Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

II. Déclasser, classer, surclasser

L’unesco et le campanile1

Patrimoine universel et patrimoines locaux

Berardino Palumbo
Traduction de Anna Iuso

Texte intégral

  • 1 Nota : Ce texte a été rédigé en 2000. L’essentiel de la bibliographie s’arrête a cette date. Pour d (...)
  • 2 Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (point 1, article l). Voir (...)
  • 3 Audrerie, Souchier & Vilar (1998 :11-12)

1« Œuvres de l’homme ou œuvres conjuguées de l’homme et de la nature, zones – incluant les sites archéologiques – qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue historique, esthétique, ethnologique ou anthropologique2 », les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité constituent, dans le discours universaliste de l’unesco, « des sources irremplaçables de vie et d’inspiration » ; ils sont l’« héritage du passé », les biens que « nous transmettons aux générations futures », les lieux « d’une mémoire collective de l’humanité », les icônes préservées d’une nouvelle identité humaine. L’idée d’une Liste du patrimoine mondial entre dans un projet politico-idéologique explicite : construire un nouveau sujet juridique collectif (l’humanité), détenteur de droits partiels – qui ne contredisent pas ceux des États-nations et n’engagent à rien ceux qui les énoncent – sur les biens artistiques, culturels et naturels. Les organisations internationales entendent fonder, à travers le développement « d’une conscience culturelle et historique », l’appartenance à une « première civilisation mondiale » qui contribue, dans le même temps, « au maintien de la diversité culturelle, à la défense du pluralisme culturel à travers la préservation de la partie immatérielle du patrimoine et la revitalisation de l’ensemble des formes d’expression culturelles »3.

2Ces propositions s’inscrivent dans le mouvement d’« objectivation de la culture » repéré au xxe siècle par les anthropologues qui travaillent sur la fin de la modernité (Handler 1988 ; Appadurai 1996 ; Macdonald 1997). Unité et différence, universalisme et localisme sont les oppositions et les relations qui fondent la rhétorique des institutions internationales comme l’unesco et justifient leur politique d’intervention. J’analyserai ici les rapports et combinaisons qui s’établissent entre ce discours des institutions globales et les rhétoriques identitaires locales à propos d’un cas récent : le projet d’inscription du « Val de Noto et du baroque tardif de la Sicile orientale » sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité. Cela ain de rendre compte des pratiques politiques et des poétiques du temps, de la mémoire et de l’appartenance, mises en œuvre dans cette situation, en soulignant leurs dimensions créatives.

Baroque versus UNESCO

  • 4 Loin°496 du 25septembre 1996, article 2. La même loi (article 3) prévoyait « des interventions urge (...)
  • 5 Loi n° 237 du 12 juillet 1999 (article 7).

3La nuit du 13 mars 1996, la coupole de la cathédrale de Noto s’effondre. La presse régionale et nationale donne un large écho à l’évènement. Presque aussitôt, le discours des médias fait de l’effondrement de ce monument baroque, parmi les plus célèbres de la Sicile, l’emblème du désintérêt de l’État italien, de la Région sicilienne et des communautés locales elles-mêmes pour leur patrimoine historique et artistique. En réalité, peut-être parce que la catastrophe se produit à la veille des élections d’avril 1996, l’État en l’occurrence manifestera son intérêt. Dans les mois qui suivent, le président de la Région sicilienne, le ministre des Biens culturels, le président de la République se rendent à Noto et promettent des interventions rapides et efficaces. Intellectuels et artistes se mobilisent ; un concert est organisé sur les décombres du monument. En juillet 1996, l’État alloue vingt milliards de lires pour la « reconstruction de la basilique de Noto »4. En 1999, le Parlement autorise une dépense de vingt-cinq milliards de lires supplémentaires auxquels cinq autres milliards viendront s’ajouter l’année suivante5.

  • 6 La proposition ministérielle fut appelée « Noto et le baroque tardif de la Sicile orientale ».
  • 7 Voir à ce propos la circulaire de là Direction générale de Syracuse du 1eroctobre 1998, fortement s (...)
  • 8 Voir le journal La Sicilia des 15 et 27 février 1997 et du 6mars 1997, «Chroniques provinciales», c (...)

4Laissons de côté les vicissitudes de la reconstruction pour nous concentrer sur la démarche, déclenchée par l’effondrement de la cathédrale, qui reconnaît et exalte le patrimoine exceptionnel de cette région. En effet, mettant à profit l’émotion qui a saisi l’opinion publique, la réaction des administrations locales et l’intérêt manifesté au sommet de l’État, le ministre des Biens culturels élabore au cours de l’année 1996 une proposition d’inscription du baroque de Noto et de quelques autres sites du Sud-Est sicilien sur la Liste de I’unesco6. De fait, une première proposition avait déjà été avancée par la municipalité de Noto, via l’administration régionale ; le ministre, l’estimant trop liée aux intérêts locaux, choisit de la reformuler en termes plus larges, souhaitant qu’elle soit étendue à d’autres communes, en accord avec le principe que la loi de 1996 avait retenu7. Adressée à la Région, la proposition ministérielle parvint ensuite à la municipalité de Noto qui s’empressa d’élaborer un nouveau projet, ajoutant à l’ensemble des édifices du centre historique de la ville les monuments de Raguse, Modica, Ossina et, en partie seulement, ceux de Catane. Au cours de l’hiver 1996-1997, du reste, la municipalité de Noto avait organisé une série de rencontres entre les représentants de ces communes, excluant du même coup de nombreux autres centres urbains mineurs, pourtant connus pour posséder d’importants monuments baroques et des formes urbaines caractéristiques de la reconstruction qui a suivi le tremblement de terre de 1693 dans toute la Sicile sud-orientale8. On devine une opération politique délibérée, menée par les municipalités de Noto, d’Ossina, de Raguse et de Modica pour s’approprier un projet national, formé à l’échelon local mais formulé par le ministère en termes non localistes.

  • 9 Lettre officielle de la mission de la Région sicilienne à la direction générale de Syracuse, le 20 (...)

5La Région sicilienne avait confié le contrôle de toutes les opérations à la direction générale de Syracuse, organe territorial compétent en la matière9. À partir du 20 mars 1997, la procédure conforme une fois lancée, toute opération politique devait être inscrite dans un cadre bureaucratique et technique contrôlé par les différentes directions générales. Leurs compétences étant territoriales, cela imposait d’impliquer plus de sites (Catane et Raguse, outre Syracuse) et donc plus d’experts : architectes, archéologues, historiens d’art, spécialistes des diverses directions générales, chacun doté de son point de vue technique et intellectuel, pris dans des intrigues politico-culturelles et affichant donc une perception particulière des priorités et des intérêts en jeu.

6Quand la direction générale de Syracuse convoque officiellement une réunion le 9 mai 1997, le conflit autour de cette affaire qui s’est constituée à propos de I’unesco et du baroque est très vif. Le cadre politique s’est compliqué et les certitudes des promoteurs locaux du projet sont fragilisées. En effet, les communes écartées se sont mobilisées avec succès, grâce à l’intervention du sénateur Mario Occhipinti et à l’engagement des administrations communales et provinciales de Catane, la grande ville. Au cours de la réunion, à laquelle participent les représentants des directions générales impliquées et de quelques communes (Noto, Raguse, Modica, Catane), un fossé s’ouvre entre les positions de Catane, dont les représentants refusent globalement la proposition ministérielle, l’estimant historiquement et politiquement « sans fondement », et celle de Noto, dont un représentant va jusqu’à déclarer que la proposition ministérielle doit être lue comme « une note de service » signifiée aux directions générales. Le débat se solde pour Noto par une défaite politique partielle. Du reste, le 4 juin 1997, un mois seulement après cette rencontre houleuse, le sénateur Mario Occhipinti, impliqué quelques mois auparavant dans les protestations des communes exclues, propose au Sénat son projet de loi intitulé « Restauration et valorisation du baroque du Val de Noto ».

7Ce document souligne avec force la nécessité de parvenir à une nouvelle formulation du projet ministériel. Ainsi se dessine, contre les prétentions plus limitées de la ville de Noto et de ses alliés, une proposition qui part d’une définition historico-géographique « correcte » et unitaire de la zone et plaide pour l’inscription de l’ensemble du patrimoine baroque du Val de Noto sur la Liste de l’unesco. En avril 1998, la direction générale de Syracuse formule un projet similaire (« Proposition pour la candidature à l’unesco de la Vallée de Noto ») et l’envoie aux autres directions générales impliquées, au ministre des Biens culturels et à son représentant régional. Elle prévoit explicitement l’implication des communes des trois provinces intéressées. En fait, au début du mois d’octobre de la même année, la direction générale de Syracuse informe officiellement les nombreuses municipalités de l’état d’avancement des travaux, en leur demandant de s’engager. Parmi elles figurent celles qui, les premières, avaient proposé une liste de sites (Noto, Ossina, Raguse, Modica, Catane), et quelques autres, ignorées au départ (Avola, Buscemi, Catalfàro, Ferla, Militello, Palazzolo Acreide).

  • 10 Lettre du ministre pour les Biens et les Activités culturels (Ufficio centrale peri Beni culturali, (...)

8Le 2 février 1999, le ministre demande par écrit à ses représentants locaux d’accepter la révision du projet initial, l’élargissant à tout le Val de Noto10. À la réception de ce courrier, la direction générale de Syracuse, soulignant combien sa formulation se révèle « conforme à ce que demandent les maires des diverses municipalités de l’aire concernée et plus particulièrement le maire de Catane », veille à informer les directions générales impliquées, en leur déléguant la charge de déterminer les juridictions respectives intéressées. En l’espace d’un an (mars 1999 – mai 2000), les directions générales, avec des engagements et des intérêts bien différents, et quelques municipalités de la Vallée de Noto s’emploient à réunir la documentation demandée par le ministère. Il semble, pour conclure sur ce point, que la proposition d’inscription du « Baroque de la Vallée de Noto » soit la seule demande présentée par l’État italien au Comité du patrimoine mondial de l’unesco en 2001 ; elle sera, en tout cas, la seule retenue en 2002.

Les conflits

9Fin septembre 1998, alors que les communes bataillent sur la question de l’unesco, le conseil municipal de Catalfàro organise un congrès sur « Le baroque de la Vallée de Noto. Sauvegarde et tourisme ». Exclue du projet initial, Catalfaro avait été l’une des premières à protester. L’adjoint à la culture, prenant contact avec d’autres municipalités exclues, avait trouvé un écho favorable à Scicli, à Palazzolo Acreide, à Militello et à Syracuse. Qui plus est, il avait sollicité les clubs locaux de l’unesco et, en septembre 1997, une représentante officielle de l’unesco était venue visiter les monuments de Catalfàro. Le congrès de septembre 1998 se tient donc à un moment particulier de cette histoire. Les tensions entre Noto, Ossina, Modica et Raguse, d’une part, Racamesi, Syracuse, Catane, Scicli, de l’autre, après avoir conduit au rejet de la première proposition ministérielle, semblaient apaisées.

Église Santa Maria de la Stella (la Vetere), Catalfàro.

  • 11 Comme le formulait le fonctionnaire communal de Catalfaro dans le compte rendu qu'il était chargé d (...)

10Le congrès, présenté comme l’occasion de confronter les différentes positions politiques sur un projet qui commençait à devenir commun, se révèle un moment de mise en scène des conflits qui animent l’événement tout entier11. Les tensions, en effet, s’exprimèrent soit à travers des stratégies rhétoriques, dont la presse avait usé dans les polémiques des mois précédents, soit directement, dans un moment d’explicitation des intérêts concrets en jeu.

11Au-delà des styles variés et des stratégies politiques divergentes qu’ils sous-tendent – intonations élitaires et dirigistes pour Ossina, plus ouvertes à la coopération et modérées pour les petites communes -toutes les interventions concourent à dresser un cadre ordonné et homogène. Elles créent, en effet, un espace discursif public assemblant des lieux dont l’identité culturelle, objectivée (Handler 1988), se dit prête à se subordonner à la politique patrimoniale de l’État et des organisations internationales. Il s’agit d’une rhétorique apparemment égalitaire qui, à travers la revendication d’une « valeur patrimoniale de chaque lieu », doit aboutir à la constitution d’une image unique de cet espace géographique : Acireale tout comme Catane, Ossina, Catalfàro, Modica tout comme Ibla, Noto, Syracuse, Scicli et Palazzolo. Ensemble, ces lieux dotés en propre d’une valeur patrimoniale, ces lieux du patrimoine, doivent contribuer à construire une unique et nouvelle communauté, en la réinventant au moyen d’une inspiration historiographique et artistique universaliste. Ainsi imaginé, le Val de Noto pourra se présenter à l’examen de l’unesco : une fois accepté parmi les biens culturels de l’humanité, il devra acquérir un « sens patrimonial différentiel, lui conférant une valeur universelle », analogue à celle de chacun des six cent trente autres sites reconnus à l’échelle mondiale.

  • 12 Introduisons ce néologisme commode, emprunté à l'italien (campanilismo), gui correspond exactement (...)

12Mais, on l’a vu, l’adhésion formelle à un tel objectif, loin d’éliminer les antagonismes, les a ravivés, et la rhétorique universaliste de l’unesco, malgré l’appui qu’elle offre aux mobilisations « campanilistes »12 des acteurs locaux, est mise à mal.

Stratifications

  • 13 On comprend mieux pourquoi, au cours de la phase aiguë du conflit autour du baroque, le corresponda (...)

13De fait, les scissions qui s’opèrent au cours de ces quatre années 19962000 sont multiples et stratifiées : Catane contre Ossina, Ossina contre Catalfàro, Syracuse contre Noto, Raguse contre Scicli. Il s’agit de tensions anciennes qui trouvent dans le débat sur le baroque l’occasion de se réactiver. Le cas d’Ossina est emblématique. Ses riches élites, au moins depuis la reconstruction de la cité au xviiie siècle, ont revendiqué des marges d’autonomie administrative par rapport aux centres de pouvoir de la Sicile sud-orientale et ont voulu s’imposer comme le point de référence politique et économique d’un territoire assez hétérogène. La réforme constitutionnelle de 1812 fait d’Ossina le centre d’un des vingt-trois districts administratifs de l’île, puis la réforme administrative bourbonienne de 1818 en fait le siège d’une sous-intendance (Giarrizzo 1989 : 668). Ossina n’a jamais réussi, ni à l’époque fasciste ni au cours de la première République, à devenir chef-lieu d’une province autonome, en dépit de ses tentatives répétées pour se libérer de la tutelle de Syracuse et de Catane, et en raison de l’opposition de quelques villes de moindre importance qui auraient alors relevé de son territoire. Elle pilote aujourd’hui un accord de coordination des activités économico-administratives de quinze communes. La ville, d’autre part, aspire à devenir le centre des événements intellectuels, touristiques, culturels et politiques de toute la province. En revanche, sa suprématie s’impose dans la sphère religieuse puisqu’elle est siège de l’évêché depuis 1818. Aujourd’hui encore, l’épiscopat et sa curie constituent un des pouvoirs forts de la cité, autour duquel gravitent des intérêts politiques et économiques importants. Ils forment surtout, associés à une classe politique plutôt puissante en Sicile et traditionnellement liée aux intérêts de l’Eglise, le pivot de l’identité citadine13.

14En réalité, le rôle et les intérêts de l’Eglise sont directs et d’une extrême importance dans toute l’affaire du baroque et de son inscription par l’unesco. Responsable juridique des diocèses de Syracuse, de Catane, de Raguse, de Noto et d’Ossina, l’Eglise est avant tout propriétaire d’une bonne partie des monuments et des biens culturels susceptibles d’être portés sur la Liste du patrimoine mondial. Elle est impliquée, par conséquent, aux côtés de l’État italien, dans la gestion et la conservation des édifices sacrés du xviiie siècle, considérables dans le patrimoine architectural du baroque tardif. La prééminence intellectuelle qui est la sienne a pourtant des racines plus profondes. L’Église contrôle le langage symbolique, cérémoniel, rituel et politique à la fois, dans lequel s’expriment, au moins depuis le début du xviie siècle, des formes importantes de l’identité de la région. Les formes de solidarité ou de conflictualité spatiale et sociale, au sein d’une même commune comme entre des entités plus vastes, passent aussi par le contrôle et l’habile manipulation politico-cérémonielle de symboles religieux.

15Ce qui vaut pour Ossina vaut pour d’autres lieux. Les positions respectives de Syracuse et de Noto s’affrontant dans cette affaire du baroque réveillent une mémoire précise de leurs rivalités. Noto conserve, durant tout le xviiie siècle, le statut de capitale du Val de Noto, avec le faste des offices, des fonctions et des places qui lui sont associés. En 1812, la ville devient le siège du district, mais en 1818 elle perd ce rôle en faveur de Syracuse qui devient à son tour « città capo vaiie ». Les élites de Noto s’opposeront à cette perte de la prééminence administrative, en cherchant tantôt à obtenir un siège épiscopal, tantôt à reconquérir le titre perdu. En 1837, après la révolte anti-bourbonienne de Syracuse, Noto redevient le centre administratif de « sa » vallée, et en 1844 obtient son premier épiscopat, réussissant à démembrer plus tard le diocèse de Syracuse (Barone 1995 : 77-78). La fin du règne des Bourbons signifia pourtant l’effondrement définitif du rôle politique de Noto, Syracuse redevenant chef-lieu de province, et elle ne put conserver que la curie épiscopale, devenue, comme à Ossina, emblème de l’identité et des aspirations politiques de la ville.

Institutions internationales et opérateurs patrimoniaux

  • 14 Pour voir apparaître des scissions analogues, lors de l'ouverture du diocèse d'Ossina, se référer a (...)

16La rhétorique et les idéaux universalistes à l’œuvre dans l’idée même d’un patrimoine de l’humanité n’empêchent donc pas le projet sicilien de libérer la conflictualité politique et de réactiver les divisions, anciennes et ancrées à des niveaux divers14. D’autre part, les protagonistes de la scène politique rivalisent pour gérer les nouvelles ressources économiques, créer le consensus et contrôler les symboles au moyen desquels renouveler les façons de penser les communautés locales. Une fois franchi l’examen imposé par le Comité du patrimoine mondial de l’unesco, à Paris, et ses exigences formelles satisfaites, un bien culturel (le baroque) et une aire géographique (la Sicile sud-orientale, le Val de Noto) nouvellement qualifiés comme signes concrets d’une « mémoire collective » et d’une identité humaine universelle se révèlent, au regard intrusif de l’ethnographe, dotés d’une densité et d’une opacité plus grandes. Ces objets et lieux patrimoniaux qu’on cherche à construire sont, en fait, des instruments de lutte à l’intérieur d’un champ politico-culturel local profondément clivé. Une lecture anthropologique des logiques qui organisent le discours patrimonial de l’unesco permet, me semble-t-il, de faire le point sur quelques modalités de fonctionnement d’un tel système symbolique et politique.

  • 15 Convention concemantia protection du Patrimoine mondial, culturel et naturel, article 3- Disponible (...)

17L’ordre discursif qui règle les pratiques patrimoniales de l’unesco est fixé avec une extrême précision dans la Convention de 1972. Celle-ci, après avoir défini, à l’article 3, ce qui doit s’entendre comme « bien culturel » et comme « bien naturel », affirme qu’« il appartient à chaque État adhérent à la présente Convention d’identifier et de délimiter les différents biens situés sur son territoire et visés aux articles 1 et 2 ci-dessus »15. Dans ce modèle idéal, le processus de construction d’un Patrimoine mondial de l’humanité passe par la négociation constante entre chaque État membre et l’ensemble des États adhérents à la Convention. Le protagoniste quasi absolu de telles négociations reste, à chaque fois, l’État-nation, seul titulaire des droits de souveraineté et / ou de propriété sur les biens de son propre territoire inscrits sur la Liste (article 6). Droits que la communauté et les organismes internationaux ne peuvent, en substance, contrôler, se limitant ainsi à imposer une adoption formelle de stratégies de protection et de conservation des biens inscrits (articles 4 et 5). Les seules sanctions possibles sont la non-inscription sur la Liste, avec la perte substantielle d’avantages en termes d’image et de recettes, ou l’exclusion de la Liste, en cas de graves négligences à l’encontre d’un bien préalablement reconnu.

  • 16 La Liste prévoit la présence de biens transfrontaliers, à cheval sur deux États et qui leur apparti (...)

18Le rôle central de l’État-nation apparaît avec plus d’évidence encore dans les procédures relatives aux demandes d’inscription. Chaque État membre élabore lui-même, au sein d’une commission nationale spécifique, sa propre « liste indicative », fruit de complexes tractations politiques intérieures. Les différentes listes indicatives nationales sont ensuite proposées au Comité du patrimoine mondial de l’unesco qui évalue les demandes et, sur la base de négociations diplomatiques, décide, chaque année, quel « site » retenir pour une inscription au Patrimoine mondial de l’humanité. Pour prétendre en faire partie, et donc devenir le signe d’une identité humaine commune et universelle, un bien doit nécessairement conserver son profil national particulier. Nous nous trouvons devant un schème classificatoire dans lequel les différents États-nations, idéalement égaux, se différencient par les biens inscrits sur la Liste. Chacun est donc identifié par un certain nombre de sites culturels et /ou naturels qui constituent la contribution, tangible et en même temps symbolique, qu’il apporte à la construction d’une communauté humaine idéale. Les États présentent ainsi une image compacte et unifiée d’eux-mêmes : les méthodes suivies, les conflits internes à chacun des États, liés à la sélection de tel ou tel bien national, sont, par définition, ignorés de la scène internationale. Si chacun des États peut avoir plusieurs biens patrimoniaux qui le représentent, chaque bien doit, quoi qu’il en soit, pouvoir être attribué sans équivoque à un État unique16. En ce sens, on peut dire qu’un semblable « bien-lieu » devient icône d’une identité nationale particulière : la cathédrale de Chartres ou le centre historique d’Avignon sont à la France ce que la ville de Venise ou le centre historique de Florence sont à l’Italie. À un niveau inférieur de la classification, interne à la nation, les différents sites inscrits sur la Liste universelle représentent chacun une valeur emblématique différente : Venise ou Florence expriment des qualités nationales différentes des Sassi de Matera ou des truiii d’Alberobello, « symboles de la civilisation paysanne ». Tous cependant sont à la fois singuliers, icônes de l’identité nationale et signes d’une identité humaine universelle imaginaire. L’universalisme abstrait des projets de l’unesco se révèle par conséquent, sous le regard anthropologique, fondé sur la reproduction implicite des identités nationales, réinscrites dans un jeu formel d’oppositions et de hiérarchisations par le langage de l’objectivation de la culture et de la constitution en patrimoine de quelques-uns de ses objets emblématiques.

19Le schème classificatoire, en apparence égalitaire, manifeste un arrière-plan « occidentaliste » de l’imaginaire politique international et reproduit de fait les inégalités de pouvoir qui gouvernent l’actuel système-monde. En effet, il présuppose l’universalité de certaines valeurs – comme l’idée même d’un passé, d’une mémoire collective, d’une exigence de conservation –, universalité dont on peut légitimement douter. Donc, et même si on accepte la logique de fond d’une telle liste, elle énonce formellement les rapports de force qui existent entre les États-nations : l’Espagne et l’Italie ont bien trente sites inclus sur la Liste, la France vingt-six, la Chine vingt-trois, le Mexique vingt et un, un seul pour le Bénin, alors que la Papouasie -Nouvelle-Guinée semble jusqu’à présent ne pas avoir produit de signe universellement reconnaissable (par qui ?) de la commune capacité créative de l’homme. De façon plus générale (Audrerie, Souchier & Vilar 1998 : 95), quasi la moitié des biens de la Liste de l’unesco sont européens ou nord-américains, 20 % proviennent de l’Asie et du Pacifique, alors que les biens de l’Afrique noire, de l’Amérique latine et du monde musulman atteignent chacun difficilement 10 % du total. Mais au-delà de la représentation directe dans le langage symbolique de la production des biens culturels et des écarts de pouvoir concrets dans le système politico-économique mondial, le modèle classificatoire en son principe est empreint d’ethnocentrisme. Pour entrer dans la mécanique de légitimation du patrimoine universel, chaque bien singulier doit être d’abord construit en tant que tel par un État. Il doit posséder une valeur emblématique spécifique au niveau national, le différenciant des autres biens (Sassi contre la Cène de Léonard de Vinci), tout en caractérisant symboliquement les niveaux d’identité (civilisation paysanne contre Renaissance) et les lieux (Matera contre Milan). Ce qui signifie que l’État garantit que le bien a, pour lui-même et pour une partie de la population, une profonde valeur historique et identitaire. C’est précisément la référence à cette valeur qui autorise la proposition déposée auprès de l’unesco, qui se chargera d’y ajouter un caractère exceptionnel. La valeur initiale (nationale) n’est donc jamais tout à fait annulée ; garantie et constituée une fois pour toutes, elle est mise entre parenthèses. L’étiquette « unesco » distingue une dimension qualifiée d’universelle et, dans la rhétorique oficielle de l’organisation, d’universellement reconnaissable. Pour que cette valeur ajoutée puisse être effective, il faut que la valeur « interne » soit assumée comme une réalité.

Église Santa Maria de la Stella (La Nuovo), Catalfàro

20Une telle ascension a quelques conséquences. Elle signifie, en effet, l’effacement du cadre procédural et classificatoire des contenus, des pratiques de manipulation flagrantes, de la lutte et de la compétition pour le contrôle du sens que les opérations de construction de la valeur patrimoniale et monumentale – qu’elles soient locales, régionales, nationales ou internationales, internes ou externes – mettent toujours en action. La classification universaliste de l’unesco n’exprime pas les tensions entre les États pour la définition annuelle des biens universels. Elle n’expose aucunement les rivalités, au sein des États, pour la définition des biens qui pourront représenter la nation, son patrimoine naturel et son histoire devant l’humanité. Elle n’affiche pas les écarts de sens internes, représentés et produits par les différents sites. Moins encore peut-elle se préoccuper des niveaux de compétition beaucoup plus élémentaires pour le contrôle et la définition d’un sens, tel que le campanilisme se saisissant du baroque du Val de Noto.

21Les conflits ne sont reconnus que s’ils s’expriment à travers les procédures prévues et si, restant circonscrits au seul niveau institutionnel, ils ne compromettent pas la structuration même du système. La compétition entre le « baroque du Val de Noto » et, par exemple, le « centre historique d’Assise » – autre site en discussion dans les mêmes années – est donc parfaitement admissible : passera le projet qui sera le mieux soutenu sur le plan scientifique, administratif et politique. Aussi l’idée d’une compétition entre les nations et entre les biens qui sont proposés à l’attention patrimoniale de l’unesco semble-t-elle tout à fait légitime : la « ville fortifiée historique de Carcassonne » admise sur la Liste en 1997 fut meilleure que le centre historique d’Urbino et le site archéologique de Troie, retenus seulement l’année suivante. Dans tous ces cas, la compétition est réglée, structurale, et ne menace ni le cadre classificatoire ni le pouvoir qui l’institue. Le baroque du Val de Noto, tel que le colloque de Cata faro en dessina le champ polémique, pose pourtant le problème du niveau à partir duquel le conflit est acceptable par ce système. Pourquoi les luttes suscitées par ce cas ont-elles paru un temps inquiétantes ? Certainement pas parce que les biens culturels y étaient utilisés pour manipuler et ixer la notion d’identité ou pour lutter sur la scène politique ; cela, comme nous l’avons vu, est de règle à tous les niveaux. Elles entretiennent le trouble car elles s’exprimaient sur un plan où elles n’auraient pas dû surgir ; elles signalaient le manque d’un contrôle ef ficace, complet ; elles faisaient apparaître un risque pour le système. En effet, si les revendications campanilistes autour du baroque avaient pleinement éclaté sur la scène publique, c’est l’arbitraire de la construction d’un bien patrimonial national, c’est-à-dire l’assemblage entre ce bien, l’identité d’un territoire local et la nation qui aurait été révélé. Ossina contre Catane, Noto contre Syracuse, dans l’optique du schème classificatoire qu’on a analysé, proposaient des constructions différentes du Val de Noto comme aire du baroque. Or, pour faire partie de la liste indicative nationale, le bien proposé doit être défini correctement et d’un commun accord ; le rapport entre un bien culturel et l’identité historico-politique à fonder doit conserver un caractère emblématique propre, incontestable. Si tel n’est pas le cas, si le symbole concret (le bien) peut devenir instrument de contestation et de lutte ou métaphore d’un sens nouveau, on court le risque que la classification et son cadre de production entrent en crise.

  • 17 Ce parti de la droite populiste et régionaliste, créé dans les années 1980 en Italie du Nord, a axé (...)

22Or, cette crise est toujours latente, si l’on pense à une possible opposition entre le Colisée et les arènes de Vérone, par exemple. Elle a éclaté lors de la destruction du pont de Mostar ou encore lors des attentats commis par la Maia contre des biens culturels en 1993. Gestes délibérés qui confirment en le contrariant le processus d’objectivation culturelle, fondement de tout discours patrimonial. Du reste, en 1999, commentant l’approbation au Sénat de la loi qui affectait vingt-cinq milliards de lires supplémentaires à la reconstruction de la basilique de Noto, La Padania, quotidien de la Ligue du Nord17, liait explicitement ce nouveau soutien de l’État à la réduction du financement régulier du Dôme de Milan. De telles formes de compétition, en contestant la valeur nationale d’un bien patrimonial particulier, visent à attaquer et à détruire le niveau de l’identité politique auquel ce bien fait référence. Ce sont ces modalités d’usage politique des symboles et discours de la patrimonialisation dont le langage institutionnel et universaliste de l’unesco peut craindre les effets déstructurants.

La seconde renaissance du Val de Noto : bureaucratie et intimité culturelle

23Dans le cas présent, le niveau local, campaniliste, des conflits est évidemment essentiel. Mais il n’y aurait pas, en l’occurrence, de réveil localiste sans sollicitation universaliste. L’unesco et le campanile sont des dimensions complémentaires et dialectiquement associées.

  • 18 L'existence d'une liste et d'un règlement spécifique pour l'identification et la protection des «si (...)

24Du reste, dans le schème classificatoire du Patrimoine mondial, les différentes identités locales et la contribution des communautés à la caractérisation et à la conservation des biens sélectionnés sont estimées de grande importance. Au cours du colloque de Catal-fàro, les représentants politiques ont adopté la rhétorique que déinit l’expression « une place [sur la Liste] pour chaque lieu » et choisi une présentation campaniliste des qualités locales, sans que de telles revendications soient considérées comme menaçantes pour le système. Le campanilisme en soi, tout comme le régionalisme ou le nationalisme, ne semble pas détonner à côté de la rhétorique universaliste de l’unesco. Une fois construit selon les bonnes procédures, un bien devient un symbole capable de porter un signiié différent à chaque niveau du système. Le baroque étant l’emblème de tout le Val de Noto, à Ossina comme à Catalfàro, à Noto comme à Syracuse, c’est du même baroque qu’il s’agit, signe commun d’une identité unique. Ensuite, une fois inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’unesco, le même bien acquiert une signification plus ample mais qui n’annule pas les autres car elle devient une incarnation de l’esprit créatif et du destin historique de l’humanité tout entière. Les conflits à un niveau inférieur, élémentaire, qui mineraient à la base le lien entre un bien et un État sont par déinition exclus de la rhétorique officielle des organismes internationaux18. Ils demeurent un élément intime, caché dans le fonctionnement réel du système. Dans la double (ou multiple) conformation qui est la leur, les biens du Patrimoine mondial semblent posséder le caractère polysémique que génère, selon Michael Herzfeld (1987 : 133 ; 1997 : 14-17), la construction des niveaux variés et interdépendants de l’identité et du sens dans les structures politiques des États-nations. En effet, ils apparaissent et agissent comme des symboles à deux faces : sur leur versant officiel, ils expriment la cohérence d’un système classificatoire ; sur leur versant intime, ils traduisent les manipulations, conflits et constructions du niveau local de l’identité. Les Sassi de Matera et le baroque de la Vallée de Noto, symboles patrimoniaux, peuvent conserver leur valeur ajoutée, de type universaliste, non seulement parce que leur statut symbolique est garanti d’un point de vue procédural mais aussi parce que, sur un plan plus interne, ils peuvent servir des stratégies de manipulation, invention ou construction de sens, des poétiques de l’identité et de la mémoire. De ce point de vue, nous pouvons affirmer que le campanilisme, aujourd’hui comme hier, dans l’espace en question, est un code et un ensemble de pratiques réglant la compétition pour le contrôle des ressources symboliques (identitaires) et matérielles, internes et externes, liées à l’inscription sur la Liste. D’autre part, aujourd’hui plus encore que dans un passé récent, le campanilisme favorise l’inclusion de différentes communautés locales dans des structures politico-administratives supra locales (régionales, nationales, européennes) : Catalfàro ou Niscemi, comme Ossina et Modica, possèdent des biens de valeur qui peuvent intéresser l’unesco (« Nous aussi nous avons quelque chose à offrir »). On ne peut devenir partenaires de ce processus d’intégration que si l’on incorpore deux règles implicites. La première, la plus évidente, est négative : elle consiste à distinguer les niveaux d’interaction et à ne pas transporter au niveau supérieur les rivalités du niveau plus élémentaire. La seconde, plus subtile, enjoint de participer positivement à l’inclusion culturelle dans des ensemble plus vastesfain d’accéder à la reconnaissance institutionnelle de la valeur, en usant, par conséquent, d’une rhétorique spécifique pour devenir un interlocuteur des sphères plus fermées de l’objectivation de la culture.

  • 19 Pour une critique des lectures « dichotomisantes » et «top-down» de processus similaires, on peut s (...)

25Les mêmes objets symboliques – biens architecturaux, artistiques, archéologiques, culturels –, qui manipulés à l’échelle locale peuvent servir à créer une « intimité culturelle » (Herzfeld 1997), deviennent, à des niveaux plus généraux, les éléments de politiques de patrimonialisation, et donc de classification, de hiérarchisation et de contrôle des identités. Le rapport entre « intimité culturelle » et « nationalisme culturel » (ibid. : 14), traduit dans des politiques de la culture, est à considérer dialectiquement. On ne peut pas, en effet, le penser simplement en termes d’expropriation de sens qu’opéreraient les structures politiques et culturelles aux dépens de la scène et des protagonistes locaux19. La pensée et l’action des politiques universalistes sont très liées à l’expressivité des diverses poétiques locales (histoire du pays, archéologie et généalogie, monumentalité) qui soutiennent la pratique du campanilisme. De façon complémentaire aujourd’hui, les rhétoriques du campanilisme sont exaltées et enrichies parce qu’il est possible d’agir en termes culturels, politiques et économiques, dans un contexte de globalisation dominé par des discours et des pratiques de type universaliste. Cette dialectique, loin d’annihiler les significations locales, soutient, en réalité, leur inventivité.

26Cela est évident dans le cas du baroque du Val de Noto. L’expression « Val de Noto » désigne, dans l’historiographie, une des trois divisions administratives introduites par les Arabes, qui coïncident à peu près avec les actuelles provinces de Raguse, Syracuse et Catane. La division en trois Vallées fut abolie par Frédéric II, au xiiie siècle, et le nombre de Vallées augmenta entre le xive et le xve siècle. De la fin du xve siècle à 1812, cette division territoriale et administrative de la Sicile demeura, au moins formellement. Elle fut abolie en 1812, avec la création de vingt-trois districts, et déinitivement abandonnée en 1818 avec la création de sept Vallées et de villes « capitales de Vallée » (Romano 1904 : 25-26). Depuis la réforme administrative des Bourbons, soit depuis bientôt deux siècles, l’expression « Val de Noto » ne désigne plus aucun type d’unité territoriale, fût-ce à un niveau abstraitement administratif. Pourtant, elle perdure dans la littérature historiographique ou architecturale spécialisée, comme dans les écrits municipaux. Probablement parce qu’elle est liée, dans la mémoire historique de la population, au tremblement de terre de janvier 1693 qui dévasta toute la Sicile sud-orientale (Dufour 1985 : 476). Outre qu’il fut un des plus grands désastres de la dramatique histoire sismique de l’île, ce tremblement de terre a eu des conséquences fondamentales pour l’histoire de cette partie de la Sicile en raison de ce que fut la reconstruction ; complexe et, à plusieurs égards, exceptionnelle, elle occupa tout le xviiie siècle et une partie du siècle suivant. La recomposition du tissu urbain, social et symbolique fit naître un style urbanistique et architectural baroque tardif qui conféra à la Sicile sud-orientale « une homogénéité qui ne se trouvait nulle part ailleurs sur l’île » (Aymard 1985 : 413). Les recherches historiques font très clairement apparaître comment, à partir du tremblement de terre et autour de la réédification des villes complètement ou partiellement détruites, se sont renégociés les rapports de pouvoir, réels et symboliques, entre les élites locales, l’Église, les fonctionnaires espagnols, les seigneurs féodaux (Dufour 1981, 1985 ; Dufour & Raymond 1992, 1993). L’écroulement d’abord, puis la reconstruction des cathédrales, des églises, des couvents et des palais seigneuriaux ont alors réactivé les niveaux de conflictualité, et donc les plans d’agrégation et de désagrégation sociopolitiques, que l’histoire avait sédimentés. Le parallélisme avec la situation actuelle est frappant. Dans la rencontre contemporaine du baroque et de l’unesco, l’expression « Val de Noto » – loue et privée de valeur identitaire et politique – peut circuler à nouveau entre administrateurs et techniciens mobilisés. Sa diffusion est favorisée par l’accroissement des tensions, manifestées dans la presse ou au cours d’occasions publiques, tel le congrès de Catalfàro. Dans la législation des dernières décennies, on parlait de « conservation et de restauration du patrimoine monumental et historique des provinces de Syracuse et de Raguse » (proposition de loi n° 712, le 9 juillet 1987). Le terme « Val de Noto » n’apparaissait jamais, même si la loi de finances de l’année suivante (loi de finances n° 67, volet V, alinéa 32, du 11 mars 1988) prévoit un budget considérable pour la « sauvegarde et la restauration des biens culturels, avec aussi une attention au baroque sicilien (Vallée de Noto) et à celui de Lecce ». Cette nouvelle formulation tient au fait qu’on parle du baroque, et donc, indirectement, du tremblement de terre de 1693 et de la reconstruction qui a suivi. Cette liaison entre Vallée de Noto et catastrophe devient plus nette encore avec la loi n° 433 (du 31 décembre 1991) qui régit les interventions dans les provinces de Syracuse, de Catane et de Raguse, frappées par le tremblement de terre du 13 décembre 1990, et s’actualise, sous forme métonymique, dans la loi n° 496 (du 25 septembre 1996), promulguée peu de temps après l’écroulement de la cathédrale de Noto. Ici, alors que l’article 2 parle de la reconstruction de la cathédrale de Noto, l’article 3 ixe les interventions d’urgence sur les biens architecturaux de la Vallée de Noto.

27À partir de ce moment, le nouage entre intervention de l’État, Vallée de Noto, catastrophes présentes et séisme de 1693 est formalisé. Il l’est au niveau parlementaire quand, dans le projet de loi (n° 2506 du 4 juillet 1997) du « sénateur de la Vallée de Noto » – comme un chroniqueur local appelle le sénateur Mario Occhipinti, la Vallée de Noto devient le lieu d’« expérimentation et d’application des théories urbanistiques élaborées au xvie et au xviie siècle », caractérisé par le développement d’une culture homogène du baroque tardif (sur le plan artistique, architectural, social et religieux). Elle offre l’assise scientifique « solide » et « sérieuse » que les représentants des directions générales vont donner, au cours de la querelle du baroque, à leur demande d’inscription sur la Liste de l’unesco. Nous sommes déjà, à ce moment précis, dans la construction des notions / images / symboles définis, fondés d’un point de vue philologique et historique, qui vont caractériser ces biens immobilisés, patrimoniaux, qui peuvent fonctionner comme icônes identitaires, lesquelles ont le pouvoir, à leur tour, de s’inscrire dans la machine classificatoire de l’unesco. C’est le conflit, à l’inverse, qui n’est jamais objectivé ni explicité – et nous ne l’aurions pas saisi si nous ne nous étions pas placé, ethnographiquement, au niveau des pratiques quotidiennes et des poétiques qui donnent corps à la vie politique locale. Cette notion de conflit, présente lors du tremblement de terre de 1693 et dans les longues reconstructions successives, ou encore lors de l’écroulement de la cathédrale de Noto en 1996 et de la tentative de reconstruction symbolique autour de la notion de Vallée de Noto, est au contraire constitutive de la restructuration de l’espace social et urbain et de la redéfinition de l’identité et des rapports politiques. Quotidiennement pratiqué par les protagonistes de la vie administrative et intellectuelle, prêts à manipuler objets, concepts et biens matériels du passé, un tel conflit est tu par les discours normatifs et les pratiques de protection destinés à construire de tels biens en patrimoine d’un État-nation (ou d’une région, d’une zone géographique, d’une communauté). La plasticité, la fluidité, la force créative et la possibilité de manipulation des paroles, des actions, des concepts et des objets sont ainsi utilisées par les uns et les autres. Une ambiguïté qui porte à créer l’expression « sénateur de la Vallée de Noto » et conduit ce dernier à de curieux dérapages sémantiques dans la rédaction de son projet de loi. Alors qu’il tend à utiliser l’expression « Val de Noto » en un sens lexicalement, historiquement et philologiquement correct (le Val de Noto, le baroque du Val de Noto, le tremblement de terre de 1693), par deux fois au moins (dans la présentation ou à l’article 8), il parle de « communes de l’aire du Val de Noto ». Cette dernière, qu’on croyait être une unité historiographique, ou historique et architecturale, liée à des événements historiques précis et à des éléments d’authenticité « scientifique » vérifiable, paraît, l’espace d’un instant, pouvoir redevenir – grâce à une manipulation de l’axe chronologique qui nous ramènerait plus de mille ans en arrière, aux Waadi (« Vallées ») arabes – une unité administrative et politique. Si l’unesco décidait d’accepter la demande collective d’adhésion, le Val de Noto pourrait peut-être alors constituer de nouveau un niveau d’agrégation identitaire « historiquement », culturellement et institutionnellement fondé : à ce stade, personne ne s’étonnerait plus de son enracinement dans les consciences (c’est-à-dire de son caractère d’habitus) des acteurs sociaux.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abélès marc, 1992.
« Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, t. XXXII, vol. 1 (n.s.), n° 121, « L’Anthropologie du proche », pp. 65-85.

Abélès marc & henri-pierre Jeudy (dir.), 1997.
Anthropologie du politique, Paris, Armand Colin, coll. « U », série « Sociologie ».

Anderson benedict, 1991.
Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Hationalism, Londres, Verso.

Appadurai arjun, 1996.
Modernity at Large. Cultural Dimension of Globalization, Minneapolis/Londres, University of Minnesota Press.

Audrerie dominique, Souchier raphaël & luc Vilar, 1998.
Le Patrimoine mondial, Paris, puf, coll. « Que sais-je? ».

Aymard maurice, 1985.
« Le città di nuova fondazione in Sicilia »,
in De Seta, Cesare (dir.), Storia d’Italia, vol. 8, « Insediamenti e territorio », Turin, Einaudi, pp. 407-414.

Barone giuseppe, 1995.
« Vescovi e città : le nuove diocesi di Caltagirone e Noto (1788-1844) »,
inTorrisi, Claudio (dir.), Città capovalli nell’Ottocento borbonico, Sciasca, Caltanissetta, pp. 57-83.

Boyarin jonathan & charles Tllly (dir.), 1994.
Remapping Memory. The Politics of Timespace, Minneapolis, University of Minnesota Press.

De Francesco antonino, 1992.
La Guerra di Sicilia. Il distretto di Caltagirone nella rivoluzione del 1820-1821, Acireale, Bonanno.

Douglas mary, 1986.
How Institution Think, Syracuse, Syracuse University Press.

Dufour liliane, 1981.
« La reconstruction religieuse de la Sicile après le séisme de 1693. Une approche des rapports entre histoire urbaine et vie religieuse », Mélanges de l’École française de Rome, série « Moyen Âge etTemps modernes Roma », vol. 93, n° 2, p. 525-563-

Dufour liliane, 1985.
« Dopo il terremoto del 1693 : la ricostruzione della Val di Noto », in De Seta, Cesare (dir.), Storia d’Italia, vol. 8, « Insediamenti e territorio », Turin, Einaudi, p. 473-498.

Dufour liliane & henri Raymond, 1992.
Catania. Rinascita di una città, Catane, Domenico Sanfilippo Editore.

Dufour liliane & henri Raymond, 1993.
Dallà città ideale alla città reale. La ricostruzione di Avola. 1693-1695, Syracuse, Ediprint.

Fabre daniel (dir.), 1996.
L’Europe entre cultures et nations, Paris, ministère de la Culture et de la Communication /Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France ».

Faubion james d., 1993a.
Modem Greek Lessons. A Primer in Historical Constructivism, Princeton, Princeton University Press.

Faubion james d., 1993b.
« History in anthropology »,
Annual Review of Anthropology, vol. 22, pp. 35-54.

Glarrizzo giuseppe, 1989.
« La
Sicilia dal Cinguecento all’unità d’Italia », in Galasso, Giuseppe (dir.), La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia. Storia d’Italia, Turin, utet, pp. 99-793-

Handler richard, 1988.
Nationalism and the Politics of Culture in Quebec, Madison, the University of Wisconsin Press, coll. « New directions in anthropology writing ».

Handler richard & eric Gable, 1997.
The New History in an Old Museum. Creating the Past at Colonial Williamssburg, Durham/Londres, Duke University Press.

Herzfeld michael, 1987.
Anthropology through the Looking Glass. Critical Ethnography in the Marging of Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

Herzfeld michael, 1992.
The Social Production of Indifference. Exploring the Symbolic Roots of Western Bureaucracy, Chicago/Londres, Chicago University Press.

Herzfeld michael, 1997
Cultural Intimacy. Social Poetics in the Nation-State, New York/ Londres, Routledge.

Jeudy Henri-Pierre (dir.), 1990.
Patrimoines en folie, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France ».

Jeudy henri-pierre (dir.), 1995
Ethnologie française, nouvelle série, vol. 25, n° 1, « Le Vertige des traces. Patrimoines en question ».

Lowenthal david, 1986.
The Past is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University Press.

Lowenthal david, 1998.
The Heritage Crusade and the Spoils of History, Cambridge, Cambridge University Press.

Macdonald sharon, 1997.
Reimagining Culture. Histories, Identities and the Gaelic Renaissance, Oxford/ New York, Berg.

Palumbo berardino, 2001a.
« Faire et défaire les« monuments » », Terrain, n° 36, « Rester liés », pp. 97-112. Disponible en ligne, http://terrain.revues.org/indexl229.html [consulté en novembre 2009]

Palumbo berardino, 2001b.
« The social life of local museums »,
Journal of Modern Italian Studies, vol. 6, n° l, pp. 19-37.

Palumbo berardino, 2003.
L’unesco e il campanile. Antropologia, politica e beni culturali in Sicilia orientale, Rome, Meltemi, coll. « Meltemi, edu ».

Palumbo berardino, 2006.
« 
Il vento del Sud-Est. Regionalismo, neosicilianismo e politiche del patrimonio nella Sicilia di inizio millennio », Antropologia. Annuario, 6e année, n° 7, « Il patrimonio culturale », pp. 43-91.

Palumbo berardino, 2009.
Politiche dell’inguietudine. Passione, feste e poteri in Sicilia, Florence, Le Lettere, coll. « Saggi ».

Poulot dominique, 1997.
Musée, Nation, Patrimoine. 1789-1815, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires ».

Romano s., 1904.
« Come la Sicilia è stata divisa amministrativamente all’epoca romana al secolo decimonono », in Atti del Congresso internazionale di scienze storiche [Rome, 1903], vol. 10, Rome, Accademia dei Lincei.

Slgnorelli alfio, 1999.
Tra ceto e censo. Studi sulle élites urbane nella Sicilia dell’Ottocento, Milan, Franco Angeli.

Notes

1 Nota : Ce texte a été rédigé en 2000. L’essentiel de la bibliographie s’arrête a cette date. Pour des approfondissements successifs sur ces thématiques, je renvoie à Palumbo (2001a, 2001b, 2003, 2006, 2009). La plupart des noms de lieu mentionnés ici sont fictifs.

2 Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (point 1, article l). Voir le site http://www.unesco.org d'où proviennent les expressions qui suivent.

3 Audrerie, Souchier & Vilar (1998 :11-12)

4 Loin°496 du 25septembre 1996, article 2. La même loi (article 3) prévoyait « des interventions urgentes sur les biens architecturaux du Val de Noto». Des interventions similaires s'ajoutaient à celles prévues pour la même aire, par la loi n°433 du 31 décembre 1991 promulguée en faveur des populations frappées par le séisme des 13 et 16 décembre 1990. Cette loi prévoyait l'affectation de 740 milliards de lires durant six années pour «la restauration et la conservation des édifices cultuels et ceux d'intérêt historique, artistique ou monumental, avec une attention particulière pour le patrimoine baroque du Val de Noto». Le décret de loi n° 130 (du 19 mai 1997), converti en loi (le 16 juillet 1997) et le décret de loi du 30 janvier 1998 (converti en loi en mars 1998) fixent les procédures de dépenses des financements relatifs à la loi n°433 de 1991 et destinent à la restauration des édifices (monuments historiques ou bâtiments publics) une part considérable des financements initialement réservés à la construction privée

5 Loi n° 237 du 12 juillet 1999 (article 7).

6 La proposition ministérielle fut appelée « Noto et le baroque tardif de la Sicile orientale ».

7 Voir à ce propos la circulaire de là Direction générale de Syracuse du 1eroctobre 1998, fortement soutenue parle journal La Sicilia du 7mars 1997 («Sauvegarder le baroque »).

8 Voir le journal La Sicilia des 15 et 27 février 1997 et du 6mars 1997, «Chroniques provinciales», correspondant d'Ossina.

9 Lettre officielle de la mission de la Région sicilienne à la direction générale de Syracuse, le 20 mars 1997

10 Lettre du ministre pour les Biens et les Activités culturels (Ufficio centrale peri Beni culturali, ambientali e paesaggistici, prot. N. SR/204/2430/99) adressée entre autres à la direction générale de Syracuse.

11 Comme le formulait le fonctionnaire communal de Catalfaro dans le compte rendu qu'il était chargé de publier.

12 Introduisons ce néologisme commode, emprunté à l'italien (campanilismo), gui correspond exactement au français « esprit de clocher ».

13 On comprend mieux pourquoi, au cours de la phase aiguë du conflit autour du baroque, le correspondant à Ossina du quotidien La Sicilia signale la présence du délégué à la culture de l'évêché dans les réunions lors de l'élaboration de la liste. On saisit mieux, également, pourquoi une telle présence est comprise comme l'indice d'une utilisation politique précise des élites d'Ossina

14 Pour voir apparaître des scissions analogues, lors de l'ouverture du diocèse d'Ossina, se référer aux travaux d'Antonino De Francesco (1992).

15 Convention concemantia protection du Patrimoine mondial, culturel et naturel, article 3- Disponible en ligne, http://whc.unesco.org/fr/175

16 La Liste prévoit la présence de biens transfrontaliers, à cheval sur deux États et qui leur appartiennent à tous deux, comme dans le cas du centre historique de Rome, territoire partagé par l'Italie et le Saint-Siège, et celui du Mont-Perdu, dans les Pyrénées, partagé par la France et l'Espagne. Il s'agit, cependant, de cas rares et limités.

17 Ce parti de la droite populiste et régionaliste, créé dans les années 1980 en Italie du Nord, a axé son discours sur les notions de territoire et d'identité (ndlr).

18 L'existence d'une liste et d'un règlement spécifique pour l'identification et la protection des «sites à risques» du Patrimoine mondial de l'humanité est, en ce sens, significative. Dans la liste des sites à risques, les rapports quantitatifs s entre l'Occident et les mondes autres s'inversent en effet.

19 Pour une critique des lectures « dichotomisantes » et «top-down» de processus similaires, on peut se référer aux travaux de Marc Abélès (1992) et de Michael Herzfeld (1992 ; 1997).

Table des illustrations

Légende Église Santa Maria de la Stella (la Vetere), Catalfàro.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Église Santa Maria de la Stella (La Nuovo), Catalfàro
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k

Auteur

Anna Iuso (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540