Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

I. Les métamorphoses de Matera

Un monument habité malgré lui

Dorothy Louise Zinn
Traduction de Anna Iuso

Texte intégral

  • 1 Ce travail a bénéficié de l’aide du personnel de l’Office des Sassi, et notamment les géomètres Pas (...)
  • 2 Voir la contribution de Ferdinando Mirizzi dans ce volume.

1Je propose de retracer ici1, à propos des Sassi de Matera, le double processus qui les a portés à être en un même mouvement monumentalisés et habités. Daniel Fabre, de son côté, découpe le parcours canonique du monument habité en trois phases : déclassement, classement et sur classement. Mais avant de devenir le monument qu’ils sont aujourd’hui, les Sassi me semblent avoir subi bien plus qu’un déclassement, ils ont été constitués en anti-monument, en monument négatif. Il suffit en effet de penser à leur traitement discursif comme « honte nationale » qu’analyse Ferdinando Mirizzi dans l’étude ci- dessus2. Je fais donc l’hypothèse que c’est le demi-siècle au cours duquel les Sassi ont été un anti-monument qui nous permet de comprendre pourquoi Matera a connu la soudaine et extraordinaire réhabilitation qui lui a valu l’inscription récente sur la Liste du patrimoine mondial de l’unesco.

  • 3 Voir la contribution d’Anna Iuso dans ce volume.
  • 4 Haut plateau gui s’étend à la frontière entre les Pouilles et la Basilicate [ndt],
  • 5 Logements de rez-de-chaussée composés en général de deux pièces, l’une donnant sur la rue, l’autre (...)
  • 6 Sans compter les comparaisons avec les bidonvilles de la banlieue romaine ou les slums de New York (...)
  • 7 À ce propos, je trouve significatives les affirmations d’un intellectuel du lieu, en 1954 déjà : «  (...)

2Retenons tout d’abord que, comme dans le cas des trulli décrit par Anna Iuso3, il existe plusieurs ensembles urbains dans la zone des Murge4 qui présentent des types d’habitat proches des Sassi de Matera : c’est le cas des villes de Gravina, Laterza, Ginosa, Palagiano qui, ces dernières années, sont en train d’émerger sous l’appellation de « Terre des Gravines ». D’ailleurs, comme cela a été récemment souligné, les conditions de vie dans les Sassi à l’époque de leur évacuation étaient comparables à celles d’autres zones rurales européennes, à celles des bassi5 ou des bas quartiers de bien d’autres villes6. Sans doute les dimensions des Sassi leur ont-elles donné un autre relief, mais ce qui n’est pas advenu ailleurs est, me semble-t-il, le discours qui a imposé Matera comme « capitale de la civilisation paysanne » – dont les Sassi seraient le « forum romain »7.

3Nous allons d’abord parcourir dans ses grandes lignes l’histoire de l’assainissement des Sassi, en nous attachant plus particulièrement à leur réoccupation. C’est cependant la situation actuelle des protagonistes de cette réhabilitation – et notamment des habitants – qui formera le cœur de mon propos, sans négliger les à-côtés du processus de monumentalisation qui marquent aujourd’hui le vécu quotidien des Sassi

Habiter les Sassi : de la « honte nationale » au « Patrimoine mondial »

Il faut dire que ce ne sont pas Sassi en soi qui sont une honte nationale. Certes, c’est une honte que des hommes vivent comme dans les Sassi, dans des conditions hygiéniques et sanitaires aussi malsaines, sans aucun des conforts de la vie actuelle. […] Cependant, il faut sauver les Sassi en créant des conditions de vie modernes qui, en outre, correspondent aux attentes profondes des gens. Ainsi, ils cesseront d’être une « honte nationale » pour devenir l’orgueil de la culture et de la civilisation italienne (Stramiello 1968 : 31-32).

  • 8 Rioni est le terme qui désigne ici comme à Alberobello les quartiers.

4La loi n° 619 de 1952 prévoyait l’assainissement des Sassi encore utilisables, mais l’importance donnée à la construction des nouveaux quartiers de Matera, projet qui a dominé les vingt années suivantes, a fait oublier en partie cette proposition initiale. Sur les 3 329 maisons-sassi recensées en 1952, 972 étaient considérées comme irrécupérables, soit moins d’un tiers (Tafuri 1974). Comme l’expliquait Luigi Piccinato, auteur en 1953 du premier plan d’urbanisme de Matera, on décida alors qu’une « maison » devait avoir au minimum trois pièces, ce qui élimina toutes les maisons plus petites, considérées d’office comme « inhabitables » (Piccinato 1967 : 40 ; Del Parigi 1995 : 122). Et puis les administrateurs décidèrent que les rioni8, les deux quartiers des Sassi, étaient globalement inhabitables. Les 5,2 milliards de lires (environ 2,69 millions d’euros) initialement destinés à l’assainissement des Sassi furent, de ce fait, utilisés à la construction des nouveaux quartiers.

5Peu après l’évacuation des années 1950, de nombreux intellectuels – de Matera et d’ailleurs – ouvrirent le débat sur la valeur artistique, historique et culturelle des Sassi, et obtinrent la reconnaissance de leur qualité monumentale par la loi n° 126 de 1967, qui les définit comme un « quartier d’intérêt historique, archéologique, artistique, ethnographique et paysager ». Cette loi, intitulée significativement « Mesures pour compléter l’assainissement des Sassi de Matera et pour leur conservation en tant qu’œuvre historique et artistique », formulait entre autres le principe d’un concours de propositions susceptibles de faire entrer cette ambition dans le réel. Mais le problème de leur habitabilité, concrétisé par de dramatiques écroulements en 1965, fit qu’encore une fois priorité fut donnée à la construction des quartiers neufs. Le concours ne fut donc lancé que sept ans plus tard. Pendant ce temps, la population des Sassi diminuait inexorablement, passant de 16 000 habitants au début des années 1950 à 6 000 en 1961 puis à 2 000 en 1971.

  • 9 C’est la proposition de l’architecte Vincenzo Baldoni (1968).
  • 10 Unione italiana lavoratori (Union italienne des travailleurs), un des trois grands syndicats nation (...)

6Toutefois, à partir de 1967, la monumentalité des Sassi était définitivement établie par la loi. Cette même année, la revue Basilicata organisait un colloque intitulé « Les Sassi de Matera sont un patrimoine national à conserver et sauvegarder », qui illustrait leur valeur historique et artistique (Basilicata 1967, 1968). Carlo Levi, présent, alla jusqu’à comparer les Sassi au Grand Canal de Venise. Pourtant son intervention laissait percer quelque doute quant à l ’attitude dominante à l’égard des Sassi : « Il s’agit vraiment de défendre, de sauvegarder une valeur qui, je ne sais si tout le monde s’en rend compte, est vraiment considérable, unique même dans l’histoire des formes urbaines, émanant non seulement de la civilisation paysanne mais de la civilisation tout court » (Del Parigi 1967 : 29). Au moment de ce colloque fondateur, 640 familles vivaient encore dans les Sassi. Même si quelques orateurs conirmaient la nécessité de les évacuer complètement, d’autres commençaient à percevoir la contradiction entre cette exigence pratique et le désir de ne pas les abandonner à la ruine, exprimant avec force leur crainte qu’ils ne deviennent « un monument inutile, une ville morte, une Pompéi » (Gaudiano 1968 : 29). Beaucoup trouvaient la loi de classement ambiguë. Au cours du débat parlementaire, le sénateur Carlo Levi affirmait déjà : « Il faut [...] préciser que le but de cette loi n’est pas de vider progressivement et complètement les Sassi mais, au contraire, de les repeupler et de les rendre autant que possible à la vie » (Del Parigi 1995 : 23). Sauvegarder les Sassi pour en faire soit un site touristique, soit un lieu de résidence est, en effet, le dilemme central. Un autre intervenant ajoute que les nouveaux habitants pourraient aussi assurer la conservation et la surveillance du monument9. Mais, s’agissant de la possible réoccupation, affleure encore le solide préjugé enraciné chez les gens de Matera, qui voient dans les Sassi une « honte », une « tache indélébile ». Aussi le secrétaire du syndicat UIL10 de Matera, Domenico Delicio, commentait-il le débat par ces quelques mots : « Je me rends compte que, même lorsque nous aurons fait le meilleur assainissement possible, avec les techniques d’aujourd’hui, les conditions de vie dans les Sassi ne seront pas idéales d’un point de vue hygiénique et sanitaire » (Basilicata 1968 : 25).

7Dans les années suivantes domine la conception des Sassi muséifiés et lancés sur le marché touristique – thème aujourd’hui remis à l’ordre du jour sous d’autres formes –, mais, en 1970 encore, plusieurs intellectuels locaux afirment qu’ils doivent être habités. C’est ce qu’on peut lire dans une proposition de loi du club La Scaletta

La réhabilitation des Sassi de Matera ne doit pas s’arrêter à la création d’un « musée architectural », c’est-à-dire d’un lieu de contemplation de l’ancienne réalité urbaine, cristallisée dans sa monumentalité. L’assainissement manqué, après trois lois et dix-huit ans d’attente [...], nous incite à penser que la récupération des Sassi comme quartier résidentiel est la seule proposition viable pour leur survivance réelle (La Scaletta 1970 : 14-15).

  • 11 En 1997 encore, une fille de vingt ans ne pouvait pas travailler chez nous comme baby sitter, car s (...)
  • 12 On appelle cantinari les gens gui continuent encore aujourd’hui à utiliser les sassi comme caves po (...)
  • 13 On trouve dans Zampagni & Pizziolo (1982) une sorte de manifeste de ces occupants illégaux réunis e (...)

8Tandis que, dans les années 1970-1980, ces débats animaient les cercles intellectuels et politiques, la majorité des habitants de Matera considéraient les Sassi comme un lieu inhabitable, devenu par endroits véritable décharge publique, désormais jugé dangereux11. Cette attitude négative a dominé dans l’opinion publique de Matera jusqu’aux années 1990. Aujourd’hui encore, les plus anciennes zones des Sassi ne suscitent que répulsion. Par ailleurs, il faut rappeler que les Sassi n’ont jamais été totalement abandonnés : l’évacuation a été progressive, certaines familles s’y opposèrent, car leurs maisons étaient « saines », et réussirent à se maintenir illégalement, tandis que les cantînari12 conservaient eux aussi des locaux comme entrepôts ou caves à vin. En outre, de nouveaux occupants, issus des villages alentour et venus à Matera pour chercher du travail, trouvèrent dans les Sassi un double avantage : des loyers très modérés et la possibilité, en tant qu’habitants de ces quartiers, d’être inscrits sur la liste des ayants droit aux appartements des immeubles neufs. D’autre part, vers la fin des années 1960, de nombreux petits aménagements témoignent de la présence de nouveaux habitants : ce sont des soixante-huitards, surnommés « uccelli » (« les oiseaux »), qui écrivirent un bref chapitre de l’occupation abusive des Sassi. À la fin des années 1970, leurs héritiers spirituels commencèrent à s’installer dans le quartier du Sasso Caveoso appelé Malve. Ils virent leur situation se régulariser à partir du début des années 2000, mais avant cela ils entendaient, par une occupation illégale, s’opposer aussi bien à l’abandon des Sassi qu’à leur privatisation, proposant un modèle coopératif de réhabilitation et d’entretien qui conjuguait habitat, travail et usage des espaces publics13. Ainsi, dès le début des années 1970, les Sassi représentaient un choix de vie alternative. Comme l’exprime très clairement Raffaele Giura Longo pour qui les Sassi étaient « un nouveau symbole de l’actuel refus de la ville de Matera, qui ne veut pas se laisser aliéner par la société de la consommation. [...] Récupérer les Sassi est un choix que Matera veut et doit faire pour rester [une ville] à mesure d’homme et non une agglomération déshumanisée » (Giura Longo 1971 : 48). Dans la foulée, il y eut aussi des cas isolés : personnes issues des couches aisées de la ville dotés d’une certaine sensibilité esthétique qui choisirent les Sassi avant même que les aides à l’installation existent. « Tout le monde disait que j’étais folle », nous dit une de ces pionnières.

9Ces développements de la « Question des Sassi » au cours des années 1970 doivent être situés dans le contexte de la tendance nationale à revaloriser les centres historiques qu’on commençait alors à concevoir, au-delà de leur valeur artistique et esthétique, comme des ressources économiques et sociales. Mais, encore une fois, les Sassi étaient difficiles à classer : on ne savait pas s’ils étaient un « cas limite » de centre historique ou bien un « centre historique en négatif » à cause de son origine partiellement paysanne. D’ailleurs, ce que l’on nomme aujourd’hui centre historique à Matera est la partie du Piano, contiguë aux Sassi, sur laquelle se dressent de beaux immeubles des xviiie et xixe siècles.

  • 14 Comme on le voit dans Sacco (1983), nombre de projets furent exclus car ils ne prévoyaient pas un u (...)
  • 15 Essentiellement à cause des lenteurs de l’administration municipale, dont l’action pourrait être an (...)

10Après la loi n° 1043 de 1971, qui retouchait celle de 1967, on lança enfin le concours international pour un projet de réhabilitation des Sassi. Il ne fut réalisé qu’entre 1974 et 1977. Le jury choisit étrangement de ne pas attribuer de premier prix et classa second le projet de l’architecte Giura Longo, à qui on confia plus tard les plans de restauration expérimentaux (1979-1983) et la rédaction des programmes bisannuels de réhabilitation des Sassi exigés par la loi de 1986. Au-delà des questions politiques qui avaient déterminé l’issue du concours, l’essentiel était atteint : les Sassi seraient restaurés pour devenir un quartier résidentiel14. Après le concours, la réalisation des travaux traîna en longueur15, quelques fonds déjà affectés s’évaporèrent. Les problèmes soulevés par la propriété de cette zone – problème classique pour ce genre de monument – entraînèrent d’autres retards. 90 % des Sassi appartenaient au domaine de l’État et ce n’est qu’en 1986 qu’on établit une concession de quatre-vingt-dix ans en faveur de la mairie de Matera.

  • 16 Très intéressant est ici le commentaire de Luigi Piccinato, qui a projeté les premiers plans d’urba (...)
  • 17 Soit 51645 689,90 euros [ndt].

11Somme toute, ce rythme ralenti a permis des travaux mieux planifiés, surtout grâce aux projets pilotes. Si le chantier avait débuté plus tôt, les Sassi auraient peut-être été détruits (n’avait-on pas proposé de les détruire avec une « bombe atomique »16 ?) ou dramatiquement défigurés. Mais la loi n° 771 de 1986 « Pour la récupération et la conservation des Sassi de Matera » donnait finalement les moyens administratifs et juridiques pour la création d’un office des Sassi à la mairie de Matera et l’affectation de 100 milliards de lires pour les travaux17.

12À partir de la in des années 1980, le repeuplement s’accélère. Au début des années 1990, le prix des maisons monte sensiblement, on commence à voir se constituer un véritable marché immobilier. Dans les milieux aisés de la ville, avoir une maison dans les Sassi fait chic, même si quelques voix hostiles se manifestent encore : « Penser à une récupération des Sassi comme quartier résidentiel est désormais absurde et paradoxal. [.] Assez nombreux sont ceux qui, après avoir tenté l’aventure de réoccuper les Sassi [.] ont préféré revenir au Piano, à la lumière » (Caserta 1994 : 3). Le tournant représenté par l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’unesco en 1993 est encore à venir.

  • 18 En 1999, la mairie de Matera estimait à 3 200 les habitants des Sassi

13Dans le dossier unesco, rédigé par l’architecte Pietro Laureano, au-delà de l’évaluation esthétique, les Sassi sont présentés comme témoins d’un rapport tout à fait original entre l’homme et un milieu naturel particulier : des falaises karstiques, au tuf troué de grottes, où il convient de domestiquer les eaux pluviales et les eaux profondes (Laureano 1993). Les effets de l’inscription sont immédiats : depuis 1994, l’Office des Sassi constate une augmentation considérable des demandes de subventions pour la réhabilitation des maisons, et le repeuplement est actuellement en plein essor18. Les protagonistes de cette reconquête et les porteurs de ce nouveau regard sont surtout des jeunes qui n’ont pas connu le stigmate de la « honte nationale » et le violent rejet local qui lui était associé. Quoique portée par le mouvement général de récupération des centres historiques, cette promotion des Sassi semble confortée par un regard venu de loin : la commission de l’unesco, les touristes enthousiastes. Mais ceux qui ont jadis habité les Sassi restent allergiques à toute valorisation artistique et historique, ils refusent surtout l’idéalisation d’un modèle de rapport homme-milieu qui, justement, a conquis les experts de l’unesco : « Nous n’avons pas la nostalgie de cette eau, ni du système de filtrage qui pendant notre enfance conduisait l’eau dans l’espace du sasso juste où était notre lit, ou plutôt notre grabat » (Caserta 1994 : 3). Dans le regard de beaucoup, aujourd’hui encore, les Sassi restent un monument vide parce que inhabitable. C’est ce qu’afirme, en une rhétorique romantique, le menu d’un restaurant, ouvert en avril 2000 dans une rue qui mène au Sasso Barisano, zone du centre historique un peu délabrée : « Les Sassi, Patrimoine mondial de l’unesco, sont aujourd’hui presque complètement inhabités... Ces deux quartiers de Matera, monument de l’architecture spontanée paysanne, nous apparaissent comme une Pompéi contemporaine, une ville presque détruite par une attaque sarrasine ou abandonnée après une calamité. » Une ligne seulement, en conclusion, note que dans les Sassi aujourd’hui est en cours un processus de réhabilitation et de repeuplement.

Les acteurs du renouveau

  • 19 Comme le montre bien la contribution de Ferdinando Mirizzi dans ce volume.
  • 20 Legambiente est la plus importante association italienne entièrement consacrée, au niveau national, (...)

14Dans l’histoire récente des Sassi le rôle des intellectuels a été primordial19. Carlo Levi, après la publication de son chef-d’œuvre Le Christ s’est arrêté à Eboli, a participé au débat tout au long des années 1960. La construction du consensus sur la valeur monumentale et artistique des Sassi s’est également appuyée sur le travail de photographes – comme Henri Cartier-Bresson, Mario Cresci, Augusto Viggiano (de Matera) – et d’associations – tels le club La Scaletta, la fondation Zetema, la rédaction de la revue Basilicata, l’Onyx jazz club. Ces dernières années les « verts » de Legambiente20 sont intervenus en soutenant la valorisation du paysage et en menant des luttes précises pour la sauvegarde du milieu, condition de la qualité de la vie dans les Sassi, et pour la défense de la flore et de la faune dans l’écosystème du haut plateau des Murge.

15Quant à la gestion du monument, elle requiert désormais la collaboration de toutes les instances qui administrent les biens culturels, soit l’État, avec la Soprintendenza ai beni ambientali e architettonici, la région Basilicate, avec la Commissione beni ambientali e dipartimento assetto territorio, le Provveditorato alle opere pubbliche et l’Azienda territoriale per l’edilizia residenziale. Mais c’est la mairie de Matera, et notamment l’Office des Sassi et l’of fice technique, qui est chargée des questions concernant plus directement les habitants des Sassi et ceux qui postulent pour y accéder. Ces services travaillent avec une forte conscience de leur rôle dans le processus d’assainissement. En témoignent leurs archives où sont conservés tous les documents produits par la réhabilitation et la réoccupation des deux quartiers. Ils sont en contact avec des collègues qui travaillent dans des centres historiques et des villes d’art d’Europe. Ils confrontent ainsi leurs choix et leurs démarches avec d’autres doctrines de la restauration et d’autres contextes urbains.

16Mais ce sont les autres protagonistes du repeuplement des Sassi, c’est-à-dire les habitants, qui retiendront plus longuement notre attention. Déjà en 1952, le Provveditorato alle opere pubbliche proposait de réserver les maisons aux artisans et aux ouvriers qui allaient travailler dans la zone adjacente du Piano (Tafuri 1974). Comme nous l’avons vu, un peu plus tard, toute l’attention s’est focalisée sur la construction des nouveaux quartiers. Cependant, au cours du colloque de la revue Basilicata, plusieurs intervenants ont soutenu le droit pour tous d’habiter les Sassi, y compris pour ceux qui y demeuraient alors. Ils appelaient à un libre choix, associé à la possibilité de vivre selon les normes du confort moderne (Basilicata 1967, 1968). En 1971 le groupe Politecnico mena une étude sur la ville de Matera. Dans son rapport, il avance de façon provocatrice qu’installer les classes démunies dans les Sassi après l’assainissement serait une « opération anti-historique » puisque, de toute façon, le problème de la revitalisation des centres historiques est toujours résolu par la bourgeoisie (Gruppo il Politecnico 1971 : 49). Après le choc provoqué par ce rapport, le jury du concours international proposa d’équilibrer le repeuplement des Sassi, les ouvrants autant aux couches pauvres de la population – en promouvant des opérations d’habitat populaire – qu’aux couches aisées capables d’investir dans des initiatives particulières.

17Il faudrait situer ce débat sur les bénéficiaires des opérations de réhabilitation des Sassi en tenant compte du contexte politique de l’après-guerre, mais nous ne pouvons qu’effleurer ce thème ici. Rappelons cependant que, en tant que monument, les Sassi sont un support de la mémoire ; et comme la littérature anthropologique l’a largement démontré, les lieux de mémoire peuvent donner lieu à différentes interprétations. Les Sassi sont d’abord l’emblème d’une vision romantique de la « civilisation paysanne », avec son éthique et ses valeurs communautaires qu’illustre le discours sur les relations de voisinage. Les Sassi sont aussi un lieu d’arriération et de disease (dans le double sens de maladie et de malaise), symbole d’une vie dominée que son effacement rachète de ce « mauvais passé ». Ou encore, dans une vision plus complexe, les Sassi sont ce qu’il reste de l’âge d’or d’un urbanisme précapitaliste opposé aux « modèles typiques de villes grandies sous l’impulsion d’une exploitation capitaliste déchaînée » (Giura Longo 1971 : 49) ; leur dégradation se limite « aux cent cinquante dernières années, [lorsque] les grottes, les puits, les étables, les églises, les entrepôts furent complètement habités, et l’emportèrent sur les constructions en pierre équarrie » ; leur réhabilitation consiste donc à remonter le temps, en leur restituant l’intégrité de la ville ancienne.

18Actuellement, il existe une forte disparité dans les conditions de vie des habitants des Sassi. Il y a les anciens résidents, qui ont résisté aux tentatives d’expulsion, et qui parfois n’ont pas encore l’eau courante ; il y a ceux qui ont hérité d’une maison et la retapent ; ceux qui, l’ayant occupée illégalement, l’habitent de façon précaire ou la restructurent dans l’espoir qu’elle devienne leur résidence principale une fois l’usurpation légalisée ; ceux qui ont vécu leur enfance dans les Sassi et y ont acheté une maison pour garder un lien ; ceux qui achètent et s’installent par choix d’un style de vie marginal ; enfin ceux qui viennent vivre là car désormais « c’est la mode ». Pour l’heure, toute création d’appartement à loyer modéré dans les Sassi est encore une fois bloquée. On ne sait où loger les actuels occupants illégaux des soixante-quinze maisons à réhabiliter, et au-delà de l’ironie historique que semble représenter cette installation des pauvres d’aujourd’hui dans les Sassi, on se demande si elle ne risque pas d’être refusée par les futurs occupants eux-mêmes. Comme le dit une habitante des Sassi qui a aussi transféré dans le quartier son activité professionnelle : « Nous savons bien qu’être ici comporte beaucoup d’inconvénients. On ne peut pas obliger les gens à y habiter. » En réalité, puisqu’il faut tout de même postuler pour obtenir une HLM, il serait toujours possible d’attendre la construction d’autres maisons, ailleurs dans la ville. En fait, c’est plutôt la différence de qualité des maisons à l’intérieur des Sassi qui risque de créer des problèmes tant la luminosité, la protection contre l’humidité, la possibilité de garer une voiture, et surtout la qualité architecturale introduisent des nuances et de fortes inégalités.

  • 21 Tout cela est possible grâce à une loi gui permet l’État de demander la concession, pour une périod (...)

19Ne manquent pas non plus les spéculateurs qui ont occupé des maisons pendant la période d’abandon ou qui, pendant les années 1980, en ont acheté à des prix dérisoires, surtout vers le haut des Sassi, près du centre historique, où par ailleurs les prix ne cessaient de monter, pour les rénover en profitant des subventions offertes par la mairie de Matera à partir de 1992. En outre, les nouveaux habitants des Sassi, pour accroître la surface de leur maisons ou de leurs magasins, prennent en concession des propriétés de l’État. Aussi, malgré les efforts de la mairie pour conserver un certain équilibre entre propriété privée et propriété publique, il n’est pas rare de voir des particuliers occuper dans les Sassi trois ou quatre cents mètres carrés dont ils possèdent à peine le quart21. Cependant, depuis le classement unesco qui a réhabilité les Sassi aux yeux des gens de Matera, le marché est plus tendu : tout est devenu plus cher, la spéculation ou l’extension sont donc plus difficiles.

20Une enquête reste à mener sur les choix architecturaux dans la restructuration. Malgré les normes très rigides concernant les Sassi, et qui valent surtout pour l’architecture extérieure, les solutions adoptées sont très variées. À l’intérieur, il est possible de reconstruire entièrement, à condition de produire une preuve « scientifique » de ce qui existait auparavant. La présence d’éléments architecturaux (tracés de stucs, voûtes...) ou bien la plupart du temps de vieilles photographies attestent de l’état ancien. D’où un discours aussi prolixe qu’improvisé sur la notion d’« authenticité », surtout du moment où les traces architecturales comme les diverses photographies témoignent d’époques différentes, puisque les Sassi ont connu, au il des siècles, de constantes interventions. En 1998, une équipe d’architectes a étudié les ajouts et les extensions du bâti dans les Sassi, en évaluant l’opportunité de les conserver ou de les supprimer au cours des restructurations. Ils ont abouti à une sorte de recensement qui est aujourd’hui consulté pour évaluer les projets. S’esquisse désormais, sur des bases empiriques, comme un code de ce qui, dans les Sassi, peut être considéré comme « authentique ».

Dans le Sasso Barisano, grotte affectée à la vinification et au stockage. Les usagers habitentune maison toute proche

21Les règles urbanistiques concernent donc essentiellement le dehors visible, à savoir la couleur des murs, des portes et des fenêtres. Les teintes choisies le plus souvent sont le blanc et le jaune, on gratte parfois le calcaire (pour obtenir un effet plus « authentique ») et on fait poser des dalles de tuf pour camoufler les objets contemporains tels que les plaques d’interphones ou les trous d’aération des chaudières à gaz. À l’intérieur, les normes de vie modernes, les occasions que l’on saisit ou les goûts personnels justifient des choix plus éclectiques. Les matériaux utilisés sont quasiment de toutes époques et provenances. Au sol, on trouve de la terre cuite (d’origine, récupérée ou neuve), de la grenaille, du marbre, du parquet ; les murs peuvent être en tuf apparent ou recouvert de plâtre ; on peut voir des mezzanines, parfois refusées pour des raisons esthétiques, tandis que le mobilier peut être classique, moderne, ultramoderne, ethnique ou mêler toutes ces références stylistiques. Bref, il n’y a pas de rupture esthétique entre une maison conçue comme sasso et une maison qui pourrait être n’importe où, entre un goût attaché aux matériaux locaux et l’adoption du Plexiglas, de l’acier et de tout ce qu’on pourrait trouver dans un loft new-yorkais. Comme les maisons actuelles associent plusieurs maisons d’autrefois, elles sont très spacieuses, agrémentées souvent de conforts qui jurent avec le milieu, surtout lorsqu’il s’agit de maisons-grottes « primitives » : plusieurs salles de bains, hydromassage, systèmes de chauffage hypermodernes, air conditionné, télévision câblée...

Dans le Sasso Caveoso, interieur d’une habitation qui n’a jamais cessée d’être occupée

Dans le Sasso Barisano, habitation restructurée à la fin des années 1990 par un jeune néo-resident.

22Il n’en reste pas moins qu’habiter les Sassi impose de nombreuses contraintes : maisons inaccessibles en voiture, humidité, manque de lumière, allergies dues à l’inextirpable pariétaire, absence de service public de nettoiement, intermittence des forces de l’ordre, espace public mal entretenu qui sert encore de décharge clandestine... En outre, le choix d’un style de vie différent, qui en pleine ville bénéficie de l’air pur et du silence, est en train de subir les agressions du « peuple de la nuit ». Depuis l’année 2000, portées par une représentation qui fait des Sassi un espace libre, un lieu du dehors et une machine à remonter le temps, de nombreuses boîtes de nuit ont ouvert leurs portes ; elles ponctuent les deux quartiers de leur vacarme nocturne et de leurs poubelles débordantes. Cette pollution particulière a redonné vigueur aux activités du Comitato Sassi, une association jusqu’ici peu écoutée des gens de Matera et des hommes politiques, qui porte à l’attention publique les problèmes liés à la vie quotidienne dans ce lieu. Cependant, cette nouvelle dimension révèle un changement important dans l’appropriation de ces quartiers. Alors que jusqu’à présent tous les plans de réhabilitation se sont focalisés sur l’habitat individuel, on voit surgir ici, de façon non planifiée et par un biais imprévu, ce que le premier programme biennal esquissait en termes généraux : « L’objectif premier est de refaire des Sassi une ville habitée, capable d’accueillir la complexité des fonctions que comporte une ville, de la résidence aux activités tertiaires » (Comune di Matera 1988 : 63).

  • 22 La circulation de drogues et d’armes dans les rues des Sassi a considérablement diminué ces toutes (...)
  • 23 La vogue des boîtes de nuit dans les Sassi date de Pâques 2000, même si un moment important a été l (...)
  • 24 Un exemple frappant vient de ma propre expérience : en 1994, lorsque mon mari et moi avons décidé d (...)

23De toute façon, à côté des résidents une foule de personnes fréquentent les Sassi épisodiquement : ceux qui viennent vinifier dans leur cave, ceux qui dans la nuit des rues non surveillées s’adonnent à des trafics illicites22, ceux qui ont établi ici leur bureau, leur pied-à-terre, leur maison d’été quand le petit vent de la gravine rend la chaleur plus supportable. Dans la journée ils croisent les artisans, les hôteliers, les guides – autorisés et non –, les touristes, les étudiants du lycée artistique qui viennent chercher l’inspiration pour leurs dessins et, depuis quelques mois, les musiciens de rue. Bref, de lieu de décharge publique les Sassi sont devenus lieu de loisirs23 pour les jeunes, tandis que la génération qui les a habités mêle la nostalgie (« On était plus pauvres mais plus heureux ») à l’idée de dégradation liée à cette époque révolue24. Leur nouveau statut social, longuement convoité, en fait pourtant nécessairement des transfuges, habitants les hauteurs du Piano, comme l’écrit Cid Corman, poète américain qui a vécu à Matera pendant les années 1970 :

Iintérieur du pub Morgan dans le Sasso Caveoso.

Les distances
De toute façon, il en est sorti. Les ennuis
ne sont plus pour lui, mais pour eux, les autres. Pour donner à manger
le peu qu’il faut à ses os. Puis il revient,
pauvre peut-être, mais retraité,
comme il en rêvait,
d’un rêve de rien. Debout
au dessus des grottes, niché dans la vieille carrière,
comme un Dieu, et il voit
des gens comme lui, perdus entre soleil et montagnes,
traîner leur charge de bas en haut.
Et il reste là, étrange étranger, à fixer
des cataractes de pierre, fenêtres de son enfance fermées
contre son retour, et où le noir seul demeure.
Ici il est né. C’est fait. La montée
en est l’issue, on le lui avait dit. Il est donc là
sur la hauteur, regardant en bas, vers sa maison.

Un monument habité parmi d’autres monuments

  • 25 L’un de ces techniciens, l’architecte Lorenzo Rota, m’expliquait qu’en 1952 la définition des Sassi (...)

24Comprendre les Sassi en tant que monument habité nous conduit à tenir compte de leur position au sein des monuments de la ville, avec lesquels ils entretiennent un rapport de valorisation réciproque. D’abord le centre historique, qui partage avec les Sassi une frontière mal établie. Celle-ci a été fixée par les techniciens travaillant au premier plan d’urbanisme en application de la loi de 1986. Elle reprend celle des plans des xviiie et xixe siècles25. La cartographie de la ville est à ce sujet éloquente : dans les années 1990, sur les plans, Sassi et centre historique étaient de même couleur, pour signifier l’unité des deux zones et la volonté de sauvegarder ces deux réalités qui, tout en gardant leur spéci ficité, contribuaient ensemble à l’identité globale de la ville. Vers la fin de cette décennie, les Sassi figurent, pour la première fois sur le plan de l’annuaire téléphonique, comme un quartier quelconque de la ville. Mais aujourd’hui le plan distribué par le syndicat d’initiative est la mise à jour d’un vieux plan où les Sassi et le centre historique sont signalés par deux couleurs bien différentes qui délimitent une zone, celle des Sassi, sans noms de rues et de places, où seulement les églises et les bâtiments remarquables sont identifiés. Cette tension entre Sassi et centre historique réapparaît dans le dernier plan d’urbanisme général, où la solution adoptée est celle de deux nuances de rouge, ce qui finit par intégrer les Sassi dans le centre historique, tout en continuant à les distinguer. Ce rapport ambigu est lisible dans les travaux faits sur le Piano, place Vittorio Veneto où, en 1996-1997, on réalisa le passage Varco del la Materdomini qui devait aboutir à un belvédère sur les Sassi. Mais les travaux en sont restés là, marquant bien l’hésitation : doit-on relier ou au contraire séparer la ville et les Sassi ? En effet, la proposition initiale était de réaliser un escalier qui ferait le lien, projet que l’actuelle administration communale n’a pas définitivement abandonné.

  • 26 Une allusion à ce haut plateau se trouvait déjà dans la loi de 1971 (Del Parigi 1995 :123).

25Le « parc des églises rupestres » est l’autre monument qui participe à la valorisation des Sassi. Ce n’est pas un hasard si la même loi de 1986 sur la réhabilitation des Sassi déclarait que le haut plateau des Murge est un lieu d’« intérêt national prioritaire »26. Cette zone, qui couvre cinq mille hectares, auxquels s’ajoutent les deux mille de la périphérie, contient des sites préhistoriques et une centaine d’églises rupestres, le tout dans un paysage de grande valeur naturaliste. Après plusieurs années d’existence, le parc a installé en 2000 son organisme of ficiel, conçu pour mettre en application la loi qui prévoit, entre autres, la réalisation de plusieurs allées pour piétons reliant le haut plateau et les Sassi.

26Ajoutons que la promotion de ce que l’on désigne comme la « culture locale » soutient la valorisation unifiée de ces trois domaines : les Sassi, le centre historique et le parc archéologique des Murge. En effet, la monumentalisation est constamment accompagnée par la redécouverte d’objets emblématiques, comme par exemple le dialecte et la musique de Matera. De même, plusieurs jeunes artisans sont-ils en train de renouveler des activités traditionnelles, comme par exemple le papier mâché, la céramique, le travail du bois et du fer forgé, et ce mouvement insère la ville dans nombre de circuits internationaux, comme par exemple « Matera Materia », la première biennale des arts appliqués de 1999, ou le consortium d’artisanat « Altobello Persio » qui a poussé à l’ouverture de plusieurs magasins ces dernières années. Depuis peu émerge également l’intérêt pour les produits typiques, pour leur promotion et leur commercialisation accompagnées par la création de labels de qualité.

La place Vittorio Veneto, au centre-ville de Matera, où s’ouvrent désormais les trois arches du passage Varco della Materdomini, et les « bouches » creusées dans le sol par lesquelles il est possible d’accéder partiellement aux Sassi.

  • 27 C’est en effet dans cet ancien couvent que l’université de Basilicate a accueilli le colloque dont (...)
  • 28 Le Museo Ridola (archéologie) et le nouveau Museo d’arte medievale e moderna devraient être complét (...)
  • 29 Nous avons pu vérifier ce changement dans la tendance politique lorsque nous avons présenté un proj (...)

27Ce développement artistique, artisanal et commercial est relayé par l’action publique dans le domaine traditionnel de la « culture ». L’année 1998 a marqué la fin des travaux de restauration du Palazzo dell’Annunziata (qui donne sur la Piazza Vittorio Veneto qui domine les Sassi), siège de la bibliothèque départementale et lieu d’accueil des différents événements culturels de la ville. En 1999, on a aussi terminé les travaux dans l’ancien couvent Saint-Roch, qui est actuellement le siège de l’université de Basilicate à Matera27, auquel s’ajouteront les locaux du couvent Sainte-Lucie (Piazza Vittorio Veneto), actuellement encore en travaux. Il s’agit d’insérer l’université dans le tissu urbain, notamment dans une zone de contact et de passage entre les Sassi et le centre historique. Il faut aussi souligner le projet, en cours de réalisation, d’un circuit des différents musées de Matera, qui vise à considérer les beaux-arts, les traditions populaires et la préhistoire comme des biens culturels d’égale dignité28. Position qui s’appuyait sur une conjoncture favorable puisque dans la même période la politique culturelle nationale, soutenue par les deux derniers gouvernements de gauche, misait tout particulièrement sur la valorisation globale des biens culturels29.

Dans un sasso, boutique de souvenirs où sont vendues des répliques en tuf d’habitats troglodytes

  • 30 De même Miriam Kahn, anthropologue en Papouasie – Nouvelle-Guinée qui, en échange du calque d’un si (...)

28Dans cette effervescence, les Sassi sont en train de devenir quasiment un label, un logo. Depuis peu, on vend des modèles réduits de Sassi sculptés dans des petits blocs de tuf ; en 1999 leur image est apparue sur une carte téléphonique ; en 2000 est née l’« huile d’olive des Sassi » ; plusieurs marques de vin les reproduisent sur leurs étiquettes et les magasins de souvenirs les impriment sur des tee-shirts. Ce qui était naguère « honte nationale » prête son image valorisante à tout le monde : la mairie de Matera, le Lions Club, l’équipe de football locale, la « Materasassi »30.

29Malgré tout, la participation au développement touristique de Matera est loin d’être unanime : les commerçants refusent de prolonger les horaires d’ouverture de leur magasin pour les touristes, l’accès aux Sassi en voiture est un débat constant entre le maire et les habitants, dont les exigences ne sont pas celles des visiteurs... Tout cela alimente une réflexion après coup sur l’usage du monument, ou, plus précisément, réactive le vieux dilemme entre muséification et occupation qui prend un nouveau visage en opposant les Sassi – parc d’attractions aux Sassi – cité dortoir. Bref, dans ce présent encore très mouvant, leur statut est toujours ambigu et discuté : les Sassi sont devenus un extraordinaire monument habité, certes, mais malgré eux, c’est-à-dire malgré les gens de Matera.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baldoni vincenzo, 1968 [15 novembre],
« Il risanamento dei "Sassi" di Matera non dovrà avere scopi soltanto turistici »,
Il Mattino.

Basilicata (revue), 1957.
Basilicata (revue), 1967.
« I Sassi di Matera sono un patrimonio nazionale da conservare e tutelare ». Actes du colloque éponyme, l
re partie.

Basilicata (revue), 1968.
« I Sassi di Matera sono un patrimonio nazionale da conservare e tutelare ». Actes du colloque éponyme, 2
e partie.

Caserta giovanni, 1994.
« L’acqua tra i Sassi... »,
Insieme, n° 2.

Comune Di Matera (Ufficio sassi), 1988.
Relazione Generale. Programma di Attuazione della Legge 771/86, publié à l’issue de la première biennale de Matera (1986-1987), Matera.

Comune Di Matera (Ufficio sassi), 1999.
Relazione presentatanell’ambito del programma transnazionale « INTERREG IIc Mediterraneo Occidentale, Alpi Latine », progetto « Restauro », document électronique, Matera.

Comune di Matera (Settore urbanistica),
2000. « Relazione Generale. Piano Regolatore Generale 1999 », Matera.

Corman cid, 1996 [1962],
Sole, Sasso, Uomo. Ventuno poesie, Rome, Edizioni della Cometa.

Del Parigi angelo, 1995.
« Matera va in Parlamento : le Leggi Speciali »,
Bollettino della Biblioteca provinciale di Matera, n° 25-26,pp. 115-131.

Gaudiano eustachio, 1968.
Commentaire, in
Basilicata, vol. 12, n° 1, « Completo risanamento dei Sassi e rinnovamento delle strutture sociali della Città e del suo territorio. Seconda parte del resoconto del convegno a Matera del 10 dicembre », pp. 29-31.

Giura Longo raffaele, 1971.
« Le Linee di fondo per una crescita civile »,
Basilicata, n° 7.

Gruppo Il Politecnico, 1971.
Rapporto su Matera, Matera, Il Politecnico.

Kahn miriam, 1996.
« Your place and mine : sharing emotional landscapes in Wamira, Papua New Guinea »,
in Feld, Steven & Keith Basso (dir.), Sense of Place, Santa Fe, School of American Research Press.

La Scaletta. (Sezione Lucana « Italia Nostra »),
1970.
Una legge per Matera. Schema di proposta di legge per il restauro urbanistico ambientale dei « Sassi » di Matera, Matera, bmg.

Laureano pietro, 1993.
Giardini di Pietra. I Sassi di Matera e la civiltà mediterranea, Turin, Bollati Boringhieri.

Padula mauro, 1954.
« Problema turistico e igienico-sociale per la salvezza della caratteristica di Matera »,
Terra Lucana, n° 4 & n° 5

Plccinato luigi, 1967.
« Dalla vecchia alla nuova legge speciale. I problemi del risanamento e della conservazione », commentaire, in Basilicata, vol. 11, nos 10-11-12, « I Sassi di Matera sono un patrimonio nazionale da conservare e tutelare. Lusinghieri risultati del convegno di studio del 10 dicembre », pp. 39-41.

Sacco leonardo, 1983.
Matera contemporanea. Cultura e società, Matera, Basilicata Editrice.

Strammiello nicola, 1968.
Commentaire, in
Basilicata, vol. 12, n° 1, « Completo risanamento dei Sassi e rinnovamento delle strutture sociali della Città e del suo territorio. Seconda parte del resoconto del convegno a Matera del 10 dicembre », pp. 31-32.

Tafuri manfredo, 1974.
Un contributo alla comprensione della vicenda storica dei Sassi, Matera, bmg.

Zampagni f. & G. Pizziolo, 1982.
« L’abusivismo come manutenzione e restauro nei Sassi », in Agostini, R., Bollini, G.,La Cecla, F. & C. Rondoni (dir.),
Il Potere di abitare, Florence, Libreria editrice fiorentina, coll. « L’Elefante nel cappello ».

Notes

1 Ce travail a bénéficié de l’aide du personnel de l’Office des Sassi, et notamment les géomètres Pasquale Taratufolo et Claudio Montinaro. Je tiens également à remercier Franco Palumbo du club La Scaletta, Leonardo Sacco et les représentants de l’Association Sassi. Je dois en outre des remerciements à l’architecte Domenico Fiore de la mairie de Matera, à l’architecte Lorenzo Rota, à Giovanni Moliterni, à Cesare Passarelli et à Gianni Genco du pub Morgan. Je remercie tout particulièrement Maria Rosaria Romaniello, photographe, et les familles, ainsi que Giorgio Corazza, gui nous ont permis de photographier leurs maisons.

2 Voir la contribution de Ferdinando Mirizzi dans ce volume.

3 Voir la contribution d’Anna Iuso dans ce volume.

4 Haut plateau gui s’étend à la frontière entre les Pouilles et la Basilicate [ndt],

5 Logements de rez-de-chaussée composés en général de deux pièces, l’une donnant sur la rue, l’autre dépourvue de prise directe d’air et de lumière [ndt],

6 Sans compter les comparaisons avec les bidonvilles de la banlieue romaine ou les slums de New York faites par Stramiello (1968 : 3) et par Angelo Del Parigi (1995).

7 À ce propos, je trouve significatives les affirmations d’un intellectuel du lieu, en 1954 déjà : « En l’actuel état des choses, il est difficile de comprendre si ce sont les hommes, parleurs écrits, gui ont rendu Matera fameuse, ou si c’est Matera gui s’est imposée à l’attention générale par sa situation si caractéristique » (Padula 1954

8 Rioni est le terme qui désigne ici comme à Alberobello les quartiers.

9 C’est la proposition de l’architecte Vincenzo Baldoni (1968).

10 Unione italiana lavoratori (Union italienne des travailleurs), un des trois grands syndicats nationaux d’Italie

11 En 1997 encore, une fille de vingt ans ne pouvait pas travailler chez nous comme baby sitter, car son père estimait dangereux le lieu où nous habitons, c’est-à-dire la partie haute des Sassi, adjacente au centre ville.

12 On appelle cantinari les gens gui continuent encore aujourd’hui à utiliser les sassi comme caves pour la vinification.

13 On trouve dans Zampagni & Pizziolo (1982) une sorte de manifeste de ces occupants illégaux réunis en coopérative

14 Comme on le voit dans Sacco (1983), nombre de projets furent exclus car ils ne prévoyaient pas un usage des Sassi comme habitat.

15 Essentiellement à cause des lenteurs de l’administration municipale, dont l’action pourrait être analysée dans la perspective suggérée pas Berardino Palumbo à propos du Val di Noto dans ce volume

16 Très intéressant est ici le commentaire de Luigi Piccinato, qui a projeté les premiers plans d’urbanisme généraux de Matera : « Le plan d’urbanisme à l’époque [1953] fut conçu dans le but de faire une première opération pour le sauvetage des Sassi. Que doit-on faire d’abord dans ces cas-là ? Détourner les intérêts de la spéculation sur les terrains de la zone qu’on veut sauver » (Basilicata 1967 : 39).

17 Soit 51645 689,90 euros [ndt].

18 En 1999, la mairie de Matera estimait à 3 200 les habitants des Sassi

19 Comme le montre bien la contribution de Ferdinando Mirizzi dans ce volume.

20 Legambiente est la plus importante association italienne entièrement consacrée, au niveau national, à la lutte pour la protection de l’environnement dans tous les domaines

21 Tout cela est possible grâce à une loi gui permet l’État de demander la concession, pour une période à ceux dont la propriété confine à une propriété de trente ans, d’une partie de cette dernière

22 La circulation de drogues et d’armes dans les rues des Sassi a considérablement diminué ces toutes dernières années.

23 La vogue des boîtes de nuit dans les Sassi date de Pâques 2000, même si un moment important a été l’inauguration en 1997 du pub Morgan, local à la scénographie particulièrement soignée gui a attiré des centaines de jeunes en changeant la perception de ces lieux chez les nouvelles générations.

24 Un exemple frappant vient de ma propre expérience : en 1994, lorsque mon mari et moi avons décidé d’acheter une maison dans les Sassi, on eut affaire au scepticisme du directeur de notre bangue gui, pour un emprunt destiné à l’achat de ce qu’il appelait des « ruines », nous obligea à hypothéquer les deux maisons que nous possédions. Encore aujourd’hui, les parents de jeunes qui souhaitent faire la même chose cèdent avec beaucoup de répugnance, malgré la promotion actuelle des deux quartiers

25 L’un de ces techniciens, l’architecte Lorenzo Rota, m’expliquait qu’en 1952 la définition des Sassi était beaucoup plus restrictive, se limitant aux zones vraiment désastreuses du point de vue sanitaire. Par exemple, la partie médiévale, la Civita, n’était pas considérée comme sasso même si d’un point de vie morphologique elle en faisait partie. La définition de cette frontière peut avoir des conséquences au-delà de l’image : des deux rangées de maisons bâties dans les rues qui côtoient les Sassi, l’une est définie comme « Sassi », l’autre comme « centre historique », ce qui l’exclut des soutiens financiers pour la restructuration

26 Une allusion à ce haut plateau se trouvait déjà dans la loi de 1971 (Del Parigi 1995 :123).

27 C’est en effet dans cet ancien couvent que l’université de Basilicate a accueilli le colloque dont – Annunziata qu’a été donné un concert en l’honneur des participants, geste par lequel l’administration de est issu ce volume, et dans l’auditorium du Palazzo Matera a voulu nous souhaiter la bienvenue [ndt].

28 Le Museo Ridola (archéologie) et le nouveau Museo d’arte medievale e moderna devraient être complétés par le Museo dei tesori del Duomo, le Museodell’habitatrupestre, le Museodemoantropo-logico etla Casa-Museo Ortega.

29 Nous avons pu vérifier ce changement dans la tendance politique lorsque nous avons présenté un projet de structure d’accueil destinée au tourisme culturel : d’abord refusé, il a ensuite été considéré comme projet modèle pour la gestion et la valorisation des biens culturels.

30 De même Miriam Kahn, anthropologue en Papouasie – Nouvelle-Guinée qui, en échange du calque d’un site sacré, a dû donner à la famille du chef onze tee-shirts de rugby avec l’image du site imprimée dessus (Kahn 1996).

Table des illustrations

Légende Dans le Sasso Barisano, grotte affectée à la vinification et au stockage. Les usagers habitentune maison toute proche
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Dans le Sasso Caveoso, interieur d’une habitation qui n’a jamais cessée d’être occupée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Dans le Sasso Barisano, habitation restructurée à la fin des années 1990 par un jeune néo-resident.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Iintérieur du pub Morgan dans le Sasso Caveoso.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende La place Vittorio Veneto, au centre-ville de Matera, où s’ouvrent désormais les trois arches du passage Varco della Materdomini, et les « bouches » creusées dans le sol par lesquelles il est possible d’accéder partiellement aux Sassi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Dans un sasso, boutique de souvenirs où sont vendues des répliques en tuf d’habitats troglodytes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3489/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

Auteur

Anna Iuso (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540