Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologie des gens heureux

 | 
Salomé Berthon
, 
Sabine Chatelain
, 
Marie-Noëlle Ottavi
, 
et al.

I. Bonheur en partages

À la poursuite du bonheur… par corps

L’engouement des « désert cupeurs » pour une pratique sportive

Aude Mottiaux

Texte intégral

  • 1 Ce terme désigne les courses à pied qui dépassent la distance du marathon fixée en 1908, à Londres (...)

1Le « plaisir » ayant une sensibilité particulière à la durée (Cardon 2006 : 379), certaines pratiques sportives extra quotidiennes offrent aux individus un cadre idéal d’engrangement du plaisir ainsi que l’occasion de construire leur « bonheur » à long terme. Nous entendons par là que les pratiques sportives de l’extrême rendent possible une affirmation identitaire des participants par la dimension de « réparation » (Bromberger 1998 : 36) dont ces passions sont porteuses. Dans ces pages, nous traiterons plus particulièrement d’un ultramarathon1, la Desert Cup, qui s’effectue en autosuffisance alimentaire, en une seule traite, sur 168 km. Cette épreuve d’endurance qui peut être classée dans la catégorie des « sports-aventure » (Lacroix 1998) s’est déroulée en 2002 au cœur du Wadi Rum, dans le désert jordanien, puis, selon les mêmes modalités, au Mali, le long des falaises de Bandiagara, en 2003 et 2006.

  • 2 Nous utiliserons ce terme de manière indistincte pour les coureurs et les coureuses d’ultramaratho (...)

2Les courses de l’extrême telles que la Desert Cup (1re éd. 1999) et le Marathon des Sables (1re éd. 1986), son grand frère qui traverse pendant sept jours (en six étapes) le Sud marocain sur quelque 230 km, regroupent des passionnés qui surinvestissent de sens la douleur qu’ils consentent à éprouver pour atteindre leur objectif : la ligne d’arrivée. Plus de plaisir, plus de douleur, plus d’intensité, plus de tout. Leur passion sportive « s’éprouve » dans un contexte d’assuétude à la course à pied liant intrinsèquement plaisir et douleur. La douleur ressentie et consentie ne peut se dissocier du plaisir éprouvé à courir dans des conditions particulièrement dures (durée, terrain accidenté, conditions climatiques extrêmes, encadrement minimal, solitude, etc.), d’autant que l’émotion engendrée par la réalisation d’une passion passe par les sens et s’intensifierait lorsqu’elle repose sur d’importantes modifications physiologiques. En milieu hostile – sable, dénivelé, faible hygrométrie –, le corps est éprouvé, les sens sont affinés, l’émotion (Le Breton 2001 : 93) et le plaisir s’expriment de manière intense mais éphémère. Cette combinaison d’états physiques et psychiques concourt à l’accomplissement d’un « rituel de rattrapage », selon les termes utilisés par Christian Bromberger lors d’une de nos entrevues, sans lequel ne pourrait se construire, de manière individuelle, un vécu quotidien du bonheur. Telle la distance, en termes de longévité du sentiment, séparant les notions de plaisir et de bonheur, celle qui lie l’émotion et la passion procède d’un même éloignement et constitue l’horizon des ultramarathoniens2.

  • 3 Catégorie ou patronyme forgé par certains coureurs pour nommer les participants à la Desert Cup.

3L’engouement des années 1980 pour ces passions de l’extrême interpelle les chercheurs en sciences sociales depuis quelques années dans ce qu’elles semblent avoir de déraisonnable. Nous allons donc explorer les discours que les « désert cupeurs »3 tiennent sur leur pratique et le sens qu’ils lui confèrent afin de cerner, en termes de bonheur, les enjeux de leur participation.

De l’origine des plaisirs…

4Le champ du loisir – très vaste et sur lequel nous ne nous attarderons pas – se présente aux chercheurs comme un champ particulièrement pertinent dans l’étude du bonheur. Si la satisfaction que procure une pratique de loisir ou la réalisation d’une passion n’est plus à démontrer, il s’agit pourtant encore de s’intéresser à la façon dont le bonheur se construit pour les différentes catégories d’acteurs. Si l’on s’en tient à l’observation de l’expérience vécue par les ultramarathoniens, le dénominateur commun aux notions de plaisir/bonheur et d’émotion/passion se trouverait être le « bien-être ». Le plaisir et l’émotion se vivent dans l’instant et accompagnent l’effort en cours. Cette sensibilité au temps peut faire basculer rapidement les sensations d’un extrême à l’autre. Le plaisir peut ainsi se muer en déplaisir lorsque l’expérience tourne mal et se révèle insatisfaisante aux yeux du coureur. Le bonheur et la passion se vivent quant à eux sur le temps long. Ils se préparent, se travaillent et se méritent. Leur accès nécessite dès lors, de manière régulière, un investissement personnel important de la part de l’individu, qui lui permet de donner un sens à sa vie. Les temps consacrés à la préparation (temps journalier d’entraînement) ainsi qu’à la réalisation (temps de vacances) de cette passion pour la course à pied, et encore plus dans sa forme extrême, sont de ces « temps pour soi » qu’évoque Alain Corbin (1995). Cet investissement dans la durée permet de conjuguer la sensation d’exister et celle d’être soi, qui contribuent au fait de « se sentir bien ». Jean-Claude Kaufmann entrevoit le bien-être comme un moment où « les sensations élémentaires sont plus importantes que les détails de l’image de soi » (2005 : 81). Cette idée avait été développée dans un article antérieur où nous insistions sur le fait que la Desert Cup et le Marathon des Sables offraient, comme d’autres courses de l’extrême, un espace de transgression des normes dans lequel s’observent un effacement des symboles de genre ainsi qu’une minimisation des signes manifestant l’appartenance de l’individu à une certaine catégorie socioprofessionnelle. Les raisons relevées sont de deux ordres : d’une part, l’« argument techniciste » qui émerge dans les discours, tout en étant suivi dans les pratiques ; d’autre part, le principe d’égalité dans l’effort, qui devient la règle (Mottiaux 2005 : 57). Cet interstice social, temporel et géographique propre aux épreuves d’endurance constitue une niche de plaisirs intenses dont le participant ne trouve pas de commune mesure dans son quotidien où l’habitus de genre réactive en permanence la distinction, comme si cette incorporation se dé-corporait dans l’expérience corporelle extrême en train de se faire.

5Le plaisir ne se trouve pas exclusivement dans ce sentiment d’avoir approché une sociabilité exempte d’inégalités mais se développe dans une multitude de petits moments qui, mis bout à bout, participent à l’enchantement (Winkin 1996) de l’expérience. Dans l’expérience corporelle extrême de la course à pied dans le désert, le plaisir éphémère est lié tant aux sensations internes (douleur consentie, expérience nocturne, dépassement de soi, émotion) qu’à l’environnement extérieur (grandes étendues, absence d’abris séparant le dedans du dehors). Cette extase du moment est due en effet, pour une grande part, à la solitude vécue dans l’effort et à la négociation entreprise par le coureur avec ses propres limites, expérience intime qui se nourrit aussi du partage, comme le souligne le rédacteur en chef de l’Ultrafondus Magazine pour qui « le solitaire devient solidaire et c’est juste une seule petite lettre qui change » (Billard 2004). Julie, une « désert cupeuse », nous fait elle aussi remarquer que la solidarité et le partage se trouvent au cœur du vécu de la course :

Il y a quelqu’un [un coureur] qui m’a accompagnée et j’ai fait l’effort, pour lui, de rouler bien. Après, je me suis blessée. Comme j’avais une grosse tendinite, le dernier tronçon a été très très pénible physiquement. Je suis allée un petit peu loin, quoi, mais, en même temps, c’était merveilleux parce que la personne qui m’a accompagnée m’a attendue. Il aurait pu mettre trois quarts d’heure de moins pour son temps, il aurait pu gagner deux places [au classement]. On s’est fait doubler sur la fin. Et malgré cela, il m’a attendue et j’ai trouvé cela fantastique. En même temps, sur le plan émotionnel, c’est formidable parce que… ce qui se passe entre les coureurs, c’est quelque chose de fantastique. Ça m’est arrivé d’aider un coureur parce qu’il n’avait pas assez de nourriture. Je lui ai donné des choses, peu importe, un petit coup de main par-ci par-là, ou un mot, ou… Il y a quelque chose sur le plan émotionnel de très très fort qui se passe entre les coureurs, et à la limite, c’est peut-être pour cela que je cours. Je veux dire que dans tout le bazar des motivations vraies ou fausses qu’on peut mettre autour de ce qui nous fait courir, pour moi le grand plaisir, c’est ce rapport aux autres. Un peu dans une petite bulle au moment de la course, une espèce de solidarité dans l’effort qui est très intéressante.

6La particularité de cette expérience, à la fois personnelle et collective, contribue au sentiment de vivre là ce que nul autre sinon les compagnons d’aventure ne pourrait/pourra comprendre et crée chez ces derniers le sentiment d’appartenir à une « communauté de destin ». À l’heure de la mondialisation, cette injonction sociale de marquer son identité trouve dans la réalisation de ce projet un terrain idéal. Mais l’affirmation et la construction identitaires vont bien au-delà de cette simple nécessité. Le coureur entre dans une sorte de rituel de rattrapage qui, comme nous le verrons plus loin, lui permet de réécrire une « histoire mal écrite » (Bromberger 1998 : 36).

  • 4 Ces points de contrôle proposent le ravitaillement en eau et un point de repos aménagé.
  • 5 Dans le sens « soft » du terme, où le risque n’est pas évacué – en témoignent les épisodes tragiqu (...)
  • 6 Ce terme convient particulièrement à cette situation de mise entre parenthèses des conventions soc (...)

7Chaque check-point (CP)4 dans le cadre de la Desert Cup, ou journée dans le contexte du Marathon des Sables, constitue une étape de plus vers l’accomplissement de soi et offre autant d’occasions d’ajouter au plaisir de la course, d’autant que malgré l’inconfort et l’exiguïté de l’espace disponible sous la tente bédouine (Jordanie) ou berbère (Maroc), une sociabilité empreinte d’un cachet particulier émerge. Réconfort et encouragement sont les maîtres mots des coureurs, comme si le fait de prodiguer des paroles rassurantes à l’autre renforçait la capacité du coureur à poursuivre l’effort entamé et mettait en marche un mécanisme d’« héroïsation de soi » (Corbin 1995 : 332). Les occupants d’une des soixante-dix tentes montées et démontées chaque jour sur le Marathon des Sables se mobilisent par exemple pour convaincre l’un des leurs de ne pas abandonner, et de poursuivre avec eux – élément important – cette « aventure »5 malgré les bonnes raisons que tous auraient d’arrêter (effort démesuré, fatigue, difficultés physiques, mentales et morales). De même, lors de la plus longue étape qui varie chaque année entre 70 et 85 km, le dernier concurrent est attendu par ceux qui l’ont précédé, moment fort de la course où les plus rapides acclament ceux qui ont peiné plus longtemps qu’eux. L’admiration de l’autre n’est pas asymétrique et renforce ce sentiment d’appartenir à une « communauté de destin » au sein de laquelle aucun coureur, fût-il le meilleur, n’accède à un statut privilégié. Comme le laissent apparaître les témoignages recueillis, la solitude que le coureur éprouve avant le départ lors de sa première participation à ce type de course est provisoire et rapidement contrebalancée par la puissance des partages qui deviennent la règle pendant la durée de l’épreuve, et ce, jusque dans la dernière ligne droite. Cette notion de partage est essentielle pour comprendre ce qui se joue pendant ces longues heures de course : selon les coureurs, on y partage la « bouffe »6 comme on partage une victoire, et rares sont ceux qui tentent, selon l’expression consacrée, de coiffer sur le poteau leur concurrent le plus direct, exception faite de la tête de course. S’attendre pour franchir symboliquement la ligne d’arrivée main dans la main rend la victoire sur soi beaucoup plus forte pour le coureur en raison du dépassement de ses limites, mais aussi de la « connivence douloureuse ». Par ailleurs, le partage se prolonge bien au-delà de l’épreuve elle-même par l’organisation de « pasta-party », l’échange de mails et de photos ainsi qu’une participation active au forum du site http://www.darbaroud.com, entre autres. Les liens tissés perdurent. Les coureurs mobilisent chaque occasion pour raviver les sensations passées (plaisir, émotion, bien-être) et les souvenirs de cette expérience qui reste encore et toujours inouïe, voire improbable, même lorsqu’ils ont pris conscience de l’exploit personnel réalisé : « je l’ai fait ». Ces mécanismes de remémoration de l’exploit, ou encore le projet de le réitérer, réactivent cette sensation de plaisir et lui donnent une longévité qui favorise la construction du bonheur présent, comme nous allons le voir.

… et de ses prolongements

  • 7 Ajoutons que dès les années 1970, un chercheur en « économie du bonheur », Tibor Scitovsky, consta (...)

8Les courses de l’extrême sont traversées par des imaginaires de bien-être, de performance et de risque. Corrélativement à leur combinaison, le corps devient enjeu. Seul canal visible permettant de prouver la maîtrise de soi, il est poussé dans ses limites les plus extrêmes. Valéry justifie sa participation à l’épreuve Desert Cup par la volonté de vivre pour un temps « comme un Touareg » et de retrouver ainsi un lieu où « survivre », vivre n’étant plus considéré comme suffisant dans un monde investi par la recherche de performances (Ehrenberg 1991). La volonté du coureur de se sentir vivre sa vie, de faire ses preuves et de replacer le corps au cœur de l’expérience sensible exprime une tentative de prise de distance d’avec le quotidien, sa routine et sa « décorporéisation ». En effet, exception faite des cas où le corps est devenu l’outil de travail privilégié, il est journellement peu sollicité, d’autant que la possibilité est aujourd’hui offerte aux individus d’aménager leur vie avec tout le confort nécessaire à leurs besoins7. Le sport extrême devient alors un lieu privilégié de réappropriation de soi. Si la volonté de survivre peut constituer une des amorces de l’action, le retour de l’épreuve transforme le coureur ordinaire (Segalen 1994) en survivant (Yonnet 1985) ou encore en héros sportif (Duret 1993). La souffrance vécue pendant le temps de course est d’ailleurs essentielle à ce changement de statut. L’individu cherche en participant à un ultramarathon à éprouver son corps, à le maîtriser et consent pour ce faire à souffrir (Le Breton 1995 : 204-208). L’épreuve dans laquelle il s’engage est une expérience en marge de la vie quotidienne, propice à une réflexion portant sur son histoire personnelle qui, souvent selon lui, aurait été « mal écrite » (Bromberger 1998 : 36). Selon l’analyse des informations obtenues, le décès d’un proche, un boulot à horaire décalé qui limite la possibilité de vie sociale, un célibat involontaire, une peur tenace du voyage, ou encore la non-reconnaissance du statut de sportive à cause de l’inscription de la coureuse dans la condition de « femme de l’équipe » constitueraient ces accrocs de l’histoire personnelle et les « enclencheurs » de cette passion ordinaire pour la course à pied d’abord, dans des conditions extrêmes ensuite. La dimension de « réparation » (ibid.) est ici tangible. Le participant souhaite effacer une transition ratée à un stade de la vie en explorant ses limites et en consentant à souffrir pour les atteindre, conditions sine qua non à l’accession au bonheur. Si l’on s’en tient à la formule de Christian Bromberger, nous pourrions appeler ce phénomène un « rituel de rattrapage » dont la douleur n’est pas absente dans le cas des sports-aventure. En effet, souffrance et « plaisir réparateur » éprouvés en courant sont indissociables. La douleur est, contrairement aux idées reçues, éloignée du sentiment de déplaisir et accompagne ici le plaisir à courir. C’est ainsi que l’on peut parler, selon Françoise Champignoux, d’une véritable dialectique souffrance-plaisir (1991 : 37) et de l’existence d’un seuil où la « sensation-souffrance » se mue en « sensation-plaisir » (1992 : 107). Valéry lance une idée analogue lorsqu’il soutient que « ce n’est vraiment pas grand-chose comme souffrance par rapport aux misères que l’on peut avoir dans la vie, ce sont de bonnes souffrances ». De bonnes souffrances parce que la douleur acquiert une fonction purificatrice et constructive permettant au quotidien d’être animé d’un souffle particulier.

9Les « désert cupeurs » 1992 : 107). Valéry pas les dix-huit heures (temps du vainqueur) à soixante-deux heures (temps maximum accordé pour boucler le parcours) de course sans ressentir une faiblesse physique. Ils s’y sont préparés physiquement et moralement. La douleur est attendue et peut même poser question lorsqu’elle ne surgit pas, en raison du lien étroit qu’elle entretient avec le plaisir. David explique que, pendant un long moment, il s’est interrogé sur les raisons de sa présence et sur l’efficacité de sa participation en terme de plaisir et de bien-être :

Je me fais chier ici, je ne sais pas pourquoi je suis venu. Je ne trouvais plus aucun plaisir. Je ne vais pas dire le plaisir de la souffrance parce que tu vas me traiter de maso mais il ne se passait rien. Je n’avais pas la souffrance, pas l’envie de courir. À rester courir chez moi, j’aurais trouvé autant de plaisir ou de déplaisir. Et puis, finalement, le repas chaud du 12e CP a fait l’affaire et je me suis refait plaisir en courant. J’étais comme un gosse. D’ailleurs, heureusement qu’il n’y avait personne là-haut, il m’aurait pris pour un débile.

10La douleur doit survenir car non seulement elle légitime les concessions admises pour aller au bout de cette passion mais, de plus, elle permet d’enclencher le mécanisme de réparation lorsqu’elle est dépassée. Pour les concurrents, une épreuve sans douleur n’a pas de valeur ajoutée. De même, une épreuve sans franchissement de la ligne d’arrivée n’est pas efficace dans le processus de construction identitaire dans lequel l’individu s’est engagé. Valéry avoue que ne pas terminer la course engendre pour lui un « problème de miroir ». Quand le sportif s’impose une douleur à dépasser, c’est pour donner un surcroît de sens à son existence et trouver, parfois, une certaine valorisation auprès de ses proches, comme le précise Julie :

Mon mari court aussi. Et j’avais besoin de prouver que je ne suis pas seulement la fille de l’équipe à qui on demande d’être là parce qu’il faut une fille. Mais que j’ai ma vraie valeur en tant que sportive, que je suis capable de m’arracher et d’être meilleure que d’autres, qu’il y a une place [qui nous est attribuée dans le classement] et que je suis à une certaine place et pas à une autre.

  • 8 C’est ainsi que Julie se représente ses compagnons d’aventure. Selon elle, si s’inscrire octroie l (...)
  • 9 Sont ainsi nommés les coureurs qui ont terminé l’épreuve dans le temps imparti.

11La douleur ne peut devenir la raison de l’échec. Seule une blessure irrémédiable peut justifier un abandon en cours de route. Afin d’éviter une telle issue, les coureurs se préparent « à ce que ce soit dur ». Malgré cela, ils s’interrogent sur ce qui les a poussés à venir se faire volontairement souffrir ainsi que sur l’image de « fou » qu’ils renvoient – ce à quoi ils ne sont pas toujours préparés –, image qu’ils finissent par s’approprier dans une logique de construction de soi et de sa différence. Ces questions et la réflexion qu’elles engendrent contribuent à la construction identitaire de l’individu, d’autant que le caractère incommunicable de la douleur vécue renforce, entre les participants, la compréhension mutuelle de ce qui vient d’être surmonté, le sentiment d’avoir été soudés dans l’effort et celui d’appartenir à une « communauté de destin ». La Desert Cup transforme le coureur ordinaire en « ultramarathonien » et, à l’image des « rites d’institution » (Bourdieu 2001), fait d’une différence physique (capacité à pousser son corps dans ses retranchements) une différence sociale (appartenance reconnue à la « faune du raider »8, aux « finishers »9, aux « fous ») (Mottiaux 2007 : 160). Cette dernière participe au processus de réparation et à l’engrangement du plaisir qui permettent au passionné de courses de l’extrême de construire son bonheur quotidien.

Courir et être « heureux »

12Au fil des pages, nous avons pu mettre en évidence l’ancrage de l’expérience, presque liminaire, des ultramarathoniens dans le sensible. Au fil des entretiens, les enjeux de leur participation à ces courses de longue durée sont apparus pertinents en termes de bonheur futur, certes, mais aussi de plaisir présent, de plaisir dans l’action, de plaisir dans la douleur. Nous avons pu ainsi mesurer toute l’utilité sociale de l’« éphémère ».

13Traditionnellement, dans les sciences humaines, les émotions sont pourtant identifiées comme relevant du champ de l’irrationnel. Les débats autour de cette question ont notamment été soulevés par Catherine Lutz et Geoffrey M. White dans leur article consacré à l’anthropologie des émotions (1986) où ils attirent l’attention sur l’importance de la formulation culturelle de l’émotion dans un contexte social donné. Dans le cadre des courses d’endurance dont il est question ici, l’intensité devient une des caractéristiques du contexte (intensité pré-course et post-course mais intensité amplifiée dans le vécu de celle-ci). Dès lors l’émotion suscitée par l’épreuve en cours, éphémère, nous l’avons rappelé, intervient dans la construction de cette passion pour la course à pied de l’extrême, tout comme cette dernière pose les conditions d’une dialectique plaisir/douleur qui entraîne irrémédiablement l’ultramarathonien dans un processus de réparation et d’affirmation de son identité dont le bonheur est la clé. Certains partisans de l’économie du bonheur, voire de l’« happyisme » et de l’eudémonisme (Davoine 2007 : 9), ajouteraient qu’au-delà du plaisir avoué et éprouvé à courir, atteindre les objectifs que l’on s’est soi-même fixés rendrait plus heureux.

  • 10 Il suffit de s’attarder sur le contenu d’un CV.

14Le retentissement de l’expérience Desert Cup est bien plus important que ne le laisse entrevoir notre approche centrée sur l’individu. En effet, si l’on élargit cette dernière, nous pouvons constater à quel point les investissements corporel et émotionnel du coureur sont récompensés par la reconnaissance sociale obtenue, tant auprès de l’entourage proche qui contribue ainsi à la réussite de l’entreprise de réparation que sur le marché du travail. On assiste aujourd’hui, en effet, à un renouvellement de l’attention pour les exploits personnels marquant les capacités de gestion, de discipline et de résistance10 (sorte d’« héroïsation accessible »).

15Dans ce contexte de quête de soi, le corps de l’ultramarathonien, transgressif et libéré des contraintes du quotidien, est mis à nu (tenues) et mis en scène (comportements singuliers : transpirer, cracher, se moucher dans les doigts) tout en étant marqueur de « bien-être » (retour à la simplicité, sociabilité nouvelle, entretien d’un corps dynamique). Cette idée de « bien-être » véhiculée par la pratique sportive lie irrémédiablement l’imaginaire de la performance et du risque à celui d’un corps sain et socialement valorisé (dépassement des limites, douleur consentie). « Être bien » passe ainsi, entre autres, par la concrétisation d’une passion sportive. Nous pouvons affirmer au regard des observations et des entretiens réalisés que la passion canalise des sentiments de natures très différentes tout en leur donnant une amplitude, une intensité et une authenticité qui avaient besoin d’un cadre extra quotidien pour se concrétiser et durer. Sortir d’un espace devenu routinier, devenir « libre » par le biais de sa pratique permet à l’ultramarathonien de retrouver avec un plaisir certain l’élémentaire, la performance en faisant fi de la technique – pas tout à fait cependant, comme le révèle notamment le choix de l’équipement et du type d’alimentation – ainsi que le devoir de « survivre ». Dès lors, il nous semble que le jeu interne qu’il entreprend avec ses propres limites, et son pendant externe avec les normes – jeu permis par le bouleversement temporaire du quotidien –, l’entraîne dans un processus de construction identitaire qui contribue à le rendre « heureux ». La course à pied devient ainsi une méthode active de réenchantement de la durée, de l’espace et des modes de sociabilité et de partage.

Bibliographie

Références bibliographiques

Billard, Philippe. 2004. « Édito. Mon royaume pour une lettre », Ultrafondus Magazine, n° 14, p. 2.

Bourdieu, Pierre. 2001 [1982]. Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », série « Essais ».

Bromberger, Christian. 1998. Passions ordinaires. Football, jardinage, généalogie, concours de dictée…, Paris, Bayard (rééd. Paris, Hachette littératures, coll. « Pluriel », 2002).

Cardon, Peggy. 2006. Article « Plaisir », in Andrieu, Bernard (dir.), Dictionnaire du corps dans les sciences humaines et sociales, Paris, Éditions du CNRS, coll. « CNRS dictionnaires », pp. 379-380.

Champignoux, Françoise. 1991. « Plaisir et souffrance dans le sport de compétition », in Ardoino, Jacques & Jean-Marie Brohm (dir.), Anthropologie du sport. Perspectives critiques, actes du colloque organisé par l’Association francophone internationale de recherche scientifique en éducation (Paris-Sorbonne, 19-20 avril 1991), Paris, ANDSHA, pp. 34-38.

— 1992. « La victoire en souffrant », in Genzling, Claude (dir.), Le corps surnaturé. Les sports entre science et conscience, Paris, Autrement, p. 102-110.

Corbin, Alain. 1995. « Les balbutiements d’un temps pour soi », in Corbin, Alain (dir.), L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, pp. 324-371.

Davoine, Lucie. 2007. « L’économie du bonheur peut-elle renouveler l’économie du bien-être ? », Document de travail, n° 80, Paris, Centre d’études de l’emploi.

Duret, Pascal. 1993. L’héroïsme sportif, Paris, PUF, coll. « Pratiques corporelles ».

Ehrenberg, Alain. 1991. Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Essai société ».

Kaufmann, Jean-Claude. 2005. « Le corps dans tous ses états : corps visible, corps sensible, corps secret », in Bromberger, Christian & al., Un corps pour soi, Paris, PUF, coll. « Pratiques physiques et société », pp. 67-88.

Lacroix, Gisèle. 1998. « Sport-aventure et lien social : l’exemple du Raid Passion Hérault », Corps et Culture, n° 3, pp. 41-55. Disponible en ligne : http://corpsetculture.revues.org/document439.html [consulté en octobre 2008].

Le Breton, David. 1995. Anthropologie de la douleur, Paris, Métailié, coll. « Traversées ».

– 2001. Les passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Armand Colin, coll. « Chemins de traverse ».

Lupton, Deborah. 2005. « Food and emotion », in Korsmeyer, Carolyn (dir.), The Taste Culture Reader. Experiencing Food and Drink, New York, Berg Publishers, pp. 317-324.

Lutz, Catherine & Geoffrey M. White. 1986. « The Anthropology of Emotions », Annual Review of Anthropology, n° 15, pp. 405-436.

Mottiaux, Aude. 2005. « Nudité et vêtements : évolution des symboles propres aux coureurs/euses à pied », in Roger, Anne & Thierry Terret (dir.), Sport et genre, vol. 4, Objets, arts et médias, actes du 11e Carrefour d’histoire du sport organisé par le Centre de recherche et d’innovation sur le sport de l’université Claude-Bernard (Lyon, du 28 au 30 octobre 2004), Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport », pp. 49-64.

— 2007. « Le terrain des ultramarathoniens et des ultramarathoniennes… Un corps sportif sollicité à l’extrême », in Noret, Joël & Pierre Petit (dir.), Corps, performance, religion. Études anthropologiques offertes à Philippe Jespers, Paris, Publibook, coll. « EPU, Éditions Publibook université », pp. 147-162.

Segalen, Martine. 1994. Les enfants d’Achille et de Nike. Une ethnologie de la course à pied ordinaire, Paris, Métailié, coll. « Traversées ».

Winkin, Yves. 1996. Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck université, coll. « Culture & communication », série « Médias ».

Yonnet, Paul. 1985. Jeux, modes et masses. La société française et le moderne, 1945-1985, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Notes

1 Ce terme désigne les courses à pied qui dépassent la distance du marathon fixée en 1908, à Londres, à 42 km 195 m.

2 Nous utiliserons ce terme de manière indistincte pour les coureurs et les coureuses d’ultramarathons.

3 Catégorie ou patronyme forgé par certains coureurs pour nommer les participants à la Desert Cup.

4 Ces points de contrôle proposent le ravitaillement en eau et un point de repos aménagé.

5 Dans le sens « soft » du terme, où le risque n’est pas évacué – en témoignent les épisodes tragiques survenus lors des 3e et 22e éditions du Marathon des Sables – mais limité grâce à l’encadrement d’Atlantide Organisation Internationale.

6 Ce terme convient particulièrement à cette situation de mise entre parenthèses des conventions sociales (absence de confort, oubli temporaire des manières de table, etc.), où le plaisir n’est pas tant lié au goût des aliments – sachets lyophilisés et barres énergétiques – qu’à la signification que les individus accordent à ces aliments hors normes et de survie qui appartiennent à une catégorie liminale de nourriture, et à ces moments de commensalité. Si l’on suit Deborah Lupton (2005 : 319), on peut constater chez les ultramarathoniens une relation très forte entre aliment et sensation de plaisir. Le plaisir peut, cependant, disparaître lors d’un effort extrême lorsque le corps refuse l’ingestion de toute nourriture, si symboliquement chargée soit-elle.

7 Ajoutons que dès les années 1970, un chercheur en « économie du bonheur », Tibor Scitovsky, constate que la recherche du confort matériel et de l’absence de souffrance n’est pas l’unique moteur des individus. Leur intérêt pour la nouveauté et le défi doit également être pris en compte (Davoine 2007 : 6), même s’ils privilégient souvent le confort aux défis. Dans cette logique, les sports-aventure permettraient aux participants d’accéder à un haut degré de satisfaction puisqu’ils offrent ce qui fait défaut dans le mode de vie occidental, à savoir un espace et une temporalité extra quotidiens dont la douleur n’est pas absente et où le défi supplante l’attrait quotidien pour la facilité.

8 C’est ainsi que Julie se représente ses compagnons d’aventure. Selon elle, si s’inscrire octroie le droit de participer, cela ne suffit pas pour se sentir faire partie du groupe des athlètes présents. Arriver au bout de l’épreuve valide, par contre, l’inscription et l’accession au statut de « finisher ».

9 Sont ainsi nommés les coureurs qui ont terminé l’épreuve dans le temps imparti.

10 Il suffit de s’attarder sur le contenu d’un CV.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540