Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments sont habités

 | 
Daniel Fabre
, 
Anna Iuso

Préface. Ethnologie vagabonde

Patrimoine ethnologique et ethnologie du patrimoine

Christian Hottin

Texte intégral

  • 1 Voir Anthony Grafton, Les Origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page (...)

1D’où viennent les livres tels que celui-ci ? Au moment précis où, après une longue gestation, ils parviennent à la rencontre de leur public, ils échappent à leur propre histoire. Denses, compacts, finis, ils se donnent à voir et à lire avec leur architecture définitive et leur organisation linéaire qui, de l’introduction à la conclusion, paraît ouvrir puis clore un débat : aux questions initiales, après de longs développements, de nombreux exemples et plusieurs échanges de points de vue répondent les conclusions qui referment la discussion alors que le lecteur referme le livre. De ce qui précéda et de ce qui suivit, il pourrait ne rien savoir : de condensé de sources qu’il est, le livre deviendra source à son tour, et le discours scientifique, solidement calé sur son apparat critique, deviendra note à son tour, maillon d’une chaîne jamais rompue depuis l’invention de la note de bas de page1.

2S’agissant d’un livre tel que Les monuments sont habités, que les circuits de publication placent à l’intersection des mondes du patrimoine et de l’ethnologie alors même que son objet mêle recherche anthropologique et disciplines patrimoniales, l’une se saisissant des autres, sa genèse mérite d’être explicitée, indissociable en définitive de son devenir et de ses usages possibles : œuvre de chercheurs, il s’est construit au contact des acteurs du patrimoine, qui devraient en être les premiers lecteurs. Loin d’être un aboutissement, il apparaît, une fois mis en perspective, comme une étape, un jalon, d’un projet toujours en cours, dont les ramifications touchent désormais d’autres régions du patrimoine institutionnalisé. On l’aura compris, en tentant de comprendre d’où viennent de tels livres, on voudrait inviter le lecteur à savoir où ils mènent : loin de conduire seulement à d’autres recherches, c’est au cœur de l’action publique qu’ils nous ramènent, invitant ses acteurs à considérer autrement leur propre pratique.

  • 2 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I (...)
  • 3 Éric Mension-Rigau, Aristocrates et Grands Bourgeois : éducation, traditions, valeurs, Paris, Perri (...)
  • 4 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I (...)
  • 5 Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des hist (...)
  • 6 Voir l’introduction de Daniel Fabre ci-après.
  • 7 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I (...)
  • 8 Le stage a marqué les esprits, et les joutes entre Olivier Poisson et Jean-Michel Leniaud, une déce (...)
  • 9 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I (...)
  • 10 Daniel Fahre & Claudie Voisenat (dir.), Domestiquer l’Histoire. Ethnologie des monuments historique (...)

3En 1996, la Mission du patrimoine ethnologique attribue un soutien à une recherche conduite par Éric Mension-Rigau et consacrée aux propriétaires privés de châteaux classés parmi les monuments historiques. Le chercheur souhaite étudier un « nouvel usage », celui de la « mise en valeur et de l’exploitation des châteaux privés dans la France contemporaine », avec ses « stratégies d’adaptation et de reconversion »2. Cette aide, ponctuelle, concerne un projet qui s’inscrit dans la continuité des travaux antérieurs de cet historien familier de l’approche ethnographique, puisque son principal ouvrage, consacré aux aristocrates et grands bourgeois français, s’est largement nourri de la fréquentation de la population étudiée et puise ses sources principales d’information dans de nombreux entretiens individuels3. Elle intervient au moment où, dans le cadre du GARAE (Groupement audois de recherche et d’animation ethnographique), Christiane Amiel et Jean-Pierre Piniès, tous deux ethnologues, enquêtent sur la Cité de Carcassonne. Leur recherche, suivie par Christian Jacquelin, conseiller ethnologie à la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Languedoc-Roussillon, bénéficie également du soutien de la Mission du patrimoine ethnologique, dans le cadre de ses financements « hors programme ». Ce travail, sous l’intitulé « La Cité de Carcassonne : entre mémoire et usage », aborde d’emblée un certain nombre de questions qui structureront les projets à venir : « Comment naît un monument ? Quelle est la dynamique qui transforme un espace aux confins de l’invisible en un lieu de mémoire puis de vénération identitaire ? Quelles figures de l’imaginaire président-elles au choix de la glorification et de quelles variations sont susceptibles les regards fondateurs4 ? » Si le concept de « lieu de mémoire » ramène aux problématiques historiennes de la décennie précédente, dans le sillage du projet-programme orchestré par Pierre Nora5, le souci d’analyser les « dynamiques » préfigure de nouvelles interrogations, qui déboucheront sur la synthèse résumée par Daniel Fabre dans le triptyque « déclassement – classement – sur-classement »6. Entre le 25 juin et le 28 août 1999, est présentée à Carcassonne une exposition, « La Cité des images. Voir, habiter, rêver », qui reprend les conclusions de la recherche, laissant, à côté de l’étude des représentations de la Cité depuis les Temps modernes, une large place à la perception du lieu par ses habitants : « Mais, à côté de ses visions extérieures, il y a aussi le point de vue des habitants qui, à vivre à l’intérieur de la double enceinte de remparts, au cœur de la forteresse restaurée, y ont développé un imaginaire particulier. [...] De l’aube de la restauration à nos jours, à travers l’exploration des représentations, iconographiques et mentales, c’est donc à une double découverte des façons, étrangères et autochtones, érudites et populaires, passées et actuelles, de voir et penser le monument que La Cité des images nous convie7. » Bien avant cette restitution en direction d’un plus large public, de la conjonction de ces deux projets de recherche est né un stage, organisé du 30 septembre au 3 octobre 1997, et consacré aux « Regards anthropologiques sur les Monuments historiques ». Pour la première fois sans doute se trouvent rassemblés autour de cet objet de recherche émergeant chercheurs et conservateurs du patrimoine8. Le mode d’échange privilégié, celui du stage, invite à poser les termes du débat dans une formulation qui lie intimement recherche fondamentale et application pratique, un objectif qui reste présent dans toutes les déclinaisons ultérieures du projet : « L’ethnologie peut aider à comprendre le goût croissant du public pour le patrimoine et la place et la fonction que les monuments historiques occupent dans notre société9. » Dès cette époque se dessinent, dans un horizon encore flou, des thématiques appelées à être approfondies, telles que celle des « émotions patrimoniales ». La qualité des interventions et l’intérêt que suscite la question conduisent – et, s’agissant d’un stage, c’est assez rare pour qu’on le souligne – à tirer un ouvrage collectif de cette rencontre : ce sera Domestiquer l’histoire10.

  • 11 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I (...)
  • 12 Voir à ce sujet le texte de Claudie Voisenat dans le présent recueil.
  • 13 Voir à ce sujet le texte d’Irène Bellier dans le présent recueil.
  • 14 Voir les recherches de Jean-Pierre Piniès et les journées d’études organisées en novembre 2006 par (...)

4Ce séminaire et le livre qui en est issu viennent clore une première séquence de ce parcours de recherche, en même temps que s’en ouvre une autre. Celle-ci vient se greffer sur un appel d’offres lancé en 1996 par la Mission du patrimoine ethnologique et consacré aux enjeux contemporains de l’histoire locale. Les problématiques liées aux monuments historiques y trouvent leur place, comme en témoignent les recherches menées par Sylvie Sagnes sur l’église de Rieux. En 1999, un colloque organisé à Toulouse avec le Centre d’anthropologie permet de tirer les conclusions de l’appel d’offres, en proposant quatre axes de réflexion à partager : « Les échelles de l’histoire ; Histoire et lien social ; Fêtes et rites de l’Histoire ; Histoire mémoire et patrimoine »11. Nombreuses sont encore les enquêtes qui portent sur le midi de la France, mais de nouveaux terrains, parisiens ou languedociens, élargissent les perspectives : d’autres chercheurs s’intéressent à la perception et à l’usage de ces monuments contemporains, patrimoniaux par nature, que sont par exemple, à Paris, la toute neuve Bibliothèque nationale de France12 ou encore le bâtiment du ministère des Finances13. Les différentes composantes de notre livre se mettent petit à petit en place, mais manque encore une plus large ouverture géographique. Elle arrive bientôt, grâce aux échanges constants avec l’Université de Rome : du 22 au 26 novembre 1999 se tient le séminaire européen « Monument habité, monument visité ». Le colloque de Matera en 2000, sous le titre « Vivre le temps. Anthropologie, histoire et patrimoine », donne toute leur place à des études de cas en Italie, tels que les trulli d’Alberobello ou les Sassi de Matera, tous deux situés dans les Pouilles, qui viennent confirmer et enrichir les hypothèses formulées sur les terrains méridionaux français. Pour l’essentiel, les contributions de l’ouvrage Les monuments sont habités proviennent de ces dernières manifestations. Fin de la deuxième séquence. On pourrait croire le sujet clos et le débat provisoirement épuisé. Il n’en est rien. En premier lieu, après ce point d’orgue, les recherches portant sur les usages nouveaux des monuments anciens vont se poursuivre. Certes, l’appareil épistémologique permettant de penser ces nouveaux objets d’études ethnologiques est désormais pour l’essentiel en place. Il mérite maintenant d’être décliné, approfondi, dans une série de travaux qui rejoignent les préoccupations des acteurs de la chaîne patrimoniale : ainsi, en Languedoc-Roussillon, c’est au tour de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, monument ressuscité en même temps que monument habité, de retenir l’attention, comme en témoignent les recherches menées au GARAE, en lien avec la DRAC, et dont les premières conclusions ont été portées à la connaissance du public en 200614. Mais le plus important reste à venir : à considérer le chemin parcouru depuis l’an 2000, on ne peut s’empêcher de penser que les Monuments historiques ont été le modèle – inconscient – ou à tout le moins le prototype d’une série de travaux initiés depuis lors et qui ne négligent pour ainsi dire aucun secteur du patrimoine.

  • 15 Les actes de ces journées ont été publiés en 2005 : « Lieux d’archivé. Une nouvelle cartographie : (...)
  • 16 Claudie Voisenat (dir.), Imaginaires archéologiques, Paris, ministère de la Culture et de la Commun (...)

5À partir de 2001, la création du LAHIC – unité mixte de recherche CNRS-ministère de la Culture et de la Communication – permet la mise en place d’un cadre institutionnel pérenne pour la conduite de recherches sur l’ethnologie du patrimoine. Ce qui auparavant était issu de la conjonction fortuite de recherches individuelles, de la curiosité des chercheurs et de l’intérêt de certains acteurs du patrimoine va désormais pouvoir se développer sur un plus long terme. Quelques années plus tard, alors que le LAHIC est devenu une des équipes fondatrices du iiac (Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain) et que la Mission du patrimoine ethnologique, sous le nom de Mission ethnologie, s’est rapprochée d’autres services patrimoniaux (Archéologie, Inventaire général du patrimoine culturel et Systèmes d’informations de la DAPA), nombreux sont les secteurs du patrimoine qui ont fait l’objet d’enquêtes individuelles ou collectives. Très rapidement, en lien avec le séminaire « Archives et sciences sociales » de l’EHESS, l’intérêt des ethnologues et historiens de l’équipe s’est porté vers cette institution encore mal connue et peu étudiée que sont les archives. Les journées d’études consacrées au « Lieu de l’archive »15, en juin 2003, ont été le temps fort de ce travail collectif. Peu après, un vaste programme est né, centré sur l’étude de l’institution archéologique : en 2008, un ouvrage a restitué sous le titre Imaginaires archéologiques16 quelques-unes des recherches les plus intéressantes de ce projet.

  • 17 Sylvie Sagnes, Véronique Moulinié, Véronique Dassié & Arnault Chandivert, « Images mentales et repr (...)
  • 18 Nathalie Heinich, « L’inventaire et ses critères », rapport de recherche pour le ministère de la Cu (...)
  • 19 Nathalie Heinich, « Is there a scientific beauty? From factual description to aesthetic judgements  (...)
  • 20 Nathalie Heinich, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, mini (...)
  • 21 Un programme de recherches, lancé en 2004, a abouti à trois études de cas. Noël Barbe & Jean-Louis (...)
  • 22 Le thème des émotions patrimoniales a fait l’objet en 2007 de plusieurs journées d’études organisée (...)

6D’autres chercheurs de l’équipe se sont intéressés et s’intéressent encore au monde des musées, et plus particulièrement à ces autres institutions aux confins de l’ethnologie et du patrimoine que sont les musées de société17. À la demande de Michel Melot, alors sous-directeur de l’Inventaire, Nathalie Heinich a réalisé, en 2005, une étude consacrée aux « critères de l’Inventaire général »18 : ses conclusions ont été rendues publiques dans plusieurs communications et articles19, avant d’être publiées en 2009 sous le titre La Fabrique du patrimoine20. À partir de 2004, avec le soutien de la Mission du patrimoine ethnologique, un nouveau champ est défriché, celui des émotions patrimoniales21. Dans ce dernier cas, on le voit, la réflexion sur le sujet était déjà en germe dans les travaux lancés avant 2001, et, en toute logique, c’est d’abord d’émotions liées aux monuments historiques qu’il sera question, à travers un appel d’offres de la Mission ouvert en 2004 et conclu en 2006. Mais, très vite, d’autres « émotions » archéologiques, archivistiques, muséales, retiennent l’attention, ouvrant la voie à une relecture de l’univers patrimonial22.

Notes

1 Voir Anthony Grafton, Les Origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La librairie du xxe siècle », 1998.

2 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I, L’ethnologie du patrimoine et la question du monument-Bilanet projets 1996-2006, fiche n° 4.

3 Éric Mension-Rigau, Aristocrates et Grands Bourgeois : éducation, traditions, valeurs, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2007. La première édition de cet ouvrage date de 1994.

4 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I, L’ethnologie du patrimoine et la question du monument – Bilan et projets 1996-2006, fiche n° 2.

5 Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », 1984-1994.

6 Voir l’introduction de Daniel Fabre ci-après.

7 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I, L’ethnologie du patrimoine et la question du monument-Bilan et projets 1996-2006, fiche n° 3.

8 Le stage a marqué les esprits, et les joutes entre Olivier Poisson et Jean-Michel Leniaud, une décennie passée, restent encore dans la mémoire des participants.

9 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I, L’ethnologie du patrimoine et la question du monument-Bilan et projets 1996-2006, fiche n° 1.

10 Daniel Fahre & Claudie Voisenat (dir.), Domestiquer l’Histoire. Ethnologie des monuments historiques, Paris, ministère delà Culture et de la Communication/ Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie delà France », 2000, 224 p.

11 GARAE/Ethnopôle Territoires ; « Ethnologie du patrimoine, patrimoine de l’ethnologie », programme I, L’ethnologie du patrimoine et la question du monument-Bilan et projets 1996-2006, fiche n° 5.

12 Voir à ce sujet le texte de Claudie Voisenat dans le présent recueil.

13 Voir à ce sujet le texte d’Irène Bellier dans le présent recueil.

14 Voir les recherches de Jean-Pierre Piniès et les journées d’études organisées en novembre 2006 par le GARAE : « Pratiques anciennes et nouveaux usages du monument, rencontres à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon » : Jean-Pierre Piniès, « Entre mémoire et usages » : la chartreuse du val de Bénédiction. Métamorphoses d’un monument », rapport de recherche inédit à la Mission ethnologie du ministère de la Culture et de la Communication, 2009 ; Jean-Pierre Piniès, « Ils nous ont chassés de la Chartreuse », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 17, 2009, pp. 50-60.

15 Les actes de ces journées ont été publiés en 2005 : « Lieux d’archivé. Une nouvelle cartographie : de la maison au musée » (Philippe Artières & Annick Arnaud, dir.), Sociétés et représentations, n° 19, avril 2005, 337 p.

16 Claudie Voisenat (dir.), Imaginaires archéologiques, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France », 2008, 277 p.

17 Sylvie Sagnes, Véronique Moulinié, Véronique Dassié & Arnault Chandivert, « Images mentales et représentations de l’identité : le Museon Arlaten », étude réalisée sur commande du Museon Arlaten, conseil général des Bouches-du-Rhône, pour le compte du LAHIC, Paris, 2008.

18 Nathalie Heinich, « L’inventaire et ses critères », rapport de recherche pour le ministère de la Culture et de la Communication, 2006, 144 p.

19 Nathalie Heinich, « Is there a scientific beauty? From factual description to aesthetic judgements », Bezalel. Proceedings of History and Theory, n° 3, 2006 ; « La réflexivité comme méthode d’enquête : sociologie de l’Inventaire du patrimoine », in Jean-Didier Berguilez (dir.), La Réflexivité en architecture, Bruxelles (à paraître) ; « La construction d’un regard collectif : le cas de l’Inventaire du patrimoine » (à paraître) ; « L’Inventaire, un patrimoine en voie de désartification ? », in actes du colloque « Qu’est-ce que l’artification ? », organisé à Paris par le LAHIC (décembre 2006) (à paraître) ; « Esthétique, typicité et territorialité : les critères de patrimonialisation dans le travail de l’Inventaire », actes du colloque « Arts et territoire » organisé à Marseille (octobre 2006) (à paraître) ; « L’administration de l’authenticité. De l’expertise collective à la décision patrimoniale » (à paraître).

20 Nathalie Heinich, La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie delà France », 2009, 286 p.

21 Un programme de recherches, lancé en 2004, a abouti à trois études de cas. Noël Barbe & Jean-Louis Tornatore (dir.), « Les formats d’une cause patrimoniale : émotions et actions autour du château de Lunéville », rapport de recherche pour le ministère de la Culture et de la Communication, 2006, 315 p., à paraître dans les Carnets du LAHIC ; Françoise Clavairolle, « La Borie sauvée des eaux : ethnologie d’une émotion patrimoniale », rapport de recherche (inédit) pour le ministère de la Culture et de la Communication, 2006, 246 p. ; Véronique Dassié, « Une émotion patrimoniale contemporaine : le parc de Versailles après la tempête », rapport de recherche (inédit) pour le ministère de la Culture et de la Communication, 2006, 197 p.

22 Le thème des émotions patrimoniales a fait l’objet en 2007 de plusieurs journées d’études organisées parle LAHIC ou le GARAE avec le soutien de la Mission ethnologie. Les données concernant ce programme de recherche sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.lahic.cnrs.fr/spip.php?articlel86

Auteur

Conservateur du patrimoine, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, ministère de la Culture et de la Communication

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540