Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société des voisins

 | 
Bernard Haumont
, 
Alain Morel

IV. Les pratiques de cohabitation à l’épreuve de la civilité

Espace privé, espace public et cohabitation

Lyon à l’époque moderne

Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 Cet article est le résultat d’un travail collectif mené par l’équipe « Histoire des villes et de l (...)

1La grande ville d’Ancien Régime créa un environnement social original dans la mesure où elle substitua la maisonnée multirésidentielle à la forme traditionnelle d’habitat que constituait l’équivalence ordinaire entre ménage et maison, forme héritée du Moyen Âge qui se maintenait à la campagne et dans les petites villes. Par là, elle donna une importance considérable aux denses sociabilités, à la fois solidaristes et conflictuelles, que les proximités et les promiscuités organisaient. Quartiers, immeubles, lieux d’usage communs et de rencontre constituaient un entrelacs d’espaces dont l’usage était un fait social affirmé. Appréhender la vie urbaine, c’est donc décrire les relations entre bâti et espace public ; c’est aussi distinguer ce qui relève des rapports de cohabitation, définis strictement par le cadre de la maisonnée, des rapports de voisinage, répondant à une notion élargie aux relations vécues dans le cadre d’un groupe d’immeubles ou d’un micro-espace urbain, la rue devenant l’espace électif des diverses interactions1.

Les règles d’habitat : une triple norme

2Manifestement, trois autorités très différentes régulaient les formes d’usage des espaces de vie. L’une d’entre elles était informelle, constituée qu’elle était par les règles tacites organisant les relations de voisinage. Les deux autres se plaçaient dans le domaine réglementaire, qu’il se soit agi des prescriptions des autorités constituées – le consulat et sa police, parfois les cours royales – ou des stipulations des baux fondant les prérogatives des gérants d’immeuble, qui pouvaient être un propriétaire résident, un locataire principal ou, beaucoup plus rarement, un homme d’affaires faisant fonction de régisseur de patrimoine (Zeller 1995 : 253).

La cohabitation, source d’obligations

  • 2 Local au rez-de-chaussée donnant généralement sur cour et servant d’entrepôt ou de remise.
  • 3 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2966, 19 avril 1709.

3Les pratiques consensuelles de cohabitation restent les plus mal connues ; ne faisant jamais l’objet de discours directs, elles ne sont perceptibles qu’en négatif, au hasard des archives laissées par quelque transgression. Nous devons à Natalie Davis la connaissance du très fort contrôle social exercé par le voisinage au xvie siècle (Davis 1979). Le rite de la chevauchée de l’âne sanctionnait non le mari bafoué, dont la faiblesse mettait en péril l’ordre sexuel tout entier, mais son plus proche voisin, qui s’était dispensé d’intervenir comme il l’aurait dû. Il est vrai que l’intervention était également de rigueur pour porter secours aux femmes battues. Par exemple, en 1709, quand Jean Pirolet tabasse son épouse dans le bas2 formant leur habitation, les bruits montant dans la cour ameutent les voisins qui descendent pour s’interposer3. Semblablement, il incombait aux voisins d’organiser le charivari imposant un rite de rachat vis-à-vis de la communauté à tous ceux qui avaient contracté un mariage hors normes.

  • 4 Id., BP 3083, 2 juin 1735.
  • 5 Id., BP 3501, 17 août 1785.
  • 6 Id., BP 3469, 28 janvier 1730.
  • 7 Id., BP 3469, 30 janvier 1781.

4L’avers de ces relations était constitué par des formes de solidarité tacitement consensuelles. Par exemple, Maurice Garden a décrit la réaction de défense collective que suscitait très souvent l’arrivée dans un immeuble de maîtres-gardes venus perquisitionner chez un artisan, tout particulièrement dans la seconde moitié du xviiie siècle (Garden 1970 : 560). En effet, le cri suffisait généralement à faire accourir les voisins. « Elles ouïrent du bruit dans le corps de logis ce qui les obligeoit a se mettre a la fenestre et virent les mariés Laisné qui avoient disputte avec un voisin », témoignent deux Lyonnaises en 17354. La référence explicite à une obligation doit être relevée. Or, l’alerte entraînait l’intervention ; par exemple, la porte d’un Lyonnais agressé étant restée ouverte permet aux hommes de la maisonnée de se précipiter vers son logement pour lui porter secours5. Les voisins pouvaient même être requis pour arrêter un malfaiteur tel que Pierre Jonchet, venu voler sa belle-mère6. Dans les cas les plus graves, les voisins n’intervenaient pas eux-mêmes ; leur rôle consistait alors à courir chercher la garde bourgeoise7.

  • 8 Le mot désigne à Lyon le vestibule reliant l’escalier d’un immeuble à la porte ouvrant sur l’extér (...)
  • 9 Archives de La Norenchal, fonds Valesque,AP2, livre-journal de François Valesque.

5Évidemment, l’utilisation des archives judiciaires introduit un biais méthodologique : les faits et les dires ont subi une double mise en forme et en conformité aux normes présumées positives, et seule la trace des pratiques en rapport direct avec l’affaire en suspens peut être relevée. Ce n’est donc qu’accidentellement que peuvent être saisies les relations de proximité ordinaire : le prêt d’une clef, l’échange d’informations… On connaît par ailleurs les obligations attachées à la relation de voisinage, telles que l’assistance entre femmes pour un accouchement, l’accomplissement des rites funèbres lors d’un décès ou, plus simplement, le prêt alimentaire. Une question reste ici en suspens : comment le fonctionnement de ces normes collectives était-il compatible avec la très forte mobilité des locataires ? Les témoignages qualitatifs contenus dans les recensements de population prouvent un degré élevé d’interconnaissance. En effet, les absents peuvent être enregistrés grâce aux seules déclarations des voisins. Il semble ainsi que le système normatif de la maisonnée ait été assez prégnant pour intégrer très rapidement le nouvel arrivant. Il est vrai que toutes les pratiques matérielles favorisaient les contacts, de la rencontre dans l’allée8, la cour ou l’escalier, à l’usage commun des latrines, du puits et de la buanderie. Dans le même sens allait la très grande perméabilité du bâti à la propagation des bruits, des fumées, des eaux et des odeurs. Malheureusement, l’approche quantitative est ici irréalisable. Certes, des comptages sont toujours possibles. Mais à quoi bon, quand on sait que les sources judiciaires et policières ne décrivent qu’une infime fraction des conflits et des crimes ? Seraient-elles exhaustives, elles ne pourraient pour autant prétendre donner une image du banal, du quotidien. La faiblesse documentaire est encore plus flagrante dans le cas particulier des voisinages élitaires. Il faut des sources aussi exceptionnelles que le journal de François Valesque, marchand épicier de Lyon, pour saisir les pratiques constitutives des rapports de cohabitation (Zeller 1999). Quand Valesque est désigné par le gouverneur pour accéder au consulat anoblissant en 1762, il donne une grande réception dont les invités représentent les différents corps de la ville. Beaucoup d’entre eux ne prennent pourtant pas place dans ses salles de réception – salle à manger et salons – mais dans celles de son voisin, M. de La Chapelle9.

La réglementation des espaces urbains

6La réglementation formelle des modes d’habiter et des usages de l’espace public est d’une description aisée. Comme partout, elle incombait à l’autorité municipale : à Lyon, un consulat relayé par l’autorité locale des capitaines des quartiers appelés localement pennonages. Un officier municipal appelé voyer était chargé de la police de la voirie et des bâtiments tandis que des bourgeois de police dressaient des procès-verbaux constatant les infractions aux ordonnances consulaires. Puis le modèle parisien s’imposa et, au xviiie siècle, un lieutenant de police se spécialisa dans la régulation de la vie urbaine.

  • 10 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, juillet-août 1750.
  • 11 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3114, 13 janvier 1740 ; BP 3411, 29 novembre 1774 et 30 nove (...)
  • 12 A.M. Lyon, FF 039.

7Rien de très original dans les prescriptions de ces autorités. Au moins depuis le 15 avril 1631, il incombait aux habitants de balayer la rue devant leur immeuble10. Les deux « réveille-matin » salariés par la ville rappelaient chaque jour à son de trompe le passage des « heures sales » aux « heures propres », marquant ainsi un rythme urbain quotidien (Vial 1904). Les ordonnances consulaires ne cessaient d’être réitérées, celle de 1763 insistant sur la permanence de l’obligation, été comme hiver. Elles furent probablement fort mal appliquées, des quartiers aussi riches que pouvait l’être celui de Saint-Pierre pouvant être le théâtre d’infractions notables, comme celle commise par « le sieur Rassin, marchand epissier, demeurant place Saint Pierre pour quantités de boues au devant de chez lui, n’ayant point fait balaier du tout ». Elles étaient également source de conflits de voisinage : dégager neiges, boues et balayures au-devant de sa boutique revenait souvent à les repousser devant celle du voisin11. Comme partout, il était théoriquement interdit de jeter quoi que ce soit par la fenêtre, d’encombrer les rues et d’en accaparer la moindre partie. Défense était faite de placer des pots sur les appuis de fenêtre ; les amendes étaient lourdes, et l’amour des fleurs coûta 25 livres de 1752 à un nommé Lambard12. Lors des grands hivers, on rappelait l’obligation de dégager la neige et la glace devant les immeubles et de les entasser sur la place la plus proche. Enfin, la sécurité imposait de clore les portes des immeubles à la nuit tombée.

Le locataire principal, autorité interne

8Le triomphe de l’habitation multirésidentielle au cours des trois siècles de l’Ancien Régime lyonnais permit la généralisation d’un système de faire-valoir du patrimoine foncier appelé « location générale » ou « location principale ». Le principe en était simple : le propriétaire bailleur louait tout un immeuble, qui pouvait comprendre plusieurs corps de bâtiment, à un preneur nommé « locataire général ». Au xviiie siècle, ces baux couraient sur neuf ans ; sans qu’une statistique précise puisse le confirmer, il semble que leur durée ait été plus brève au xviie siècle. Pour le propriétaire, le système permettait de limiter les risques d’exploitation tout en se déchargeant totalement des tâches de gestion de son bien. Le montant du bail général lui restait dû, quoi qu’il arrivât. Quand il appartenait aux élites sociales, il trouvait en même temps l’avantage de choisir un interlocuteur unique et de préserver ainsi la mise à distance de rigueur envers des locataires pouvant être recrutés parmi les catégories populaires.

  • 13 Par chambre, il faut comprendre pièce d’habitation. A Lyon au xviiie siècle, le fractionnement de (...)

9Pour le locataire principal, l’opération constituait une micros-péculation. Libre d’associer ou d’isoler à sa guise les chambres13, les bas, les boutiques et les greniers pour former des unités locatives aux contours variables, libre de choisir ses locataires et de fixer leurs loyers, libre, enfin, de tenter d’augmenter ces derniers à chaque échéance de bail, le locataire principal pouvait espérer se loger gratuitement dès que le total des baux particuliers égalait le montant de son bail d’immeuble. Il pouvait même escompter des bénéfices (Zeller 1988). L’opération comportait ses risques. Daniel Roche a rapporté la mésaventure de Jean-Marie Levasseur, maître d’hôtel parisien que les impayés finirent par mettre sur la paille. A Lyon dans les années 1770-1780, l’avocat François-Pierre-Suzanne Brac échoua dans ses tentatives de rentabilisation par des hausses de loyer devenues dissuasives.

  • 14 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2960, 16 octobre 1704.
  • 15 Id., BP 2975, 23 juin 1716.

10Par ailleurs, la très grande mobilité géographique de la population lyonnaise faisait que beaucoup de baux n’arrivaient pas à terme. Par exemple, le 29 mars 1702, un bourgeois nommé Barthélemy de Saint-Étienne, locataire principal de la maison de Montezan, loua par acte sous seing privé une chambre au batelier Jean Clair moyennant 36 livres par an. Dès octobre 1704, le locataire disparut en emportant ses meubles et en laissant impayés les termes de la Saint- Jean Baptiste et de Noël 1704. Il n’avait donc réglé que son premier terme de loyer14. Plus grave encore fut la mésaventure du marchand Antoine Charvet, « inquilin principal » de l’abbesse de Saint-Pierre. Intrigué par l’agitation régnant chez son locataire Chivis, qui occupait tout le second étage pour 210 livres par an, il se mit à la fenêtre et vit « les fenestres des appartements dudit Chivis ouvertes, deux particulliers qui étoient audites fenêtres et en bas dans la rue trois autres particulliers, à eux descendre un paquet avec une corde »15. Il est vrai que les propriétaires pratiquant le faire-valoir direct pouvaient être également surpris par la célérité et l’efficacité de ces déménagements à la cloche de bois à l’exemple de

  • 16 Id., BP 2960, 2 janvier 1704.

Pierre Crampon bourgeois de cette ville disant qu’il est propriétaire d’une maison scize en cette ville au quartier de Bourgneuf occupée par 14 locataires dont la plupart en sortent sans payer leurs louages et enlèvent pour cet effet secretement leurs effects et entre autre Sieur Bouchet qui occupoit une chambres et une cuisine au second estage sur le devant au prix de 27 livres par année, lequel fit le joudhyer enlever sur les 10 a 11 heures du soir par 10 a 12 crocheteurs tous les meubles et effects qui estoient dans ladite chambre et cuisine dont le supliant qui en fut averty estant sur le champ allé trouva les portes ouvertes sans aucunes clefs aux serrures16.

  • 17 1700-1720, 1730-1745, 1770-1790.
  • 18 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2956, 29 décembre 1700 ; BP 2957, 31 mai 1701 et 21 juillet (...)
  • 19 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2960, 11 octobre 1705 ; BP 2965, 26 septembre 1708 ; BP 2966 (...)
  • 20 Id., BP 2960, 24 mai 1704.
  • 21 Id., BP 2970, 30 décembre 1711.

11De simples sondages opérés dans les archives judiciaires17 ont mis en évidence la fréquence de ces affaires18 ; encore ne s’agit-il sans doute que de préjudices méritant d’aller former une plainte auprès de la Sénéchaussée. Sans exception, les plaintes de l’échantillon concernent des déménagements clandestins permettant d’échapper à un arriéré d’un ou deux termes de loyer, soit, à Lyon, six mois payables à terme échu à la Saint-Jean Baptiste et à Noël. Beaucoup d’habitants indélicats décampaient même avant d’avoir versé le premier sol. Très souvent, c’était nuitamment que l’on faisait disparaître les meubles censés constituer une garantie pour le bailleur19. Ces constatations permettent de mettre en évidence une dimension importante des rapports de cohabitation : la surveillance exercée par les locataires principaux, nécessairement résidents, ou, plus difficilement, par les propriétaires sur des locataires particulièrement volatils. Parfois, cette relation est explicitement décrite :Antoine Dusserre, marchand de vin place du Grand Collège, décampa et mit la clef sous la porte « proffitant de ce que le supliant (le propriétaire) estoit en campagne aux festes dernières de la Pentecôte »20. La même mésaventure arriva à l’avocat Jérôme Valoux, dont le séjour aux champs permit au marchand de liqueurs Boucharlat de s’éclipser21.

12Sur le plan social, le locataire principal jouait un rôle considérable, accru au fil d’une évolution accomplie entre le xviie et le xviiie siècle. On admet généralement que la fonction appartenait originellement à l’artisan occupant la boutique du rez-de-chaussée (Garden 1970 : 406), et par là même placé en position stratégique. Au xviiie siècle, la ségrégation horizontale s’étant affirmée, le locataire principal professait généralement un état emblématique du territoire urbain concerné : avocat rue des Trois-Maries, fief des gens de loi ; bourgeois rue du Garet, en pleine zone de résidence élitaire ; mais simple tailleur d’habits dans la populeuse Grande Rue de l’Hôpital. Il était toujours amené à exercer une autorité fondée sur sa double fonction de surveillance et de réglementation. Ainsi, Arlette Farge a dépeint l’un de ces intermédiaires en la personne du menuisier parisien Devaux, locataire principal d’un immeuble du marché Saint-Honoré, assez reconnu pour que son ascendant se soit exercé sur les émeutiers de 1750 (Farge 1986 : 314-317).

  • 22 Id., BP 3447, 1er avril 1778.

13A l’intérieur de son immeuble, tout locataire principal exerçait un véritable pouvoir de police, qui découlait de sa capacité à instituer un règlement. Il désignait le responsable du balayage et de l’arrosage devant l’immeuble, organisait le passage du maître des basses oeuvres qui, bien souvent, ne pouvait vidanger les latrines qu’en passant par l’un des locaux du rez-de-chaussée. Quand des cabinets d’aisance avaient été aménagés sur les galeries à la florentine, il déterminait strictement les droits d’accès des locataires de chaque étage (Zeller 1993). Il lui fallait également organiser le roulement des corvées de nettoiement de l’escalier, celui de l’usage de la buanderie commune, ainsi que des greniers utilisés pour le séchage du linge et le battage des habits22. La grande affaire était ici le prêt des clefs de chacun de ces locaux, souvent assuré par l’artisan du rez-de-chaussée qui jouait un rôle proche de celui d’un concierge. Le locataire principal réglait éventuellement l’usage du puits particulier de la maison, et prohibait l’embarras des dégagements, des cours et des allées. Au xviiie siècle se note le souci d’éviter les odeurs de buanderie et « d’éviter aux personnes qui habitent les appartements les incommodités qu’elles éprouvent dans le temps des lessives par la fumée, la mauvaise odeur, le bruit et la malpropreté qui en sont toujours une suite nécessaire ». A fortiori se préoccupait-il de l’hygiène des latrines, imposant de « les tenir propres, le siège bouché et les portes fermées afin d’en intercepter l’odeur autant qu’il peut être possible ». Cette surveillance de la buanderie et des lieux d’aisance se matérialisait par la fermeture à clef systématique ; il convenait d’éviter que tout étranger à l’immeuble puisse les utiliser. Cette organisation communautaire de l’habitat pouvait engendrer trois types de sociabilité d’immeuble. Là où la ségrégation restait verticale, les locataires pauvres ou malaisés peuplant les étages supérieurs partageaient les tâches des domestiques des habitants plus fortunés vivant au premier et au second étage. En revanche, l’affirmation de la ségrégation horizontale, distinguant totalement un habitat élitaire d’un habitat populaire, voyait ici les corvées n’intéresser guère que les femmes des locataires, et, là, que les serviteurs des notables.

14La dernière importance du locataire principal tenait au fait que la stabilité résidentielle de tous les occupants de l’immeuble dépendait totalement de la solidité de son propre titre d’occupation. Les baux particuliers qu’il passait comportaient « promesse de maintenir autant que je serai maintenu ». En effet, rien n’obligeait le propriétaire à renouveler un bail général et, en pays de droit écrit, les lois Aede et Emptorem rendaient caducs tous les baux en cas de vente du bien ou d’emménagement personnel de son propriétaire. Il en résultait une instabilité en cascade des titres d’occupation, d’autant plus grande que beaucoup de locataires sous-louaient tout ou partie des pièces tenues à bail (Zeller 1988). N’échappaient à cette fragilité résidentielle que les locataires principaux qui assuraient la stabilité de leur exercice professionnel en obtenant de leur bailleur la renonciation écrite au droit de propriétaire qui aurait permis de les évincer à tout instant (Zeller 1993).

La rue et l’immeuble : osmoses

15Une imbrication : ainsi apparaît l’arrangement spatial entre rue et bâti. Directement issu d’une délimitation médiévale, le parcellaire en « touches de piano » portait des constructions mal alignées sur rue. Et le « bourrage de parcelle » opéré au xvie siècle pour élever de nouvelles constructions sur l’arrière des cours et des jardins produisit bien souvent des formes irrégulières. Il fallut attendre 1680 pour que le Consulat fît élaborer un projet baptisé « alignement général » appelé à n’être réalisé qu’au coup par coup ; on attendrait que les propriétaires des maisons frappées d’alignement vinssent rechercher la permission d’effectuer des travaux pour leur imposer un reculement moyennant indemnité. Dans les faits, la limite était ténue entre le bâti et l’espace public : presque jamais de trottoir, sinon quelques cadettes, dalles de pied de maison qui empiétaient souvent sur la rue. L’immeuble débordait volontiers sur l’espace public, par les étampements soutenant très longtemps les façades vétustes, par ses bornes chasse-roues, par les tas de matériaux abandonnés par les maçons, par les bancs de boutique, les enseignes, les auvents et les perches d’étendage régulièrement détruits sur ordre de l’autorité. De même, les rigoles d’eaux usées et les cornets d’eau pluviale contribuaient à faire du sol des rues de boueux cloaques.

Rue privée, rue publique

  • 23 A.M. Lyon, DD 355, 10 février 1578.
  • 24 Alias ruelle Punaise. Bâti et voirie sont toujours observables.
  • 25 Le toponyme subsiste, mais tout bâti ancien a disparu.
  • 26 Rue disparue lors des opérations d’urbanisme du début du xxe siècle.
  • 27 A.M. Lyon, DD356, 27 septembre 1581.

16Aux xvie et xviie siècles, le caractère public de la rue pouvait subir diverses atteintes. A diverses reprises, des habitants portèrent leurs doléances à l’autorité municipale pour dénoncer les nuisances, essentiellement nocturnes, qui émanaient d’obscures ruelles. Une pratique radicale pouvait être la fermeture définitive. Par exemple, en 1578, vinrent se plaindre les riverains de la rue Juiverie, axe majeur du quartier du même nom qui regroupait la grande majorité des grands marchands-banquiers italiens23. Ils exposèrent que la ruelle qui se glissait dans une discontinuité du front bâti et grimpait jusqu’à la montée Saint-Barthélemy24 « ne sert qu’à retirer une infinité d’immondices que quelques servantes et valets des maisons de ladite rue de Saint Barthélemy y portent pour leurs plus grandes aisances et commodités ». L’autorité municipale décida de faire nettoyer la rue par son voyer et de clore la ruelle par deux portes grillagées, le tout aux frais des requérants. La même solution fut appliquée en 1581 à une venelle qui reliait la rue de l’Angile25 à la rue de la Chèvrerie26 et desservait un puits public sans comporter d’accès aux bâtiments riverains27. Pour « empêcher telle puanteur par le moyen des vilenies qui s’y font ordinairement lorsqu’elle est libre », les voisins furent autorisés à mettre en place des portes qui ne pourraient être fermées que la nuit. Ainsi fut institué un rythme local d’accès à l’eau. De telles pratiques se constatent encore en 1655. Deux riches Lyonnais, de Soleyssel et le conseiller en Sénéchaussée Daveyne, vinrent se plaindre à nouveau de la ruelle infectant la rue Juiverie, servant « de retraite à plusieurs personnes mal vivantes et de receptable à toutes fortes ordures ». Certes, le rétablissement des portes leur fut accordé, mais l’acte consulaire témoigna d’un souci nouveau, celui d’affirmer le caractère public de la voirie, en stipulant « qu’elle demeurera toujours ruette publique, sans que ledit sieur Daveine n'y autres se puissent attribuer aucune propriété en icelle, et sera loisible aux voisins d’en avoir les clefs pour s’en servir quand ils le désireront, et que toutes fois et quant il plaira audit consulat laditte ruette demeurera entièrement ouverte à chaque côté desdites deux rues, auxquelles elle est traversière ». Ces exemples révèlent tous une curieuse dissociation du pouvoir par des dispositifs de contrôle privé agissant sur des espaces de droit public explicitement reconnus comme tels.

De la rue à l’immeuble

  • 28 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3397, 23 mars 1773.

17Ce qui était vrai pour la rue l’était largement pour les espaces privés qui s’ouvraient sur elle : seuils, allées et cours. Le dépôt d’excréments pouvait constituer une pratique régulière. Par exemple, un artisan de la rue Saint-Jean qui ne disposait que d’une petite boutique dépourvue de toute commodité allait chaque soir vider son pot dans le vestibule de l’immeuble voisin, au grand dam des habitants28. Quant à entrer dans un immeuble pour uriner dans la rigole qui conduisait vers l’extérieur les eaux sales de la cour, la chose était courante, et même admise, si l’on en croit la déposition du praticien Georges Donzy, agressé en pareille posture :

  • 29 « Faire de l’eau », « jeter l’eau », « verser de l’eau », « faire un filet d’eau » sont des expres (...)
  • 30 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3081, 26 janvier 1735.

Seroit intervenue la femme du nommé Mercier charpentier demeurant dans la meme allée, laquelle sans aucun sujet auroit invectivé et dit nombre d’injures au plaignant qui luy a representé fort doucement qu’elle avoit tort de se facher puisqu’il ne luy faisoit aucun dommage de faire de l’eau29 dans son allée30.

  • 31 Id., BP 3391, 24 août 1772.
  • 32 Id., BP 3068, 1er juillet 1732 ; BP 3114, 7 janvier 1740 ; BP 3393, 3 novembre 1773 et 9 novembre (...)
  • 33 Id., BP 3158, 8 février 1745.
  • 34 Id., BP 3429, 13 juin 1776.

18Ce n’était qu’en l’absence de rigole que le passant utilisait le seuil de l’immeuble : « Voyant qu’il n’y avoit point de rigole il se tint en dehors de l’allée, c’est à dire un pied dedans et l’autre en dehors », rapporte une victime31. Pourtant, nombre d’incidents et, en particulier, de rixes, étaient liés à cette pratique32. Jusqu’à un procureur revenant de l’audience de la Conservation frappé à coups de marteau par un artisan irrité33. Il est vrai que ceux qui avaient à entrer dans les immeubles ne se privaient pas d’uriner dans la cour ou à la porte de quelque habitant, à l’exemple de ce boulanger venant livrer ses pains aux locataires et surpris par le propriétaire34.

  • 35 Id., BP 3511, 22 novembre 1786 ; BP 3523, 26 mai 1788 ; BP 3529, 22 avril 1789.
  • 36 Id., BP 3483, 21 décembre 1782.

19La situation nocturne était très différente. Suivant en cela la réglementation municipale, les portes des allées étaient closes35, chaque locataire recevant un exemplaire des fortes clefs actionnant la serrure ; sa non-restitution constituait l’un des motifs de plainte les plus courants lors de la constatation des déménagements clandestins. La nuit, la maison se refermait sur elle-même, se protégeant d’un extérieur devenu hostile. Sans doute la conduite du nommé Brunet constituait-elle un cas limite ; la garde qu’il montait nuitamment effrayait jusqu’à ses voisins qui déposèrent : « Ce Brunet se tient toute la nuit placé derrière la porte de l’allée armé d’un baton. Lorsque l’on entre on est toujours surpris en appercevant un homme que l’on ne peut pas reconnoitre dans l’obscurité36… »

  • 37 Id., BP 3393, 9 novembre 1772 ; BP 3417, 6 juin 1775 ; BP 3463, 25 avril 1780 ; BP 3483, 13 novemb (...)
  • 38 Id., BP 3158, 12 février 1758.
  • 39 Id., BP 3056, 7 février 1730.
  • 40 Id., BP 3401, 14 août 1773.

20Cela n’empêchait pas des agressions matérielles ou symboliques. Il était assez courant de jeter des pierres depuis la rue pour fracasser les vitres des étages. En effet, la coutume lyonnaise était de disposer les volets à l’intérieur des embrasures, ce qui rendait les fenêtres vulnérables37. C’était également de nuit que se commettaient les actes destinés à nuire à la réputation des personnes visées. Par exemple, ce fut à onze heures du soir que le marchand épicier Payen surprit les frères Vial, marchands de soie venus placarder des écrits diffamatoires sur sa boutique38. Et ce ne fut qu’au petit matin que le notaire Hugues Delorme eut la désagréable surprise de découvrir un monceau de cornes malicieusement déposé à la porte de sa maison de la rue Raisin39. Cette symbolique du seuil était constamment sollicitée. Déposer des ordures à cet endroit revenait clairement à insulter celui qui résidait au-delà de cette fragile limite entre espace public et espace privé40.

De l’immeuble à la rue

  • 41 Id., BP 3399, 8 juin 1773.
  • 42 Id., BP 3475, 19 octobre 1781.
  • 43 Id., BP 3441, 18 août 1777.

21Les relations de l’intérieur de l’habitat vers l’extérieur renversaient l’usage du triple interface formé de plain-pied par le seuil et les boutiques et, en étage, par les fenêtres. Très volontiers, les habitants prenaient le frais à l’entrée de la maison durant les soirées d’été41, s’interpellant d’une rive de la rue à l’autre42. Les sources utilisées ici privilégient les événements conflictuels, à l’exemple des injures proférées par des prostituées à l’adresse d’un boutiquier de la rue des Feuillants43 :

  • 44 La possession de l’instrument est très probablement liée aux aspects pratiques de la prostitution.

Assis à sa porte prenant le frais avec sa femme et sa nièce, la boutique étant ouverte et la lumière éclairant le rez de chaussée occupé par les filles d’en face, elles se récrièrent d’abord sur cette clarté contraire à leurs intérêts et à leur état et finirent par jetter de l’eau sur le suppliant, son épouse et sa nièce avec une seringue44.

  • 45 A.M. Lyon, FF 052, 28 mars 1755.

22La boutique dominait littéralement le tronçon de rue où elle était sise. Très souvent, elle comportait des bancs, qui empiétaient volontiers sur la voirie, et les commissaires réprimaient l’établissement abusif d’étalages, comme celui de la veuve Despierre, rue Bourgchanin45. La boutique pouvait se compliquer de minuscules échoppes et, souvent, le travail envahissait la rue. Les plaintes des habitants de la rue de Flandres le disent assez :

Un maréchal travaille non seulement dans sa boutique en forge, mais aussi dans la rue. Il ne peut se placer dans des rues publiques, marchandes et fréquentées, parce que par son atelier, il occupe la moitié de la rue, et cause de l’embaras pour la montée des chevaux et des charretiers qui sont conduitz au devant de sa boutique.

  • 46 Id., 26 février 1752. Cf. aussi 11 juin 1749.
  • 47 Id., FF 052, 18 octobre 1749.
  • 48 Id., FF 052, 11 janvier 1749.
  • 49 Id., FF 052, 25 août 1750.
  • 50 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3378, 24 juillet 1771.

23Souvent féminins, de multiples petits commerces de rue concouraient à l’encombrement général. Par exemple, le commissaire Buyet verbalisa en 1749 les nommées Faset, Baud, Pigeat, Gaget et Carmé, revenderesses frauduleusement établies dans la grande rue Mercière46. De même, neuf petites marchandes sont chassées de la descente du pont de Saône vers la Pêcherie47. Ancêtres des brocanteurs, les revendeurs de gages entassaient leurs marchandises n’importe où : Blanc contribuait à engorger la rue Mercière48, Guillon la rue de la Monnaie49, alors que Brochet accumulait tant de meubles dans la cour et dans l’allée de son immeuble de la grande rue de l’Hôpital que ses voisins se plaignaient de ne plus pouvoir rentrer chez eux50.

  • 51 A.M. Lyon, FF 020, Ordonnances et règlements particuliers de la ville de Lyon (1470-1776) ; établi (...)

24D’autres métiers investissaient largement la rue, comme ces teinturiers ou ces corroyeurs qui tendaient des perches en étage. Leurs marchandises s’égouttaient sur les passants, empuantissaient l’atmosphère et obscurcissaient la rue. Ainsi, en juillet 1750, à la demande de plusieurs habitants de la petite rue Ferrandière, un procès-verbal fut dressé contre le nommé Bouchy, corroyeur, qui disposait ses peaux huilées « au retz de chaussée de son appartement » et aussi « sur des perches au premier étage qu’il occupe, lesdites perches sur lesquelles sont lesdites peaux allans presque jusqu’au milieu de la rue51 ».

25On reprochait également beaucoup d’arrogance aux bouchers, redoutés par ailleurs pour leur violence et pour l’habitude qu’ils avaient d’être accompagnés de molosses. Transgressant l’obligation qui leur était faite de concentrer leurs activités dans l’une des quatre boucheries officielles – des Terreaux, de l’Hôpital, de la Poulaillerie et de Saint-Georges –, ils étendaient leurs activités à tout un quartier. Les nuisances qui en résultaient sont décrites dans un placet remis au lieutenant de police :

  • 52 Id.

Monsieur, supplient humblement les soussignés citoyens de cette ville demeurant en rue des bouchers, et vous remontrent, Monsieur, que lorsqu’on bâtit la boucherie des Terreaux, l’un des principaux objets de la construction fut qu’il y auroit des greniers et appartemens convenables pour faire sécher les peaux des bestiaux qu’on y tue. Mais les bouchers ou le principal locataire de la boucherie, par des vues d’intérêt, soûloue beaucoup d’appartemens à des personnes non de leur profession, au lieu de les faire servir aux vues qui les a fait construire ; et prennent à louage des greniers dans le voisinage de la boucherie dans lesquels ils font journellement transporter leurs peaux qui exhalent une puanteur si insupportable qu’on ne peut respirer l’air sans être infecté. Surtout, dans les chaleurs ou lorsqu’il fait le vent du midi, ou que le temps se dispose à la pluye alors l’on est obligé de se parfumer chacun chez soi, si on veut dissiper cette infection qui occasionneroit infailliblement des maladies, même épidémiques. Lorsque ces peaux sont sèches, elles sont jetées d’un troisième à la rue, ce qui interrompt le cours du passage public et des voitures, endommage le mur de la maison de vis à vis, ces cuirs y heurtant contre. Même les vitres de la maison du sieur Chevallier, l’un des suppliants, ont été deux fois brisées par leurs chutes. Et si malheureusement, quelqu’un s’était trouvé aux fenêtres, alors il auroit pu estre écrasé. Autre préjudice est très considérable aux propriétaires des maisons voisines, qu’ils loueront leurs appartements beaucoup plus avantageusement et à des personnes mieux choisies, et ne seroient pas obligés de les avoir le plus souvent vuides pour raison de cette incommodité dont le seul aspect effraie52.

  • 53 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3407, 9 septembre 1774.

26Jeter eaux, ordures, épluchures et excréments par la fenêtre était d’une pratique absolument courante. En 1774, on trouva même « un enfant nouveau né, mort au milieu de la rue Poulaillerie de Saint Nizier, et qu’on présumoit avoir été jetté par une fenêtre »53. Si l’on s’en rapporte au style des plaintes en justice, il semblerait par ailleurs que lancer des bordées d’injures sur son ennemi depuis la fenêtre de la rue serait ressenti comme plus grave que de l’insulter à l’intérieur de l’immeuble. Ici, le cercle restreint de l’interconnaissance, en état de faire la part des choses, et là, la foule indistincte, prête à colporter sans scrupule les atrocités proférées, attentatoires à l’honneur de la victime ? Mais peut-être ne sont-ce que des illusions d’historien…

Dans la maison, de l’espace commun à l’espace privé

Maisonnées en conflit

  • 54 Id., BP 3515, 21 novembre 1786.
  • 55 Une terrasse dans le parler local.
  • 56 A. D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3190, 18 février 1745.
  • 57 Id., BP 3194, 13 août 1784.
  • 58 Id., BP 3417, 26 juin 1775 ; BP 3429, 30 juillet 1776.

27Les jets d’eaux sales et d’excréments nourrissaient également la chronique de la conflictualité d’immeuble. Très souvent, des rixes éclataient à ce sujet à partir de ces espaces plus spécifiquement féminins qu’étaient les galeries, l’escalier et la cour. Sans doute l’architecture lyonnaise qui faisait surplomber la cour intérieure par les galeries à la florentine desservant les différents étages était-elle particulièrement propice à devenir le théâtre de nombreux affrontements. Souvent exiguë, la cour se trouvait à la base d’une véritable cheminée limitée par les façades arrière de la maison et par le mur aveugle d’un immeuble mitoyen. Ainsi, dès qu’une activité n’était pas strictement confinée dans l’espace clos du logement, elle devenait immédiatement sensible aux autres habitants de l’immeuble. Il y aurait à écrire toute une anthologie des motifs de plainte proposés à la sagacité des juges. Tel habitant du quatrième étage se fait poudrer chaque matin dans l’escalier, à la fureur du fabricant de soieries du cinquième54. La cour et les soupiraux des caves forment le réceptacle de tout ce qui tombe des étages. Rue de la Monnaie, ce sont des charbons ardents qui s’échappent d’un brasero55 et incendie le chanvre qu’un cordonnier stocke dans sa cave56. Rue Grenette, l’artisan du rez-de-chaussée a reçu l’autorisation de construire une marquise vitrée pour transformer la cour en magasin ; cela suscite à son égard la forte inimitié de l’habitante du premier étage qui se plaint que « toutes les ordures que l’on jette des étages supérieurs séjournent sur ce grillage et causent une infection insupportable ». Il en résulte une petite guerre de voisinage : « Les Rivoire envoient leurs enfants se pendre à la sonnette toute la journée57.  » Tout au long du siècle, de nombreuses plaintes portent sur les dégâts occasionnés aux marchandises ou aux vêtements du fait de jets d’eaux sales ou d’ordures qui atteignent les fenêtres des niveaux inférieurs58.

Une forte promiscuité matérielle

  • 59 Id., BP 3411, 14 décembre 1774.
  • 60 Id., BP 3421, 6 novembre 1721.
  • 61 Id., BP 3425, 9 mars 1776.
  • 62 Id., BP 3483, 2 décembre 1782.
  • 63 Id., BP 3511, 28 décembre 1786. Cf. aussi BP 3538, 14 janvier 1790.

28Les sources montrent l’extrême souplesse de l’utilisation du bâti. Les locataires principaux recomposent à leur gré les unités locatives, prenant ici une chambre pour l’adjoindre à une autre. D’ailleurs, les baux ne concernent pas nécessairement des locaux contigus ; on peut louer, par exemple, le logement du second étage et les boutiques du rez-de-chaussée. Les bas, les greniers, les galetas des greniers rendus habitables, les boutiques, les cours et même les caves peuvent faire l’objet de baux séparés. Et les plus pauvres locataires sous-louent volontiers une partie de leur minuscule espace, quitte à diviser un bas ou une chambre. Résultant de conventions de circonstance, les situations ainsi créées sont souvent éphémères, ce qui explique l’insignifiance des travaux réalisés pour clore les unités locatives. Par exemple, tel habitant agrandit son logement en faisant démonter par un charpentier la cloison de bois qui le séparait d’une chambre inoccupée59. Rue Bourchanin, un cordonnier qui loue une chambre dans une maison de l’Hôtel-Dieu la partage en deux par des planches pour en sous-louer la moitié60. Ce ne sont également que quelques planches qui séparent la boutique d’un artisan de son allée, rue du Bois61. On imagine l’absence de toute intimité. Une plainte rapporte : « Le domicile de la déposante n’est séparé de celui de la plaignante que par un galandage en planche. Elle ouit qu’un particulier entra chez la plaignante62… » On conçoit également combien les effractions étaient faciles, comme chez cet apprêteur chapelier de la rue Mercière dont le local n’était séparé de son voisin que par une cloison de fortune63. La sécurité était d’autant plus une affaire collective que le menu fractionnement des étages d’immeubles faisait qu’un vestibule d’appartement divisé donnait accès à plusieurs chambres abritant différents locataires. Volé, l’un de ceux-ci explique :

  • 64 Id., BP 3399, 4 mai 1773.

Il occupe deux chambres, un bas et une cave dans une maison située rue de la Pêcherie. Ces deux chambres sont situées au deuxième étage, elles prennent leur entrée par un vestibule qui distribue à trois pièces. Le vestibule a toujours été fermé par une porte dont la clef a été remise au plaignant lors de son entrée en jouissance et il est d’autant plus essentiel que ce vestibule soit fermé que la séparation dudit vestibule et des chambres est en bois fort vieux ainsi que les portes de l’entrée desdites chambres64.

  • 65 Id., BP 3384, 28 janvier 1772.
  • 66 Id., BP 3455, 17 mai 1779.

29Même si l’habitat bourgeois se hérissait de grilles, de barreaux et de serrures (Garden 1970 : 407 ; Zeller 1988), le logement du misérable restait le plus souvent très vulnérable, comme celui de cette plaignante de la rue Saint-Marcel rapportant que son « appartement n’est fermé que par une porte de laquelle on peut très facilement faire glisser le verrou65 ». État de fait d’autant plus grave que les logements étaient imbriqués, au point qu’un habitant de la rue Saint-Claude dut traverser les appartements de sa voisine pour se rendre aux latrines66 !

La guerre des parties communes

  • 67 Id., BP 3411, 10 novembre 1774.
  • 68 Id., BP 3459, 14 octobre 1779.
  • 69 Beaucoup d’immeubles lyonnais du xvie et du début du xviie siècle surélèvent leur escalier en spir (...)
  • 70 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2971, août 1712.
  • 71 Id., BP 3371, 19 novembre 1770.
  • 72 Id., BP 3481, 27 juillet 1782.

30Maintes rixes, maints échanges d’injures les plus vertes naissent également de différends relatifs aux travaux et usages collectifs. Des locataires injurient ainsi celui qui vient leur demander de balayer l’escalier à leur tour67. On se bat, littéralement, pour l’usage du grenier. Ici, c’est la locataire du deuxième qui, après avoir emprunté sa clef à l’artisan du rez-de-chaussée qui en est dépositaire, refuse absolument de la restituer une fois son tour passé68. Là, c’est un marchand qui loue deux chambres aux cinquième et sixième étage pour servir d’entrepôt. Mais la pièce la plus élevée commande l’accès à la tour de guet69 de l’immeuble. Irrité de s’en voir refuser l’accès, le locataire du troisième n’hésite pas à se frayer un chemin à coups de hache70 ! Ailleurs, une rixe éclate lorsque la locataire d’un bas refuse de le débarrasser sur l’injonction du locataire principal, qui doit faire pratiquer la vidange du sac des latrines71. Les conflits naissent aussi à propos d’accaparements de la cour commune : par exemple, on se plaint de la construction illégale « d’une écurie qui causoit beaucoup d’incommodités mais encore exposoit les enfants à recevoir des coups de pieds de chevaux72 ». L’accès à l’eau constitue également un enjeu majeur. La maisonnée cherche volontiers à exclure les étrangers à l’immeuble. Après avoir subi injures et brutalités, une habitante dépose que

  • 73 Id., BP 3494, 9 juillet 1784.

la remontrante alloit à la pompe de la maison Vergier scize sur ladite rue Raisin pour y prendre de l’eau ; la barrière de la cour où est la pompe étant fermée la plaignante s’en retounoit sans avoir pu prendre de l’eau lorsque Villedieu entrant dans l’allée lui dit ce qu’elle venoit de faire et pourquoy malgré la deffense qu’il luy avoit faitte de prendre de l’eau a cette pompe, elle y venoit toujours. La remontrante lui observa avec la modération qui caractérise son sexe que lorsque la barrière est ouverte elle avoit le droit d’y entrer pour prendre de l’eau73.

  • 74 Id., BP 3492, 10 mars 1784.
  • 75 Id., BP 3479, 20 mars 1782.
  • 76 Id., BP 3114, 27 janvier 1714 ; BP 3116, 30 juin 1740 ; BP 3369, 21 septembre 1770 ; BP 3380, 14 a (...)

31De même, le sieur Plandry qui, après avoir été agressé, rapporte qu’il était « allé selon son habitude tirer de l’eau dans un puits dépendant de la maison du sieur André Gangelin : depuis plus d’un an celui-ci lui avoit remis la clef de ce puits afin qu’il eut a volonté la liberté d’y puiser de l’eau. Jamais personne ne l’avoit inquiété. Mais un des locataires de la maison lui dit que le puisage incommodait les locataires de la maison74… ». Non seulement l’accès à l’eau est refusé aux voisins de la rue ; il est même présenté comme ne relevant que du bon vouloir du propriétaire, à l’exemple de ce possesseur d’une maison de la rue Grolée qui expose « qu’il a une pompe à eau qui n’est que pour l’usage des locataires de ladite maison et encore à la volonté du remontrant, propriétaire, qui a la clef de ladite pompe et qui la ferme quand il juge à propos75 ». D’autres exemples pourraient être cités76 : ce ne sont que cruches cassées, seaux renversés, servantes chassées et horions échangés.

  • 77 Id., BP 3449, 9 juillet 1778 ; BP 3451, 28 octobre 1778.
  • 78 Id., BP 3443, 1er décembre 1777.
  • 79 Id., BP 3403, 21 décembre 1773.

32Pires encore sont les conflits nés de l’usage commun des latrines. Il s’agit généralement de la revendication brutale d’un droit d’usage77. Mais tout se complique dès que la maison abrite un lieu public et, en particulier, une auberge. Après une rixe, on expose que « la femme du suppliant nettoyant comme elle faisoit deux à trois fois la semaine les communs attendu que toutes sortes de gens vont et viennent chez les nommés Carty et Marquet aubergistes de la même maison, le neveu dudit Marquet est venu et dit insolemment à la femme du plaignant qu’il vouloit aller auxdits communs78 ». De même, des compagnons sont poussés à la violence lorsqu’un « des camarades du plaignant étant allé à des commodités placées au premier étage de la maison qu’habite le maître du plaignant, le nommé Morelon charcutier qui habite le rez de chaussée de la même maison s’y étant trouvé, prétendit qu’on venoit l’espionner pour scavoir s’il faisoit ses besoins sur le siège ou par terre79 ». Ce n’est pas là vaine anecdote : il s’agit de dépositions faites en justice après des faits souvent graves. De tels contenus révèlent l’intensité des tensions liées aux usages communs de la cohabitation.

Conclusion

33En dépit de leur caractère inévitablement impressionniste, les archives lyonnaises fournissent aux divers questionnements articulés autour de la cohabitation une réponse claire. Les documents ont mis en évidence une double perméabilité, entre espace public et espace privé tout d’abord, mais également entre espace privé et espace commun, ce dernier étant formé par les allées, les cours, les escaliers, les puits, les buanderies et les greniers qui ne sont pas de simples lieux de passage, mais également des lieux de vie où l’on se croise, où l’on travaille et où l’on s’affronte. Par ailleurs, il existe manifestement une sociabilité d’immeuble où s’entrecroisent les solidarités, les conflits et les enjeux d’honneur.

34Pour autant, il ne faudrait pas ignorer le début d’une évolution ségrégative dont certains baux jettent les prémices. Le xviiie siècle voit se définir la notion juridique d’immeuble bourgeois. Certains baux commencent à exclure toute activité pouvant attirer le populaire, bruyant et turbulent. En particulier sont bannis les cabarets bourgeois, lieux de débit au pot, et non au verre, des vins jouissant d’exemptions fiscales grâce au statut juridique de bourgeoisie possédé par un habitant de l’immeuble. Sont pareillement exclus les métiers nauséabonds, dangereux – on redoute les fours des boulangers et des pâtissiers – ainsi que les professions bruyantes, en particulier les « métiers à marteau ». Sont également refusées les machines ancrées aux solives et aux poutres et qui communiquent des ébranlements répétés à toute la construction, comme les presses d’imprimeur et les métiers à tisser. Ne restent possibles que la vie de rentier ou l’exercice de professions libérales ou négociantes. Cette volonté de retranchement témoigne de la volonté de ne plus choisir son habitat en fonction seulement des connotations sociales et symboliques attachées à sa situation topographique, mais également de s’assurer un mode de vie valorisant le calme, le silence, la pratique d’activités jugées honorables et la protection des espaces privés et communs par rapport à l’espace public, fuyant le tintamarre vers un cadre plus feutré. Dès lors, il ne manque plus que le refoulement des domestiques hors de l’espace familial pour que soit réalisé le modèle social de l’immeuble bourgeois tel qu’on le connaîtra aux xixe et xxe siècles. D’autres sociabilités de cohabitation entreront alors en jeu.

Bibliographie

Références bibliographiques

Davis, N.Z. 1979. Les cultures du peuple, rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Aubier.

Farge, A. 1986. La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette.

Garden, M. 1970. Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres.

Vial, E. 1904. « Les réveille-matin de Lyon », Revue d’Histoire de Lyon, II, p. 345-356.

Zeller, O. 1983. Les recensements lyonnais de 1597 et 1636. Démographie historique et géographie sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

– 1988. « Un mode d’habiter à Lyon au xviiie siècle. La pratique de la location principale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXV, 1988/1, p. 36-60.

– 1993. « A l’enseigne du Chameau. Manières d’habiter, manières de gérer à Lyon au xviiie siècle », Cahiers d’histoire, 1, p. 25-54.

– 1995. « Un exemple de gestion immobilière. L’administration du patrimoine foncier de la famille Petitot à Lyon au xviiie siècle », in Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle), Rome/Lyon, École française de Rome/Presses universitaires de Lyon.

– 1999. « La trajectoire résidentielle de François Valesque, épicier en gros et échevin de Lyon (1706-1791) », Cahiers d’histoire, numéro spécial « Habiter la ville », xviie-xxe siècle, tome 44, 4, p. 559-572.

Notes

1 Cet article est le résultat d’un travail collectif mené par l’équipe « Histoire des villes et de leurs populations » du Centre Pierre-Léon (umr 5599). Les dépouillements ont notamment été réalisés par Marie-Laure Martelet, Yannick Jambon et Pierre-Alexandre Le Guern.

2 Local au rez-de-chaussée donnant généralement sur cour et servant d’entrepôt ou de remise.

3 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2966, 19 avril 1709.

4 Id., BP 3083, 2 juin 1735.

5 Id., BP 3501, 17 août 1785.

6 Id., BP 3469, 28 janvier 1730.

7 Id., BP 3469, 30 janvier 1781.

8 Le mot désigne à Lyon le vestibule reliant l’escalier d’un immeuble à la porte ouvrant sur l’extérieur.

9 Archives de La Norenchal, fonds Valesque,AP2, livre-journal de François Valesque.

10 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, juillet-août 1750.

11 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3114, 13 janvier 1740 ; BP 3411, 29 novembre 1774 et 30 novembre 1774 (deux plaintes distinctes) ; BP 3467, 19 septembre 1780 ; BP 3517, 3 septembre 1787 ; BP 3533, 28 décembre 1789.

12 A.M. Lyon, FF 039.

13 Par chambre, il faut comprendre pièce d’habitation. A Lyon au xviiie siècle, le fractionnement de l’habitat permettant de loger la forte proportion de la population qui vivait dans la pauvreté finit par constituer la chambre unique en habitat populaire type.

14 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2960, 16 octobre 1704.

15 Id., BP 2975, 23 juin 1716.

16 Id., BP 2960, 2 janvier 1704.

17 1700-1720, 1730-1745, 1770-1790.

18 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2956, 29 décembre 1700 ; BP 2957, 31 mai 1701 et 21 juillet 1701 ; BP 2958, 10 mai 1702 et 17 octobre 1702 ; BP 2959, 7 novembre 1702 ; BP 2960, 16 juin 1704 ; BP 2961, 29 juillet 1705 ; BP 2965, 17 mars 1708 ; BP 2971, février 1712 ; BP 2974, 15 avril 1715 et 13 avril 1716.

19 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2960, 11 octobre 1705 ; BP 2965, 26 septembre 1708 ; BP 2966, juillet 1709 et 7 août 1709 ; BP 2968, 14 avril 1710 ; BP 2971, janvier 1712 et 25 juin 1712 ; BP 2972, 6 décembre 1713 ; BP 2974, 27 mai 1715, 28 novembre 1715 et 30 décembre 1715 ; BP 2975, 16 mars 1716 ; BP 3081, 4 janvier 1735 ; BP 3118, 4 septembre 1740.

20 Id., BP 2960, 24 mai 1704.

21 Id., BP 2970, 30 décembre 1711.

22 Id., BP 3447, 1er avril 1778.

23 A.M. Lyon, DD 355, 10 février 1578.

24 Alias ruelle Punaise. Bâti et voirie sont toujours observables.

25 Le toponyme subsiste, mais tout bâti ancien a disparu.

26 Rue disparue lors des opérations d’urbanisme du début du xxe siècle.

27 A.M. Lyon, DD356, 27 septembre 1581.

28 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3397, 23 mars 1773.

29 « Faire de l’eau », « jeter l’eau », « verser de l’eau », « faire un filet d’eau » sont des expressions synonymes d’uriner.

30 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3081, 26 janvier 1735.

31 Id., BP 3391, 24 août 1772.

32 Id., BP 3068, 1er juillet 1732 ; BP 3114, 7 janvier 1740 ; BP 3393, 3 novembre 1773 et 9 novembre 1773 ; BP 3527, 6 février 1789.

33 Id., BP 3158, 8 février 1745.

34 Id., BP 3429, 13 juin 1776.

35 Id., BP 3511, 22 novembre 1786 ; BP 3523, 26 mai 1788 ; BP 3529, 22 avril 1789.

36 Id., BP 3483, 21 décembre 1782.

37 Id., BP 3393, 9 novembre 1772 ; BP 3417, 6 juin 1775 ; BP 3463, 25 avril 1780 ; BP 3483, 13 novembre 1781 ; BP 3485, 15 avril 1783 ; BP 3515, 8 mai 1787.

38 Id., BP 3158, 12 février 1758.

39 Id., BP 3056, 7 février 1730.

40 Id., BP 3401, 14 août 1773.

41 Id., BP 3399, 8 juin 1773.

42 Id., BP 3475, 19 octobre 1781.

43 Id., BP 3441, 18 août 1777.

44 La possession de l’instrument est très probablement liée aux aspects pratiques de la prostitution.

45 A.M. Lyon, FF 052, 28 mars 1755.

46 Id., 26 février 1752. Cf. aussi 11 juin 1749.

47 Id., FF 052, 18 octobre 1749.

48 Id., FF 052, 11 janvier 1749.

49 Id., FF 052, 25 août 1750.

50 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3378, 24 juillet 1771.

51 A.M. Lyon, FF 020, Ordonnances et règlements particuliers de la ville de Lyon (1470-1776) ; établissements dangereux et nuisibles, librairies, imprimeries, portefeuille xixe siècle. Document non daté.

52 Id.

53 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3407, 9 septembre 1774.

54 Id., BP 3515, 21 novembre 1786.

55 Une terrasse dans le parler local.

56 A. D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 3190, 18 février 1745.

57 Id., BP 3194, 13 août 1784.

58 Id., BP 3417, 26 juin 1775 ; BP 3429, 30 juillet 1776.

59 Id., BP 3411, 14 décembre 1774.

60 Id., BP 3421, 6 novembre 1721.

61 Id., BP 3425, 9 mars 1776.

62 Id., BP 3483, 2 décembre 1782.

63 Id., BP 3511, 28 décembre 1786. Cf. aussi BP 3538, 14 janvier 1790.

64 Id., BP 3399, 4 mai 1773.

65 Id., BP 3384, 28 janvier 1772.

66 Id., BP 3455, 17 mai 1779.

67 Id., BP 3411, 10 novembre 1774.

68 Id., BP 3459, 14 octobre 1779.

69 Beaucoup d’immeubles lyonnais du xvie et du début du xviie siècle surélèvent leur escalier en spirale d’un étage au-dessus des toits, abrité par une tourelle pouvant servir à guetter les incendies, mais également à la surélévation ultérieure de l’édifice.

70 A.D. Rhône, Sénéchaussée criminel, BP 2971, août 1712.

71 Id., BP 3371, 19 novembre 1770.

72 Id., BP 3481, 27 juillet 1782.

73 Id., BP 3494, 9 juillet 1784.

74 Id., BP 3492, 10 mars 1784.

75 Id., BP 3479, 20 mars 1782.

76 Id., BP 3114, 27 janvier 1714 ; BP 3116, 30 juin 1740 ; BP 3369, 21 septembre 1770 ; BP 3380, 14 août 1771 ; BP 3496, 22 décembre 1784 ; BP 3525, 28 septembre 1788 ; BP 3531, 26 septembre 1789.

77 Id., BP 3449, 9 juillet 1778 ; BP 3451, 28 octobre 1778.

78 Id., BP 3443, 1er décembre 1777.

79 Id., BP 3403, 21 décembre 1773.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable