Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethnologie des gens heureux

 | 
Salomé Berthon
, 
Sabine Chatelain
, 
Marie-Noëlle Ottavi
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1Salomé Berthon, doctorante en anthropologie au sein du lasmic (université de Nice - Sophia Antipolis), achève une thèse sur les « repas de rue ». Au travers de l’étude de cette pratique visant à réunir des voisins autour d’une table, ses travaux et publications traitent à la fois de questions concernant l’investissement collectif de l’espace public et l’alimentation, des représentations aux manières de table.

2Antoine Bourgeau est musicien et chercheur en ethnomusicologie. Auteur d’une thèse sur le tabla, il est actuellement chargé de cours au département des Arts de l’université de Nice – Sophia Antipolis. Membre de deux équipes de recherche, de la sfe (Société française d’ethnomusicologie) et du cirief (Centre international de recherche interdisciplinaire en ethnomusicologie de la France), il mène actuellement des recherches dans le domaine de la performance musicale et sur la pratique du tabla en France.

3Sabine Chatelain est docteur en anthropologie de l’université de Nice - Sophia Antipolis et chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie et de sociologie Mémoire, identité, cognition sociale (université de Nice - Sophia Antipolis). Ses travaux et publications portent principalement sur la relation homme-animal et ses implications dans la consommation de matières carnées.

4Magali Demanget est maître de conférence à l’université Montpellier-III, où elle enseigne l’ethnologie, et membre du Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie (cerce). Ses recherches portent depuis plus de dix ans sur les changements sociaux et religieux dans la société des Indiens mazatèques (Oaxaca, Mexique). Elle a notamment travaillé sur l’ouverture du chamanisme au tourisme et sur la construction d’appartenance ethnique. Son dernier article porte sur le « Tourisme à géométrie variable en terre indienne : l’exemple des Indiens mazatèques, Oaxaca, Mexique » (Autrepart, n° 42, 2007, pp. 21-38).

5Cyril Isnart, docteur en anthropologie, est chercheur associé à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (cnrs-université de Provence). Il travaille sur le rapport à la localité que construisent les habitants des zones périphériques ou frontalières européennes, à travers leurs pratiques religieuses, musicales et patrimoniales. Par ailleurs, il mène une enquête sur l’histoire de l’anthropologie autour des liens entre le folklore et l’école de sociologie durkheimienne. Il a notamment publié Saints légionnaires des Alpes du Sud. Ethnologie d’une sainteté locale (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008) et le livre-disque Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob, 1967-1968 (Éditions Adem06, 2007).

6Monique Jeudy-Ballini, ethnologue et directrice de recherche au cnrs, est membre du Laboratoire d’anthropologie sociale (Collège de France, Paris). D’abord spécialisée dans l’ethnologie des sociétés mélanésiennes, elle a effectué plusieurs séjours en Papouasie Nouvelle-Guinée et s’est notamment s’intéressée aux modes de coopération au sein d’une société insulaire (L’art des échanges. Penser le lien social chez les Sulka, Payot, 2004). Elle a mené parallèlement une enquête ethnographique dans le milieu français de l’industrie du luxe et rédigé des articles sur le travail en usine et l’imaginaire de la distinction professionnelle. Dans le cadre de ses recherches récentes en anthropologie de l’art, elle a publié, en collaboration avec Brigitte Derlon, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs (Gallimard, 2008).

7Aurélien Liarte, agrégé de philosophie, ancien enseignant à l’université de Nice - Sophia Antipolis, est actuellement professeur dans le secondaire. Doctorant rattaché au crhi, il rédige actuellement une thèse sur l’affectivité dans les relations sociales, au carrefour de la philosophie et des sciences humaines (anthropologie, psychologie sociale, psychanalyse, notamment). Il a publié plusieurs articles sur l’articulation politique entre corps et imaginaire : « Le monde du virtuel » (Cahiers du Ceniphe, 2004) ; « Spinoza. Une anthropologie politique » (DicoPo, 2007) ; « Le corps, territoire du sacré » (Noesis, 2008) ; « Le cerveau et l’ordinateur » (Interstices, 2008) ou encore la mise en scène du politique (Noesis, à paraître).

8Aude Mottiaux, doctorante en ethnologie au sein du lamc (Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains) de l’Université libre de Bruxelles, travaille actuellement sur le territoire du Parc national de Port-Cros et s’attache à comprendre les enjeux territoriaux qui se dessinent autour des espaces naturels protégés et la manière dont ils engendrent des recompositions de l’espace social. Ses recherches antérieures au Maroc et en Jordanie portaient sur la problématique du tourisme, des « sports-nature » et des « sports-aventure ».

9Marie-Noëlle Ottavi, ater au sein du département de sociologie-ethnologie de l’université de Nice - Sophia Antipolis, travaille sur une approche anthropologique des théories de la coopération en termes de sensorialité et de cognition. Sur le terrain des laboratoires d’analyse sensorielle et d’une ethnographie expérimentale, ses travaux et publications soulignent les liens existants entre olfaction, cognition et coopération.

10Pierre Périer, sociologue et professeur de sciences de l’éducation à l’université Rennes-II (chercheur au CREAD), travaille notamment sur la place et le sens contemporains des vacances, y compris pour les familles qui ne partent pas. La problématique des cultures populaires, de leur autonomie symbolique et de leurs manifestations ordinaires, traverse ses recherches. Il a publié sur ce thème : Vacances populaires. Images, pratiques et mémoire (Presses universitaires de Rennes, 2000).

11Albert Piette est professeur à l’université d’Amiens et membre de l’Institut Marcel-Mauss (ehess-cnrs). Ses derniers ouvrages (publiés chez Socrate éditions Promarex) sont : Petit traité d’anthropologie (2006), L’être humain, une question de détails (2007), L’acte d’exister (2009) et Une phénoménographie de la présence (2009).

12Emmanuelle Savignac est anthropologue, maître de conférences à l’université Paris-III Sorbonne nouvelle. Ses recherches portent sur les mondes contemporains et notamment sur le travail et l’entreprise. Durant huit années, ses travaux de terrain se sont concentrés sur les start-up de l’Internet et du multimédia (Start-up. Les rois éphémères, en collaboration avec Anne-Marie Waser, Descartes et Cie, 2003). Elle travaille actuellement sur les représentations sociales du travail et de l’entreprise.

13Geneviève Teil est chercheur à l’inra. Elle voue notamment son travail aux techniques et dispositifs tant matériels qu’intellectuels chargés de produire la « perception », envisageant la perception moins comme une détermination socio-physiologique, que comme un faire, une pragmatique. Elle a publié à ce sujet De la coupe aux lèvres (Octarès, 2004).

14Neil Thin, anthropologue à l’université d’Édimbourg depuis 1985, est spécialiste des questions de planification et de politique, de développement social, de pauvreté et de bien-être. Il est l’auteur de Social Progress and Sustainable Development (itdg Publications, 2002) et de nombreux travaux sur la contribution potentielle de l’anthropologie aux recherches sur le bonheur et le progrès social.

15stéphanie vermeersch est sociologue, chargée de recherche au cnrs, à l'umr louest. Auteure d'une thèse sur les raisons d'agir de l'engagement bénévole, elle travaille aujourd'hui sur le militantisme et la participation, ainsi que sur les couches moyennes, à propos desquelles elle vient de publier un ouvrage avec Marie-Hélène Bacqué, Changer la vie ? Les classes moyennes et l'héritage de mai 68 (Éditions de l'Atelier, 2007).

16Olivier Wathelet, doctorant en anthropologie cognitive au sein du lasmic (université de Nice – Sophia Antipolis), achève une thèse sur la transmission familiale des compétences olfactives. Ses travaux et publications portent en particulier sur l’intégration d’une démarche d’ethnographie cognitive au sein de l’anthropologie des sensations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540