du nouveau centre.

13Ainsi, des groupes sociaux, des acteurs, des intérêts divergents se sont affrontés et ont négocié pour s’approprier ce lieu. Mais la nouvelle identité conférée à la saline ne s’appuie pas, à l’époque, sur une connaissance des techniques industrielles, dont plus rien ne subsiste. Elle ne s’inscrit pas non plus dans la continuité d’une histoire ouvrière dont il ne reste presque pas d’archives et dont les groupes sociaux qui en portaient la mémoire ont progressivement quitté l’endroit. Alors que les premières justifications de la sauvegarde évoquaient le passé économique et industriel local, le réinvestissement du site se fonde désormais, et uniquement, sur la persistance partielle d’un espace architectural remarquable, interprété comme le premier quartier, l’amorce d’une vaste cité :

Il y a maintenant près de deux siècles, en 1775, Claude-Nicolas Ledoux posait à Arc-et-Senans dans le Doubs la première pierre d’une saline royale, centre d’une « ville idéale » que l’on connaît au monde pour être un des grands monuments inachevés de ce temps et une des grandes utopies constructives de l’homme [...] (Lettre de Serge Antoine adressée à Mme de Jouvenel, le 25 février 1969, archives privées).

14Nouvelle destination donc, et révélation d’un sens qui affirme renouer avec un projet oublié, celui auquel Ledoux (1804) donna la forme d’un étrange livre, lui-même inachevé, dans les dernières années de sa vie.

Claude-Nicolas Ledoux en « architecte visionnaire »

  • 15 Salle aujourd’hui visible au musée Carnavalet, à Paris.

15Actif dans la deuxième moitié du xviiie siècle, Claude-Nicolas Ledoux, d’origine modeste, se révéla très vite aussi ambitieux que brillant. Élève de l’académicien Jacques-François Blondel, il jouit d’une ascension sociale prodigieuse (Gallet 1997). Il connaît ses premiers succès à l’âge de vingt-six ans avec la décoration particulièrement réussie du café Godeau (ou « Café militaire ») à Paris15. Plus tard, et grâce aux amitiés qu’il sait se forger, il deviendra un favori de Mme Du Barry. C’est alors qu’il rencontrera Louis XV et offrira ses services à la noblesse et à l’État. Ainsi, après des débuts comme bâtisseur de ponts, de lavoirs et de décors religieux, finira-t-il par travailler essentiellement pour une clientèle fortunée et souvent aristocratique, composée de parlementaires, de nobles d’épée ou de robe qui apprécient les constructions souvent fastueuses et ostentatoires qu’il leur propose (Rabreau 1993). Nommé architecte ingénieur des Eaux et Forêts en 1764, il est promu inspecteur chargé de la conservation et de l’entretien des salines de Franche-Comté, de Lorraine et des Trois-Évêchés le 20 septembre 1771. En 1773, c’est la consécration : il travaille pour la Ferme générale et devient membre de l’Académie royale d’architecture. C’est alors qu’il est choisi comme maître d’ouvrage pour la construction de ce qui sera son chantier le plus important, la nouvelle saline qui doit voir le jour en Franche-Comté, à Arc-et-Senans. Vient la Révolution. Durant la Terreur, Claude-Nicolas Ledoux, architecte de la saline mais surtout de ce qu’il appelle les « propylées » (du grec : avant-porte), c’est-à-dire des barrières de l’octroi de Paris, est emprisonné pour ses accointances avec la monarchie déchue et la Ferme générale, institution fiscale désormais honnie. Dans les geôles républicaines, il commence à concevoir un ouvrage dans lequel il expose les plans de la ville de Chaux, du nom de la forêt jouxtant Arc-et-Senans. Il s’agit d’un projet de « cité idéale » dont la saline royale d’Arc-et-Senans, seul élément construit, aurait été l’un des composants essentiels. En effet, l’architecte présente cette usine à sel comme le cœur de son utopie. Au centre de la saline s’élève la maison du directeur, monumentale, impressionnante, ornée de nombreuses colonnes et abritant une chapelle. De chaque côté, fermant le diamètre du cercle, deux bâtiments plus austères sont destinés à l’exploitation du sel ; ceux, plus petits, des commis les prolongent. Les habitations des employés se déploient autour du demi-cercle, en une symétrie parfaite. Dans l’autre moitié du cercle, rêvée et non construite, les dessins de l’architecte disposent l’hôtel de ville et les casernes. À la périphérie se trouvent des maisons particulières et des monuments consacrés au bien-être, à la sociabilité tel l’« Oïkéma » (la maison de plaisir), le « Pacifère » et le « Temple de mémoire »... Par cette ville rêvée, Claude-Nicolas Ledoux prend place dans la lignée de Thomas More, Tommaso Campanella, Jean-Jacques Rousseau et Charles Fourier (Vidler 1987).

  • 16 « Sommes-nous tombés à ce point de misère qu’il nous faille absolument admirer les barrières de Par (...)

16Libéré de prison en 1795, voué à l’écriture de son grand œuvre, Ledoux, qui meurt en 1806, est considéré au xixe siècle comme un architecte peu fréquentable, pure émanation du pouvoir d’Ancien Régime. Victor Hugo le conspue, réduit son architecture à une « géométrie variable » et se moque du mur de l’octroi que Sébastien Mercier avait déjà traité d’« inconcevable muraille » où « les antres du fisc [étaient] transformées en palais à colonnes »16. Sa résurrection au xxe siècle mériterait une étude approfondie. Un grand article de Mona Ozouf (1966) le situe parmi les utopistes pré-révolutionnaires attachés à la régénération de l’homme. Le mélange d’égalitarisme et de hiérarchie que traduit l’architecture d’Arc-et-Senans en fait bientôt un précurseur des constructeurs d’utopies industrielles et urbaines, tels Jean-Baptiste André Godin, créateur du familistère de Guise, ou Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, concepteur de la Cité radieuse (Kaufmann 1990). Les références architecturales de Ledoux qui, sautant par-dessus le classicisme, remontent aux derniers temps de la Renaissance et puisent dans un dictionnaire de formes décoratives qui masquent la fonction des bâtiments qu’il conçoit, le feront, anachroniquement, classer comme précurseur des post-modernes (Gallet 1980). Quoi qu’il en soit de ces nuances, Ledoux, par la singularité, la diversité et l’importance de ses ouvrages, s’impose véritablement comme l’un des grands maîtres d’œuvre de la fin du xviiie siècle. La redécouverte et la restauration de la saline confèrent une évidence monumentale à cette réputation.

Patrimoine et mémoire vide17

  • 17 Voir Chenevez (1998 :55-71).

17Ainsi, dans les années 1960-1970, Ledoux devint-il un utopiste incompris et la saline une cité idéale stoppée dans son élan, inachevée. Ce n’est que récemment, comme le souligne Anthony Vidler (2000), sous la poussée de chercheurs comme Michel Gallet (1980), Bernard Stoloff (1989) et Jean-Marie Pérouse de Montclos (1989), que le mythe Ledoux fut sérieusement interrogé. Des critiques érudites, déniant toute anticipation visionnaire, ramenèrent Ledoux à son temps et à son ambition. On lui imputa d’avoir redessiné sa propre vie : serviteur zélé du pouvoir, il aurait sur ses vieux jours déguisé son passé en affichant les idées progressistes d’un architecte soucieux du bonheur populaire. La saline serait donc tout simplement un projet industriel achevé, clos sur lui-même, auquel Ledoux aurait, presque trente ans plus tard, artificiellement ajouté un environnement utopique (Stoloff 1989).

18Il ne s’agit bien évidemment pas de nier la valeur architecturale et esthétique de la saline royale d’Arc-et-Senans telle qu’elle se donne à voir actuellement, mais plutôt de faire appel à l’histoire pour « dénaturaliser » sa saisie comme patrimoine exceptionnel en appréhendant le processus socio-historique de son avènement. Cette transformation s’inscrit bien évidemment dans une histoire plus globale du patrimoine et des monuments historiques, aboutissant à un classement qui désigne un site comme partie d’un héritage qu’il convient de pérenniser, de sauvegarder, de conserver et de transmettre, selon des processus institutionnels particuliers qu’il faut toujours interroger. Le patrimoine est généralement compris comme un des effets d’une structure sociale objective, articulée à une prise de conscience collective. Ainsi la notion de patrimoine collectif en France serait née avec la Révolution française, ancrée dans la double conscience d’une perte du passé « vandalisé » et d’une propriété commune de type nouveau, associée à l’être de la nation (Poulot 2006). Ajoutons aussitôt, avec Luc Boltanski, que même les causes les plus évidentes ont dû être un jour construites, installées et solidement argumentées pour apparaître comme naturelles (Boltanski & Thévenot 1987). Il en est ainsi pour les Monuments historiques : ils n’existent pas a priori, ils sont le produit d’un choix de mémoire (Sire 1996). La consécration patrimoniale de la saline repose sur un travail de définition tout à fait particulier dont nous pouvons maintenant éclairer plus complètement la logique.

19Dans un premier temps – dominé par l’action du Touring club de France puis des assemblées locales – c’est au nom de l’histoire architecturale en général puis de l’histoire propre à ces lieux, histoire technique et histoire ouvrière, que le monument est vu, soudain, comme porteur d’un passé à sauvegarder. Mais les traces matérielles et humaines de ce moment de l’industrie jurassienne s’étaient très vite érodées sans que nul ne se soucie de leur préservation. En un demi-siècle, entre la fermeture du site industriel (1895) et la fin de la Seconde Guerre mondiale (1945), la mémoire de ce qui avait eu lieu à cet endroit perd le support de la parole et de l’objet. Cette disparition semble réaliser le parti architectural de Ledoux qui consistait précisément à masquer la fonctionnalité des constructions : temple, palais, arcades et péristyle affichaient pour lui une esthétisation volontaire du travail et de son organisation, un autre partage du sensible.

20Quelque chose change dans les années 1960 ; un profond mouvement de redécouverte de la dimension utopique de la pensée et de l’action politiques émerge. De nouvelles interprétations de la Révolution française, une relecture du romantisme socialiste, incluant les travaux de jeunesse de Karl Marx, une critique des dérives totalitaires des expériences socialistes, l’analyse et la célébration des pouvoirs créatifs de la révolte sont autant d’indices qui annoncent un déplacement de l’intérêt des jeunes intellectuels vers tout ce que le marxisme officiel avait stigmatisé sous le terme négatif d’« utopie ». En ces années, l’utopie n’est plus le hors-lieu ou le non-lieu mais bien le lieu par excellence qui exprime la capacité collective d’une refondation du social. La relecture de Ledoux et d’autres architectes imaginatifs s’inscrit dans ce temps-là, en épouse les espoirs et aussi les nuances. Il représente en effet plusieurs versions de cet appétit d’utopie. Celle qui s’exprime dans le projet de conversion de la saline d’Arc-et-Senans a, incontestablement, une couleur technocratique. Elle met l’architecture de Ledoux en consonance avec l’émergence, dans les coulisses du pouvoir d’État, de petits groupes qui se présentent comme les déchiffreurs et interprètes d’un avenir plutôt ouvert, optimiste. La futurologie se pose alors en science cardinale du gouvernement. Ce sont ces accointances profondes qui ont permis à un projet prenant à contre-pied la rhétorique montante des « racines » et de l’« histoire à soi » de devenir réalité en bénéficiant du soutien de hauts fonctionnaires influents et d’hommes politiques modernistes. Mais ce programme aboutit d’autant plus aisément que sur place nul ne défend une mémoire historique plus « classique », entée sur la réalité du travail, des relations d’autorité, de la lutte des classes. Le triomphe de l’utopie prend son essor sur le fond du double silence de la mémoire et de l’histoire.

21Pour étayer notre propos, il suffira d’évoquer un exemple symétrique de conversion patrimoniale, celui du familistère de Guise. L’industriel Jean-Baptiste André Godin a planifié dès 1859, à partir de sa petite fonderie familiale, un « palais social » d’inspiration fouriériste comprenant logements communautaires, prestations sociales, culturelles et scolaires fondées sur un système de participation aux bénéfices (Chenevez 2000). Il meurt en 1888, mais son familistère lui survit. Une association en poursuit la gestion jusqu’en 1968, date à laquelle, après de lourdes difficultés financières, les appartements, les écoles et la quasi-totalité des équipements sont vendus. Depuis cette date, la ville de Guise et une Association pour la fondation J.-B. A. Godin tentent de mettre en valeur et de conserver ce site classé monument historique depuis 1989. Récemment, avec le département de l’Aisne et l’usine Godin, un nouveau projet de valorisation nommé « Utopia » a souhaité rendre le site plus attractif, en créant, par exemple, un centre de rencontres, un musée ou un centre des expressions contemporaines. Mais, comme des descendants des ouvriers du familistère ou d’autres familles plus récemment installées y habitent toujours, le projet Utopia implique une requalification sociale des appartements et le relogement d’un certain nombre de résidents. À l’évidence, la destination finale de ce monument habité – au-delà de tous les autres paramètres, financiers et politiques – résultera d’une négociation entre des institutions et des groupes de résidents ayant des intérêts divergents (locataires, propriétaires, résidents de longue durée ou de passage) et porteurs légitimes de différents sens du lieu.

22Nous l’avons vu, la situation est tout autre à Arc-et-Senans. Le processus de patrimonialisation a opéré de l’extérieur, en l’absence d’une population locale qui avait progressivement déserté cet espace sans jamais prendre conscience de ce qu’elle avait partagé. La mise en valeur de la saline repose donc aujourd’hui sur une « image » ancrée dans un espace topographiquement délimité, coupé de ses fondations industrielles et sociales. En d’autres termes, cette valorisation a produit un artefact dissocié de sa première valeur d’usage. En devenant élément d’une cité utopique inachevée, la saline se pare d’une grande rareté. Extraite du monde historique des manufactures, elle expose la pure concrétisation d’une idée. D’usuelle, elle devient, au sens fort du terme, exceptionnelle. Tout comme Claude-Nicolas Ledoux aurait tenté de métamorphoser sa vie en transfigurant le contexte originel de son œuvre, la saline restaurée s’est affirmée comme un laboratoire du futur en renvoyant aux vicissitudes de la petite histoire les usages qui la peuplèrent pendant un siècle et demi. Aujourd’hui, Claude-Nicolas Ledoux en est l’unique habitant. Pourtant l’histoire n’est pas close et les projets actuels en témoignent plus ou moins confusément. En effet, la futurologie triomphante a très vite changé de sens : l’horizon radieux, le rêve d’une harmonie croissante, qui jette ses derniers feux à la fin des années 1960, s’est obscurci de nuées apocalyptiques. L’aspiration utopique n’est plus qu’un moment de l’histoire récente. Absorbée dans la conjoncture du moment qui l’a révélée et célébrée, l’œuvre de Ledoux n’est-elle pas en train de basculer dans un nouveau passé, celui du siècle qui l’a redécouverte ?

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Boltanski LUC & laurent Thévenot, 1987.
Les Économies de la grandeur,
Paris, puf, numéro spécial des « Cahiers du Centre d’études de l’emploi ».

Brelot claude-isabelle & rené Locatelli, 1981.
Un millénaire d’exploitation du sel en Franche-Comté. Contribution à l’archéologie industrielle des salines de Salins, Jura,
Besançon, Centre régional de documentation pédagogique de Besançon (crdp).

Castel robert, 1995.
Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat,
Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique ».

Chenevez alain, 1998.
« Saline d’Arc-et-Senans : utopie ou mémoire vide ? », in Utopie et Sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », pp. 55-71.

Chenevez alain, 2000.
« Jean-Baptiste André Godin, 1817-1888 », in Cohen, Jean-Louis (dir.), À la recherche de la cité idéale, Lausanne, Édipress/icnl, p. 125.

Fabre daniel, 2000.
« L’histoire a changé de lieux », in Bensa, Alban & Daniel Fabre (dir.), Une histoire à soi, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », pp. 13-41.

Gallet michel, 1980.
Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806,
Paris, Picard, collection « Architectures ».

Gallet michel, 1997.
« Blondel
(J.-F.) », Encyclopaedia Universali, version cd-rom.

Hocquet jean-claude, 1984.
Le Sel et le Pouvoir. De l’an mil à la Révolution française, Paris, Albin Michel, coll. « L’Aventure humaine ».

Kaufmann emil, 1990 [1933].
De Le doux à Le Corbusier. Origine et développement de l’architecture autonome, Paris, Livre et communication.

Lacroix pierre, 1970.
La Saline d’Arc-et-Senans et les techniques de canalisation en bois. Notes d’histoire comtoise,
Lons-le-Saunier, Société d’émulation du Jura/Déclume.

Lamy yvon (dir.), 1996.
L’Alchimie du patrimoine. Discours et politiques,
Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Ledoux claude-nicolas, 1997 [1804].
L’Architecture, considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation,
Paris, Hermann.

Ozouf mona, 1966.
« Architecture et urbanisme : l’image de la ville chez Claude-Nicolas Ledoux », Annales ESC, pp. 1278-1304.

Pérouse de Montclos jean-marie, 1989.
Histoire de l’architecture française. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Mengès/Caisse nationale des monuments historiques et des sites.

Polanyi karl, 1983.
La Grande Transformation. Aux origines politiques et économique de notre temps, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Poulot dominique, 2006.
Une histoire du patrimoine en Occident, xviiie-xxie siècle. Du monument aux valeurs, Paris, puf, coll. « Le nœud gordien ».

Rabreau daniel, 1993.
« Ledoux Cl.-N. », Encyclopaedia Universalis, tome XIII, p. 570.

Rabreau daniel, 2000.
Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806. L’architecture et les fastes du temps,
Bordeaux, William Blake & Co/Art & arts, coll. « Annales du Centre Ledoux/ Librairie de l’architecture et de la ville ».

Roth françois, 1976.
« Les salineurs de Dieuze (1800-1914) », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, t. LXXVI, pp. 127-142.

Sire anne-marie, 1996.
La France du patrimoine. Les choix de la mémoire,
Paris, Gallimard/Caisse nationale des monuments historiques et des sites, coll. « Découverte Gallimard », série « Mémoire des lieux ».

Stoloff bernard, 1989.
L’Affaire Claude-Nicolas Ledoux. Autopsie d’un mythe,
Liège, Mardaga, coll. « Architecture + Recherches ».

Urfalino philippe, 1996.
L’Invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française, coll. « Travaux et documents/Comité d’histoire du ministère de la Culture ».

Vegliante gianfranca, 1985. « Arc-et-Senans et les salines en Franche-Comté (1775-1843). Approche méthodologique d’une manufacture de sel comtoise à la fin du xviiie siècle », thèse de 3e cycle soutenue à l’université de Franche-Comté.

Vidler anthony, 1987.
Ledoux,
Paris, Hazan, coll. « Architecture ».

Vidler anthony, 2000.
« Claude-Nicolas Ledoux sur les traces de Poliphile », in Cohen, Jean-Louis (dir.), À la recherche de la cité idéale, Lausanne, Édipress/icnl, pp. 81-90.

Vion-Delphin françois, 1980 (février). « Forêt et politique forestière en Franche-Comté, du rattachement à la Révolution (1678 - fin xviiie siècle) », Bulletin de la Société naturelle du Doubs, numéro spécial.

Notes

1 Le 29 avril 1773, un arrêt du Conseil du roi confirme l’emplacement de la future saline « dans la plaine située entre la forêt de Chaux et la rivière de la Loue, et près des villages d’Arc et de Senans » (Archives nationales, sous la cote G 2508. Fol 460, arrêt du conseil du8juin 1774).

2 Il accueille depuis le milieu des années 1990 plus de 150 000 visiteurs par an.

3 Toutes ces indications proviennent d’une recherche qui a pris la forme d’un doctorat. Elles ont été obtenues par l’analyse et le classement des listes nominatives, des registres d’état civil, d’archives judiciaires et notariales pour la période allant de 1775 à 1895, disponibles aux archives municipales et aux archives départementales du Doubs.

4 Elle ne sera classée que le 20 février 1940. Voir le décret sur l’ensemble du domaine des Anciennes Salines royales d’Arc-et-Senans (Archives icnl).

5 Les documents concernant ce projet, dirigé par l’architecte en chef des Monuments historiques, M. Polti, se trouvent aux Archives du patrimoine (cote AP 738,1er dossier).

6 Voir sur cette période les archives départementales du Doubs (cote 48w).

7 Le principe de la vente de l’ancienne saline est adopté par le conseil général lors de la session de mai 1947, archives du conseil général.

8 Voir les archives du conseil général pour l’année 1963, également aux Archives du patrimoine (cote AP738 4e dossier, 1945-1969).

9 Lettre de Michel Parent, conservateur des Monuments historiques de Bourgogne et Franche-Comté, à M. le Directeur de l’Architecture à Paris (Archives du patrimoine, 738, 4e dossier, 1946-1969).

10 Archives du patrimoine (738, 4e dossier).

11 Voir la lettre de M. Vaugon, préfet de la région Franche-Comté, au préfet du Doubs datée du 15 septembre 1966 (Archives du patrimoine, 738, 4e dossier, 1945-69).

12 Entretien avec Michel Parent, mai 1999.

13 Compte rendu de la séance extraordinaire du conseil général du 17 février 1969.

14 Lettre de Serge Antoine à M. le préfet de police (archives privées).

15 Salle aujourd’hui visible au musée Carnavalet, à Paris.

16 « Sommes-nous tombés à ce point de misère qu’il nous faille absolument admirer les barrières de Paris ? » (Victor Hugo, Guerre aux démolisseurs !, 1832). Voir aussi les jugements rapportés par Jean-Marie Pérouse de Montclos (1989).

17 Voir Chenevez (1998 :55-71).

Table des illustrations

Légende Vue aérienne de la saline royale d’Arc-et-Senans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540