Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

I. Les métamorphoses de Matera

Les Sassi de Matera, du scandale national au monument ethnologique

Ferdinand Mirizzi
Traduction de Anna Iuso

Texte intégral

  • 1 Sasso, littéralement « pierre, caillou », désigne ici l’ensemble de l’habitat essentiellement creu (...)
  • 2 Le terme Rabata (à Tricarico) ou Rabatana (à Tursi) est généralement glosé, pour en marquer la mar (...)

1Bien qu’il les ait cités quelques fois, Ernesto de Martino n’a pas laissé de description des Sassi1 de Matera. L’eût-il fait, elle n’aurait probablement pas été très différente de celle que lui inspira la Rabata2, le quartier populaire de Tricarico :

La Rabata de Tricarico est l’image du chaos [...]. Quelques milliers de personnes vivent dans ce décor comme à rebours de l’histoire. Elles habitent dans un enchevêtrement de taudis adossé aux pentes plutôt abruptes de la colline, formant un labyrinthe de ruelles disloquées, en pente raide, par où s’écoulent les égouts du village d’en haut. Elles vivent, mieux vaut dire qu’elles arrachent au chaos les attributs les plus élémentaires de l’être : ici la lumière le dispute aux ténèbres, la cohabitation forcée des hommes et des bêtes suggère l’image d’une espèce humaine toujours luttant pour s’extraire de l’animalité. Rachitisme, arthrite et goitres déforment les corps, et pourtant ils vivent. Les voilà, devant nous, à nous raconter leur histoire (De Martino 1980 : 171).

2Cette évocation trouve d’évidentes correspondances dans l’image que les observateurs des Sassi en ont restituée à partir de la fin du xviiie siècle, dans des descriptions souvent crues, implacables. J’en retiendrai simplement trois, exemplaires de l’effet produit sur le visiteur par la vision des deux quartiers troglodytiques de Matera. La première a pour auteur l’abbé Fortis, fin lettré, naturaliste, spécialiste du salpêtre, qui accompagnait en 1789 le comte Carl Ulisse von Salis-Marschlins lors de son voyage dans le royaume de Naples :

Matera est située [...] dans une petite vallée profonde de 300 pieds ; sur les escarpements, de part et d’autre, s’ouvrent des cavernes ou grottes, les unes au-dessus des autres. Il semble qu’elles seules aient servi d’habitation dans les temps les plus anciens, puisque les maisons paraissent n’avoir été construites qu’au xvie siècle ; certaines ont dû être à l’origine des églises ou des chapelles – l’une d’elles est encore appelée Santa Maria dell’Abbondanza –, mais aussi des couvents, qui gardent les traces de leur ancienne utilisation.
Cependant, le peuple habite généralement dans ces grottes, certaines creusées de manière régulière, on leur a simplement rajouté [...] une pièce d’entrée bâtie, avec murs, porte et fenêtre. Je visitai plusieurs de ces grottes, non sans danger car au moindre faux pas, j’aurais pu tomber dans le précipice et m’écraser ; en grimpant, je ne pouvais que frémir à la pensée que des milliers et des milliers de personnes, depuis tant d’années, s’étaient exposées et s’exposaient toujours à ce risque.
[...] Les femmes des classes les plus élevées ne sont pas dépourvues de beauté ; alors que celles du peuple sont très laides, sales, déguenillées, de tempérament sauvage, et tellement prédisposées aux forfaits les plus atroces que les prisons débordent de délinquants méritant la peine la plus sévère. Ceci doit être attribué, principalement, à l’état d’ignorance et de barbarie dans lequel la Basilicate se trouve encore maintenue, et au peu de soin que l’on a eu, jusqu’à ce jour, d’éduquer et d’éclairer le peuple ; celui-ci ne pourra jamais se libérer de cet état de barbarie s’il n’a pas des routes meilleures, des barons plus humains, et des autorités plus intelligentes.
La cause en est peut-être la malchance d’avoir eu deux présidents successifs dont le caractère et la conduite leur valurent, pour finir, d’être remplacés ; mais moi je l’attribue plutôt à l’abominable saleté qui prévaut dans le pays, au genre de vie que l’on y mène, et aux aliments dont se nourrit cette population. Tout cela l’a déchue de la dignité humaine, la prédisposant aux maladies et aux calamités, auxquelles les personnes raisonnables sont rarement sujettes.
[...] Toutes ces maladies sont ordinairement précédées d’une profonde mélancolie, et ne sont pas tant causées par la chaleur du climat que par le mode de vie et par la qualité des aliments qui prédominent dans ces contrées. L’abus de viande de porc faisandée et salée, le manque absolu de propreté dans les habitations, la vie passée dans des cavernes obscures et humides, les vapeurs émanant sans cesse des égouts à ciel ouvert et les montagnes de fumier et d’ordures pourrissant dans les rues sont les causes physiques de ces désordres et de ces tristes maladies qui finissent habituellement de la plus horrible manière (von Salis-Marschlins 1979 : 197-200).

3Les autres descriptions, plus récentes, n’en conservent pas moins le ton scandalisé et les valeurs hygiénistes de l’abbé Fortis. Ce sont l’Inchiesta parlementaire sulle condizioni dei contadini nelle Province meridionali e nella Sicilia (« Enquête parlementaire sur les conditions des paysans dans les provinces méridionales et en Sicile »), dont Francesco Saverio Nitti fut rapporteur pour la Basilicate et la Calabre, et l’Inchiesta sulle condizioni dell’infanzia in Italia (« Enquête sur les conditions de l’enfance en Italie ») confiée pour la Basilicate à Umberto Zanotti Bianco, qui en livra les résultats en 1926 :

Nous n’avons pas vu durant notre voyage spectacle plus horrible que l’habitat des paysans de Matera. Creusées dans la roche, ce sont plusieurs centaines de maisons, d’une, deux ou trois pièces. Souvent posées les unes sur les autres comme dans un entonnoir, elles ne reçoivent lumière et air que par la porte. Les murs, en général très humides, n’ont pour la plupart aucun revêtement : véritables tanières troglodytes, elles ressemblent sans doute aux habitations primitives de lointains ancêtres, d’une époque antérieure à notre civilisation. L’air qui vient de la porte est trop rare et insuffisamment renouvelé. En outre, une habitude épouvantable vient aggraver une situation qui est déjà en soi à nulle autre pareille : étant donné la rareté de l’engrais et l’absence de tout égout, les habitants de ces antres effroyables doivent utiliser toutes les déjections, y compris humaines. Alors, dans la tanière même, généralement derrière le lit conjugal, on creuse une fosse où s’accumulent pendant des mois les excréments. Il se forme ainsi dans chacune de ces misérables demeures un véritable foyer d’infection qui exhale une puanteur caractéristique. En tentant d’entrer dans quelques-uns de ces taudis, nous avons dû faire marche arrière. On ne pouvait surmonter notre dégoût. Et dire que des êtres humains vivent dans ces antres, y passent les nuits, aiment, procréent, s’en disputent la propriété et la jouissance.
D’une de ces cavernes sortaient de longs sanglots enfantins. Je poussai la porte, la lumière pénétra. Alors un spectacle horrible se présenta à nous. Sur un grabat, trois enfants pleuraient et criaient. L’un d’eux, le plus grand, pouvait avoir peut-être sept ans mais il était tellement rachitique qu’il n’en paraissait pas plus de quatre. Ils nous regardèrent sans surprise et recommencèrent à pleurer. Quelques femmes nous dirent que la pauvre mère, veuve, allait travailler aux champs afin de nourrir sa marmaille, et que, ayant peur pour eux, elle les laissait enfermés jusqu’à son retour dans ce trou horrible où nous ne pûmes rester plus de quelques minutes. Comment ces paysans s’étaient-ils adaptés à une existence aussi atroce, nous ne le savions pas, et pouvions encore moins le concevoir ; c’est d’ailleurs un problème d’hygiène très intriguant que de voir à quel point ils résistent à la pourriture qui les environne (Inchiesta parlementare... 1910 : 174).

4Quant à Zanotti Bianco, il ajoute au sombre tableau l’esquisse d’un remède :

Que dire des Sassi de Matera – honte d’un peuple civilisé –, de ces quartiers formés de taudis, de trous creusés dans le tuf des falaises de la Gravina de Matera et dans lesquels se nichent environ sept mille personnes ? Quand je traversai cette horreur dantesque un paysan avait asséché depuis peu sa citerne, il y avait pratiqué une ouverture et l’avait louée comme habitation !
[...] Souhaitons qu’une école s’élève rapidement dans ce terrible foyer d’infection qu’est le Sasso Caveoso de Matera, afin que les petits enfants de ce quartier trouvent un refuge hygiénique et confortable, au moins pour une partie de la journée. Et que l’école soit le premier de cet ensemble de travaux visant à l’assainissement du sasso, jusqu’à ce que des mesures plus vastes incitent ses habitants à l’abandonner pour toujours (Zanotti Bianco 1926 : 375, 183).

5Il ressort de ces deux dernières citations que le caractère tragique des conditions de vie dans les Sassi, plus adaptées, souligne-t-on, à des animaux qu’à des hommes dignes de ce nom – ce qui annonce le commentaire d’Ernesto De Martino devant la Rabata de Tricarico –, était déjà pleinement évident au début du xxe siècle. Il justifia la visite à Matera, en septembre 1902, de Giuseppe Zanardelli, président du Conseil. Ce dernier y constata les conditions très pénibles dans lesquelles se trouvait la plus grande partie de la population, dont plus des trois quarts habitaient « dans des taudis creusés dans la roche dure, adossés et superposés les uns aux autres, dans lesquels les paysans ne vivent pas mais grouillent tels des vers, dans la promiscuité innommable des hommes et des bêtes, respirant un air pestilentiel » (Zanardelli 1976 : 23). La visite de Zanardelli fut suivie du lancement d’une enquête sur la situation socioéconomique et environnementale de la Basilicate, puis de la première loi spéciale n° 140 du 31 mars 1904. Celle-ci n’eut, cependant, que des effets minimes pour la ville car elle était orientée vers une action plus générale d’aménagement de la région et disposait de faibles ressources financières. De telle sorte qu’elle ne donna lieu qu’au lancement d’« une série de travaux d’assainissement comme la couverture des grabiglioni, véritables égouts à ciel ouvert qui sillonnaient les fonds de vallée des deux Sassi, ou la réalisation du premier tronçon de la route carrossable d’accès aux deux quartiers [...] » (Rota, Conese & Tommaselli 1990 : 111).

Vue générale de l’une des falaises de Matera et de ses habitants troglodytes

6Pendant les deux décennies du fascisme, d’autres recherches furent conduites et des voix s’élevèrent contre les conditions de vie dans les Sassi. Ce fut surtout Luca Crispino, Sicilien, officier de santé à Matera, qui se chargea en 1938 d’une enquête dont les résultats eurent une forte répercussion. Selon lui, 85 % des 2 997 maisons-grottes recensées – avec un indice d’occupation moyen de 4,36 résidents par pièce – étaient inhabitables, tandis que 850 seulement des maisons restantes, bâties en maçonnerie, correspondant à moins de 30 % du total, étaient jugées viables, à la rigueur. Du reste, Benito Mussolini lui-même, venu à Matera en août 1936 à l’occasion de l’inauguration de la route reliant les deux Sassi, fut tellement impressionné qu’il déclara nécessaire que les deux quartiers soient évacués dans les deux ans. Cependant, malgré la gravité qui ressortait de la manière la plus claire des données de l’enquête Crispino, rien ne changea dans la vie de la communauté materane et il fallut attendre les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que la situation explose sous la forme d’un scandale dont l’onde de choc fut très puissante sur le plan éthique et politique.

Plan de masse de Matera (centre historique et Sassi).

Relevé d’un groupe d’habitations troglodytes, Matera.

7En fait, comme le démontre la convergence entre la description par De Martino de la Rabata de Tricarico et celles qui, à partir de Fortis, se sont succédé sur les Sassi, comme le révèlent aussi toutes les enquêtes sur la condition des classes paysannes méridionales, la situation dramatique des quartiers dégradés de Matera n’était pas substantiellement différente de celle que l’on rencontrait alors dans les zones marginales du Mezzogiorno et ailleurs dans le pays. Pourquoi, alors, le scandale a-t-il, dans ces années 1950, porté seulement sur Matera, au point d’en faire un problème national et d’entraîner des mesures législatives en sa seule faveur ?

8Certes la croissance démographique constante des Sassi, dont la population passe au cours du seul xxe siècle de 12 475 personnes en 1901 à 15 266 en 1961, provoquant une densification de l’habitat et une surpopulation démesurées par rapport à l’espace disponible, constituait en soi une donnée impressionnante ; elle créait le sentiment d’une existence aux limites du possible, marquée par la promiscuité entre hommes et animaux dans des espaces restreints et totalement inadaptés où les normes hygiéniques et sanitaires en vigueur en Italie depuis la fin du xixe siècle demeuraient inconnues. Mais ces éléments seuls ne suffisent probablement pas à expliquer la tempête qui se déchaîna dans les années 1950 au sujet des Sassi. Des situations identiques se rencontraient dans les communes voisines, dont les habitations partiellement troglodytiques donnaient, comme celles de Matera, sur les pentes érodées de la Gravina ; elles aussi abritaient des familles nombreuses, luttant désespérément pour survivre dans un espace où coexistaient, de manière souvent chaotique, les hommes, les animaux et les objets. Pourtant, il ne s’ensuivit aucun scandale national et les quartiers troglodytiques de ces bourgs ont poursuivi leur vie précaire, dans l’indifférence générale, sans espoir de changement. Je pense par exemple aux quartiers Piaggio et Fondovico à Gravina, ville d’environ 40 000 habitants dans la province de Bari, qui n’ont pas été abandonnés comme les Sassi et qui sont toujours partiellement habités aujourd’hui.

9Il faut donc admettre qu’une conjoncture particulière a catalysé l’attention sur Matera au point de lui faire assumer le rôle symbolique qui fut le sien dans l’histoire culturelle et politique de l’Italie au cours de l’après-guerre. Ici la figure de Carlo Levi entre en scène. Sa description des Sassi dans Le Christ s’est arrêté à Eboli, à travers les impressions de sœur Luisa, membre du conseil municipal de Matera en octobre 1935, eut un extraordinaire effet dynamique dans la construction et la diffusion de l’image de la ville, autant sur le plan national qu’international, alertant les intellectuels et les hommes politiques, mais plus généralement l’opinion publique, sur l’état de profonde dégradation matérielle et morale dans lequel vivaient les quelque quinze mille habitants des deux quartiers historiques. Voici ce que Levi écrivait, rapportant le récit de la sœur :

Je me mis enfin à la recherche de la ville. M’étant éloignée encore un peu de la gare, j’arrivai à une route qui d’un côté était bordée par de vieilles maisons, et de l’autre longeait un précipice. Dans ce précipice se trouve Matera. Mais de l’endroit où j’étais on ne voyait à peu près rien, du fait de la forte déclivité de la côte, qui descendait presque à pic. J’apercevais seulement, en me penchant, des terrasses et des sentiers qui cachaient la vue des maisons. En face se dressait une montagne nue et aride, d’une vilaine couleur grisâtre, sans la moindre trace de culture, sans un arbre : seulement de la terre et des pierres écrasées par le soleil. Au fond, courait un méchant torrent, la Gravina, avec un peu d’eau sale et croupissante, entre les rochers des berges. Le fleuve et la montagne avaient un aspect sombre et mauvais, qui serrait le cœur. La forme de ce ravin était étrange ; on aurait dit deux moitiés d’entonnoir, placées l’une à côté de l’autre, séparées par un petit éperon et réunies en bas en une pointe, où l’on apercevait d’en haut une église blanche, Santa Maria de Idris, qui semblait s’enfoncer sous la terre ; les cônes renversés, ces entonnoirs s’appellent sassi : Sasso Caveoso et Sasso Barisano. Ils ressemblent à l’image que nous nous faisions, à l’école, de l’Enfer de Dante. Je commençai, moi aussi, à descendre par une sorte de chemin muletier, de virage en virage, vers le fond. Le sentier, extrêmement étroit, qui descendait en serpentant passait sur le toit des maisons, si on peut les appeler ainsi. Ce sont des grottes creusées dans la paroi d’argile durcie du ravin : chacune d’elles a une façade sur le devant, certaines sont même belles, avec de modestes ornements du xviiie siècle. Par suite de l’inclinaison de la côte, ces fausses façades surgissent à la base à l’aplomb de la montagne et sont légèrement saillantes dans leur partie supérieure : dans cet espace étroit entre les façades et la pente passent les routes, qui font en même temps office de sol pour celui qui sort des maisons du dessus et de toit pour celles d’en dessous. Les portes étaient ouvertes à cause de la chaleur. Je regardais en passant et j’apercevais l’intérieur des grottes, qui ne reçoivent air et lumière que par la porte. Certaines n’en ont même pas : on y rentre par le haut, au moyen de trappes et d’échelles. Dans ces trous sombres, entre les murs de terre je voyais les lits, le pauvre mobilier, les hardes étendues. Sur le plancher étaient allongés les chiens, les brebis, les chèvres, les cochons. Chaque famille n’a, en général, qu’une seule de ces grottes pour toute habitation et ils y dorment tous ensemble, hommes, femmes, enfants et bêtes. Ainsi vivent vingt mille personnes. Des enfants, il y en avait un nombre infini. Dans cette chaleur, au milieu des mouches, dans la poussière, ils surgissaient de partout, complètement nus ou en guenilles. Je n’ai jamais eu une telle vision de misère, et pourtant je suis habituée, c’est mon métier, à voir chaque jour des dizaines d’enfants pauvres, malades et mal soignés. Mais un spectacle comme celui d’hier, je ne l’aurais même pas imaginé. J’ai vu des enfants assis sur le seuil de leur maison, dans la saleté, sous le soleil brûlant, les yeux mi-clos et les paupières rouges et enflées ; les mouches se posaient sur leurs yeux, et eux restaient immobiles, ils ne les chassaient même pas avec les mains. Ainsi, les mouches se promenaient sur leurs yeux, et eux ne semblaient même pas les sentir. C’était le trachome. Je savais qu’il y en avait par ici, mais de le voir ainsi, au milieu de la saleté et de la misère, c’est différent. Je rencontrai d’autres enfants aux petits visages ridés comme des vieillards, squelettiques et affamés, la tête pleine de croûtes et de poux. Mais la plupart avaient de gros ventres enflés, énormes, et le visage souffreteux et jaune de malaria. Les femmes qui me voyaient regarder par les portes m’invitaient à entrer : j’ai vu dans ces grottes sombres et puantes des enfants couchés par terre, sous des couvertures en lambeaux, qui claquaient des dents, en proie à la fièvre. D’autres se traînaient à grand-peine, n’ayant plus que la peau sur les os à cause de la dysenterie. J’en ai vu aussi qui avaient des visages de cire, et me semblaient souffrir d’une maladie encore plus grave que la malaria, quelque maladie tropicale peut-être, comme le Kala-Azar, la fièvre noire. Les femmes, maigres, leurs nourrissons sous-alimentés et sales accrochés à leurs seins flétris, me saluaient avec gentillesse et résignation : il me semblait, sous ce soleil aveuglant, être tombée au milieu d’une ville frappée par la peste (Levi 1978).

10Il s’agit là d’une description que Levi lui-même qualifiera plus tard de « dramatique », mais « en tout point correspondant à la réalité » (Levi 1966 : 17). Description qui, en dénonçant la situation sanitaire et l’abrutissement qu’elle inflige à la condition humaine, ne faisait que confirmer tout ce qui avait déjà été établi, avec moins d’effet sur les consciences, par les enquêtes du début du siècle. Même la référence allégorique qui charpente la vision de Levi avait été antérieurement évoquée – l’analogie entre les « cônes inversés » et l’image de l’Enfer dantesque est déjà, nous l’avons vu, dans Zanotti Bianco –, mais elle se trouvait, par la plume de l’écrivain, dotée d’une extraordinaire capacité de persuasion et de pénétration qui n’eut pas d’équivalent dans les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale. Plus encore que la description directe des Sassi, qui provoqua le profond ressentiment de la bourgeoisie locale, ce sont d’autres passages du livre qui conférèrent à Matera sa forte charge symbolique. Levi, en effet, avance l’hypothèse politique d’une résolution de la question méridionale au moyen des formes d’autonomie communale du monde paysan, dans une opposition essentielle entre campagne et ville qui se traduisait symboliquement par l’opposition entre Matera et Rome : « Tant que Rome gouvernera Matera, Matera sera anarchique et désespérée, et Rome désespérée et tyrannique » (Levi 1978). C’est surtout dans ces pages que mûrissait l’idée d’une Matera « capitale paysanne du Sud », et de la Lucanie tout entière, définie, au-delà de sa réalité géographique, comme emblème du monde rural, d’un état d’oppression et de misère dont il fallait se libérer.

  • 3 Le projet qui, pourtant, prévoyait une dépense de six milliards de lires, fut envoyé par l’Inspect (...)

11Le scandale suscité par la lecture du roman Le Christ s’est arrêté à Eboli – un best-seller national et international – ne pouvait rester sans effets. Et si, concrètement, une première expertise eut lieu en avril 1948, quand le ministre des Travaux publics, Umberto Tupini, chargea le génie civil de Matera d’élaborer un projet de grande envergure pour les Sassi3, les conditions de vie insupportables dans un chef-lieu de province, que la culture militante élevait au rang de symbole, ne pouvaient pas ne pas faire l’objet d’une bataille politique entre les grands partis. Laquelle bataille, dans ces années décisives pour le destin du pays, autorisait tous les coups. Ainsi, au cours de la campagne électorale qui précéda les élections du 18 avril 1948, Palmiro Togliatti, le leader communiste, visitant Matera, stigmatisait la passivité de la classe dirigeante nationale, en déclarant :

Je savais ce qu’était la ville de Matera, cette ville où les trois quarts de la population, et précisément ces hommes qui du matin au soir transpirent, ne sont qu’à la peine, n’ont pas une maison qui soit digne de ce nom, vivent dans un taudis, et ne savent pas ce qu’est une fenêtre, et dans cet antre où ils vivent, creusé il y a des siècles, s’entassent dans une promiscuité inouïe les familles et les bêtes de trait. Je savais que de cette ville, dont les trois quarts de la population vivent dans ces conditions terribles, de cette ville s’élève un terrible acte d’accusation contre les classes dirigeantes de notre pays, capitalistes, propriétaires fonciers et privilégiés, groupes sociaux responsables du fait qu’en Italie il y ait encore une ville dans laquelle des milliers d’hommes et de femmes vivent dans ces conditions (Togliatti 1977 : 11-12).

12Deux ans plus tard, Alcide De Gasperi, démocrate chrétien vainqueur des élections décisives de 1948, visitant ce que lui aussi qualifia de « honteux taudis », donna l’impulsion politique aux dispositions gouvernementales traduites dans la loi n° 619 du 17 mai 1952. Cette loi représenta certainement pour Matera « un tournant qui permettait d’amorcer une renaissance d’abord urbaine, puis culturelle et sociale » (Fonseca, Demetrio & Guadagno 1998 : 97) ; elle visait notamment « le transfert en un nouveau lieu de la population de ces parties des "Sassi" déclarées inhabitables, la réhabilitation des habitats susceptibles de maintenir une unité architecturale, les indispensables travaux d’hygiène publique et, enfin, la construction de bourgs ruraux dans le cadre des objectifs prévus par le décret de loi du 13 février 1933, n° 215 sur l’assainissement complet » (Mazzarone 1968 : 158-159).

  • 4 Sur Olivetti voir le texte d’Amerigo Restucci dans ce volume.

13Pour l’application des dispositions législatives autant que pour la rédaction du plan régulateur général, qui fut confié à l’architecte Luigi Piccinato, on eut largement recours aux données de l’enquête réalisée par l’UNRRA-CASAS et par l’INU (Institut national d’urbanisme) sous l’impulsion de Friedrick Friedmann et Adriano Olivetti4. Une équipe interdisciplinaire avait été constituée pour cette enquête, sous le nom de « Commission d’étude de la ville et de la campagne de Matera », dont faisaient partie, outre Friedmann, professeur de sociologie à l’université de l’Arkansas, Eleonara Bracco (préhistoire, proto-histoire et histoire antique), Lidia De Rita (étude psychologique), Federico Goiro (étude de la structure urbaine), Giuseppe Isnardi (étude du milieu physique), Alberto Giordano (justice et criminalité), Gilberto Marselli (assistant pour l’étude économique), Rocco Mazza-rone (santé, hygiène et démographie), Francesco Nitti (histoire médiévale et moderne), Giuseppe Orlando (étude économique), Ludovico Quaroni (étude de la structure urbaine), Tullio Tentori (étude de la structure culturelle).

14Comment naît pareille enquête, qui fit de Matera un laboratoire des théories et méthodes mises au point dans ces années-là dans les diverses branches des sciences sociales ? C’est Friedmann lui-même qui le rappelle dans un récent retour sur son travail dans le Mezzogiorno et la Basilicate au début des années 1950 :

Notre projet initial était de faire une étude sur trois communautés dans le Mezzogiorno : l’une encore relativement isolée du monde moderne ; la seconde déjà largement touchée par la modernité ; la troisième entre les deux. L’unique condition imposée par l’UNRRA-CASAS était que nous nous concentrions sur une seule communauté à laquelle elle s’intéressait déjà pour d’autres raisons. Cette communauté était Matera, qui comptait alors environ 30 000 habitants, dont 16 000 installés dans ce qu’on appelait les Sassi, deux entonnoirs de tuf dans lesquels étaient creusées 3 000 grottes comme à l’époque préhistorique, et habitées par des « journaliers », c’est-à-dire des paysans sans terre. Les Sassi de Matera furent connus, après la Seconde Guerre mondiale, grâce à Carlo Levi surtout, et par la suite, grâce à l’arrivée de photographes prestigieux, comme Cartier-Bresson qui vint à Matera au moment où moi aussi je m’intéressais à la ville. L’UNRRA-CASAS s’en préoccupait notamment en raison de la possibilité concrète de transférer la population hors des grottes en liaison avec la réforme agraire.
Notre groupe s’intéressait, en premier lieu, à la culture des gens des Sassi. Ce fut presque par hasard que notre travail fut à l’origine de la construction d’un village modèle à 4 ou 5 kilomètres de Matera : il n’y avait pas d’autres études systématiques des Sassi. Naturellement, nos motifs et ceux de l’autorité publique ne coïncidaient pas toujours. Les motivations des « agences du gouvernement » étaient essentiellement de nature politique ; les nôtres, à l’inverse, faisaient référence aux problèmes auxquels nous avons déjà fait allusion – comment préserver une culture archaïque (et nécessairement statique) et, dans le même temps, promouvoir le changement dans le sens de la modernité et du progrès. Nous savons aujourd’hui qu’il est extrêmement difficile de réussir une opération de ce genre (Friedmann 1996 : 65-66).

15Les intérêts de la commission étaient donc à la fois d’ordre scientifique et pratique : « D’une part [...] la nécessité de la compréhension globale, d’autre part celle d’une intervention adaptée, ne séparant pas la réponse aux besoins particuliers d’une référence à un système de vie global » (Imbriani 1997 : 26). On ne doit pas, de ce point de vue, négliger l’influence des idées d’Olivetti dans la recherche de zones suburbaines où transférer la partie de la population résidant dans les Sassi, et donner vie à des bourgs ruraux résidentiels en réalisant un modèle de communauté qui soit un espace social fondamentalement autogéré et doté de tous les services fonctionnels d’un contexte urbain. C’est La Martella, localité située entre les collines de Picciano, Timmari, Igino et le centre habité de Matera, à environ sept kilomètres de la ville, qui fut identifiée comme possédant les qualités requises.

16Même si l’enquête de la commission Friedmann n’avait aucun rapport direct avec les dispositions de nature politique prises au même moment, on it un large usage de ses résultats pour mettre en application la loi n° 619. Cependant, comme l’a remarqué un des piliers de la commission, Rocco Mazzarone, « les suggestions implicitement contenues dans la classification des habitations [ne furent pas] acceptées intégralement. Il fut en fait considéré comme opportun, dans les zones où le taux de maisons inhabitables était particulièrement dense, de fermer, outre celles-ci, celles qui étaient habitables, avec ou sans réparations, substituant à la classification par habitations singulières une classification par "voisinage" » (Mazzarone 1968 : 159). Or, la loi prévoyait un assainissement effectif des Sassi en encourageant la restauration, partielle mais consistante, de l’habitabilité des anciens quartiers et non, comme il advint, le financement exclusif de la construction de nouveaux quartiers dans le centre urbain désormais en forte expansion. Ainsi, en complète opposition avec le projet initial, ce fut l’inexorable et total dépeuplement des Sassi qui s’imposa. Cet habitat paysan, objet de scandale, une fois vidé de ses habitants, devint en peu de temps le « symbole pétrifié de l’antique subordination sociale » (Demetrio 1992 : 49).

17Même si la commission Friedmann ne proposait pas le dépeuplement planifié des Sassi, celui-ci s’appuyait sur l’un des « mythes » que celle-ci avait produits : celui du voisinage. Le modèle en était synthétisé, dans la publication des premiers résultats de l’étude, par le plan d’un « enclos », présenté comme un voisinage typique, ainsi légendé :

Plan d’un voisinage. On remarque la grande affluence dans les grottes aux heures nocturnes, la pauvreté de l’ameublement et la cohabitation avec les animaux. Ces familles, qui vivent en contact étroit, partageant joies et douleurs de chacun, constituent le premier noyau élémentaire de la communauté. Dans les « Sassi » les voisinages sont très caractéristiques et facilement repérables (Matera 1953 : 24).

18Le dessin et la légende cherchaient essentiellement à mettre en évidence deux éléments : d’abord les conditions de vie pénibles, caractérisées par le surpeuplement et par la promiscuité des hommes et des animaux ; et en second lieu, la structure communautaire du mode de vie dans les Sassi. Leur lecture devait démontrer comment, dans cet habitat pauvre et privé d’espaces intérieurs appropriés, « ce qui se perdait en richesse de rapports familiaux était compensé à l’extérieur par une richesse plus grande encore des rapports inter-familiaux. L’espace du "voisinage" était donc vu (et servait réellement) comme partie commune à l’air libre, où trouvaient leur place à un niveau inter-familial toutes ces activités qui avaient donné naissance au grand espace de vie du quartier » (Fabri 1971 : 20). Mais, comme le souligne Marcello Fabri, « l’identification de ce "voisinage" procédait d’une abstraction et d’une schématisation qui empêchait la réelle compréhension du fonctionnement de la structure sociale et urbaine des Sassi » (ibid. : 20-21). Ces derniers constituaient un ensemble intégré qui n’était pas réductible à une simple addition d’enclos fermés et socialement autosuffisants, à prendre comme éléments de base dans l’opération de démantèlement des Sassi, comme cela se produisit en réalité, à vrai dire pour des raisons politiques et certainement pas pour des motifs socioculturels.

19Quoi qu’il en soit, l’évacuation des Sassi et l’abandon de domiciles habitables selon les paramètres de la commission entraînèrent inévitablement la dégradation des quartiers troglodytiques. Vides et totalement privés de vie, ils portaient encore davantage témoignage de l’histoire et faisaient de la ville entière le « symbole de la ville rurale », selon la définition qu’en donna Riccardo Musatti, faisant écho en le relançant au message de Levi, dont il considérait la description – ce n’est pas un hasard – comme la première à être « pleinement évocatrice de Matera » (Musatti 1996 : 40).

20Je crois que la loi n° 619, dans son application, instaure de fait le partage entre la conception des Sassi comme scandale et honte nationale et celle qui voit en eux le témoin matériel d’un passé paysan désormais révolu, exigeant qu’ils soient abordés selon une logique patrimoniale. Désormais, les problèmes de Matera et des Sassi ne sont plus d’ordre sanitaire et social, ils en appellent à l’histoire, à l’art, à l’architecture et à l’ethnographie. La différence de Matera, ce qui la singularise parmi les quartiers déshérités du Mezzogiorno, est donc ainsi justifiée et renouvelée : c’est l’extraordinaire configuration scénographique des Sassi qui invite aux lectures esthétiques et historiques, contribuant de manière décisive à en faire un complexe monumental, en soi digne d’être sauvegardé et protégé. Cette mutation radicale rend caducs les fondements sur lesquels reposait la loi n° 619 de 1952, comme l’entérine quinze ans plus tard la loi n° 126 du 28 février 1967 dont l’article 6 énonce :

Le ministre des Travaux publics est autorisé [...] à ouvrir un concours entre ingénieurs et architectes italiens pour un projet de grande envergure concernant l’aménagement et la conservation des quartiers « Sassi » de Matera, zone d’intérêt historique, archéologique, artistique, paysager et ethnographique.

21Ainsi, les Sassi devenaient un « patrimoine national à conserver et à protéger », comme l’indiquait le titre d’une table ronde organisée par la revue Basilicata en décembre 1967, à laquelle participa un Carlo Levi revendiquant son rôle dans les événements qui avaient orienté le sort de ces quartiers dans les deux décennies précédentes. En effet, rappela-t-il, Le Christ s’est arrêté à Eboli « fut sans doute à l’origine de l’attention que le législateur porta plus tard au problème, et [...] contribua peut-être à l’inciter à donner plus de poids au traitement social, hygiénique et urbanistique qu’au problème artistique, historique et paysager, au demeurant tout aussi important » (Levi 1967 : 35).

22Dans les trente dernières années, le débat sur les Sassi et leur possible sauvetage a porté sur la nécessité de les insérer dans un corpus de biens culturels, leur reconnaissant, d’une part, une valeur spécifique sur le plan monumental, architectural et urbain, et, de l’autre, la dimension d’un lieu de mémoire, témoignage de la capacité d’adaptation psychologique, économique, sociale de l’homme à l’environnement, archive de la misère morale et matérielle des classes les plus humbles en même temps que de l’indifférence des classes dirigeantes locales.

23Les réflexions et les propositions ont donc oscillé entre la perception essentiellement architecturale et urbanistique des Sassi comme centre historique et l’attention à leur dimension anthropologique en ce qu’ils matérialisent une présence humaine et des configurations sociales que l’approche des formes architecturales « pures » néglige ou méconnaît. Ces conceptions opposées génèrent des perspectives distinctes quant à la réutilisation des Sassi, allant du projet d’en faire le centre du système urbain de la ville en y créant de nouvelles formes de résidence jusqu’à celui de leur muséification intégrale pour une exploitation touristico-culturelle.

  • 5 Le terme désigne le plateau surplombant les Sassi où furent construits les palais et les églises a (...)

24Au bout du compte, il s’agit toujours de reconstruire les Sassi comme symbole : non plus d’une ville coupée en deux, comme le fut Matera après la fin du xviie siècle (Giura Longo 1986) avec l’opposition entre les Sassi paysans et le Piano5 bourgeois, non plus d’un état de misère et de marginalisation, cible de la « honte nationale », mais du passé de la ville, en son entier. Symbole identitaire donc, autour duquel une image de Matera à rayonnement national et international pourrait émerger en récupérant positivement les « mythes » antérieurs. Consciemment ou non, la ville actuelle a fini par utiliser comme signe d’identification le lieu dans lequel des générations ont vécu dans une extrême misère et une profonde exclusion. « Matera vous surprendra par la beauté de ses Sassi, son histoire, l’art et la sagesse populaire. Les Sassi avec leurs antiques quartiers à la saveur archaïque, exemple d’une structure urbaine unique au monde » : voilà ce qu’on peut lire sur le site Internet de Matera, selon la tendance actuelle à faire des Sassi le logo exportable de la ville, un produit d’appel touristique. Mais peut-être aussi ce retournement de la valeur marque-t-il la volonté implicite de restituer une dignité historique et culturelle aux hommes et aux femmes qui ont vécu dans les Sassi avec un haut degré de conscience de leur propre condition, comme le montrent les témoignages recueillis dans les vieux quartiers de Matera aux débuts des années 1950 par Tullio Tentori :

« La maison que j’habite avec ma femme et mes trois fils en bas âge est vraiment une habitation de chiens et non pas de personnes civilisées » ;
« Cette maison ne doit plus être utilisée, même pas pour des animaux, parce que eux aussi souffriraient de rester dans ce taudis » ;
« Sans la lumière de Dieu, sans air, sans soleil » ;
« Nous, pauvres journaliers dans une pièce, les grands messieurs vivent de façon tellement luxueuse, dans de nombreuses pièces avec des évacuations, une baignoire, avec une cuisine séparée et autres commodités, mais nous au moins nous ne voulons pas vivre luxueusement mais au moins confortablement » ;
« Je vous demande de nous prendre en considération et de ne plus nous maintenir dans des conditions hors la loi et de ne plus nous prendre pour des esclaves et un peuple ignorant » ;
« Nous ne vivons même pas comme les bêtes et c’est ça notre vie et notre civilisation » (Tentori 1995 : 73).

25En somme, comme l’écrit une jeune chercheuse de Matera (Demetrio 1992 : 59), faire des Sassi l’emblème de la ville « serait un acte cathartique pour la conscience collective et de nemesis pour la conscience historique ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Crispino luca, 1938.
Inchiesta sull’abitato dei sassi e sulle malattie della città di Matera, Matera, Conti.

De martino ernesto, 198O [1962].
« Note lucane », in Furore simbolo valore, Milan, Feltrinelli, pp. 171-185.

Demetrio rosalba, 1992.
« Parabola di città », in Cresci, Mario, Matera. Luoghid’affezione, Milan, Scheiwiller, pp. 32-61.

Fabri marcello, 1971.
Matera dal sottosviluppo alla nuova città, Matera, Basilicata Editrice.

Fonseca cosimo damiano, Demetrio rosalba & grazia Guadagno, 1998.
Matera, Rome/Bari, Laterza.

Friedmann friedrich george, 1996.
Miseria e Dignità. Il Mezzogiorno nei primi anni Cinguanta, Florence, Edizioni Cultura della Pace.

Giura longo raffaele, 1986.
Sassi e Secoli, Matera, Galleria Studio.

Imbriani eugenio, 1997.
« Gli studi di comunità in Basilicata », Studi etno-antropologici e sociologici, n° 25, pp. 21-36.

Inchiesta parlamentare sulle condizioni dei contadini nelle province meridionali e nella sicilia, basilicata e calabria, 1910.
Vol. 5, t. III, Rome, Di Giovanni Bertero e C.

Levi carlo, 1966.
« I Sassi di Matera », Basilicata, vol. 10, n° 6-7, pp. 17-18.

Levi carlo, 1967.
Intervention à la table ronde « I Sassi di Matera sono un patrimonio nazionale da conservare e tutelare », Basilicata, vol. 11, n° 10-11-12, pp. 34-38.

Levi carlo, 1978 [1945].
Le Christ s’est arrêté à Eboli, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier ».

Matera, 1953.
Matera : uno studio. Notizia preliminare e tavole di saggio a cura della Commissione di studio sulla comunità di Matera, Rome, Istituto nazionale di urbanistica / UNRRA-CASAS, La Giunta.

Mazzarone rocco, 1968.
« Ricerche sui rapporti tra condizioni di vita e salute. Nota 1 : Le caratteristiche di una populazione del Mezzogiorno ed il suo "habitat" », L’Igiene moderna, vol. 6l, n° 3-4, pp. 141-174.

Musatti riccardo, 1996.
« Matera : motivi e vicende di uno studio », in id. (dir.), Matera 55. Radiografia di una città del Sud tra antico e moderno, Matera, Giannatelli, pp. 31-46.

Rota lorenzo, Conese franco & mario Tommaselli, 1990.
Matera. Storia di una città, Matera, bmg.

Salis-marschlins carl ulisse (von), 1979 [1793].
Viaggio nel Regno di Napoli. Viaggi attraverso varie province nel 1789, Galatina, Congedo Editore.

Tentori tullio, 1995.
« La Prima fase delle ricerche a Matera », in Macioti, Maria (dir.), Oralità e vissuto. L’Uso delle storie di vita nelle scienze sociali, Naples, Liguori, pp. 64-73.

Togliatti palmiro, 1977.
« Parte del discorso tenuto a Matera il 1°aprile 1948 », intervention au cours de la Fête de l’unite Matera ‘77 intitulée « I communisti e i Sassi di Matera » organisée à Sasso Caveoso (4-11 septembre 1977).

Zanardelli giuseppe, 1976.
« Discorso pronunciato a Potenza il 29 settembre 1902 », in Corti, Paola (dir.), Inchiesta Zanardelli sulla Basilicata (1902). Condizioni storiche, gruppi sociali, modi di intervento dello Stato nel Sud, Turin, Einaudi, pp. 17-28.

Zanotti bianco umberto, 1926.
Inchiesta sulle condizioni dell’infanzia in Italia. La Basilicata, Rome, Collezione Meridionale Editrice.

Notes

1 Sasso, littéralement « pierre, caillou », désigne ici l’ensemble de l’habitat essentiellement creusé dans le calcaire des falaises et, par extension, les quartiers qui regroupent les troglodytes.

2 Le terme Rabata (à Tricarico) ou Rabatana (à Tursi) est généralement glosé, pour en marquer la marginalité « ethnique » comme quartier arabe, quartier arabe, même si les Arabes n’en sont point les constructeurs.

3 Le projet qui, pourtant, prévoyait une dépense de six milliards de lires, fut envoyé par l’Inspection aux ouvrages publics pour la Basilicate au ministère des Travaux publics à peine un mois après, et il fut mal heureusement abandonné » (Demetrio 1992 : 43).

4 Sur Olivetti voir le texte d’Amerigo Restucci dans ce volume.

5 Le terme désigne le plateau surplombant les Sassi où furent construits les palais et les églises au xviie siècle et où résidèrent les autorités.

Table des illustrations

Légende Vue générale de l’une des falaises de Matera et de ses habitants troglodytes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Plan de masse de Matera (centre historique et Sassi).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Relevé d’un groupe d’habitations troglodytes, Matera.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Auteur

Anna Iuso

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable