Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologie des gens heureux

 | 
Salomé Berthon
, 
Sabine Chatelain
, 
Marie-Noëlle Ottavi
, 
et al.

II. Bonheur et être heureux. Entre affect et concept

Sentir et penser le bonheur : les bases de la coopération ?

Marie-Noëlle Ottavi

Texte intégral

1Dans le cadre contemporain d’une anthropologie du bonheur, nous allons discuter la question suivante : sentir et penser le bonheur constituent-ils les bases de la coopération ?

2Au premier abord, il paraît difficile de répondre à cette interrogation sans se départir de certains préalables philosophiques relatifs au concept de bonheur. Pourtant à la suite des multiples relectures de notre terrain ethnologique, il a finalement paru possible d’aborder le Bonheur autrement : en l’observant directement au travers de l’éprouvé et des discours. Il semble pouvoir aussi être envisagé à l’articulation de différentes sciences actuelles, comme les sciences sensorielles et les sciences cognitives.

  • 1 Créée dans les années 1950 sous l’impulsion des professionnels de l’agroalimentaire, l’analyse sen (...)

3Au sein des laboratoires d’analyse sensorielle1 qui composent notre terrain de recherche, le bonheur tel qu’il s’y laisse saisir a de multiples facettes. Fait à la fois d’hédonisme, de plaisir, de satisfaction et de bien-être, ce bonheur nous renvoie à la compréhension de deux domaines que sont les émotions et la rationalité. Toutefois, nous considérerons que ces dimensions se donnent à observer dans la lecture d’un acte singulier, qui est l’évaluation personnelle de la performance sensorielle. En outre, au travers des notions de satisfaction et de contentement, nous reviendrons sur le rôle des émotions dans l’évaluation cognitive de nos préférences et des performances sensorielles qui leurs sont associées.

4Cet article esquissera les contours conceptuels d’une possible anthropologie du bonheur, où l’écriture concernant le terrain devient prétexte à réfléchir à un cadre théorique plus général. Cette perspective nous permettra d’appréhender l’émotion comme phénomène de reconnaissance sensorielle d’une part – au travers des notions d’hédonisme et de plaisir –, et d’autre part comme impliquée dans le phénomène de reconnaissance sociale – au travers des notions de satisfaction et de contentement –, interrogeant de la sorte une certaine rationalité coopérative. Aussi, nous questionnerons les récentes théories de la coopération en termes d’émotions positives, et nous verrons que l’idée de « bien-être » est centrale dans leur compréhension.

5Au cours de ce travail il s’agira moins de définir cet arsenal conceptuel que de chercher à l’articuler, afin d’offrir une lecture dynamique du bonheur tel qu’il peut se laisser observer.

6Un constat s’impose : de la sensation à la coopération, l’enjeu primordial que représentent les perceptions individuelles et sociales des émotions positives n’a encore que trop peu suscité l’intérêt scientifique. Il en découle de fait des théories encore imprécises, qui nous renverront immanquablement à un déni plus général concernant l’étude des objets heureux.

Sentir le bonheur ?

7Dans les laboratoires d’analyse sensorielle, le bonheur ne constitue pas un objet de discussions explicite. Toutefois, il se laisse saisir à différents moments. Nous focaliserons tout d’abord nos observations sur une première inclination du bonheur à être appréhendé en termes de sensation, ce qui nous ramène sur le terrain de la compréhension d’une expérience sensible. Dès lors, nous appréhenderons l’idée d’un bonheur comme sensation au travers de la dimension hédonique des perceptions, explicitement vécue et transmise en analyse sensorielle comme le centre de toutes les attentions.

8Cette réalité hédonique est d’autant plus prégnante dans le cas de l’expérience olfactive que, n’étant pas le lieu d’un processus de reconnaissance sensorielle fort – phénomène central dans la compréhension de la production de la connaissance sensorielle (MacLeod 1990) –, elle en devient l’attribut permettant la forme de partage la plus étendue (Holley 1999).

Processus de reconnaissance sensorielle

  • 2 Le terme de reconnaissance sensorielle a de fait l’avantage de laisser en suspens la question du c (...)
  • 3 Il existe deux principes de base : 1) « Y a-t-il une différence ? » avec plusieurs types de tests (...)

9Afin d’appréhender le processus de production de la connaissance olfactive (Dubois 2006), il nous faut concevoir ce qu’est l’acte de reconnaissance sensorielle2. Cela semble d’autant plus nécessaire que les protocoles expérimentaux d’analyse sensorielle s’organisent en fonction de cette compréhension. Sur le terrain, divers types de reconnaissance sensorielle se laissent ainsi appréhender, l’acte d’apprécier une différence, mais aussi l’acte de produire une description. De fait on observe que, malgré de nombreux protocoles disponibles, deux procédures sont principalement mises en place : les tests dits triangulaires qui fonctionnent sur la reconnaissance d’une différence ; et la technique du profil sensoriel qui suggère la reconnaissance de descripteurs sensoriels3. D’une manière générale, toutes les procédures d’analyse sensorielle amènent inlassablement les panélistes à exprimer et décrire leurs sensations.

Cette technique – analyse sensorielle versus profil sensoriel – tente de générer une image sensorielle. Il est commode d’employer le terme d’image sensorielle car, d’une part, cette image renvoie directement à la représentation que l’on a de la sensation, puis, d’autre part, elle renvoie à la compréhension d’une image visuelle fonctionnant sur la reconnaissance des formes. Par analogie donc et parce que cette notion de reconnaissance fait intervenir l’idée de perceptions antérieures mémorisées, il est plus aisé de parler de reconnaissance sensorielle. (MacLeod 1990 : 9-10.)

  • 4 L’ensemble des données utilisées dans la suite de cet article ont été tirées du travail de terrain (...)
  • 5 En ce sens que les résultats obtenus sont reproductibles.
  • 6 Pour le puriste de l’analyse sensorielle ce test est destiné à identifier le produit différent. Ce (...)
  • 7 Est considérée comme étant un acte de langue formel toute description étant insérée dans l’encadré (...)

10Toutefois dans le quotidien des laboratoires d’analyse sensorielle objective4, il semble que les tests triangulaires permettent les études les plus fiables5. De sorte qu’en analyse sensorielle, les jugements de familiarité – l’odeur est connue ou pas – et d’intensité restent les tâches cognitives le plus souvent sollicitées, ce qui corrobore une réalité plus physiologique voulant que ce type de jugements soit à la base de notre fonctionnement cognitif, qui procéde par comparaison. Or, il est intéressant de remarquer que, bien qu’il puisse être demandé, au cours d’un test triangulaire, d’exprimer un ressenti6, peu de panélistes le font de manière formelle7, car la majorité d’entre eux estiment ne pas pouvoir caractériser la différence ressentie.

11Cette observation nous ramène à une évidence ordinaire qui veut que nous ne soyons pas capables d’exprimer tout ce que nous sentons et ressentons de manière systématique. Mais faut-il pour autant éviter d’interroger les mécanismes, les stratégies et les représentations mobilisés dans l’acte de production d’une connaissance sensorielle et a fortiori olfactive ?

12Comme elle est un acte complexe, la construction de la perception de chacun autour de représentations collectives est un enjeu central dans ces laboratoires. Pour ce faire, lors des formations mais aussi lors de l’élaboration de chaque protocole, une différence est systématiquement faite entre la sphère sensorielle et la sphère hédonique de la perception, afin d’amener chacun à s’exprimer dans un cadre de références partagées.

La dimension hédonique de la sensation

13L’acte de perception est ainsi explicitement vécu comme s’organisant sur deux niveaux principaux qui sont la sensation et l’hédonisme, se déclinant en une sphère sensorielle, où l’on serait capable de « quantifier » la sensation, et une sphère hédonique qui renvoie à la capacité de « qualifier » la sensation en termes de plaisir ou d’aversion.

14Cette distinction, et l’identification des compétences cognitives rattachées, sont capitales dans l’établissement d’une procédure d’analyse sensorielle objective. Il est demandé aux panélistes « d’avoir conscience » et « d’être capable » d’orchestrer cette différence en extrayant, le plus souvent possible, la sphère hédonique de la production de leurs résultats. Aussi, à l’inverse de ce qui se passe lors des tests consommateurs, au cours d’une analyse sensorielle, la sphère hédonique doit être « exclue » de l’acte de description et ce au bénéfice de l’exploitation des propriétés dites « sensorielles ». Plus encore, là où le dégustateur est amené à multiplier, distinguer et mettre en forme les plaisirs (Teil & Hennion 2004), le panéliste doit savoir maîtriser ces variations afin qu’elles n’interviennent pas au cours de son évaluation sensorielle. Il est donc intéressant d’observer que, dans ces laboratoires, la perception sensorielle est construite en opposition au plaisir, avec l’idée que ce dernier est l’expression même de la perception d’une valeur.

15En revenant sur la nomenclature de Fabien Cayla (1995), nous allons tâcher de comprendre les raisons qui font du plaisir le témoin de la valeur émotionnelle des sensations.

16Tout d’abord, la qualité hédonique d’une sensation semble devoir être différenciée d’une première forme d’appréciation qui se focalise sur l’acte de sentir. Ce plaisir, que l’on nomme plaisir sensoriel, consiste alors en des « affects émotionnels » ou des « sentiments sensoriels », de sorte que « les actes émotionnels de plaisir et déplaisir sensoriels sont dirigés vers un contenu qui est un acte de sensation » (Cayla 1995 : 93). Ensuite une seconde forme de plaisir appelée plaisir non-sensoriel ou propositionnel semble se différencier du « plaisir sensoriel lui-même, [et de] l’amour ou l’approbation dirigé vers l’objet de croyance. Le plaisir non sensoriel réside dans l’amour ou approbation que l’on a envers l’expérience combinée – la contemplation de l’objet intentionnel de la croyance et la jouissance du plaisir sensoriel résultant » (Chishlom1986 : 30 in Cayla 1995 : 94).

17En ce sens, lorsque nous re-connaissons une sensation nous lui attribuons des propriétés de plaisir ou de déplaisir qui, pour une part – celle des intentions (des croyances associées) et des valeurs –, sont partageables. Ainsi, la valence hédonique de nos sensations, élément de la reconnaissance sensorielle, semble un moyen privilégié de connaître, de reconnaître, mais aussi de faire reconnaître ses sensations. Le plaisir aide donc à donner du sens aux perceptions, comme il crée un lien entre les individus.

Un exemple particulier : la dimension cognitive et hédonique de l’odeur

  • 8 Nous adopterons le point de vue de Danièle Dubois qui parle d’odeur-sensation en définissant cet é (...)

18De toutes les expériences sensibles, l’odeur-sensation (Dubois 2006)8 se différencie par les relations délicates qu’elle entretient entre l’activité symbolique et l’activité cognitive de notre cerveau (Sperber 1985 ; Lenclud 2006). Or, comme nous l’avons déjà souligné, dans le cas des odeurs, il est intéressant de remarquer que la forme de catégorisation qui permet le partage le plus étendu est leur valence hédonique (Godinot, Sicard & Dubois 1995).

  • 9 « L’aire qui correspond à ce niveau est plus activée par les odeurs émotionnelles que par les imag (...)

19En outre, de récentes études menées en neurosciences ont montré que, dans le cas de l’expérience olfactive, nous pouvons isoler les zones cérébrales dans lesquelles ont lieu les deux types de tâches cognitives qui lui sont associées : jugement de familiarité et jugement hédonique. Il apparaît alors que la prééminence établie de la réponse hédonique aux odeurs est soulignée par le fait qu’elle implique un réseau neuronal important qui participe à divers niveaux du traitement émotionnel (Royet & al. 2000). Tout d’abord à un niveau explicite, conscient, de décision hédonique ; puis à un second niveau activé par l’intensité de la réponse émotionnelle et sa nature primaire, instinctive9. Ce second traitement a ceci de particulier qu’il témoigne de l’importance indéniable des odeurs, de leurs valences hédoniques, dans la communication entre individus et la survie de l’individu.

20Plus encore, certaines études sous-tendent l’existence de deux sous-systèmes neuronaux distincts dans le traitement des odeurs plaisantes et déplaisantes. Les tonalités déplaisantes étant traitées plus rapidement, il paraîtrait dès lors que l’évaluation positive d’une odeur représente un effort cognitif. De cette manière, les odeurs déplaisantes activeraient un traitement spontané, émotionnel et affectif, alors que les odeurs plaisantes activeraient un traitement cognitif (Bensafi & al. 2001). Cependant, la valence affective des odeurs comme leur traduction en termes d’émotion et de cognition ne sont pas encore à ce jour réellement établies. Ainsi, le neurobiologiste André Holley (2006), tout en confirmation la probable existence de deux systèmes neuronaux différents pour le traitement des odeurs agréables et désagréables, note une dissymétrie d’activation cérébrale entre ces deux traitements. Dans cette lecture, est privilégiée l’idée d’une valence émotionnelle des odeurs qui donne lieu à un jugement affectif ou cognitif latéralisé.

21Ainsi, bien qu’il ne soit pas encore possible de déterminer les relations entre odeurs et affectivité, il reste intéressant d’observer que leurs valences hédoniques relèvent de processus affectifs et émotionnels mais aussi de processus cognitifs de haut niveau (ibid.).

22Or, cette réalité cognitive et affective des odeurs remet en cause une idée très répandue dans les laboratoires d’analyse sensorielle : « Nous ne faisons pas de l’émotion. Les émotions, ce n’est pas chez nous ! Elles sont chez les aromaticiens, chez les parfumeurs, mais pas chez nous » (Boris Silvestre, chef panéliste).

Penser le bonheur ?

Les émotions

23S’il y a une distinction parfois floue dans la littérature et inversement saillante sur le terrain, c’est celle qui est faite entre sensation et émotion. Comment comprendre les limites et les implications de cette dichotomie ?

  • 10 Au sein des panélistes comme du corps professionnel.

24Revenons au terrain. Il est souvent admis par l’ensemble des acteurs10 que la sensation a une nature émotionnelle de par sa valence hédonique, de sorte qu’il devient alors courant de prétendre savoir faire une différence entre sensation (versus perception) et émotion. Ainsi, l’axe hédonique devient un axe symbolique qui organise la perception de chacun, la perception commune, la nature des protocoles, pour enfin organiser l’espace et les rôles au sein même de la structure laborantine. De cette manière, lorsque des individus disent que dans ces laboratoires il n’y a pas d’émotions, ou plutôt, qu’il ne s’agit pas d’émotions, nous comprenons que, si on a détermine a priori la valeur des sensations en fonction de leur dimension hédonique, les émotions deviennent un domaine, une compétence, une capacité, un travail à part. De fait, il est régulièrement considéré que le monde des émotions appartient « aux parfumeurs » et « aux aromaticiens » qui mettent en avant, pour les odeurs, l’effet qu’elles pourraient provoquer.

25Dans la littérature sur les émotions, une autre perspective se laisse appréhender : si la sensation renvoie à une dynamique (affective, sensorielle ou cognitive…) les émotions sont souvent associées à la dimension sociale de la perception. C’est-à-dire que les émotions renvoient plus particulièrement à une capacité d’interprétation générale de la situation. Elles sont dès lors supposées être le support d’une dynamique réflexive. Faut-il pour autant admettre que les sensations ne contiennent pas une part de réflexivité ? Assurément, non. Toutefois en accédant à cette interprétation des émotions, nous trouvons l’occasion de comprendre un pan évident du bonheur sur le terrain : celui de la satisfaction et du contentement.

26Mais, avant d’appréhender cette autre figure du bonheur observé, il nous semble nécessaire d’expliciter la condition réflexive des émotions, afin d’asseoir cette discussion autour de l’idée que celles-ci sont aussi des processus cognitifs. Pour ce faire nous prendrons appui sur les propos de Pierre Livet qui définit les émotions comme

[…] la résonance affective, physiologique et comportementale d’un différentiel entre un ou des traits perçus (ou imaginés ou pensés) de la situation en cause, et du prolongement de nos pensées, imaginations, perceptions, ou actions actuellement en cours. Ce différentiel est apprécié relativement à nos orientations affectives actuelles (désirs, préférences, sentiments, humeurs), que ces orientations soient déjà actives ou qu’il s’agisse de nos dispositions actuellement activables (Livet 2002 : 23).

27Cette interprétation implique clairement que les émotions peuvent être conçues comme la reconnaissance d’une différence en rapport à une attitude appréciative et affective plus générale. Nous trouvons là une propriété singulière des émotions car, dans cette perspective cognitiviste, elles sont appréhendées comme un processus de révision ou d’évaluation (ibid.).

  • 11 Toujours selon Pierre Livet nous pouvons aussi réviser nos préférences, « C’est aller contre la th (...)

28En effet, dans la lecture de Pierre Livet, les émotions permettent de réviser nos croyances, nos actions et nos valeurs en fonction de nos préférences11. Aussi, nous retrouvons au travers de la notion de préférence une articulation forte avec les propos tenus précédemment. Les sensations participent des émotions parce que leurs qualités affectives signifient une forme de rationalisation. La notion de préférence amène ainsi à envisager que cette dynamique affective peut être conçue comme en relation avec une dynamique cognitive.

Les émotions positives

29Pour penser la gamme des émotions qui indique un état de préférence nous sommes maintenant amenés à appréhender le terme plus général d’émotions positives. En nous intéressant à ce terme dans la littérature, nous avons été surpris par le très faible consensus concernant le nombre et l’efficience de certaines d’entre elles. Par exemple, bien qu’il y ait beaucoup moins d’émotions positives catégorisées que d’émotions négatives, chaque auteur identifie des émotions positives promouvant des attitudes différentes. Or, pour une partie (contentement, joie, rire), elles sont considérées comme constituantes des émotions dites de base. Pourtant, pour beaucoup de théoriciens, les émotions positives ne sont arrivées que secondairement dans l’évolution dans le but de favoriser la coopération. Nous reviendrons sur ce point dans la partie suivante. Ainsi la joie, le plaisir, le rire et la satisfaction font partie des quelques émotions positives qui offrent une large compréhension.

30Sur notre terrain, une pratique dénoncée par l’ensemble des protagonistes renvoie directement aux notions de satisfaction et de contentement. Il s’agit de la pratique d’autoévaluation de la performance sensorielle. Celle-ci est d’autant plus contestée qu’elle va à l’encontre de certains principes protocolaires comme celui de la naïveté supposée des panélistes.

  • 12 Données recueillies lors d’entretiens semi-directifs menés après chaque séance d’analyse sensoriel (...)

31Dans les faits, on observe qu’être panéliste, c’est être un « bon » panéliste et donc, être capable d’inférer sur la qualité de sa sensation. Cette autoévaluation de la sensation témoigne alors de la tendance performative du contexte sur l’acte de sentir. Par exemple, une observation intéressante est que, d’une manière très répandue, les individus associent l’idée de « réussir » leur évaluation sensorielle à l’idée d’être « satisfait » de cette performance12. De sorte que celle-ci, et le fait de « réussir » ou de « gagner » son évaluation, sont mis en rapport avec la satisfaction d’avoir senti et re-senti. Dès lors, on observe que dans le cas où l’on croyait « trouver » et où l’on a « réussi », la performance devient pertinente et est le plus souvent communiquée. Mais si l’on croyait « perdre » et que l’on a « gagné », ou que l’on croyait réussir et que l’on a perdu, la sensation et son information restent au stade de croyance pour l’individu. Dans ces cas, les panélistes communiquent moins autour de leur expérience. En conséquence, cette autoévaluation du ressenti encourage directement sa construction comme sa communication.

32Pour illustrer autrement l’idée générale d’un panéliste qui traduit ses sensations en fonction d’un cadre de jeux et d’enjeux, on remarque que, si le sujet exprime une forme de satisfaction, celle-ci est fréquemment mise en rapport avec l’interprétation des objectifs fantasmés du protocole expérimental :

E : Êtes-vous content de vos résultats, de votre perception ?
I : Oui, assez, parce que les deux résultats justes sont dans la même série, donc, dans les deux séries, il s’agit de la même molécule, la seconde c’est une autre molécule, c’est assez cohérent (Éric, 26 ans, panéliste).

33Dans ce cas, l’individu projette sur la possible structuration du protocole la pertinence de ses résultats (leur communicabilité) et en définitive la satisfaction qu’il en retire. Cet exemple montre le type d’inférences classiques que produisent les panélistes pour construire leurs connaissances sensorielles.

34Cette lecture du terrain renvoie à l’idée que les émotions soutiennent les processus de rationalisation. Ce qui nous amène à penser que les émotions positives semblent avoir un rôle primordial dans la relation que l’on établit avec soi, avec le monde mais surtout avec autrui. Ainsi, en même temps que nous sommes capables de reconnaître des différences sensorielles, des valeurs, grâce aux émotions, nous sommes capables d’inférer sur les moyens de rendre ce comportement performant en nous projetant un ensemble d’enjeux potentiels. Cette dernière analyse nous exhorte à comprendre la dimension collective du processus de reconnaissance sensorielle.

35Sur le terrain on peut remarquer que l’acte de sensation est lié à la reconnaissance des pairs, comme par exemple lors de la soumission de celle-ci au « chef panéliste ». Cette réalité procède de manière à amener chacun à inférer sur la qualité de sa sensation et de la description qu’il a produite ou qu’il va produire. Ces pratiques indiquent que nous avons tendance à traduire de manière affective nos sensations dans un cadre d’enjeux, que nous concevons comme performatif. Cette dimension affective est formalisée dans certaines procédures d’analyse sensorielle par le fait de donner à chaque panéliste le résultat à la fin de son évaluation. De la sorte, ces protocoles procèdent de façon à prendre en charge cette dynamique affective de l’individu qui coopère. Cet artefact cognitif – que représente la page de résultats individuels sur le logiciel Fizz – se substitue au chef panéliste et aide à la construction d’une certaine connaissance sensorielle, reconnue socialement.

  • 13 Entretien avec Boris Silvestre (le 02-09-07).

J’ai mis en place cette page résultats pour que chacun sache, ils aiment bien savoir, bien que cela ne soit pas justifié…Je leur donne la réponse, comme ça ils sont contents, c’est pour aménager un peu de bien-être…c’est comme les bonbons13

Les bases de la coopération ?

36De la reconnaissance sensorielle, qui relève de notre capacité à évaluer une différence sensorielle, à la reconnaissance sociale, qui procède de la reconnaissance de valeur et de la reconnaissance sociale d’une action, nous sommes maintenant conduits à examiner les cadres théoriques de la coopération. Si les notions de plaisir, d’hédonisme, de satisfaction ont guidé notre propos, nous abordons à présent une dimension supplémentaire du bonheur : celle du bienêtre via la notion d’altruisme. Pour cela, nous nous appuierons sur le paradigme de la théorie des jeux, régulièrement cité en terme d’explication coopérative parce qu’il permet de discuter de façon quantitative des questions considérées jusqu’alors d’ordre philosophique, comme par exemple la morale (Baumard 2006). Ce détour théorique permettra d’approfondir notre analyse de la reconnaissance sociale en termes de bonheur, car il est souvent dit au sujet de la coopération que « la poursuite de son propre intérêt conduit au bonheur du plus grand nombre » (Bentham in Godbout 2002 : 286).

Le dilemme du prisonnier

  • 14 « Les observations expérimentales montrent que, contrairement à ce que prédit la théorie, les indi (...)
  • 15 Considérant le paradigme du jeu du bien public, public good game, version à tirage répété.
  • 16 S’ils avouent tous les deux, ils seront condamnés à 5 ans de prison. Si aucun n’avoue, ils seront (...)

37La coopération, ou joint action, peut-être définie en termes de jeux et d’enjeux déterminant un cadre d’action individuel et collectif. De fait, pour élucider le « fabuleux élan coopératif »14, les différents auteurs ont depuis près de trente ans eu recours à un exemple célèbre, le dilemme du prisonnier. Dans ce système expérimental15, inventé en 1950 par Melvin Dresher et Merrill Flood, un juge met deux individus en situation de choix16. Tentant de tester la relation existant entre rationalité individuelle et rationalité collective (Eber 2006 : 12), ce dispositif s’est vu reprocher la trop faible place accordée aux émotions.

  • 17 Dans cette lecture, une stratégie désigne un ensemble de choix d’action décidé a priori.

38Pour ne citer qu’elles, la Théorie de l’altruisme réciproque (Axelrod & Hamilton 1981), la Théorie de la réputation (Milinski & al. 2002), ou encore la Théorie de la réciprocité forte (Fehr & Gächter 2002), tentent d’expliquer la réalité stratégique de la coopération17. Dans ce cadre, la théorie de l’altruisme réciproque, dans laquelle la stratégie de coopération conditionnelle donnant donnant est gagnante, ne fait pas intervenir les émotions dans l’évaluation de la stratégie, et cela, en faveur d’une réciprocité fondamentale et instrumentale (Cordonnier 1997). Toutefois, les deux autres théories intègrent à leur manière la dimension émotionnelle de l’action. De fait, pour Milinski, les sentiments de honte et de culpabilité justifient en grande partie le comportement coopératif. Et les auteurs de la théorie de réciprocité forte supposent que la punition altruiste est « une force fondamentale dans l’établissement de la coopération humaine » (Eber 2006 : 139), faisant des émotions – en l’occurrence négatives : la colère, la peur – son mécanisme d’origine. Dans ce dernier cas le désir (stratégique) d’éviter la sanction suffirait à soutenir le processus coopératif.

39En outre, la notion d’altruisme reste le point commun de toutes ces interprétations. Ainsi, bien qu’Axelrod tente d’expliquer la coopération hors de ces cadres pour ceux de la réciprocité, il s’accorde tout de même à définir cette force, encore « mal comprise », comme : « le phénomène voulant que l’utilité d’une personne soit positivement affectée par le bien-être des autres » (Axelrod 1992 : 135). Ces « autres » qui, à mesure que l’on permet et que l’on augmente l’interconnaissance, c’est-à-dire que l’on accroît le sentiment d’identification, coopèrent toujours plus (Gätcher & Fehr 1999). Toutefois, de récents travaux proposent d’interpréter la notion d’altruisme dans un sens plus restrictif, permettant de sortir des interprétations fonctionnalistes ou utilitaristes en faveur d’une vision contractualiste où « le devoir doit rester dans des limites raisonnables » (Baumard 2006 : 68). Au travers de ces nouvelles hypothèses du « ni altruiste, ni égoïste » le bien-être d’autrui est réfléchi en fonction de son propre bien-être. On parle alors d’intuition morale contractualiste, ou d’intuition de justice, qui peut être considérée comme le lieu privilégié où se négocie l’idée d’un bonheur (individuel ou collectif) lié au bien-être.

40Le bien-être, ou du moins sa contractualisation, aide à appréhender les enjeux de la coopération dans la mesure où celle-ci est un acte moral. Cependant, la coopération est aussi un acte cognitif qui implique une même perception « sociale » des plans d’action.

41Dans la perspective de nos premières observations, nous pourrions alors émettre l’hypothèse suivante : les émotions positives interviennent comme moyen de valider le processus coopératif, en garantissant un optimum de reconnaissance sociale (en montrant par exemple que nous sommes un être réflexif et moral). Or, si la honte ou la colère expliquent le maintien du processus, l’émergence de celui-ci semble soumise à des critères de validité interne dans lesquels intervient le plaisir/déplaisir symbolique – ou acte d’amour/haine – de l’expérience combinée de l’intention et de la sensation.Ainsi, de par sa dimension émotionnelle et affective, le processus de reconnaissance sociale est ici envisagé comme le moteur de la coopération.

Ce n’est pas que l’individu choisisse consciemment entre reconnaissance sociale et efficacité pratique, entre comportement de groupe et critère objectif d’ordres économiques, intellectuels, religieux ou hédonistes, c’est plutôt que, poussé par le désir de reconnaissance, il considère spontanément que la manière d’appréhender et de résoudre des situations qui garantissent la reconnaissance est la seule méthode et il refuse sans hésitation de croire que d’autres voies, non sanctionnées par l’opinion, pourraient être à terme plus efficaces. (Thomas 2006.)

42La notion de reconnaissance sociale est centrale dans la lecture que nous proposons du processus coopératif. Mais elle recouvre différentes dimensions, parce qu’il s’agit de savoir connaître et reconnaître des moyens de coopération (reconnaître des plans d’action) ; mais aussi, de reconnaître ces moyens comme ceux que l’on préfère, ceux qui semblent les plus justes.

Le bonheur : une émotion partageable ?

43Comme nous l’avons vu, nos préférences cachent un partage préalable d’affects et de valeurs collectives. De fait, dans le cas de la coopération, une émotion devient collective, par empathie, par diffusion, mais surtout par le fait qu’elle est une perception d’un différentiel en rapport à des attentes et des préférences collectives. Et cela à un degré tel que « le partage de l’émotion devient le seul moyen de saisir la convergence des buts et des préférences » (Livet 2002 : 125).

44Nous voyons apparaître un argument fort des nouvelles théories de la coopération, l’invocation des émotions partageables. Cet argument naît d’une part de l’observation que nous aimons à partager nos émotions, mais, d’autre part, il trouve toute son ampleur dans le fait que partager des émotions assure que l’autre exprime « une sensibilité à des valeurs reconnues, […] ». Ainsi l’avantage de la coopération et du partage d’émotion qu’elle orchestre serait de permettre « […] d’éviter de faire des révisions trop étendues, comme de faire des révisions trop limitées » (ibid. : 134). La dynamique affective positive qu’abrite la coopération s’expliquerait ainsi par l’économie cognitive qu’elle permettrait, puisque les individus n’ont plus à rechercher comment catégoriser ces conduites.

45En effet, dans cette lecture, le partage des émotions est envisagé comme une dynamique de transformations de valeurs socialement reconnues. Ce qui a pour conséquence que l’émotion collective comprend toujours une émotion positive, « […] celle qui tient à la perception du partage de l’émotion […] », et cela malgré le fait que l’émotion provient, comme nous l’avons vu, de la perception de différentiel en termes de préférences, donc d’une forme d’insatisfaction. Plus encore, il semble que ce soit à partir de cette forme de sensibilité émotionnelle positive que nous permettons plus facilement certains comportements, car nous avons en quelque sorte « l’assurance qu’ils ont pour fin la réalisation et la satisfaction de quelque valeur » (ibid. : 135).

46La coopération prend donc appui sur une dynamique affective et cognitive positive, mais pouvons-nous pour autant parler de bonheur ?

47Un embryon de réponse semble pouvoir être proposé sur la base de nos premières observations. Les émotions positives ont pour principales différences l’objet de leurs révisions. Ainsi le plaisir ou la satisfaction décrivent deux objets et deux processus cognitifs différents. Mais, comme le processus de reconnaissance sensorielle, ils ont en commun de procéder par l’évaluation d’un différentiel de valeurs. De toutes les discriminations possibles de valeurs, le jugement hédonique est le plus performatif. L’agréable et le désagréable offrent à l’humanité une sorte de langage commun qui préfigure un dispositif similaire, car de la même manière que nous reconnaissons ce qui est agréable nous définissons ce qui est préférable.

48Cette négociation intimement collective des valeurs et des préférences qui leur sont associées nous amène à proposer que le bienêtre, le plaisir, la satisfaction sont les moyens de percevoir et de créer les conditions du partage.

Conclusions et perspectives : De la félicité

On ne décrit ce qu’on aime (ou que l’on déteste) que pour aimer davantage et parce qu’on aime. On aime parce que l’on se met soi-même en situation d’aimer. (Maisonneuve, Teil & Hennion 2002 : 176-177.)

49Cet article avait pour objectif de rendre compte d’une gamme conceptuelle régulièrement invoquée pour décrire « le » bonheur. Souvent considéré comme fugace et intime, le concept de bonheur ne jouit actuellement pas d’une forte assise théorique. Cependant, en dépassant nos a priori et en parcourant les notions de plaisir, de satisfaction et de bien-être, nous avons vu émerger une compréhension plus générale du bonheur, tel qu’il peut être saisi par l’anthropologue.

50Du terrain des laboratoires d’analyse sensorielle aux théories de la coopération, nous avons centré notre analyse sur le rôle des émotions positives. Permettant la forme de partage la plus étendue dans le domaine des odeurs, notre capacité à sentir ce qui nous est agréable préfigure une attitude plus générale à déterminer ce qui est préférable. La valence hédonique des odeurs, par exemple, mais aussi de toutes nos perceptions, augure d’une disposition cognitive plus « haute » qui veut que nous soyons capables d’évaluer nos préférences. De cette lecture nous avons compris que les émotions peuvent être considérées comme des processus cognitifs de rationalisation.

51Si bien que ce bonheur semble devoir se concevoir dans cet entre-deux des émotions et de la raison, au travers de l’activité réflexive que nous procurent nos sensations, en tant que promoteur de nos actions. C’est dans cette émotion partagée, ou dans ce partage d’émotions, que prolifèrent les conditions d’une certaine félicité (ibid.). En étant capable d’apprécier les conditions d’un partage, nous construisons dans l’instant, dans le mouvement, l’action d’être heureux (ensemble).

52Notre attention est donc aussi bien portée sur le plaisir comme acte de sensation, que sur la satisfaction que nous avons de le partager, créant de fait les conditions d’un bien-être défini par soi et en rapport à autrui. Ce bonheur n’est pas tant celui ressenti que celui provenant du sacrifice négocié impliqué dans la reconnaissance sociale des émotions partageables. L’être heureux que nous décrivons s’appréhende au travers de cette dynamique affective positive que la reconnaissance sociale orchestre.

53Ce bonheur à observer reste difficilement objectivable par des paramètres externes, ni même internes, tout en se laissant saisir au travers d’une certaine performance réflexive. Le bonheur n’est ainsi pas uniquement situé, distribué, historique, ou collectif, il est aussi intrinsèquement réflexif. Et comme nous avons essayé de le montrer, celui qui sent le bonheur est aussi celui qui se pense dans le bonheur. Dans cette lecture le bonheur apparaît n’exister que parce que nous sommes capables d’y prêter attention.

54D’ailleurs, alors que la coopération naît de la reconnaissance d’un partage, le bonheur paraît, au travers du dispositif émotionnel positif qui lui est ici associé, préfigurer la dynamique affective et cognitive de ce partage. En ce sens, l’idée de bonheur comme base de la coopération semble une piste de recherche pertinente que ce simple article ne peut explorer. La difficulté majeure reste cependant de dépasser, et notamment dans le cas de l’expérience olfactive, la distinction entre émotion positive et cognition positive.

Bibliographie

Références bibliographiques

Axelrod, Robert. 1992. Donnant donnant, Théorie du comportement coopératif, Paris, Odile Jacob.

Axelrod, Robert & William D. Hamilton. 1981. « The evolution of cooperation », Science, vol. 211, pp. 1390-1396.

Baumard, Nicolas. 2006. « La morale n’est pas le social », Terrain, n° 48, Paris, pp. 49-72.

Bensafi, Moustafa & al. 2001. « Réponses émotionnelles aux odeurs : Aspects psychologiques et psychophysiologiques », in Caron-Pargue, Josiane, Vincent Nyckees, Hélène Paugam-Moisy (dir.), Actes du colloque organisé par l’Association pour la recherche cognitive (Lyon, Institut des sciences cognitives, 12-14 décembre 2001), disponible en ligne : http://www.isc.cnrs.fr/ARCo2001/VOdesVF/Bensafi.rtf [consulté en octobre 2008].

Candau, Joël. 2000. Mémoire et expériences olfactives. Anthropologie d’un savoir-faire sensoriel, Paris, puf, coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

Cayla, Fabien. 1995. « La nature des contenus émotionnels », in Paperman, Patricia & Ruwen Ogien (dir.), La couleur des pensées, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Raisons pratiques » (6), pp. 83-98.

Chisholm, Roderick. 1986. Brentano and Intrinsic Value, Cambridge, Cambridge University Press.

Cordonnier, Laurent. 1997. Coopération et réciprocité, Paris, puf.

Dubois, Danièle. 2006. « Des catégories d’odorants à la sémantique des odeurs, une approche cognitive de l’olfaction », Terrain, n° 47, pp. 89-106.

Eber, Nicolas. 2006. Le dilemme du prisonnier, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Elster, John. 1995. « Rationalité, émotions et normes sociales », in Paperman, Patricia & Ruwen Ogien (dir.), La couleur des pensées, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Raisons pratiques » (6), pp. 33-64.

Fehr, Ernest & Simon Gätcher. 2002. « Altruistic punishment in humans », Nature, vol. 415, pp. 137-40.

Feldman, Fred. 1988. « Two questions about pleasure », Philosophical Analysis: A Defense by Example, Dordrecht, Kluwer, pp. 57-69.

Gätcher, Simon & Ernest Fehr. 1999. « Cooperation and punishment in public goods experiments », Working Paper, Institute for Empirical Research in Economics University of Zurich.

Godbout, Jean T. 2002. « Ni égoïsme, ni altruisme. Don et théorie des jeux », Revue du Mauss, n° 20, disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2002-2-page-286.htm [consulté en octobre 2008].

Godinot, Nicolas, Gilles Sicard & Danièle Dubois. 1995. « Categories, familiarity and pleasantness of odors », Odours and VOC’s J., vol. 1, pp. 202-208.

Holley, André. 1999. Éloge de l’odorat, Paris, Odile Jacob. —2006. « Système olfactif et neurobiologie », Terrain, n° 47, pp. 107-122.

Le Breton, David. 2004. L’interactionnisme en général, Paris, puf, coll. « Quadrige Manuel ».

Lenclud, Gérard. 2006. « La nature des odeurs », Terrain, n° 47, pp. 6-18.

Livet, Pierre. 2002. Émotion et rationalité morale, Paris, puf, coll. « Sociologies ».

MacLeod, Patrick. 1990. « La notion d’image sensorielle », in Barthélemy, Jacques & al., Évaluation sensorielle. Manuel méthodologique, Paris, Lavoisier.

Maisonneuve, Sophie, Geneviève Teil & Antoine Hennion. 2002. Le goût comme un « faire ensemble », une comparaison entre le goût alimentaire et le goût musical, Paris, csi/Mission du Patrimoine, ministère de la Culture, disponible en ligne : http://www.culture.gouv.fr/mpe/recherche/pdf/R_332.pdf [consulté en octobre 2008].

Milinski, Manfred, Dirk Semmann & Hans-Jürgen Krambeck. 2002. « Reputation helps solve the tragedy of the commons », Nature, vol. 415, pp. 424-426.

Royet, Jean-Pierre, Julie Hudry & Michel Vigouroux. 2000. « Application de l’imagerie cérébrale à l’étude de l’olfaction », in Christen, Y., L. Collet & M.-T. Droix-Lefaix (dir.), Rencontres ipsen en orl, Paris, Éditions Irvinn, tome 4, pp. 73-87.

Royet, Jean-Pierre & Jane Plailly. 2003. « Enfin, comment voir les odeurs dans le cerveau », Conférence de la Société française des parfumeurs organisé par la sfp (Paris, 12 décembre 2002), compte rendu publié dans Planète Parfumeur, n° 13, disponible en ligne : http://www.par fumeur-createur.com/article.php3?id_article=79 [consulté en octobre 2008].

Sperber, Dan. 1985. Le symbolisme en général, Paris, Herman.

Teil, Geneviève & Antoine Hennion. 2004. « Le goût du vin, pour une sociologie de l’attention », in Nahoum-Grappe, Véronique & Odile Vincent (dir.), Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Cahiers d’ethnologie de la France, n° 19, pp. 111-12.

Thomas, William I. 1997. « Désorganisation de la société », Socio-Anthropologie, n° 2, disponible en ligne : http://socioanthropologie.revues.org/document32.html [consulté en octobre 2008].

Notes

1 Créée dans les années 1950 sous l’impulsion des professionnels de l’agroalimentaire, l’analyse sensorielle consiste à évaluer les propriétés organoleptiques des produits par les organes des sens (la vue, l’odorat, le toucher, le goût). Dans ce type de procédures de laboratoire, l’être humain et son « système sensoriel » sont les instruments de mesure. L’analyse sensorielle implique la création de panel constitué d’individus novices ou experts appelés panélistes.

2 Le terme de reconnaissance sensorielle a de fait l’avantage de laisser en suspens la question du contenu représentationnel et/ou conceptuel de la sensation, pour une réflexion au profit des termes et moyens de cette reconnaissance, qui dans la majeure partie sont des actes de langage (MacLeod 1990).

3 Il existe deux principes de base : 1) « Y a-t-il une différence ? » avec plusieurs types de tests possibles : triangle, ranking, duo-trio, paired comparison et 2) « Comment les produits diffèrent-ils ? » test de profiling.

4 L’ensemble des données utilisées dans la suite de cet article ont été tirées du travail de terrain effectué au sein du service d’évaluation sensorielle du département Arômes de l’usine Robertet, dirigé par Boris Silvestre. Ces données sont relatives aux études d’analyse sensorielle qui développent une approche objective. Elles sont à distinguer des approches qui développent une évaluation hédonique.

5 En ce sens que les résultats obtenus sont reproductibles.

6 Pour le puriste de l’analyse sensorielle ce test est destiné à identifier le produit différent. Cependant il devient admis dans ces procédures de laboratoires que l’on a tendance à exprimer ses sentiments.

7 Est considérée comme étant un acte de langue formel toute description étant insérée dans l’encadré dévolu sur les dernières pages du logiciel Fizz, utilisé ici par Boris Silvestre, mais encore, toute description émise lors d’entretiens. Est considéré comme informel tout acte de langage échangé après la séance d’évaluation avec Boris. Ces discussions informelles sont néanmoins le plus souvent initiées par lui car elles correspondent à une attente des panélistes. Plus encore, ces formes de communication entre panélistes et « chef panéliste » sont institutionnalisées dans la mesure où tout professionnel en analyse sensorielle est formé à ce type d’exercice, et sait en conséquence l’utiliser afin d’ajuster son protocole expérimental. (Réf. Évaluation sensorielle : Manuel méthodologique.)

8 Nous adopterons le point de vue de Danièle Dubois qui parle d’odeur-sensation en définissant cet événement comme : « susceptible de prise de conscience, d’extériorisation et partage sous formes verbales, pouvant acquérir le statut de connaissances » (2006 : 104).

9 « L’aire qui correspond à ce niveau est plus activée par les odeurs émotionnelles que par les images, films ou sons émotionnels, sauf quand ces images représentent des visages qui expriment la peur, la colère ou le dégoût ou la vue d’araignées ou de serpents. » (Royet & Plailly 2003.)

10 Au sein des panélistes comme du corps professionnel.

11 Toujours selon Pierre Livet nous pouvons aussi réviser nos préférences, « C’est aller contre la théorie du choix rationnel » (2002 : 77). Nous nous contenterons cependant de constater avec l’auteur que croyances, valeurs et préférences n’ont pas le même statut dans le processus cognitif de révision.

12 Données recueillies lors d’entretiens semi-directifs menés après chaque séance d’analyse sensorielle en 2007. Différents thèmes organisent la grille d’entretien parmi lesquels celui de la satisfaction éprouvée à la suite de l’évaluation.

13 Entretien avec Boris Silvestre (le 02-09-07).

14 « Les observations expérimentales montrent que, contrairement à ce que prédit la théorie, les individus coopèrent. » (Cordonnier 1997 : 23.)

15 Considérant le paradigme du jeu du bien public, public good game, version à tirage répété.

16 S’ils avouent tous les deux, ils seront condamnés à 5 ans de prison. Si aucun n’avoue, ils seront condamnés à 2 ans de prison. Mais si l’un des deux seulement avoue, il sera libéré et le second sera condamné à 10 ans de prison.

17 Dans cette lecture, une stratégie désigne un ensemble de choix d’action décidé a priori.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540