Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

III. Au nom du lieu

Des pierres pour l’avenir

Économie et histoire dans le Samnium

Valeria Siniscalchi
Traduction de Anna Iuso

Texte intégral

La « vieille ville »

  • 1 Sur le processus de construction d’une économie « typique », liée à la production de confiseries, v (...)
  • 2 Entre 1990 et 2000, j’ai conduit trois ans et demi d’enquête ethnographique à San Marco dei Cavoti. (...)

1San Marco dei Cavoti (3 900 habitants) est une petite ville du Samnium dans la province de Bénévent, en Campanie, située à 700 mètres d’altitude. Une ville essentiellement agricole où se sont installées, dans les années 1980-1990, un certain nombre d’usines textiles qui travaillent en sous-traitance et viennent s’ajouter aux ateliers de production artisanale de nougats, présents depuis la fin du xixe siècle1. J’ai commencé mes recherches à San Marco au début des années 1990, mais la ville ne m’était pas inconnue2. J’y étais déjà allée au début des années 1980 acheter des nougats, production mise en valeur quelques années plus tard comme élément « typique » et qui est devenue ensuite un des objets de mes recherches. Accompagnée par des amis d’un village voisin, je m’étais arrêtée sur la Piazza Risorgimento, goudronnée à cette époque. J’avais acheté des confiseries, mais je n’avais presque pas visité le lieu. Rien n’indiquait d’ailleurs qu’il y avait quelque curiosité à voir au-delà de la Porta Grande. Comme dans les villes voisines de Molinara ou de San Giorgio la Molara, la « partie vieille » de la ville, comme on l’appelait alors, était dégradée, abandonnée, parfois même bétonnée.

  • 3 Le sens de cette phrase est en réalité plus complexe : non seulement Leonida Tontina, a toujours ha (...)
  • 4 Par le terme de razza (race) on entend un ensemble d’individus qui partagent un même surnom et qui (...)
  • 5 Le terme du dialecte scarrupicci dérive de l’adjectif scarrupato (en ruine), participe passé du ver (...)
  • 6 De nombreuses familles qui habitaient la « ville ancienne » ont émigré en Amérique dans la première (...)
  • 7 Lucio Gambi affirme que, « dans le cas de la sauvegarde d’un bien culturel qui est aussi un documen (...)

2Je suis retournée à San Marco quelques années plus tard, en ethnographe. L’espace urbain avait un peu changé par rapport à mes souvenirs : même si la « ville ancienne » était encore en piteux état, elle m’a semblé différente quand j’ai commencé à en parcourir les rues et les ruelles avec ceux qui les connaissaient intimement, quand j’ai interrogé avec eux les logiques locales de perception de l’espace. Ces lieux sont devenus autres dès que je les ai regardés avec les yeux de leurs habitants. La « ville ancienne », avec ses maisons en pierres apparentes en grande partie détruites, ses tronçons de route goudronnés, ses dalles de ciment coulées là où autrefois il y avait des maisons, était encore en mesure de réactiver des souvenirs, des histoires de famille, des mémoires de voisinage : « Notre maison se trouvait à la Torretta », « Ça, c’est l’arc des Minichelli », « À la Ripa habitaient de nombreuses familles », « Leonida a toujours appartenu au Mercato3 », m’expliquaient ceux qui avaient occupé ces espaces ou, dans de rares cas, les occupaient encore. Des lieux qui sécrètent de la mémoire lorsqu’on les parcourt ou les nomme, des espaces souvent liés au surnom d’une razza4, à l’histoire de sa fondation, comme cela advient dans les hameaux de campagne (Siniscalchi 1999). Des maisons abandonnées devenues avec le temps des scarrupicci5, des morge (des tas de pierres ou de rochers) ou simplement des prète (des pierres). Des lieux anciens qui furent habités non seulement par des artisans mais aussi par des journaliers (zappatori), ouvriers qui ne possédaient ni terres ni fermes à la campagne et qui chaque jour partaient travailler les champs des autres. Ces lieux, associés dans leur ensemble à une époque de dépression économique et d’émigration massive6, sont encore aujourd’hui perçus comme étroits, incommodes, difficiles à parcourir en voiture, et on ne retournerait y vivre pour rien au monde. Ils ont été abandonnés sans regrets par ceux qui ont reconstruit à l’extérieur de l’ancien centre des maisons plus grandes, plus lumineuses, modernes et confortables. S’ils éveillent des souvenirs, ils ne sont pas devenus en soi objets d’affection. La mémoire n’a pas le culte des objets et des lieux7 : l’affection ne s’attache pas aux maisons, aux pavés des ruelles, même s’ils ont le pouvoir de réactiver le passé. L’affection est tournée vers des moments, des événements et non vers ce qui reste des espaces où ceux-ci avaient lieu, des espaces consciemment abandonnés à cause d’une envie de futur probablement analogue à celle dont parle Pietro Clemente à propos des objets marginaux (Clemente 1995 : 190).

Plan de San Marco dei Cavoti, circa 2000.

  • 8 Le Palazzo Vicidomini a été, jusqu’à la fin du xviiie siècle, la résidence des marquis Cavaniglia. (...)
  • 9 La répartition de l’espace en « partie haute » et « partie basse » se prolonge en dehors de la viei (...)

3Qu’est-ce qui a déterminé l’abandon de la partie médiévale du centre habité, le transformant en « vieille ville » ? Le tremblement de terre de 1962 a constitué le moment de rupture entre deux façons d’habiter l’espace urbain. Le vieux centre, à l’intérieur des remparts médiévaux, avait déjà commencé à se dépeupler à partir des années 1950, mais le tremblement de terre, qui n’a pourtant causé aucun dégât réel, a accéléré sa désertification et le déplacement de l’espace habité le long de la route nationale qui passe à proximité. Déjà, au cours du xixe siècle et des premières décennies du xxe, quelques hôtels particuliers avaient été bâtis hors des remparts, le long de la Via Roma, la rue qui relie Porta Grande – l’une des trois portes du centre fortifié encore en état – à la « nouvelle » place, Piazza Risorgimento, et sur cette dernière (voir le plan). Cette place est nouvelle non seulement eu égard à l’époque de sa construction mais surtout du point de vue des modes de classification et d’organisation de l’espace. La « place » par excellence de San Marco était en fait la Piazza del Carmine, au cœur du vieux centre : « Quand on dit la place, ça a toujours été celle du Carmine, la Piazza del Carmine », m’a-t-on répété maintes fois. C’est seulement depuis une quarantaine d’années qu’on dit « sur la place » pour indiquer que quelque chose ou quelqu’un se trouve sur la Piazza Risorgimento. Le centre de la ville s’organisait selon un axe nord-sud en deux zones distinctes, la partie « haute » et la partie « basse ». Cette répartition spatiale de l’habitat, fortement marquée jusqu’à l’immédiat après-guerre, recoupait des oppositions politiques et religieuses. Le Largo Vicidomini avec le Palazzo Vicidomini8, l’église du Carmine, sur la place homonyme, et la Piazza Mercato, juste en dehors des remparts, constituaient le cœur de la ville basse (pa ‘via e ‘sotto), tandis que le Toppo avec l’église consacrée à San Marco Evangelista (ou Chiesa Madre) et la Torre (la tour), érigée au bas Moyen Âge à côté de l’église, étaient le centre de la partie haute de la ville (pa’via e’coppa)9. La déstructuration de la ville ancienne et le déplacement du centre économique et social à l’extérieur de celle-ci ont changé la perception que les habitants avaient de l’espace urbain, tout en faisant perdre à la Piazza del Carmine son caractère central, du point de vue conceptuel autant que spatial. Les magasins et les ateliers des artisans se sont déplacés, dans les années 1960, le long des trois rues qui partent de la Piazza Risorgimento (Via Roma, Corso Garibaldi, Via Mazzini) et la vieille ville est vraiment devenue la « ville ancienne », la « partie ancienne » de la zone habitée. Le noyau urbain dans son ensemble continue à occuper une position spatiale et sociale centrale par rapport aux zones rurales, ses rues et ses places sont organisées et classifiées aujourd’hui encore en partie « haute » et partie « basse » ; mais le centre autour duquel rayonnent les axes qui organisent l’espace et les rapports sociaux s’est déplacé hors des remparts.

  • 10 En fait, en plus des « artisans » et des membres des familles de « seigneurs » – selon un schéma id (...)
  • 11 Pour une analyse des politiques d’intervention sur le territoire dans le Mezzogiorno entre les anné (...)

4Un second tremblement de terre, en 1980, a déterminé non seulement l’abandon de la vieille ville mais, plus encore, sa destruction : beaucoup de ceux qui y avaient une maison et qui ont obtenu des aides à la reconstruction ont transféré les financements accordés par l’État sur des habitations neuves, construites le long de la route nationale, dans les nouveaux quartiers ou sur leurs fermes à la campagne10. Les vieilles maisons ont donc été délaissées et détruites et, dans quelques zones du vieux centre, les pierres ont été noyées de ciment par les municipalités qui se sont succédé des années 1970 au début des années 1990. Il s’agissait parfois d’opérations d’étayage, mais sans aucune volonté de réhabilitation ou de conservation de l’habitat existant, suivant en cela les pratiques de gestion du territoire et des espaces urbains qui avaient cours à cette époque11. Les espaces ou les bâtiments de la « ville ancienne » n’étaient pas du tout considérés comme des éléments « patrimoniaux ». Si l’attention portée à un objet est un des éléments fondateurs, selon Babelon & Chastel (1994 : 17), du « patrimoine », à l’inverse une attention « négative » a longtemps empêché ici de penser l’espace urbain en termes « patrimoniaux ».

  • 12 Entretien du 27 avril 1997.
  • 13 La partie la plus structurée de la mémoire historique locale était incluse dans le discours familia (...)

5Le premier tremblement de terre n’a pas seulement causé un changement dans la structure de l’habitat de la ville ; il a, plus généralement, représenté le moment de passage du vieux au neuf et il peut être lu comme l’événement séparateur dans le rapport des habitants aux choses du passé. Le fait le plus significatif associé à ce séisme est probablement la démolition de l’église de San Marco Evangelista, qui n’avait subi aucun dommage important mais qui fut rasée pour en construire une nouvelle, en béton armé. Un homme politique de la ville, ancien parlementaire européen, me racontait : « Le sénateur Vetrone visita la Chiesa Madre avec moi après le tremblement de terre et il dit qu’elle ne devrait absolument pas être détruite. Mais il y avait à cette époque un irrépressible désir de neuf et Vetrone fut presque insulté pour ce qu’il avait dit12. » Les livres et les documents des archives paroissiales ont été laissés sous les décombres de l’église – quelques-uns, récupérés en cachette par de simples citoyens, sont jalousement gardés dans leurs archives privées. Comme il n’y a aucun lieu public d’archivage et d’exploitation des documents anciens, il semble n’y avoir eu jusqu’à présent aucune attention collective pour l’histoire de la ville13.

  • 14 Le projet visait à utiliser la loi 64 d’intervention extraordinaire pour le Mezzogiorno.
  • 15 Les familles de « seigneurs » ont probablement contribué à la non-démolition, après le tremblement (...)
  • 16 Entretien du 3 mai 2000.

6Durant les premiers temps de ma recherche, la partie médiévale de San Marco était donc quasi en ruine ou défigurée, ses habitants l’avaient fuie. L’attention que je portais aux ruelles, aux anciens portails, aux restes des maisons ou des immeubles de la « vieille ville » suscitait de l’étonnement, des sourires et des moqueries affectueuses : « Valeria ci va paccia pe’gli scarrupicci ! (Valeria adore les vieux tas de pierres !) » Les maisons habitées de la « partie ancienne » étaient très peu nombreuses, pas plus d’une dizaine, mais on entrevoyait quelque chose de différent par rapport à la décennie précédente. Un couple d’amis avait loué une maison au milieu des scarrupicci : lui, docteur en sociologie, avait en outre créé en 1989 une coopérative, avec un autre jeune de San Marco, architecte de son état, et ils avaient présenté un projet à la mairie visant à reconstruire un ensemble d’habitations le long de la rue du Convento Vecchio (Vieux Couvent), où se trouvait au xviie siècle un établissement dominicain. Longtemps, ce projet est resté isolé et on ne lui accordait pas d’attention, même après le début des travaux, en 1992. Ces travaux étaient souvent critiqués par les habitants des rues limitrophes qui, au nom de la mémoire, semblaient préférer les ruines aux bâtiments neufs. Les auteurs du projet en avaient présenté au début des années 1990 un second pour la restructuration et la création d’infrastructures dans le vieux centre14. Le maire d’alors et son conseil municipal, qui avaient pourtant approuvé ce second projet, décidèrent que les subventions de la mairie seraient subordonnées au financement de la Région et de fait ne s’activèrent pas pour que la requête à la Région aboutisse et que l’initiative puisse décoller. Toujours à cette époque, entre 1990 et 1992, le président de la Pro Loco (syndicat d’initiative) organisa une série de manifestations estivales dans quelques rues et places de la vielle ville : expositions de peintures, concerts, représentations théâtrales au Largo Vicidomini, dans la cour de l’ancien Palais des marquis (Palazzo Vicidomini) ou sur la Piazza del Carmine qui commençait à être utilisée après la récente restauration de l’église, elle aussi restée fermée des années durant15. La municipalité de cette époque, dans la droite ligne politique des décennies précédentes, exprimait par son immobilisme face à la vieille ville l’attitude qui prévalait au sein de la population. Le président de la Pro Loco de l’époque me racontait que ses initiatives, sur ce que lui-même et quelques autres commençaient à appeler le « centre historique », gênaient. La municipalité ne soutenait pas son travail et le maire lui répétait souvent : « Ma la vo’fini di fa’ste cose dinto i scarrupicci ! (Arrête de faire ces trucs au milieu des tas des pierres !) » Il me raconta aussi : « Les balayeurs ne voulaient pas venir nettoyer parce qu’ils disaient que cela ne servait à rien puisque personne n’y habitait16. »

  • 17 Il s’agit d’un narrateur de l’histoire locale, promoteur puis « instrument », comme je l’ai montré (...)
  • 18 Prêtre et capucin, né à Pietrelcina, commune voisine de San Marco, décédé en 1968, il a été canonis (...)
  • 19 Un ami architecte me proposa à cette époque d’acheter l’Arco dei Minichelli, une structure en pierr (...)

7Sous l’impulsion d’un érudit17, professeur de collège et ardent défenseur, souvent isolé, de l’histoire locale, attentif aux lieux et aux personnages du passé, un monument à la mémoire de G. C. Baricelli, médecin du xviie siècle originaire de San Marco, avait été inauguré dans la Pastocchia, une rue importante de la vieille ville. En juin 1990, a pe’de torre, au pied de la tour médiévale à côté de l’église Madre reconstruite, j’avais assisté à l’inauguration d’une statue de Padre Pio18. Il s’agissait cependant d’actions sporadiques, de tentatives isolées de réappropriation d’un espace désormais vide19, capable de réactiver la mémoire de ceux qui l’ont habité, mais sans valeur pour le présent.

Le centre historique : une « authentique » ville provençale

  • 20 Numéro daté du 31 décembre 1997.

8« En Campanie, à San Marco dei Cavoti : partons à la découverte d’une ville provençale riche en douceurs et traditions anciennes », annonce le titre d’un article paru dans la rubrique « Viaggiare » (Voyager) de l’hebdomadaire Donna moderna20 (Femme moderne) : « Dans la ville, on peut voir une très belle tour provençale [...], les vieux remparts de pierres en partie restaurés [...] et trois des quatre portes de la cité sont encore intactes [...]. Dans le centre historique se trouvent de nombreux ateliers de travail du cuivre, du bois, du fer forgé. »

  • 21 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mes travaux antérieurs (Siniscalchi 2000, 2002a, 200 (...)

9Cet article n’est pas isolé. La presse régionale et nationale s’est souvent intéressée à San Marco au cours de l’année 1997 et par la suite. Que s’est-il passé en si peu de temps ? Qu’est-ce qui a attiré l’attention extérieure sur une ville « ancienne », pleine de prete et de scarrupicci ? Qu’est-ce qui l’a transformée, dans la presse comme dans les représentations des gens du lieu et des élus, en un « centre historique », en une « authentique ville provençale » à faire visiter à ses parents et amis, ou en une attraction pour touristes ? Avant tout, une imposante opération de restructuration qui s’est étendue aux espaces immédiatement adjacents à la « vieille ville », et qui s’est réalisée à partir du projet présenté par les jeunes de la coopérative auquel la municipalité précédente n’avait accordé que peu d’attention. Ce n’est pas le lieu de détailler ici l’analyse des événements qui se sont déroulés à San Marco entre la fin 1996 et la fin 199721. Je vais seulement tracer les grands axes qui permettent de situer la transformation du vieux centre : espace et temps, histoire et économie, identité et patrimoine.

  • 22 Designer, concepteur de la Mustang – le plus grand succès de la Ford dans le domaine automobile–, d (...)
  • 23 Fonds pop et fonds liés à la loi 64 et à la loi régionale 279 pour les « programmes intégrés ».

10Entre 1996 et 1997, la nouvelle équipe municipale, en place depuis 1995, a promu et réalisé une manifestation particulière, appelée Settimana dell’emigrante (Semaine de l’émigrant) : cinq jours de célébrations centrées, à partir du thème de l’émigration, sur les origines de la ville et sur son économie. L’événement central fut le retour d’un émigré célèbre au lieu d’origine de ses parents : Lee Iacocca, important homme d’affaires américain – successivement président de la Ford Motor Company et de la Chrysler Corporation22 – accepta de revenir à San Marco, après vingt-cinq ans d’absence, pour y être fait citoyen d’honneur. Autour de sa venue furent organisés des colloques, des expositions, des célébrations. Concernant la question qui m’intéresse, ce fut surtout l’occasion de mettre en œuvre et de mener à bien l’opération de restructuration de la ville médiévale et des rues et places limitrophes, en utilisant les financements, alloués par la Région et l’Union européenne, que la municipalité précédente n’avait pas utilisés, et des fonds supplémentaires obtenus par le nouveau maire23.

  • 24 La thèse qui veut que San Marco dei Cavoti ait été fondé à la moitié du xive siècle par des Provenç (...)

11Un illustre visiteur du vieux centre restauré fut Lee Iacocca. Mais il ne fut pas le premier. Sa venue fut précédée de quelques jours par une autre visite importante : celle de la délégation de la ville française de Gap d’où, au xive siècle – selon une tradition historiographique revue et soutenue par l’historien local –, seraient venus les fondateurs de San Marco24. Autour de la rencontre avec ceux que beaucoup considèrent aujourd’hui comme les représentants d’« ancêtres provençaux », un mécanisme complexe de remodelage de l’identité locale s’est mis en marche : on repense le passé de la ville, on réorganise la mémoire, on met en scène la société actuelle de San Marco. À partir de l’origine et de l’identité provençales « redécouvertes », on commence à redéfinir l’image de la ville pour l’extérieur, afin de relancer l’économie locale en termes touristiques. C’est à ce moment que le journal Campania felix publie un grand reportage sur San Marco intitulé « Un coin de Provence : San Marco dei Cavoti » ; mais ce n’est évidemment pas le seul résultat des événements de septembre 1997.

12Le vieux centre de la ville devient lieu et logos, objet et scène de la métamorphose. La redéfinition du passé, qui a eu lieu à ce moment cérémoniel particulier, s’est réalisée non seulement sur un axe temporel, en nouant un lien direct avec les origines provençales redécouvertes, mais aussi sur le plan spatial, à travers la réhabilitation et la reconfiguration du vieux centre. Les murs de soutènement en béton armé ont été revêtus de pierres, les rues et les places auparavant goudronnées ont été redessinées avec des pavés, en utilisant des styles architecturaux considérés comme « typiques » de la région. Par rapport au début des années 1990, l’attention portée à l’ancien centre est devenue spécifique, planifiée et intégrée à un projet global dans lequel redéfinition identitaire et aménagement urbain sont indissociables.

13Les travaux sur la vieille ville et la façon dont celle-ci a été utilisée au cours de la Semaine de l’émigrant tendent aussi à établir un nouveau rapport avec quelques-uns de ses bâtiments. La tour médiévale située à côté de l’église Madre, utilisée par le passé comme campanile, est un des éléments architecturaux les plus évidents. Mais ce n’est que depuis les années 1970, avec la diffusion des textes de l’historien local, qu’elle est connue sous le nom de Torre dei Provenzali (tour des Provençaux) ; les habitants de San Marco, encore aujourd’hui, tendent à parler d’elle et des habitations qui l’entourent à travers le toponyme « a pe’de torre » (au pied de la tour). Du reste, jusqu’à ces événements, la mémoire collective semblait ne pas s’être attachée à cet édifice. À partir de la Semaine de l’émigrant, la tour devint l’objet de toutes les attentions et tendit à se transformer en « monument » : un signe du passé qui semble conserver jusque dans son nom une trace de l’origine française de la ville. La mémoire sociale s’approprie aujourd’hui cet « objet-signe » (Faubion 1993), faisant de lui l’un des opérateurs de la redéfinition spatiale et temporelle de l’identité locale. L’image de la tour et celle de quelques autres « monuments » du centre historique sont reprises et utilisées dans des brochures, des articles, des timbres-poste, aussi bien pendant qu’après la manifestation. Stylisées, ces images deviennent ses emblèmes. Le campanile de l’église du Carmine, dans la partie basse de la ville, et la Porta Grande, dans la partie haute, sont placés l’un à côté de l’autre, comme dans un photomontage (puisqu’en réalité on ne peut pas voir les deux édifices simultanément) et ils accompagnent ou souvent remplacent le lion du blason officiel de San Marco. Avec la Torre dei Provenzali, ils deviennent les symboles de l’histoire ancienne de la ville, de ses origines, du centre historique rénové et surtout recréé, ils fonctionnent comme les images irréelles des logos.

La Torre dei Provenzali, à côté de l’église San Marco Evangeliste, dans le centre ancien de San Marco dei Cavoti.

14Ce qui émerge de cette opération de construction et qui tend progressivement à s’imposer dans l’imaginaire collectif (« Maintenant on dit que nous devons l’appeler “centre historique” », me dit Leonida avec ironie), est donc un centre réinventé. Ses limites sont redessinées en y incluant les rues et les places situées immédiatement autour du bourg médiéval ; on recrée ainsi une vieille ville qui a perdu une grande partie de ses traits et on l’utilise comme scène de la nouvelle représentation de l’histoire et de l’économie de San Marco que les élus sont en train de réaliser.

  • 25 En réalité, ni le maire, ni la majeure partie des adjoints n’exercent la profession d’agriculteurs, (...)
  • 26 Pour une analyse plus détaillée de l’utilisation de la rhétorique de l’économie en ce moment politi (...)
  • 27 La Via dei Provenzali (rue des Provençaux), à côté de la tour homonyme, mais aussi les hameaux de F (...)

15La nouvelle équipe municipale, d’extraction paysanne, a remplacé les « artisans » qui avaient géré la politique locale à partir des années 1960. Elle négocie sa propre légitimité et sa propre identité sociale et politique25 à travers un combat symbolique avec l’ancien groupe politique. En synthétisant le sens de cet affrontement, on peut dire que pour la première fois après trente ans d’accord politique et économique, familles d’origine paysanne et familles d’origine artisane s’affrontent pour le contrôle du pouvoir et pour la définition de l’élite de la ville. Pendant les cérémonies de la Semaine de l’émigrant, le centre historique semble être le trait d’union entre les deux « rhétoriques », celle de l’histoire et celle de l’économie, à travers lesquelles les « gens de la ville » – membres du ceto (strate sociale) des « artisans » – et les élus « de la campagne » – membres du ceto « paysan » – s’opposent sur la scène cérémonielle. On manipule l’histoire en créant un espace de la tradition qui va de la fondation provençale à nos jours ; on s’affronte pour définir quelles actions sont économiquement rationnelles, ou quelle forme doit prendre l’économie locale. La ville médiévale devient ainsi le lieu d’une exposition sur l’artisanat et sur l’industrie, « San Marco produce » (San Marco produit), qui, à travers l’illumination des ruelles et l’installation de stands à l’intérieur de vieilles écuries et de vieilles maisons, fermées ou inhabitées et rouvertes pour l’occasion, semble en faire à nouveau un lieu vivant26. Dans le même temps, cet espace ranimé symbolise toute l’histoire de la ville : elle est consacrée « authentique » ville provençale, par ses origines « retrouvées », sa toponomastique27 et l’ancienneté de ses édifices ; et les représentants français appelés pour incarner la genèse furent, par leur seule présence, les garants de sa « provençalité ». Du reste, les architectes ayant travaillé au projet de restructuration n’hésitent pas à écrire :

San Marco dei Cavoti est une des villes du Samnium où la tradition historique est lisible sous toutes ses formes [...]. La moindre rue, le moindre édifice, constitue un élément de la grande mosaïque « histoire » ; en réunir les pièces pourrait donc permettre la reconstruction d’une passionnante mémoire collective [...]. Le temps a été le trait d’union entre les habitants et leur lieu d’appartenance, et le centre de cette identité historique dont nous, citoyens, sommes en perpétuelle quête, ne peut pas être autre que la partie médiévale de San Marco (texte dactylographié, 1998).

  • 28 Pour la première fois, le centre historique devient le thème de quelques chars de blé qui défilent (...)
  • 29 Suivant un processus qui apparaît semblable à celui qui a rendu « typiques » les nougats, devenus u (...)
  • 30 La réappropriation par les habitants eux-mêmes, toujours plus nombreux à se lancer dans la restruct (...)

16Les hôtes et les personnalités qui vinrent à San Marco pour la Semaine de l’émigrant ont tous été amenés à en visiter des parties, parfois guidés, paradoxalement, par quelques-uns des anciens élus, acteurs politiques ou spectateurs de sa dégradation et de sa destruction. L’habitat médiéval, naguère considéré comme sans valeur, est aujourd’hui réapproprié, y compris symboliquement28. La « ville ancienne » se transforme en « centre historique » et confère une nouvelle identité à la ville tout entière29. Elle devient un bien commun et recommence à jouer le rôle de centre actif qu’elle avait joué dans le lointain passé, mais sur un plan différent. Les scarrupicci ne sont plus un vide mais à nouveau un plein que l’on planifie et réordonne selon de nouvelles logiques30. Dans leur projet, les architectes affirment :

Dans les centres historiques, il faut s’opposer aux aspects négatifs du régime de tutelle passive qui s’est mis en place à travers [...] l’immobilisme de la « non-intervention », et aux risques de muséification, d’abstraction et de gel [...]. La théorie du gel dans la réhabilitation des centres historiques nie tout changement des usages, là où la société réelle, avec les dynamiques changeantes de ces dernières décennies, requiert des adaptations obligatoires dans l’utilisation des bâtiments, eu égard à de nouvelles exigences socio-économico-culturelles (texte dactylographié, 1998).

  • 31 Segnali, le 6 septembre 1997.
  • 32 À propos des conflits nés des interventions sur les espaces et bâtiments anciens et sur la nécessit (...)

17Bien sûr, les niveaux de signification sont nombreux. Il y a un écart significatif entre les déclarations d’intention des architectes et la façon dont une partie des habitants de la ville lit les interventions de réhabilitation. Le plein qui a pris la place du vide est pour beaucoup un plein compact, indifférencié, rigide et « muséifié ». Dans un journal local paraissent les photographies des nouveaux pavages en pierre qui partent de Porta Grande, hors des remparts, et le journaliste de San Marco qui les commente écrit : « Via Roma... pétrifiée », « Piazza Risorgimento... pétrifiée »31, soulignant ainsi l’immobilisation de l’espace urbain et du centre historique. Les opinions et les commentaires de ceux qui habitent là ont bien souvent ce même ton ironique et critique : « [l’architecte] Serafino fait une fixation sur les pierres », « Il a mis des pierres partout », « Trop de pierres... »32.

  • 33 La réutilisation des pierres, qui confère de l’ancienneté au lieu qu’elles servent à restaurer, est (...)
  • 34 Dans la ville, seul un édifice est encore entièrement en pierre, le plus grand et le plus ancien in (...)
  • 35 Même à la campagne, les fermes reconstruites ou rénovées ont toutes été crépies : seuls quelques pa (...)

18L’architecte concepteur du projet et maître d’œuvre des travaux de restructuration a choisi d’utiliser la pierre comme élément central de ses interventions. Dans les rues, les pavés réutilisés et disposés selon de nouveaux dessins sont distingués des pierres neuves – qui proviennent toujours de la région et sont travaillées selon les techniques locales ; les pierres qui se trouvaient sous les crépis sont remises à nu de façon à évoquer le bâti « en pierre sèche »33. L’intolérance, ou tout au moins le manque d’enthousiasme que beaucoup manifestaient pour « toutes ces pierres », semble liée soit à l’immobilité qu’elles suggèrent soit, surtout, au fait que la « re-pétrification » met en évidence un élément architectural – l’utilisation de la pierre sèche – qu’on avait au contraire décidé d’occulter au cours des décennies précédentes. Les routes avaient été goudronnées pour les rendre plus praticables et les marches de certaines ruelles, là où il était possible, avaient été éliminées pour qu’il soit possible de les parcourir en voiture. Les maisons en pierre apparente avaient été crépies pour imiter les maisons des « seigneurs » du xixe siècle, dans le but explicite de se distinguer des plus pauvres qui continuaient à habiter de « vieilles » maisons en pierre34. La pierre a donc longtemps été associée à l’inconfort : « Dès qu’on a pu, on a commencé à crépir35. »

19Aujourd’hui, les mêmes pierres ont changé de sens : elles sont devenues la matière première de l’espace urbain, elles permettent de modifier le paysage et, en même temps, d’orienter la mémoire collective. Cette inversion, analysée par Michael Herzfeld (1991, 1997) à propos de la restructuration d’un centre historique en Crète permute les deux éléments signifiants : le crépi et la pierre, et avec eux le rapport entre signe de pauvreté et signe de noblesse, entre ce qui est visible de l’extérieur (comme les façades crépies des immeubles de la nouvelle place) et ce qui ne l’est pas (comme les façades en pierre des vieilles maisons, en particulier celles situées dans le bourg abandonné après le tremblement de terre). Aujourd’hui, c’est la pierre qui se donne à voir et définit l’identité de la ville pour l’extérieur. Ce qui était autrefois couvert afin de démontrer l’« urbanité » de sa propre famille est aujourd’hui exhibé pour montrer l’ancienneté et la « provençalité » de la ville.

Une « citadelle industrielle et économique »

20Dans un document destiné au manager américain Lee Iacocca, les architectes affirment :

Dans un petit centre, forte est l’exigence d’insérer dans les tissus existants de nouveaux éléments de lien, des principes d’agrégation, des signes et des idées forts sur lesquels fonder un solide espoir pour l’avenir. Des idées fortes dont puisse surgir de manière naturelle le nouveau développement ; des lieux du « social », des structures publiques, des références tangibles qui conduisent le citoyen à participer au processus de réappropriation de l’espace urbain oublié (texte dactylographié, 1998).

21Quels sont les résultats de la première restructuration et quels rapports se sont noués entre Iacocca et le centre historique de San Marco ? Lee Iacocca, qui sur la scène locale avait fini par devenir un symbole polyvalent utilisé au cours de la Semaine de l’émigrant par les différents acteurs avec des objectifs divers, a joué un rôle important dans la réappropriation du centre médiéval et dans la définition de l’identité de la ville. Au moment de sa venue, les journaux locaux et nationaux ont plusieurs fois mis en relation le « centre historique », le capitaine d’industrie américain et les changements en cours dans la localité.

  • 36 Il est intéressant de noter que c’est justement au moment où la « ville ancienne » devient un « cen (...)
  • 37 Segnali, le 13 septembre 1997.

22Le retour au lieu d’origine de « son enfant le plus célèbre » eut lieu symboliquement par la Via Roma. Iacocca passe sous l’arc de la Porta Grande, parcourt la Via dei Provenzali et va voir ses cousins dans la maison qui fut celle de sa mère, a pe’de torre (au pied de la tour). De même que les membres de la délégation de la ville de Gap et le passé qu’ils incarnent avaient été conduits dans le « nouveau » centre historique pour en garantir l’ancienneté et la « provençalité », Lee Iacocca fait entrer dans la ville un avenir dont il est lui-même le représentant. Le manager américain scelle la réappropriation collective de ces espaces par la population, leur réinvestissement selon des formes nouvelles36. Iacocca visitera les stands de San Marco produce et parcourra les ruelles illuminées où les producteurs exposent leurs productions, bénissant de sa présence la nouvelle économie de la ville, redéfinie en termes de « tradition » et de « typicité ». Il inaugurera le monument à l’émigrant – symbole du dur labeur et du succès économique des gens de San Marco à l’étranger – situé sur la Piazza Mercato, elle aussi rénovée. Cette place se trouve juste à l’extérieur du centre fortifié, dans la partie basse de la ville, sur laquelle par le passé se déroulaient les marchés, les foires aux bestiaux, les transactions économiques. Laissée de nombreuses années à l’abandon par les municipalités, cette place est, grâce à son pavage rénové, un des espaces aujourd’hui inclus dans les nouvelles limites du « centre historique ». Au cours d’un entretien, un journaliste local demande à Lee Iacocca : « Quelles suggestions feriez-vous à la municipalité si vous viviez à San Marco ? » Celui-ci répond : « De réhabiliter entièrement le magnifique centre historique, de créer toutes les infrastructures pour promouvoir la croissance des usines textiles et des confiseries qui sont votre richesse37. »

23Ayant ainsi reçu l’adoubement symbolique du manager américain, après celui des ancêtres venus de Gap, le centre peut se métamorphoser en valeur économique, qui refonde l’image de la ville et contribue à son développement en tant qu’attraction touristique. Mais en quoi consiste cette valeur et, surtout, de quel type d’économie parle-t-on ? Iacocca est le manager qui ne perd pas de temps et qui peut rendre possible l’entrée du « temps » dans le monde de San Marco, qui peut fournir la clé du succès aux entreprises locales, c’est l’« oncle d’Amérique » qui rentre à la maison distribuer ses richesses. Le président de la Chambre de commerce du Bénévent, lui-même de San Marco, déclare au cours de la Semaine de l’émigrant : « [L’élément important de cette manifestation est] l’entrée d’un personnage qui représente l’économie mondiale dans un microcosme qui présente un développement industriel endogène. »

  • 38 « Lieu d’origine de la famille Iacocca et de Lee Iacocca (ancien président de Chrysler) et chef-lie (...)

24En effet, Iacocca ne sera pas seulement le garant de la redéfinition de l’économie locale en termes de « tradition » et de « typicité », il sera impliqué dans une opération à plus long terme. San Marco, « ville du nougat » et « district industriel du textile », est désormais aussi la ville d’origine de Iacocca, donc le berceau de l’esprit d’entreprise et de l’entreprise par excellence38. À Iacocca sera dédiée une école de formation de dirigeants, conçue en collaboration avec l’université de Naples et destinée aux managers, aux entrepreneurs et à ceux qui aspirent à le devenir ; Iacocca en sera le président honoraire et son siège sera installé au cœur du bourg médiéval.

25À travers la construction du personnage polysémique de Iacocca, et grâce à son action sur la scène cérémonielle, c’est toute l’économie locale qui est objectivée et redéfinie. Toute l’économie de San Marco, dont Iacocca devient l’emblème malgré lui, est « mise entre guillemets » et située symboliquement dans le « centre historique ». La tradition d’entreprise de San Marco, transmise au fil des générations par son fondateur-emblème, devient un bien commun : l’économie locale semble subir ainsi un processus de « patrimonialisation ».

26L’industrie et l’artisanat, comme les pierres, la tour, le bourg historique et les liens retrouvés avec les Provençaux, sont les éléments d’une continuité avec le passé. En même temps, ils fonctionnent dans le présent et sont même en cours de développement et de reconnaissance institutionnelle. Ils semblent donc en mesure de caractériser l’identité économique de la ville pour l’avenir. D’ailleurs, « le patrimoine est avant tout référence au passé. Il est l’héritage commun, qu’il convient de protéger » (Audrerie 1997 : 6), mais en même temps « par sa puissance d’amalgame, sa capacité à mêler à la fois les objets et leurs modalités de conservation, le patrimoine se fait reflet de notre futur » (Guillaume 1990 : 19-20).

  • 39 Voir, sur d’autres plans, Gérard Althabe (1990) et Catherine Ballé (1998).

27Tout comme le centre historique est devenu un bien commun, la nouvelle représentation de l’économie le devient aussi : on façonne une histoire à soi, on se réapproprie un espace commun, on invente et on fonde une identité économique partagée39. Si « l’ancienneté reste toutefois un critère déterminant dans toute patrimonialisation » (Candau 1996 : 92), l’action économique locale dans son ensemble est comme « enracinée ». Mais, à la différence des situations plus classiques de patrimonialisation, « l’angoisse de la perte » et « le sentiment de l’urgence » (ibid. : 91-92) ne jouent pas de rôle ici : l’économie, qui fait l’objet de ce processus, est, bien au contraire, un objet vivant. Ces questions amèneraient également à réfléchir aux phénomènes de « patrimonialisation », sur un plan plus général, et à s’interroger sur les outils qui, d’une tradition intellectuelle à l’autre, sont utilisés pour les appréhender. Je ne peux pas les aborder ici.

28Le centre historique, réactivé et reconstruit selon des modèles architecturaux « typiques », devient le lieu de cette nouvelle économie, elle-même rendue « typique ». Là, en effet, se déroulaient par le passé (Piazza Mercato) et se déroulent dans le présent (Via Roma et Piazza Risorgimento) les activités économiques essentielles. Le centre ancien, tout comme les activités économiques de la ville, deviennent ainsi l’objet d’un processus de réification et sont utilisés pour construire le « local » dans des nouvelles configurations politiques et économiques.

29C’est bien entendu à Lee Iacocca qu’est réservé l’honneur de poser la « première pierre » des travaux d’aménagement de la zone du centre historique qui accueillera l’école qui lui est dédiée et les services qu’elle va générer, travaux qui feront du centre médiéval une citadelle de l’économie.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Althabe gérard, 1990.
« Production des patrimoines urbains », in Jeudy, Henri-Pierre (dir.), Patrimoines en folie, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « Cahiers d’ethnologie de la France », pp. 269-273.

Audrerie dominique, 1997.
La Notion et la protection du patrimoine,
Paris, puf, coll. « Que sais-je ? ».

Babelon jean-pierre & andré Chastel, 1994.
La Notion de patrimoine,
Paris, Liana Levi, coll. « Opinion ».

Ballé catherine, 1998.
« La ville et son patrimoine. L’exemple d’Avignon », in Grange, Danieli. J. & Dominique Poulot (dir.), L’Esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l’écrit », pp. 215-229.

Candau joël, 1996.
Anthropologie de la mémoire,
Paris, puf, coll. « Que sais-je ? ».

Clemente pietro, 1995.
« "La poubelle agréée" : oggetti, memoria e musei del mondo contadino », Parolechiave, n° 9, pp. 187-203.

De Clementi andreina, 1990.
« La prima emigrazione », in Macry, Paolo & Pasquale Villani (dir.), La Campania. Storia d’Italia. Le regioni dall’Unità a oggi, Turin, Einaudi, pp. 373-396

De Seta cesare, 1977.
Città, territorio e Mezzogiorno in Italia,
Turin, Einaudi.

Faubion james d., 1993.
Modern Greek Lessons. A Primerin Historical Constructivism,
Princeton, Princeton University Press.

Fuschetto angelo, 1997.
Comunità fortorine tra passato e futuro,
Bénévent, La Scarana.

Gambi lucio, 1995.
« La memoria nella tutela del paesaggio »,
Parolechiave, n° 9, pp. 139-144.

Guillaume marc, 1990.
« Invention et stratégies du patrimoine », in Jeudy, Henri-Pierre (dir.), Patrimoines en folie, Paris, ministère de la Culture etdela Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « Cahiers d’ethnologie de la France », pp. 13-20.

Herzfeld michael, 1991.
A Place in History: Social and Monumental Timeina Cretan Town,
Princeton, Princeton University Press.

Herzfeld michael, 1997.
Cultural Intimacy. Social
Poetics in the Nation-State, New York/Londres, Routledge.

Meomartini alfonso, 1907.
I Comuni della provincia di Benevento,
Benevento, Stabilimento editoriale De Martini.

Siniscalchi valeria, 1993.
« Strategie dell’identità: pratiche e rappresentazioni della stratificazione sociale a San Marco dei Cavoti »,
L’Uomo, vol. 6, n. s., n° 1-2, pp. 205-238.

Siniscalchi valeria, 1999.
« Terre, contrade e territori. Toponomastica, classificazioni e pratiche dello spazio a San Marco dei Cavoti »,
Quaderni di semantica, vol. 20, n° 2, pp. 243-279.

Siniscalchi valeria, 2000.
« "Il dolce paese del torrone". Economia e storia in un paese dell’Italia del Sud »,
Meridiana, n° 38-39, pp. 199-222.

Siniscalchi valeria, 2002a.
« "Gavotte
à l’italienne" : percorsi di manipolazione della storia dagli Appennini alle Alpi francesi », Annali di San Michele, n° 15, pp. 183-200.

Siniscalchi valeria, 2002b.
« "San Marco produce". Retoriche dell’economia e dinamiche politiche nel Sannio »,
in Siniscalchi, Valeria (dir.), Frammenti di economie. Ricerche di antropologia economica in Italia, Cosenza, Luigi Pellegrini editore, pp. 313-345.

Siniscalchi valeria, 2008.
« Travailler en usine. Usines textiles et conceptualisation du travail en Italie du Sud », in Trochei, Jean-René (dir.), Le Travail comme catégorie culturelle, actes du l27e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques organisé à Nancy (2002), édition électronique sur cd-rom, Éditions du cths, coll. « Actes des Congrès des sociétés historiques et scientifiques ».

Tafuri manfredo, 1997.
« Storia, conservazione, restauro »,
in Pedretti, Bruno (dir.), Il Progetto del passato. Memoria, conservazione, restauro, architettura, Milan, Bruno Mondadori, pp. 85-100.

Zonabend françoise, 1980.
La
Mémoire longue. Temps et histoires au village, Paris, puf, coll. « Croisées ».

Notes

1 Sur le processus de construction d’une économie « typique », liée à la production de confiseries, voir Siniscalchi (2000). En 2000, San Marco dei Cavoti a obtenu le label de « district industriel « textile par la Région Campanie (Décret régional n° 059 du 17-6-97). Ce texte a été rédigé en 2000. Les références bibliographiques s’arrêtent donc à cette date. Néanmoins, surla production textile et la constitution du district industriel, je renvoie à Siniscalchi (2008).

2 Entre 1990 et 2000, j’ai conduit trois ans et demi d’enquête ethnographique à San Marco dei Cavoti. Je remercie tous les habitants de San Marco qui, au fil du temps, m’ont aidée et accueillie, toujours avec disponibilité et affection. En particulier, pour ce texte, Leonida Colarusso et Paolo et Ornella Costanzo, amis et conseillers ; Franco Cocca, Mena Autore et Serafino Piteo, Angelo Fuschetto, Salvatore Carpinelli et Franco Palma pour les informations et les documents qu’ils m’ont permis de consulter. Enfin, Giovanni Cocca qui avait affectueusement mis à ma disposition sa prodigieuse mémoire.

3 Le sens de cette phrase est en réalité plus complexe : non seulement Leonida Tontina, a toujours habité dans la zone dite du Mercato (le marché), mais plus généralement, Leonida et les membres de sa famille habitent et exercent leur activité dans la zone du Mercato depuis plusieurs générations. Leur razza (voir note suivante) est étroitement liée à cette zone, lui « appartient » : le frère forgeron travaillait dans la boutique (au-dessus de laquelle se trouve sa maison) qui avait appartenu au père, en face de la maison de Leonida, où autrefois se trouvait le magasin tenu par leur mère et, avant elle, parleur grand-mère Antonia, dite Tontina, dont les petits-enfants ont hérité le surnom.

4 Par le terme de razza (race) on entend un ensemble d’individus qui partagent un même surnom et qui se considèrent comme descendants en ligne agnatique d’un même ancêtre, situé quatre ou cinq générations auparavant, et qui est à l’origine du surnom.

5 Le terme du dialecte scarrupicci dérive de l’adjectif scarrupato (en ruine), participe passé du verbe scarrupare (démolir). Il est utilisé par extension pour indiquer un ensemble de maisons et de constructions en ruine, sans valeur, irrécupérables entant qu’habitations, dont il est souvent difficile d’imaginer la forme originelle.

6 De nombreuses familles qui habitaient la « ville ancienne » ont émigré en Amérique dans la première moitié du xxe siècle, ou en Suisse et en Allemagne entre les années 1950 et 1960. Sur les flux migratoires en Campanie entre la fin du xixe siècle et les années 1930-1940, voir entre autres Andreina De Clementi (1990).

7 Lucio Gambi affirme que, « dans le cas de la sauvegarde d’un bien culturel qui est aussi un document paysager d’une certaine valeur, [la mémoire vécue] peut parfois freiner ou empêcher l’œuvre de protection conservatrice [...] quand l’objet auquel la mémoire se rapporte renvoie aux souvenirs de périodes difficiles, de peines, de pauvreté ». La mémoire vécue se distingue donc de la mémoire acquise par les groupes d’élite qui décident d’intervenir dans ces espaces à l’égard desquels la mémoire vécue peut être indifférente (Gambi 1995 :140-141).

8 Le Palazzo Vicidomini a été, jusqu’à la fin du xviiie siècle, la résidence des marquis Cavaniglia. Puis il est passé, au début du xixe siècle, aux mains de la famille Zurlo, une famille de « seigneurs » de San Marco, après l’abandon définitif de la ville par les derniers Cavaniglia.

9 La répartition de l’espace en « partie haute » et « partie basse » se prolonge en dehors de la vieille ville et organise non seulement les zones habitées hors des remparts, mais aussi les zones de campagne du territoire communal situées en amont et en aval du centre habité.

10 En fait, en plus des « artisans » et des membres des familles de « seigneurs » – selon un schéma idéal de la stratification sociale (Siniscalchi 1993) –, les membres des « races » paysannes, les « fermiers », qui vivent de manière stable à la campagne depuis plusieurs générations, possédaient et possèdent parfois encore une maison « in paese » (dans le centre urbain), utilisée en général le dimanche.

11 Pour une analyse des politiques d’intervention sur le territoire dans le Mezzogiorno entre les années 1950 et la fin des années 1970, je renvoie au travail de Cesare De Seta (1977).

12 Entretien du 27 avril 1997.

13 La partie la plus structurée de la mémoire historique locale était incluse dans le discours familial, inscrite dans les récits généalogiques des différentes razze, en particulier paysannes. L’histoire de la ville était ainsi composée d’un ensemble d’histoires, privées mais partagées publiquement, et les récits généalogiques de fondation des razze constituaient le principal et probablement le seul discours public sur l’histoire locale, à travers lequel on fixait et on rivalisait pour la définition publique des identités de groupes. Voir à ce sujet Françoise Zonabend (1980).

14 Le projet visait à utiliser la loi 64 d’intervention extraordinaire pour le Mezzogiorno.

15 Les familles de « seigneurs » ont probablement contribué à la non-démolition, après le tremblement de terre, de l’église du Carmine, plus ancienne que l’église Madre. Le Palazzo Vicidomini, propriété d’une de ces familles, a lui aussi été conservé en l’état et il est resté, avec sa cour, un des rares espaces du vieux centre à n’avoir pas été touché par les modifications urbanistiques.

16 Entretien du 3 mai 2000.

17 Il s’agit d’un narrateur de l’histoire locale, promoteur puis « instrument », comme je l’ai montré par ailleurs, de la définition et de la manipulation de l’histoire de la ville (Siniscalchi 2002a). Ses reconstitutions historiques fonderont par certains aspects la réappropriation du vieux centre.

18 Prêtre et capucin, né à Pietrelcina, commune voisine de San Marco, décédé en 1968, il a été canonisé en 2002. Considéré comme un thaumaturge, il était déjà vénéré de son vivant et aujourd’hui il fait l’objet d’un culte fervent.

19 Un ami architecte me proposa à cette époque d’acheter l’Arco dei Minichelli, une structure en pierre qui s’effondra peu de temps après, probablement sous l’effet des travaux de reconstruction de la route. Les Minichelli sont une razze paysanne dont les membres résident dans un hameau de la partie basse du territoire communal. À côté de l’arc, dans la partie basse de la vieille ville, se trouvait la maison « in paese » (dans le centre urbain) des Minichelli. Aujourd’hui, à cet emplacement riche de mémoire dans les récits généalogiques des membres de la razze, a été aménagé un parking.

20 Numéro daté du 31 décembre 1997.

21 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mes travaux antérieurs (Siniscalchi 2000, 2002a, 2002b).

22 Designer, concepteur de la Mustang – le plus grand succès de la Ford dans le domaine automobile–, dans les années 1980, Lee Iacocca sera un temps « en odeur » de nomination pour les élections présidentielles américaines.

23 Fonds pop et fonds liés à la loi 64 et à la loi régionale 279 pour les « programmes intégrés ».

24 La thèse qui veut que San Marco dei Cavoti ait été fondé à la moitié du xive siècle par des Provençaux venus de la ville de Gap à la suite des ducs d’Anjou a été lancée au début du xxe siècle par les travaux de quelques érudits locaux (voir Meomartini 1907). Dans les années 1970, elle fut reprise par l’historien local dont j’ai parlé auparavant, promoteur des opérations de réélaboration de l’histoire de la ville et de ses grandes figures. À travers ses écrits – souvent intégrés aux programmes scolaires –, cette thèse s’est diffusée auprès des habitants de San Marco et s’est imposée au sens commun local. Ses œuvres ont contribué dans quelques cas à réveiller le souvenir d’histoires et de récits de la région et, dans d’autres cas, à produire entièrement des thèmes sur lesquels la mémoire locale a ensuite travaillé (voir entre autres Fuschetto 1997). Aujourd’hui, il est difficile de distinguer ce qui dans ses reconstructions vient des récits oraux de ce qui, au contraire, vient de ses textes et à partir de là a fait l’objet de narration par la mémoire locale. Quoi qu’il en soit, jusqu’à présent aucune attention collective n’avait été portée à cette « histoire de fondation ».

25 En réalité, ni le maire, ni la majeure partie des adjoints n’exercent la profession d’agriculteurs, mais tous vivent ou ont vécu, jusqu’à ces dernières années, à la campagne et surtout proviennent de familles paysannes. On ne peut pas parler dans ces cas de classes, mais plutôt de strates sociales – ceti selon le terme local – et de représentations de la stratification sociale (Siniscalchi 1993).

26 Pour une analyse plus détaillée de l’utilisation de la rhétorique de l’économie en ce moment politique particulier, je renvoie à un autre texte (Siniscalchi 2002b).

27 La Via dei Provenzali (rue des Provençaux), à côté de la tour homonyme, mais aussi les hameaux de Francisi, Franzese et Borgognona semblent renvoyer à un passé « français ».

28 Pour la première fois, le centre historique devient le thème de quelques chars de blé qui défilent le jour de la « fête des chars », la deuxième semaine d’août. Le contraste avec les représentations du début des années 1990 apparaît clairement : en 1990, c’est un char représentant une voiture de Formule 1 qui gagna le défilé ; à la fin de la décennie, ce sont les chars ayant pour objet le centre historique qui ont remporté le premier prix : en 1998, le char vainqueur représentait la Porta Grande, avec la tour, Via dei Provenzali et Via Roma. En 1999, le « centre historique » était le sujet d’une grande carte postale illustrée, placée sur un char et réalisée, toujours, en épis de blé et en grains de raisin.

29 Suivant un processus qui apparaît semblable à celui qui a rendu « typiques » les nougats, devenus un emblème de la ville (Siniscalchi 2000, 2002a).

30 La réappropriation par les habitants eux-mêmes, toujours plus nombreux à se lancer dans la restructuration de maisons à l’intérieur de la vieille ville, ne se produit pas en continuité avec les usages que ces espaces ont eus au fil des ans. Par exemple, aujourd’hui, beaucoup de maisons sont achetées comme résidences secondaires.

31 Segnali, le 6 septembre 1997.

32 À propos des conflits nés des interventions sur les espaces et bâtiments anciens et sur la nécessité des conflits eux-mêmes, voir Manfredo Tafuri (1997).

33 La réutilisation des pierres, qui confère de l’ancienneté au lieu qu’elles servent à restaurer, est dans la lignée des pratiques locales en matière de construction : la maison d’une famille de « seigneurs », construite entre la fin du xixe siècle et le début du siècle suivant sur la Piazza Risorgimento (datant elle aussi du xixe siècle), possède un soubassement de pierres apparentes provenant du vieux couvent dominicain, construit hors de la ville après l’abandon de celui qui se trouvait dans le vieux centre. Aujourd’hui, dans le climat d’« archaïsation » de la ville, cet immeuble est indiqué dans les guides comme bâtiment datant du xve siècle.

34 Dans la ville, seul un édifice est encore entièrement en pierre, le plus grand et le plus ancien intégralement intact à l’intérieur des remparts, dans la partie basse du vieux centre. Il s’agit de PalazzoVicidomini, dont j’ai déjà parlé : un complexe architectural du bas Moyen Âge intégré à l’ancienne enceinte fortifiée et qui faisait partie, dans le passé, du système défensif. Les membres de la famille des « seigneurs », propriétaires du palais depuis désormais deux siècles, avaient construit dans la deuxième moitié du xixe siècle de nouvelles maisons hors des remparts et avaient déménagé dans des endroits plus confortables, laissant le Palazzo Vicidomini en l’état. Ce n’est pas un hasard si la cour de ce bâtiment, parmi les rares du centre historique restées intactes et utilisées par ses propriétaires (même si c’est seulement l’été), a été l’un des premiers espaces qu’on se soit réappropriés à partir du début des années 1990, initialement pour des concerts et des représentations théâtrales.

35 Même à la campagne, les fermes reconstruites ou rénovées ont toutes été crépies : seuls quelques pavillons de chasse abandonnés, les vieilles écuries ou les vieilles fermes, plus habitées mais encore utilisées comme entrepôts ou pour quelques activités (quand elles n’ont pas été détruites pour obtenir des indemnisations après le tremblement de terre de 1980), sont en pierre apparente.

36 Il est intéressant de noter que c’est justement au moment où la « ville ancienne » devient un « centre historique », un bien commun, un signe visible de l’identité provençale « retrouvée », que quelques familles de « seigneurs » ouvrent leurs maisons et les mettent à disposition pour des manifestations et événements de la Semaine de l’émigrant.

37 Segnali, le 13 septembre 1997.

38 « Lieu d’origine de la famille Iacocca et de Lee Iacocca (ancien président de Chrysler) et chef-lieu d’un des districts industriels reconnus par la Région Campanie, San Marco dei Cavoti représente une des réalités les plus vivantes de l’entreprise méridionale », affirment les rapporteurs du projet de création d’une école d’entreprise et de managements San Marco dei Cavoti, pour expliquer le choix de ce lieu.

39 Voir, sur d’autres plans, Gérard Althabe (1990) et Catherine Ballé (1998).

Table des illustrations

Légende Plan de San Marco dei Cavoti, circa 2000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende La Torre dei Provenzali, à côté de l’église San Marco Evangeliste, dans le centre ancien de San Marco dei Cavoti.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k

Auteur

Anna Iuso (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540