Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société des voisins

 | 
Bernard Haumont
, 
Alain Morel

II. Les incertitudes de la résidentialisation

Négocier l’espace partagé

Les Bourderies : un quartier populaire de Nantes

Anne-Marie Giffo-Levasseur et Élisabeth Pasquier

Texte intégral

1Les espaces intermédiaires focalisent aujourd’hui l’attention des chercheurs comme des aménageurs : ils seraient en crise. Les aménageurs se demandent comment les nommer, les identifier, les gérer. Les chercheurs s’interrogent sur le sens des transformations en termes d’usages, de représentations des rapports de cohabitation dans ces espaces entre privé et public. Ce texte est le résultat d’une recherche qui a analysé les modifications des rapports sociaux dans l’espace de proximité de la sphère résidentielle (gers, Pasquier & Olivier 2003). Précisons que les hypothèses sont issues d’une série d’enquêtes effectuées sur différents terrains du logement social depuis vingt ans, y compris sur le quartier des Bourderies retenu pour cette recherche. Il s’agit ici de réinterroger les pratiques et les représentations liées aux espaces proches des logements à travers les modes d’habiter saisis à partir des histoires de peuplement dans un quartier populaire. Des entretiens approfondis ont été menés avec des habitants des différentes opérations immobilières qui constituent les Bourderies. Ils ont été complétés par une analyse des modes d’habiter, une articulation des trajectoires résidentielles, des usages actuels et des appréciations. Les notions de quartier, de cité, de rue, de ville, et au-delà, les nouveaux enjeux du privé, du collectif, du public ont été mis en question.

Les conceptions successives des espaces du proche dans un quartier majoritairement HLM

2Le quartier des Bourderies présente bien des avantages par rapport à la problématique de la recherche. Composé de cinq opérations de construction d’habitations à loyer modéré (hlm) réalisées à trois périodes distinctes et gérées par le même office public municipal, il permet de revisiter les conceptions initiales des espaces intermédiaires pour chacune d’elles et de constater les transformations opérées depuis. Celles-ci sont le résultat de la confrontation des usages et des nouvelles normes souvent héritées des copropriétés privées et transposées dans le parc hlm à l’occasion des réhabilitations. La localisation à la lisière d’un quartier faubourg, lui-même limitrophe d’une zup, offre également la possibilité d’analyser les croisements des représentations du logement social, du quartier populaire et du grand ensemble.

3Chacune des périodes se caractérise par certains types d’immeubles et de maisons. Dans le cas de l’opération hbm des années 1930, les espaces extérieurs sont fortement qualifiés. La cité est composée de petits immeubles et de maisons individuelles, l’ensemble est en continuité avec le tissu voisin de la ville-faubourg sur des voies en impasses ou des rues tranquilles. Les maisons individuelles en alignement sur rue bénéficient de jardins assez grands et, pour les locataires des collectifs, des parcelles de jardins privatifs sont regroupées en cœur d’îlots. Caveaux et séchoirs à linge renvoient à des fonctions individuelles extériorisées de l’espace privé. Le stationnement se fait le long des trottoirs. La densité est comparable au reste du quartier ancien de Chantenay. Enfin, les commerces en rez-de-chaussée des collectifs sur la voie principale du quartier ont mieux résisté que d’autres à la crise du petit commerce.

4Les trois petites cités des années 1950, opérations de relogement, sont réparties sur des terrains dont la taille et l’orientation gomment l’ancien parcellaire. Les espaces ouverts très peu qualifiés entourent les six barres, ce traitement minime correspondant à leur statut d’habitat social fortement marqué. Ces vastes parties extérieures n’ont pas d’utilisation et offrent un contraste avec l’exiguïté des logements. On retrouve, comme précédemment, des caveaux individuels et des séchoirs à linge collectifs. Les stationnements automobiles se font sur des parkings desservis par des voies secondaires en cul-de-sac et non plus sur la rue. Une série de vingt-cinq maisons individuelles, jumelées par deux, se répartissent suivant un plan orthogonal. Elles sont cette fois en retrait par rapport au trottoir, ménageant des jardinets plus ou moins larges à l’avant et à l’arrière. L’ensemble, très ouvert, ne permet l’appropriation privative de ces jardins qu’au prix d’aménagements importants difficiles à mettre en œuvre pour des raisons économiques et techniques.

5Des espaces ouverts plus clairement paysagés qualifient l’opération des années 1960. Les caveaux et séchoirs à linge ont disparu, le stockage des objets se fait dans des caves individuelles réparties en sous-sol et le séchage du linge est personnel (salles de bain, séchoirs amovibles aux fenêtres, interdits dans le règlement mais tolérés). Les bacs à sable, terrains de jeux pour différents âges, tables de ping-pong, bancs, supposent une négociation entre générations et groupes d’habitants. Des parkings sont prévus perpendiculairement aux trottoirs sur des voies elles aussi en cul-de-sac. Les immeubles – barres et plots – et les voies sont disjoints, il est difficile de reconnaître un avant et un arrière, l’adressage est confus. Une série de maisons individuelles en bande, conçues pour loger de grandes familles, ont été livrées à l’origine sans jardin privatif mais entourées d’espaces comparables aux collectifs. Un petit centre commercial situé en rez-de-chaussée d’une voie secondaire a vu les commerces fermer un à un.

6Des logements pavillonnaires privés plutôt modestes sont plus ou moins imbriqués dans les opérations hlm. Suivant leur période de construction, ils sont soit alignés sur la rue, soit en retrait de quelques mètres. La plupart des activités commerciales et des équipements, à l’exception du centre socioculturel, se situent sur les limites du quartier : les deux supérettes, les cafés, les écoles, l’église.

7Les différentes conceptions révèlent une évolution du partage de l’espace extérieur, propriété du bailleur, entre les statuts individuel et collectif. Pour les immeubles, le jardin devient espace vert ou aire de jeux collectifs. Des pratiques autrefois externalisées comme celle du séchage du linge ou du bricolage se replient sur l’espace privé, ou disparaissent de la sphère résidentielle (jardinage). Le décoratif et le ludique semblent gagner sur l’utile et les raisons d’être dehors ne sont plus les mêmes. Hier, on pouvait être dehors à jardiner, bricoler, étendre son linge, à proximité ou sous le regard des autres, se sentant légitimé par une activité utile. On serait aujourd’hui dehors pour s’asseoir, se promener ou pour surveiller de jeunes enfants. Les maisons évoluent dans le sens d’une articulation moins nette avec la voirie principale, par un groupement en « lotissement » en retrait. Leur conception s’est alignée sur le modèle collectif. La création des espaces intermédiaires provient de ce double jeu. Pour les immeubles : disparition des dépendances individuelles au profit des dépendances collectives qui sont de moins en moins qualifiées, devenant pur décor ou espace pour les jeunes enfants, avec des voiries au statut imprécis ; pour les maisons : retrait de la rue et création d’un espace collectif sans statut précis, dont le groupe de locataires doit définir lui-même les limites.

8La dimension composite du quartier des Bourderies tient à la coprésence de hlm et de maisons individuelles privées créant des espaces de jonction plus ou moins maîtrisés. De plus, au niveau de la forme urbaine, ce quartier possède un système de desserte à deux vitesses composé, d’une part, de passages piétons entre tous les îlots – restes des circulations liées à l’ancien parcellaire rural –, d’autre part, d’enclavement au niveau de la voirie secondaire – conception du système de voirie du mouvement moderne. Ce système d’ouverture des circulations piétonnes et de fermeture partielle au système automobile donne une identité assez forte au quartier. La liberté qui en découle permet des parcours quotidiens très divers, que ce soit sous l’angle de la créativité ou pour échapper à un possible contrôle social local. Elle n’est pas toujours perçue par ceux qui n’habitent pas sur place et elle pose même problème pour tous ceux qui sont chargés du maintien de l’ordre. La liberté des uns devient, en tant que telle, le problème des autres. Ces circulations sont mises en question par les gestionnaires pour des raisons assez différentes. D’une part, elles sont utilisées par des jeunes qui en maîtrisent bien les parcours, permettant une mobilité pour se cacher ou fuir. Le contrôle est alors difficile pour les forces de police (accès complexe, lisibilité difficile). D’autre part, leur entretien et leur animation sont aussi en cause. En conséquence, des solutions sont envisagées par le bailleur et la Ville : empêcher les accès, supprimer les appropriations individuelles, attribuer plus clairement un espace collectif à un groupe d’immeubles, qualifier les lieux en indiquant les usages, enfin, nous y reviendrons, résidentialiser.

Transformations négociées, transformations imposées

9Certains espaces ont connu des transformations de différentes natures. Quelques exemples servent d’analyseurs des nouveaux enjeux.

10Dans la cité hbm, le principe d’attribution automatique de petites parcelles de potager liées à des logements n’a pas été repensé alors même que certains locataires ne souhaitaient plus les cultiver. Des friches sont apparues, le bailleur en a transformé quelques-unes en pelouse. Pourtant, certains locataires ont cherché des parcelles de potager ailleurs, soit parce qu’il en manquait sur place, soit parce qu’ils préfèrent jardiner dans un espace distinct de la sphère résidentielle.

11A l’inverse, les locataires des maisons hlm des années 1960 ont finalement obtenu du bailleur des jardins privatifs sur une partie de l’espace commun. Toutefois, ces jardins n’occupent qu’une partie de l’espace, du fait de la présence des réseaux techniques souterrains renvoyant au statut collectif du sol. Le pourtour est devenu un espace résiduel qui a reçu un aménagement semblable aux espaces collectifs des immeubles.

12Dans le cas d’une des barres des années 1950, un processus de qualification des espaces autour du bâtiment a été mis en œuvre : traitement du trottoir sur l’avant, marquage de l’entrée vers l’arrière de l’immeuble par un portail symbolique, organisation d’un parc avec plantations et jeux. Alors que dans d’autres parties du quartier les caveaux et séchoirs à linge ne sont pas entretenus, sont délaissés puis supprimés, ici, ils ont été conservés, mis en valeur et sont tous utilisés. Un des séchoirs à linge a fait l’objet d’un traitement particulièrement soigné (grilles en fer forgé et plantations d’espèces rares en hlm). Il est devenu le symbole de la capacité de conquête et de contrôle d’un groupe de femmes, ainsi que le lieu d’un usage individuel et collectif. Dans ces deux exemples, la négociation n’a tenu qu’à la présence et au savoir-faire d’un militant entraînant ses voisins. Le délaissement de ce même type d’espaces ne signifie donc pas l’absence d’attentes, mais plutôt l’incapacité de s’organiser.

13A l’inverse de ces transformations porteuses de sens, certains travaux issus des réhabilitations ont homogénéisé l’espace, renvoyant à la marque uniformisante du bailleur. L’ensemble des bâtiments a vu l’installation de blocs-portes métalliques, munis de portiers électroniques. Cet aménagement a souligné d’une manière forte une limite jusque-là plus ouverte entre un dedans (les cages d’escalier) et un dehors (les pieds d’immeuble), sur le modèle des résidences privées. Si certains habitants appréciaient cet aménagement, d’autres s’y sont seulement soumis. Ainsi, la neutralisation d’espaces serait-elle le fait du bailleur, la conquête d’espaces appropriables et identifiables, le fait des habitants.

14Aujourd’hui, les abords immédiats d’immeubles hlm ont pour objectif, sur la partie arrière, de permettre une vie collective de proximité centrée essentiellement sur la vie des jeunes enfants, protégée de la circulation et, sur l’autre partie, d’assurer la fonction de passage, celui de l’entrée de l’immeuble et celui de l’accès de la voiture à sa place de stationnement. Lieux d’extension licite de la vie quotidienne, dans ces abords de l’habitat s’inscrit une part de l’articulation des ménages à la vie sociale : extériorisation des différents membres de la famille, de ses activités et relations, usage de moyens de locomotion. Aux Bourderies, ils correspondent aussi à des réaffectations d’espaces individuels, à des circulations et à des zones de contact entre opérations ou avec des îlots de logements privés. Or, la partie d’espace non affectée est parfois occupée pour le bricolage, la circulation de deux-roues, les trafics ou jeux d’adolescents, extension du domicile au su et au vu de tous, avec des interprétations différentes et des modalités de contrôle plus ou moins aisées. Ces lieux posent constamment la question de la définition de l’appropriation convenable, du privé et du public, ou encore de l’usage, de la responsabilité et du contrôle.

Histoire de peuplement et modes d’habiter

15L’histoire du peuplement semble toujours déterminante (Chamboredon & Lemaire 1970) pour saisir les modes d’habiter aujourd’hui à l’œuvre et leurs effets sur les pratiques développées dans les espaces intermédiaires et leurs représentations. Aux Bourderies, l’important fractionnement de ceux-ci pèse sur les rapports de cohabitation et plus encore sur la difficulté des aménageurs à déchiffrer les attentes des populations qui y vivent.

16A l’origine, les opérations de relogement ont produit l’arrivée dans ce quartier de deux types de populations : d’une part, des ouvriers frappés par la crise du logement des années 1950 qui sont depuis partis ou qui ont fait le choix de s’accommoder de conditions de logement médiocres (du fait d’un emplacement dans la ville qui leur convient) et, d’autre part, de grandes familles assistées dont les années 1980-1990 ont encore aggravé la prolétarisation.

17L’enracinement et le statut de ces deux types de populations écrivent depuis l’origine de ce quartier une double histoire : celle d’un quartier ouvrier intégré à la ville-faubourg et celle d’un quartier parfois agité d’anecdotes tapageuses dont certains épisodes continuent de nourrir une mémoire locale. La présence d’une équipe d’éducateurs de prévention à la fin des années 1970 renvoie à une image de marginalisation et de nécessaire éducation de certaines familles.

18L’enracinement d’une partie de ces deux sous-populations a des effets visibles dans les espaces de cohabitation. Dans le cas d’un des bâtiments des années 1950 déjà évoqué, un fort investissement des femmes aujourd’hui âgées – autrefois salariées comme leurs maris ouvriers – leur a permis d’obtenir des améliorations dans les espaces intermédiaires. Un rapport privilégié avec le bailleur s’est construit au fil du temps, dans un mode de relation directe faite de familiarité, de paternalisme et de revendication sur le modèle syndical. Elles réussissent encore aujourd’hui à mettre au pas les nouveaux sur les modes de sociabilité attendus : respect des espaces collectifs, contrôle des bruits et de la propreté, rituels collectifs autour de décorations à Noël et à Pâques permettant de rendre visible l’image d’un « vivre ensemble ». Ce mode de régulation est fait d’une forte imbrication entre solidarité et contrôle social, l’exclusion de ceux qui refusent l’usage moyen faisant partie du système. Ces familles ont parfois fait souche. La première génération avait connu la crise du logement et c’est la crise du travail qui a touché leurs enfants dans les années 1980-1990. Leur difficile insertion a conduit certains à rejoindre ce patrimoine hlm bas de gamme pour se rapprocher de leurs parents, ceux-ci leur assurant l’obtention d’un logement. Ces réseaux familiaux de solidarité ressemblent à des types de sociabilité propres aux familles sous-prolétaires. Mais si les processus de paupérisation font se ressembler une partie des familles, leurs cultures restent distinctes dans le rapport à l’espace du logement et de ses abords (certaines fonctions ne s’externalisent pas) et surtout dans le rapport aux institutions. Les membres de ces familles, dont la mobilité était hier surtout liée au travail, ont conquis d’autres espaces dans la ville élargie autour des loisirs et des pratiques de consommation. Ils évaluent et négocient les rapports aux écoles, n’hésitent pas à critiquer, refuser ; dans le domaine du logement, ils savent demander et obtenir. La demande de qualification des espaces intermédiaires tient à un attachement fort à l’immeuble et au quartier, créant un désir d’appropriation proche de celui de petits propriétaires. Quant aux logements très petits, ils sont finalement adaptés aux retraités d’aujourd’hui du fait des travaux d’amélioration et du départ des enfants.

19Dans les grandes familles sous-prolétaires, certains se sont émancipés par le travail et sont partis vivre ailleurs, souvent en accession à la propriété dans la grande périphérie urbaine. D’autres sont restés et se sont enracinés aux Bourderies. D’autres enfin circulent dans le système social sous toutes ses formes, ils s’installent dans le grand ensemble hlm voisin de Bellevue, ils tentent de négocier, au fur et à mesure des aléas de la vie familiale et économique, la trajectoire résidentielle la moins mauvaise pour eux. Si les histoires familiales pèsent, collent même à la peau, ce sont aussi les solidarités de la famille élargie qui sauvent les plus fragiles de la déchéance. Ces grandes familles ont façonné l’image d’une partie des rues des Bourderies à ses débuts. Leur habitude d’occuper l’espace collectif, voire aussi celui de la rue, tient d’une part à la nécessité de trouver de la place, les logements étant extrêmement petits au regard de la taille des familles, mais aussi à une culture héritée des quartiers populaires anciens, où la vie privée a depuis toujours fortement débordé sur la rue. La taille des familles de la nouvelle génération s’est réduite et certains ménages vivent davantage aujourd’hui sur le mode du repli à l’intérieur du logement. Mais les espaces extérieurs sont encore investis : bricolage de voitures, lieux de rencontre des hommes le soir, regroupement de la famille élargie aux beaux jours dans les espaces intermédiaires où chacun sort sa chaise, regroupement des enfants et des adolescents. Alors que les premières familles se sentent légitimes pour négocier des améliorations, celles de la nouvelle génération ont intégré depuis longtemps les stigmates de l’assistance. Leurs pratiques dans ces espaces collectifs n’ont jamais entraîné de transformations physiques. Ces locataires ne formulent pas de demande, leur principale préoccupation aujourd’hui serait surtout de pouvoir conserver leurs logements – des rumeurs de démolition planent –, surtout lorsqu’ils occupent une des maisons individuelles au loyer très bas. Si la disparition des petits commerces et la transformation du centre socioculturel, destiné à d’autres publics, pénalisent ces familles, en revanche, les équipements urbains, et notamment le passage à proximité du tramway, permettant l’accès aux centres commerciaux et à des espaces verts de qualité, renforce leur sentiment d’appartenance à une ville où ils se sont fait – où on leur a fait – une place.

20Outre ces deux populations installées depuis l’origine, d’autres familles arrivent par le jeu des attributions. Chacune évalue ensuite en fonction de sa propre histoire et de sa situation les avantages et inconvénients, d’une part, d’un logement assez petit, voire médiocre et, d’autre part, de l’insertion dans un quartier situé à proximité de la ville-faubourg, permettant de profiter des services sociaux liés au grand ensemble voisin, tout en évitant d’y être assimilée.

21Parmi ces familles, certaines partagent une culture du logement social, pour avoir passé leur enfance dans ce type d’habitat. Leurs savoir-faire les distinguent des premières générations de locataires, qui ont dû en faire l’apprentissage sur place, et des nouveaux venus qui subissent ces conditions de vie en collectif. Cette culture se caractérise par une capacité d’adaptation à l’exiguïté des logements (manières d’agencer les chambres d’enfants, de gérer le séchage du linge, de « faire avec »…), une aptitude à réguler les adaptations quotidiennes au niveau du bruit, du propre et du sale (Pasquier 1993), et des interactions autour des enfants à l’échelle de la cage d’escalier et des espaces intermédiaires qu’on doit se partager (espaces de jeux, parkings…). Du fait de l’âge des enfants, la fréquentation active du quartier autour des trajets entre les écoles, les services sociaux et le logement entraîne, surtout pour les femmes, une appropriation des espaces extérieurs et de la rue. Pour ce troisième groupe de population, l’attachement au quartier ne relève pas de l’enracinement mais plutôt d’une appropriation sans cesse réévaluée du logement dans une chaîne d’autres besoins.

22La médiocrité du patrimoine a pour effet d’entraîner simultanément une rotation importante des locataires qui ne se satisfont pas des prestations du logement et de l’image d’un quartier hlm. Cette rotation varie selon les trois modes d’habiter définis par les formes d’enracinement et d’appropriation décrites précédemment. Elle engendre une transformation des modes d’habiter en repli sur la sphère privée, qui est un déni des sociabilités populaires.

23Quant aux propriétaires des maisons alignées sur certaines rues du quartier, s’ils apprécient d’avoir pu accéder à la propriété grâce aux prix restés plus bas que dans le reste de la ville et, pour certains, d’être restés dans un secteur qu’ils apprécient, ils évitent dans le quotidien la fréquentation des espaces intermédiaires, utilisant leurs voitures et interdisant à leurs enfants de jouer dans la rue. Ils disent qu’ils partiraient si des incidents se multipliaient.

Modification de la structure des rapport sociaux dans l’espace de proximité

24Nous savons, depuis les travaux de Gérard Althabe réalisés dans les années 1970 dans le grand ensemble de Bellevue situé à proximité des Bourderies, comment l’hétérogénéité des populations logées dans des espaces très contraints a entraîné une situation de procès systématique. La référence à un modèle de structuration normative produite par l’imbrication du système familial, du travail et du quartier ouvrier s’est défaite lors de l’arrivée dans le grand ensemble. Cette situation de procès se constituait à partir d’écarts à cette norme. La question de l’assistance liée au chômage renvoyait alors à une culpabilité individuelle. Le travail de la femme correspondait à un abandon de l’espace domestique. La question de l’éducation des enfants, et surtout des adolescents, devenait le support de dénonciations des parents du fait d’une situation paradoxale de grande autonomie de ceux-ci dans l’espace et d’une non-acceptation de ce modèle éducatif. Pour éviter d’être soi-même accusé, personne n’étant à l’abri en raison de la fragilité des situations, il s’agissait d’accuser l’autre afin de construire un pôle négatif suffisamment distinct de soi pour ne pas y être rejeté. Les espaces de cohabitation sur lesquels portait cette recherche comprenaient les cages d’escaliers, les rues de desserte et les locaux institutionnels tels que le centre socioculturel. Les tiers intervenant auprès des familles assistées – assistantes sociales, travailleurs sociaux et, bien sûr, police et justice – entraient dans la situation de procès, signes visibles permettant de renforcer les systèmes d’accusation.

25Depuis trente ans, les références ont à nouveau changé. La situation d’assistance s’est modifiée avec la massification du chômage et l’accroissement des systèmes d’aide du type du rmi. Si la culpabilité individuelle n’a pas pour autant disparu (Murard 2003), le travail de la mère fragilise moins a priori la réputation d’une famille. Simultanément, une masse beaucoup plus importante de personnes semble être passée du côté de l’anomie du fait des effets prolongés de la crise. Cette masse est jugée inquiétante parce que ressentie comme partiellement présente dans le quartier même, mais aussi dans l’ensemble de la ville et de la société. La télévision produit un effet d’amplification allant dans le sens de la dramatisation des problèmes vécus et visibles dans les espaces collectifs.

26Les compositions familiales et les modèles éducatifs ont eux aussi changé. Les grandes familles ont disparu. Le repli sur la sphère domestique autour de la télévision et des jeux vidéo est devenu la norme, ainsi que la recherche d’activités encadrées, idéalement recherchées en dehors des espaces socio-éducatifs de proximité. De la même façon, on quitte l’école du quartier lorsque la peur de l’échec se fait sentir. Seule la fréquentation des espaces extérieurs par les jeunes enfants surveillés est licite. Les systèmes de négociation vis-à-vis du bailleur, liés au syndicalisme du cadre de vie, continuent à fonctionner, permettant de résoudre certains problèmes (Confédération syndicale des familles et Confédération nationale du logement notamment aux Bourderies), bien que le nombre de locataires ainsi représentés soit de plus en plus faible. D’autres systèmes de négociation (interpellation directe des responsables et des élus) court-circuitent parfois les dispositifs de participation jugés trop complexes de la politique de la Ville au niveau des quartiers. Les petits commerces du quartier ont pour la plupart fermé, la fréquentation des centres commerciaux s’est imposée par commodité, économie, comme but de promenade ou source de plaisir. La pratique de la ville à la carte (loisirs, promenades, visites, achats…) est le fait d’une partie toujours plus grande d’habitants (notamment grâce à la généralisation de l’automobile et à l’amélioration du système de transports en commun). Cette nouvelle mobilité a vidé les espaces de proximité de leur sens. Le statut de l’espace micro-local a changé, la vie pour la plupart des locataires se jouant à différentes échelles (Chalas 2000).

27La situation de procès persiste néanmoins. Y échapper passe par l’application du nouveau mode de sociabilité lié à la mobilité, hérité des classes supérieures, entraînant une stigmatisation et un malaise chez ceux qui ne vivent que dans l’espace du micro-local : personnes âgées, familles assistées privées des outils matériels et culturels d’accès à la mobilité, adolescents désœuvrés. La mobilité est devenue une valeur, elle entre dans un processus distinctif dans toutes les catégories sociales, y compris les classes populaires qui vivent en hlm. La visibilité de jeunes regroupés dans les espaces extérieurs en devient encore plus forte. Elle est posée comme un problème a priori puisqu’ils échapperaient à cette double injonction de la circulation réglée entre le logement, l’école ou l’emploi et les activités de loisirs encadrées. Il y a une disparition progressive de la coprésence sur les espaces publics, ce qui renforce encore leur stigmatisation, les formes de régulation de leurs éventuels excès ayant disparu.

Résidentialiser, neutraliser : une évidence ?

28Le processus de résidentialisation proposé par les bailleurs sociaux vise à renforcer le nouveau statut donné au local : on habite dans son logement, on traverse les « espaces intermédiaires » pour aller ailleurs, on ne peut plus, on ne doit plus séjourner dans les espaces extérieurs de proximité. Les opérations de résidentialisation visent à les neutraliser et à imposer ce mode d’habiter aux derniers habitants qui n’ont pas réussi seuls à s’y plier.

29Le bailleur social des Bourderies est lui aussi pris dans cette dynamique du mouvement hlm. Il s’agit pour lui de repenser la gestion urbaine « de l’arrêt de bus à la porte palière », ainsi que l’expose une brochure récente. Le partenariat avec les collectivités locales est souhaité puisque « les espaces résidentiels s’appuient toujours sur l’espace public ». Cette procédure de résidentialisation est vue comme « un puissant levier pour différencier les unités résidentielles, les nommer, pour créer des lieux embellis et appropriables, pour supprimer les vides urbains et sécuriser ». La rupture avec l’uniformité, marque toujours négative propre à l’image hlm, est jugée comme indispensable.

30Or, les procédures de résidentialisation exposées sont une transposition du modèle des résidences privées. En effet, elles tentent de clarifier physiquement les abords des bâtiments, par un système de clôture et/ou de marquages symboliques, afin d’extraire du domaine public ces espaces, juridiquement privés, jusque-là ouverts et négociables collectivement par les habitants et tous ceux qui y avaient trouvé place. A terme, les espaces de proximité ne doivent plus être traversables par les personnes qui n’y résident pas ; un travail à la fois physique et symbolique (nouvelles nominations, embellissement par des plantations d’espèces valorisantes, des mobiliers urbains de qualité…) permet à chaque unité résidentielle d’être distinguée à la fois de l’unité voisine mais aussi des stéréotypes du logement social en général. Le lien entre l’échelle de l’habitat et la logique identitaire qui en résulte repose sur deux postulats non discutés : la grande échelle – le grand ensemble justement – fait problème, d’un côté, et, de l’autre, l’échelle intermédiaire entre le logement et le quartier est bonne comme support identitaire pour chaque famille et non pour le collectif de résidents, ce qui n’est pas sans contradiction pour des locataires en hlm.

31La notion d’appropriation est donc à prendre pour les aménageurs dans un sens restreint : par le regard, par le passage, essentiellement. Par ailleurs, l’appropriation a aussi pour objectif de permettre le maintien en état des améliorations, en misant sur une régulation interne et une protection vis-à-vis d’éventuelles agressions venant de l’extérieur.

32Le rejet par les habitants eux-mêmes de ces transformations d’usages et d’images n’est jamais redouté par les aménageurs, tant ils semblent assurés du bien-fondé de leurs projets. Ils n’imaginent pas que ce modèle pourrait ne pas correspondre à l’hétérogénéité des pratiques et des représentations. La réussite de ce dispositif semble miser sur une homogénéité des modes d’habiter du fait d’une échelle réduite de l’unité résidentielle ou d’une capacité d’accord d’une majorité de locataires sur un modèle normatif qu’il sera possible d’imposer à une éventuelle minorité déviante. Le contrôle social exercé par certains locataires complète ainsi les aménagements physiques allant dans le sens d’une limitation des points d’accès.

Construction progressive et hétérogène des nouveaux partages

33Dans le quartier étudié, les aménageurs (bailleur et Ville) hésitent entre des modes d’intervention difficiles à articuler. Alors qu’il est vu comme une qualité garantissant le calme dans les résidences privées, l’enclavement dans un quartier populaire renvoie toujours à la relégation et l’ouverture sur la ville semble souhaitée. Simultanément, le processus de résidentialisation semble retenu pour pacifier le cadre de vie. Aux Bourderies, les opérations hlm sont petites, les unités de vie déjà repérables, en terme d’échelle. Elles auraient donc certaines des caractéristiques attendues des résidences. En revanche, le principe de circulation offre une multiplicité de possibilités de parcours entre les opérations avec un double réseau automobile/piétondeux- roues, spécificité vécue majoritairement par les habitants comme un des avantages du quartier, contraire toutefois au modèle attendu. Quant aux processus d’identification d’« unités résidentielles », ils existent déjà dans certaines parties du quartier pour plusieurs raisons. Des espaces ont été conçus dès l’origine comme appropriables. Ainsi ceux des hbm (caveaux, séchoirs, jardins…) possèdent en partie la qualification attendue des résidences, même si les fonctions qu’y tient l’extérieur ont changé. Les espaces aujourd’hui améliorés sont les fruits de conquêtes acquises au cours du temps par les habitants.

34Pour changer l’image de délaissement, participant à la stigmatisation du quartier, perçue par les aménageurs comme le résultat de l’ouverture et l’imprécision des espaces, des travaux d’embellissement sont mis en œuvre. Mais le choix de ceux-ci – des plantations – est fait sans prendre la peine de connaître les attentes des locataires ni de les négocier, comme si toutes allaient dans le même sens. C’est insister sur la façade et le végétal, en risquant d’entraîner des violences symboliques vis-à-vis de personnes qui, pour des raisons économiques et culturelles, manquent de place, d’espaces appropriables. La neutralisation et la pacification des espaces intermédiaires suppriment également les espaces collectifs, sources de conflits mais aussi support à l’élaboration d’une culture commune faite de revendications et de négociations, propre au logement social, face à un bailleur, à une collectivité territoriale, à la puissance publique et à l’aide sociale.

35A une période où les modes d’habiter se différencient, les rapports à l’espace de proximité ne sont pas univoques. Pourtant la modélisation tend à rester une réponse privilégiée. Alors que nombre de ménages sont assignés à séjourner longtemps dans ce type de logement bon marché, le quartier, le local peut devenir piège ou ressource : il est en tout cas un support de projection du rapport aux autres proches comme à l’institution. La négociation devient alors un enjeu important, la place et la fonction des espaces extérieurs devient un sujet de la discussion collective sur les nouveaux partages entre intimité familiale, représentation du ménage, vie commune, vie publique.

Film vidéo

36gers, Pasquier Élisabeth. Partages d’espaces : les Bourderies à Nantes, scénario gers et Élisabeth Pasquier, réalisation Catherine de Grissac, Nantes, 2003.

Bibliographie

Références bibliographiques

Althabe, G. 1993. « La résidence comme enjeu, le procès réciproque », in G. Althabe, Ch. Marcadet, M. de La Pradelle & M. Sélim, Urbanisation et enjeux quotidiens, Équipe de recherche en anthropologie urbaine et industrielle, ehess, Paris, L’Harmattan.

Blin, A.-V., L. Rousselot & K. Olivier. 1999. « Diagnostic sociologique du territoire Bourderies Plessis-Gautron », Ville de Nantes, Nantes- Habitat, gers.

Chalas, Y. 2000. L’invention de la ville, Paris, Anthropos, coll. « Villes ».

Chamboredon, J.-Cl. & M. Lemaire. 1970. « Proximité spatiale et distance sociale, les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, XI, p. 3-33.

Davault, C. & É. Pasquier. 1992. « hlm et mission locale, deux instances de réhabilitation sociale », L’homme et la société, 104, Paris, L’Harmattan, p. 47-60.

gers, Pasquier É. & K. Olivier. 2003. « Reformulation de la distance sociale dans les espaces partagés d’un quartier composite », ministère de la Culture et de la Communication, mission du Patrimoine ethnologique.

Guide de la Résidentialisation. Octobre 2002. « Les espaces résidentiels extérieurs », Nantes-Habitat.

Halgand, M.-P. & É. Pasquier. 1993. La construction d’un patrimoine. De l’Office public hbm à Nantes-Habitat, Nantes-Habitat édition.

Murard, N. 2003. La morale de la question sociale, Paris, La Dispute.

Olivier, K. 2000. « Au détour des barres », tpfe, École d’architecture de Nantes.

Pasquier, É. 1993. « Bonjour-bonsoir. La gestion publique des espaces privés dans les hlm de Nantes », doctorat de sociologie, université de Nantes.

Pasquier É., A.-M. Giffo-Levasseur & Ph. Bataille. 1990. « De la cité à la résidence », pca, habitat et santé, gers.

Pinçon, M. 1982. Cohabiter : groupes sociaux et modes de vie dans une cité hlm, Paris, Plan construction, coll. « Recherches ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540